Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Labyrinthe des Cancres (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Adel Iscarioth
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 326
Age : 26
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12633
Date d'inscription : 08/12/2006

MessageSujet: Re: Le Labyrinthe des Cancres (PV)   Sam 1 Mar 2008 - 19:26

Adel pénétra dans l'étrange sanctuaire. Lorsqu'ils sentirent sa présence, les cinq nymphes se retournèrent d'un bloc vers lui, présentant des visages et des corps aussi séduisants et aériens que ne l'était la fausse Joséphine. Chacun avait une baguette gentiment menaçante tendue vers lui. Cette fois-ci, ça commençait sincèrement à l'agacer. Tout son corps fut parcouru par une traînée de haine. Son regard brûlait. Il voulait sortir d'ici. Il voulait la paix. Qu'on lui fiche la paix une bonne fois pour toute. L'exercice contre les Pitiponks, négrilles et autres créatures absurdes l'avait assoiffé de magie et de sortilèges. C'était Merwick qui aurait été content de le voir si motivé. Il n'hésiterait pas les abattre tous. La peur et le danger le stimulaient. Derrière le mur de beauté, se tenait Casey qui flottait dans un halo pervenche. Que lui faisaient-ils? Quelles étaient ces épreuves inhumaines qu'ils devaient affronter pour un simple stade coloré en rose?

Tuer des monstres, soit. Ca ne nous ressemble pas. Ce ne sont que des bêtes. Des choses ingrates et inférieures. Ca ne ressent pas. Ca ne pleure pas sur la tombe d'un des leurs. Mais tuer des sorciers...? C'était un crime. Oserait-il ou son agacement serait-il suffisamment versatile pour ne pas aller jusque là. L'idée de leur faire mal, de montrer sa détermination et sa supériorité le grisa comme jamais. Il se sentait aussi dangereux qu'il était en danger et cette pensée le rasséréna devant la fatidique rixe. Il ne le faisait pas que pour Casey. D'ailleurs, s'il avait pu s'en sortir plus facilement en le laissant croupir ici avec ses lumières bleues (cheloues), il l'aurait fait sans hésiter. Adel ne faisait pas dans le sentimental quand il ne s'agissait pas de sa famille ou de Joséphine. Son exaspération et ce qu'elle engendrait étaient devenus un jeu.


* En plus, la BRIME serait capable de dire que c'est moi qui l'ai tué s'il lui arrive quelque chose. Non, je ne peux vraisemblablement pas le laisser avec ces créatures. *

Or les créatures défendaient leur proie. Elles s'avançaient lentement vers Adel pour le faire reculer. Il resta droit. Flippé mais droit. Son cœur battait la chamade. Sa main serra sa baguette. Pour avoir bonne conscience, il attendit que ses adversaires lancent les festivités. Ainsi, il serait en défense. Le premier sortilège d'intimidation ne tarda pas. Adel le bloqua facilement et en renvoya un plus corsé. Il en rêvait depuis un bon moment.

* Je vais leur mettre leur race. Le Enki *



star


Il ne savait pas combien de temps cela avait duré. Le combat. Une journée, deux, trois? Au-dessus de sa tête, il faisait nuit. Il gisait sur le sol. Les cicatrices que Casey avait soignées s'étaient remises à saigner. Ce n'était rien en comparaison du reste de ce qu'il restait de lui. Un goût de sang dans sa bouche. Ses doigts en miette. Un demi masque sanguinolent sous son arcade sourcilière qui pissait sa joie de couler sans fin. Joyeuse plaie qui battait son plein son bonheur d'avoir sauvé son oeil. Comment bouger? Ses côtes le meurtrissaient... sa jambe, était-elle encore là? Oui, un orteil. Adel sourit. Il sentait au moins un orteil.

Les deux derniers sorciers avaient-ils fui ou attendaient-ils debout qu'il se relève pour lui infliger un troisième Doloris? Le Serpentard bougea sa tête et, avec elle dans un élan de force dont il se croyait incapable, tout le reste de son corps se mit debout. Il chancela jusqu'à Casey. La lumière avait disparu... laissant place à une étrange fumée noirâtre qui avait l'air 'coincé' en lui.

- Qu'est-ce qu'ils t'ont fait? S'inquiéta-t-il. Pour de vrai. Après tout Casey lui avait sauvé la vie et lui, à part se bidonner en cassant de l'Adonis, il était peut-être passé à côté de l'occasion de n'être pas son éternel débiteur.

* Ah, ça pas question, mon vieux! Je te devrai plus rien. *

Avec le reste de ses forces, Adel traîna Casey...

- Par Salazar Serpentard! Où je dois aller, là?

Oh oui, il en avait de plus en plus raz le bol, et c'était certainement cette irritation qui le tenait encore debout. Il refusait l'échec. C'était catégorique.

- Call? appela-it-il en tombant en arrière, le corps de nouveau amorphe.


Slytherin BDE DP
7ème année - 16 ans
Silencieux Observateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bereby Blueberry
Ministère
avatar

Nombre de messages : 42
Maison : Ancien Serdaigle
Année : Aucune
Gain de Gallions : 11606
Date d'inscription : 17/11/2007

MessageSujet: Re: Le Labyrinthe des Cancres (PV)   Dim 2 Mar 2008 - 18:28

Autour des deux jeunes cancres le Labyrinthe se dématérialisa. Face à eux, en guise de réception, Bereby Blueberry, encadré de deux molosses du Ministère, se tenait debout, les bras croisés sur son poitrail dont une main tenait sa baguette.

Le menton haut, son regard électrique s'alluma derrière ses lunettes à la vue du spectacle poignant qu'il découvrit. Les codétenus avaient survécu à chaque épreuve. Chacun des sortilèges qu'ils avaient utilisés s'était magiquement répertorié sur un parchemin officiel qui témoignait de leur inflexibilité au combat ou à trouver des solutions. C'est tout ce dont le Ministère voulait s'assurer en ce qui les concernait. Quant au Labyrinthe, c'était une réussite.

Celui-ci était à garder pour de futurs contrevenants mais il serait la base d'une invention plus sensationnelle. Il fallait en concevoir un identique pour tester les divers éléments amassés et rassemblés grâce à
la Liste des Atoués qui allait être élaborée.

¤ Parfait pour découvrir les bons éléments et ce dont les sorciers sont capables. ¤

Etait-il nécessaire de préciser que les 'incapables' n'en ressortissaient tout simplement pas indemnes?

Sans un mot de bienvenue plus haut que l'autre, Bereby Blueberry formula de faibles félicitations au regard de ce que les deux gamins avaient traversés durant un mois. Car nous étions le 12 février bien qu'ils aient l'impression de n'être partis que cinq jours.


~ Je vous présente les sincères félicitations du Ministère et de moi-même.

Voyant que l'élève de sixième année était plutôt mal en point, Blueberry n'étendit pas le discours et les explications qu'il avait préparés. Il trouverait bien le moment de le caser plus tard.

~ Laissez-moi faire, dit-il en s'avançant sans empressement vers Casey. Tout est sous contrôle.

Devant les regards de plus en plus inquiets de l'assistance, il ânonna une suite d'incantations dans une langue qui ressemblait à du latin. Tous suivaient cette étrange cérémonie. Les élèves badauds venus petit à petit quand ils avaient vu de loin l'énorme rempart du Labyrinthe s'évanouir, professeurs avertis et pressés de retrouver leurs élèves, Geegee Greenapple, les deux Aurors pantagruéliques...

Les paupières de Casey restaient closes. Une fine colonne de fumée émanait du torse du septième année. Avec sa progression lente et verticale, la façon sinueuse dont la colonne de fumée se mouvait n'était pas sans rappeler le déplacement d'un Serpent. Et, imitant le charmeur de ces reptiles, Bereby Blueberry levait progressivement son bras pour accompagner vers le haut le nébuleux agrégat. C'était l'incantation protocolaire censée libérer Casey de l'envoûtement puissant qui l'avait saisi en succombant à la tentation. Développé par le Ministère à partir d'une ancienne magie, ce charme avait été utilisé afin de concevoir la dernière épreuve.

Il était aisé de discerner dans les yeux de l'inspecteur de la BRIME une certaine satisfaction du travail accompli. Plus son bras s'élevait dans les airs, plus la colonne de fumée s'allongeait.

Arrivé à un seuil où il ne put lever sa baguette plus haut, Bereby exécuta un geste délicat du poignet supposé mettre fin au sortilège de magie ancestrale qui semblait condamner Casey. Mais Bereby pâlit. L'assistance le sentit et tressaillit. La colonne de fumée avait stoppé sa progression mais au lieu de quitter définitivement le corps du garçon, elle restait dressée. Droite. Inerte.

C'est alors que sous le regard stupéfait de l'inspecteur et de ses spectateurs, la colonne reprit seule sa fulgurante ascension. Elle s'enroula autour de sa baguette puis remonta avec une maestria admirable, autour de son bras et de son cou. Blueberry s'en trouva littéralement paralysé. Au cœur de sa torpeur, il chercha une solution qui n'affleura jamais. La fumée avait déjà fait plusieurs tours autour de la baguette quand, dans un brusque éclair, elle se rétracta pour retourner précipitamment dans le corps du jeune homme et y disparaître.

La puissance incroyable développée par le sortilège entraîna la baguette de l'Auror avec elle. Une fraction de seconde. Un coup de foudre. La baguette reposait à présent sur la poitrine de Casey, toujours inanimé et sur lequel quelques volutes de fumée noire se désagrégeaient lentement.

L'esprit de Bereby était en effervescence. Comment expliquer cet échec? Que s'était-il passé? Il fallait impérativement trouver une solution pour réanimer l'adolescent et échapper au scandale.

~ Conduisez-les à l'infirmerie, finit-il par ordonner à l'un des deux Aurors, immédiatement, rajouta-t-il d'un ton autoritaire et pressant.

Bereby finit par éparpiller tout le monde et dépêcha Geegee d'envoyer un hibou pour faire intervenir un expert en Médicomagie au plus vite.


Fin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le Labyrinthe des Cancres (PV)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2 -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard - Ecole de Magie :: Autour du château :: Parc du Château et cour de récréation-
Sauter vers: