Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Voir le deal
68.99 €

Partagez
 

 Miror Movie (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mélusine McEwan
Administrateur
Mélusine McEwan

Nombre de messages : 1655
Age : 34
Maison : Ancienne Gryffondor
Gain de Gallions : 14823
Date d'inscription : 02/10/2006

Miror Movie (PV) Empty
MessageSujet: Miror Movie (PV)   Miror Movie (PV) EmptyLun 31 Mar 2008 - 10:32

Un soir du début du mois d'avril.

Le couvre-feu n'était pas encore tombé.
Quoi que tout le monde en pense, Zyn n'était pas tout à fait la folle inconsciente, immature et irresponsable que l'on dépeignait. Pas tout à fait. Elle soupçonnait très fortement M. & Mrs BRIME de la surveiller de juste assez près pour la renvoyer-définitivement- au moindre faux-pas. Alors, en apparence, Mélusine McEwan copiait l'attitude de ce qu'elle imaginait être l'élève modèle.
Il lui restait une heure à tuer avant le couvre-feu. E, en dépit des apparences de prétendue élève modèle, son devoir d'astronomie lui sortait par les trous de nez. Elle s'y remettrait en rentrat. En attendant, elle allait se livrer à sa cinquième sixième activité favorite: l'exploration du château (numéro 1: le quidditch, numéro 2: James, numéro 3: manger/boire/jus de citrouille, numéro 4: bavboules, numéro 5: anti-BRIME).

On avait beau dire que les filles n'avaient pas le sens de l'orientation, Mélu Mac trouvait qu'elle se débrouillait pas si mal. La preuve: elle savait plus où elle était. Exactement ce qu'elle avait voulu. En sept ans d'errance, ça devenait de plus en plus rare. Oh, elle savait globalement où elle se trouvait: au cinquième étage, quelque part dans l'aile ouest. Mais assez dans le flou pour sentir la présence de sa grande amie invisible l'Aventure. Les symptômes? Un frisson dans l'échine et une irrésistible envie de rire.

Poussant la première porte à sa droite, la jeune fille n'y découvrit que ce qui devait servir de placard à balais cinq siècles plus tôt: quelques seaux dont le sortilège d'étanchéité avait perdu de son efficacité, ce qui avait dû être une panoplie de plumeaux repousse-poussière et trois balais qui avaient leur place dans le muse des Magiquités du Chemin de Traverse. Faisant fi de tout élan apothicaire qui aurait assailli le premier mordu d'histoire venu, Mélusine claqua la porte, esquissant un sourire à l'idée de l'avalanche de poussière qui avait dû dévaler aussi sec sur le tableau antique.

La salle d 'en face se révéla beaucoup plus intéressante. Bon, bien sûr, au premier abord, elle paraissait vide mais un éclat en provenance d'un coin sombre retint son attention.
Zyn fit ce qu'était censée faire toute jeune apprentie sorcière qui se respecte: elle sortit sa baguette avec un semblant de méfiance. Avant de la ranger aussitôt avec un haussement d'épaules. Les trucs dangereux traînaient dans la forêt interdite, tout le monde savait ça. Ou dans la salle commune des Serpentard. Et puisqu'elle était toujours entière, elle en déduisit qu'elle n'avait pas pénétré par mégarde chez les Vert-et-argent et décida qu'elle pouvait se détendre.

Sans plus de prudence, la jeune fille s'avança vers l'éclat pour y découvrir un mur entier fait de.. un instant d'hésitation. Ca n'était pas une vitre, on n'y discernait que des ombres. Ca n'était pas un miroir non plus. Elle avait du mal à y voir l'éclat de ses boucles rousses. Trop curieuse pour être prudente, elle avança sa main nue en direction de la surface lisse et fut surprise de la sentir chaude sous ses doigts. Chaude. C'était tout. Pas d'éclair. Pas de vertige. Pas de fracas. Décevant.

Néanmoins, sans trop savoir pourquoi, Zyn laissa sa main collée au "mur". "Mur" qui semblait se réchauffer. Ou alors, c'étaient ses doigts qui devenaient plus froids. A moins que ce ne soit un peu des deux. Quand elle commença à avoir l'impression de subir un sortilège de désillusion par la main, elle lâcha prise. Clignement des yeux pour les ouvrir sur...


'Merlin! Ils les prennent de plus en plus petits les premières années!'

... Pour les ouvrir sur ce qu'on ne pouvait qualifier d'autre chose que "petite fille". Toute petite. Poufsouffle à en juger son uniforme impeccable.
Affichant un air qui était tout sauf maternel mais qui se voulait rassurant, Zyn tendit la main en direction de la petite chose. Ss doigts étaient encore gourds. Elle tendit l'autre main avec un nouveau sourire.


"Tu t'es perdue?"

Avec une grimace, Mélusine songea que jamais au grand jamais elle n'aurait avoué à une "grande" qu'elle s'était perdue quand elle avait l'âge de la Poufsouffle.

"Viens, on va retourner jusqu'à la Grande Salle."

'On pourra grignoter quelque chose.'

Activité favorite numéro 3.
Immense sourire intérieur.
Revenir en haut Aller en bas
http://melusinemcewan.deviantart.com/
Loevi Leroy
Elève assidu
Loevi Leroy

Nombre de messages : 273
Maison : Poufsouffle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 14012
Date d'inscription : 16/04/2007

Miror Movie (PV) Empty
MessageSujet: Re: Miror Movie (PV)   Miror Movie (PV) EmptyDim 6 Avr 2008 - 12:11

Loevi Leroy était une grande habituée de l'aventure. On ne pouvait pas vraiment dire qu'elles étaient grandes amies, mais l'aventure aimait bien lui tomber dessus à l'improviste - et bizarrement, jamais au bon moment. Par contre Loevi, elle, n'aimait pas chercher miss l'aventure, ça non. En somme, errer au hasard dans les couloirs du château sans même savoir où elle allait, au risque de se perdre, ne faisait pas pour elle partie du registre de l'aventure. Chacun son point de vue.

Ou peut-être que si, pour une fois.

Depuis sa fuite à l'étranger, en décembre dernier, la Poufsouffle s'était sentie plus seule que jamais. Personne n'avait vraiment remarqué son absence, pour commencer. Il y avait ceux qui n'en avaient strictement rien à faire, bien sûr, et puis ceux qui ignoraient qu'elle devait rester à Poudlard. Et, disons-le simplement, toute l'école pouvait se regrouper dans ces deux catégories - excepté peut-être son indécrottable cousin. Mais bizarrement, même en sachant ça, Loevi ne pouvait s'empêcher se se sentir, eh bien, abandonnée. Oui, c'était le mot.

Alors depuis son retour, et peut-être aussi pour se faire oublier du genre adulte, elle s'était réfugiée dans le travail, oubliant son carnet de poèmes au fond d'un tiroir de sa table de chevet, et son pauvre Muguet qui était finalement allé chercher ses caresses ailleurs. Bon, d'accord, ses notes avaient repris des couleurs ; mais c'était à peu près le seul point positif. Au bout de trois mois, elle avait besoin de se changer les idées. Et, pour la première fois de sa vie ou presque, elle s'en allait courir après sa tendre amie l'aventure - sans trop se faire d'illusions, cette amie-là était du genre à privilégier l'imprévisibilité.

Mais on pouvait se montrer imprévisible sur commande, et Loevi allait en faire les frais. Elle aurait su... elle aurait pas v'nu.

Elle était donc perdue - qui l'eut cru - dans les couloirs du château. Et elle s’en fichait un peu. Elle voulait voir du neuf, voir quelque chose d’extraordinaire qui pourrait, même pour quelques minutes, lui faire oublier son quotidien. Et tant pis si elle tombait sur un zozo de la BRIME – elle avait déjà flirté avec le renvoi plusieurs fois et elle était toujours là, après tout. L’intouchable Loevi Leroy… Ha ha ha.

Elle flânait sans oser ouvrir de porte, mains dans les poches et mine blasée, soupirant tous les trois pas. Pas vraiment idéal pour faire des découvertes surprenantes. D’autant que même ici, les armures ressemblaient aux autres armures et tournaient de la même façon la tête sur son passage en couinant à tout va, les murs étaient les mêmes et les fenêtres en arcade qu’elle croisait de temps en temps donnaient toujours sur un coin ou un autre du parc. Seule différence au tableau, le manque de tableaux, justement. Pas une toile, pas une tapisserie pour animer tout ça. Rien. Le désert.

Elle s’en allait rebrousser chemin – pour autant qu’elle le puisse – quand quelque chose attira son attention. Elle s’arrêta, revint quelques pas en arrière. Non, elle ne s’était pas trompée, il y avait bien une porte entrouverte. Et derrière… Piquée par la curiosité – vous pensez bien… – elle poussa la porte, s’attendant à trouver… des élèves en quête de tranquillité, sans doute. Quelle aventure. Mais elle n’entendait rien et avec un silence complet, c’est l’obscurité qui l’accueillit. Hey yo ! Quelqu’un ? Il ne semblait pas. Elle fit quelques pas et pesta contre le manque de lumière. Elle allait devoir se servir de sa baguette. La poisse.

Mais pas d’aventure sans baguette magique, n’est-ce pas ? Elle n’était pas une Moldue, tout de même. *Une Moldue, non. Mais une Cracmole, sans doute. Au meilleur de sa forme…*

Elle sortit néanmoins sa baguette et prononça le traditionnel « Lumos. » La salle s’illumina aussitôt, avec tant de force que Loevi en fut aveuglée.

-Nox ! Nox ! hurla-t-elle.

C’était dingue, ça. Fichue baguette. Si la lumière du couloir était suffisante avant cet essai lamentable, maintenant elle ne voyait plus rien. Elle se frotta les yeux d’une main, tâtonnant de l’autre pour trouver un appui – mur, table, chaise, n’importe quoi ferait l’affaire. Ses doigts rencontrèrent une surface tellement glacée que la Poufsouffle s’en écarta d’un bon en laissant échapper un cri de surprise.

-Eh mais c’est gelé, ce truc !

Elle fixa le mur en plissant les yeux, cherchant à deviner dans l’obscurité ce qui pouvait bien le rendre si froid. Elle retenta un Lumos formulé à voix très basse et avec aussi peu de concentration que possible – rien ne se produisit. Deuxième essai, un peu plus concentré, et la pâle luciole magique alla se refléter contre un gigantesque miroir. En se reculant légèrement, elle comprit qu’en fait, le mur entier était un miroir. Devant cette étonnante découverte, la jeune fille haussa un sourcil perplexe.

*On a ce genre de machin à l’école? C’est bizarre…*

Oui, c’était bizarre. Le miroir semblait refléter la pièce dans tous ses détails, mais Loevi ne s’y voyait pas. Mais bon, elle avait l’habitude des objets bizarres et elle ne s’en étonna pas plus que ça. Ce qui l’intriguait plus, en revanche, c’était ces ombres qui semblaient traverser l’image reflétée – alors qu’il n’y avait personne dans la pièce. Elle approcha lentement sa main et son visage pour regarder de plus près, doutant de plus en plus de la nature exacte de ce mur qui n’était ni un miroir ni un voile ni rien de ce qu’elle connaissait – et elle en connaissait des choses, merci la famille.

La surface était dure et froide comme de l’acier, et le froid ne tarda pas à s’infiltrer sous sa peau, remontant sa main puis le long de son bras. Elle fut tentée de s’en amuser, mais en fait c’était plutôt désagréable. Elle retira sa main et se la frotta de l’autre pour la réchauffer, en fixant le mur d’un air très très sceptique. Elle n’eut pas le temps de se poser de questions qu’un bruit derrière la faisait sursauter. Elle dirigea vivement sa baguette dans cette direction et poussa un soupir de soulagement. Dans l’encadrement de la porte se tenait – zut c’était quoi son nom déjà ? – Mélusine McQuelque Chose, camarade de Gryffondor, si sa mémoire était bonne.

-Tu m’as fait peur… souffla Loevi.

Elle n’ajouta rien, cependant. Il y avait quelque chose chez la Gryffondor qui la chiffonnait un peu. Elles ne se connaissaient pas plus que ça mais Loevi l’avait souvent vue – à la table des Gryffys, dans les couloirs, en cours, etc… Et là, il lui semblait que quelque chose clochait.

-Mélu… sine ?

>¤<¤>¤<


Pendant ce temps…

La petite fille fixait la grande demoiselle d’un regard inquisiteur, presque incisif, comme si elle était en train de la juger. Elle regarda la main tendue du même air sévère, puis releva les yeux vers le visage de la grande. Elle ne répondit pas tout de suite. En fait, elle ne répondit pas du tout.

-T’es qui, toi ? demanda-t-elle carrément.

La spontanéité de l’enfance dans toute sa splendeur.

La gamine ne savait pas du tout où elle était ni ce qu’elle faisait là. Tout ce qu’elle savait, c’était qu’elle était face à une grande personne, et qu’elle n’aimait pas, mais alors pas du tout les grandes personnes. Surtout quand elles souriaient. C’était pire, quand elles souriaient. Elle connaissait les sourires des grandes personnes. On sourit, on sourit, et puis quand l’enfant est bien attrapé, eh bien… Brrr elle ne voulait même pas y penser. C’était toujours de mauvaises choses quand les grandes personnes souriaient. Et même quand c’était de bonnes choses, ça devenait toujours de mauvaises choses. Non, elle n’aimait pas les grandes personnes. Mais quand les grandes personnes ne vous aiment pas, comment on peut les aimer ?

-T’es là pour l’anniversaire ? Tu vas me disputer, toi aussi ?

Avec son petit air en colère, elle espérait lui faire assez peur pour que la grande fille la laisse tranquille. Elle n’allait pas se laisser faire par une étrangère. La famille, elle ne pouvait rien dire, sinon c’était pire après. Mais des gens qu’elle ne connaissait pas, et si ses parents n’étaient pas là, elle pouvait, hein ? Elle pouvait ? La grande personne n’irait pas le raconter, elles ne faisaient pas ça les grandes personnes. Alors ça resterait entre elles. Et peut-être qu’elle serait tranquille, cette fois. Parce que les étrangers aussi, ils savaient être méchants avec elle. Et même s’ils étaient gentils, la famille les remettait dans le « droit chemin ». Cette enfant n’est qu’une domestique, ne faites pas attention. Ne vous fiez pas à son joli visage d’ange, elle est mauvaise. Et elle était renvoyée pour être punie parce qu’elle était sortie de sa chambre.
Revenir en haut Aller en bas
Mélusine McEwan
Administrateur
Mélusine McEwan

Nombre de messages : 1655
Age : 34
Maison : Ancienne Gryffondor
Gain de Gallions : 14823
Date d'inscription : 02/10/2006

Miror Movie (PV) Empty
MessageSujet: Re: Miror Movie (PV)   Miror Movie (PV) EmptyMar 8 Avr 2008 - 13:46

Un sourire bienveillant aux lèvres, la jeune fille se contenta d'incliner la tête, confirmant la supposition de Loevi. Silencieuse comme une ombre, elle s'avança vers celle-ci. Sans prétention, elle lui pris doucement les mains. Elle avait l'air frigorifié la jeune Poufsouffle. Doucement, toujours doucement, elle prit la parole:

"Navrée de t'avoir fait peur..."

Souriant à nouveau, la jeune fille la regarda directement dans les yeux, sans hostilité aucune:

"Je me trouve pas si effrayante que ça..."

Avec une petite moue qui reflétait son scepticisme, "Mélusine" se mit à fixer sa jupe d'uniforme sans oser regarder Loevi plus en avant. Elle n'avait jamais été très à l'aise sous le regard inquisiteur des gens. Comme si d'un simple coup d'oeil, on pouvait voir au tréfonds de son âme, violer son jardin secret, ses rêves et ses espoirs. Comme si deux yeux fixés sur elle la jugeaient. Et que ce jugement avait une importance capitale dans son futur. Comme si ce point de vue des autres sur elle était capable de conditionner sa vie entière.

Elles allaient être belles toutes les deux. L'une tétanisée par ses pensées, l'autre tétanisée par le froid. Parce que les mains de la jeune fille tardaient à se réchauffer. Peut-être que c'était cet endroit qui en était la cause. Peut-être feraient-elles mieux de partir. Mais elle n'osait pas donner son opinion là-dessus de peur de la voir réfutée ou pire, moquée. Et puis, peut-être qu'elle tenait à rester là, Loevi. Et "Mélusine" n'était pas sûre d'avoir envie de se faire envoyée balader. Ou peut-être, qu'elle, "Mélusine" s'était incrustée dans une situation où la préfète aurait préféré rester seule. Rien que pour ça, elle se sentait rougir de honte.


'Et je fais quoi, moi, maintenant? Je la laisse discrètement avec le risque de paraître impolie et qu'elle m'en veuille? Ou je lui demande ce qu'on fait au risque d'être indiscrète et qu'elle m'en veuille?'

Comment savoir? Comment choisir? Elle ne savait pas agir, pof, comme ça, sans réfléchir.
Raclement discret de la gorge avant de s'entendre murmurer:


"euh... tu... tu voulais rester..; enfin, je veux dire... est-ce qu'on pourrait..."

Et flûte! Elle n'y arriverait pas.


*∞*∞*∞*



Roh! Hé! C'était quoi ce minuscule bout de schtroumph qui la prenait de haut comme ça? C'était haut comme trois doxys et ça se prenait de ses airs. Mélusine s'en sentit un peu moins... Euh.. Un peu moins quoi? Responsable?
Ouais. Bon. En résumé, elle culpabilisait moins de la voir perdue comme ça dans un étage qui lui était sans doute inconnu. Sans vouloir se la jouer géant imposant, Zyn fixa la petite fille et déclara tout de go:


"Mélusine-qui-aimait-qu'on-réponde-à-ses-questions."

'En même temps, se présenter avant d'engager la conversation, ça n'était pas un mal.'

Ah? Ah!

"Et toi, tu es?"

Voilà, elle avait été polie et aimable.
Son grand sourire victorieux fondit tout d'un coup devant la suite du programme que lui proposait la gamine. Voilà qu'elle était en colère. En colère et... Mélusine était bien placée pour savoir que la colère dissimulait souvent des peurs. On se sentait seulement moins vulnérable quand on était en colère.


'Et les autres viennent moins te chatouiller...'

Ouais. Aussi.
La jeune capitaine des Gadflies se calma donc un chouïa et tenta de sourire. Un sourire aimable.


"L'anniversaire?"

Avec sa mémoire aussi... pas étonnant qu'elle ne se souvienne pas.
D'un autre côté, une autre voix murmurait en elle (celle qui provient du milieu du ventre approximativement) que anniversaire=gâteau, jus de citrouille et friandises. Elle voulait bien y aller.


"Pourquoi je te disputerai? T'as mangé tout le gâteau?"

Elle pouvait pas blâmer ça... Elle faisait la même chose.
Revenir en haut Aller en bas
http://melusinemcewan.deviantart.com/
Loevi Leroy
Elève assidu
Loevi Leroy

Nombre de messages : 273
Maison : Poufsouffle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 14012
Date d'inscription : 16/04/2007

Miror Movie (PV) Empty
MessageSujet: Re: Miror Movie (PV)   Miror Movie (PV) EmptyMer 9 Avr 2008 - 23:06

Loevi regarda Mélusine s’avancer et prendre ses mains dans les siennes – ouh Merlin qu’elles étaient chaudes les mains de Mélusine ! – sans pouvoir comprendre pourquoi elle avait l’impression qu’il y avait quelque chose de bizarre. La Gryffondor lui souriait avec sincérité, certes, mais c’était comme s’il y avait quelque chose en trop – ou qu’il manquait quelque chose.

-Euh non, tu n’es pas effrayante, répondit lentement Loevi. Tu m’as juste surprise…

Elle ne savait pas trop quoi faire ni quoi dire tant elle trouvait la situation singulièrement singulière. Mélusine, surtout ; elle n’avait pas l’air normale, même si la Poufsouffle aurait été bien en peine de dire en quoi. Et puis ses mains étaient trop chaudes, leur simple contact lui faisait presque mal. Elle ne songea pourtant pas un seul instant à s’inquiéter du froid glacial et de l’engourdissement qui s’étaient emparés de ses doigts. Ça finirait par passer.

Elle ne retira pas non plus ses mains ; elle en avait eu l’intention mais l’hésitation et la gêne de Mélusine – qui auraient sans doute semblé attendrissantes en d’autres circonstances – l’en avaient finalement empêchée à la dernière seconde. Au lieu de ça, elle ne put se retenir de hausser un sourcil. Qu’est-ce que c’était que ce baragouinage indécis, au juste ? Elle s’était attendue à tout – si tant est qu’elle s’était attendue à quelque chose – mais certainement pas à ça. C’était définitivement bizarre.

-Euh oui, oui, je reste, d’accord… dit-elle, aussi hésitante que sa camarade. Pourquoi tu voudrais que je parte ?

Mélusine était-elle toujours comme ça ? Elle avait pas l’air, de loin mais connait-on jamais vraiment les gens ? Ouais bon là, c’était un peu extrême. D’habitude la Gryffondor était plus énergique, plus… nan ? On la remarquait de loin, même de la table des Jaunes. Et avec sa tignasse enflammée elle passait difficilement inaperçue. Et… Enfin elle semblait un peu trop timide pour être honnête, la Mélusine qu’elle avait en face d’elle.

-Qu’est-ce que tu es venue faire dans le coin ? Tu t’es perdue ?

Et si ce n’était pas le cas, eh bien, ce serait toujours l’occasion de retrouver le chemin de euh… quelque chose de connu.

>¤<¤>¤<


La petite fixa la grande un long moment, puis mit ses petits poings sur ses hanches et prit un air de grande personne – celui de sa maman quand elle donnait son nom à des gens.

-Je suis Loevi Leroy BloodDust, miss Mélusine-qui-aimait-qu'on-réponde-à-ses-questions, lança-t-elle d’un ton assuré.

Ça faisait toujours tiquer les gens, quand son papa ou sa maman disaient ça – BloodDust. Elle avait pas le droit de se servir de ce nom, normalement, mais qui le saurait ? Elle aussi, elle voulait faire tiquer les gens. C’était marrant de les voir écarquiller les yeux et bégayer – ils ne faisaient pas tous ça, oh non, mais y’en avait beaucoup qui le faisaient quand même. Elle, d’habitude, elle avait juste le droit d’écouter ; on disait son nom à sa place, ou alors on disait rien.

-Tu viens pas pour l’anniversaire ? s’étonna-t-elle. Pourquoi t’es là alors ? Y’a pas de gâteau, mais je l’ai pas mangé. Y’en a jamais.

Elle reprit son petit air en colère en se penchant vers la grande.

-Si t’en veux un, t’as qu’à revenir plus tard, y’aura bientôt celui de Mark – c’est mon cousin, expliqua-t-elle, mais je crois pas qu’il te laissera en langer, il est plus gourmand que moi.

C’était rien de le dire. Elle allait lui faire un gâteau plein plein de chocolat et elle savait qu’il allait tout manger à lui tout seul. De toute façon personne avait le droit de toucher les gâteaux qu’elle lui faisait, c’était tout pour lui. C’est lui qui l’avait dit.
Revenir en haut Aller en bas
Mélusine McEwan
Administrateur
Mélusine McEwan

Nombre de messages : 1655
Age : 34
Maison : Ancienne Gryffondor
Gain de Gallions : 14823
Date d'inscription : 02/10/2006

Miror Movie (PV) Empty
MessageSujet: Re: Miror Movie (PV)   Miror Movie (PV) EmptyVen 11 Avr 2008 - 14:17

Hésitant entre la timidité et le plaisir que lui procurait ce compliment étrange, "Mélusine" se décida pour un sourire euh... souriant. Plein de gens auraient juste considérer le "tu n'es pas effrayante" comme une simple marque de politesse. Mais la jeune fille en était extrêmement touchée.

Et le plus beau dans tout ça, c'est que sa compagne ne lui en voulait même pas de son indécision, de ses doutes, de son incapacité à s'exprimer correctement. La preuve? Elle ne partait même pas en courant. Dans un murmure, elle s'entendit répondre:


"Je sais pas... tu as sans doute d'autres choses à faire et je t'ai dérangée..."

Ô miracle! Elle n'avait pas bégayé. Ou presque pas. Elle doutait d'avoir été très intelligible. Dans les deux sens du terme.
Un nouveau silence, les yeux perdus dans le vague. Elle hésita, n'osant pas effleurer son regard, préférant fixer un point imaginaire, quelque part, loin. Comme si elle lui trouvait quelque chose captivant alors que c'était juste histoire de... Elle n'aimait pas être comme ça, les bras balants, sans trop savoir quoi faire, quoi dire. Avec le sentiment immense d'être ridicule, un peu inutile au milieu de ce fatras immense qu'était l'univers.
Enfin, parce qu'elle ne voulait pas non plus que la jeune Poufsouffle prenne son silence pour du mépris ou de l'indifférence, "Mélusine" prit la parole. A contre-coeur. Elle n'aimait pas beaucoup parler d'elle.


'Et si elle se moque? Si elle me juge stupide? Si elle pense que...'

Elle se mit donc à parler, pour se faire taire mentalement. Sinon, elle était partie pour longtemps dans sa virée paranoïaque.

"J'aime être seule."

Là, non seulement elle donnait l'impression d'être une inadaptée sociale, mais en plus, que son vis-à-vis était une intruse dans son tête-à-tête avec elle-même. Maladroitement, elle enchaîna:

"Pour réfléchir... j'ai du mal à supporter le bruit, la foule... j'aime les gens, hein? Mais surtout, j'aime le calme. J'aime les gens calmes en fait."

Elle grimaça un sourire.



*∞*∞*∞*



Oulà! C'était qu'elle se la jouait petit monstre, ce gnome! Mélusine retint un rire. Parce qu'elle était presque sûre que le petit monstre était plus douée qu'elle en magie. Et parce que son discours coupa court à toute tentative autre que l'étonnement:

'Elle me prend pour un troll, là?'

"Loevi Leroy? Tu te fous de moi? J'ai peut-être du gruyère en lieu et place de mémoire mais je sais quand même reconnaître les préfètes quand elles se baladent sous mon nez. Et, pour être honnête, tu ressembles pas à la préfète des Pouffy."

Alors qu'elle prononçait ces mots, Mélusine se corrigea mentalement. Si, justement, elle ressemblait vaguement à Loevi Leroy. En même temps, ça voulait rien dire. Elle était aussi physionomiste qu'un aveugle les yeux bandés dans le noir. Puis, d'une voix qui n'admettait aucune réplique (oui, elle aimait avoir raison!), elle conclut:

"T'es bien trop petite!"

Et hop. Voilà, affaire classée.
Et toc.
Mais la petite demoiselle usurpatrice d'identité était un sac à questions. Un sac à problèmes, elle le sentait aussi.


"Ben... je me baladais dans le château... Par contre..."

Par contre, si c'était son anniversaire et qu'elle avait pas de gâteau, ça, c'était vraiment pas cool. Mélusine ne connaissait rien au monde qui allait mieux ensemble que les mots gâteau et anniversaire. Alors, d'un petit mouvement de baguette, elle marmonna:

"Accio gâteau au chocolat!"

Les cuisines étant un peu à l'opposé du château, le gâteau mettrait son temps pour arriver. Ca lui laissait le temps, à elle, de poser SES questions:

"Il se trouve que je connais Mark..."

'Et que j'aurais préféré m'abstenir de rougir.'

"Et ça m'étonne pas qu'il bouffe tout ton gâteau. C'est rien qu'un... euh... gourmand.

Ouais. Non. Chut. Elle était déjà assez rouge comme ça.
Comme un cheveu sur la soupe un peu de jus de citrouille dans son chocolat matinal (niam!), un bruit se fit entendre dans le couloir et les deux filles purent assister au spectacle d'un gâteau auquel s'accrochait désespérément un elfe de maison. Z'étaient coriace ces bestioles! Coriaces et têtues.
Revenir en haut Aller en bas
http://melusinemcewan.deviantart.com/
Loevi Leroy
Elève assidu
Loevi Leroy

Nombre de messages : 273
Maison : Poufsouffle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 14012
Date d'inscription : 16/04/2007

Miror Movie (PV) Empty
MessageSujet: Re: Miror Movie (PV)   Miror Movie (PV) EmptyDim 20 Avr 2008 - 12:16

-Mélusine, est-ce que ça va ?

Elle n'avait pas posé la question, mais il était certain que ça l'avait démangée. Cette Mélusine-là ressemblait de moins en moins à la Mélusine qu'on pouvait voir s'amuser comme une folle dans les couloirs de l'école ou dans la Grande Salle à l'heure des repas - on l'imaginait encore moins fomenter une rébellion anti-BRIME, avec cet air-là... et pourtant - mais finalement, la première surprise passée, ce n'était pas si... désagréable. C'était surprenant, ça oui. Mais pas irritant. Bon d'accord ça en aurait énervé plus d'un, de devoir supporter une fille qui ne pouvait presque pas parler sans bégayer ou en tout cas pas sans rougir. Mais Loevi, elle, ne trouvait qu'un mot à dire : adorable drunken

Elle avait perdu depuis bien longtemps l'habitude de jouer les grandes sœurs attentionnées - l'avait-elle jamais eue ? - se bornant à une espèce de pied d'égalité avec les autres, dissimulant la distance qu'elle créait entre eux derrière une apparente amitié. Elle était douée à ce jeu-là : mentir. Pas mentir dans le sens raconter des mensonges, mais dans le sens montrer d'elle quelque chose qui n'était pas elle. Ses sourires mentaient avec une assurance qu'elle n'éprouvait pas. Dans le seul but de tenir les gens éloignés d'elle et de sa vie. De la vérité aussi. Détails, détails. Elle avait effleuré les révélations une ou deux fois dans sa vie, et elle n'arrivait toujours pas à savoir si elle le regrettait ou non. Tout s'était compliqué un peu trop vite à son goût, et d'une manière qu'elle avait du mal à comprendre. Détails, tout ça...

Etrangement, avec cette fille plus timide que personne, Loevi se sentait plus à l'aise qu'avec n'importe qui d'autre. Même si Mélusine semblait totalement à l'opposé de ce qu'elle montrait d'ordinaire, elle s'en fichait. C'était peut-être une autre de ces facettes, peut-être pas. Mais ce qui était sûr, c'est qu'elles voulaient toutes les deux passer un moment ensemble.

-Est-ce que j'ai l'air de quelqu'un que tu aurais dérangé ? demanda-t-elle en souriant, poings sur les hanches.

Elle ne voulait pas la vexer ou lui donner l'impression qu'elle se moquait d'elle, juste la taquiner un peu. Elle espérait qu'elle n'en avait pas trop fait et que Mélusine n'allait pas mal le prendre. En fait, on vexait si facilement les gens, surtout les gens aussi réservés... Malgré ça, elle ne put s'empêcher de rire lorsque la Gryffondor s'emmêla joyeusement les pinceaux. C'était tellement mignon de la voir hésiter et tenter de se rattraper ! C'était mignon, hein... ?

-Tu as tellement raison ! s'exclama-t-elle en tâchant de calmer son rire. Enfin d'un autre côté je ne suis pas réputée pour être très calme...

Elle lui adressa un clin d'oeil en se demandant à quand remontait la dernière fois qu'elle en avait fait un à quelqu'un. Une année, peut-être. Ou plus. Moins, certainement pas. Son sourire s'adoucit et son regard se perdit quelque part dans le miroir - où son reflet ne se trouvait toujours pas.

-La solitude, ça a du bon parfois, murmura-t-elle. Tu réfléchis à beaucoup de choses, quand tu es toute seule ?

*A quoi, par exemple ?* Mais elle ne se permettrait pas de poser la question. Elle allait déjà trop loin, mais puisque Mélusine avait lancé le sujet... Elle lui sourit pour lui montrer que si la Gryffondor ne voulait pas répondre, elle comprendrait. Après tout, elle-même aurait certainement hésité à répondre, alors...


>¤<¤>¤<


Quoi ? Quoi ? Quoi ? C'était quoi cette réaction ?! La grande personne osait prétendre que Loevi mentait, c'était ça hein ? Et puis quoi encore, elle était pas une menteuse, elle. Elle aimait pas mentir, mais alors pas du tout. Elle mentait que à ses parents - parce que souvent ça valait mieux que de se prendre une punition injuste, et de toute façon même Hibiscus l'aidait à mentir, alors... - mais elle mentait jamais à personne d'autre. C'était pas bien de mentir.

-Je suis pas préfète et je suis pas Pouffy ! s'insurgea la gamine, le visage tout rouge et les joues gonflées de colère. Je suis Loevi Leroy et plus tard j'irai à Serpentard avec Mark ! Et te moque pas de moi, j'y arriverai ! Et je suis pas petite !

La grande personne, elle l'aimait de moins en moins. Avec ses grandes pattes, sa grande gueule - papa adorait dire ça des gens qui l'embêtaient - et ses cheveux tout rouges, et elle faisait rien que l'embêter d'abord.

-La grande gueule elle crie au scandale pour des pamprelunes, marmonna-t-elle en croisant ses petits bras.

Ah, les expressions de ses parents. Elle adorait les réutiliser à tort et à travers - et surtout de travers, en fait. Les mômes...

Elle allait bouder la grande personne, de toute façon. Elle méritait pas mieux et puis de toute façon c'était à elle de partir, Loevi elle était chez elle d'abord. Elle allait lui montrer qu'elle se fichait bien de ce qu'elle disait, qu'elle la croie ou non.

...

Gâteau au chocolat ??? On avait bien dit gâteau au... choco... lat ? La gamine rouvrit un œil et jeta un regard en coin pas très discret à la grande personne qui avait sorti sa baguette - *J'en veux une aussi !* - pour lancer un accio - *C'est quoi un accio ?* Ne s'y connait pas en magie qui veut.

Ah mais non, ça n'allait pas se passer comme ça. Elle croyait l'amadouer avec un gâ...teau ? Peuh, même pas peur. Loevi pouvait être aussi têtue que son papa quand elle voulait - pas avec lui, hein, fallait pas pousser l'elfe dans les citrouilles. Elle pouvait le manger toute seule son gâteau au cho...co..lat. Loevi elle en voulait pas de son gâteau au cho..co...lat. D'abord. Et elle lui répondrait pas non plus, d'abord.

-Tu connais Mark ? s'écria-t-elle, surprise. Il a mangé ton gâteau de ton anniversaire ? Ooooh...Et tu l'as laissé faire ? Alors que t'es si grande ?

Petit rire moqueur de la môme en jupes.

-Hihihi la grande gueule elle sait pas se défendre...

Elle sursauta en entendant du bruit dans le couloir et regarda avec appréhension dans cette direction - *Ah tiens ? Je connais pas ce couloir moi...* Elle resta perplexe en voyant apparaître un beau gâteau au ch... avec un Hibiscus accroché dessus. Elle haussa un sourcil, elle haussa le deuxième sourcil, et éclata de rire.

-Hihihi même l'Hibiscus il veut pas te laisser manger son gâteau ! s'esclaffa-t-elle joyeusement.
Revenir en haut Aller en bas
Mélusine McEwan
Administrateur
Mélusine McEwan

Nombre de messages : 1655
Age : 34
Maison : Ancienne Gryffondor
Gain de Gallions : 14823
Date d'inscription : 02/10/2006

Miror Movie (PV) Empty
MessageSujet: Re: Miror Movie (PV)   Miror Movie (PV) EmptySam 26 Avr 2008 - 11:43

"Je suis désolée... je veux dire... je... je voulais pas te vexer et...euh..."

La jeune fille rougit une nouvelle fois, le regard baissé. Il y a des choses qui ne changeront jamais. Une chose était certaine, cependant: Loevi l'intimidait -pas seulement parce qu'elle était préfète et qu'elle dégageait une aura d'assurance tranquille qu'elle ne réussirait jamais à imiter- et elle aurait donner n'importe quoi non pas pour lui ressembler (ça non plus, elle n'y arriverait jamais) mais pour qu'elle l'apprécie au moins un peu. Elle aurait tellement voulu que les autres l'aiment. C'était sans nul doute stupide et immature comme désir. Elle en avait conscience. Ca n'en changeait pas moins ses aspirations. C'était pour cela qu'elle était discrète, pensait-elle.

'Si les gens ne me connaissent pas, ils m'ignorent, s'ils m'ignorent, ils peuvent pas me détester. On peut pas haïr quelqu'un sans le connaître.'

Elle n'aimait pas -mais alors, absolument pas- cette dépendance qu'elle avait du regard des autres, mais c'était plus fort qu'elle. Elle aurait pu écrire tout un discours sur l'influence d'un sourire ou d'un regard sur son moral... Sauf que, bien entendu, le discours en question, elle n'aurait jamais pu en prononcer deux mots.
Et voilà, elle était repartie dans ses cogitations.


'Jsuis vraiment associable...'

En toute honnêté, elle ne comprenait pas pourquoi une fille comme Loevi perdait son temps avec elle. Mais... Mais elle souriait Loevi. Alors, "Mélusine", timidement, répondit à ce sourire. Peut-être qu'elle ne lui en voulait pas finalement. La race humaine était tellement étrange.
Le sourire de Loevi vira au rire. Et "Mélusine" grimaça une nouvelle fois. paf! Cramoisie! Elle se moquiait et elle avait raison. Elle était ridicule. Furieusement pathétique, quand même. Rougissant de honte, la jeune fille pensa, comme à son habitude, qu'elle aurait mieux fait de se taire.
Ce qui ne l'empêcha pas de s'empresser de détromper sa comparse quand elle déclara tout de go qu'elle n'était pas calme -ce qui, suivant son raisonnement précédent, aurait sous-entendu, qu'elle, "Mélusine" ne l'appréciait pas-:


"Mais si... enfin, mais non. Enfin... Il y a calme et calme, tu crois pas? Je veux dire... tu sautes pas partout en criant des bêtises comme certaines Gry..."

Qu'est-ce qui n'allait pas chez elle? Elle avait été sur le point de critiquer sa propre maison. Bon, bien sûr, elle avait toujours pensé que Gryffondor.. enfin, que le choixpeau avait dû faire une erreur... D'un autre côté, elle n'avait pas sa place à Serpentard.. Pas plus que chez les intelligents Serdaigle ou chez les joyeux et amicaux Poufsouffle... La vérité, c'était qu'elle n'avait peut-être pas sa place à Poudlard.
Ca devenait une maladie, chez elle, de réfléchir à ce point.

Elle hocha la tête, doucement. Oui, la solitude, ça avait du bon parfois. Souvent. Quant à ce à quoi elle réfléchissait... Une grimace. Répondre? Tenter au moins. Quitte à passer pour une folle inadaptée autant y aller franco:


"Je réfléchis tout le temps. Je réfléchis à ce que je vais dire, à ce que je vais faire. A ce que les gens vont en penser. Et plus que tout, je réfléchis à ce que j'aurais dû dire et faire... et à ce que les gens en auraient pensé."

'A ce que les gens pensent de moi.'

Ca devait avoir un nom cette maladie qui vous laissait paralysée par le regard d'autrui. Qui vous faisait rougir et bredouille. Qui vous donait honte de ce que vous étiez.

"Et.. et toi?"

*∞*∞*∞*


Plus amusée que vraiment furieuse, Zyn se tâta un instant à rire au nez du petit gnome.

"Ca, pour sûr, t'es pas préfète... Par contre, si t'es pas Pouffy... et si tu comptes aller à Serpentard.... Ca veut dire que t'es pas encore élève..."

'J'adore ma capacité de déduction!' Le Mowana

"Alors, tu peux me dire ce que tu fous à Poudlard?"

Au fond, elle s'en foutait comme de sa première paire de chaussettes (la deuxième en fait, la première était absolument magnifique). Le petit gnome marmonna quelque chose et ce coup-ci, la capitaine des Gadflies ne réussit pas à se retenir de rire. Elle criait un scandale pour des pamprelunes! C'étai bien la meilleure de l'année celle-là!
Et, pendant que mademoiselle-je-fais-semblant-de-m'appeller-Loevi boudait, Zyn riait aux larmes. Elle aurait tout vu à Poudlard. Vraiment tout.
Même un elfe collé à un gâteau au chocolat. Elfe qui lui jeta un regard, la reconnut et accepta enfin de lâcher le fameux gâteau. Le pauvre, il savait très bien que la jeune fille serait beaucoup plus acharnée et têtue que lui.


"Jsais pas ce que c'est un hibiscus..."

'Une nouvelle variété de gâteau?' A table !

"... Mais si j'ai envie de manger du gâteau, j'en mangerais... Tu boudes ou t'en veux un morceau?"[i] conclut Zyn avec un immense sourire. Si le gnome ne se laissait pas tenter par un gâteau aussi... appétissant, elle ne valait pas la peine d'être connue.

Elle se découpa une part plus que généreuse, y mordit à pleines dents et savoura le tout avant de répondre:


"Bien sûr que je connais Mark, je.."

'Je le hais mais on a été pire que des scroutts à la saison des amours?'

Rouge carmin.

"Bref, il aurait pas eu intérêt à toucher à mon gâteau... Même si, il est pas mal grand aussi. Et si j'ai plus de cervelle, il a plus de muscles et il y serait sûrement arrivé... Quoique..."


Dernière édition par Mélusine McEwan le Ven 13 Juin 2008 - 17:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://melusinemcewan.deviantart.com/
Loevi Leroy
Elève assidu
Loevi Leroy

Nombre de messages : 273
Maison : Poufsouffle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 14012
Date d'inscription : 16/04/2007

Miror Movie (PV) Empty
MessageSujet: Re: Miror Movie (PV)   Miror Movie (PV) EmptyLun 2 Juin 2008 - 21:02

-Est-ce que j'ai l'air vexée ? répliqua une nouvelle fois Loevi, souriante. Ne t'inquiète donc pas pour moi, il m'en faut plus pour me vexer, beaucoup plus...

Un certain Serpentard, par exemple, abominable cousin de son état. Lui, c'était l'horreur à l'état pur ; le seul qui parvenait à la mettre totalement hors d'elle - et c'était loin d'être un compliment.

Quant à Mélusine, elle était bien loin de pouvoir la vexer, en tout cas si c'était ce qu'elle voulait, ce n'était pas comme ça qu'il fallait s'y prendre. Malgré ses hésitations, Loevi appréciait de plus en plus sa compagnie. Certes, elles ne se connaissaient pas et n'avaient échangé - bégayé - que quelques mots depuis de courtes minutes, mais Loevi se sentait à l'aise avec elle ; ça ne s'inventait pas. Et puis, dans l'histoire, qui se moquait de l'autre ? C'était Loevi qui riait aux dépends de Mélusine, et Mélusine qui s'excusait auprès de Loevi... Le monde à l'envers !

La Gryffondor rougit une nouvelle fois face au rire peu discret de Loevi. C'était trop !

-Si je ne saute pas partout en criant comme une tordue, moi ?

La Poufsouffle arborait maintenant un large sourire qui n'était pas sans rappeler celui d'enfants terribles venant tout juste d'avoir une idée terrible. Le genre qui ne présageait rien de bon, rien d'autre en tout cas que quelques bêtises propres à ne faire rire personne... mais si tentantes à faire.

-Tu veux parier... ? demanda-t-elle sur un ton de conspiratrice.

Elle étouffa un rire derrière sa main, tout en commençant à se demander si ses simagrées n'allaient pas finir par agacer Mélusine - elle qui appréciait tant le calme, n'est-il pas ? Mais ce n'était pas ça qui allait l'arrêter - peut-être. Elle avait trop besoin de se défouler, de se changer les idées ; et la timidité rougissante de la Gryffondor était un remède très intéressant. Il ne lui fallait pas grand chose... Elle essayait surtout de ne pas trop réfléchir à certains événements de ces derniers temps - elle avait de quoi y passer des nuits blanches, si elle s'y laissait prendre.

Ce que ne semblait pas faire Mélusine. Mais Loevi comprenait sa réponse ; en vérité, elle aussi réfléchissait beaucoup, même quand elle affirmait qu'elle s'en empêchait. Il y avait des choses qui hantaient son esprit sans qu'elle ait moyen de s'en débarrasser. Pas le même genre que la Gryffondor - chacun ses soucis.

-Moi ? Hm... Je pense à cet abruti de Resnald et à tout ce qu'il me fait subir depuis un an, répondit-elle à toute vitesse. Je pense à tout ce qui s'est produit pendant ce temps-là et qui m'a complètement épuisé la tête, je pense à ce que j'ai fait et à ce que je mérite, à ce qu'on a prévu pour moi, à ce que je devrais faire maintenant...

Elle se tut soudain, consciente d'en dire trop et, rougissant à son tour, elle décida de faire machine arrière. Au plus vite. Terrain glissant, territoire dangereux. Les secrets sont faits pour être gardés, quoi qu'il arrive.

-Ça ne doit pas être évident d'avoir toutes ces choses en tête, remarqua-t-elle. Je veux dire, se soucier tout le temps du regard des gens, se demander tout le temps si on a bien fait ou pas... Bon je sais que moi aussi des fois je me prends la tête avec ça mais... Enfin je ne sais pas... On a sûrement plus important que ça non ? Comme...

Terrain glissant, encore. Sa vie était une avalanche de terre boueuse, il fallait le dire. Dont la principale digue était aussi son principal aiguilleur.


>¤<¤>¤<



-Peuh répliqua la fillette. De toute façon préfet c'est pour les grosses têtes avec des grosses lunettes et la tête de travers.

Sa mère aimait beaucoup dire que les "intello" avaient des "grosses têtes", des "grosses lunettes" et surtout "la tête de travers". Et comme c'est maman qui dit, bah maman a raison. Parole d'évangile de BloodDust.

-Je suis à Poudlard, là ? C'est pour ça que je reconnais pas ma maison ?
...
C'est vrai, je suis à Poudlard ?!
Yeah ! cheers


Elle entama une petite danse de la pluie - à moins que ce soit de la victoire - en scandant à tue-tête "Je suis à Poudlard-euh ! Je suis à Poudlard-euh ! Tralala-euh ! Tralala-euh !" Mais l'ignorance affichée de la grande personne l'arrêta net dans sa farandole.

-Hibiscus c'est Hibiscus, assena-t-elle avec un air sévère comme sa maman quand elle la grondait pour avoir dit une bêtise plus grosse qu'elle.

Si la grande personne connaissait pas Hibiscus, elle allait pas lui dire. Quelle honte, pas connaître Hibiscus... Mais c'était elle qui avait le gâââ.... teau, et elle en profitait pour l'agiter sous son nez comme si Loevi allait tomber dans le panneau. Elle était stupide ou quoi, la grande ? On disait bien "grand bêta" et "plus c'est petit, plus c'est intelligent", non ? On est petit quand ça nous arrange, na.

-Je veeeeuuuuux ! Donne donne doooooonne !!!

Elle tendit les mains vers la grande, la fixant d'un regard suppliant comme elle avait déjà vu le chien du voisin faire - c'est qu'il pouvait avoir l'air plus malheureux que n'importe qui quand il s'y mettait, celui-là. Mais la grande mangeait sa part avec un sourire ravi et semblait juste vouloir la narguer - genre "regarde, tu es privée de gâteau et pas moi, na !" C'est cruel, les grandes personnes.

-Siteplèèèèèèèèèèèèèèè !

Elle l'écoutait même plus, obnubilée par le gâ...teau au cho...co...lat qui n'attendait qu'elle pour disparaître pouf ! comme par magie. A pu, Mark. Il était pas là, toute façon, il pourrait pas le manger, celui-là. Na.
Revenir en haut Aller en bas
Mélusine McEwan
Administrateur
Mélusine McEwan

Nombre de messages : 1655
Age : 34
Maison : Ancienne Gryffondor
Gain de Gallions : 14823
Date d'inscription : 02/10/2006

Miror Movie (PV) Empty
MessageSujet: Re: Miror Movie (PV)   Miror Movie (PV) EmptyLun 16 Juin 2008 - 13:34

Délicatement, "Mélusine" esquissa un sourire.

"Tu m'en vois ravie et..euh..."

Peut-être qu'elles réussiraient à s'entendre? Peut-être que Loevi deviendrait, non pas une amie, "Mélusine" ne se faisait pas d'illusion, mais une connaissance qu'il ferait bon de croiser au détour d'un couloir. A cette idée, le sourire de la jeune fille s'accentua... légèrement. Les sourires à pleines dents n'avaient jamais vraiment eu leur place sur son visage. C'était un perspective somme toute euphorisante (euphorisante à sa mesure, bien sûr, mais quand même) que cette perspective-là. Savoir, que dans le château, il y aurait quelqu'un prête à lui sourire sans raison. Parce que Loevi avait décidement le sourire aux lèvres. C'était beau un sourire comme celui-là sans moquerie, sans arrière-pensée. C'était beau un sourire comme celui-là qui naissait juste parce qu'il avait envie d'être là. Un petit rayon de soleil pour coeur en quête de réconfort.

*Furieusement pathétique, c'est ce que je disais.*

Ca existait les gens qui réussissiaent à se faire rougir tout seul?
De toute façon, et en réponse à elle-même, ses pensées n'appartenaient qu'à elle et il n'y aurait qu'elle qui connaitrait son pathos en furie. Le problème ne concernait qu'elle, du moment qu'elle se surveillait assez pour ne pas extérioriser sa folie latente.
Loevi parvint une fois de plus à la distraire de ses pensées par une sortie verbale qui était... indescriptible. Pour être honnête, "Mélusine" voyait difficilement Loevi sauter en criant comme une tordue. Quoi que... Toujours plus qu'elle-même.

Ne parvenant pas à déterminer s'il s'agissait d'une boutade ou d'une drôle de déclaration préventive, la jeune fille jugea plus prudent d'arborer une expression neutralement amusée. Avant de répondre, doucement:


"Parier? Non, non, je te crois sur parole."

Ca ne se voyait pas (heureusement) mais elle avait mûrement réfléchi sa réponse. Réponse qui lui permettait à la fois d'asseoir le crédit qu'elle accordait à son vis-à-vis tout en s'épargnant un spectacle qu'elle n'était pas sûre de goûter. Encore que, pour être plus exacte, qu'elle n'était pas sûre d'avoir envie d'être invitée à y participer.
"Mélusine" fut donc rassurée de voir la conversation evenir sur des chemins moins dangereux pour sa santé mentale.
Elle se mordit la langue pour réfréner sa curiosité. Loevi parlait de Resnald et de ce qu'il lui avait fait subir. Une part d'elle-même s'étonnait encore qu'on puisse en vouloir à quelqu'un au point de lui empoisonner la vie comme cela semblait être le cas pour la Poufsouffle et son Serpentard de cousin.


"Je..."

Elle sentit ses joues s'enflammer une fois de plus.

"Non.. Rien."

*Oserai-je un jour? Réussir à demander ce dont j'ai envie?*

Sans doute pas, conclut-elle dans un soupir intérieur. Elle avait déjà passé 18 ans ainsi, pouvait-on changer de nature passé cet âge.
Son silence devait devenir gênant car Loevi changea de sujet. Plus ou moins. "Mélusine" en grimaça. Elle préférait parler des autres ou plutôt, entendre les autres parler d'eux. C'était plus confortable. Seulement, s'abstenir de répondre ne serait pas d'une grande politesse, et, pis encore, ça serait un sérieux manque de respect. Loevi semblait s'intéresser à elle, et, bien que l'idée fut on-ne-peut-plus étrange, "Mélusine" avait soudain envie d'essayer (au moins un peu) de se sociabiliser.
Quel mal y avait-il?


"C'est..."

*Pas si facile, hein?*

"D'un côté, c'est presque rassurant de toujours tout analyser. J'ai l'impression de mieux cerner la situation. Seulement... ça ne m'a jamais empêchée de faire des erreurs... Mais..."

...

"Mais, c'est...handicapant."

Un nouveau silence.
C'était sorti.


"J'aimeais être capable de faire autrement. Mais... je n'y arrive pas..."

Un semblant de sourire.

"Mais... il existe des choses bien pire dans le monde alors... je ne crois pas que je sois à plaindre. Et..."

La jeune fille se tut à nouveau. Elle était sûre d'avoir entendu un bruit. Ele voulait bien tenter les confidences. Mais une seule élève constituait un public déjà trop large.



*∞*∞*∞*




'Je savais bien que j'étais pas faite pour être préfète.'

Ni grosse tête de travers ni grosses lunettes.
Ah? Althychou et Ludo non plus?
En y réfléchissant bien, aucun des préfets du châteaux ne correspondait aux critères du gnome. Ca n'empêchait pas l'idée d'être aussi drôle que plaisante.

On ne pouvait pas en dire autant du petit monstre.

Quoi que... Sa surprise et son enthousiasme était plutôt charmant. Pour avoir le privilège de la voir s'amuser et rire, Zyn voulait bien laisser de côté son quota "gavage intensif de jeune et gentille rousse de 7ème année". Pour un moment. Et voilà que le petit gnome dansait et chantait (faux). Tant d'enthousiasme, c'était plaisant à voir.

Renonçant à comprendre le pourquoi du comment une petite fille plutôt en-dessous de l'âge requis avait réussi à atterrir à Poudlard, Mélusine se concentra plutôt sur son état d'esprit. Elle devait être pareille lors de ses premiers jours au château. Ca lui semblait loin tout d'un coup. Est-ce qu'elle aurait l'air d'un troll si elle se mettait à imiter Miss-je-fais-semblant-de-croire-que-je-m'appelle-Loevi? Peut-être. Mais ça n'était jamais ça qui l'avait dérangé.
Trop tard.
La petite fille s'était arrêtée, coupée en plein élan. Pour balancer une phrase qu'elle-même aurait réussi à pondre et se jeter sur le gâteau. (Ca aussi elle pouvait comprendre.). On aurait dit elle au même âge.

Ca faisait beaucoup trop de points communs pour que McEwan la rouge réussisse à conserver son potentiel "elle m'énerve". Tant et si bien qu'elle finit par consentir à lui offrir un chtititi bout de gâteau. Dans le langage mcewanien, chtititi bout correspond à taille normal dans les dialectes courrament employés au château.

Et, dans la vague de bonne humeur dans laquelle elle se trouvait, elle parvint même à demander:


"Si t'as jamais vu le château, ça te tenterait un petit tour du propriétaire?"

Une propriété collective appartenait un peu à tout le monde, non? Donc, un peu à elle.
Puis, jugeant qu'elle était un peu trop petite pour décider par elle-même (c'est bien d'être grand quand ça nous arrange), elle lui fourra le gâteau au chocolat dans une main, se saisit de l'autre et traîna le petit gnome anonyme à sa suite.


"Alors, là, tu vois, c'est... euh.."

'Palpitant, vraiment...'

"Bref... T'es jamais venue du tout à Poudlard? Comment t'as atterrie ici?"

Même avec toute la bonne volonté du monde, les questions ne demeuraient jamais au loin.
Une porte plus loin, entrouverte, laissait entendre le bruit d'une conversation. Autant s'esquiver pour ne pas être surprise en flagrant délit de contournement de règlement. Oui, autant...


'On connaît cette voix...'

Et autant pour le règlement. Au pire, elle se taperait une énième punition. Les dix premières sont difficiles, après, on ne compte plus.
Au diable la prudence! la curiosité au pouvoir!
Traînant toujours mini-chose par la main, Zyn poussa la porte sans grande discrétion (si, si, elle avait pourtant essayé) pour lui laisser voir un curieux spectacle.


'Mais... On dirait nous... enfin, toi...'

Ouaip... On aurait dit elle. Un peu trop elle d'ailleurs. De saisissement, elle lâcha la main de mini-chose.
On aurait vraiment dit elle... Sauf que...
Sauf que ça n'était qu'une pâle copie.
Celle (ou celui) qui s'était amusé(e) à prendre son apparence (parce qu'il s'agissait bien de cela, elle en était sûre) n'avait même pas bien fait.
Vexée comme un doxy, Zyn laissa son regard aller des boucles rousses parfaitement retenues dans un chignon aux chaussettes parfaitement identiques, en passant par l'uniforme rouge-et-or parfaitement ajusté. Blasphème. Comme quoi, l'apparence n'était pas l'essence. Ou la robe ne faisait pas le sorcier. Elle ne savait plus. Bref, ça n'était que de la pâle copie.
Et ce sourie niais. Et ce regard amical. Elle était prête à parier que l'Autre était allergique au jus de citrouille.

Toutes ces pensées défilèrent en un éclair. Eclair qui ne rivalisait certainement pas avec celui du regard de Zyn. Encore moins avec celui qui jaillit de sa baguette pour frapper son clone amorphe (vraiment nulle! elle ne réagissait même pas!). Une entaille apparut sur la joue gauche de l'usurpatrice. En même temps qu'une douleur s'éveillait sur la joue droite de Miss McEwan.

Si Zyn n'avait pas tant été aveuglée par la rage froide qui l'habitait, peut-être aurait-elle eu le temps de reconnaître la "complice" de l'usurpatrice. Peut-être aurait-elle eu le temps de lui murmurer que Loevi Leroy, c'était elle.
Peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
http://melusinemcewan.deviantart.com/
Contenu sponsorisé




Miror Movie (PV) Empty
MessageSujet: Re: Miror Movie (PV)   Miror Movie (PV) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Miror Movie (PV)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1 -



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard - Ecole de Magie :: Château :: Salles de classes Vides et autres inconnues du Château-
Sauter vers: