Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Amertume

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Allanah Raines
Elève assidu
Allanah Raines

Nombre de messages : 296
Maison : Serdaigle
Année : 5ème année
Gain de Gallions : 14406
Date d'inscription : 06/10/2006

Amertume Empty
MessageSujet: Amertume   Amertume EmptyMer 9 Mai 2007 - 13:48

* Forme noire dans le soir couchant, la jeune Allanah Raines se dirigeait vers les serres de Poudlard, tenant fermement contre elle son livre de botanique ainsi qu'une liasse de feuille vierge et d'un stylo moldu, plus pratique qu'une plume et l'encre utilisé communément par les sorciers. Le seul cours de botanique qu'elle avait suivi cette année avait réveillé en elle un besoin qu'elle croyait enfouit au plus profond de son être. Mais pouvait-on aussi facilement relégué au second plan ce qui avait occupé tellement de place dans sa vie ? Hier encore elle aurait surement répondu oui à cette question mais les souvenirs qui remontaient ce jourd'hui avaient tendance à faire faiblir cette conviction. C'est en cette morne soirée qu'elle avait choisit de renouer avec son ancienne passion. Cela ne servait à rien de se réfugier derrière des peurs hors de propos, sa belle mère n'était plus là pour l'empêcher de faire ce que bon lui semblait.

La Serdaigle frissona rétrospectivement à ces pensées. Elle ne devait plus y penser mais c'était difficile de faire taire l'émoi qui montait en elle à ces souvenirs. Comment oublier les blessures morales et physiques infligées par cette femme ? Comment ?!? Ces trois années avaient été douces autant pour l'esprit que pour le corps de la jeune fille et n'était-ce pas sa seule joie de vivre avec les plantes ? A bien y réfléchir, son attitude de rejet à l'annonce de son admission à Poudlard avait été puéril, une simple crise de petite fille. Pourquoi rejetter le seul endroit au monde où elle était à l'abris des coups et des mots blessants ?

Repoussant définitivement ces problèmes, elle regarda les serres qui prenaient peu à peu forme devant ses yeux. Plus que quelques centaines de mètres avant d'être de retour dans un lieu si familier mais pourtant si loin. Quand elle repensait au cours du Serpentard, elle ne pouvait s'empêcher de frémir à ses sensations et gestes simples qu'elle avait cru perdu. Mais ce qui l'avait plus déstabilisé fut sa mère, comme une présence qu'elle avait sentit à côté d'elle, la guidant pas à pas jusqu'à la fin du TP. Au début elle n'y avait pas pris garde mais pendant l'étape où elle et Alice avait dû attendre elle n'avait pas pu repousser cela et c'était laisser envahir par une torpeur bienheureuse. Assurément stupide de sa part d'avoir permis un tel laisser aller. Que devait se dire les élèves ou même Sacha s'ils l'avaient vu ainsi, regardant idiotement la Belladone s'égoutter ? Elle ne s'en voulait pas tant que cela pourtant. Ces moments lui avaient toujours fait cet effet et rien ne changerais cet état de chose, elle en avait la conviction.

Elle poussa la porte de la serre contenant les plantes les moins dangereuses de Poudlard. Entrée, la Serdaigle posa livre et crayon, enlevant la cape qu'elle avait jeté sur ses épaules en sortant de la Salle commune de la tour Nord tout cela sans jamais arrêter de regarder l'intérieur de la serre. Libre de ses mouvements elle ferma les yeux et inspira à fond les odeurs des plantes qui s'alignaient sur les supports en bois. La jeune fille sentait monter en elle un besoin irrépressible de prendre en main des outils, sentir le contact des feuilles sur la peau de ses bras nu, que monte à ses narines les senteurs de la terre qui avait empli sa petite enfance, retrouver les rires, les moments de complicité ... Sous ses paupières closes, elle voyait défiler des images d'un temps révolu. Ici sa mère, si jeune, si belle, la joie faisant pétiller ses pupilles couleur ambrun. Le vent jouant avec ses cheveux détachés, elle apprennait à Allanah alors agée de 8 ans les propriétés que l'on donnait à certaine plante dans l'antiquité, accompagné d'anecdote qui ravissait la petite fille qu'elle était alors. Aussi vite que ces images étaient apparues un voile noir couvrit ce tableau enchanteur pour être remplacé par un autre moment de son passé, plus proche celui là. C'était une froide nuit d'hiver, le ciel s'était couvert de nuage noir et l'on entendait le tonnerre grondait. L'orage n'était pas loin. Allanah déambulait à travers les couloirs de la maison familliale en Ecosse, appelant sa mère des sanglots dans la voix. Un éclair soudain fit trembler les vitres tandis qu'une forme noire menaçante se dressait devant la petite qui tremblait de tous ses membres. Une lumière d'origine magique apparut et elle vit que ce qui se dressait devant elle était une femme. Hautaine et froide à l'extérieur, elle avait une épaisse chevelure noire attaché en un chignon sévére qui la faisait paraître plus vieille qu'elle ne devait l'être réellement. Allanah avait à ce moment là éclaté en sanglot entrecoupé de hoquet misérable. Les lèvres pincées, l'inconnue prit sa main et l'amena à son père qui la prit dans ses bras pour tenter de la réconforter ...

Avec effort, la Serdaigle rouvra les yeux d'où s'écoulaient des larmes amères, faisant ainsi diparaître ses images du passé. Ce dernier souvenir avait signé la fin de son enfance heureuse.

Cela avait été une mauvaise idée de revenir ici, elle en avait pris conscience maintenant. Elle devait partir, maintenant, tout de suite ! Elle était d'une stupidité affligeante. Pourquoi avait-elle ruiner des mois d'efforts ? En ce moment même elle se maudissait mais plus encore Sacha De Lansley. Pourquoi avait-il fallut qu'il se proclame professeur le temps d'un cours ? Si il n'avait pas eu cette idée, les jours auraient continué paisiblement de s'écouler pour elle, sans autre soucis que de suivre des enseignements dont elle ne percevait pas l'intêret. Et pourtant ...

Prise de frénésie, elle reprit sa cape qu'elle remit sur ses épaules, prit ses biens et se dirigea vers la porte ... dont l'encadrement était occupé par quelque chose ou plutôt quelqu'un. Elle s'arrêta à quelques mètres, jettant un regard soupçonneux tout en tachant de découvrir qui cela pouvait bien être. *


Dernière édition par le Mar 15 Mai 2007 - 18:50, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://sandarea.azurforum.com/index.htm
Sacha de Lansley
Administrateur
Sacha de Lansley

Nombre de messages : 739
Age : 36
Maison : Ancien Serpentard
Année : 1ère année - Unicorn Ring
Gain de Gallions : 14439
Date d'inscription : 30/10/2006

Amertume Empty
MessageSujet: Re: Amertume   Amertume EmptyLun 14 Mai 2007 - 19:05

Une nuit de perdue, dix de retrouvées. C'est ce que j'essaye de me faire croire en pénétrant dans la Serre avec la certitude que je vais encore passer une nuit blanche. Mes nuits sont colorées. Un carnaval. Rouges celles ensanglantées par mes cauchemars morbides. Noires celles dont l'insomnie nourrit mes regrets d'une Charlotte en allée. Vertes celles où j'ai encore l'espoir d'un rêve qui m'accompagnera jusqu'au matin. Bleues, les nuits spirituelles que je passe caché dans le vieux chêne de la Forêt Interdite à émorfiler mon passé de fer rouillé en me demandant comment j'en suis arrivé là.

Puis, blanches, vierges, neutres, blêmes les autres... toutes les autres qui ne me laissent aucun répit. Qui veulent de moi le reste de ce que je suis: une âme morte. Je l'avais pourtant promis à Charlotte: aimer, oui, mais devenir l'ombre de nous-mêmes, non. J'ai tout gâché. Bravo. Je déteste les nuits. Je déteste les jours. Je n'appartiens plus qu'aux crépuscules, ces moments latents entre l'avant et l'après. La fin et le début. L'entre deux. Je suis un entre deux. Un irréel.

Sur le pas de la porte de la Serre où j'entre dans le but d'attendre ce crépuscule, je vois la petite...


"Comment c'est son nom...? Raines... Alhan... Elléa... Hum... bouse. Elle était là pendant le TP."

Il me faudra m'adresser à elle sans la nommer le temps que ça me revienne. Pourtant, je me souviens très bien d'elle. Regard divaguant sur le velours de ses pensées. Elle regardait goutter la Belladone et mettait à chacun de ses gestes une application singulière et respectueuse de la nature. Elle me donnait l'impression d'aimer ça.

Une fois encore je perce en elle le regard mélancolique qu'elle laissait pleurer sur la plante. Serait-ce la végétation, le vert, cette nature qui l'emmène sur le rivage inhabité de souvenirs heureux? Je ne sais.

Silencieux, j'attends qu'elle me remarque avant de la laisser passer.
Je ne lui dis rien.
On se croise. Ca arrive, ça, de croiser les gens?
Sans rien se dire.

Oui, ça arrive.



Bonsoir, fais-je simplement en m'écartant pour qu'elle continue sa route sans que je ne lui fasse barrage.


Diplômé
1ère année
Unicorn Ring
Revenir en haut Aller en bas
https://www.youtube.com/Sachens
Loevi Leroy
Elève assidu
Loevi Leroy

Nombre de messages : 273
Maison : Poufsouffle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 13802
Date d'inscription : 16/04/2007

Amertume Empty
MessageSujet: Re: Amertume   Amertume EmptyLun 14 Mai 2007 - 21:44

Il faisait sombre, il faisait froid. Pas seulement dans l'air. Pas seulement à l'horizon, non plus. Pour une fois, une seule depuis bien longtemps, la mélancolie avait étendu ses bras sur les frêles épaules d'une jeune fille au naturel si enjoué. Peut-être n'était-ce, après tout, qu'une couverture, une vaste fumisterie dont elle se servirait pour dissimuler au monde les tourments qui la hantaient. Un masque, comme certains en portaient ; mais le sien devait paraître terriblement réaliste, pour que son entourage n'y voie que du feu.

Du feu... Une vision de flammes s'imposa à son esprit. Pourquoi ? Elle n'en savait rien. Mais la flamme ténue d'une bougie agonisante semblait en cet instant représenter le peu de joie qu'elle avait conservée de sa journée. Elle vacillait, vacillait... Finirait-elle par s'éteindre ? De plus grands feux s'étaient vu soufflés en un instant, sans espoir de renaître. Le sien n'avait qu'une infime chance de s'éveiller à nouveau, mais... il s'éveillait, toujours, immanquablement, après avoir tremblé devant l'obscurité.

Etrangement, elle sentait qu'elle n'était pas seule à partager cet état morose. Cafardeux. Elle avait vu, dans la soirée, quelques visages sombres, tristes, dénués de tout sourire. De toute envie de sourire. Elle avait tenté de se changer les idées en errant au hasard dans le parc. Mais la nuit tombait, rideau tiré sur la fin d'une journée ordinaire. Il fallait rentrer.

Alors, l'esprit vide, son carnet aux trop nombreuses pages restées vierges dans une main, elle avait regagné les serres afin d'aller s'enfermer dans la noirceur d'un sommeil qui, elle l'espérait, ne la fuirait pas trop longtemps. Mais les portes de l'oubli lui restèrent inaccessibles : devant l'entrée de la serre se tenaient deux silhouettes. L'une assez petite. L'autre, si grande qu'elle lui rappelait sournoisement celle de son cousin Mark. Douloureux souvenir dans un moment tel que celui-ci.

Loevi hésita, un instant. Elle était partagée entre deux sentiments, deux attitudes. Elle voulait à la fois passer et repartir. Les déranger, ou se faire ignorer. Le parc semblait la rejeter, la pousser vers eux. Mais leur simple présence la mettait mal à l'aise. Elle d'habitude si joyeuse... Elle refusait de changer les habitudes, de contrarier les acquis des personnes qu'elle cotoyait. Ce n'était pas son genre de s'apitoyer de la sorte, pourquoi embarrasser les gens avec des tracas dont aucun d'entre eux ne se doutaient ?

Une voix perça le silence, un simple mot énoncé d'une voix grave, masculine. Quelque chose dans cette voix, ou peut-être simplement dans cette courte parole solitaire, la stoppa. Elle ne s'était pas rendue compte qu'elle s'était approchée si près... Ils étaient là, devant elle, et elle hésitait à annoncer sa présence. Mais ils la verraient, c'était certain, aussi certain qu'elle-même avait les yeux rivés sur eux. Incapable de les en détourner.

Ce qu'elle pouvait se détester, en cet instant...
Revenir en haut Aller en bas
Allanah Raines
Elève assidu
Allanah Raines

Nombre de messages : 296
Maison : Serdaigle
Année : 5ème année
Gain de Gallions : 14406
Date d'inscription : 06/10/2006

Amertume Empty
MessageSujet: Re: Amertume   Amertume EmptyMar 15 Mai 2007 - 18:49

* Son cauchemard. Son épiderme se hérissait par avance de tout les souvenirs qui remonteraient à sa mémoire avec son apparition. Son esprit avait assimilé Sacha aux plantes, le cours de botanique avait grandement contribué à cette "étiquette", et chaque fois qu'elle le verrait elle penserait automatiquement à ça. Elle le savait et c'était peut être pour cela qu'elle ne parvenait pas tout à fait à l'apprécier. Chaostique, c'était le bon mot pour décrire l'état dans lequel il l'avait mise sans le savoir. D'une vie morne et grise il l'avais plongé dans une vie rose mais où la douleur avait une part plus importante qu'avant. Pourtant ... pourtant elle n'arrivait pas non plus à le détester malgré toute l'application qu'elle mettait à faire naître ce sentiment en elle. Comment le pourrait-elle ? Le mot pardon était trop imprégné dans son coeur pour que la Serdaigle se laisse aller à le haïr qu'elle que soit la force qu'elle y mettait.

Son envie de fuir l'avait déserté à la minute même où elle avait vu et su. Elle était pétrifiée et ne parvenait plus à réfléchir. Partir ? Ne pas partir ? Envie ? Pas envie ? Si elle le voulait elle le pourrait, il ne l'arrêterait pas sinon le Serpentard se serait en travers du chemin et non sur le côté. Calmement elle tenta d'apaiser les battements désordonnés de son coeur. Ca ne servait à rien de s'énerver mais seulement à la rendre malade et ce n'était pas le moment de faire une crise. Elle décrispa ses membres un à un et quand cela fut fait, elle était toujours devant son dilemme. Le mieux serait encore de lui répondre et voir après ... *


Reculer pour mieux sauter ...

"Bonsoir ... Sacha"

* Réponse succinte. D'autre qu'elle aurait embrayé directement sur une question du genre "Comment vas-tu ?", "Qu'est ce qui t'améne ici ?" mais elle ne se sentait pas encore capable d'entamer une conversation futile. Elle aurait voulu ... Qu'est ce qu'elle aurait voulu au juste ? Lui demander pourquoi il lui faisait cet effet ? Pourquoi quand elle le voyait elle pensait à son enfance heureuse ? A sa mère ? Pourquoi, pourquoi ... Pourquoi !! Encore et toujours des questions, des "pourquoi" dont elle ne trouvait jamais les réponses ou jamais celles qui lui permettraient d'avancer. Ne devrait-elle pas plutôt prendre la vie comme elle venait, sans penser aux conséquences que les demains apporteraient ? Ne valait-il mieux pas qu'elle fasse enfin son deuil, donner raison à cette belle-mère détestée ? Enterrer hier pour vivre pleinement demain ... Qu'est ce qui la retenait ? Rien mais pourtant ... toujours des pourtants ... Comme les "pourquoi", les "comment", "pourtant" et autre faisaient d'elle ce qu'elle était: une interrogation vivante, humaine. Soupir qu'elle espérait inaudible. La vie était compliquée ...

Des frissons désagréable la parcouraient et ce n'était plus le Sacha qui les provoquait. Il y avait quelqu'un. Elle porta son regard, qui jusqu'à présent n'avait pas dévié de Sacha, vers l'entrée. Elle avait eu raison, il y avait bien quelqu'un qui les fixait sans que la Serdaigle ne comprenne pourquoi ... Elle adressa un faible sourire à la nouvelle venue. En même temps, elle sentait un poids s'envolait. Tout chance de parler à tord et à travers s'était envolée en même temps que l'arrivée d'ue tiers personne. Elle se connaissait trop bien, elle n'était pas du genre à étaller ses sentiments à d'autre personne que celle concernée ... *
Revenir en haut Aller en bas
http://sandarea.azurforum.com/index.htm
Sacha de Lansley
Administrateur
Sacha de Lansley

Nombre de messages : 739
Age : 36
Maison : Ancien Serpentard
Année : 1ère année - Unicorn Ring
Gain de Gallions : 14439
Date d'inscription : 30/10/2006

Amertume Empty
MessageSujet: Re: Amertume   Amertume EmptyVen 18 Mai 2007 - 21:45

Il se passe un long et étonnant instant avant que quelque chose n'arrive.

"Long" est un adjectif très relatif. Vous savez cette idée relativiste: "une minute assis dans les flammes parait toujours plus longue qu'une minute assis dans l'herbe." Et bien pour notre situation, dix secondes de ce silence où je ressens comme une gêne me sont aussi longues que dix secondes dans les flammes. Qu'est-ce qu'il se passe? Qu'est-ce qu'elle a? Mon "bonsoir" la dérange tant?

Elle finit par répondre mais cela ne dulcifie pas mon saisissement.
Ses yeux jusqu'alors plantés sur moi, dévient de leur mire et viennent regarder au-delà. Je me tourne. Quelqu'un.

Une fille. Plus vieille cette fois. Je suis tant et si bien interdit face à cette sensation inaccoutumée qui vient de me lier à la jeune Serdaigle, que mon second
"bonsoir" est plus évasif, plus jeté. Je regarde à peine Loevi. Comment je connais son prénom? Dois-je répéter que je connais tous les noms des filles de plus de 15 ans, toutes maisons confondues, dans Poudlard? Refermons la parenthèse.

Je me détourne de Loevi et me pousse, dans l'autre sens cette fois, pour la laisser passer. Peut-être vient-elle chercher du matériel ou quelque chose pour un TP, un devoir... un objet oublié. Je ne me pose pas trop la question. Mes yeux ne quittent pas Raines...

...Allanah. Moins de 15, mais je me souviens soudain. Son prénom sur la fiole de botanique.

Je souris enfin et me décontracte. Brisons la glace. Il fait soudain très froid dans la Serre.


C'est un rendez-vous secret pour TP nocturne? Fais-je en revenant tour à tour à tour sur Allanah puis Loevi, supposant qu'elles se connaissent et qu'elles s'étaient donnés RDV.

Tiens, en regardant de plus près, ça n'a pas l'air d'être la joie ni pour l'une ni pour l'autre.

"AAAarh! C'est moi qui fais cet effet pourri sur les filles?! Mais j'ai perdu mon modjo!!" me dis-je avec ironie face aux mines ternies.


Diplômé
1ère année
Unicorn Ring
Revenir en haut Aller en bas
https://www.youtube.com/Sachens
Loevi Leroy
Elève assidu
Loevi Leroy

Nombre de messages : 273
Maison : Poufsouffle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 13802
Date d'inscription : 16/04/2007

Amertume Empty
MessageSujet: Re: Amertume   Amertume EmptySam 19 Mai 2007 - 10:45

Trop tard pour faire demi-tour. Trop tard pour s'éclipser. Impossible de se faire oublier, aussi. La petite silhouette, une jeune fille plus jeune qu'elle, l'avait vue. Lui avait souri. Un pâle sourire, peut-être, mais un sourire tout de même. Une preuve que sa présence était connue. Reconnue, acceptée, même. Loevi tenta d'y répondre. Guère plus convaincant. Pire, semblait-il. L'heure n'était pas aux démonstrations de ce type.

Puis l'autre se retourna. Le cœur de la Poufsouffle manqua un battement. Puis accéléra. Mais le visage du garçon, même s'il était vaguement familier, n'était pas celui qu'elle s'attendait à voir. Ce n'était pas Mark. Soulagement teinté de déception. Pourquoi avait-elle pensé à lui ? Pourquoi avait-elle espéré... ? Avait-elle tant envie de le revoir, de lui parler ? Oui, très certainement. Sans doute aucun.

Le garçon s'écarta, pour la laisser passer, probablement. C'était une belle échappatoire : la route vers la maison des Poufsouffle était de nouveau ouverte devant elle. Sa Salle Commune, si accueillante, si chaleureuse, semblait lui tendre les bras. Elle voyait presque le chemin s'illuminer de fragiles lueurs, comme pour la guider. Une piste de lumière. La folie la tenait... La folie, ou plus raisonnablement la fatigue. L'effet était le même.

Rejoindre cet antre hospitalier, oui, mais il fallait pour cela passer près des deux élèves venus se perdre ici, et quelque chose la retenait. Elle ignorait quoi. Mais elle se sentait ridicule. Ô combien ridicule... Lorsqu'il parla à nouveau, s'adressant cette fois à elles deux. Elle aurait pu l'en remercier - ou l'en maudire.

-C'est un rendez-vous secret pour TP nocturne ?

Ou laisser simplement échapper un lourd soupir. C'était une possibilité. Tentante. Mais sincèrement vexante. Elle le retint. Briser le silence pour une question si stupide ? Au moins avait-il parlé, tenté quelque chose. Ce qu'aucune d'elles ne paraissait prête à faire. Elle prit à peine le temps de réfléchir.

-On était venues regarder les belles-de-jour et les perce-neige s'ouvrir, répondit-elle avec ironie.

Elle croisa le regard de la jeune fille et haussa les épaules. Il avait beau les avoir sauvés d'un long silence inconfortable, elle n'avait pu s'en empêcher. Question idiote, réponse idiote.

Même si le plus idiot des deux était fatalement elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
Allanah Raines
Elève assidu
Allanah Raines

Nombre de messages : 296
Maison : Serdaigle
Année : 5ème année
Gain de Gallions : 14406
Date d'inscription : 06/10/2006

Amertume Empty
MessageSujet: Re: Amertume   Amertume EmptyMar 22 Mai 2007 - 11:52

* Maintenant que la menace de dire n’importe quoi s’était évanouit en même temps de l’arrivée de la Poufsouffle, elle pouvait commencer à se détendre. Mais ce n’était pas facile et cet état de fait ne contribué pas, justement, à la détendre. Décidemment cette nuit n’était pas celle des sentiments simples à comprendre … Elle aurait dû rester dans sa salle commune, peut être aurait-elle finit avec un mal de tête carabiné par le degré de décibel produit par la masse grouillante des élèves de Serdaigle qui aurait décidé de passer leur soirée au chaud mais ça aurait mieux valu que ce déchaînement de pensées contradictoires. Mais en même temps elle aurait repousser encore le jour où elle devrait faire face à son passé pour le dépasser, qu’il ne lui gâche plus sa vie actuelle. Elle était donc soulagée mais en même temps elle ne l’était pas … Comme elle se le disait, le vie était compliquée … *

Récapitulons … Je suis incapable de faire face à mes problèmes, je tombe comme par hasard sur la seule personne que je ne voulais absolument pas voir et enfin, comme si c’était pas suffisant, il parle de TP … Magnifique soirée.

* Oui et fallait rajouter que Sacha ne l’aidait pas à y voir clair à la regarder sans la lâcher. Elle avait seulement pris conscience après qu’elle-même l’avait fixé. Elle était une très mauvaise joueuse de poker car tous ce qu’elle ressentait se voyait au premier coup d’œil et n’apprécierait que moyennement le fait qu’il ait vu les tourments qui l’habitaient … La Serdaigle n’était pas prête, devant témoin, à déballer tout ce qu’elle éprouvait. Bonne raison pour paraître enjouée même si elle ne se sentait pas d’humeur à rire. Aller ! Première étape : sourire. Mais … comment souriait-on déjà ? *

« Oui on a toujours adoré regarder s’épanouir les fleurs la nuit. »

* La nouvelle venue l’intriguait. Comme elle, la Poufsouffle semblait avoir le moral à ras des pâquerettes pour rester dans les fleurs. Etait-ce une épidémie qui courrait et rendait tout le monde comme ça ? *

Existe-t-il un “contre-démoralisateur” aussi ? se dit-elle in petto

* Parce que dans ce cas là, elle était prenante ! Et plutôt deux fois qu’une … *
Revenir en haut Aller en bas
http://sandarea.azurforum.com/index.htm
Sacha de Lansley
Administrateur
Sacha de Lansley

Nombre de messages : 739
Age : 36
Maison : Ancien Serpentard
Année : 1ère année - Unicorn Ring
Gain de Gallions : 14439
Date d'inscription : 30/10/2006

Amertume Empty
MessageSujet: Re: Amertume   Amertume EmptyJeu 24 Mai 2007 - 19:57

Citation :
"C'est un rendez-vous secret pour TP nocturne?"
"On était venues regarder les belles-de-jour et les perce-neige s'ouvrir", répond Loevi avec ironie.
"Oui on a toujours adoré regarder s’épanouir les fleurs la nuit", ajoute Allanah en tentant un sourire.


Je hausse les deux sourcils. Perplexe ou indifférent.
Je ne sais pas. Je ne me sens pas de faire comme si cela m'intéressait de savoir ce qu'elles viennent faire ici. Et leur réponse sur la défensive ne va pas du tout avec mon feeling de la soirée. Eviter de s'énerver. Eviter d'utiliser la baguette. Eviter des heures colles.

Un instant, je pense qu'il est bien dommage que ces réponses là soient parfumées à la dérision car j'aurais trouvé plus enchanteur l'idée qu'effectivement deux jeunes filles préfèrent venir dans les serres y voir pousser les fleurs plutôt que de traîner sans raison à leur abord.

Je tourne les talons et les laisse à leur rendez-vous secret. Aucune n'a démenti ma supposition, aussi fausse soit-elle, je présume qu'elles veulent se retrouver seules. J'irai chercher une autre serre. Elles ne manquent pas.

J'amorce mon départ:


Alors je vous souhaite bien du bonheur.
Embrassez les fleurs pour moi.


Diplômé
1ère année
Unicorn Ring
Revenir en haut Aller en bas
https://www.youtube.com/Sachens
Loevi Leroy
Elève assidu
Loevi Leroy

Nombre de messages : 273
Maison : Poufsouffle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 13802
Date d'inscription : 16/04/2007

Amertume Empty
MessageSujet: Re: Amertume   Amertume EmptyJeu 24 Mai 2007 - 20:45

L'espace d'une courte seconde, Loevi avait senti le remords poindre. Quelle idée de répondre de la sorte ! Mais la réplique de l'autre jeune fille l'avait intriguée.

-Oui on a toujours adoré regarder s’épanouir les fleurs la nuit.

Elle n'avait pu s'empêcher de hausser un sourcil. Elle ne s'était pas attendue à une telle réaction. D'autant qu'elle se rendait compte que simple phrase venait, d'une certaine manière, de confirmer l'idée proposée d'un rendez-vous secret - pour TP ou non. Or Loevi ne connaissait pas cette fille. Ni son nom, ni sa maison ; bien qu'il soit évident à ses yeux qu'elle ne soit pas de Poufsouffle.

Et là, elle se sentait terriblement idiote. Une part d'elle, la plus douteuse à première vue, voulait se justifer. Dire : "Non, non, je ne la connais pas, je ne suis pas venue ici pour la voir..." Mais cette justification en elle-même était tout aussi idiote.

Elle n'allait pas bien, d'accord. C'était une mauvaise passe, d'accord. Mais ce n'était pas une raison pour se défouler sur les autres ! D'autant que ce garçon, qui s'apprêtait à partir, n'avait manifesté aucune animosité envers elles. Rien qu'une simple curiosité comme elle-même le faisait quelquefois.

Une minute... Qui partait ?

Oui, oui, qui partait. Il leur avait déjà souhaité une bonne soirée. Ou plutôt "bien du bonheur" Et même... demandé d'embrasser les fleurs pour lui ! Pardon ? Loevi se sentit bête. Mais vraiment bête. Oh bien sûr elle savait qu'elle l'était. Mais là, c'était une preuve flagrante de sa profonde bêtise. Elle s'en voulait. Elle avait la désagréable impression d'être à l'origine d'un imaginaire malaise qui pèserait sur lui. Quelle idée !

Mais elle ne la quittait pas.

-Désolée... s'entendit-elle dire à voix basse, penaude.

Allons bon, voilà qu'elle s'excusait à présent. Embarrassée, la jeune fille décida de prendre sur elle et s'avança d'un pas ferme vers la première fleur qui se présenta à elle. Puis elle passa délicatement deux doigts en dessous et se baissa vers elle pour l'embrasser, avant de faire de même avec la suivante.

Bien. Parfait. Elle devait passer pour une véritable demeurée, à présent, mais au moins, elle faisait quelque chose, et elle évitait de croiser leur regard à tous deux. Même si, très certainement, ils devaient la fixer avec l'incompréhension la plus totale qui soit.

*Je suis folle, regardez-moi. J'embrasse les fleurs,* pensa-t-elle avec ironie. Ah mes jolies, comme je vous aime... Ça fait longtemps que je ne suis pas venue vous voir, pas vrai ?* ajouta-t-elle plus sincèrement pour les fleurs - bien que doutant que ces paroles leur parviennent.

Elle carressa du bout des doigts une troisième fleur - rouge comme le sang - avant d'y déposer ses lèvres avec plus de sincérité que pour les deux précédentes. Elle s'était déjà ridiculisée devant eux, ça n'avait plus grande importance.
Revenir en haut Aller en bas
Allanah Raines
Elève assidu
Allanah Raines

Nombre de messages : 296
Maison : Serdaigle
Année : 5ème année
Gain de Gallions : 14406
Date d'inscription : 06/10/2006

Amertume Empty
MessageSujet: Re: Amertume   Amertume EmptyVen 25 Mai 2007 - 15:00

* Hum … Réaction très pertinente après ce qui venait de se passer. A bien y penser elle était peut être vraiment adéquate. Quand on disait une trollerie on restait souvent sans voix, justement parce que on était stupide. Pour l’une des premières fois de sa vie, elle s’était laissée dicter ses réponses par ses sentiments plutôt que par sa tête … *

« Désolé … Reste. »

* Quand on arrivait à la limite de l’impolitesse, c’était souvent la meilleure chose à faire. Malgré toutes les complications que l’arrivée de Sacha avait causé en elle, elle n’avait pas le droit de faire transparaître une quelconque trace de ce qu’elle ressentait. Son amertume, elle pouvait la garder pour elle et ne pas en faire profiter les autres.

Poussant un soupir de découragement pour elle-même, elle se détourna un instant de la Poufsouffle et du Serpentard. Plus le temps passait, plus elle se sentait devenir différente. Etait-ce l’arrivée de l’adolescence qui lui faisait cet effet ? Elle ne se comprenait plus, ne savait plus ce qu’elle voulait et se permettait d’être « cassante » avec quelqu’un qui ne lui avait, en fin de compte, rien fait que lui ouvrir les yeux. Pour en rajouter une couche, elle avait délibérément mentit. Elle ne connaissait pas la jeune fille de Poufsouffle, ne lui avait même jamais parlé c’était pour dire, mais elle l’avait quand même inclut dans ses paroles. Si ça ce n’était pas une preuve flagrante d’un changement en elle, elle ne savait pas ce qu’il lui faudrait pour lui faire comprendre le contraire.

Sans se presser, elle reposa la cape qu’elle tenait toujours en main sur l’un des plans de travail de la serre et sortit sa baguette. Ils étaient tous trois ici par envie de se trouver dans un coin de nature, sans envie de se prendre la tête. Elle avait bafoué la tranquillité du lieu avec sa stupidité et aller tenter de se faire pardonner par les fleurs.

Du bout des lèvres elle prononça une des formules qu’elle préférait. Elle n’avait aucune véritable utilité mais quand, dans les cas comme celui-ci ou quand elle se sentait triste, elle était primordial. Formule dites, elle avait dans ses mains deux fleurs différentes : un gardénia et un brin de lavande, l’un pour Sacha, l’autre pour Leovi.

Humblement, elle donna le Gardénia au Serpentard pour la sincérité de ses excuses et la lavande à la Poufsouffle pour le regret de son mensonge auquel elle avait été associer sans le vouloir et regret de l’avoir embarrassé …*
Revenir en haut Aller en bas
http://sandarea.azurforum.com/index.htm
Sacha de Lansley
Administrateur
Sacha de Lansley

Nombre de messages : 739
Age : 36
Maison : Ancien Serpentard
Année : 1ère année - Unicorn Ring
Gain de Gallions : 14439
Date d'inscription : 30/10/2006

Amertume Empty
MessageSujet: Re: Amertume   Amertume EmptyVen 25 Mai 2007 - 16:21

Ma main passe ses doigts hébétés dans la broussaille dans mes cheveux. Je me gratte la tête sans comprendre ce qu'il se passe ici. Me dis encore une fois que je dois me les couper, là ça en devient dangereux cette coupe de cheveux effilée.

Les deux jeunes filles sentent mon retrait consterné et reviennent l'une et l'autre sur leur position. Bon... je suis perdu. Je ne comprends pas ce qu'il se passe. Ce qui vaut à leur regard ces figures tantôt amères, tantôt vindicatives. Quoique l'amertume est souvent le résultat même de ma présence dans les groupes que je traverse. Je peux volontiers présumer que je suis la cause de leur confusion. Pourtant, je ne faisais que passer... bref, je ne vais pas me plaindre. Pour une fois que ce sont les "autres" qui agissent avec gratuité vis-à-vis de moi... Ce n'est que la rançon de la gloire. Quel tribut! Je m'en serais bien passé. Tout ce que je vaux ce sont ces visages amoindris de bonheur et de légèreté. J'inspire lourdeur et désolation. C'est mon père qui serait fier de moi: "Bravo, mon fils! Loin de tous, attaché à rien, on ne doit rien à personne."

Oui, soit, père, mais il est tellement surmenant d'être dans cette persistante dissension. Se reposer. M'étendre sur le lit de l'aménité. Comprendre. Même si demain, au réveil, je me retrouve encore le valet de pic et pic et colégram, ce soir, je veux juste piocher amstramgram un peu de tranquillité. Jouons. Voilà ce que je fais quand tout me lasse.

Résolu, je me retourne vers les deux jeunes filles. Un gardénia? La sincérité. Je ne dis rien. Prends le présent avec circonspection et distance. Plus tard, peut-être leur laisserai-je deux Arums Jaunes pour leur expliquer...

Amertume Ecc82arumsjaune2uj1


...Les fleurs sont d'un autre langage qui me sied par sa discrétion et sa pudeur.

Je sors ma baguette tandis que Loevi est aux fleurs à laisser l'emprunte de ses baisers.
Elle se ridiculise... pourquoi? Pourquoi me prendre au pied de la lettre?

Très bien. Je sais ce qu'il me reste à faire.
Le bras portant la baguette est ballant le long de mon corps. J'avance vers la Poufsouffle.
Je prends la dernière fleur embrassée et me penche à mon tour pour l'embrasser silencieusement. Une unique fois. Puis, je murmure à la jeune fille d'une voix neutre:



Nous sommes quittes.

Ainsi, elle n'aura pas été la seule folle à aller se rouler dans le risible. Et pourquoi serait-ce ridicule? Je me fous de passer pour un idiot. Ce que peuvent penser les autres de moi n'a jamais eu aucune incidence sur mon comportement. Mes menottes aux poignets ne seront jamais l'œil du quidam. Plus on me pensera fou, sauvage et indomptable, plus je gagnerai en sérénité. C'est tout ce que j'ai compris du monde. Je préfère être craint, dégoûter, repousser, énerver, qu'attirer, émouvoir, désoler. Je préfère qu'on me prête son indifférence plutôt qu'un intérêt passager qui m'embarrasserait plus que tout et dont je ne saurais pas quoi faire.

Pas ce soir pourtant. Ce soir, jouons à égalité. "Tu te ridiculises à cause de moi?" Egalité. "Je te suis et l'on ne dira jamais que tu es sotte." De plus, le geste était charmant.

Je me redresse. Baguette droit devant moi. Pointée sur la porte. Elle se ferme doucement.
Puis en demi cercle sur l'ensemble de la Serre. Un seul et large geste qui déchire l'air et ouvre le panorama sur un trou noir qui s'élargit à mesure que le mouvement se poursuit. Le décor disparaît.

Passons à la deuxième. Le fardeau qu'elle porte... je ne sais pas. Je ne suis pas très bon pour les confidences. Elles m'indifférent autant que le reste. Je préfère ignorer et noyer l'amertume dans une pluie de poésie. La poésie, les mots, l'imaginaire, l'ailleurs sont les seuls remèdes qui existent à mes yeux pour étancher la haine, la peur, le doute, les sentiments négatifs.

Désormais le décor est tout autre. Le plafond, les vitres, les murs, tout ce qui nous entoure a disparu. Sauf les plantes et les fleurs. Tout est recouvert de giboulées scintillantes et éparses.
Lorsqu'elles retombent à terre, le sol absorbe la lumière et se recouvre d'une sorte d'onde hologramme. Comme de l'eau qui ne mouille pas. L'on se croirait dans l'espace. Il fait sombre. La seule source de lumière provient de ces petits flocons étincelants qui se meuvent doucement en redessinant les contours de ces masses informes qu'on devine être le plafond, les vitres, les murs, les meubles. Trou noir entouré d'étoiles. Les fleurs sont comme suspendues dans les airs ou par terre, plantées dans une galaxie déroutante. L'illusion est parfaite. Merci Merwick pour ces cours si instructifs.



Bien, mesdemoiselles.
Désolé de vous emmener sur la lune sans votre permission mais vos têtes me déplaisent.
Personne ne sortira d'ici sans avoir retrouvé le sourire sinon je vais très mal en dormir. Et cela me chagrinerait... je passe de très mauvaises nuits en général, puisse celle-ci être magique.


Daigneriez-vous me rejoindre, s'il vous plaît? Leur fais-je avec une obligeance presque autoritaire.

Je range la baguette, m'assieds sur le sol reflétant nos images. Les attends sans bouger, en tailleur, près d'un bosquet aux fragrances légères.


Parlons peu mais parlons bien.
Pour commencer, je m'appelle Sacha de Lansley, j'ai 18 ans depuis le 20 janvier et tout ce qu'on dit sur moi et à moitié vrai, à moitié faux. Je me fous de la vie, des gens, du futur. Etre heureux ne fait pas parti de mon programme, seul le jeu m'inspire. Et dès le point que je mettrai à cette phrase, je ne vous dirai plus rien à mon sujet. A votre tour. Présentation libre.


Sourire amusé, je les regarde tour à tour pour les inviter à cette petite présentation académique. Ensuite j'énoncerai les règles du jeu. Le cadre est si doux. Là, je me sens dans mon élément.


Diplômé
1ère année
Unicorn Ring
Revenir en haut Aller en bas
https://www.youtube.com/Sachens
Loevi Leroy
Elève assidu
Loevi Leroy

Nombre de messages : 273
Maison : Poufsouffle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 13802
Date d'inscription : 16/04/2007

Amertume Empty
MessageSujet: Re: Amertume   Amertume EmptyDim 27 Mai 2007 - 21:54

Il en faut peu pour perdre pied. Lorsque tout va déjà mal, et que l'on ne se sent plus guère à sa place. Une parole, un simple geste, n'importe quoi... et tous nos repères s'envolent. Elle croyait se rendre ridicule, pour une raison qu'elle ignore encore.

Mais lui se penche à son tour et dépose ses lèvres sur la fleur qu'elle vient de laisser.

Silence, incertitude. Incompréhension. Pourquoi ? Son cœur se met à battre, plus vite, plus fort. Pourquoi ? Et ses paroles résonnent à ses oreilles comme un invincible écho. Pourquoi ? Il a gagné quelque chose d'elle. Ni respect, ni admiration ardente. Autre chose.

Elle le regarde. Ses yeux ne le quittent plus, captivés par son visage grave. Elle se sent comme le serpent face au charmeur et sa flûte. Où est son instrument ? Seraient-ce ses mots ? Ses gestes ? Tout lui semble comme un message. Le son insistant de la flûte. Mélodie envoûtante dont elle se maudirait de ne pas saisir le sens.

Une fleur. Elle baisse les yeux sur celle offerte par la jeune fille. Lavande - regret ? Il n'y a rien à regretter. Pas encore. Demain, peut-être... Mais ce soir, la scène est autre. D'une rencontre imprévue et non souhaitée, à des baiser papillons aux végétaux. Pas de regret. Il est trop tôt. Rien n'a été dit - Rien n'a été fait. Pas encore. Mais cela va venir... Il flotte dans l'air un parfum étrange, déconcertant.

La soirée n'est pas finie. Elle ne fait au contraire que commencer.

Un geste ; une porte qui se ferme. Un autre plus large ; et c'est le décor qui change. Un ciel noir. Myriade d'étoiles. Pluie d'étincelles. Comme un magicien parmi les magiciens, il métamorphose la nuit en nuit, la magie en magie. Ravive la flamme vacillante d'un cœur sombre en recréant les ténèbres et leur beauté.

L'espace. Vide, infini. Comme une libération inattendue, une grisante sensation de voler, au-delà du temps. Plus rien n'existe. Fascinée, elle tourne sur elle-même, voulant tout voir à la fois. L'immensité. Les lueurs, mouvantes, scintillantes. Les plantes. Eux. Elle, et lui. Fleur et... charmeur de serpent.

Il parle. S'excuse ? Non. Pas tout à fait. Mais ses paroles soutirent à la jeune fille un léger sourire. Très léger. Un rien mélancolique. Peut-être. Sûrement. "Daigneriez-vous me rejoindre, s'il vous plaît ?" *Je daigne, monsieur...* songe-t-elle, s'agenouillant près de lui sur ce sol qui n'en est plus - plus vraiment.

Elle l'écoute, attentive. Cette obscurité piquetée d'étoiles l'apaise. Cet ailleurs, au milieu de nulle part, semble l'accueillir tel un havre perdu. L'atmosphère appelle aux confidences - et c'est lui qui donne le ton. Elle écoute, et ne sait qu'en penser. Quelques mots s'invitent dans son esprit... Il conclut, et passe son tour. Alors, elle se lance.

Si la vie est un jeu,
Nous n'y sommes que pions.
Nos chimères d'actions
Sont reflets de ses vœux.

Si la vie est théâtre,
Nous n'y sommes qu'acteurs,
Simulacres d'auteurs,
Pauvres pantins de plâtre.

Elle statue de tout,
Et bonheurs et malheurs,
Et décide pour nous
L'attrait de nos valeurs.


Court silence. Les mots sont venus seuls, comme d'eux-mêmes. A la fois vrais, et dérangeants. Intimes ; communs et personnels. Elle ferme les yeux. Tirer un trait, et oublier ces quelques vers.

-Je m'appelle Loevi Leroy, dit-elle enfin. J'ai 16 ans depuis peu... Une jeune fille ordinaire, une jeune fille comme il en existe beaucoup. Un éternel sourire sur les lèvres, et des rimes plein la tête. Je crois que c'est moi. C'est comme ça qu'on me voit.

Elle hoche la tête et passe ses doigts sur son brin de lavande. Avant de l'amener à son nez. Elle aime l'odeur de la lavande. Elle ne dira rien de plus. Ajouter quelque chose, ce serait en dire trop.





Arrow HJ : Désolée, mon style a complètement changé pour ce post...
Revenir en haut Aller en bas
Allanah Raines
Elève assidu
Allanah Raines

Nombre de messages : 296
Maison : Serdaigle
Année : 5ème année
Gain de Gallions : 14406
Date d'inscription : 06/10/2006

Amertume Empty
MessageSujet: Re: Amertume   Amertume EmptyJeu 31 Mai 2007 - 12:02

* Elle avait raté quelque chose. Elle resta quelques secondes interdites devant la fin du geste de la Poufsouffle, et la réponse du Serpentard, quand les paroles de Sacha lui revinrent en mémoire : « Embrassez les fleurs pour moi. » Ceci expliquer cela. Leovi, elle avait son nom maintenant, l’avait pris au pied de la lettre. Rien n’est plus noble que de faire devant témoin quelque chose que l’on pourrait croire ridicule. Le monde est remplit de personne ne possédant pas une once d'ouverture d'esprit, se moquant impunément de valeurs, de façons de vivre, - d’être ! – d’autres personnes. Parce qu’ils sont différents, ils ne méritent pas le respect que tout être humain à le droit d’attendre. Leovi ne méritait pas les moqueries parce qu’elle embrassait des fleurs. Combien de fois ne l’avait-elle pas fait elle-même ? Y avait-il matière à se moquer ? Sûrement pas et ce n’est pas elle qui le ferait.

Elle sourit une nouvelle fois à la Poufsouffle, un sourire plus chaleureux, plus ouvert que le premier, un sourire qui voulait dire : « Tu crois t’être ridiculiser ? Mais ce sont ceux qui se seraient moqués de toi qui auraient été ridicule. » Elle avait assez vécu des situations comme celle que pensait vivre Leovi maintenant pour comprendre ce qu’elle ressentait ...


Malgré son sentiment d’être plus moldue que Sorcière, on ne pouvais pas ne pas être ébahis devant un acte de magie réussit surtout quand il changeait un espace aussi grand qu’une serre comme celle de Poudlard. Enfin maintenant ça ne ressemblait plus vraiment à une serre. Le cadre avait été engloutit par le noir et seul les fleurs étaient visibles, suspendues dans un vide étoilé. Ses yeux se posaient sur tout, ne s’attardant sur rien. L’illusion était parfaite et si elle n’avait pas su qu’elle se trouvait dans une serre, elle aurait vraiment cru qu’un endroit comme celui-ci existait réellement.

Quand ses yeux et son esprit eurent finit de s’imprégner de cette vision enchanteresse, elle rejoignit Sacha et Leovi qui s’était déjà installer. Rien que pour ce moment elle savait, sans risque possible de se tromper, que cette nuit serait sûrement l’une des plus belles qui lui seraient donner de vivre. Pour une fois, elle allait laisser la magie supplanter son désir d’être une moldue sans rien de spécial. *


« Allanah Raines, 13 ans, à Serdaigle. Je suis plutôt du genre à préférer la compagnie des plantes que de mes semblables. J’av … J’ai un attrait prononcé pour la Botanique mais je crois que ça c’est déjà remarqué. »

* Clin d’oeil au TP de Botanique.

Elle avait buté contre le temps de sa phrase. Elle aimait ou non ?… Oui elle aimait, aucun doute la dessus. Toute cette mise en scène n’était sûrement pas là pour les faire replonger dans les affres des incertitudes et puis elle s’était promise de faire un effort. Même si la guérison de l’âme serait lente et longue, elle pouvait déjà « soigner » sa relation avec les autres, à commencer par Sacha et Leovi. *
Revenir en haut Aller en bas
http://sandarea.azurforum.com/index.htm
Sacha de Lansley
Administrateur
Sacha de Lansley

Nombre de messages : 739
Age : 36
Maison : Ancien Serpentard
Année : 1ère année - Unicorn Ring
Gain de Gallions : 14439
Date d'inscription : 30/10/2006

Amertume Empty
MessageSujet: Re: Amertume   Amertume EmptyJeu 31 Mai 2007 - 23:18

Les deux jeunes filles s'apaisent et viennent l'une après l'autre me rejoindre. Elles se présentent avec poésie, avec retenue. Allanah bute sur un verbe, c'est pour moi l'indice qu'elle subit un changement. Changement soudain, changement passé? Qu'elle en est la cause? Inconnue. Le temps n'est qu'une addition de petites modifications et, la somme de toutes, forme une histoire. L'histoire de la Serdaigle bredouille encore ses résolutions et son passé est imparfait, pas si simple, peut-être composé d'inconditionnels qui trouveront leur dénouement dans le futur. Il y a les règles de grammaire, il y a la rhétorique, la syntaxe ludique et les jeux de mots. Tirons un trait sur ces tracas ou mettons-les en exergue, la frise chronologique mérite parfois d'être renversée:


Enchanté, Loevi. Enchanté, Allanah.

Vous savez qu'à chaque fleur appartient un langage. Obsolète bien souvent alors nous allons le réhabiliter. Comme ça, sans raison. Juste pour passer le temps.


Il y a autour de nous toutes les variétés de plantes magiques ou traditionnelles. Nous ferons apparaître devant nous certaines d'entre elles... si par hasard, en 3ème année, tu as encore quelques hésitations sur les formules à utiliser, je les ferai apparaître pour toi. Bref, et selon la signification qu'elles sont censées évoquer, nous raconterons une pensée, une réflexion, un souvenir, heureux, malheureux, qui vous appartient ou non, court, long, un vrai, un mensonge, m'en fous. En tous les cas, quelque chose qui vous vide la tête de ce que je vois affiché sur vos visages et qui me déconcerte. Laissez divaguer. Se vider.

Comment puis-je faire autrement que d'envoyer un sourire charmeur au moment où j'insulte leur émoi? Alors, je leur souris pour faire passer la pilule. Mieux encore, je donne l'exemple:

Pour l'exemple, admettons: Lys. "blanc, pureté, majesté, chasteté, beauté: Mes sentiments sont purs."

Que m'évoque le Lys? La pureté? Est-ce une personne, est-ce un événement? Pour moi, le lys est la fleur dont j'habillerai la personne que je croiserai un jour et dont la parole sera si pénétrante et le sentiment si candide, qu'elle obtiendra de moi jusqu'à ma vie. Autant vous dire que je n'y crois pas et que je prends peu de risque à dépenser mes gallions en costume de lys ou à mettre ma vie en jeu. Pour moi le monde est monstrueux, nous sommes remplis de besoins "Narcisses", "Nénuphars", "Chardons", "Orties" ou "Garances"... Et ce qui se rapproche le plus du lys est encore le nouveau le né qui n'a pas encore poussé son premier cri.


"Hum... pas certain que de partager le fond de ma pensée leur ramène le sourire... peut-être aurais-je dû passer à la toute fin" me dis-je, doutant fortement que ma vision pessimiste du monde, en vidant ma tête, n'aille pas mal-remplir la leur.

Je marque une pause. Au milieu du triangle que nous formons, je fais apparaître trois lys. Nous ferons les bouquets de pensées les plus personnels et le plus hétéroclites qui soient. Bien. C'était la fleur de l'exemple. Je donne à l'une et à l'autre une fleur à effeuiller de réflexions. Lorsque reviendra mon tour, elles feront de même pour moi:


Allanah... Eglantine.
Loevi... Ancolie.


Ensuite passe celle qui voudra en proposant deux autres fleurs pour le bouquet.


Diplômé
1ère année
Unicorn Ring
Revenir en haut Aller en bas
https://www.youtube.com/Sachens
Loevi Leroy
Elève assidu
Loevi Leroy

Nombre de messages : 273
Maison : Poufsouffle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 13802
Date d'inscription : 16/04/2007

Amertume Empty
MessageSujet: Re: Amertume   Amertume EmptyVen 1 Juin 2007 - 18:48

Loevi se sentait bien. Oui, aussi étonnant que cela puisse paraître. Ce décor, ces deux élèves... tout était réuni pour amener une sorte de paix nouvelle dans son cœur. Une sérénité qu'elle n'avait pas goûtée depuis longtemps. Qu'elle n'avait jamais connue... Sacha de Lansley et Allanah Raines. Elle retiendrait ces noms. Elle se le promit.

Elle s'étonna de n'avoir jamais croisé le chemin d'Allanah auparavant. Elles partageaient la même passion des plantes. Mais peut-être était-ce le fait que l'une passait son temps dans le parc, et l'autre dans les serres... Un détail auquel il faudrait probablement remédier à l'avenir.

Elle l'écouta. Elle, puis lui. Avec attention, toujours. Elle s'en faisait un devoir, parce qu'ils étaient là, ce soir, au même endroit - physiquement, et moralement. C'était l'heure de partager les confidences, peu importait où elles mèneraient. L'important n'était pas là. L'important était l'invisible. Ce qui passait entre les mots. Elle voulait saisir l'essence même de l'instant et de ceux qui le partageaient avec elle.

Sacha énonça les règles - une sorte de jeu, dont la teneur dépendrait du bon vouloir de chacun. Il y avait là une invite aux aveux, de toutes sortes. Une porte ouverte à toutes les indiscrétions ; en toute discrétion. Elle n'entrevoyait pas toutes les possibilités, pas encore, mais elle sentait qu'ils pouvaient aller loi. Très loin. Et elle n'avait pas envie d'y prendre garde.

Ce soir, adieu les doutes, adieu les hésitations et les replis sur soi. Elle le regretterait, probablement. Mais là, à cette seconde, cette minute, cette heure, elle s'en fichait. Eperdument. Et elle n'était visiblement pas la seule.

Un Lys. Merlin, comme elle aimait cette fleur... Les paroles de Sacha la déconcertèrent, tout autant qu'elles éveillèrent en elle l'ombre d'un sourire nuancé. L'embryon d'une compréhension. Il était à la fois... si romantique et désenchanté... Parler d'un amour pur pour mieux l'étouffer derrière des propos désespérément démoralisants. Réalistes, peut-être, mais ô combien difficiles à entendre.

Il se tut, et fit apparaître trois lys. Puis donna à chacune des deux demoiselles une fleur différente. Eglantine pour Allanah... Ancolie pour Loevi. Ancolie ? La jeune Poufsouffle risqua un coup d'œil vaguement surpris au jeune homme. Incertitude Telle était la signification. Elle hésita. Réfléchit. Longuement. Puis la lumière se fit.

-L'incertitude... commença-t-elle d'une voix rêveuse. Peut-être l'une des plus grandes peurs de l'Homme. L'Homme peut douter de tout. Des vérités, des décisions. Des autres et de lui-même. Des certitudes. Il est un domaine où l'incertitude peut devenir douloureuse... si douloureuse même qu'il en devient presque impossible de seulement vivre...

Elle se tut un instant, perdue dans une contemplation muette et chagrine de la petite fleur bleutée. A l'instar de Sacha, elle s'était laissée aller à la morosité des mots.

-L'attachement que les autres vous portent... conclut-elle rapidement à voix basse.

Embarrassée, elle saisit sa baguette et fit apparaître deux fleurs d'un même geste, tout en déclarant :

-Magnolia pour toi, Allanah. Et pour toi, Sacha, fleurs de menthe.

Mais alors même qu'elle tendait la seconde plante, elle réalisa son erreur. Ses yeux s'aggrandirent, son visage se para d'écarlate. Où son embarras et sa maladresse l'avaient-ils conduite ?

-Oh Merlin ! Je suis désolée, vraiment désolée, je ne... bégaya-t-elle. Je ne voulais pas, enfin...

Car au lieu des fleurs de menthe promises, c'était une Immortelle qu'elle tenait dans sa main.

Elle se tourna vers Allanah, l'implorant silencieusement de prendre la suite. Même si cela ne faisait que retarder l'échéance, et la réaction de Sacha. Elle craignait l'avoir blessé.
Revenir en haut Aller en bas
Allanah Raines
Elève assidu
Allanah Raines

Nombre de messages : 296
Maison : Serdaigle
Année : 5ème année
Gain de Gallions : 14406
Date d'inscription : 06/10/2006

Amertume Empty
MessageSujet: Re: Amertume   Amertume EmptyMer 6 Juin 2007 - 17:21

* Dès qu'elle fut assis, à même le sol magique crée par Sacha, la première chose qu'elle fit fut de poser sa main par terre. Le sort était tellement vrai qu'on aurait pu croire qu'ils étaient tous sur de l'eau véritable. Passer la seconde vague d'étonnement, elle focalisa son attention sur ce que disait le Serpentard. Combien de personne faisait attention au langage des fleurs quand il en offrait ? Très peu, pour tout le monde ce n'était qu'un cadeau qui sera un objet de décoration et finira par mourrir. Ce soir elles seront thérapies pour des âmes meurtries, ce qui changerait agréablement de leur utilité originelle. La Serdaigle se voyait plus facilement se confier grâce aux fleurs que devant un psy qui couterait en plus beaucoup plus cher.

Elle regarda l'églantine quelqes minutes, cherchant ses mots, ce qu'elle pourrait dire et qui donnerait un sens à la signification de la fleur ...


"Rien n'est plus vrai que la signification de cette plante. Quand on vit une période de sa vie où tout n'est que bonheur on croit, j'ai cru, que cela ne s'arrêtera jamais ... Mais ce n'est pas vrai et espérer le contraire n'apporte que souffrances comme j'en fais l'expérience depuis maintenant 3 ans et demis. Il est dur de continuer à se lever le matin, de vaquer à ses occupations quand on a finit par comprendre que les jours heureux sont définitivement passés."

* Seul le souvenir reste, indélébile. Elle pourrait encore une fois ce dire que rien n'aurait été comme ça si elle avait fait tout de suite son deuil mais à quoi bon ? C'était fait maintenant et elle commençait à se lasser de toujours tenir les mêmes pensées déprimantes. Ce soir elle voulait partager, exorciser ce mal-être et rien d'autre. Plus de question, ce n'était plus l'heure.

La seconde fleur, celle de Leovi, représentait l'amour de la nature. Voila un sujet qu'elle aimait et qui avait le don de l'animer. Parler de fleur, d'arbre, d'un sujet sur l'écologie et vous pouvez être sûr qu'elle se réveillera très vite. Mais pour l'instant elle ne se préocupait pas trop de la fleur mais plus du ton paniquée de Leovi quand elle avait donné sa fleur à Sacha. Elle ne comprenait pas tout mais elle voyait bien que la Poufsouffle était gênée. Sans plus attendre, elle porta son attention sur la Magnolia, en respira la senteur avant de prendre la parole d'une voix forte. *


"Je trouve fascinant la faculté qu'ont les arbres et toutes les plantes en générales à s'adapter à tous les lieux. Nous si il fait trop chaud, trop froid, si il pleut trop, vente trop, nous courbons l'échine devant les élèments et même nos constructions les plus perfectionnés ne résistent pas. La nature, elle, se familiarise avec son environnement, quitte à se transformer, alors que nous nous déréglons tout pour nous imposer. Mais la nature ce n'est pas que cette force d'adaptation, la nature peut être belle et émouvante quand on sait la regarder, elle peut nous parler quand on sait l'écouter. J'aime être en communion avec elle car quand on la respecte, elle nous respecte en retour ce qui n'est pas forcément le cas dans les sociétés humaines.

Je l'aime tout simplement je crois, pour ce qu'elle m'apporte sans demander de contrepartie juste parce qu'elle le veut bien, juste parce qu'elle me comprend. Je pourrais vivre toute ma vie avec elle."


* Et en parler tout autant. Elle n'avait fait qu'effleurer le pourquoi de cet amour inconditionnel qu'elle avait pour la nature. Source de la vie, elle faisait plus attention à ne pas la blesser elle plutôt que ces congénéres. Elle ne connaissait pas la duplicité, ni le mensonge et c'était reposant de cotoyer enfin quelqu'un exempt de ces vices. Pourtant s'enfermer dans cet amour pour éviter les aléas de l'existence était-il la meilleure chose à faire ? *

"Leovi, Faux Amandier et Sacha Orchidée."
Revenir en haut Aller en bas
http://sandarea.azurforum.com/index.htm
Sacha de Lansley
Administrateur
Sacha de Lansley

Nombre de messages : 739
Age : 36
Maison : Ancien Serpentard
Année : 1ère année - Unicorn Ring
Gain de Gallions : 14439
Date d'inscription : 30/10/2006

Amertume Empty
MessageSujet: Re: Amertume   Amertume EmptyJeu 7 Juin 2007 - 1:24

Les deux jeunes filles se prêtent au jeu pour mon plus grand plaisir. Lys, ancolie, églantine sont au milieu de nous et attendent qu'on les arrose des mots de nos pensées. Le relais se fait naturellement et Loevi prend le tour suivant, aspergeant le bouquet d'une amertume chagrine.

Petit accrochage toutefois et rougissements dévoilés au moment où, après avoir fait apparaître un magnolia pour Allanah, elle livre une immortelle au lieu de la fleur de menthe annoncée pour moi. Son lapsus magique me fait moins sourire que ses excuses maladroites que je reçois sans réagir. Pourquoi s'excuse-t-elle? La chose qui me chatouille l'esprit est: "devrais-je disserter mes regrets éternels ou mes espoirs?" Je me demande ce qui a provoqué cet accrochage mais mon tour n'est pas encore arrivé. Je garde le silence et croise les bras pendant qu'Allanah embrasse la nature comme une mère qui l'aurait mis au monde et qui en son sein la protègerait ad vitam aeternam.

Faux amandier, orchidée. Mon tour revient très vite.

Je pointe ma baguette au centre de notre cercle et fais apparaître les fleurs citées par Allanah ainsi qu'une gerbe de menthe. Dépose ma baguette sur mes chevilles croisées sans quitter le regard de Loevi. Regard que je crois plutôt caustique mais ceci est bien malgré moi. Une sorte de tic. Envie de la titiller.

L'orchidée est parmi les fleurs, ma favorite et, quel que soit le regard que j'ai fait à Loevi, il n'est rien comparé à celui qui m'illumina à la citation de celle-ci. J'ai bien dû hausser un sourcil espiègle en direction de la Serdaigle...



Pour la double fleur de Menthe Immortelle...

Je fais semblant de réfléchir et laisse s'écouler un temps théâtral pour faire l'imbécile avant de reprendre:

Hum, regrets éternels, souvenir, constance, "la douleur que je ressens ne s'éteindra jamais", "je vous aime pour la vie bla-bla-bla". Bon. Je suis étranger à tout ce qui concerne l'immuabilité. Je suis ami de l'éphémère, du périssable, des choses qui passent, vieillissent ou se fanent. Ce sujet ne trouve pas de réponse en moi, ne fait écho à rien. Il flétrit de même que le reste... que tout ce que j'aime.

Et c'est égal en ce qui concerne l'espoir... la fleur de menthe est une bénédiction pour le thé et une géhenne pour la tête. L'espérance n'est qu'un tapis de coton qui recouvre une réalité de verre cassé.

Quand l'on sait que les choses, même minimes, peuvent disparaître à tout moment, quand on a suffisamment de respect pour ces éphémères que c'est sans espoir de retour, sans la vanité de les croire nôtre, qu'on les laisse librement partir, alors on est heureux de n'attendre rien de plus mais d'avoir eu un peu.

Et j'occupe bien peu de place dans l'échelle du temps alors j'aime ce qui est plus petit moi, ce qui défile et ne s'arrête pas, ce qui expire et ne dure pas, ce qui se prête et non pas ce qui se donne, la passion plutôt que l'amou...


Le corps de Charlotte allongé contre le mien me rappelle à l'ordre. Le souvenir de ses 'je t'aime' qui me manquent tellement me donnent la chair de poule. Je me frotte machinalement l'avant bras, incapable de terminer ma phrase. Je ne résonne plus pareil. Hum? Il faudra que je révise mes basiques.

Enfin... On ne possède éternellement que ce qu'on a perdu.

"Voilà qui est plus juste. Merci à la Norvège!"

Quant à l'orchidée...

Un sourire. Mes yeux pétillent, plutôt polissons, mais je dois contrôler mes paroles devant la jeune fille de 13 ans:

Une orchidée c'est une femme qui me dit "non"... et qui, plus tard, finit par me dire dix fois "oui".

"Bouse de dragon, j'avais dit que je faisais attention. Tant pis."

Pour éviter qu'Allanah ne réfléchisse trop longtemps à ma dernière phrase, j'enchaîne assez vite avec une autre règle du jeu. Passé, présent, futur.

Question plus simple pour poursuivre le jeu. Vous étiez une fleur hier, une fleur aujourd'hui, une fleur ce soir, là, maintenant, et vous serez encore une autre fleur demain. Lesquelles? Quatre fleurs, quatre moments, quatre états d'esprit.


Diplômé
1ère année
Unicorn Ring
Revenir en haut Aller en bas
https://www.youtube.com/Sachens
Loevi Leroy
Elève assidu
Loevi Leroy

Nombre de messages : 273
Maison : Poufsouffle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 13802
Date d'inscription : 16/04/2007

Amertume Empty
MessageSujet: Re: Amertume   Amertume EmptyDim 17 Juin 2007 - 12:19

Si Loevi s'en voulait, ce n'était pas tant d'avoir raté son sort que d'en avoir obtenu l'exact contraire de ce qu'elle souhaitait. A l'instar de ce qu'elle avait fait pour Allanah - qui avait réagi au-delà de ses espérances - elle avait voulu donner une note plus positive aux pensées de Sacha.

Impossible d'interprêter le regard qu'il lui avait adressé au moment de recevoir sa fleur de désespoir. Elle préféra écouter Allanah. S'imprégner de ce sourire qu'elle avait fait naître sur le visage auparavant renfermé de la Serdaigle. Ses paroles étaient pleines d'amour, de passion.

Et Loevi pouvait comprendre qu'on préfère la Nature à l'être humain. Elle-même ne fuyait-elle pas la compagnie des autres, parfois ?

Les fleurs suivantes furent faux amandier et orchidée. Alors que la Poufsouffle se perdait dans la contemplation de sa fleur, Sacha prit la parole. Disserta sur son choix - et son erreur. Elle releva la tête, son regard fut accroché par la gerbe de menthe qui ornait leur bouquet bigarré.

A quoi jouait-il ? N'était-il pas suffisant qu'elle affiche son incompétence de la sorte, sans qu'il n'en rajoute ? Elle ne savait plus où se mettre, plus quoi faire. Ses paroles la révoltèrent. Elle ne comprenait pas que l'on puisse vivre sans espoir... que l'on puisse aimer l'éphémère et mépriser l'impérissable...

Mais elle se garda de la moindre remarque et attendit sagement son tour.

-Faux amandier... commença-t-elle enfin. L'espérance...

Elle se permit un sourire. Allanah avait montré le chemin avec son amour de la Nature. Et avait récompensé les efforts de Loevi avec cette fleur. Elle ne devait pas la décevoir. Et elle savait quoi dire.

-Je suis un être pétri d'espérance... déclara-t-elle de sa voix douce. Quelles que soient les épreuves, toujours se relever, et croire au lendemain. Il y aura des jours meilleurs. Malgré tout.

Son visage se para d'un sourire rayonnant teinté d'une étrange peine. Son regard se perdit, au loin, parmi le vide et ses étoiles. Ce qu'elle disait était vérité. Jamais elle ne devait l'oublier. Oublier ce qu'elle était. L'espoir incarné.

-Je veux croire qu'un jour mes fautes seront pardonnées. Je veux croire qu'il me verra à nouveau, et qu'il viendra vers moi. Je veux croire que je serai un jour autre chose qu'un semblant de Cracmol - au meilleur de sa forme, ajouta-t-elle machinalement pour se donner contenance. Il y a tant de choses à voir, à vivre, tant de personnes à rencontrer...

Elle lança un regard appuyé à Sacha.

-Je ne peux pas me dire que rien de bon ne peut m'arriver. Pourquoi vivre tant de moments difficiles si c'est pour ne rien obtenir à la fin ? C'est impossible. Toute épreuve a sa récompense. C'est ce que je crois.

Elle avait dit à haute voix ce que son cœur avait presque oublié. S'en sentait mieux. Même si, une fois encore, elle avait abordé des sujets dont elle regretterait sûrement, plus tard, d'avoir parlé. Ce n'était pas près de s'arrêter. Les règles suivantes le lui prouvèrent.

Quatre fleurs ? Quatre états d'esprit ? En quoi cela était-il plus simple ? Pourtant, elle avait déjà les réponses.

-Mandragore, déclara-t-elle sans hésitation.

Elle ne savait plus si cette plante possédait des fleurs. Mais peu lui importait. Les trois autres plantes n'en avaient pas. Du moins, ce n'était plus elles qui comptaient.

-La mandragore pousse au pied des gibets, expliqua-t-elle. Elles vivent grâce aux morts. Se nourrissent d'eux. C'est une plante charogne qui se paie le luxe de ressemble à l'Homme...

Elle se tut. Devait-elle aller plus loin ? Avouer une vérité qu'elle haïssait plus que tout ? Certainement pas. Elle en avait déjà beaucoup trop dit.

-Aujourd'hui, j'étais un lierre, réprit-elle. Je m'excuse d'avance de dévier du sujet des fleurs pour prendre le chemin des arbres.

Comment expliquer qu'elle se sentait plus bois que fleur ? Plus brindille cassante que pétale délicat ? Elle préférait les forêts aux jardins, et c'était tout.

-Le lierre se cherche. Il symbolise... errance et questionnement. La recherche de qui l'on est, de où l'on va. J'imagine qu'il y a un moment, dans la vie de chacun, où le lierre représente ce que nous sommes, ce que nous traversons...

C'était par ailleurs probablement le cas d'Allanah, qui partageait une amertume similaire...

-Ce soir, le noisetier domine, dit-elle d'une voix qu'elle voulut chantante. Poésie et méditation sont devenus les maîtres mots de ce voyage en nous-mêmes... Quant à demain... je veux être sorbier. L'arbre de la guérison et de la vie. Comme un phœnix, je renaîtrai de mes cendres pour m'envoler vers mon avenir. Puisse cette fois être la plus belle, la plus durable.

Elle tendit la main vers sa baguette, puis se ravisa. Elle avait fait assez de sottises pour ce soir. Au lieu de cela, elle fit un léger geste vers le centre de leur cercle, incitant à poursuivre.
Revenir en haut Aller en bas
Allanah Raines
Elève assidu
Allanah Raines

Nombre de messages : 296
Maison : Serdaigle
Année : 5ème année
Gain de Gallions : 14406
Date d'inscription : 06/10/2006

Amertume Empty
MessageSujet: Re: Amertume   Amertume EmptyLun 25 Juin 2007 - 13:45

* Pourquoi avait-elle donné spécialement cette fleur à Sacha ? A cause des bruits de couloir ? Oui il y avait de ça mais pas seulement ... Les rumeurs étaient pour elle que de vague parole dénuée d'intérêt et seulement lancée par des gens qui avaient une vie tellement fade qu'ils devaient vivre par rapport à la réputation des autres. Cela lui faisait penser à la scène qui s'était passée dans le Hall d'entrée concernant l'une des préfétes de Gryffondor. Purdey Laroche Elda ... La Serdaigle détestait les gens qui, comme cette Serpentard, se permettaient de brailler devant assemblée des propos qui, dans le fond, n'intéressaient personne. Qu'est ce que ça pouvait faire aux élèves de Poudlard qu'Hermione embrassait mal ? Rien et pourtant elle en avait amasser des spectateurs bouches bées et buvant à moitié ses paroles ...

Elle avait chosit celle ci pour sourire. Parce que cette soirée avait été remplie de mine sombre et pas assez de joie, parce que Sacha ne devait pas pâtir de leurs humeurs, parce qu'elle voulait tout simplement le remercier d'avoir été là ce soir, même si de prime abord elle n'aurait jamais cru se dire ça, et d'avoir tenter d'alléger leur peine ... C'était stupide de penser ça non ? Qu'en avait-il à faire au fond d'une Serdaigle d'à peine 13 ans et d'une Poufsouffle guère plus âgée ? N'avait-il pas dit, suggérer - qu'importe - qu'il n'avait aucune considération pour les autres et leurs problèmes ?
Aussi vite que cette pensée se forma, elle la regretta instantanément. Elle ne le connaissait pas et elle ne pouvait donc pas se permettre d'émettre un jugement pareil. Il avait été là, point. Contrairement à d'autre, elle ne voulait pas juger sans connaître vraiment.

Prendre la vie comme elle venait ... Elle essayait maintenant, sans tenir compte du fait qu'elle pourrait en souffrir plus tard. "Les épreuves d'hier forgent le caractère de demain".

Celle de Loevi avait un but bien particulier, et au vu de la réaction de la Poufsouffle, elle avait eu ce qu'elle voulait. L'objectif de "retrouver le sourire" semblait prendre le bon chemin, elle même se sentait le coeur un peu plus léger qu'en début de soirée, ce qui se révélait être une grande avancée alors qu'elle avait d'abord cherché à fuir toute présence et en particulier une.

Elle sentit, confusément, que ses joues prenaient feu sans vraiment avoir pris le temps de réfléchir aux paroles de Sacha concernant l'orchidée. Mais peut être ne devrait-elle pas trop y réfléchir justement ... Il semblerait qu'une partie d'elle y comprenne quelque chose mais pas l'autre. Bizarre, bizarre comme sensation. Mais plus le temps de s'apesantir sur cette partie d'elle qui voulait comprendre que déjà ils passaient à autre chose. Hier, aujourd'hui, maintenant, demain ... *


Hier Campanule, douleur de ne plus l'avoir toujours près de moi mais aussi douleur de ne pas savoir aller de l'avant, aujourd'hui Améthyste, confiance en l'avenir ... Maintenant Arbre-Mère ...

* Instinctivement, elle porta sa main à son cou pour en déloger la chaîne qui portait ses deux anneaux. Elle sentait qu'elle devait en faire quelque chose, maintenant, mais cette sensation de devoir était trop diffuse pour qu'elle en saisisse le sens. C'était trop confus mais elle avait tout de même une question: était-ce de son fait ou simplement une incitation de l'Arbre-Mère ? Ce ne serait pas la première fois ... *

... apaisement, et demain je ne sais pas, je ne vois pas aussi loin, je ne veux pas voir aussi loin ... je crois.
Revenir en haut Aller en bas
http://sandarea.azurforum.com/index.htm
Sacha de Lansley
Administrateur
Sacha de Lansley

Nombre de messages : 739
Age : 36
Maison : Ancien Serpentard
Année : 1ère année - Unicorn Ring
Gain de Gallions : 14439
Date d'inscription : 30/10/2006

Amertume Empty
MessageSujet: Re: Amertume   Amertume EmptySam 30 Juin 2007 - 15:50

Oserais-je?

Oui.

Je noue les trois bouquets d’une ficelle dorée en faisant danser ma baguette dans les airs.

La série de fleurs et de plantes que les deux jeunes filles viennent d’ajouter relatent des aspirations et des sentiments qui me montrent pleinement que l’adolescence, la vie en générale, n’est qu’espoir de bonheur et de soulagement. Mais seulement quand on a encore un peu d’espoir… cela va sans dire.

Allanah n’a pas de fleur dans son jardin de demain. Ou plutôt elle ne désire pas en avoir. Puis-je lui expliquer que sans but on n’avance pas? Non, certainement pas. Je ne suis pas son frère ou son père. Elle trouvera des buts à se fixer et des moyens d’y parvenir quand elle sera moins paralysée par les souvenirs d’hier, quand elle aura envie de les comprendre.

Loevi quant à elle, se donne un destin plus grand et plus idéaliste. Renaître. Qui est pour moi synonyme 'd’effacer ce qu’on était dans le passé'. Qu’a-t-elle été de si tragique qu’elle en veuille mourir pour tout recommencer? Je lui souris amusé pour lui signifier que ses maladresses ne trouveront jamais aucune de trace de rancune en moi. J'ai tant de défauts que je n'ai pas de place pour la rancune.


En tout cas, ces deux jeunes filles sont pleines d’espoirs et leurs yeux et leurs mines ont l’air d’avoir retrouvé des couleurs.


Je me lève après avoir fait flotté les bouquets vers elles. Comment ça il manque mes quatre fleurs? Pas du tout. Trois d’entre elles sont déjà dans le bouquet et je ne préciserai pas ce qui correspond à quoi. Je reste Sacha. Je prends souvent plus que ce que je donne. En outre, je n’étais pas celui à 'guérir' alors je ne me confierai pas et j'avais prévenu dès le début. Il n’y a rien qui leur soit supportable dans ce que je pourrais leur confier. Cela ne serait pas leur faire cadeau que de leur raconter mes perspectives d’avenir.

Debout, je ferme les yeux en tendant ma baguette devant moi et récite une nouvelle fois l’incantation qui a fait paraître la serre pour cette fois-ci lui rendre son état originel.



Je crois que vous avez un TP de botanique pour rendez-vous nocturne à terminer, leur dis-je d’un ton amusé.

Je fais flotter le troisième bouquet devant moi, regarde un instant par-dessus celui-ci pour voir les deux visages bleu et or. Une seconde plus tard, mon bouquet disparaît. Demain, en se levant, Charlotte le trouvera au pied de son lit.

Baguette rangée.

Il y manquera la dernière fleur. Celle qui vient d’apparaître pour orner la chevelure blonde d’Allanah et brune de Loevi. Une pivoine d’un blanc éclatant.

J’enfonce mes mains dans mes poches et leur tourne le dos en souriant doucement:


Si dans le futur nous nous recroisions dans un couloir et que je ne vous saluais pas, si vos oreilles venaient à entendre des choses sur mon compte qui ne ressemblent pas à cette soirée, j’espère que cela n’altérera pas la couleur de ces bouquets… je sais que je vous décevrai.

Bonne soirée, elle me fut très agréable.

Je passe la porte de la serre sans me retourner, pour rejoindre d’un pas las la forêt où comme tant d’autres fois, je terminerai la nuit en mettant sur pied la façon la plus vicieuse d’éliminer mon pire ennemi, de le faire souffrir en l’étranglant de ma haine et de ma répugnance… en me félicitant aussi de n’avoir ajouté aucun pétunia, aucun lotus en fleur ou fleur de ciguë qui aurait gâché les sourires candides de la fin de soirée d’une Poufsouffle et d’une Serdaigle.


Diplômé
1ère année
Unicorn Ring
Revenir en haut Aller en bas
https://www.youtube.com/Sachens
Contenu sponsorisé




Amertume Empty
MessageSujet: Re: Amertume   Amertume Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Amertume
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2 -
Aller à la page : 1, 2  Suivant


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard - Ecole de Magie :: Autour du château :: Les Serres de Poudlard-
Sauter vers: