Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 [Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sacha de Lansley
Administrateur
Sacha de Lansley

Nombre de messages : 739
Age : 37
Maison : Ancien Serpentard
Année : 1ère année - Unicorn Ring
Gain de Gallions : 14652
Date d'inscription : 30/10/2006

[Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale... - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale...   [Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale... - Page 2 EmptyVen 15 Déc 2006 - 21:59

Le baiser.



Première acte d'intimité et de partage des sensualités au sens premier du terme. Si le baiser était un verbe on ne pourrait le décliner à l'impératif. Mais le baiser n'est pas un verbe, c'est de l'algèbre charnel:


une bouche x + une bouche y x l'envie de partager (partager = donner + recevoir) / par les cœurs xy à l'instant T = un baiser xy

Elinor ne sait pas ce qu'est un baiser. Elle appose ses lèvres aux miennes et reproduit "une idée" de baiser. Mais une idée ce n'est pas un acte. Je ne l'aide pas et garde mes lèvres closes, ne bouche pas, n'invite pas ses lèvres à ressentir les miennes. Je la laisse se planter et m'embrasser avec sa tête.

Je souris quand elle recule son visage car elle semble aussi sceptique que dégoûtée.


"Autant embrasser un mur… là ce n'est pas bon du tout." Me dis-je alors qu'elle amorce un nouvel essai.

Mais je ne soutiens pas ce deuxième essai et tourne la tête sur le côté pour esquiver ses lèvres. Je me redresse doucement et me positionne sur mes genoux, face à elle. Ma main sur le parquet m'aide à ancrer mon bras et à soutenir mon buste que je penche vers elle:



Non, Elinor… le baiser est l'impulsion de l'âme. Il ne se donne pas sur commande. Quel que soit le ton de ma voix, tu n'aurais jamais dû m'embrasser si tu n'en avais pas envie. D'ailleurs tu ne l'as pas fait… j'aurais plutôt apparenté ça à… Je pense qu'il serait mieux que je ne termine pas cette phrase.

Dans le baiser, ce n'est pas seulement ta curiosité que tu dois satisfaire mais celle de l'autre aussi. C'est un don et un redon. Tu n'as que ce que tu donnes. Tu ne donnes rien, tu n'as rien. C'est un échange. Même dans un baiser volé, il y a l'échange d'une saveur. Ton baiser était sans saveur et je n'en veux pas un second du même acabit, tu vas me tuer. Celui que tu allais me donner ensuite, aurait été le même, peut-être plus observateur encore, mais toujours sans goût. Pour séduire, donne du goût et de la couleur à tes gestes.


Je tâche de garder une voix posée et faible pour qu'elle ne résonne pas dans la salle. Que la dispense reste intime et secrète. Ce sont des secrets que je donne à Elinor en ce moment car je pense bien qu'elle n'ira pas raconter cela.

Je lève ma main doucement vers son visage. Dégage une locks qui fait une ombre sur visage. Ma main s'appuie plus encore dans le sol. Je me penche toujours. Doucement. Frôle ses lèvres du bout des miennes. Légère pression sur sa lippe rosée. Deux pétales qui s'effleurent. Je me recule aussi doucement que je suis arrivé vers elle et plus bas encore lui dit:


Un baiser, cela peut n'être rien de plus. Toujours trop pressée Elinor, trop directe et tu ne ressens rien car tu t'en empêches. Oublie tes a priori, les commandes de ton esprit. Ton corps est plus rapide que ton esprit dans la réflexion et il sait avant toi ce dont tu as besoin. Encore faut-il le laisser s'exprimer... "bien dans ses sorts, bien dans sa baguette"


Diplômé
1ère année
Unicorn Ring
Revenir en haut Aller en bas
https://www.youtube.com/Sachens
Elinor Redgrave
Elève modèle
Elinor Redgrave

Nombre de messages : 665
Age : 29
Maison : Serpentard
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 14857
Date d'inscription : 07/08/2006

[Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale... - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale...   [Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale... - Page 2 EmptyLun 18 Déc 2006 - 19:10

"Ton baiser était sans saveur et je n'en veux pas un second du même acabit, tu vas me tuer."

* Crois moi, si j'avais pu... humpf Non mais quel idiot! Tu t'imagines quoi? Que j'avais envie de me jeter sur toi comme ça à cause de ton charme irrésistible? Non mais franchmement! Je crois que même ça: [Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale... - Page 2 Bushwhacked20smallerqa5 ça aurait mieux compris que toi. Sincèrement, il ne s'agit pas ici d'a priori. Ton service trois pièces n'est pas un a priori, c'est une réalité qu'il m'est impossible de dépasser tant elle me rebute. Et si tu veux savoir ce que me dit mon corps, en ce moment, je sens mon pied brûle d'envie de te le faire sentir.*

Voici ce qu'elle mourait d'envie de lui dire, coup de pied à l'appui... Mais comme elle voulait privilégier la réflexion et ne pas se laisser piéger par un relent d'impulsivité, elle parvint à se maîtriser pour plonger vers plus de cynisme.

On efface tout... et on garde ça sous le coude.

=============================================================

"Ton corps est plus rapide que ton esprit dans la réflexion et il sait avant toi ce dont tu as besoin. Encore faut-il le laisser s'exprimer... "bien dans ses sorts, bien dans sa baguette"

De la couleur? Son petit numéro de séduction l'ennuyait au plus haut point, même si elle devait admettre en elle-même que ça devait rudement bien marcher avec certaines pintades. Maîtrise Petite Plume, maîtrise.

* De la couleur ... Pffff....*

Elle se décida à accepter de jouer les cobayes sur quoi elle allait tomber comme M&M's*? Comme subterfuge, elle fit contre mauvaise fortune bon coeur et ferma ses yeux en imaginant qe c'était Draconia qui était avec elle. De la couleur à ses gestes?

Voilà comment elle se laissa prendre au piège de Sacha, enfin... presque. Sa déception tout à l'heure, et la façon dont elle avait laissée son amie dans le cachot lui avait laissé un goût amer que cette fiction lui permettait d'adoucir. Elle était là... Elle se penchait sur elle. Il lui sembla qu'une grande vague de chaleur émanait de son corps. Elle posa le dos de sa main sur sa joue, de la manière la plus timide possible, et en caressa sa peau. Même si ce n'était pas Draconia, c'était quand même doux. Son index glissa sur son menton, et elle hissa son visage près du sien jusqu'à toucher son nez avec le sien. Elle colla son front sur le sien et elle resta un moment comme ça. Elle n'aurait pas su dire combien de temps.
Puis, comme grisée, elle se blottit contre lui. Son corps n'avait pas la même saveur que celui de Draconia, c'était certain. Il manquait des pièces et avait des choses en plus. Mais la sensation était bonne, elle n'allait aps, et ne voulait pas le nier.

Maintenant, elle n'avait pas totalement sombré dans la folie. Elle savait très bien que derrière ses gestes et sa jouissance morale se cachait Sacha et personne d'autre. Par contre, elle espérait quand même qu'il s'apercevrait de quelque chose...

* Confiserie fortement appréciée chez les moldues dont l'enrobage est très coloré. Sans mauvais jeu de mots, c'est un peu comme les dragées de Bertie Crochue, sans la surprise du goût. scratch Sont peut-être plus intelligents que nous ces moldus...
Revenir en haut Aller en bas
Sacha de Lansley
Administrateur
Sacha de Lansley

Nombre de messages : 739
Age : 37
Maison : Ancien Serpentard
Année : 1ère année - Unicorn Ring
Gain de Gallions : 14652
Date d'inscription : 30/10/2006

[Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale... - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale...   [Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale... - Page 2 EmptyMar 19 Déc 2006 - 1:35

Et quand Elinor s'envole, tout s'envole. Une caresse qui m'arrache peut-être un frisson. OK. Sûr qu'un frisson m'a été dérobé sous la main de la Serpentard. Pour me protéger de sensations que je ne souhaite pas ressentir, je me recule un peu plus vite d'elle et me détache en la fixant avec intensité. Mon regard n'est pas un reproche mais pourrait s'y apparenter, alors j'ouvre la bouche, hésite avant de parler, puis finalement:


Oui...

Ces trois lettres renferment tout ce que je pense de la sensualité qu'elle vient de déployer. Elle me vole mes mots. Ma raison me rattrape aussi vite que la réalité: Elinor fonctionne à l'ego. Je viens de me faire avoir. Bien. Très bien pour elle. Je suis content… quoique, pas tant que ça. Quelque chose me déconcerte. Cela vient de moi, pas d'elle? Si? Cela viendrait-il d'elle? Au secours! Mon esprit est une coulisse à pensées en perdition.

"Me faut-il à chaque fois lui foncer dedans pour qu'elle réagisse? Je serai fatigué avant elle... je ne supporte pas l'animosité, cela ralenti mon entrain."

Je me relève subitement encore. Je ne peux m'empêcher un coup d'oeil vers mon journal en craignant d'avoir fait une bêtise en le lui confiant. Elle me semble incapable de le comprendre. En fait, la chose est plus alambiquée: il m'apparaît comme étant improbable que l'on se comprenne un jour, elle et moi. Ses doutes son contagieux. J'aimerais lui transmettre ce que je sais pour qu'elle accepte ensuite de me transmettre ce qu'elle sait. La Différence nous sépare.

Cela l'aiderait-il de savoir que je me fiche qu'elle soit une fille, un homme? Que j'aime les hommes, les femmes de façon égale? Non, je ne pense pas. La Différence est profondément inscrite et, tant que je n'aurais pas compris ce qui nous différencie tant, je ne pourrais pas continuer.

Je recule de plusieurs pas, comme si j'avais devant moi une source d'ennuis avec de beaux yeux noirs.

Je pense…
Elle est probe, je ne le suis pas forcément.
Est-ce cela la Différence?
Non, trop facile.
Elle est vierge, je ne le suis pas.
Non, cela ne change rien.

Pourquoi ce mur invisible lui donne autant d'appréhension vis-à-vis de moi? Se protège-t-elle de moi ou d'elle? Cela me rend fou. Je passe mes deux mains dans mes cheveux en penchant ma tête en avant. Elle doit penser que j'ai mal au crâne. Que je suis triste soudain, ou dépressif. Je referme mes coudes devant mon visage pour lui cacher la précarité de mon aisance en cet instant confus et les ravages qu'elle peut faire sur ma concentration.


"Pourquoi Elinor me donne-t-elle toujours l'impression de s'obstiner dans le désaveu plutôt que de vivre simplement les choses? Est-ce là la Différence? Pourquoi me détester juste à cause de ma nature?"

Je suis libre, elle ne l'est pas.
Libre de principes coutumiers. Libéré de la morale des autres.
Emprisonné dans ma liberté...
Elle croule sous des idéaux et des bonnes manières, des théories et des lois installées par d'autres que par elle.

Je relève la tête tout doucement. Desserre les coudes. Je la regarde assise par terre. Silence à tuer les neurones.
Je crois que c'est ça... je ne sais pas.


"Je lui ferai peur? A elle, sa virginité, sa morale ou son cerveau? Peur de quoi? C'est quoi ces ombres dans son visage? Juste parce que je suis un garçon? Alors elle n'aurait rien compris?"

Je reviens vers elle, les bras le long du corps. Qu'elle le garde mon journal: je viens de comprendre qu'il n'avait plus rien de précieux. Ce n'est pas ce confident qui me rend riche de la vie: c'est le détachement que me confère mon esprit face aux murailles joviales et hypocrites des autres. Mon impétuosité n'est jamais une arme dirigée contre les gens mais un bras d'honneur aux principes établis. Je les déteste. Il nous font mentir.


Elinor ment…



Je m'emporte. Je ne sais plus vraiment si mon agacement est dû à la seconde d'incertitude que j'ai lu dans son regard ou au baiser parfait qui découlait de son ego. Qu'est-ce qui me fâche le plus? La réticence ou la docilité?


...mais... Elinor, tu me demandes de te montrer... je te montre. Je ne te demande pas de m'aimer, juste de me faire confiance. Au moindre battement cil indécis, j'arrête tout. Je ne suis pas le seul à apprendre dans cette pièce. Si cela t'agace, on arrête sur le champs et tu poursuis ta petite vie de lesbienne sans aiguille du Nord. Dialoguer avec quelqu'un en qui je ne serai pas dans une heure, est un grand pas dans mon comportement et dans l'agencement de l'ordre de mes priorités!

Evidemment ma dernière phrase est d'une vulgarité sans nom. Mais vraie. Je ne veux pas séduire Elinor, mes fins ne sont pas celles-ci. Je ne veux pas être séduit par elle. Donner et recevoir, chacun à sa manière. Finalement, toutes ces différences m'enseignent aussi sur moi.


Excuse-moi, ce n'est pas ce que je voulais dire.
Tes doutes me font aussi douter.


Voilà une phrase sincère.


Diplômé
1ère année
Unicorn Ring
Revenir en haut Aller en bas
https://www.youtube.com/Sachens
Elinor Redgrave
Elève modèle
Elinor Redgrave

Nombre de messages : 665
Age : 29
Maison : Serpentard
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 14857
Date d'inscription : 07/08/2006

[Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale... - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale...   [Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale... - Page 2 EmptyJeu 21 Déc 2006 - 11:50

Clac !

Un gifle sifla dans l'air de la pièce et claqua sur la joue de Sacha qui l'avait bien mérité. Depuis que ça la démangeait, elle venait de céder. A la facilité peut-être, mais surtout, à la phrase vulgaire et déplacée qu'il avait prononcée. Avait-elle laissé la trace de ses cinq doigts sur sa joue? Elle ne le savait pas puisqu'elle décida de regarder partout sauf sur la chose répugnante qui était à côté d'elle.

* Why do I have the impression to speak a foreign language? He's such a jerk! So cruel, so vile... such a bastard. He doesn't want to know, to understand me. Ok, I'm a complex person, cold, rigid, maybe neurotic. But he must show me some respect. Try me on this and you sound my wand out.* (voir traduction à la fin du message)

- Je te fais douter? Grande nouvelle. J'gnorais que tu fûs capable de connaître cet état, toi.

Elle se retourna enfin vers lui et osa le regarder dans les yeux.

- Je comprends parfaitement ce que tu veux m'apprendre. Je ne suis pas stupide. Il me semble que ma dernière action t'en as convaincu, dit-elle non sans une certaine fierté.

- Tu veux m'apprendre à séduire? Ok, j'ai bien pigé le truc. La chose qui m'embête là-dedans et qui m'empêche d'avancer. Tu parlais d'un baiser comme "impulsion de l'âme. Il ne se donne pas sur commande."

Elle fit une pause pour lui parler le plus sérieusement et le plus calmement du monde.

- Sacha, imaginais-tu vraiment que j'allais avoir envie de t'embrasser? Tu pourrais être le plus beau mec ou la plus belle fille de la terre, je n'aurais pas davantage ressenti une telle envie. Si effectivement le baiser est une impulsion de l'âme, je dois d'abord avoir saisi ton âme, sa nature, sa beauté. Je dois connaître la personne pour avoir envie d'échanger un baiser avec cette personne ou avoir envie de la séduire. Tu te serais transformé en Miss Bewitched (voir plus bas), ça aurait été pareil. Pour moi, ce n'est pas une mécanique. Où est la magie des sentiments. J'imagine que je ne serai jamais adepte des "one night stand".Séduire n'est pas un but ultime dans ma vie. Je reconnais que c'est nécessaire et que j'ai un excellent professeur en la matière.

Elle espérait qu'il aurait compris.

- Cette philosophie t'est certainement étrangère, et ce n'est pas grave. Que tu m'apprennes à séduire est une chose, mais ne me demande pas de changer ma persone pour autant. Chacun est différent, et tant mieux. Que serait la terre uniquement peuplée de Sacha?

Malgré la gifle et les paroles malheureuses qu'il avait eues tout à l'heure, elle lui donna un sourire et lui fit un clin d'oeil en imaginant le monde horrible que deviendrait notre vieille planète croulant sous une masse de Sachas pleins d'hormones.

- Alors professeur, quelle est la prochaîne leçon de séduction?

Traduction de l'anglais et justification du passage en anglais: Eli pense que sacha et elle ne sont pas sur la même longueur d'ondes, et ne parlent pas de la même chose, et encore moins dans la même langue. Wink
" Pourquoi est-ce que j'ai toujours l'impression de parler une langue étrangère avec lui? ce n'est qu'un idiot (gentille dans la trad lol), cruel, vil, et un sacré bâtard (sorry). Je suis certainement complexe, froide, rigide et névrosée, d'accord... Mais il me doit le respect, qu'il me teste à nouveau en la matière et il tâtera de ma baguette."


Miss Bewitched: sorcière spécialisée dans le streap tease au Velvet Club.
Revenir en haut Aller en bas
Sacha de Lansley
Administrateur
Sacha de Lansley

Nombre de messages : 739
Age : 37
Maison : Ancien Serpentard
Année : 1ère année - Unicorn Ring
Gain de Gallions : 14652
Date d'inscription : 30/10/2006

[Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale... - Page 2 Empty
MessageSujet: Post Elinor   [Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale... - Page 2 EmptyVen 22 Déc 2006 - 22:06

Sa claque reste comme une étreinte sensible sur ma joue. C'est ma première de l'année. Etonnamment, elle m'excite plus qu'elle ne me blesse et je ne saurais expliquer pourquoi. Peut-être parce qu'Elinor n'a jamais été aussi féminine que par ce simple geste.

J'amène ma main sur mon visage pour la passer doucement sur ma joue et effacer la chaleur de la gifle. Maintenant, je la laisse réfléchir. Elle doit en avoir besoin, et j'ai comme l'impression que cette gifle ne m'est pas destinée puisqu'elle ne change rien: ni au dehors, ni au-dedans d'Elinor. Ni au dehors, ni au-dedans de Sacha.

Cette gifle est le premier orgasme de la Serpentard. C'est comme ça que je le vois. Bien entendu, pour m'en éviter une deuxième, je ne dis absolument rien à ce sujet mais mon sourire est là pour le lui faire comprendre. Sourire simple, un tantinet prétentieux, soulagé aussi. Pour elle: elle est humaine.

Mais ce n'est pas pour autant que je suis satisfait.
Au contraire... et qui pourrait se satisfaire d'une gifle?
Elle sourit, m'envoie un clin d'oeil qui est peut-être censé me montrer l'aboutissement de sa réflexion.
Moi, ça ne ma va pas. "Leçon de séduction"? C'est tout ce qu'elle croit?
Non.
Pas si simple. Si je suis pour elle synonyme de "séduction", alors je m'en retourne, trop tôt pour le lu faire rentrer dans sa petite tête. A mon tour de mettre un soufflet. Pas physiquement, aussi crapule que je puisse être, plus jamais je ne lèverai la main sur une fille. Une fois je l'ai fait. Aussitôt regretté.



C'est fini pour ce soir… ça ne sert à rien d'aller plus rien, lui dis-je en me relevant.

Je sors ma baguette, la fais tourner entre mes doigts le temps de me laisser un sursis pour la réflexion. Ma décision est toute vue. J'arrête ma baguette vers Elinor.


"Accio Journal" fais-je en regardant ma relique se diriger droit sur moi.

Je saisis le cahier relié de cuir d'une main ferme.


Tu ne le comprendras pas. Je te le donnerai quand tu auras grandi, lui dis-je froidement avant de me diriger vers la porte du dojo, pour l'instant, à part lui mettre une fessée pour les idées qui y sont développées, il ne te servira à rien.

Eh, oui. Bien que la claque fusse pour Elinor une très bonne chose - Que je suis fière d'elle, aussi - elle reste pour moi la blessure de son incompréhension. La situation m'ennuie et je la trouve trop dangereuse pour moi. Pas pour elle.

J'arrête.


"Elle ne veut pas me comprendre, je ne la comprendrai pas non plus… ça, reste une constante."


Diplômé
1ère année
Unicorn Ring
Revenir en haut Aller en bas
https://www.youtube.com/Sachens
Elinor Redgrave
Elève modèle
Elinor Redgrave

Nombre de messages : 665
Age : 29
Maison : Serpentard
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 14857
Date d'inscription : 07/08/2006

[Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale... - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale...   [Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale... - Page 2 EmptyMer 27 Déc 2006 - 13:59

Le Xaël La gifle l'aurait-elle vexé? Non, il faisait pire. Il ne voulait pas comprendre.

Pour ce qui est du carnet... Sacha n'est pas un homme de parole. Bon à savoir. Pourtant, loin de ce simple journal, de la claque qu'elle lui avait donné, il y avait une simple chose qui la titillait et qui la vexait: elle ne saurait pas ce qu'il voulait dire par "aller plus loin".

C'était frustrant ça. Oh oui, bien plus que toute autre diatribe qu'il aurait pu déverser contre elle, rester dans cette situation d'attente dans un rôle de gamine punie lui tapait sauvagement sur les nerfs. C’était la pire de toutes les provocations.

*Time to play. Je veux savoir *

Elle fit passer quelques mèches et locks derrière ses oreilles, arbora un sourire calculateur, et s’avança vers lui. Les quelques pas qui la séparaient de ce garçon lui permirent de réfléchir à son angle d’attaque. C’était assez fin à jouer, elle n’avait pas trop intérêt à se louper sur ce coup.

Elle s’arrêta finalement du côté de son corps qui abritait son journal, précieusement serré dans sa main. Son cœur battait à tout rompre, emporté par une folie non sentimentale, non. C’était autre chose. Une excitation suprême. Excitation intellectuelle, presque métaphysique. Rien de physique, et pourtant, il fallait que tout en passe par là dans cet assaut. Aller sur son terrain.

Ses lèvres n’étaient qu’à quelques millimètres de son oreille. Ses doigts prirent possession des siens tels des serpents étouffant leur proie. Puis, la pression retomba pour finir en une gentille caresse. Elle était prête à lui parler.

- Tu ne vas pas déserter comme ça, je suis déçue. N’y a-t-il pas un moyen pour te faire rester ? S’il te plaît… Sacha.

Du bout de ses doigts prédateurs, elle touchait le journal. Mais elle s’appliqua à faire diversion. Pas d’épée, pas de baguette, pas de menace. L’attitude de Sacha prouve qu’il ne se sent pas en sécurité. Attaquer sans arme.

* Sacha vient de livrer un coup classique mais fin : Il a pris le contre de tierce et s’et mis en garde. Jusqu’ici, je n’ai fait que parer la contre de tierce dans sa retraite, main haute, port farouche. Il a pris ensuite le contre sur ma double feinte. Que me reste-t-il à faire ? Contre-dégager quarte dedans, enlever, partir et… le laisser mourir, à supposer que ma riposte soit bonne et que ma vitesse d’exécution soit convenable, et que j’ai envie de le tuer… ce qui n’est pas le cas, car je me sens concernée. Je me sens impliquée par mon adversaire qui n'en est pas un, plus maintenant.*

[Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale... - Page 2 Dartag10

Non, elle n’en avait pas la moindre envie. Elle préférait le défier pour mieux le connaître. Elle pensait qu’il avait encore beaucoup à lui apprendre. Pas question pour autant de se comporter comme un laquais auprès de lui. Elle était bien trop fière pour cela, et elle avait bien raison.

Sa main libre para toute riposte en se posant sur l’épaule de Sacha. Elle était tout contre lui, dans une posture qui ne lui semblait pas dangereuse puisqu’elle y était insensible au demeurant. S’adapter à l’adversaire, toujours. Montrer qu’on a bien appris, et qu’on est avide du reste.
- Tu ne m’as toujours pas donné mes pouvoirs. Je ne sais pas non plus qui est la mystérieuse demoiselle. Ne te sauve pas. J’ai envie…

HJ: Pour le passage sur l'assaut, voir Daniel Picouly "la treizième mort du chevalier", p. 32
Revenir en haut Aller en bas
Sacha de Lansley
Administrateur
Sacha de Lansley

Nombre de messages : 739
Age : 37
Maison : Ancien Serpentard
Année : 1ère année - Unicorn Ring
Gain de Gallions : 14652
Date d'inscription : 30/10/2006

[Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale... - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale...   [Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale... - Page 2 EmptyMer 27 Déc 2006 - 15:31

J'atteins à peine la porte que ses doigts, un simple effleurement, m'en dissuadent. J'écoute son murmure à mon oreille et tâche d'ignorer les frissons que cela procure. Je ferme les yeux et soupire longuement devant la parade d'Elinor que je lui laisse, sans sarcasme. Elle apprend. Vite.


"La contemplation de cette femme l'énervait, comme l'usage d'un parfum trop fort. Cela descendit dans les profondeurs de son tempérament, et devenait presque une manière générale de sentir, un mode nouveau d'exister (…) Quant à essayer d'en faire sa maîtresse, il était sûr que toute tentative serait vaine. (l'Education Sentimentale, Flaubert)"


Quand je les rouvre sur ses yeux noirs, ma main se relâche de sur mon journal et je le lui cède silencieusement. L'objet passe de ma main à la sienne sans quel ait d'autres efforts à fournir que l'inertie d'une dextre posée sur l'épaule. Je me retourne. J'avance progressivement ma main vers son visage sans accroître le mince interstice qui nous sépare… puis, qui ne nous sépare plus lorsque, les deux mains dégagées dont l'une est promise à une caresse sur sa joue, je laisse la deuxième saisir sa taille pour appuyer Elinor contre moi. Avec la même langueur presque indifférente, mes lèvres viennent happer les siennes; je sens son souffle sur ma bouche, son haleine provocante et sucrée. Humide. Sa salive se mélange à la mienne, et voilà que je viens de transformer l'âpre baiser du Juge, en un baiser plus sucré pour Elinor: elle a ses pouvoirs. La faculté de légilimancie sur trois têtes qu'elle aura choisies, hormis la mienne.

Je me recule doucement et marche à l'autre bout du dojo. M'appuie debout contre un mur, main dans les poches, jambes croisées, tête penchée sur le plancher. Je réfléchis.


"Il y a des hommes n'ayant pour mission parmi les autres que de servir d'intermédiaires; on les franchit comme des ponts, et l'on va plus loin." (E. S., Flaubert) , me dis-je en remettant mécaniquement en place, les mèches de cheveux qui assombrissent mon visage.


Que trouverait Elinor dans mon journal, si seulement elle parvenait à l'ouvrir – ce qui assurément, ne serait pas chose facile?

Elle trouverait les extraits de mes lectures, les croquis de mes idées, de mes fantasmes, des corps rencontrés, des matins maussades, du sang et de la douleur versés, des frivolités d'un garçons de 17 ans, des rêves désabusés d'un enfant de 11 ans…
Elle y trouverait des musiques, des partitions inachevées de plusieurs instruments…
Elle y apprendrait alors que je joue de six instruments, parfaitement maîtrisés, que je perdis ma virginité l'été de mes 13 ans, qu'il me fut donné d'aimer une fois. Douloureux de trop, j'abandonnai définitivement cette ambition.
Elle verrait beaucoup de violence, beaucoup de rires, de douceur, de témérité, de bêtises et d'ironie aussi.
Elle rencontrerait Oliver, sa mort. Benjamin, l'ami source de ce que je suis. Et Kitty.
Elle voyagerait au pays du Désintérêt et du Renoncement.
Elle comprendrait que le Sacha que l'on pense ne veut rien, ne désire rien si ce n'est le monde tout entier. Pas comme une possession mais comme une connaissance extrême, une maîtrise totale de ses récifs énamourés.

Elle passerait son doigt sur le paragraphe qui dessine le futur auquel je crois être promis:


"Il voyagea.

Il connut la mélancolie des paquebots, les froids réveils sous la tente, l'étourdissement des paysages et des ruines, l'amertume des sympathies interrompues.

Il revint.

Il fréquenta le monde, et il eut d'autres amours encore. Mais le souvenir continuel du premier les lui rendait insipides; et puis la véhémence du désir, la fleur même de la sensation était perdue. Ses ambitions d'esprit avaient également diminué. Des années passèrent ; et il supportait le désœuvrement de son intelligence et l'inertie de son cœur." (E.S., Flaubert)



Elle saurait chaque nuit, chaque baiser, frisson, position, sensation.

Elle détiendrait un profil inconditionnel de moi… mais Moi, dans le fond....? elle ne m'aurait jamais. Car je ne m'appartiens pas et j'écris sans vouloir être saisi.

Les indices de la liberté, qui m'est si chère tout comme elle devrait l'être pour tous, sont développés comme une symphonie en trois mouvements: esprit, chair et cœur. Il n'y est jamais question de séduction, et le mot amour est le seul qui n'y figure pas. Honni de mon vocabulaire.

Je le lui cède sans lui donner la clé. Si elle le lacère, le force ou le brûle, elle me brûle aussi mais ne me retirera pas la liberté de détenir encore des secrets.


Je relève ma tête et mon visage est marqué de fatigue et de lassitude. Ces derniers temps, j'éprouve beaucoup. Est-ce que ça s'appelle grandir?



"Sandwi… la fille c'est Sandwi" lui dis-je sans bouger les lèvres, comme si l'aveu était trop difficile.


Diplômé
1ère année
Unicorn Ring
Revenir en haut Aller en bas
https://www.youtube.com/Sachens
Elinor Redgrave
Elève modèle
Elinor Redgrave

Nombre de messages : 665
Age : 29
Maison : Serpentard
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 14857
Date d'inscription : 07/08/2006

[Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale... - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale...   [Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale... - Page 2 EmptyJeu 28 Déc 2006 - 10:20

*... de savoir * pensa-t-elle pour finir sa phrase.

Mais déjà son esprit était ailleurs. Play. Stop. Rewind.

* Sandwi? Nya? Gné? Pourquoi moi? Je ne la connais pas. Je croyais qu'elle était avec Enki. Ah non, c'était avec Shanty... Décidément j'ai dû louper des épisodes. Amour, Gloire et Stupidité. Bon reprenons: il va falloir que je discute avec elle pour la connaître. Premier point. Ensuite, ben, faudait que je sache exactement ce que monsieur attend de moi.*

Rewind.

Son corps venait à peine de se remettre de ce baiser étrange. Deux dans la même soirée, ben dis-donc. Celui-là était vraiment étrange. Il lui laissa un léger étourdissement, un peu similaire à celui qu'on connaît si l'on boit un peu trop... Quelque chose s'était déversé en elle et avait tout bousculé. Il lui semblait savoir des choses qu'elle n'avait jamais apprises. Un liquide gras et froid lui glaçait les veines.

Le baiser avait une saveur particulière, comme un parfum de crème glacée créée par M. Fortarôme. Tout cela n'avait rien de naturel. Elle recula de deux pas et chancela... L'ivresse du pouvoir.

Play.

Elle retrouvait peu à peu son équilibre et finit en regardant Sacha. C'était la première fois, à son humble avis, qu'il ne considérait pas une fille comme une proie. ressentait-il quelque chose à son égard? Ou, le voulait-il? Elle le saurait tôt ou tard.

- Je suppose que j'ai reçu ce que je demandais. J'ai beaucoup de questions et de doutes sur tes pouvoirs, j'ai du mal à croire qu'un garçon de cet âge puisse en posséder autant que tu veuilles le faire croire. Mais ce que je viens d'éprouver tend à prouver le contraire... Je préfère être franche avec toi, du moment qu'ils me permettent de revoir Margareth, je vais tout faire pour remplir ma part du contrat.

Elle le regarda avec un grand intérêt. En effet, si Terry/Terence Chapi/Chapo Barbapapa lui permettait de revoir sa mère grâce à la statue, elle aurait finalement pu dire au revoir aux deux personnes qui avaient le plus compté dans sa vie. Alors, dans ce cas, l'origine des pouvoirs de Sacha, elle s'asseyait dessus.

- Est-ce que l'une des personnes sur qui je peux utiliser la légilimancie peut-être Sandwi?
Revenir en haut Aller en bas
Sacha de Lansley
Administrateur
Sacha de Lansley

Nombre de messages : 739
Age : 37
Maison : Ancien Serpentard
Année : 1ère année - Unicorn Ring
Gain de Gallions : 14652
Date d'inscription : 30/10/2006

[Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale... - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale...   [Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale... - Page 2 EmptyDim 31 Déc 2006 - 10:29

"Sandwi? Nya? Gné? Pourquoi moi? Je ne la connais pas. Je croyais qu'elle était avec Enki. Ah non, c'était avec Shanty... Décidément j'ai dû louper des épisodes. Amour, Gloire et Stupidité. Bon reprenons: il va falloir que je discute avec elle pour la connaître. Premier point. Ensuite, ben, faudrait que je sache exactement ce que monsieur attend de moi"

"Si tu pouvais garder tes médiocres commentaires pour toi… Le Egon je ne me suis pas moqué et n'ai rien commenté lorsque tu pensais à Draconia que je sache?" fis-je pour mettre fin à ses plaisanteries douteuses qui ne faisaient rire qu'elle.

Cette constatation était bien douloureuse.
Pas qu'Elinor se moque. De cela je m'en fous.

Simplement, je me rends compte que je vis très mal le fait d'être amoureux.
Surtout de cette fille stupide, bornée et sans manière.
Je ne pouvais pas tomber plus mal...

Si... j'aurais pu tomber sur Cain ou Stonebridge.
Brr, y penser me dégoûte du plaisir et me fait perdre foi dans
le peu d'humanité qui reste encore dans ce château...


"…D'ailleurs, je ne sais même pas si j'en suis amoureux. Elle me plaît mais je n'ai pas envie de la séduire. C'est la seule chose que je sais.


Evite de mentionner Youshenko, cela m'irrite."


Pour ce qu'elle me dit de vive voix, j'acquiesçai sans répondre de peur d'en trop dire. Si cela l'amusait, je pourrais lui montrer l'ampleur du pouvoir dont elle parle en un nouveau tour qu'il m'a été donné de découvrir ce matin. Subjuguant.

J'acquiesce une fois encore quand elle évoque la possibilité d'user de ce don sur Sandwi mais je me tourne aussitôt vers elle, après avoir réfléchis, bien que mon regard et mon visage finissent par se diriger ailleurs où elle ne pourra pas voir que je rougis peut-être.



A la régulière, j'ai dit.
Pas de tour de passe avec Sandwi. Si tu prends sa tête pour cible, cela va me retomber dessus… choisis plutôt quelqu'un qui pourrait te servir. Draconia… peine perdue. Non pas qu'elle ne sache pas penser plutôt qu'elle ne sert à plus rien.


En disant, cela je sais que le répondant d'Elinor ne tardera pas à contrecarrer l'attaque de sa bien aimée. Dans le cas échéant, c'est bien. Cela voudrait dire qu'elle se détache.


Une série de high kicks lol
Je suis très content d'avoir pu caser un kick à Cain, un kick à Stonebridge, un kick à l'obsédée qui sert de petite amie à Terence et que je ne souhaite plus nommer par solidarité masculine, un kick à Enki et un double kick à Sandwi. Ce post est le plus nul que j'ai écrit dans le forum mais qu'est-ce qu'il soulage.


Diplômé
1ère année
Unicorn Ring


Dernière édition par le Jeu 30 Aoû 2007 - 18:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.youtube.com/Sachens
Elinor Redgrave
Elève modèle
Elinor Redgrave

Nombre de messages : 665
Age : 29
Maison : Serpentard
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 14857
Date d'inscription : 07/08/2006

[Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale... - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale...   [Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale... - Page 2 EmptySam 6 Jan 2007 - 10:04

- Ce commentaire est d’une telle bassesse que je n’ai même pas besoin de relever, il s’est enterré lui-même dans sa médiocrité.

Elle passa un petit moment à lui expliquer qu’elle ferait ce qu’il attend d’elle, mais… C’était agaçant, sa personne entière était à la fois agaçante et attachante. Tour à tour il pouvait montrer ses deux visages, et ça, c’était pire que tout. Sans doute sa meilleure arme. Il savait se faire aimer et détester à quelques minutes d’intervalle.

Il voulait faire d’elle sa Nounou. Soit, mais il ne devrait rien lui cacher. Elle serait son chaperon, sa bonne conscience, sa psychorigide nécessaire. Sur le coup, elle se sentit pareille à un curé en train de prêcher des sermons d’une autre époque. Même si elle était un peu trop coincée pour certaines choses, elle ne revendiquait pas cette morale du tout.




=============================================================

Il n’y avait pas âme qui vive dans le dojo à présent. Eli était assise contre le mur et repensa à toute son entrevue avec Sacha. Ce curieux bonhomme brûlant sa vie comme une armée après sa victoire. Elle sortit de sous sa robe le fameux journal de Sacha, celui qu’il lui avait donné, puis repris, puis rendu.

La jeune fille l’examina sous toutes les coutures mais ne trouva pas le moyen de l’ouvrir. Quelque chose la surprit. Elle aurait dû y prêter plus attention. Ce journal était aussi mince qu’une lettre. Ce n’était pas normal. Et ce qu’il lui avait dit concernant la conservation de ce journal.

C’est à ce moment qu’elle se mit sérieusement à penser à Sacha, libérée de sa présence aussi nécessaire qu’irritante. Elle dut admettre qu’il était beaucoup pour elle à présent. Il savait tout d’elle, et ce n’était pas peu dire. Finalement, ils avaient beaucoup de choses en commun, un peu comme deux frères et sœurs. Ils pouvaient se sauver mutuellement. A eux deux ils auraient pu chanter dans la main pour certaines choses. Plus que le jour et la nuit, ils se complétaient dans leur forces et faiblesses.

Elinor ferma les yeux et serra le journal contre elle. C’était étrange cette impression qui la démangeait. Il lui semblait qu’il avait remis sa vie entre ses mains. Trouver ! Il fallait absolument qu’elle trouve comment l’ouvrir. Elle n’était pas loin, elle le sentait…

========================================================

En partant vers son dortoir, Elinor repensa à Sacha. Ce soir, chacun avait reçu et donné, en avait appris un peu plus sur l'autre et sur l'amour. Sacha aimait les filles. Il était un opportuniste doublé paradoxalement d'un amoureux qui s'ignorait, ou plutôt qui ne voulait pas l'être. Et lui, et lui, et lui... Il n'y avait que lui qui comptait. Mais Eli s'éveillait grâce à lui.
Ah, l'éducation sentimentale... A tout âge chaque leçon est bonne à prendre.

En attendant, avec Nounou Elinor, maintenant pour Sacha ce sera ce régime là: pas de boogie woogie !


Dernière édition par le Ven 2 Fév 2007 - 11:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




[Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale... - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale...   [Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale... - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[Salle Verdi Lupes - Chez Mo] L'Education sentimentale...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1 -



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard - Ecole de Magie :: Château :: Salles de classes Vides et autres inconnues du Château-
Sauter vers: