Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 [TP Facultatif Filtre d'Amour] Jonathan Mateo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kite Byron
Modérateur
Kite Byron

Nombre de messages : 191
Age : 31
Maison : Ancien élève de Serdaigle
Année : Aucune
Gain de Gallions : 14820
Date d'inscription : 10/05/2006

[TP Facultatif Filtre d'Amour] Jonathan Mateo Empty
MessageSujet: [TP Facultatif Filtre d'Amour] Jonathan Mateo   [TP Facultatif Filtre d'Amour] Jonathan Mateo EmptyDim 29 Oct 2006 - 16:30

Les Philtres d'Amour:
Travaux Pratiques Jonathan Mateo (Solo)


Voici l'objet du TP facultatif qui est à votre disposition et à rendre ou à faire jusqu'au mois de janvier 2006.

Il existe plusieurs façons de réaliser un filtre d'amour selon la portée et les propriétés que l'on veut donner au filtre. Je déconseille fortement de vouloir trop agir sur les sentiments d'autrui s'ils ne sont pas informés de vos intentions, il n'a rien de pire que de se faire manipuler en amour. Le règlement de l'établissement punit gravement tout manquement à cette règle. L'avertissement étant fait voici les devoirs.

Devoirs que vous avez choisi d'effectuer:

Idea A faire: Jusqu'à 50 points - Explorer les propriétés du filtre d'amour: à partir de vos connaissances, faites l'expérience de la création d'un filtre en créant votre propre protocole (travail en duo ou en solo)


Vos manuels de potion et les informations à savoir:


Grimoire: "Les ingrédients pour les potions agissant sur les comportements" de Jules Roméo

Acacia
On peut brûler cette plante sur les flammes du réchaud à la fin d'une potion pour capter plus facilement l'attention d'une personne.

Ail
Cette plante est très efficace pour les contre sorts amoureux. On peut en suspendre à sa porte ou en porter sur soi mais ajouté à une potion, il peut servir d'ingrédient antidote au filtre d'amour. L'ail porte chance.

Angélique
L'angélique, aussi appelée l'herbe aux anges, préserve quiconque fait appel à ses vertus, de tous les maléfices et mauvais sortilèges. Elle possède également le pouvoir d'augmenter la patience et la persévérance chez la personne qui l'emploie.

Basilic
Cette herbe sacrée assure la protection dans la maison; son odeur agréable et attirante apporte, entre autres, la joie et la gaieté.

Bouleau
L'écorce de bouleau sert à fabriquer des talismans, à inscrire des incantations en vue de sortilèges amoureux et à protéger des envoûtements.

Bouton de rose
Jeter quelques boutons de rose dans une potion à feu doux procure la chance.

Camomille
Il est reconnu que la camomille attire l'argent; il est recommandé de se laver les mains dans une infusion de camomille juste avant de jouer à un jeu de hasard. Cet ingrédient ajouté dans un filtre d'amour attire à soi les personnes ayant du pouvoir.

Cannelle
Utilisée comme encens, elle apporte la prospérité des sentiments. Dans les philtres d'amour, elle assure l'acquisition irréversible du cœur du sujet désiré. Pour que la potion fonctionne, elle doit être bu en même temps par les deux amants.

Céleri (graines de)
Elles sont excellentes pour la concentration. Brûlées avec de l'encens, elles augmentent les pouvoirs psychiques et procurent à deux amants qui boivent en même temps une potion en contenant un lien affectif solide.
Selon un dicton ancien «si la femme savait ce que le céleri fait à l’homme elle irait en chercher de Paris jusqu’à Rome»... Au moyen orient on attribuait au céleri la propriété d’engendrer des enfants mâles et son jus était considéré comme stimulant permettant de réveiller les ardeurs masculines les plus enfouies.

Coriandre
Les graines de coriandre sont présentées dans un sachet de tissu blanc et à faire infuser dans de l'eau froide pour faire oublier à un sujet son amant précédent. A utiliser avec parcimonie.

Fougère
Mettre une fougère près de sa fenêtre protège des mauvais sorts. Recouvrir une potion de feuille de fougère permet de la conserver plus longtemps.

Le ginseng
Possède une puissante action anti-oxydante, il stimule la vitalité physique et psychique. Il est considéré comme étant un excitant très puissant; a utiliser avec parcimonie. Beaucoup de sujets sont allergiques à cette plante.

Gui
Le gui était la plante sacrée des druides, et un rituel magique précédait toujours sa cueillette. On dit qu'il possède des propriétés aphrodisiaques, qu'on le consomme en infusion ou qu'on le porte en talisman. Un filtre d'amour en contenant agit sur la libido.

Jasmin
Il protège l'affection et l'amour. Brûlé comme encens, il inspire des rêves divinatoires faisant croire au sujet qu'il est obsédé par la personne qui lui a fait boire la potion.

Laurier
Une feuille de laurier passée sur une feuille de papier apporte l'inspiration à celui/celle qui veut écrire un poème. Un bouquet de laurier offert à une mariée lui assurera une union heureuse et durable. Dans une potion, le laurier offre à celui qui la boit une spontanéité amoureuse nouvelle.

Marguerite
Les marguerites prédisposent au retour d'affection.

Nénuphar
Le nénuphar est une plante aquatique. Une variété des nénuphars blancs entraient autrefois dans la préparation de l'onguent des sorcières, panacée pour tous les maux. On dit que les fleurs de nénuphar sont excellentes pour augmenter la sensualité.

Romarin
Cette plante améliore la mémoire. Placée sous un oreiller, elle attire la chance; dans une potion, elle favorise le bonheur.

Rose
La rose en poudre, séchée, ajouté à de l'huile ou en essence essentiel, est la fleur par excellence pour tous les rituels d'amour et, pour ce type de rituel, on la retrouvera toujours sur l'autel ou à l'intérieur d'un cercle magique. Symbole de la perfection, de la séduction et de la sensualité, elle est la fleur de Vénus, planète associée aux natifs du Taureau et de la Balance (voir aussi les signes d'Erydil liés aux signes du zodiaque moldu). Les pétales de roses rouges et jaunes ont un effet incontestable sur la fécondité.

Thym
Lorsqu'on le brûle sur du charbon, on garantit la bonne santé à la personne que l'on aime; en porter sur soi nous apporte de voir nos qualités reconnues.

Vanille
La vanille est une plante de la famille des orchidées. Ses propriétés aphrodisiaques ont fait le tour du monde. Elle serait encore utilisée actuellement en Amérique du Sud comme remède à beaucoup de maux de cœur. Elle est particulièrement efficace sur les sujets masculins. De plus, son exploitation massive en parfumerie n’est certainement pas anodine…

Verveine
La verveine, également appelée plante d'amour, sera utilisée dans tous les rituels visant à garder auprès de soi une personne aimée ou pour attirer à soi une personne désirée.

Autres plantes: La cantharide, La yohimbine (elle provient de l'écorce d'un arbre du Cameroun, le yohimbehe), noix de kola, la mandragore, le gingembre, Sticky Monckeyflower ou
Mimuls auriantacus…


---------------------------------------------------------


Citation :
Grimoire: "Les plus vieux filtres d'amour" par La Marquise de Simplon

Filtre d'amour à effet temporaire

ELIXIR de VENUS

Pour 75 cl d'hydromel moelleux :
2 gousses de vanille
10 grammes de ginseng pulvérisé
10 grammes de cannelle
5 grammes d'ambre pilée
1 tige de rhubarbe fraîche coupée en petits dés
1 tige d'angélique confite

faites macérer 3 semaines et filtrer
laisser vieillir 3 mois

Attention : ne boire qu'un demi verre à liqueur !

Le filtre d'amour guatémaltèque

1. Faites chauffer 2 gousses de vanille pendant 10 mn dans 1 litre de lait de Chèvre Dorée. Retirez les gousses, les pressez pour en extraire tout le suc et les grattez pour conserver les petites graines.
2. Ajoutez alors 2 cuil. à soupe de cacao pur et délayez avec ¼ de litre d'eau tiède. Ajoutez le lait chaud en remuant bien, puis trois gouttes de poudre de cannelle tout en pelant une pierre de lune dans la mélange.
3. Incorporez en fouettant ½ cuillère à thé de poivre de Cayenne, tourner dans le sens des aiguilles d'une montre jusqu'à l'obtention d'une couleur argentée. Ajouter 1 pincée de sel.
4. Faire tremper une dent de jeune dragon si le sujet un garçon ou réduire en goutte d'huile cinq pétales de roses rouges et jaunes si le sujet est une fille.

Faire boire très chaud les deux amants dans le même récipient ou très froid dans deux verres en cristal différents.

Citation :
Extrait du grimoire: "Sciences des plantes" de C. Pakul

Quels sont les aliments et plantes efficaces pour les philtres d'amour?

Les aliments contenant de la théobromine:
Exemple, le chocolat: Cet aliment provoquerait la libération des médiateurs cérébraux du plaisir, les endorphines qui lui confèreraient un pouvoir stimulant sur le cerveau.

Les plantes contenant une certaine quantité d'alcaloïdes.

Citation :
Grimoire: "Filtre d'amour communs" de Parry Bobter

Ingrédients souvent utilisé dans les filtres d'amour:

œufs gelés d'Ashwinder (serpentcendre)

C'est un serpent mince, gris clair, avec des yeux flamboyants, qui sort des brasiers magiques et vit juste assez longtemps pour pondre des œufs brûlants dans un endroit obscur et isolé. Ces œufs, bien que très utiles pour la fabrication des potions, sont très dangereux. S'ils ne sont pas découverts et gelés à temps, ils mettent le feu à la maison.
"Ashwinder" provient de "ash" ("cendre"), en référence à la couleur du serpent et aussi comme lien avec le feu. "winder" ("onduler") rappelle le mouvement décalé de certains serpents, comme par exemple le serpent à sonnettes. Ils sont souvent appelés "sidewinders".

La Potion d'Amortentia
Très puissante et interdite dans l'école.
Identifiable par sa couleur nacrée caractéristique et sa vapeur qui s'élève en spirales très reconnaissables. Elle a une odeur différente pour chacun, par rapport à ce qui les attire.




Attention Notes Importantes:

-Vous êtes libre d'incorporer à vos potions des ingrédients de matières animales ou minérales mais gare aux explosions.
-Vous pouvez illustrer votre TP comme vous le voulez.
-Vous pouvez faire durer le TP - en DJ - sur plusieurs jours (vous avez jusqu'à Janvier), en inventant qu'il y a des temps où la potion doit reposer.
Précisez clairement les changements de jours au début du post concerné.
Mais de ce fait, vous devez imaginer que vous vous rendez dans la salle dédiée à la potion plusieurs fois. Je vous rappelle aussi que le cours ne se passe plus en sous-sol, le professeur Rogue a récupéré les lieux.
-Vous pouvez le faire petit à petit, post après post ou en un seul post.
-Envoyez-moi un MP lorsque vous avez terminé.


++ Le meilleur devoir facultatif en groupe, en duo ou en solo se verra récompensé de 100 points par participants.

Rappel: Il est interdit de boire ou faire boire ces potions.


Dernière édition par le Ven 10 Nov 2006 - 22:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jonathan Mateo
Adulte
Jonathan Mateo

Nombre de messages : 1013
Age : 33
Maison : Poufsouffle
Année : A terminé en juin dernier
Gain de Gallions : 14816
Date d'inscription : 13/05/2006

[TP Facultatif Filtre d'Amour] Jonathan Mateo Empty
MessageSujet: Re: [TP Facultatif Filtre d'Amour] Jonathan Mateo   [TP Facultatif Filtre d'Amour] Jonathan Mateo EmptyJeu 2 Nov 2006 - 1:12

Dans la salle de potions faiblement éclairée par quelques torches fixées aux murs, Jonathan lisait et relisait les propriétés des plantes, tentant de s’assurer qu’il choisissait celles qui correspondaient le mieux au type de potion qu’il souhaitait fabriquer… Il était venu dans cette pièce, une fois la nuit tombée, pour préparer sa liste d’ingrédients et le protocole de sa potion personnalisée, en espérant ne rien oublier. Il profitait du devoir facultatif pour répondre à des besoins plus ou moins personnels, par le fait même. C’est fou comment certaines personnes avaient une mauvaise influence sur le poufsouffle, qui songeait à…
Mais ils devaient en parler entre principaux concernés auparavant…


"D’abord, une rose blanche. Il est écrit que l’utilisation de la rose est inévitable, alors je ne vais pas tenter de faire sans… Et ça influence les balances… C’est bien le signe moldu de Isis, non?
Une marguerite… Ca me rappelle la maison à Saint-Bruno… Il y en avait tant, la-bas. Oh, et ils disent que ça prédisposent aux retours d’affection! C’est parfait pour nous!
Attirer des gens qui ont du pouvoir? Mais voyons donc! Qui ferait ça? Des histoires pour devenir concubin…
Oh! Ici, joie et bonheur… voyons voir de quelle plante il s’agit… Du basilic, c’est noté…
AHAH! « Garder auprès de soi la personne aimée! »Exactement ce dont il me faut ! Mais c’est au sens propre ou figuré? Bah, certainement pas pour devenir siamois, héhé! Donc, un peu de verveine, aussi!
Oh! Et le romarin, qui améliore la mémoire… Si je me souviens bien, elle a dit qu’elle avait égaré un souvenir, et je crains que ce ne soit pas le seul. En plus, ça apporte le bonheur. Comme la chanson de la compagnie créole héhé.
L’angélique apporte patience et persévérance. Ça tombe bien, j’ai besoin de l’un et elle de l’autre!
Qu’est-ce qu’ils disent sur le jasmin et la vanille? J’aime bien ces plantes moi… Ah non ! C’est dommage, ça ne fonctionne pas avec ce que je veux faire… Quoiqu’en y repensant, protéger l’affection et l’amour ce serait le bienvenu!
Oh! Et je prendrai de l’écorce de bouleau sur lequel j’écrirai des phrases me faisant penser à nous deux, et des poèmes, pour allumer le feu. Et aussi de la fougère, au cas où ce serait long avant que j’aie l’occasion de lui offrir…
Nénuphar, nénuphar… Sensualité? C’est pas ça que j’ai besoin, ni de céleri. Bah, avec mes ingrédients spéciaux, j’en aurai en masse…"


Il sortit de sa poche une plume rubis, encore éclatante de vie. Sa couleur écarlate rivalisait avec les joues de Jo par temps de timidité accrue, et avec les écussons des Gryffondors… Il en sortit aussi un petit rameau de saule, fraîchement cueilli. C’était le seul qu’il avait trouvé, en cette saison, qui soit encore à peu près beau...

"Dommage qu’ils ne disent rien là-dessus, mais je crois que pour sa symbolique personnelle, c’est important que je l’ajoute."

Il parcourait les pages des grimoires à la recherche d’autres idées ou de petits détails qui lui auraient échappés. Il se rendait compte qu’on invente pas une potion en claquant des doits, et que la préparation était à la fois longue et complexe. Rien à voir avec les cours en classe.
Tombant sur un article traitant du chocolat, Jonathan pensa à quelque chose et ajouta "Cassonade" sur sa liste. Le sucre blond rajouterais un petit goût sucré à la potion.
D’ailleurs, le poufsouffle trouvait qu’il manquait, dans sa liste d’ingrédients, d’aliments comestibles. Aussi, il rajouta sur sa liste "pépins de pommes et pelure de fruit de la passion". Les deux fruits d’amour par excellence, bien qu’il ait entendu dire que le second, mélangé à du citron ou de la grenade, donnait des élans plutôt guerriers que amoureux… Il ajouta aussi à sa liste quelques millilitres de bièraubeurre, pour s’enivrer d’amour!

Il réfléchit ensuite. Toute bonne potion est composé d’un élément animal, d’un élément végétal et d’un élément minéral, ou plus. C’était un des secrets de réussite qu’il avait compris au cours des dernières années. Bien entendu, il arrivait qu’on omettait l’un de ces éléments ou qu’on en ajoutait un de trop et que la potion nous explose à la figure, mais bon. La science n’est pas parfaite, loin de là, non? Il hésitait entre tenter de se procurer un diamant cerclé d’argent, ce qui serait particulièrement ardu à trouver en si peu de temps, ou se procurer un bijou ayant une valeur sentimentale. Il pouvait aussi utiliser de la pierre de lune, bien entendu, mais il était persuadé que l’effet serait moindre… Finalement, il opta pour la pierre de lune. Il ne pourrait pas se permettre de changer le protocole à la dernière minute, si il ne trouvait pas de bijou…
Il pensait aussi ajouter quelques gouttes de parfum, mais il n’avait aucune idée duquel il devrait se servir et abandonna l’idée, se disant que le propre parfum de la personne ensorcelée serait certainement inefficace, et celui d’un autre que Jo, dangereux pour ce dernier. Par contre, dans la salle commune se trouvait quelque chose de presque aussi précieux : les poils de moustaches de son chat!

Repliant et rangeant le parchemin sur lequel il avait tout noté dans sa poche, il sortit du "laboratoire" en refermant soigneusement la porte derrière lui. D’abord, il terminerait son devoir d’astronomie – et en profiterait pour vérifier la prochaine apparition de Vénus dans le ciel britannique- et ensuite il irait à la quête de ses ingrédients.


Dernière édition par le Mar 9 Jan 2007 - 2:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://gilvert.deviantart.com/
Jonathan Mateo
Adulte
Jonathan Mateo

Nombre de messages : 1013
Age : 33
Maison : Poufsouffle
Année : A terminé en juin dernier
Gain de Gallions : 14816
Date d'inscription : 13/05/2006

[TP Facultatif Filtre d'Amour] Jonathan Mateo Empty
MessageSujet: Re: [TP Facultatif Filtre d'Amour] Jonathan Mateo   [TP Facultatif Filtre d'Amour] Jonathan Mateo EmptySam 18 Nov 2006 - 22:28

Le lendemain, vers 9 :00

Jonathan avait entendu dire de Helena, qui le savait par l’amie d’une connaissance, qui avait elle-même surpris une conversation entre deux élèves, que Hermione Granger, dans le cours de sortilèges de la veille, avait susurrer des mots doux au professeur Merwick. Il semblait même, selon les ragots, qu’elles se soient assise devant lui, sur son bureau… Il s’agissait bien entendu des habituels potins de Poudlard et Jonathan, après sept ans, commençait à savoir discerner la vérité des frivolités ajoutées par la suite. Or, comme l’histoire complète semblait invraisemblable, Jonathan n’y avait guère porté attention. Comment Hermione pourrait-elle devenir membre des BÉCASSES? Ce n’est qu’en se préparant pour se diriger vers le local de potions, où il allait re-re-revérifier son protocole et commencer la première partie de la potion, qu’il se souvint que la préfète travaillait elle aussi sur ce TP facultatif. Quelques cliquetis et synapses permirent à Jo d’établir une merveilleuse (quoique erronée) relation de cause à effet : Hermione avait dû inhaler des vapeurs de sa potion, ou s’en asperger par mégarde, et elle en avait dès lors ressentit les effets. De peur qu’une telle mésaventure ne lui arrive, il s’était muni d’un foulard, qui le protégerait des éventuels effets non désirés de l’inhalation indirecte de la potion…

Arrivé dans la pièce qu’il avait toujours de la difficulté à associer aux potions, il posa le parchemin qu’il tenait à la main sur la paillasse devant lui et s’assit sur le petit banc devant celle-ci, un genou sous le corps, les mains soutenant ses joues. Il relisait pour la énième fois son protocole, se rappelant et validant les raisons de chaque étape.


Parchemin de Jo a écrit:
Potion pour raviver l’amour et passer outre les épreuves de la vie de couple :

1-Allumer le feu à l’aide des morceaux d’écorce de bouleau sur lesquels sont gravés des poèmes et des souvenirs des amoureux.
2-Remplir à demi le chaudron de rosée de la St-Valentin. (Il est possible de la remplacée par de l’eau distillée, en y ajoutant une larme de fée)
3-Ajouter une fleur de rose, sans la tige, et chauffer tranquillement dès l’ajout de celle-ci. (La potion devrait prendre une teinte blanche et une texture onctueuse)
4-Laisser bouillir une heure trente.
5-Pendant ce temps, broyer 25 g de basilic et couper une fleur de jasmin en carrés de 2 cm².
6-Au bout de l’heure et demie, baisser le feu et ajouter la fleur de jasmin coupée.
7-Lorsque la potion sera complètement bleue, ajouter le basilic broyé et agiter dans le sens des aiguilles d’une montre pour trois tours.
8-Ajouter un objet ayant trait à la première rencontre du couple. Arrêter le chauffage.
9-Laisser reposer 24 heures.

10-Ajouter simultanément un élément animal se rapportant à chaque part du couple. (La potion prendra alors une teinte différente pour chaque relation)
11-Remuer doucement dans le sens anti-horaire pendant trois tours.
12-Peler une pierre de lune d’environ 30g dans la potion. (Des reflets irisés sont alors visibles)
13-Chauffer jusqu’à ébullition et ajouter 9 pépins de pomme. (Du gaz est libéré durant la dissolution des pépins)
14-Pendant le chauffage, peler un fruit de la passion et laisser sécher ces pelures jusqu’à leur utilisation.
15-Après l’ajout des pépins, remuer doucement pendant cinq minutes.
16-Ajouter l’angélique et remuer vigoureusement, sans faire déborder la potion, dans le sens horaire pendant trois tours. (La potion prend alors une teinte rouge-rosé)
17-Ajouter une à trois marguerite, un pétale à la fois. Terminer en lançant les centres de toutes les marguerites ensemble dans le chaudron. (Un frétillement sera observé, puis la potion prendra un aspect plus onctueux)
18-Agiter durant dix minutes dans le sens horaire et conserver dans un endroit chaud et sec jusqu’à la prochaine apparition de Vénus dans le plan zodiacal. Il est alors recommandé de recouvrir le chaudron de fougères pour la conserver entre-temps.

19-Le lendemain de la première nuit passée par Vénus dans le plan zodiacal, agiter la potion dix minutes dans le sens anti-horaire.
20-Ajouter les pelures de fruit de la passion. (Dès lors, la potion aura un aspect limpide et léger qu’elle conservera)
21-Chauffer tranquillement en ajoutant, une goutte à la fois, dix millilitres de bièraubeurre jusqu’à ébullition. (Environ une goutte toutes les 3 secondes. Un montage de gouttage automatique fait bien le travail)
22-Macérer 2 mesures de romarin (5 à 10 g) avec 1 mesure de cassonade (2,5 à 5g) dans 3 volumes d’eau distillée (7,5 à 15 mL). (Coloration kaki)
23-Ajouter les produits macérés à la potion, en faisant bien attention de ne pas faire d’éclaboussures et laisser bouillir 5 minutes.
24-Couper en rondelles une branche de verveine effeuillée d’environ 15 cm de longueur.
25-Ajouter les rondelles de verveine à la potion, sans agiter, et cesser le chauffage. (Elles flotteront à la surface)
26-Broyer sept feuilles de verveine provenant de la branche coupée et les ajouter à la potion en agitant dans le sens horaire, lorsque celle-ci est à la température de la pièce. (Dissolution complète de la verveine et apparition de fumée diaphane)
27-Conserver dans un endroit chaud et sec jusqu’à l’utilisation, en recouvrant la potion de fougère. (Durée approximative avant la péremption : 5 semaines sans fougère ; 9 semaines avec la fougère)

28-Si possible, tremper un bijou de chacun des intéressés dans la potion, juste avant de la boire.

Jonathan réfléchissait au bien-fondé de chacune de ces étapes, en marmonnant parfois seul :

"1... Pour donner une atmosphère romantique et imprégné la potion du vécu amoureux du couple, et d’amour en général
2… Pareil. J’espère que j’ai réussi à avoir assez de rosée, parce que je ne crois pas pouvoir me procurer de larme de fée. Les fées ne pleurent jamais de tristesse, seulement d’émotion lorsqu’elles sont émues, ce qui rend leurs larmes bien plus rares…
3… La fleur est pure. Sur la tige, il y a les épines, et ce serait vraiment pas le temps d’ajouter le qualificatif "épineuse" à la relation… Le chauffage pour ressortir les arômes et les qualités romantiques de la fleur, c’est bon!
4…C’est une durée assez longue pour recueillir toutes les arômes de la fleur, j’espère… Mais pas assez pour les décomposer?
5… Beaucoup de basilic pour s’assurer de conserver le bonheur du début de la relation. Et la fleur de jasmin pour protéger les effets du basilic… La taille des carrés de jasmin, c’est surtout pour augmenter la surface de contact, mais c’est aussi le chiffre symbolique du couple…
7… C’est la dissolution du jasmin qui devrait donner la teinte bleutée. Lorsque sa dissolution est complète, la protection des effets du basilic est maximale et on peut l’ajouter, c’est parfait. Le sens de rotation influence les effets. J’ai vérifié et c’est dans celui des aiguilles d’une montre que le basilic présente les effets les plus souhaités.
8… La première partie de la potion, la première partie du couple. J’ai toujours ce rameau, au moins?
9… Pour bien assurer l’imprégnation de chaque composant de la potion avant de continuer… C’est important que la base soit forte et stable pour que le reste fonctionne!
10… L’élément animal symbolique de chacun représente leur instinct animal, leur présent et leur personnalité en même temps. Je crois que la potion deviendra verte, ou violette… Nos couleurs favorites.
11… Là j’y suis allé à l’intuition, mais il me semble que les tissus organiques inertes, comme les ongles, les cornes et les cheveux, voient leurs propriétés accrues dans ce sens de giration.
12… Elle apporte harmonie et calme… En plus c’est un des ingrédients les plus utilisés dans les potions. Aussi bien dire que c’est une incontournable. Mais 30 g, ça fait pas beaucoup? Non… Ce devrait être parfait pour catalyser les énergies et les effets de chaque composant. Et les reflets sont causées par le côté "rêveur" de cette pierre.
13… Les pépins… 9? Oui… c’est très significatif… Pour extraire les pépins et laisser échapper tous les acides présents dans ceux-ci, c’est normal de chauffer. L’apparition gazeuse est due à l’évaporation de ces acides.
14… Sécher la pelure de fruit de passion pour concentré ses sucs et ses arômes, ce qui augmente ses propriétés. En plus, l’humidité de la pelure peut interférer avec les propriétés de la potion… Et il faudra que je fasse attention pour ne pas du tout avoir de chair, ça causerait de la tentation, ou de la jalousie, et on n’en a réellement pas besoin. La pelure est bien assez pour raviver les passions égarées!
15… Remuer cinq minutes pour laisser le temps à la potion d’aller extraire les éléments au cœur des pépins, et aux acides de disparaître complètement. Ensuite, les pépins devraient décanter dans le fond et y rester…
16… L’angélique risque de donner une solution un peu plus pâteuse. Aussi, en se montrant patient et persévérant dans son ajout, on ne peut qu’accroître ses effets bénéfiques!
17… Il faudra que je me décide sur combien de marguerites j’ajoute. Si j’en met trois, j’ai peur que le retour d’affection soit trop intense et qu’elle se transforme en pot de colle… Mais, est-ce qu’une seule sera suffisante pour m’assurer un retour d’affection assez important pour qu’elle en oublie ses autres préoccupations? Au moins, leur dissolution rendra la potion plus liquide, après l’ajout de l’angélique…
18… Dix minutes, horaire, ça me semble bien pour sceller la potion… Attendre jusqu’à vénus, zodiac… Ça tombe dans 19 jours, ça… c’est parfait, je pense. En autant que ça ne soit pas immédiatement après, l’important c’est de s’assurer les effets bénéfiques de Vénus, non?
19… Dix-minutes, anti-horaire… pour desceller la potion, exactement, oui…
20… Les pelures de passion, enfin! Oui, oui… pour la raviver, ce qu’on souhaite dans l’avenir… Et la potion risque effectivement de prendre cette apparence. La même que l’amour pur… ou l’amour de contes de fée, sinon!
21… 10 mL, c’est assez pour donner un arrière-goût enivrant? Je l’espère, parce qu’avec plus, ça risque de diminuer les réflexes et la présence intellectuelle, sans compter les effets pervers sur les sens… Il ne faudrait pas que la potion égare l’amour au lieu de la solidifier!
22… C’est pile le bon moment pour jouer sur la mémoire et les qualités gustatives de la mixture… aussi la cassonade va peut-être ajouter un brin de douceur aux souvenirs…
23… Pas d’éclaboussures, c’est normal, ça ne fait pas vraiment changement… Bouillir cinq minutes, ce sera parfait pour caraméliser un peu la cassonnade et ressortir l’arôme de la bièraubeurre et du romarin! Ça me semble bon…
24… Quinze cm, c’est pas très long, mais ça devrait être suffisant, pour autant que les rondelles soient bien découpées…
25… Finalement on ajoute l’élément "masculin", puis on arrête le chauffage en prévision de l’élément plutôt féminin… Il ne faut surtout pas de remous dans la solution, car il faut que la diffusion des rondelles se fasse progressivement, et leur dissolution doit être la plus lente possible, par opposition avec la brusquerie habituelle des gars…
26… Les feuilles, la finalité… 7 parce que c’est le plus puissant chiffre magique… Il faut faire attention à ne pas les ébouillanter. L’agitation ne doit pas cesser tant que la dissolution des feuilles et des bouts de tiges restants n’ont pas complètement disparus… On devrait très bien voir les pépins au fond de la potion, mais il ne devrait y avoir rien d’autre.
27… En fait, il faut perdre le moins de vapeur possible, car elle comporte tout de même une certaine quantité des éléments magiques… Alors le mieux serait probablement de la boire immédiatement, si possible…
28… Ah oui! Ce n’est pas nécessaire, mais ça renforcirait le pouvoir de la potion et le lien qui unit les deux buveurs… En plus, en gardant constamment le bijou sur soi, les effets de la potion, bien qu’amoindris, seraient constamment présents, puisque la potion se sera incrusté en lui et lui aura transmis ses facultés…"


Tout en se relisant, il s’était joué dans les cheveux, avait fait tourné sa plume autour de ses doigts, avait changé 43 fois de position sur son banc, et avait fait preuve d’une multitude d’autres tics nerveux plus que moins inconscients. Il était assez fier de son protocole et s’étira longuement, en baillant, avant de partir à la recherche des ingrédients…


Dernière édition par le Mar 9 Jan 2007 - 2:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://gilvert.deviantart.com/
Jonathan Mateo
Adulte
Jonathan Mateo

Nombre de messages : 1013
Age : 33
Maison : Poufsouffle
Année : A terminé en juin dernier
Gain de Gallions : 14816
Date d'inscription : 13/05/2006

[TP Facultatif Filtre d'Amour] Jonathan Mateo Empty
MessageSujet: Re: [TP Facultatif Filtre d'Amour] Jonathan Mateo   [TP Facultatif Filtre d'Amour] Jonathan Mateo EmptyLun 20 Nov 2006 - 16:14

Il se dirigea donc vers l’armoire où se trouvaient les plantes fournies par le professeur. Le jeune homme encourut de la difficulté pour trouver le jasmin, caché derrière une gigantesque gousse d’ail qui assurait à elle seule l’absence de vampires dans tout le château, et même dans pré-au-lard, à en juger par sa forte odeur.
Il avait aussi pris l’une des quatre roses blanches qui s’y trouvaient, en prenant soin de choisir la plus odorante. Le basilic ne subi pas une telle épreuve de sélection : Jonathan s’assura simplement qu’il était en bon état et prit quelques morceaux d’écorce de bouleau, car bien qu’il soit allé en chercher lui-même sur les arbres de la lisière de la forêt interdite et ait écrit de petits poèmes simplets et quelques souvenirs, il avait eu un surcroît d’inspiration sur le chemin vers la salle de potions. Il écrivit donc, avec la même encre rouge et parfumé, "idéale pour les correspondance amoureuses" selon scribenpenne, ces quelques mots qui lui étaient venus à l’esprit le matin-même. Selon le fournisseur, cette encre prenait même une odeur différente pour chaque personne. Jonathan, pour sa part, sentait du chocolat, et Isis lui avait demandé, la veille, alors qu’il se préparait à écrire, ce qui sentait la cannelle…

Jonathan était d’une humeur délicieuse (pas qu’il était plus affamé qu’à son habitude, mais simplement parce qu’il voulait croquer dans la vie!) en ce matin du troisième samedi de novembre… Il s’était levé avec une chanson québécoise humoristique dans la tête. Il avait ensuite été déjeuner en bonne compagnie, riant avec ses collègues. Ayant croisé quelques amis dans les corridors, il s’était arrêté pour discuter jovialement avec eux. Puis, il était monté dans la volière pour respirer la brise qui s’y infiltrait par les fenêtres sans carreaux et envoyer une courte lettre à ses parents, ainsi qu’une bien plus longue, pour Iris, qui racontait tous les détails des activités du château depuis la dernière lettre. Il ne lui glissa qu’un léger mot de ce qui s’était passé avec Isis dans le lac, alors qu’ils avaient appris à se connaître tous les deux, ainsi que de ce TP de potion qu’il allait commencer quelques dizaines de minutes plus tard, de sa motivation et de son projet. Il lui parla aussi de son encyclopédie, lui écrivant que ça avançait "lentement mais sûrement". Il avait ensuite observé la chouette laponne partir au-dehors de la fenêtre située au sud-est et se diriger vers le grand lac où rien ne bougeait. C’était la première journée de ciel bleu du mois. Tout le début novembre, et même la fin octobre, avait été d’un gris désespérant. Les élèves se promenaient de plus en plus las dans les corridors, mais ce matin, avant même de voir le ciel, Jo savait que ce serait une belle journée et qu’il serait probablement joyeux jusqu’à ce qu’il se rende au lit.
En redescendant vers le deuxième étage, où il se mettrait finalement au travail, il croisa un groupe d’élèves, avec leur cape et leur foulard, qui avaient décidé de délaisser la bibliothèque pour profiter de ce qui serait probablement la dernière journée chaude de l’année…
Jo les avait salué, lorsqu’il fut à peu près à leur hauteur, puis était allé directement posé son sac sur sa paillasse habituelle, pour relire son protocole, avant de se lever, énergique et d’aller chercher ses ingrédients dans l’armoire à l’avant de la classe.

Lorsqu’il eut terminé sa petite rédaction gravée dans la lignine et la cellulose fragile du feuillu blanc, il sortit de son sac un vase bariolé de rouge, d’orange, de bleu, de jaune, de blanc et de vert. Un cadeau qu’ils avaient offert à leur parents, lui et Iris, pour leur dixième anniversaire de mariage. Ils l’avaient complètement fait et décoré de leur petites mains. L’année précédente, les parents de Jonathan lui avait prêté pour qu’il la remplisse d’eau de rosée magique. Il avait oublié de la leur rendre et se dit que pour un ou deux litres, ils ne devraient pas lui en vouloir énormément, car le réceptacle contenait environ une dizaine de litres.
Le poufsouffle sortit alors de son sac son coffret de potions, dans lequel il conservait bien précieusement sa balance de cuivre et ses poids, son mortier et son pilon, sa cuillère de bois, sa spatule, deux creusets, ses pinces, son sablier à durée ajustable, des fioles vides et d’autres contenant les ingrédients les plus utilisés, toutes bien identifiées et ses quatre couteaux : ceux à lame d’argent et de cuivre, celui en acier et celui en aluminium, avec une lame incrusté de minuscules diamants, utile pour tailler les substances les plus réfractaires. Il prit ensuite son chaudron en étain, de taille 3 et le posa sur la paillasse. Faisant un petit monticule bien aéré de ses morceaux d’écorce de bouleau, il remplit ensuite à demi son chaudron de rosée de Saint-Valentin et le suspendit au-dessus du tas d’écorce, qu’il alluma à l’aide d’un de ces rares sortilèges qu’il maîtrisait bien, parce qu’il l’utilisait souvent…


-Incendio.

Sans trop savoir pourquoi ce souvenir se présentait à ce moment, Jonathan blêmit. Il venait de se souvenir d’une journée qu’il regretterait probablement toute sa vie. Une journée qui avait commencé par un hibou et s’était terminé avec un sombral. Le premier que le jeune homme ne vit jamais.
Se reprenant, Jonathan secoua la tête et se mit à siffler pour chasser cette image négative de son esprit. Ce n’était pas le temps de penser à ce Pats Smith, ancien copain de Isis, qui avait été étranglé dans une des serres… Il se mit donc à siffler "Siffler sur la Colline", détruisant légèrement le refrain pour une raison qui lui échappait. Les flammes de l’écorce de bouleau étaient d’une teinte carmin intense et Jonathan resserra son foulard sur son nez. Il venait d’inverser les deux premières étapes de son protocole, mais ne pensait pas qu’il en résulterait quoi que ce soit de bien grave. Il ne s’agissait que de mettre le liquide à chauffer, après tout…
Il enfila alors ses gants en peau de dragon, qu’il avait sorti de sa trousse de botanique le matin-même. Il diminuait ainsi les risques de brûlures, de contact avec la potion, et de contamination. Bien qu’il n’ait jamais comprit pourquoi en TP de potion il n’était pas obligatoire de mettre des lunettes de sécurité, en verre de Nairobie, le garçon n’en portait pas non plus…
Il reboucha donc son vase et coupa délicatement la fleur blanche avec son couteau de cuivre, en faisant attention de ne pas laisser la moindre trace de vert, pas même le calice. Il la prit ensuite le plus soigneusement que ses gants ne le permettaient, en essayant de ne pas la froisser, et la déposa à la surface du liquide, en faisant bien attention à ne pas y toucher lui-même. Il descendit alors le chaudron plus près des flammes, pour commencer à chauffer son contenu. Attendant que le mélange ne bout, il commença à broyer le basilic, à coups de pilons. L’amateur de potions avait sa propre façon de broyer les ingrédients, et il était souvent surprenant que la totalité de ceux-ci restent bien dans le mortier… en effet, il écrasait énergiquement en donnant de vigoureux coups de poignets dans un sens giratoire, puis dans l’autre, suite à quoi il balançait son pilon d’un bord à l’autre du mortier, avec un léger angle, de sorte à faire le tour du récipient sans en négliger la moindre partie non plus. Cette méthode avait l’avantage d’être efficace : Jo broyait généralement mieux et plus rapidement que la plupart de ses collègues. Par contre, elle présentait le désavantage non-négligeable de laisser au jeune homme une tension aiguë dans le bras, qui lui donnait une impression d’étirement. Lorsque le basilic devint une substance gélatineuse totalement homogène, Jonathan se massa légèrement le bras, le fléchit et l’étendit à quelques reprises, puis il ajusta son sablier sur 90 minutes. Jo avait à peine commencé à couper le jasmin (avec le couteau en acier) que la potion bouillait déjà. Il tourna son sablier et rehaussa légèrement le chaudron, pour éviter que trop de liquide ne s’évapore trop rapidement. Il reporta immédiatement son attention sur le jasmin, qu’il eut tôt fait de couper en petits morceaux qui furent transférés dans une fiole vide, comme il l’avait fait pour le basilic moulu. Après les avoir identifiés, il posa les deux fioles dans sa trousse, pour avoir la certitude de les retrouver.
Il se leva donc et s’étira (comme à chaque fois qu’il restait assis un peu trop longtemps). C’est alors qu’un juron s’échappa de la bouche de Jonathan. Il venait de donner un coup de poing magistral sur le chaudron qui le brûla, en plus de résonner dans la moitié de ses phalanges, avant de se renverser complètement sur la paillasse et le sol. La substance blanche, gluante, à l’odeur sucrée, avait épargné de peu Jo, qui avait bondit sur le côté pour ne pas se faire ébouillanter. Le chaudron tomba à ses pieds dans un "Bing" cacophonique, et le jeune maladroit parvint à sauver sa trousse de potion du liquide qui se répandait sur la paillasse. Il posa la trousse sur la table de derrière et pointa sa baguette tour à tour sur le plancher, la paillasse, ses pieds (que le chaudron avait éclaboussés en touchant le sol), les morceaux d’écorces éteints, mais toujours embaumant puis le chaudron qu’il avait ramassé par sa main gauche…


-Bouse de troll confite! Evanesco! Evanesco! Evanesco! Evanesco! Evan… ah! Non, il ne reste plus rien…
"Maintenant, il faut que je recommence tout… Au moins, je n’étais pas à la dernière étape…"
-Incendio!


Sachant qu’il devrait se maîtriser, il ralluma le feu en espérant ne pas être assez enragé contre lui-même pour faire encore plus de gaffes… Des plaques rouges se dessinaient sur ses joues, et ses lèvres ne formaient plus qu’une mince ligne tendue. Il était très rare de voir le jeune homme dans un tel état. Ça n’arrivait qu’à deux occasions : lorsqu’il était en rage contre lui-même et lorsqu’il piquait une crise de jalousie…
Ressortant le vase, il en remplit de nouveau la moitié du chaudron, de nouveau sec, puis courut chercher une autre fleur de rose dans l’armoire à l’avant de la salle. Elle n’était pas aussi blanche, mais elle ferait parfaitement l’affaire. Il la coupa et la posa un peu moins délicatement que la première dans la rosée. Il prit ensuite le chaudron et le reposa à la même hauteur au-dessus des flammes. Il retourna en même temps son sablier pour que les quelques minutes écoulées retournent avec les autres, qui n’étaient pas encore écoulées. Dans une attitude mentale d’effondrement, traduite par une attitude physique d’autorité, il observait le mélange, qui ne frémissait toujours pas, appuyé du bout des doigts de sa main gauche sur la paillasse, son poing droit sur sa hanche, les pieds écartés. Il semblait dire "Cette fois, c’est entre nous deux… Cowboy!"
Il resta ainsi, sans bouger plus que ses yeux, qui se baladaient rapidement dans la pièce et par la porte laissée ouverte, jusqu’à ce que la potion ne se mette à bouillonner.
Il tourna son sablier.
Seulement à ce moment, il s’assit sur une table relativement éloignée et sortit des devoirs de botanique et de soins aux créatures magiques, qu’il termina en environ une heure, en se fiant au cône supérieur de son sablier, qui semblait n’être que plein au tiers… Il alla alors ouvrir légèrement une fenêtre, ainsi que tous les rideaux, à l’exception de celui de la fenêtre entrouverte, qu’il regardait d’un air amusé danser sous la brise, parmi les rires et les cris qui provenaient du parc. Il repensa aux brochures qu’il avait lues, presque deux ans auparavant, et songea qu’il ne savait toujours pas ce qu’il souhaitait faire, en sortant de Poudlard. Le rideau ondulait et Jo se perdit dans ses pensées. Il pourrait toujours aller travailler dans cette auberge sympathique, à pré-au-lard… Ou peut-être dans une boutique du chemin de traverse, comme chez Florian Fortarôme! Le soir, il pourrait se consacrer pleinement à son encyclopédie et probablement que dans exactement un an, celui-ci serait publié…
Il y avait aussi la proposition que Iris lui avait faite cet été. Il aimait bien son travail de l’été dernier et elle l’avait remarqué. Elle savait que son frère aimait rencontrer des gens, malgré sa grande timidité, et elle lui avait demandé pourquoi il ne devenait pas guide pour une quelconque réserve du monde sorcier. L’idée avait mûrie, et les connaissances de Jo en matière de botanique et de potions pourraient effectivement lui servir pour un emploi dans le jardin Zoologique de Ulfrid LeGrand, en campagne écossaise. On y avait recréé de nombreuses conditions de vie pour les animaux qui y séjournaient et les connaissances de Jonathan lui permettraient facilement de présenter les oiseaux que ce jardin hébergeait. De plus, il pourrait faire des potions pour soigner les animaux malades, et sauraient s’occuper des immenses serres jouxtant le zoo.

-Atchoum!

Apparemment, le courant d’air frais avait enrhumé Jonathan, le tirant de ses rêveries. Se rendant compte qu’il ne restait presque plus de grains au fond du sablier, Jonathan courut chercher ses deux fioles, mais en s’en retournant vers le chaudron, il se rendit compte qu’il avait pris la bile de crapaud au lieu du basilic. Il retourna chercher la bonne fiole, vérifiant deux fois plutôt qu’une, prit la cuiller de bois, puis se précipita sur le chaudron. Il ouvrit la fiole de jasmin au-dessus de celui-ci et elle se vida lentement, les morceaux de fleur voletant au-dessus de la surface. Jonathan fut chanceux, car le premier bout de jasmin toucha la surface de la potion au moment même où le dernier grain de sable rejoignait les autres. Il tapa sur le fond de la fiole de sa main libre (il avait posé la cuiller et la fiole de basilic sur la paillasse, en s’assurant que la fiole ne roulerait ni ne tomberait par terre…) et les derniers résidus floraux tombèrent dans la potion, qui prenait une teinte bleu pâle par endroit, en spirales concentriques. La couleur devenait tranquillement de plus en plus foncée alors que les spirales s’élargissaient. Lorsque la potion fut d’un bleu indigo homogène, Jonathan ouvrit la fiole contenant le basilic moulu et la versa dans la potion. Il gratta le fond de la fiole à l’aide de sa cuiller puis la tourna dans le chaudron pendant trois tours dextrogyres. Au bout de ces trois tours, il alla chercher dans sa trousse un rameau de saule, encore vert, presque bourgeonnant, qu’il ajouta à la potion. Celle-ci se mit à siffler et buller. Jonathan prit alors le chaudron par la poignée et alla le porter sur les tables du fond de la classe, sur lesquelles une panoplie de potions à l’odeur agréable frémissaient. Celle de Jo avait une étrange odeur de groseille, mais cessa de siffler et buller dès qu’il l’enleva d’au-dessus du feu…
Le jeune homme prit un morceau de parchemin et y inscrivit, bien qu’il sache que tous les élèves de l’école connaissaient la règle quant à ces tables :

SVP, ne pas toucher
Potion en cours de préparation
Merci


Il regarda sa montre (à aiguilles, donc non-électrique…) en se dirigeant vers la paillasse sur laquelle il avait travaillé. Il était midi et quart. Demain, il devrait dîner vers onze heures pour commencer à préparer la continuité de sa potion vers midi. Il éteignit le feu de bouleau qui embaumait toujours la pièce et conserva les restants d’écorce et de cendres dans une grosse fiole qui n’entrait pas dans sa trousse de potion. Il rangea ensuite tout son matériel dans son sac et sortit de la classe, en oubliant de refermer la fenêtre qu’il avait ouverte.


Dernière édition par le Mar 9 Jan 2007 - 2:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://gilvert.deviantart.com/
Jonathan Mateo
Adulte
Jonathan Mateo

Nombre de messages : 1013
Age : 33
Maison : Poufsouffle
Année : A terminé en juin dernier
Gain de Gallions : 14816
Date d'inscription : 13/05/2006

[TP Facultatif Filtre d'Amour] Jonathan Mateo Empty
MessageSujet: Re: [TP Facultatif Filtre d'Amour] Jonathan Mateo   [TP Facultatif Filtre d'Amour] Jonathan Mateo EmptyMer 29 Nov 2006 - 22:39

De nouveau le lendemain, Midi

La veille, Jonathan avait passé un après-midi fructueux, à étudier dans le silence des serres, malgré la compagnie de quelques autres élèves. Il avait réussi à faire ses 60 cm de parchemins pour le cours d’astronomie et avait commencé à lire la matière du prochain cours de défense. Aussi, il s’était couché fier d’une journée productive… Il n’avait mis que quarante-cinq minutes pour s’endormir, ce qui était presque un record pour le jeune homme. Aussi, pour une fois, il se réveilla avant que Dimitri ne tombe de son lit. Il avait pris un petit déjeuner soutenant mais rapide, avant de rejoindre ses coéquipiers sur le terrain de quidditch pour un entraînement. Entraînement qui s’était terminé à onze heures… Après 4 heures de pratique sous les nuages gris qui s’étaient de nouveau accumulés au-dessus du château, au cours de la nuit. Jo rentra donc et mangea immédiatement un déjeuner consistant, alors que les autres joueurs se dirigeaient vers leur salle commune ou la bibliothèque. Très peu de gens étaient présents dans la la Grande salle pour le repas du midi, étant donné qu’il était encore tôt. Jonathan mangea donc seul, en silence, avant d’aller dans son dortoir pour porter son équipement de quidditch et reprendre sa trousse de potion ainsi que le restant du matériel qui lui serait nécessaire.

Il faisait très froid dans la salle de potion et Jonathan mit un certain moment avant de se rappeler qu’il avait oublié de fermer la fenêtre, la veille… En retournant à l’avant de la salle, pour aller prendre les ingrédients dont il aurait besoin aujourd’hui, il fit le détour de passer près des fenêtres pour fermer celle qui laissait s’insinuer Novembre et sa déprime à l’intérieur du château.

Lorsqu’il eut pris deux fleurs de marguerite et une angélique, avec ses racines, il les déposa sur la paillasse derrière celle sur laquelle il comptait travailler, puis il alla chercher son chaudron, qui était bien froid. Avec une pointe de crainte quant à l’interférence de la froideur dans une potion d’amour, Jonathan déposa le chaudron sur le crochet à hauteur ajustable, au-dessus de la paillasse. Puis, il attendit.

Dix minutes après que l’énorme horloge de l’entrée eut sonné les coups de midi, Jonathan alla prendre les deux fioles dont il aurait bientôt besoin. La première contenant une unique plume rouge vif et la seconde contenait une poignée de poils de moustache de chat. Bien entendu, Jo en avait laissé à Daïmon pour ne pas qu’il soit trop désorienté, mais il en avait tout de même pris en quantité suffisante… Attendant patiemment, en observant tranquillement les aiguilles de sa montre, qui semblaient refuser de bouger, Jonathan réfléchissait à plusieurs choses. Il n’aurait pas su dire à quoi il avait pensé, mais ça lui faisait du bien de réfléchir doucement, pour une fois. De rester relax… Ne pas avoir besoin de se stresser pour un devoir, un cours, un examen…

L’aiguille des minutes était maintenant à l’horizontale, à très précisément 82,5° de celle des heures. Le jeune poufsouffle ouvrit donc simultanément les deux fioles, en espérant que le moment était le bon pour ajouter de la matière animale, puis il renversa les fioles au-dessus du chaudron, en reculant subitement. Il eut un hoquet de surprise. Les poils et la plume avaient rebondis sur la potions et la moustache, toute emmêlée, semblait poursuivre la plume. Jonathan n’ayant jamais rien vu de tel, il craignit que le moment était mal choisi. Il avait déjà sorti sa baguette de sa poche, mais voilà que l’élément félin avait attrapé l’élément aviaire et l’entourait, le ficelant comme une proie attaquée par quelques pythons. La potion sembla alors s’ouvrir et la plume ficelée fut engloutit par la potion, dans un claquement sonore, qui effraya Jo.
Quelques secondes plus tard, les mains sur les oreilles, il ouvrit les yeux pour s’apercevoir que la potion avait pris une teinte turquoise très opaque. En fait, on aurait pu croire à de la boue qui n’aurait pas été de la bonne couleur. Suspicieux, Jo sortit sa cuiller de bois et se mit à tourner le contenu du chaudron, en s’en tenant le plus éloigné possible, dans le sens inverse à celui des aiguilles de sa montre.
Un tour. La potion était vraiment difficile à brasser. En plus, il s’en dégageait une odeur de poil mouillé qui répugnait Jonathan.
Deux tour. L’odeur était devenue une odeur de guano, pas réellement plus invitante… Par contre, la potion devenait plus liquide et facile à tourner
Trois tour. Le liquide toujours épais et turquoise de la potion ne sentait plus rien, sauf peut-être une petite odeur de menthe, mais très légère.

Toujours nerveux, Jonathan prit l’une des pierres de lunes de sa trousse, la pesa pour s’assurer qu’elle faisait bien une trentaine de grammes (en faisant cinquante trois, il dut en reprendre une plus petite…) et commença à la peler au-dessus du chaudron, avec son couteau d’argent. Peler une pierre de lune était particulièrement long, mais présentait l’avantage de ne pas requérir énormément d’attention, permettant ainsi de réviser le reste du protocole et de penser à d’autres choses. Jonathan était une fois de plus dans la lune. Autant il avait été de bonne humeur la veille, autant ce matin il était lunatique. Heureusement qu’il parvenait à se concentrer suffisamment pour les étapes les plus importantes. Pour l’instant, il regardait nonchalamment les copeaux de pierre de lune tomber dans la potion, comme des petits pains de savon usés, flotter quelques instants, effervescents, avant de disparaître, ajoutant des reflets colorés à la potion.


-Aïe!

Jonathan venait de se couper. Une goutte de sang coulait sur sa lame argentée, qu’il tassa brusquement, car il ne souhaitait pas que son sang tombe dans le chaudron. Quel stupide gnome il était! Il avait oublié de mettre ses gants de dragon et son foulard pendait avec insouciance sur ses épaules. Jo se fit un rapide bandage, lança trois récurvites de suite sur son couteau, pour être certain que la lame soit propre et totalement exempte de sang, puis trois autres sur la pierre de lune, qui commençait à prendre une teinte rosée en absorbant son sang… Suite à quoi, il ajusta son foulard sur son nez et enfila ses gants. Il se remit ensuite à couper la pierre tendre.

Lorsqu’il eut terminé cette étape, la potion était entièrement recouverte de reflets semblables à ceux des ailes des fées et des libellules. Contemplant quelques instants le mélange, Jo oublia qu’il était censé travailler, mais il s’en souvint lorsque, quelques secondes plus tard, l’horloge du château sonna un heure. Il prépara alors les restants de son feu de la veille, sous le chaudron, puis alluma les morceaux de bouleaux et les braises qu’il venait de placer.
Attendant que le mélange ne soit porter à ébullition, Jo s’assit et, pour faire changement, rêvassa un moment, jusqu’à ce qu’un mince panache de fumée s’élève de la mixture. À ce moment, il se leva et alla chercher la fiole contenant les 9 pépins de pomme qu’il avait pris le temps de bien nettoyer. Il se rendit alors compte qu’il avait oublié de peler le fruit de la passion, et se mit immédiatement au travail. Lorsque des grosses bulles apparurent dans le chaudron, Jo laissa le fruit de côté (il n’en avait éplucher que le tiers) pour ajouter les pépins. Aussitôt, de fines bulles sifflantes s’ajoutèrent aux grosses bulles de bouillonnement. Jo tenta alors d’ensorceler sa cuiller pour qu’elle remue la potion pendant cinq minutes, mais il n’y parvint pas et dû lui-même le faire. Au bout de cinq minutes (calculées, bien entendu, à l’aide de son sablier à durée ajustable), il ajouta l’angélique, dont il avait oublié de spécifier, dans le protocole, que la plante complète devait être ajoutée, des racines à la fleur. La potion devint instantanément fuschia et Jo, qui n’avait même pas lâché sa cuillère, la tourna frénétiquement pendant trois tours. Heureusement, il ne perdit aucune goutte… Par contre, la plante ne semblait pas encore complètement dissoute, et le poufsouffle préféra attendre quelques instant avant de continuer. Il mit cette pause à profit en finissant de peler le fruit de la passion, dont il jeta la chair et enleva minutieusement les derniers morceaux de chair clandestins, restés fermement accrochés sur la pelure.
Se tournant de nouveau sur la paillasse derrière lui, il prit les deux marguerites et commença à dissoudre leurs pétales, un à la fois, après avoir vérifié que l’angélique était complètement dissoute. Il les regardait tomber dans la potion épaisse, semblable à de la gouache, en se disant qu’ils ressemblaient un peu aux gros et lourds flocons de neige collante qui tombait parfois, à ce temps-ci de l’année, sur Poudlard et son lac. Dès qu’ils touchaient la surface de l’eau, ces flocons dodus fusionnaient avec celle-ci, rapidement. Jonathan aimait bien regarder les flocons qui se désartibulaient ainsi, sur une vitre ou sur le lac. On dirait qu’ils vivaient une souffrance immense et incompréhensible pour Jo.
Lorsque le dernier pétale se fut dissout, comme le dernier grain de neige en mars, Jonathan prit les deux cœurs de marguerite et les jeta nonchalamment dans la potion, en reprenant sa cuiller de bois de son autre main. Il se mit alors à agiter la potion qui devenait peu à peu crémeuse et rose bonbon.
Un tour. Jo se demandait si il réussirait à réussir une potion comestible.
Deux tours. Jo se demandait quelle goût aurait sa potion, une fois terminée…
Trois tours. Jo pensait à la tarte aux citrouilles qui l’attendait dans son dortoir.
Quatre tours. Cette année, Jo n’avait pris le temps de fêter Halloween. Isis et lui avaient tous deux été trop occupés avec leur préparation aux BUSEs et aux ASPICs pour aller au bal organisé.
Cinq tours. Jo avait bien aimé le bal l’an dernier, et il était bien content de savoir que quelques bals seraient probablement organisés cette année aussi ; même si il n’y participait pas, il entendait ses confrères et consœurs en parler avec enthousiasme et ça lui suffisait pour l’instant.
Six tours. Jo aurait dû demander à Griselda de lui donner de nouveaux cours de danse. Ou à quelqu’un d’autre. Une fille de préférence.
Sept tours. Isis serait-elle jalouse si Jo suivait des cours de danse avec une autre poufsouffle?
Huit tours. De toute façon, elle flirtait toujours avec le jeune Scott.
Neuf tours. Le bras de Jo en avait assez de tourner, mais celui-ci n’y portait pas attention, trop occuper à ne pas croire Lionel et Isis qui lui démentaient ses lubies.
Dix tours. Peut-être disaient-ils vrai? Quand Isis lui avait-elle menti?
Onz…


"Oups! Dix c’était suffisant… pas besoin d’un onzième! Ça m’apprendra de tomber dans la lune"

Jonathan secoua sa cuillère au-dessus du chaudron pour en faire tomber les dernières gouttes qui y étaient accrochées, puis il la nettoya avec le sortilège récurvite. En empilant des fougères sur son chaudron, de façon à le rendre bien hermétique, Jo se félicitait d’avoir vérifier avec quelques amis la prochaine apparition de vénus, la veille au soir. En effet, il avait fait des erreurs dans ses calculs et ce n’était pas 18 jours plus tard (soit le 7 décembre), mais bien le 15 décembre que cet événement attendu se produirait. Il reviendrait donc, quatre samedi plus tard, pour terminer sa potion. Il ne lui restait plus qu’à en parler avec Isis, ce qui le répugnait, car il avait de plus en plus de difficulté à prévoir ses actes, depuis ce qui s’était passé au bord du lac… Il reportait déjà cette discussion à plus tard depuis deux semaines.
Jonathan devait aussi se trouver un bijou qui ne soit pas en corde ou en bois. Il ne possédait ni collier ni bague. Rien. Que dale. À l’exception de sa montre, qu’il avait songé utiliser, mais dont il avait peur que la potion affecte les minuscules rouages à l’intérieur du précieux objet.


Dernière édition par le Mar 9 Jan 2007 - 2:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://gilvert.deviantart.com/
Jonathan Mateo
Adulte
Jonathan Mateo

Nombre de messages : 1013
Age : 33
Maison : Poufsouffle
Année : A terminé en juin dernier
Gain de Gallions : 14816
Date d'inscription : 13/05/2006

[TP Facultatif Filtre d'Amour] Jonathan Mateo Empty
MessageSujet: Re: [TP Facultatif Filtre d'Amour] Jonathan Mateo   [TP Facultatif Filtre d'Amour] Jonathan Mateo EmptyJeu 28 Déc 2006 - 19:13

Environ trois semaines et demi plus tard
Le jeudi 14 décembre, au petit matin
Anniversaire de Jonathan Mateo


Comme toujours, Jo s’était réveillé tôt. Même un peu plus qu’à l’accoutumée [la preuve était que son cadran (Dimitri) n’avait pas encore sonné (tombé de son lit]. Il avait une petite pile de cadeaux aux pieds de son lit. Pile qu’il prit, selon son habitude annuelle, et alla déballer dans la salle commune, devant une fenêtre qui lui laissait voir un lever de soleil sur les serres de Poudlard. Les yeux dans l’essence de murlap (version sorcière de l’expression canadienne-française "les yeux dans la graisse de bean"), il descendait tranquillement les marches de son dortoir pour se trouver le meilleur siège. Il bailla longuement et prit le premier paquet, les yeux bouffis par la fatigue (Jo avait réviser pour le cours d'astronomie très tard, la veille… sans compter LA Dispute!). Le paquet provenait de ses parents, qui lui envoyaient un chandail des Yelping Yacks, l’équipe de quidditch de York, nouvellement reformée, après près de trois ans d’arrêt, ainsi que des plumes et de l’encre provenant de chez Scribenpenne.

"Houla! Je suis gâté cette année!"

Le présent était accompagné d’une carte de souhait joliement animée et d’un petit mot disant que, comme à chaque année, il aurait le cadeau de son parrain et de sa marraine à Noël, par la poste moldue.
Le deuxième emballage provenait de Iris. Jonathan regarda un instant le soleil qui dépassait à peine au-dessus des serres, puis il l’ouvrit avec précautions : sa sœur avait écrit, avec un gros crayon indélébile, "ATTENTION, FRAGILE". Se doutant qu’il s’agissait d’une farce, Jo fit tout de même attention, au cas où ça n'en serait pas une. Et, effectivement, il ne découvrit qu’une boîte de vieux carton. Lorsqu’il l’ouvrit, par contre, il su que l’inscription était véridique. Il se trouvait dans la boîte deux minuscules fioles et deux coffrets qui rentraient facilement dans sa main fermée. Elle avait étiqueté les fioles : "Larme de crocodile algérien" et "Suc de filet du diable". En ouvrant tour à tour les deux coffrets, Jonathan trouva trois dents de poisson-chat et de la peau de serpent d’arbre du cap.


Wouao! Mais ça a dû lui en coûter une fortune!
"Et moi qui ne lui ai donné qu’un verre sans-fond et la carte chocogrenouille la plus rare (celle de la Juge Lara Impartiale, bien entendu…) à son anniversaire… Je me reprendrai à Noël..!
…Mais il ne reste que 10 jours! Oh non!"


Jonathan s’apprêtait à ouvrir les cadeaux de Isis et Griselda lorsqu’il entendit quelqu’un dans l’escalier à sa gauche, celui qui menait au dortoir des filles. Il leva la tête un instant pour voir de qui il s’agissait…

Isis au bas de l’escalier a écrit:
Isis était descendue devant lui avec un léger sourire.

J’espère qu’il te plaira mon cadeau.

Pensée de sa petite voix : Après la scène d’hier tu crois réellement qu’il a envie de te voir.

-Je… tu… tu n’es pas obligé de l’ouvrir si ton cœur n’en veux pas… je veux dire, vu qu’hier… je… oublie. Je vais pas te déranger plus longtemps.

Isis se retourna, larme à l’œil

Jo avait baissé de nouveau sa tête en lui murmurant un petit bonjour. Il entendit son pas feutré remonter les marches de l’escalier. Suite à une dispute, Isis avait rompu la veille. Le cœur de Jo était lourd. Il espérait que Isis l’aime toujours, mais depuis le temps que leur relation se tendait et s’effritait, il aurait dû s’en douter.

-Tu ne restes pas? Je veux dire, même si… En fait, je ne crois pas retourner de cadeau à l’expéditeur cette année.

Il avait tenté une blague mais n’y cru pas vraiment. Il ne rit pas, rien. Un rayon orangé filtrait à présent dans la pièce, au travers un léger rideau de tissu jaune. Il mettait en évidence toutes les poussières flottant dans l’air, comme sur la relation des deux poufsouffle. Il n’était plus fâché. Son sommeil mouvementé lui avait permis de réfléchir à la situation et il l’acceptait avec tristesse, mais aussi avec détermination. Il commença à déballer le présent de Isis, dans une toute petite boîte. Peut-être avait-elle changé son cadeau à la dernière minute et l’avait remplacé par des œufs de doxys? Ou un vieux bas puant… Ou peut-être que c’était simplement quelque chose de petit. Il écoutait attentivement les pas d’Isis, dans ses pantoufles, non accompagnés de ceux de Comète et Daïmon…

Isis, un peu mélangée a écrit:
Isis s’était retournée à la question de Jo. Redescendant tranquillement l’escalier seule contrairement à son habitude. Ses deux chats (oui Comètes était dorénavant son chat tant que Shanty n’avait pas réapparu) lui faisaient la tête et la délaissaient. Isis était persuadée qu’ils lui en voulaient de s’être disputée avec Jo, d’être une gourde. Oui, parce qu’elle était gourde, un mélange de crétinerie accentué par une plaintive jamais contente, en gros c’était une crétine. D’ailleurs même Deneb lui avait fait savoir.

J’espère que ça te plaît.

Isis lui désigna le collier enfermer dans son écrin de velours noir où l’argent de la chaîne et le pendentif reflétait à merveille.

C’est un cardinal… le pendentif. J’ai pensé que ça te plairait comme cadeau, vu que tu aimes tellement les oiseaux et les cardinals ou cardinaux, cardinals ça sonne mieux, non ? Enfin tu as dû reconnaître, tu aimes tellement l’ornithologie.

Isis lui fit un sourire. Elle voulait lui dire tellement de chose.

Je…

Elle fut coupée dans son élan par ses deux chats qui l’ignorèrent complètement en allant droit sur Jonathan.

Pense : Tiens, vous deux, vous me faites encore la tête… Pas la peine de me regarder comme ça Daïmon, je sais que j’ai fait une boulette, une énoooorme boulette.

Isis revenait. Elle lui dit une seconde fois qu’elle espérait qu’il apprécie son cadeau. Elle devait vraiment tenir à lui faire plaisir. Jonathan lui sourit, pour lui signifier de ne pas s’inquiéter, tout en ouvrant le paquet. Un écrin de velours aussi noir que leur blaireau s’y trouvait. Un peu de sérénité dans ce monde tempétueux. Il ouvrit l’écrin en même temps que Isis lui expliquait. Sur une chaîne d’argent était suspendu un oiseau rouge chatoyant, qui reflétait les premières lueurs de l’aube hivernale autour de lui. Bien entendu, il avait reconnu le cardinal, ce même oiseau qu’il avait fait apparaître pour contrer l’ignorance d’Isis déjà de nombreux mois plus tôt… Il ne savait pas en quoi était le petit pendentif, mais dans le fond, ça ne lui importait peu, à moins qu’il ne réagisse mal avec l’un des ingrédients… Jonathan releva la tête, ému, sans mot…

-Merci! C’est super! Tu n’aurais pas dû! Enfin, si… tu n’as pas idée comment ça tombe à point!

Maintenant, il devait se lancer. Isis lui avait enlever le dernier prétexte pour ne pas lui en parler. Elle lui avait ouvert elle-même le chemin vers ce qu’il voulait lui annoncer. Ce devait être un signe. Mais –Jo se passa la main dans le cheveux-, il ne croyait pas au destin arrangé et à ce genre de choses. Le hasard? Pas vraiment non plus. Ça le tiraillait à l’intérieur. En parler? Ne pas en parler? En parler! Non… Oui oui, ce serait mieux…! D’accord…
Après cette lutte contre lui-même, Jonathan fit un tour de la salle du regard, puis il tapota le coussin à côté de lui, faisant s’élever un minuscule nuage de poussière dans les airs. Il ne fallait pas que qui que ce soit ne surprenne leur conversation. Mais ce n’était pas le pire. Le pire, c’était qu’il n’avait aucune idée de quelle serait la réaction de Isis. Après leur dispute de la veille, peut-être le traiterait-elle de manipulateur, ou de sans cœur? Non, elle n’était pas aussi vilaine. Peut-être lui sauterait-elle dans les bras pour l’embrasser, sur un fond musical de violons et un rayon lumineux rose? Non plus, elle n’était pas si fleur bleue… Il se mordait l’intérieur des lèvres, comme si cela empêcherait les mots qu’il avait à dire d’être prononcés.
Il tapotait donc le coussin. Se mordit les lèvres. Inspira.


-Assis-toi, s’il-te-plaît, il faudrait que je te parle de quelques choses.

Aussitôt, il regretta. Isis penserait qu’il voulait lui avouer que ses idées paranoïaques de la veille était fondées, qu’elle avait raison d’être jalouse. Pourquoi le poufsouffle n’avait-il pas utilisé une autre phrase, comme… comme quoi? Aucune phrase à laquelle il pensait en ce moment ne pouvait pas sous-entendre un écart dans la fidélité de Jonathan. Il se gratta l’oreille, puis fronça les sourcils en se disant :

"Avec son préfet, elle ne peut pas parler!"

Isis a écrit:
Isis s’assit et fit un léger sourire à Jonathan.[i]

Tu veux, je… tu…

[i]Isis respira un bon coup et reprit d’une voix toute timide.


Jo, je sais qu’hier soir j’ai dit que, que je voulais plus être avec toi, mais… mais je le regrette. Je ne le pensais pas et je ne le voulais pas… Tu veux vraiment rompre. Si c’est le cas, j’accepterai c’est ton choix…

Isis avait les larmes aux yeux et se sentait fautive. Elle aurait tellement voulut trouver quelque chose pour lui montrer à quel point elle regrettait, à quel point elle était une idiote.

Je t’aime

Jonathan ne s’attendait pas à une telle déclaration, qui venait légèrement compliqué les choses. Jusqu’à ce qu’une larme coule, brise le cœur de Jo qui se sentait aussi mal à l’aise que dans le salon de thé de madame piedodu, et que Isis lui donne une bonne porte immensément ouverte sur ce qu’il avait à lui dire :

-Moi aussi, je t’aime.
Euhm…
Tu voies, comme je sentais que ça n’allais… euh… de moins en moins bien… entre nous… J’ai profité du TP facultatif en potions pour préparer un filtre d’amour.. hum… personnalisé… et je me demandais ce que tu en pensais… ? Si tu es d’accord, j’en prendrai deux fioles et il faudra juste qu’on y trempe chacun un bijou que nous gardons toujours sur nous. Qu’en penses-tu?


Jo avait parlé de plus en plus vite et de moins en moins fort. Il ne savait plus très bien si Isis avait tout entendu ou non. Il s’entortillait les mains autour d’un reste de papier d’emballage en attendant sa réponse… Soit il subissait ses foudres, soit il méritait ses câlins. Qu’en serait-il réellement?

Isis a écrit:
Isis pour seule réponse lui fit un tendre baiser et laissa ses craintes de fleur pure de coté pour rentrer dans la dépravation à la Draconia.

Réponse positive. Soulagement intense au centre de l’abdomen (que dis-je, du gouffre) de Jonathan. Il répondit au baiser de Isis, face au lever de soleil, dans la salle commune encore désertée malgré qu’il s’agisse d’une matinée de semaine. La chicane de la veille avait peut-être éclatée si fort qu’elle avait empêché quelques personnes de dormir.
Ensuite, Jo défit son dernier cadeau, puis il repartit à ses cours. Lors de sa pause, il en profiterait pour faire un tour dans la salle de potion, afin de terminer la sienne. Ainsi, il se dirigea vers cette pièce éclairée à 9 heures, alors que la majorité de Poudlard dormait ou étudiait dans sa salle commune ou la bibliothèque. En effet, à cette heure, c’était la pause commune aux élèves de première à dernière année, à Poudlard.
Revenir en haut Aller en bas
http://gilvert.deviantart.com/
Jonathan Mateo
Adulte
Jonathan Mateo

Nombre de messages : 1013
Age : 33
Maison : Poufsouffle
Année : A terminé en juin dernier
Gain de Gallions : 14816
Date d'inscription : 13/05/2006

[TP Facultatif Filtre d'Amour] Jonathan Mateo Empty
MessageSujet: Re: [TP Facultatif Filtre d'Amour] Jonathan Mateo   [TP Facultatif Filtre d'Amour] Jonathan Mateo EmptyMar 9 Jan 2007 - 2:05

Le lendemain, 15 décembre 2006

La nuit dernière, Jonathan était sorti de son sommeil pour observer le ciel de sa fenêtre du dortoir, à l’aide de sa plus petite lunette. À 2 heures 48 ce matin, il avait vu Vénus entrer en sagittaire.

Aussi, le jeune poufsouffle se leva tard, en ce samedi matin, car il devait reprendre le sommeil perdu la veille à analyser les déplacements astraux. Il mit une bonne heure à se réveiller complètement, avant d’aller déjeuner dans la salle commune. Le menu étant varié, Jon trouva facilement de quoi se faire un espèce de brunch, combinant petit-déjeuner et déjeuner. Il mangea quelques crêpes au sirop de myrtille, des toasts et un muffin à la salsepareille. La veille, il avait convenu avec Isis qu’ils se rencontreraient dans une salle dont il avait une fois entendu parler, mais il ne se souvenait pas par qui. Il s’agissait d’une pièce invisible qui se trouvait au septième étage et était connue sous le nom de salle mouvante, ou quelque chose du genre. Pour y accéder, il faudrait, selon les sources de Jon, passer trois fois, en pensant à ce dont on avait besoin, devant le tableau de Barnabas le Follet, ou est-ce un autre nom? Enfin, celui d’un sorcier tentant d’apprendre à danser à des trolls. Ainsi, cet après-midi, vers 4 heures et demi, Isis et lui devraient s’y retrouver, en se concentrant bien fort sur la pensée suivante : "Avoir une cachette pour boire le philtre", et en prenant soin d’emporter avec eux un bijou auquel ils tenaient particulièrement.

En attendant, il devait terminer ledit philtre. Il s’en retourna donc dans la salle de potion, toujours aussi vide que les dernières fois que Jon y avait mis les pieds en dehors des heures de classe. Cependant, il remarqua que les chaudrons de chaque côté du sien n’avaient plus le même contenu. Il ne se pencha au-dessus d’aucun d’eux, puisqu’il ne savait pas ce qu’ils contenaient. Un autre chaudron, plus loin, était seul au bout du comptoir. Tous les autres chaudrons qui y avaient trônés quelques semaines auparavant avaient déjà disparus et Jon fut surpris que les élèves aient terminé leur travail aussi vite. Quoiqu’en y repensant… Personne n’aurait le goût de rester ici durant les vacances de Noël seulement pour veiller sur sa potion. C’était donc normal que, malgré le délai, la plupart des élèves participant au TP aient tenté de le terminer le plus tôt possible. N’était-ce d’ailleurs pas aussi ce que Jon faisait?

Il transporta donc son propre chaudron jusqu’à sa paillasse habituelle. Celle sur laquelle il avait renversé le mélange original. Le liquide rose bonbon qui s’y trouvait tangua paresseusement entre les parois du chaudron, alors que le poufsouffle marchait avec précautions vers la paillasse.

Plaçant le chaudron sur le crochet habituel, une main dessous pour être certain qu’il ne chavire pas, il relut le protocole. Sa cuillère était tout au fond de son sac et il lui fallu quelques instants avant de la trouver. Lorsqu’il la trouva finalement, il dut encore chercher sa trousse de potion et en sortir son sablier, qu’il ajusta sur "Dix minutes", avant de le retourner. Il touilla ensuite dans le sens anti-horaire jusqu’à ce que le dernier grain de sable ne rejoigne le cône de ses semblables. Agiter une potion dix minutes était on ne peut plus fatiguant pour le bras. Le finissant avait eu beau changer de main, le seul résultat était qu’au lieu de n’avoir qu’un bras douloureux, les deux l’étaient. Il se résolu à cet instant à apprendre à contrôler une cuiller pour qu’elle brasse le contenu d’un chaudron, ou d’une marmite, sans qu’il n’utilise ses bras. Il avait beau être un cancre en sortilèges, ce ne devait pas devenir une excuse à la paresse. Il devait se dépasser et apprendre à jeter convenablement les sortilèges qui lui sont utiles.

Après avoir fait tomber dans le chaudron les gouttes de potion présentent sur la cuillère, il se retourna vers la paillasse derrière lui, prit sa trousse et chercha un peu, prenant une fiole, puis une autre, puis une troisième, en lisant l’étiquette de chaque avant de la replacer dans la trousse. Ce qu’il cherchait se trouvait en fait dans la cinquième éprouvette. Les autres contenaient de la bile de Kappa qu’il avait subtilisée lors du TP avec Sakura, la larme de crocodile algérien, les dents de poisson-chat et de l’essence de Belladone. Il prit la pelure séchée à l’aide de ses pinces et la trempa, une lanière à la fois, dans la potion. Au fil de l’opération, le liquide sembla devenir de plus en plus léger, presque éthéré. Le chaudron avait remonté de quelques millimètres, tiré par la corde plus détendue du crochet.

Jon ressortit les cendres de bouleau qu’il avait gardé dans une fiole, mais il ne lui restait plus d’écorce. Il se décida donc à utiliser le réchaud qui se trouvait dans une armoire sous la paillasse pour chauffer tranquillement sa potion. Mais avant de commencer à chauffer, il alla chercher une burette à l’avant de la salle de classe, dans l’étagère du professeur, ainsi que des pinces et un support. Il installa les pinces sur le support, tout près de sa potion, sur le réchaud. Puis il installa la burette entre les pinces et la remplit de 10 mL de bièraubeurre, qu’il avait transportée dans une autre fiole (qu’il chercha bien entendu pendant un court moment). Il mit le réchaud en marche, et tourna très lentement la molette de la burette pour laisser tomber une goutte. Puis une seconde. Le jeune homme ajusta l’intervalle à environ 3 secondes (qu’ils comptaient mentalement) et alla préparer la macération : il sortit son mortier, son pilon et sa balance, alla chercher du romarin et un bécher à l’avant, ainsi qu’un second réchaud, sous la paillasse voisine.

Il déposa le romarin dans le mortier et le pila complètement, jusqu’à ce qu’il ne soit plus qu’une pâte homogène. Le garçon au foulard jaune transvida ensuite cette pâte dans le bécher, qu’il venait de tarer sur la balance. Il mesura la quantité de romarin qu’il avait utilisée : 7,20g. Il sortit alors un creuset de sa trousse et y pesa 3,58 g de cassonade (il ne parvenait pas en n’en mesurer que 3,60 g). Il ajouta ensuite le sucre blond au fond du bécher et alla chercher un cylindre gradué ainsi que de l’eau dans les étagères du professeur. Après avoir mesuré très précisément 10,8 mL d’eau distillée (qu’il avait prise dans une cruche identifiée, au bout de sa paillasse), Jon s’en servit pour rincer son creuset directement dans le vase à bec, au cas où de la cassonade y serait restée. Il déposa ensuite le bécher sur le réchaud et fit chauffer le mélange, qui donnait un espèce de liquide kaki.
Le romarin semblait avoir de la difficulté à se dissoudre dans l’eau et Jon dut agiter le bécher pour qu’il se sépare (il était jusqu’alors resté comme en un pain…) et se dissolve tranquillement. Lorsque la potion et le produit de macération dans le bécher bouillirent tous les deux, Jon ferma le réchaud du bécher et ajouta le produit de macération à la potion.
Il ajusta alors son sablier sur 5 minutes et le retourna en comtemplant le ciel découvert, d’un bleu miraculeux, par la fenêtre. Voilà plus de deux mois que Jon n’avait pas vu un ciel aussi beau. Malgré les rares nuages qui le sillonnaient, il semblait pur, exempt de la moindre négativité que l’on puisse imaginer. Un ciel d’un cyan à faire rêver.
Mais en attendant, il devait s’avancer, et non observer le paysage. Jon se leva donc pour aller chercher une branche de verveine dans l’armoire du professeur. Il la mesura et la coupa pour obtenir une tige de 15 cm sur laquelle trônaient sept feuilles. Il arracha délicatement chaque feuille par sa base, puis entreprit de couper la tige en rondelle, à l’aide de son couteau à lame d’aluminium. Cela fut relativement rapide, et il obtint rapidement une vingtaine de rondelles de la même épaisseur.
Jon avait encore une minute avant de procéder à l’étape suivante, cependant pour ne pas se faire prendre au piège comme la dernière fois, il reporta son attention sur le sablier et observa rêveusement l’écoulement de ses grains par l’ouverture (assez grosse, puisque le temps mesuré était plutôt court) à la jonction des deux cônes de verre.
Juste avant que le sablier ne termine son décompte du temps, le poufsouffle s’étira en relisant ses dernières étapes. Il coucha le sablier sur la paillasse dès qu’il eut terminé son décompte, puis le jeune homme ajouta les rondelles une à une, en tentant de faire varier le moins possible le niveau du liquide. Il cessa dès lors de chauffer le chaudron et attendit que la potion tiédisse en soupirant de soulagement. Sa potion était presque terminée et, aujourd’hui, elle lui avait prise moins de temps qu’il ne l’aurait cru. Lorsque Jonathan put tenir le chaudron plusieurs secondes dans ses mains sans inconfort, il sut qu’elle était prête à recevoir les feuilles, mais il préféra attendre encore une minute, au cas où il serait encore trop tôt et que ses paumes ne soient pas assez sensibles.
Jonathan ajouta finalement les feuilles, en agitant dans le sens horaire jusqu’à ce que la dissolution de la verveine soit complète. Lorsque ce fut le cas, il retira sa cuiller de la potion et un "Pouf" sonore fut aussitôt émit, au même moment où un panache semblable à un voile pâle, d’une couleur indéfinissable, apparu.
Jonathan sortit 3 grandes fioles, chacune de la taille d’une tasse à café, et versa sa potion dans chaque fiole. Ensuite, il boucha chacune avec une feuille de fougère enroulée sur elle-même. Sur la première fiole, il inscrivit de son écriture aisément reconnaissable :


TP Facultatif : Philtre d’Amour
Jonathan Mateo
Poufsouffle
Septième année


Sur les deux autres vials, il inscrivit simplement son nom et celui de sa chérie. Il déposa ces deux flacons dans sa trousse, la referma et la rangea dans son sac, puis alla porter son échantillon sur le bureau du professeur.
Avant de quitter, il rangea ses réchauds sous sa paillasse et sous celle du voisin, il nettoya cylindres et burettes, alla les ranger dans l’étagère professoral, nettoya et rangea tout le reste de son matériel ainsi que sa paillasse, puis il apporta son chaudron sur le comptoir à l’arrière, à l’endroit où il l’avait pris à son arrivée, et le recouvrit de nouvelles fougères. Personne n’aurait pu dire que quelqu’un était venu dans ce "laboratoire" aujourd’hui, sauf en observant bien attentivement la potion, qu’il avait décidé de conserver au cas où il perdrait ses deux flacons personnels.
Il sortit donc de la salle, vers trois heures moins le quart, anxieux. Car il savait qu’il allait désobéir aux règles d’un professeur. En plus, il n’était pas certain que sa potion soit bien faite. S’il fallait qu’il se soit trompé, il n’imaginait même pas les conséquences que son usage pourrait engendrer…
Il sortit donc en pensant à Henry Richardson, son vieil ami qui lui avait dernièrement écrit pour lui donner des nouvelles. Entre autre, il avait une copine depuis quelque temps…
Revenir en haut Aller en bas
http://gilvert.deviantart.com/
Contenu sponsorisé




[TP Facultatif Filtre d'Amour] Jonathan Mateo Empty
MessageSujet: Re: [TP Facultatif Filtre d'Amour] Jonathan Mateo   [TP Facultatif Filtre d'Amour] Jonathan Mateo Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[TP Facultatif Filtre d'Amour] Jonathan Mateo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1 -



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard - Ecole de Magie :: Les souvenirs :: Archives de cours et d'examens :: Archives Cours 2006/2007-
Sauter vers: