Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 [Parc] Sous les Chênes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Ernest Dudikoff
Adulte
Ernest Dudikoff

Nombre de messages : 618
Age : 32
Maison : Serpentard
Année : 6ème
Gain de Gallions : 15035
Date d'inscription : 18/03/2006

[Parc] Sous les Chênes - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Parc] Sous les Chênes   [Parc] Sous les Chênes - Page 2 EmptyVen 24 Nov 2006 - 20:40

Toujours dans mon placard à balai, debout, le front contre la pierre. J’étouffe. Je réfléchis, à la faible lueur de cette bougie solitaire. Elle vacille sous ma rauque respiration, dans ce lieu étroit, dans ce trou à rat. Pourquoi la vie et les rapports autrui sont-ils ainsi ? Comme les anneaux d’un serpent se resserrant sur mon âme. Pourquoi l’incertitude guide chacun de mes pas ?

Je m’assieds à nouveau dans la poussière, face à mon parchemin à demi noirci par mon écriture oblique, sur un vieux seau en bois usé, retourné. La pointe taillée de ma plume s’enfonce dans l’ombre et saigne la noirceur de l’encre qu’elle a puisée. Je trace quelques courbes, mais les boucles s’emmêlent avec mon esprit. Où suis-je ?

Je me lève, perdu dans la fièvre, et vide mes forces dans un coup de pied dans le seau. Projeté, il rebondit contre le mur trop proche, l’encrier se brise, son liquide se répand en une flaque obscure, le bois éclate, la flamme est soufflée. Fumée. Obscurité. Néant.

Je m’écroule, visage contre sol. Choc de la pierre. Goût du sang, cuivre, goût de l’encre, plomb. Mon esprit est torturé par lui-même. Je voudrais être une bête, ne plus penser. Un tintement imaginaire, quelque part au fond de mon inconscient. Je revois et repense tout. Me dégoûte.

Nous n’étions sûrement pas prêts. Dans le parc, je me suis basé sur une tromperie. Ma propre tromperie. A force de dénigrer ma maison, je me suis pris pour un sans maison. J’ai fait comme si j’avais eu le courage des Gryffondor, j’ai été rempli de confiance en moi, me bouchant à toutes autres possibilités, certain que c’était ce que nous avons à faire. Mais ce courage et cette confiance en moi je ne les ai pas. Tromperie. Le serpent se mord la queue, se cache la vérité, s’empoisonne. Le poison n’a agit qu’une fois qu’il était trop tard.

Une fois que les caresses avaient commencé, que nos corps se libéraient progressivement de tout interdit, se libéraient de nos attributs de textiles, l’ersatz de Gryffondor, le poison déguisé en moi, disparut. Je venais de voir alors, le gant de cuir qui cachait mon secret. Et devant Hermione, alors que toute pudeur était abandonnée, je ne pus l’enlever. A partir de la seconde, où je le vis, la faiblesse vint parasiter mon esprit, insinuant l’incertitude et la maladresse.

Je regardais alors Hermione, me rendre mes caresses, mes baisers, mais mon esprit se décollait de l’acte et du moment dans lequel mon corps était acteur. Je tremblais. Et la douleur avait crispé les traits de la fille qui était à mes côtés. Je ne pouvais détourner mon regard de son visage alors qu’elle tentait de le fuir. Je me sentais manipulateur et au moment qui devait être l’apogée de notre amour réciproque, je me sentis être un monstre, une abomination, pendant quelques secondes. Puis cela passa, mais je n’oublie pas l’impression de dégoût qui s’était emparé de moi.

Nos corps s’étaient détendus et lovés l’un contre l’autre, je ne sais pas combien de temps nous étions rester là, tel deux êtres entièrement et en tous points unis. Pourtant, j’avais hâte de partir, de me séparer, au moins pour quelques heures, hanté par la douleur lisible sur le visage d’Hermione, de la monstruosité que j’avais cru voir en moi. Les heures s’étaient transformées en quelques jours, jours sans Hermione, à nouveau seul.

Endolori, je me redresse, toujours suffoqué par l’étroitesse de mon refuge, humide de l’encre dans laquelle je m’étais étalé. Que fallait-il faire maintenant ? Où aller ? Devenir fou ?

Retrouver Hermione, parler.
Revenir en haut Aller en bas
Hermione Granger
Personnage Inactif
Hermione Granger

Nombre de messages : 811
Maison : Gryffondor
Année : 6 ème année
Gain de Gallions : 15225
Date d'inscription : 15/01/2006

[Parc] Sous les Chênes - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Parc] Sous les Chênes   [Parc] Sous les Chênes - Page 2 EmptyVen 24 Nov 2006 - 21:46

Une telle attitude n'est pas digne d'elle. Se morfondre de la sorte! C'était sans intérêt, il fallait qu'elle se ressaisisse, qu'elle prenne le taureau par les cornes.

Elle se leva d'un bond pour sortir de son refuge. Qu'allait-elle faire? Tourner en rond pour sûr. Il fallait réfléchir.

" Il faut que je lui dise tout. Non... Comment réagirait-il? Il prendrait tout pour lui! Mettre de la distance? Je n'en ai pas envie, et il pourrait croire que je ne veux plus de lui, ce qui est faux."

La vérité c'est que c'était sa faute, du moins tout ce qu'elle pensait. Et elle allait lui en faire part... par écrit. Elle retourna dans son refuge, déchira ce qu'elle avait écrit tout à l'heure, et se mit à gratter sur une nouvelle feuille. Elle peina pour tout mettre en forme, mais au fur et à mesure, ça venait. La plume délie bien les langues, mais pas comme il fallait.

" Mon amour Erny mon ange Ernest,
Tu ne peux pas savoir combien je m'en veux d'avoir gâché notre première fois. Je suis la seule fautive. Je ne me sentais pas prête et je n'ai pas su te le dire. J'ai été lâche. C'est nul ça."


Elle prit une nouvelle feuille de parchemin contrariée de ne pas pouvoir s'exprimer correctement. Elle jeta son brouillon par terre. Au bout d'u quart d'heure, les boules de papier s'accumulaient au sol, si bien qu'on aurait pu croire à la préparation d'une bataille à la boulette. Et pour une boulette, ç'en était une, deux mêmes: elle en avait fait une, et elle était incapable de la réparer. Et puis, dans un sursaut d'intelligence...

" Mon amour, j'espère que tu sauras me pardonner. Je t'aime"

Douze mots, pour approximativement six secondes d'écriture, et deux jours de remords. C'était tout. Tout ce qu'elle avait à lui dire. Il ne lui restait plus qu'à espérer.

Elle se dirigeau tout droit vers la porte à côté de laquelle étaient ses affaires. Il fallait qu'elle se rhabille pour aller attacher la lettre à un hibou quelconque. alors qu'elle allait arrivait près de la porte, un bruit la fit tressaillir. Des pas se rapprochaient derrière la porte. Quelqu'un venait. La porte était fermée, elle ne se faisait pas de souci pour ça, ce qui lui donnait du souci, c'était la fréquence de ces pas. Des pas mal assurés, torturés, despas de condamné... C'était lui. Elle resta stupide derrière sa porte.
Revenir en haut Aller en bas
Ernest Dudikoff
Adulte
Ernest Dudikoff

Nombre de messages : 618
Age : 32
Maison : Serpentard
Année : 6ème
Gain de Gallions : 15035
Date d'inscription : 18/03/2006

[Parc] Sous les Chênes - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Parc] Sous les Chênes   [Parc] Sous les Chênes - Page 2 EmptyMer 29 Nov 2006 - 14:42

Je suis toujours dans le noir. Je dois sortir. Vite. M’échapper. J’ai l’impression que les murs se rapprochent, le plafond descend et m’écrase. Quelque de noir et visqueux coule sur les parois, je ne sais pas comment je les vois, c’est le dégoût et la tristesse. Je vois Hermione pleurer. Je dois sortir d’ici. Je me précipite vers la porte, mes mains s’agitent, paniquent, je dois vite trouver la sortie. Je panique. Où est ce foutu loquet ?! Mes mains parcourent la surface, je ne trouve rien. Pitié ! Je ne veux pas rester enfermer là pour toujours, laissez moi sortir. Je suis sur que l’encre étalée par terre s’est mué en un obscur serpent, glisse vers moi pour m’emporter. Le cuir et la peau effleurent la poignet.

Le loquet s’agite, le métal racle, le bois et la pierre s’espace. La lumière est aveuglante. Je trébuche à moitié, me rattrape. Où suis-je ? C’est vrai, dans le couloir. Je n’étais pas dans un autre monde, j’étais simplement dans un placard à balai. Seul. Je ne me souviens de rien. Pourquoi y étais-je ? Dégoût et tristesse. La salle sur demande. Hermione. Je dois retrouver Hermione, pour parler, pour se pardonner, me pardonner. Je me redresse, essaye de retrouver une contenance, rentre ma chemise dans mon pantalon, tente de me recoiffer, noue mes lacets. Même après avoir frôlé la folie, je m’inquiète encore de ce genre de détails. C’est à la fois pitoyable mais rassurant. Je ne suis pas fou.

Je me promène au hasard, encore un peu hébété. Je passe à côté de silhouettes, plutôt des ombres, je ne vois pas ce qu’elles font, à part marcher. Leur visage je ne le discerne pas, il est lisse et blanc chez chacun d’eux. Je pense bien que certain d’entre eux se retourne, guette ou enquête, stupeur sur le visage, mépris, rires, façade. Façade. Ils m’auront tous oublié une fois le prochain coin de couloir dépassé. Je me sens revivre, dépouillé de la saleté qui m’entourait dans le placard, lavé. Il n’y a plus de murs oppressants, blessants. Une renaissance.

Et là, tout d’un coup, au milieu de la clarté aveuglante, je sais qu’Hermione est derrière ce mur, cette porte, cette statue. Je ne sais comment qualifier cette façade, barrière séparatrice de mon aimée. Il faut qu’elle se dérobe, glisse, tourne, pivote, qu’importe ! Je dois y accéder, mais elle ne veut pas céder. Il faut qu’on m’ouvre, je dois voir Hermione, ces deux jours étaient trop longs, j’en suis malade. Je ne veux plus de ce silence.

Quelque chose s'ouvre dans le mur, je l'aperçois, dans l'ombre, elle me voit, je la vois. Que faire? Je me faufile, j'entre. Elle est là, devant moi, rhabillée après un long bain sûrement, je distingue la peau de ses doigts, frippés.
Fly me to the moon...me rappelle mon esprit...à Göttingen
Je me rapproche encore, je l'aime. Sans un mot, après deux jours d'absence, de mortitude. Je me penche sur son visage, l'embrasse. Elle sent bon les savons et les shampoings, je pleure.
Revenir en haut Aller en bas
Hermione Granger
Personnage Inactif
Hermione Granger

Nombre de messages : 811
Maison : Gryffondor
Année : 6 ème année
Gain de Gallions : 15225
Date d'inscription : 15/01/2006

[Parc] Sous les Chênes - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Parc] Sous les Chênes   [Parc] Sous les Chênes - Page 2 EmptyLun 4 Déc 2006 - 20:54

Impossible de ne pas craquer à cet instant. Tout ce qu’elle avait retenu comme émotion dans son comportement refit surface. Elle se retrouva plantée sans savoir quoi faire, atours olfactifs aguichants les sens. Elle venait d’ouvrir la porte qui laissa apparaître Ernest. Il se jeta sur elle. Après avoir laissé sa langue exprimer toutes ses émotions autour de celle d’Hermione, celle-ci frissonna en sentant quelques larmes d’Ernest couler sur ses propres joues. Elle tira doucement sa tête en arrière en interprétant mal ce que signifiaient ces larmes.
Apparemment, il se sentait aussi mal qu’elle sur ce qui s’était passé. Mais elle le prenait d’autant plus mal qu’il avait fait d’énormes progrès en sociabilité ou excentricité depuis qu’ils étaient ensembles. Et maintenant, allait-il se recroqueviller comme avant, s’introvertir à nouveau ? La préfète savait très bien que tout était de sa faute au départ puisque c’était elle qui avait amené le sujet sur la table lorsqu’ils parlaient sous les chênes.

- Tout est de ma faute, lui dit-elle tout bas. C’était trop tôt, je ne pensais pas que tu prendrais ça au pied de la lettre, je n’étais pas prête pour qu’on le fasse tout de suite. Je n’ai pas su te dire non.

Tout en disant ça, quelques larmes s’échappèrent de ses yeux. Elle l’attira à lui et d’un sort informulé, elle ferma la porte. En l’embrassant, elle ôta ses vêtements un à un en les faisant glisser le plus sensuellement possible sur sa peau. La seule chose qu’elle voulait, c’était lui de lui faire oublier leur première expérience. Elle était prête à lui donner le plus de plaisir possible. Il fait savoir affronter ses peurs, comme ses désirs.

- Maintenant par contre, si tu as envie… j'aimerais me rattraper, lui murmura-t-elle à l’oreille.

A présent dans le plus simple appareil, Hermione regarda Ernest, ce qu’elle avait eu le plus grand mal à faire la dernière fois. Elle le trouva beau sans se trouver intimidée pour autant. Elle laissa tomber son peignoir à ses pies et le poussa loin d’eux. Ce jour là, elle était remplie de ce courage qui faisait sa force. Elle entreprit de laisser sa bouche faire connaissance avec chaque centimètre carré de la peau de son Serpentard.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




[Parc] Sous les Chênes - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Parc] Sous les Chênes   [Parc] Sous les Chênes - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[Parc] Sous les Chênes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2 -
Aller à la page : Précédent  1, 2


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard - Ecole de Magie :: Château :: La Salle Sur Demande-
Sauter vers: