Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Twilight

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Seth Cullen
Créature Magique
avatar

Nombre de messages : 313
Maison : Serdaigle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 10642
Date d'inscription : 13/02/2008

MessageSujet: Twilight   Mar 7 Avr 2009 - 21:32

« Je reçus la convocation par hibou le premier avril ce qui me fit douter en un premier temps de l’authenticité de la missive. Le cachet du ministère avait l’air officiel. J’attendis la fin de la journée que le manteau de la nuit me recouvre pour aller m’enfermer dans une petite salle abandonnée qu’avec le temps j’avais fait mienne. Assis en tailleur sur le bureau délabré, je sortis la lettre de ma poche, la dépliai et lus.

    « Monsieur Seth Cullen,

    Vous êtes expressément convoqué au ministère de la magie, bureau de régulation des créatures magiques, le mardi 7 avril à 18h30 après vos cours.
    Il vous sera délivré une autorisation de quitter votre établissement le temps d’un entretien avec mademoiselle Armada Datout.
    Votre absence à ce rendez-vous serait sanctionnée d’une amende de 700 gallions.

    Veuillez croire, monsieur, en l’expression de mes salutations distinguées,

    Amarda Datout »


Je relus la lettre plusieurs fois, tournant dans tous les sens le morceau de parchemin de peur d’avoir loupé une information capitale. Ce n’était pas assez d’information, autrement dit, c’était trop de mystère. Que me veulent-ils ? Qu’y a-t-il de si urgent qui ne puisse attendre la fin de l’année ? Savent-ils ?

Je fis un effort surhumain pour rationaliser aussi vite et ne pas me précipiter dans la psychose. Si le ministère de la magie savait que j’étais un hybride de créatures magiques très surveillées, je n’aurais pas eu le droit à une lettre et encore moins à un délai de sept jours mais à trois ou quatre Aurors et des chasseurs de vampires.

J’en revins au premier point : que me veulent-ils ?

Lorsque quelques jours plus tard, les deux pantins du ministère se pointèrent la bouche en cœur dans la Grande Salle pour nous expliquer leur souci au sujet de l’enquête concernant les évènements récents, j’avais éprouvé la même inquiétude. Je crus qu’ils venaient pour m’emmener. Ma paranoïa atteignit les sommets lorsque le professeur Rosemont me convoqua dans son bureau avant-hier. Le vieil homme cherchait seulement à s’assurer que je n’oublierais pas mon rendez-vous au ministère, précisant que payer une amende pour « ça » serait vraiment dommage. Il me proposa même l’escorte. Je refusai courtoisement, n’osant pas l’interroger au sujet de ce qui me valait cette convocation... dans ce département là précisément. Je ne voulais éveiller aucun soupçon à cause d’une attitude exacerbée qui aurait laissée entendre que j’avais quelque chose à me reprocher. Pourtant, je brûlais de savoir. »



Seth était assis devant Armada Datout. La femme avait une cinquantaine d’années, le visage sévère que soulignait un regard bleu qui scrutait solidement Seth à travers les deux carreaux de ses lunettes. Son teint havane était par trop poudré comme si elle avait voulu faire disparaître la couleur de sa peau. Ses cheveux courts et crépus étaient grisonnant aux tempes et sa bouche était le seul endroit de son visage à n’être pas maquillé.

- Alors, jeune homme ? redemanda-t-elle comme Seth ne lui répondait pas, expliquez-moi logiquement la raison de l’utilisation de la magie en dehors de votre école... à deux reprises et sur ces deux endroits si éloignés... en un si court laps de temps alors que vous portiez la Trace et qu’il vous était à proprement impossible de transplaner ? Expliquez-moi. J’y tiens.

Elle marqua un temps pour renforcer son regard incrédule puis replonger dans ses papiers dont le Serdaigle se doutait qu'elle connaissait déjà par coeur le moindre paragraphe.

- D’après le témoignage de ce poivrot de Rhys qui vous aurait vu attaquer un ours à mains nues - elle ricana. Seth pas du tout -, vous auriez disparu avec vo... votre proie, soutient-il. Je n’aurais jamais relevé la plainte de ce gobelin s’il n’avait pas insisté un an durant. Après vérification auprès du service des transports sorciers et de madame Hopkirk au Magenmagot, il s’avère que votre baguette a réellement jeté ces deux sortilèges... un dans la Foret Interdite au Nord-Ouest de Poudlard, un autre dix sept secondes plus tard à trente deux kilomètres après Pré-au-lard. Monsieur Cullen.... ?

.fin du flash-back.


Seth était de retour à l’école.

Perdu dans ses pensées, il ne se rendait pas compte qu’à ne plus bouger, il n’avait jamais eu tant l’air d’une statue que maintenant. Cela faisait cinq minutes qu’il s’était momifié. Il fallait qu’il fasse mine de respirer car il inquiétait ses camarades qui avaient désertés l'infirmerie, emportant avec eux les médications proposées par monsieur Zagora, en chuchotant que c’était vraiment le plus bizarre des Cullen.

Un livre jeté sur sa table de chevet à côté de lui le fit sortir de ses songes. Il regarda la personne qui se présentait devant lui, reprenant la comédie de la respiration tel un automatisme : Seth seul = peut faire ce qu’il veut. Seth + du monde = jouer la comédie de l’humanité.

- Heu... oui ? se réveilla-t-il.


Ravenclaw
17 ans pour toujours - 7ème année
BATTEUR
Japhet - 6ème année - Serdaigle
GARDIENNE
Liam - 7ème année - Serpentard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isis Kitlee
Préfète
avatar

Nombre de messages : 1141
Age : 30
Maison : Poufsouffle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12784
Date d'inscription : 15/02/2006

MessageSujet: Re: Twilight   Sam 11 Avr 2009 - 15:31

- Ma journée est pourrie. J'en ai eu des pourries mais celle là...elle est pourrie. Entre Ackroyd qui a tellement peur de passer pour un gentil qu'il s'est cru obligé de rabaisser chaque élève de son cours et Wyndham qui n’est pas mieux. Certes moins flippant, mais tu crois que ça compte. Sans oublier que les O'Brian on décidé de me pourrir la vie avec des blagues vaseuses qui... en faite qui sont vachement bien, mais si on commence à leur prêter trop d'attention ils vont prendre la grosse tête... quoi que depuis que des petites minettes leur tournent autour. Attention, je ne dis pas que c'est mal, loin de là. Mais j'avoue, que je peux moins leur pourrir l'existence. Je ne suis pas jalouse... carrément pas. Je m'en fous. Ils font ce qu'ils veulent. De toute manière... bref je ne suis pas jalouse. Ce qui me bouffe c'est que Wart le pense et le claironne dans tout le château. Comme si je ne pouvais pas me passer d'eux. Mais je le peux.

Isis allongea ses jambes pour qu’elles reposent sur la table de chevet en s'enfonçant plus profondément dans sa chaise. Dés son arrivé, elle s'était réfugié dans le seul endroit ou ni les question sur ce qu'elle avait, ni Alexandrei viendrait la réprimander dans la seconde, là ou se trouvait l'étrange Seth.

- Mais ce n’est pas tout. J'ai eu le malheur d'aller au toilette de Mimi Geignarde. Mais comme aujourd'hui elle est mal embouché - entre parenthèse elle est toujours mal embouchés- elle a trouvé amusant de chouiner pendant... bref ta saisi. Mais imagine qu'après avoir fini, elle m'a séquestré. Et être séquestré par un fantôme complètement frappadingue, c'est pas très agréable. Et là... ca doit pas vraiment t'intéresser.

Isis prit soudain conscience que ca conversation n'avait pas vraiment d'intérêt à part la soulager elle-même. Isis rougit légèrement sous un petit sourire en coin.

- Sinon...

- Sinon, tu pourrais prendre ton traitement au lieu de râler.

Alexandrei posa dans la paume de sa main une fiole à la couleur phosphorescence et sur la table un sachet de Fizwizbiz.

- Pour t'éviter de fouiller dans mon bureau.
- C'est carrément moins drôle.

Alexandrei connaissant le penchant de la préfète pour oublié sa médication, il s’était employé à ruser pour le faire venir à lui. Le contrat était simple, il ne la fliquait pas, elle respectait ses directives. Mais depuis le combat blanc, il avait de plus en plus de mal à le faire respecter.

- Tu restes ce soir en observation. Le professeur Des Lys est au courant. Il me fait également dire que si tu ne respectes pas cette directive, tes accès aux serres te seront retirés.

Coi, Isis regarda l’infirmier lui tourner le dos et vaquer à ses occpations.. Elle voulait se révolter, gerber une farandole de gros mots et s’offusquer de cette incroyable punition. S’était carrément injuste. Mais elle n’en fit rien. Parce que si elle était venue, s'était bien parce qu'elle savait pertinnement que si elle arretait de prendre son traitement ca allait empirer.

- Et toi… pourquoi tu es obligé de croupir ici, Roi Cullen.


Dernière édition par Isis Kitlee le Dim 12 Avr 2009 - 14:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seth Cullen
Créature Magique
avatar

Nombre de messages : 313
Maison : Serdaigle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 10642
Date d'inscription : 13/02/2008

MessageSujet: Re: Twilight   Sam 11 Avr 2009 - 17:10

- Salut princesse Gros-Mots. Quoique cette fois, tu n’en as prononcé aucun, fit Seth pour toute salutation. Il avait écouté Isis du début à la fin sans qu’aucun son et aucun sentiment ne soit omis par sa perception des choses. Il avait tressailli au début car le cœur de la Poufsouffle battait très vite et l’afflux de sang généré qui se répondait à vitesse croissante dans ses veines lui avait mit l’eau à la bouche. Ce ne fut presque rien face à son dernier rougissement, le sang lui montant au visage quand elle s’aperçut qu’elle avait parlé longtemps sans se soucier de l’être présent. Il pouvait comprendre les explosions émotives des humains. Ils avaient besoin de se décharger et, rougissements et battements de cœur emportés mis à part, Seth n’en fut pas le moins du monde dérangé. Ca devait être quelque chose que les filles de la maison d’Helga partageaient : le bavardage.

Monsieur Zagora lui décerna un sourire captivé lorsqu’il entendit la question d’Isis. Que faisait-il ici lui ? L’infirmier jugea que seul le Serdaigle pouvait répondre à cette question comme il lui plairait. Bien qu’il s’en allât vaquer à d’autres occupations, Seth savait que les oreilles de Zagora étaient entièrement dévolues à écouter la suite de cette conversation.

- Moi aussi, je reste ce soir en observation, lâcha-t-il en regardant par-dessus l’épaule d’Isis le dos de l’infirmier qui hoqueta. La nouvelle devait l’étonner. Seth venait de l’inventer. Néanmoins, Zagora poursuivit de trier ses étagères à potions. Il écoutait toujours. J’ai des insomnies, inventa-t-il encore. Alexandrei m’a soumis à des analyses complexes et je dois attendre les premiers effets du sommeil.

Derrière Isis, Zagora pouffa de rire. Il trouvait l’invention cocasse.
Seth sourit pour lui-même à la réaction de l’infirmier qui ne vint pas le contredire.

Alors, le Serdaigle adopta comme Isis une position plus confortable. Il venait de décider de tenir compagnie à la Poufsouffle puisqu’elle devait passer du temps ici. Lui ne dormirait pas alors cela lui ferait une nuit de solitude en moins à passer. De plus, cela serait d'autant plus aisé de veiller sur elle sans se dissimuler plutôt que de la surveiller comme la brise qu'il était à travers les couloirs de l'école. Il se laissa tomber en arrière, sur le lit, et croisa ses mains sous sa tête cependant que ses yeux parcouraient le plafond.



- Quelqu’un m’a volé ma baguette,
affirma Seth sans ciller devant l’effronterie d’un tel mensonge. Il a transplané avec et, pour la retrouver, j’ai dû traverser la forêt et sortir de l’école. Si l’on doit me punir, ça doit être pour avoir pénétré la forêt et fugué le temps de retrouver mon bien.

L’imposante femme scruta Seth comme si sa tête venait soudain de se transformer en visage de la Joconde. Elle avait l’air émerveillé :

- Quelqu’un a pu transplaner à l’intérieur du périmètre de sécurité de votre école ?

Seth haussa les épaules. Il la laisserait sur ce doute. Il n’avait pas le choix alors il laissa se diffuser ce parfum enivrant dont il connaissait la vertu sur les sens humains. Alors, la vieille femme lui sourit amène. Elle paraissait séduite. Tout ce qu’elle était d’autorité et d’intimidation fondit comme neige au soleil. Elle afficha une vive compassion tout en se baissant sensiblement vers lui. Sur un ton de confidence puéril :

- J’aurais dû me douter que cette vermine de De Lansley ne s’en tiendrait pas à nos premiers reproches.

Seth ne comprenait pas ce à quoi la responsable du service des créatures magiques faisait allusion :

- Vous me dites que quelqu’un vous chipé votre baguette avant de transplaner ? Une seule personne peut transplaner à Poudlard, nous le savons pour sûr désormais !

Aïe, sans le faire exprès, le Serdaigle venait de faire retomber sur quelqu’un d’autre les conséquences de son manque de vigilance. Il devait se rattraper :

- Ma baguette m’a été rendue. C’était une action punitive, bien que triviale, pour avoir utilisé la magie aux bordures de la forêt.
- N’essayez pas de le défendre. Si vous saviez le nombre de fois où chacun de nos services a tenté de le coincer pour une raison ou une autre. Ceci ne sera qu’une petite épine dans son pied mais je me réjouie d’avance d’être celle qui la lui enfoncera. Debout, jeune homme, retournez à Poudlard. Je ne vous punirai pas pour une faute passée.


En moins de temps qu’il le faut pour dire « bouse », Seth fut jeté dehors. Armada Datout avait un nouvel objectif. Seth soupira. A présent, il devait trouver le père de son meilleur ami pour le prévenir de la bourde qu’il venait de faire.


.fin du flash-back.



Seth revint sur terre. Il tourna la tête vers Isis avec amusement en y repensant :

- Punie de serres ? C’est quoi cette punition idiote ? Pourquoi on doit te soumettre à un tel chantage pour que tu acceptes de te soigner ?

Et tâche de bien te soigner, songea-t-il en la regardant avec douceur sachant qu’aucun des sérums qu’elle avalerait ne lui serait bénéfique tant qu’elle n’aurait pas reconnu l’autre Iccam. Parce qu’un jour, on aura tous besoin de toi.


Ravenclaw
17 ans pour toujours - 7ème année
BATTEUR
Japhet - 6ème année - Serdaigle
GARDIENNE
Liam - 7ème année - Serpentard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isis Kitlee
Préfète
avatar

Nombre de messages : 1141
Age : 30
Maison : Poufsouffle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12784
Date d'inscription : 15/02/2006

MessageSujet: Re: Twilight   Dim 12 Avr 2009 - 14:26

Le regard d'Isis passa du plafond à la silhouette allongé et étrangement figé de Seth. Elle fit une moue avant de gober un petit bonbec. Réponse boudeuse.

- Il ne peut pas m'infliger un cours supplémentaire en potion ou en botanique, je le prendrais comme une récompense. Alors il fait l'inverse, il m'en prive.

Un nouvel éclatement dans la bouche et elle déposa le sachet avant d'en proposer au vampire.

- En gros, c'est les deux seules matières qui pour moi sont plus des loisirs que des cours. Si je trime pour les runes, m'occuper des plantes est une partie de rigolade. Et puis je passe la plupart de mon temps libre dans les serres, j'y étudie. Je trouve que c'est un endroit parfait pour étudier. Colorer, calme, serein. Je trouve que c'est bien plus stimulant que d'être enfermer entre deux rangées de livre. Donc, en faite, De Lys est pas scroutt, je dirais qu'il est même atrocement malin.

Isis fit venir à elle un oreiller qu'elle glissa derrière sa nuque.

- Trop malin. Ce que tu n'es pas vraiment. Tu sais que pour ton problème d’insomnie il y un remède simple et efficace, la potion du sommeil. A moins que tu sois allergique à l'aubépine, ce qui est extrêmement rare.

- En parlant de remède, Isis prend le tiens.

- J'hésite, le dernier avait un gout de beurre rance, s'était franchement pas agréable.

- Je vais prendre un thé, à mon retour il vaudrait mieux que tu l'ais pris.

- D'accord grand manitou.

Elle soupesa la fiole.

- Alors, Japhet et Liam viennent dans combien de temps ?


S’était même étonnant qu'ils ne soient pas là. Aux yeux de la préfète, les Cullen étaient, comme les O'Brian, un clan uni et inséparable.


Dernière édition par Isis Kitlee le Lun 13 Avr 2009 - 11:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seth Cullen
Créature Magique
avatar

Nombre de messages : 313
Maison : Serdaigle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 10642
Date d'inscription : 13/02/2008

MessageSujet: Re: Twilight   Dim 12 Avr 2009 - 23:28

- Et qu’est-ce qu’il t’a dit ?
- Qu’il sen foutait.
- Mais tu ne vas pas le laisser prendre à ta place ! Cullen !
- Si tu crois que je n’ai pas tout fait pour essayer de le convaincre de trouver une autre solution. Mais il semble dégager un immense plaisir à l’idée de pouvoir importuner le Ministère.
- C’est tout lui !
s’exclama fièrement Noah. Japhet ne comprit pas cet enthousiasme car elle ignorait le lien de paternité qui unissait Sacha et Noah. Elle s’offusqua de plus belle.
- Oh ! Toi Caleb ! La ferme ! Comment tu peux approuver qu’un innocent risque le Magenmagot à cause de la sottise de mon frère ?
- Il ne risque rien,
soutint Noah en se mouchant bien de l’avis de Japhet à son sujet, il va emberlificoter Armada Datout.
- Ah ouais ? Et comment ?
- Chantage.

Japhet faillit s’étrangler.
- MALADES !
- Rien de bien méchant... Armada a cinq filles et elle n’a qu’une crainte, voir l’une d’entre elles approcher Sacha.
- C’est la défense la plus nulle que je connaisse,
termina Japhet en plantant les deux garçons. Déjà plus loin, elle ajouta :
- Seth, en attendant tu devrais aller voir Alexandreï pour lui parler du nouveau problème ! On t’y retrouvera si j’arrive à décoller Liam de Cassandra.
- Quel problème ? s’intrigua Noah avec inquiétude avant d’être rattrapé par une autre réalité. Il se reprit plus fort à Japhet qui était de plus en plus loin d'eux :
- Cas... Cassandra ? De Poufsouffle ?!
- Oui, répondit sèchement la Serdaigle sans s'arrêter, sa nouvelle passion. Ca fait déjà trois jours, je pense qu’il est sur la fin là, ironisa-t-elle en disparaissant au coin d'un couloir. Elle repassa sa tête derrière le pans du mur et avisa Noah d'un clin d'oeil :
- Il te reviendra bientôt, t’inquiète.
- Je m’en fous d’abord, je suis pas jaloux ! dit-il pour ne convaincre que lui-même alors que la petite soeur avait déjà disparue. Quel nouveau problème, Seth ? s’enquit de derechef le faux Poufsouffle en emboîtant le pas à Seth qui prenait une direction totalement opposée à l’infirmerie.

.fin du flash-back.



- Je pense que Japhet va passer quand elle aura fini de dîner. Quant à Liam... Il est... occupé, lâcha Seth en éludant le remède à l’aubépine. Si elle insistait, il assortirait sa réponse d’un nouveau mensonge pour lequel il utiliserait de nouveau monsieur Zagora comme alibi.

Ce dernier, tout en retirant sa blouse pour passer une veste, regardait toujours Isis avec insistance afin de veiller à ce qu’elle boive sa mixture. A présent, Seth la regardait aussi en souriant, de l’air de lui dire : « bah aller, bois, on te regarde ! » Quand elle eut bu, Alexandreï la récompensa d’un large sourire et s’en alla chercher son thé.

L’infirmerie était de nouveau très calme. Seth ferma les yeux pour écouter le silence qui n’en était jamais un. Deux couloirs plus loin, il entendait un groupe d’élèves discuter du repas délicieux qu’ils avaient eu ce soir, un peu plus loin encore, les savates du professeur Ackroyd foulaient le sol en direction des escaliers du premier. Quelqu’un venait de renverser une armure qui s’était mise à l’injurier. Une fille trop parfumée courait dans un couloir pour fuir un jet d'encre de Peeves. Plus près d'eux, Zagora venait de croiser le professeur Des Lys avec lequel il échangeait au sujet d’Isis. Seth sourit. Il se concentra sur cette dernière :

- Tu vas bien depuis le Combat Blanc ?

Ce n’était pas le meilleur sujet de discussion mais il tenait à la réponse. Il l'avait observée, certes, mais il ne savait toujours pas lire dans les esprits des gens. Comment vivait-elle l'étrangeté de ce qu'il s'était passé pour elle ce jour-là ?

Le Serdaigle n’arrivait pas à en parler en y mettant suffisamment de peine dans la voix pour jouer la compassion. Pourtant, il en éprouvait certainement mais depuis qu’il était cet être hybride, ses émotions s’étaient durcies. Le cœur qui battait et donnait ses influx nerveux à tous le corps ne pouvait plus jouer ce rôle en lui. A part les évènements passés gardés en mémoire avec plus ou moins de fidélité et sa passion pour Eden qui n’avait pas pâtie de sa transformation complète, il ne ressentait les nouvelles choses qu'avec détachement et intellectualité.


Ravenclaw
17 ans pour toujours - 7ème année
BATTEUR
Japhet - 6ème année - Serdaigle
GARDIENNE
Liam - 7ème année - Serpentard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isis Kitlee
Préfète
avatar

Nombre de messages : 1141
Age : 30
Maison : Poufsouffle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12784
Date d'inscription : 15/02/2006

MessageSujet: Re: Twilight   Lun 13 Avr 2009 - 16:08

- Quant à Liam... Il est... occupé
- Avec Cassandra. Je suis au courant... enfin, je pense que je vais le regretter quand la pauvre va tomber en larme quand ta boucle d'or de frangin sera passée à une autre.

En tout cas tous les deux avec un point en commun. Ils n'appréciaient pas parler de leur mal et préféraient noyer le poisson entre mensonge et changement de discutions.

Après un dernier regard très appuyé de Monsieur Zagora, Isis ingurgita la fiole sans quelque réticence bien fondée. Certes, le goût était bien meilleur, mélange de violette et de cannelle, toutefois, l'effet secondaire se fit ressentir au niveau du physique. Sa peau devient aussi blanche que celle de Seth avec un halo brillant tandis que les prunelles de ses yeux prirent la teinte phosphorescente de la mixture.
- Toujours mieux que les furoncles de la dernière fois.

A nouveau seul dans la pièce, Isis épia Seth qui semblait être partit ailleurs. D'ailleurs, de l'entendre parler la surpris tellement qu'elle sursauta.

- Tu vas bien depuis le Combat Blanc ?
- Bien.

Isis lui sourit du sourire qu'elle abordait à chaque fois. Juste pour éviter de répondre à la question. Mais voilà, là ce n'était ni Mallhouwen, ni Joséphine et encore moins une connaissance. S'était celui qui l'avait sauvé, protégé, mis à l'abri et aussi bizarre que cela pouvait paraitre celui qui l'inquiétait le plus dans cette guerre. Parce qu'elle ne comprenait toujours pas son geste.

Son pouls s'accéléra, sa respiration se fit plus rapide, es yeux le fuyait. Sa réponse ne le satisferait pas, ne la satisfaisait pas. Mais elle ne savait pas comment s'y prendre pour y répondre. Elle se trouvait dans le même état quand elle voulait le remercier. Et elle n'y était pas arrivé, elle s'était servi de Liam pour ça.

- Je vais... bien. Tu n'imagines pas à quel point de m'avoir empêché d'assister à... "ça" m'a sauvé la vie. Quoi que des fois j'ai l'impression que tu le sais pour l'avoir fait.

Elle était mal à l'aise. Elle voulait savoir pourquoi, mais elle sentait qu'elle ne saurait pas. Au pire, il lui dira la même chose que Caleb, Egon t'expliquera. Pour ça il faudrait qu'elle le voit plus souvent. Et puis, elle ne voulait pas importuné son ami pour des broutilles.

- Je n'ai pas de cauchemars où je revis les scènes de chaos ni les crises de larmes parce qu'un détail te rappelle la personne que j'ai vu mourir. Je suis absente de ces malheurs, je ne les ai pas vécu, vu, entendu. Alors, ca me permet de consoler les autres, de calmer les nerfs, de passer bien plus facilement à autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seth Cullen
Créature Magique
avatar

Nombre de messages : 313
Maison : Serdaigle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 10642
Date d'inscription : 13/02/2008

MessageSujet: Re: Twilight   Mar 14 Avr 2009 - 21:11

« J’étais sur le point de lui demander, soucieux, si je ne lui avais pas retiré la possibilité de compatir au malheur des autres en la soustrayant à cet évènement capital de l'histoire des sorciers, avant de me rétracter subitement. Je préfère qu’elle ne parvienne pas à imaginer formellement l’horreur de ce qu’ils ont vécu, que cette ignorance stabilise la chose qu’elle porte en elle, et que cela lui parvienne comme une évènement irréel. Comment pourrais-je le voir autrement ? Si je lui ai volé quelque chose, ce n’est vraiment rien de mal. »


- Qu’est-ce qu’on fait là, Seth ? demanda Noah en allumant une petite boule de feu afin de s’éclairer la voie. On n’a pas entendu Japhet te demander d’aller voir Zagora ? Pour une fois, je suis d’accord avec elle... il faut lui en parler.
- Plus tard. Je voudrais qu’on aille voir ton père d’abord. Ca m’embête cette histoire.


Ils avancèrent par le passage secret qui déboucha subitement vers puissant halo lumineux. Noah se protégea les yeux et éteignit sa boule de feu. Ils étaient dans les Serres. Comme souvent, Sacha y était installé, sifflotant cependant qu’il s’occupait de plantes sur lesquelles poussaient de longues aiguilles perlées d’eau. Sans se retourner, il savait leur présence. En tout cas savait-il celle de son fils par sa capacité à lire dans les esprits. Sans se retourner et poursuivant son activité, il persifla :

- Tu commences à m’épuiser, gamin. Pourquoi tu me suis partout comme ça? Tu sais que c’est traumatisant pour un homme d’avoir deux fois le même gosse dans la même époque? Tu veux bien me lâcher?
- Mais heu... c’est pas moi, c’est le vampire !


Sacha s’arrêta net et lâcha accidentellement le pot qu’il tenait entre ses mains. En une fraction de secondes, Seth était agenouillé à côté de Sacha. Il avait rattrapé le pot et la plante piquante entre les siennes.

L’ancien Serpentard baissa les yeux sur lui. Les aiguilles de la Tempura s’étaient plantées dans le bras du Serdaigle.

- Tu aurais dû laisser se casser. Les aiguilles sont venimeuses.
- Ca ne me fera rien,
promit Seth en se redressant. Il posa le pot sur la paillasse et s’épousseta les manches. A l’endroit des piqûres, son bras le brûlait. Des dizaines de petites marques rouges pigmentaient son bras. Sous les regards attentifs de Sacha et de Noah, les blessures microscopiques furent absorbées par la peau qui recouvra son état d’albâtre originel.
- Que voulez-vous? Si c’est pour le Ministère, je vous ai dit que ça irait.
- Sacha, il faudrait que vous évitiez de vous confronter à eux maintenant car plus tard...
- Pop, pop, pop! On arrête avec le plus tard. Je ne veux rien savoir.
Alors, tu es un vampire?
demanda-t-il intrigué. Il devait avoir essayé de lire dans la tête de Seth qui lui restait hermétiquement fermée.

Le jeune vampire hocha la tête.

- Tu bouffes un de mes deux fils et je te...
- Pas de promesse,
coupa Seth en blaguant. J'ai toujours été curieux de savoir ce que nous donnerions lors d'un duel.
- Tu n’a pas le droit d’utiliser la magie, constata-t-il comme une sentence. Seth se demanda depuis quand Sacha se préoccupait de ce qui était légal ou pas.
- Tant que le Ministère n’en sait rien, je peux.
- C’est pour ne plus être mêlé à ça que tu veux que j’évite de les confronter?
- Oui. Si vous passez devant le Magenmagot et qu’ils m’appellent comme témoin... je ne veux pas insister sur cette histoire. Il faut que je sois discret. Et vous ne devriez pas non plus. Un jour, vous...
- Nom d’une truffe! J’ai dit pas de futur.
- D’accord.
- Vas quand même voir Zagora pour ton bras. Ca ne pourra pas te tuer mais ça peut t’abîmer, si je puis dire.


Seth acquiesça et s’apprêta à repartir. Les yeux de Noah n’avaient pas cessé de dévisager l’ancien Serpentard avec envie. Il le regardait fasciné, si bien que le Serdaigle devina qu’il devait s’éclipser et se passer de son ami pour le reste de la journée.

.fin du flash-back.



- Mon frère m’a fait passer ton message, réagit Seth à la réponse d’Isis. Je suis content si tout ça peut servir à quelque chose...

Puis, il décida de jouer franc jeu :

- Effectivement, il y a des choses que je sais mais pour beaucoup de raisons, tu ne dois pas chercher à savoir lesquelles. Rien de grave, sourit-il avec charme pour faire passer son mensonge. Néanmoins, il avait l’air on ne peut plus sincère.

Pour donner le change, il décida de s’ouvrir à son tour.
Ce Combat Blanc n’avait été pour lui qu’un bain de sang où il avait eu la part belle. Ce jour là marquait la première fois qu’il avait bu du sang humain. Depuis, il lui avait fallu oublier l’odeur délicieuse et tenace. Il avait géré cette attirance par une méthode dont il avait fini par se convaincre qu’elle était la bonne même si, un jour, elle lui vaudrait de sérieux problèmes.

- Sans toi, j’aurais commis l’irréparable ce jour-là. M’occuper de toi m’a permis de ne pas avoir la tentation de me venger et de commettre pire que ce que j’ai fait. Poudlard tournera la page, fit-il confiant. Là, t’es heureuse ?


Ravenclaw
17 ans pour toujours - 7ème année
BATTEUR
Japhet - 6ème année - Serdaigle
GARDIENNE
Liam - 7ème année - Serpentard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isis Kitlee
Préfète
avatar

Nombre de messages : 1141
Age : 30
Maison : Poufsouffle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12784
Date d'inscription : 15/02/2006

MessageSujet: Re: Twilight   Mer 15 Avr 2009 - 17:48

« Je ne suis pas insensible. Je suis bien plus soucieuse que mes mots le laissent transparaître. Je m'inquiète pour les autres, mais certes, pas sur ce qui s'est passé. Je suis attristée de ne pas pouvoir leur ôter ces atrocités de leurs souvenirs. Accablée de les voir inerte et sans envie. Peinée de les voir retomber dans les blessures à chaque trace de cette bataille dont regorge le château. Impuissante face au chagrin interminable de ce que j'aime. Blessée. Je ne l'ai pas vécu cette bataille, mais elle m'a fait du mal. Je ne suis pas indemne. Comment pourrais-je l'être quand Jörgen peine à remonter sur son balai. Il a presque fallu le supplier... et il n'a même pas garder son titre de capitaine. James, lui est pire, il reste toujours enfermer dans sa douleur. Voir les deux personnes qui me sont les plus proche dans ma maison dans cet état m'estropie le cœur. Tu ne m'as pas retiré la possibilité de compatir au malheur des autres, c'est juste que je ne me sens pas le droit de me plaindre. »

C'est ce qu'elle lui aurait répondu, s’il lui avait demandé avant de se raviser.
Elle préférait éluder les questions, parce qu'elle ne savait pas y répondre. Demander lui les multiples propriété du sang de dragon ? Vous aurez une réponse plus ou moins détaillé selon son envie. Demander lui comment elle allait ?. Dans un bon jour elle y répondra maladroitement laissant transparaître des sentiments erronés. Dans un mauvais jour, elle vous servira un simple "ca va" caché derrière un sourire charmant et sincère.
Pire quand on voulait savoir si elle était heureuse.


"Bien sur que je suis heureuse. Quelle question !"

Isis est une menteuse quand elle devient l'objet d'attention.



Alors, se voulant sincère envers son garde du corps, elle évite la question pour l'instant. Le sujet de la raison mystérieuse pour laquelle Seth Cullen l'avait sauver fut, quant à elle, mis aux oubliettes. Elle ne voulait pas avoir le fin mot de l'histoire. Elle ne s'intéressait déjà pas à son propre passé et aux mystère des Galléas, alors essayer de connaître un savoir qu'on ne voulait pas lui transmettre était bien le dernier de ses soucis.
Plus qu'un sujet. Le meilleur à ses yeux.

- J'adore qu'on s'occupe de moi. En faite, je compte devenir une princesse et j'embarque bon gré mal gré tout ce que j'aime bien pour former ma cours et qui s'occupe tout le temps de moi. Je bâtirais la maison des poussins jaunes, la zoubakitlee sera la danse officielle et... Roi Cullen tu seras mon protecteur. Pas le choix. Je trouve que c'est uen merveilleuse idée.

Grand éclat de rire. Isis plia ses jambes sous elle et entame un nouveau bonbon. A priori le sérieux du serdaigle ne sera pas mis en périple avec la Douce-Folle pouffys.

- Plus sérieusement... je suis contente d'avoir servi à quelque chose.

Une hésitation

- Touchée Embarassed .

Oh oui, elle était touchée. Elle avait essayé de pas trop rougir, de ne pas être mal à l'aise avec cette révélation. Elle s'était réfugiée vers son humour à deux gallions pour ne pas s'enfuir de la gênée. Parce qu'elle était touché par ses mots. Absolument inconsciente de ses entendus vampirique, mais touché. Flatté aussi que sa merveilleuse discussion avec le balai et la serpillière du placard sur les milles et un façon de faire la peau à Seth Cullen ait permis à ce même Seth Cullen de ne pas commettre l'irréparable.

- Touchée mais je suis comme le château. Je passerais à autre chose. On passera tous à autre chose, seul le mur du souvenir gardera les mémoires de cette funeste journée.

Isis regarda à travers la fenêtre d'où on devinait le monument se dessiner au loin. Pincement au cœur quand le souvenir de ses amis perdus se firent une belle place dans ses pensées. Si elle était incroyante, elle ne pouvait pas se voiler la face, Myr et Sidh existaient. Elle espérait que tous avaient rejoint la douce chaleur de Sidh et non le désert froid du royaume d'Ankou.

- Il faut surmonter cette épreuve. Depuis que les moldus connaissent notre existence... je crois que les temps qui vont suivre seront particulièrement lugubre. Ils ont commencé par attaquer les enfants, les adolescents... alors je crois que...

Elle n'ose pas parler de guerre. Ni de bataille. Encore moins de mort ou de soumissions. Elle ne veut pas imaginer un avenir sombre. Elle veut rester dans ce monde de paix, insouciant, beau. Elle veut finir ses études, avoir son boulot., Vivre avec... Jonathan. C'est ce qu'elle voulait. Elle était heureuse. Heureuse.

- Je suis heureuse.

Elle le croyait. Elle aurait mis sa vie en jeu. Parce qu'elle préférait se voiler la face que de voir le Malaise. Elle trompait Jonathan depuis deux ans. Si au début elle se servait de la distance comme excuse, depuis qu'il était de nouveau réuni, elle n'avait pas arrêter ses malversations. Elle avait bien deux trois petits mensonges en réserve pour se rassurer.
Mais la réalité était qu'elle ne voulait pas affronter le fait que son amour était révolue et qu'elle attendait autre chose de la vie. Elle attendait quelqu'un d'autre.

- Et toi, Seth Cullen es-tu heureux ?

Isis lui fit un sourire malicieux.

- Même si je trouve que c'est la question la plus difficile qu'on puisse poser à quelqu'un.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seth Cullen
Créature Magique
avatar

Nombre de messages : 313
Maison : Serdaigle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 10642
Date d'inscription : 13/02/2008

MessageSujet: Re: Twilight   Ven 17 Avr 2009 - 19:13

Seth savait la question difficile et parce qu’elle était difficile, du moins pour une personne aussi secrète qu’Isis qui souhaitait toujours délivrer ses pensées avec un contrôle total de ce que ses mots signifiaient, il lui apparut qu’il serait de bon ton de détourner les yeux vers ailleurs pour la laisser réfléchir sincèrement à ce qu’elle allait lui dire.

Il entendit son cœur bomber ses battements puis petit à petit se calmer. Il bloqua sa respiration et se contenta de bouger les épaules et le thorax pour mimer ses inspirations et ses expirations. Le fumet de la future Iccam lui devint plus tolérable. Il l’écouta religieusement et ne fut pas trop étonné d’entendre qu’elle lui retournait la question.

« Suis-je heureux ?
Je suis un monstre. Mais je suis heureux.
Je ne ressens plus et je sens trop. Mais je suis heureux.
Ils vieilliront et les fréquenter au grand jour me sera impossible. Mais je suis heureux.
Ils cultiveront une descendance et je resterai la terre aride. Mais je suis heureux.
Elle mourra et je subsisterai. Mais je suis heureux.
Elle partira et je resterai. Mais je suis heureux.
Parce que tout ça n’est pas encore là et que dans le présent que je vis avec eux, je suis heureux.

J’ai dépassé le besoin d’être apprécié par les autres. Je suis ce que je suis même si c’est une aberration. Je sais ce que j’ai à faire. Avant, tout m’était obscure et vain. J’avance. Je suis intègre et sincère. Même mes déguisements font partie de moi. Je suis un être. Ma monstruosité ne fait pas fuir les seules personnes qui comptent pour moi. J’appartiens aux miens. Mes questions de l’être et de l’existence se tarissent peu à peu. Avec patience, j’attends les réponses, car j’ai tout mon temps maintenant. Je dois faire attention parce que ma force est mon point faible. Mais je suis heureux. »


Seth se rassis sur le lit et sourit avec émerveillement à Isis :

- Je suis heureux ! Une famille, un amour, un cerveau et... une vie. Je suis heureux car tout ce dont j’ai besoin pour concevoir ma raison d’être est là, tout autour de moi : Eden, Liam, Jah, mes parents, toi, Ehlana, Clarence, les Serdaigle, Noah, les cours, la nature, la liberté. Comment ne pourrais-je pas être heureux ? Oublier ce que j’ai parce que tout le monde pense à ce qu’il a perdu ? Pas question ! Tu as raison, il faut avancer et poursuivre nos habitudes et notre vie comme on l'aime.



Isis, encapuchonnée dans une cape sombre, venait de quitter sa salle commune. Caché dans les ténèbres des corridors du sous-sol, Seth attendait cette excursion. Il consacrait souvent la deuxième partie de son vendredi soir - la première étant le privilège d’Eden - à escorter Isis sans qu’elle le sache. A force de l’observer, il avait réalisé qu’elle se soumettait à un rituel nocturne qui l’inquiétait un peu mais dont il ne pouvait absolument pas lui en vouloir de l’accomplir.

Elle passa devant le renfoncement où il s’était déguisé en ombre sans le remarquer. Elle monta les marches vers le hall, attendit derrière la porte que Rusard se dirige vers le couloir menant à la salle des divertissements et s’enfuit en courant vers le colossale escalier de marbre blanc. Elle se mit à courir. L’escalier ayant changé d’orientation, pour ne pas se faire semer (bien qu’il savait exactement où elle se rendait), Seth emprunta d’abord les rampes puis fit un bond de douze mètres dans le vide pour la rattraper au deuxième étage. Elle se faufila à toute vitesse dans une des tours, grimpa les marches l’amenant à la volière et attacha une lettre à la patte d’un hibou qui s’envola vers la France où quelques heures plus tard, Jo Campbell recevrait de ses nouvelles.

Puis, Isis éteignit le chandelier le plus proche de la porte d’entrée de la volière et le fit tourner sur lui-même. Le mur s’ouvrit et lui délivra un passage en direction du couloir de Clover Spring. Seth eut à peine le temps de se glisser par l’entrebâillement de la porte. Il fila comme un éclair à l’autre bout du couloir. Isis devait avoir pris l’habitude de sentir cette étrange brise parachever de défaire sa mise en pli à chaque fois qu’elle passait cette porte. Ce devait être un courant d’air, s’imaginait-elle sans doute. Car elle ne s’arrêtait pas et remonter le passage jusqu’à l’université de Poudlard.

Les étudiants qui la reconnaissaient, June, Sacha, Mélusine, lui adressaient un petit mouvement de la tête amusé de la voir débarquer de ce côté-là du mur mais aucun ne l’avait jamais vendu aux autorités pour avoir ainsi envie de rejoindre son petit ami. Elle frappa à la porte de Jonathan Mateo. Il lui ouvrit et Isis disparut dans sa chambre d'étudiant.

Seth attendit le reste de la nuit dans un couloir en lisant les ouvrages qu’il avait amoncelés derrière une statue pour passer le temps qu’Isis passerait dans cette chambre. Avant les premières lueurs du jour, elle faisait chemin arrière. Il avait ensuite la paix pour toute la matinée du samedi matin qu’elle passait à rattraper le sommeil perdu ou confinée dans la salle commune à conseiller, en baillant, les élèves de première année qui prenait la préfète pour une sorte d’assistante puéricultrice. Toujours est-il qu’Isis écoutait rêveusement.

Ainsi, Seth occupait-il certaines de ses nuits.

.fin du flash back.



- Qu’est-ce que tu fais là ? demanda Liam en surprenant Seth qui se dirigeait vers la volière.
- Je prépare quelque chose pour ce vendredi soir. Je pensais que tu étais avec Cassandra, changea-t-il de sujet.
- Non, il n’y a plus de Cassandra. Elle est folle.
- Qu’a-t-elle fait ?
- Elle m’a dit « je t’aime. »
- Ah oui, une grosse folle... Liam, tu es sans espoir.

- Ce sont elles qui sont désespérantes. Il faut toujours voir dans le futur. Pour quoi faire franchement ? Le présent c'est super cool.
- C'est ça. J'y vais, à plus tard,
coupa Seth qui ne désirait pas en apprendre plus au sujet des amours de son frère. Le vampire voulait bloquer le passage secret d’Isis car il ne pourrait pas être là ce vendredi soir.
- Tu envoies une lettre à maman ? lui demanda Liam en constatant le chemin que son petit frère empruntait.
- Non, par contre, toi tu devrais. Elle veut savoir ce que tu fais cet été.

Liam ne paraissait pas emballé par l’exercice épistolaire. Il s’étira et bailla :
- Je le ferai plus tard. Tu sais où est Noah ?
- Dans les serres avec son père. Je dois y aller Liam.
- Tu vas voir Zagora ce soir ?
- Oui.
- Tu me raconteras... Je vais essayer de substituer Noah à son père. Vous ne chasserez pas ce soir ?
- Non, j’ai une nuit de libre, je pense que je vais la passer avec Eden.

Liam masqua avant de grimacer. Il changea immédiatement ses plans. Visiblement, il avait besoin de se défouler :
- Je vais retourner voir Cassandre finalement.
- Tu viens de rompre !
- Je vais dérompre. J’ai besoin de penser à autre chose.
- Autre chose que quoi ?
- Que le fait que tu sortes avec une plaie. Bonne soirée, frérot.


.fin du flash back.



- Comme nous allons passer la nuit tous les deux, on pourrait peut-être trouver quelque chose pour occuper notre soirée. Il va sans dire que ma proposition n'est pas indécente. Cependant, si Liam te faisait la même, méfie-toi, blagua Seth en regardant Isis.


Ravenclaw
17 ans pour toujours - 7ème année
BATTEUR
Japhet - 6ème année - Serdaigle
GARDIENNE
Liam - 7ème année - Serpentard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isis Kitlee
Préfète
avatar

Nombre de messages : 1141
Age : 30
Maison : Poufsouffle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12784
Date d'inscription : 15/02/2006

MessageSujet: Re: Twilight   Sam 18 Avr 2009 - 15:48

Petit sourire en coin. Rares étaient les sujets où Liam n'insérait pas un sous-entendu séduisant dans ses propos. A vrai dire, il ne savait pas ne pas glisser des propositions licencieuses.

Au départ cela laissait Isis indifférente. L'amuser tout au plus. Elle le trouvait sans vraiment d'intérêt. Joli minois mais aucun charme. Pas envie de gratter pour savoir qui il était, à ses yeux il ne valait pas mieux qu'une photo de Cyril Thembe égérie de Sexy Sorcerer, marque de sous-vêtement d'homme ultra célèbre.

Mais voilà, le filtre de pensine avait changé la donne. Le souvenir partagé avait éveillé la curiosité de la jeune fille. Intriguée par la poésie de ce moment de vie, Isis commença sans s'en apercevoir à chercher plus loin que le paraître. Elle avait découvert une personne très intelligente, enivrante...


- Isis...

La préfète regarda vers la petite voix aiguë et gênée qui l'appelait. Ses yeux se posèrent vers Angel, une troisième de sa maison. La petite fille était toute rouge, mal à l'aise et s'excusait à chaque coup d'œil qu'elle jetait vers sa préfète, le reste du temps fixé honteuse le bout de ses chaussures. Le seul regard qu'elle octroya à Seth réussi à la faire reculer de plusieurs pas.

- Dommage pour la proposition, j'aurai bien aimé voir Eden furax. Je reviens...

Isis va vers la jeune poufsouffle à reculons laissant entendre une boutade qui rendu l'intruse encore plus confuse.

- Prépare-toi à m'accueillir dans ton lit, Monsieur Cullen

Cette phrase n'avait qu'un but, la chaise lui faisait mal, le matelas allait être plus confortable mais elle ne pouvait pas y monter sans que Seth lui laisse une place sinon, elle le toucherait. Et... il ne fallait pas toucher Seth Cullen.


Enfermées dans le bureau de Zagora toujours absent, Isis tira les vers à la jeune fille. S'était Winnie Iscarioth qui lui avait dit qu'Isis était à l'infirmerie. Mais la raison pour laquelle elle venait la déranger était de l'ordre de problème typiquement féminin. Fille unique, elle ne savait pas vers qui se tournait sinon, Isis. Alors, Isis qui était déjà passé par ce stade l'emmena vers les toilettes, la rassura du mieux qu'elle pouvait et lui fournit tout ce dont elle avait besoin pour affronter les jours à venir. Elle lui conseilla d'écrire une lettre à sa maman pour qu'il lui envoie tout ce dont elle avait besoin. Rassurée, la troisième année toujours rouge, repartit vers la salle commune. Au moins, elle n'avait plus honte d'être passé au stade "de femme".



- Tu étais passé où ?
- Au toilette. Tu me fliques ?

Zagora haussa les épaules et examina les yeux et la peau de la jeune femme. Il marmonna quelque chose à propos des effets secondaire de la potion. Septique sur l'effet de la mixture, il alla écrire une énième lettre à Piterski, mais ça il n'en dit rien.

Pendant ce temps là, ISis avait grimpé dans le lit de Seth.

- Dommage que tu ne sois pas Liam. Avec lui, j'aurai su ce qu'il voudrait faire.

Rire cristallin, pour cacher les sentiments qu’elle venait de se découvrir, tandis qu'Alexandrei ressort, une lettre à la main, direction la volière de l'école.

- Ca te tente une partie de créatures obscènes. C'est un jeu de carte que j'ai offert à Zagora mais il ne l'aime pas. Pourtant c'est amusant. Il suffit juste de former des série de 5 cartes de créature d'un même espèce et là... ben tu vois les carte faire des geste grossier. Si tu n'as jamais vu un gobelin faire un doigt d'honneur, faut qu'on y joue. Ca vaut vraiment le coup.

Mouvement de baguette et le jeu tomba entre les deux jeune gens.

- Zagora trouve que c'est puéril, mais je l'assume. Alors ? A moins que tu ais une autre idée de jeu ?

En vrai, Isis ne savait quoi faire. Elle n'aimait pas vraiment ce jeu. Juste voir la tête d'Alexandrei devant les carte l'amusait. En réalité, si Seth avait quelque chose de plus intéressant, elle sauterait sur l’occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seth Cullen
Créature Magique
avatar

Nombre de messages : 313
Maison : Serdaigle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 10642
Date d'inscription : 13/02/2008

MessageSujet: Re: Twilight   Dim 19 Avr 2009 - 20:08

« L’un de mes cinq sens me donna la réponse à l’énigme de la Poufsouffle de 3ème année. Que voulait-elle à Isis ? Un truc de fille. Un deuxième de mes sens valida la présomption. »

Le Serdaigle sourit en les regardant s’en aller. Isis avait beau faire certaines choses à reculons, elle les faisait toujours avec abnégation.

Il fut gré à Isis de le prévenir qu’elle comptait investir son lit - ça n’était pas son lit de toute manière -, ainsi il put lui faire une place en se plaçant le plus au bord possible (on ne se refait pas.) Il y avait un challenge devant lequel il se serait bien enfui en courant l’année dernière mais les choses changent. Il répugnait toujours autant qu’on le touche mais il n’anticipait plus le pire en songeant à d’éventuels frôlements. Maintenant, il pouvait les éviter avec la vivacité d’un lézard qui s’engouffre dans ses cachettes.

A la remarque de la Poufsouffle au sujet d’Eden, il avait laissé choir un sourire incrédule. Il comprenait que c’était une blague mais, même si jusqu’ici il n’en avait jamais fait les frais, il savait qu’elle n’avait pas tord.

« Si Eden me trouve dans un lit avec une fille alors que je suis incapable d’aller au bout avec elle, les magazines du lendemain se retrouveront face à plusieurs mystères :

"Bain de sang à l’infirmerie. On ne retrouve toujours pas le cadavre d’Isis Kitlee mais l’on suppose que c’est elle qui est répandue sur les murs. Quant au premier cadavre... il était déjà mort avant de mourir !" © Par Eden Sanders elle-même.

Je n’ai jamais vu Eden jalouse. Je ne lui ai jamais donné l’occasion de l’être. Il me semble que je suis plutôt tranquille de ce côté-là pourtant j’aimerais savoir ce qu’elle trouverait à dire pour traduire sa jalousie. D’un seul coup, j’éprouve la curiosité malsaine de la voir entrer ici pour me faire une scène de ménage. Il n’y aurait pas de quoi mais ça m’amuserait. Je crois qu’elle ne se rend pas compte de l’infinité de mes sentiments. Il m’est impossible de m’imaginer avec quelqu’un d’autre. Et si elle s’en rend compte, alors il lui serait à proprement parler impossible de ressentir de la jalousie en quelque occasion que ça soit. »

Isis était revenue. Seth s’était assis, adossé aux barreaux du lit, et lui avait laissé de la place pour qu’elle s’installe. Il ne demanda pas de nouvelle d’Angel pour ne pas trahir ce qu’il savait. De plus, c’était très bien que les trucs de filles restent des trucs de filles. Il n’avait pas du tout envie de savoir. Plus que jamais, il cloîtrait ses instincts animaux derrière ses narines closes.

Puis elle dit quelque chose qui lui mit la puce à l’oreille. Liam ?
Encore une fois, une simple phrase disait deux fois plus de choses que les mots qui la composaient : Dommage que tu ne sois pas Liam, avec lui j’aurais su ce qu’il voudrait faire.
1) Je suis trop opaque pour qu’on devine ce que j’aime. Il faut que je fasse des efforts à ce sujet. 2) « Dommage » ? Dommage ?! Huhum. 3) Elle aurait su ? Mais savoir ce que les autres aiment ne veut pas dire qu’on est près à leur donner.

« Je renouvelle un sourire à l’attention d’Isis et je réalise que certains regards que je lui ai vu jeter de loin à mon frère n’expliquaient peut-être pas une contrariété comme je le pensais. Parce que pour ceux qui ne connaissent pas vraiment Liam ou qui le résument à l’arrogant petit Serpentard - qu’il est. Ne nous fourvoyons pas -, je sais que pour ses semblables il attire plus de contrariété qu’autre chose. »

Sa voix ne décelait aucune animosité ou critique cachée comme il y avait souvent le droit lorsque quelqu’un lui citait son frère. Seth n’en dit rien, il noya son sourire dans le jeu de cartes. Il était partant pour le jeu - et pour à peu près tout ce qu’elle proposerait - du moment qu’il restait avec elle ce soir. Des créatures magiques en plus ! Pensez-vous ! Ca l’amuserait beaucoup de voir un vampire ou un loup-garou leur faire un bras d’honneur ou leur roter à la figure. Princesse Gros-Mots avaient des jeux à la hauteur de son vocabulaire.

Il la laissa distribuer les cartes et nourrit la discussion pendant qu’elle s’effectuait. Par la suite, il fut attentif au jeu et attendait à chaque fois avec la même impatience une suite de cartes identiques pour découvrir la malice des personnages. Il suivait parallèlement les réponses qu’elle lui faisait.

La discussion arriva à Cassandre :

- ...mais je pense que demain tu vas passer une partie de ta journée à devoir consoler Cassandre. Il a rompu, puis, comme il dit, il a dérompu... mais je le connais assez pour savoir que ça tiendra tout au plus une nuit.

D’une voix calme et détachée, il continua sans la regarder et en jouant. Il venait d'aligner quatre cartes identiques. Il espérait obtenir la dernière, c'était une Goule :

- Pour lui, c’est une façon d’oublier qui il est, un renouvellement constant du besoin humain, comme une nourriture qui le maintient en vie.

« Evidemment, j'étais incapable de deviner qu’il noyait son chagrin dans le corps des autres... »


Ravenclaw
17 ans pour toujours - 7ème année
BATTEUR
Japhet - 6ème année - Serdaigle
GARDIENNE
Liam - 7ème année - Serpentard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isis Kitlee
Préfète
avatar

Nombre de messages : 1141
Age : 30
Maison : Poufsouffle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12784
Date d'inscription : 15/02/2006

MessageSujet: Re: Twilight   Mer 22 Avr 2009 - 21:26

En un coup de lévitation les goules de ce cher Seth furent parmi le jeu d'Isis (elle raffolait de cette règle du jeu). La friponne finit l'alignement et elle eut droit à un florilège de levé de jupe pour voir se dandiner leurs croupes fort heureusement recouverte d'une vieille culotte de grand mère. Ca compensait des vampires qu'il venait éhontément de lui subtiliser au tour d'avant. En tout cas, cela devait être cocasse de se faire insulter en poésie par ses semblables.


- C'est une douce façon d'oublier...

Isis venait de piocher un gobelin se qui ne l'arrangeait pas le moins du monde. En même temps, elle n'était plus vraiment concentrée.
L'idée d'aller redonner le sourire à Cassy ne l'enchantait guère. En premier lieu parce qu'elle ne savait plus quoi lui dire pour qu'elle ne parte pas dans une mauvaise passe.
La préfète se demandait pourquoi toutes ces filles se mettaient dans tous leurs états quand inévitablement Il se lasserait. La fille se questionnait sur le complexe qu'elle nommait "la sauveuse amoureuse", à croire qu'elles s'imaginaient toutes pouvoir le mettre dans le droit chemin si il passait par leurs lits. Elle, Isis, au plus profond d'elle-même se demandait si elle était pire que Lui.

L'oublie est une douce musique quand elle est associée à l'abandon de son corps dans celui de l'autre. Le partage aussi égoïste soit-il, insufflait autant de douceur que la plus belle des mélodies. Ce moment si éphémère où la raison laissait place uniquement au plaisir qui en découlait, permettait d'oublier ses malheurs.
Quel plus beau repli de soi que l'amour charnel.



- la plus douce que je connaisse.

Isis ne s'occupe plus de son jeu, mais ne peu détacher ses yeux de ses cartes. Elle rougit quelque peu, mais reste songeuse. Pensive, car finalement, s'était aussi sa façon de ne pas savoir qui elle était, à défaut de l'oublier.

- Il y en a qui se ferment dans le silence, d'autres qui s'entrainent au quidditch, certains préfèrent créer des bruits de couloir, mais Liam a une manière plus poétique de s'oublier. Je ne lui jette pas la pierre, il n'a jamais caché ses intentions à leurs égards. C’est juste qu'une fille restera une fille, une romantique inconditionnelle qui est persuadée qu'elle peut changer un garçon qui ne le veut pas d'un simple coup de baguette.

Elle vient de poser un centaure sur la table qui lui servait strictement à rien.


- et lui ne ment pas.

Sinistre vérité. Au final, Lui et elle se ressemblait peut être, mais une grande différence les séparait. Il restait fidèle, infidèle elle demeurait. Si il ne trichait pas sur ce qu'il désirait, elle édulcorait son avenir pour que ses échappatoires restent accrocher à elle. Car sans eux... elle ne pouvait pas être heureuse.

Là, t’es heureuse ?

Je suis heureuse... dans le mensonge, dans mon propre mensonge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seth Cullen
Créature Magique
avatar

Nombre de messages : 313
Maison : Serdaigle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 10642
Date d'inscription : 13/02/2008

MessageSujet: Re: Twilight   Dim 3 Mai 2009 - 12:09

- Il ne faut pas aller lui dire ça, sourit Seth en réponse aux remarques d’Isis. S’il apprend qu’ici une seule personne partage sa pensée, il essayera probablement de t’amadouer pour que tu deviennes son porte parole auprès du triste Club des ex-copines de Liam Cullen.

Si Seth n’était pas toujours en phase avec son frère au sujet de leurs amours, il admettait que, sur ce point, Isis avait raison : aucune n’avait jamais vraiment essayé d’accepter la situation telle qu’elle se présentait. La situation était que Liam était Liam, de confession célibataire, croyant et pratiquant. S’il représentait un challenge pour certaines d’entre elles qui auraient aimé le ferrer, Seth restait persuadé que cela n’avait pas réellement un but très moral de la part de ces jeunes filles : se réjouir d’avoir converti Liam avant de se réjouir d’être aimé de lui. C’était ce qu’il ressentait quand il pensait aux comportements ou aux reproches qu’on infligeait à son frère. Elles étaient plus émoustillées par l’idée de le posséder que par celle d’en être aimé. Si Liam ressentait aussi fort que Seth ce qui émanait de ces filles, il n’y avait aucun doute que, par esprit de contradiction, Liam ferait élue de son cœur la seule fille qui le prendrait tel qu’il était sans avoir l’intention de le changer. Alors, seulement, peut-être, par amour - s’il tombait amoureux -, son frère apprendrait enfin à épeler le mot « concession ».

Mais les filles sont prisonnières de l’image du Prince Charmant, se moquait Seth en piochant trois acromentules qui dansaient avec une sensualité très discutables autour d’une barre de pole dance. Seth trouvait que ces acromentules étaient plus dépravées que le groupe de loups-garous qu’il avait remporté. Les quatre chiens mimaient avec ferveur les positions du kamasutra en hurlant sous la pleine lune qui rayonnait dans la carte. Il avait désormais trois araignées géantes et deux gobelins.



- Et cela depuis combien de temps ?
- Depuis la dernière pleine lune.
- Mais tout le reste n’a pas changé depuis... ?
- Qu’appelez-vous le reste ?
s’amusait Seth.
- Vous savez, les choses dont vous m’avez parlé quand vous êtes venu la première fois...

Zagora vérifia que ses autres patients étaient occupés, endormis ou en grande discussion avec leurs visiteurs puis il baissa le ton de la voix malgré qu'il eût lancé un sortilège d’assourdissement à son bureau :

- La soif ? demanda-t-il en prenant ses notes.
- Toujours là. Je me nourris deux fois par semaine mais ce n’est plus assez.
- L’ouïe ?
- J’entends très bien. Les deux élèves du fond sont en train de projeter de vous subtiliser un pot d’Armieline pour confectionner une potion Planante.

Zagora fronça les sourcils, déconcerté, et se leva. Il se dirigea vers lesdits élèves, échangea quelques mots avec eux et revint avec le pot d’Armieline qu’il mit sous clé au-dessus de son bureau. Il se rassit et poursuivit la discussion comme s’ils n’avaient pas été interrompus.

- La vue ?
- Je vois toujours tout... différemment. Je vois plus loin quand je suis loup mais avec plus de détails quand je suis vampire.
- Toujours pas sommeil ? Force ? Fatigue ?
- Rien à signaler... il n’y a vraiment que « ça » qui ait changé.
- La température de votre corps est toujours à 15°C... c’est stable mais en effet ça augmente. Quand sera la prochaine lune ?
- Dans une semaine.
- Si ça se produit encore, venez me trouver ici, j’essayerai d’être dans les parages à la prochaine pleine lune. Pour l’instant, j’ai un peu de monde et j’attends encore quelqu’un avant de pouvoir fermer... vous m’attendez ? je voudrais faire d’autres analyses si ça ne vous dérange pas. Votre cas est tellement...
- Il n’y a aucun souci du moment que vous respectez nos règles.
- Faites-moi confiance. La science et la recherche m’attirent plus que la tête tranchée de mes étudiants. Allez vous asseoir dans l'infirmerie si vous voulez... ou repassez dans une petite heure.
- Je vais attendre ici. Ca me donnera une bonne raison de manquer le dîner.

Seth alla s’asseoir sur une chaise près d’un lit libre. Il plongea dans ses pensées jusqu’à l’arrivée impromptue d’Isis qui devait être le dernier rendez-vous dont Zagora parlait.

.fin du flash-back.


- Isis, reprit Seth un peu perdu dans ses pensées, tu ne t’es jamais sentie... différente ? J'ai l'impression que tu ne penses pas comme les autres filles. Tu ne vis pas comme elles, déjà...

"Vivre comme elles" était peut-être un euphémisme poli qui dans la bouche de Seth faisait référence à la façon dont Isis s'oubliait. Comment était la vie dans sa tête aujourd'hui, heureuse comme elle disait, alors que dans quelques mois, elle tomberait amoureuse d'Egon ? Tout à coup, Seth se posait la question pour lui-même. Que peut-on savoir du futur ? Même en l'ayant déjà vu. Qu'en serait-il d'Eden et lui dans quelques mois ? En aurait-elle un jour assez de l'hybride incapable de lui donner ce qu'elle voulait et qu'elle pouvait obtenir plus facilement des autres garçons ? Rien n'était immuable. Surtout pas les sentiments.


Ravenclaw
17 ans pour toujours - 7ème année
BATTEUR
Japhet - 6ème année - Serdaigle
GARDIENNE
Liam - 7ème année - Serpentard


Dernière édition par Seth Cullen le Dim 3 Mai 2009 - 16:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isis Kitlee
Préfète
avatar

Nombre de messages : 1141
Age : 30
Maison : Poufsouffle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12784
Date d'inscription : 15/02/2006

MessageSujet: Re: Twilight   Dim 3 Mai 2009 - 15:58

- Je ne vis pas comme elles ?

Elle le regarda interloquée par cette phrase. Ses sens lui signifiaient qu'il y avait un sous-entendu dans cette dernière affirmation, mais le sens caché lui échappait. Alors avec un grand sourire et une grâce qui lui était propre, elle finit de faire voltiger sa paire de chaussette avant de remettre le coussin derrière son dos et ses pieds nus sous ses fesses.

- Je ne vis pas comme elles... intéressante cette vision.

Elle reprit ses cartes qui commençaient à être plus que pourave. Seth venait de l'écrasait à plate couture alors qu'elle était suppposée être le génie de ce jeu.

- Que je ne pense pas comme toutes les filles, je te l'accorde. Quelles idées ont-elles avec leur chocolat, chocolat par-ci, chocolat par-là. Elles ne vivent que pour le chocolat... et après elles se prennent la tête pour leur régime. Regarde j'ai pris un gramme, ca se voit, je peux plus rentrer dans ma jupe. Alors, elles se mettent à la diète et...

Isis posa la dernière carte et eut le droit à une slave de gros mots dont elles ne connaissait pas l'existence même en étant leur princesse. Elle venait de perdre, pour la première fois, d'habitude c'était Zagora qui avait le droit à cette slave d'insulte.

- Mais je ne crois pas que ca soit de ça dont tu parlais.

Le jeu finit, elle s'enfonça dans les oreillers, cherchant à dénouer l'énigme de Seth. Elle le scruta, ne cillant pas, mais gardant toujours un charmant sourire pour ne pas le mettre mal à l'aise... comme lui la mettait mal à l'aise, mine de rien.

Elle préférait les conversations sans importance, qui ne déviait pas sur qui elle était. Elle était plutôt douée pour mettre de l'importance sur des détails et s'enliser dans des situations impossibles d'où elle s'en sortirait avec des dommages fictifs sur une réputation dont elle se fichait à tout point de vue. Tant qu'on n'essayait pas d'entrer dans sa tête, son esprit, son cœur, elle restait la gentille poufsouffle légèrement délurée, tête à claque, qui faisait des duels comiques avec ses chouchous James, Jörgen et Jupiter O'Brian.


Seth venait de la piéger. Elle venait de saisir ce qu'il voulait. Elle commençait doucement à se rendre compte que ces questions glissaient insidieusement vers ce qu'elle cachait. La conversation fut bien amenée, les questions assez ouvertes et banales pour qu'elle ne tique pas instantanément.

Elle sourit. Curieuse de savoir pourquoi ? Pourquoi voulait il la connaître elle ? Pourquoi s'intéressait-il à elle, alors que l'être le plus mystérieux de cette école s'était Lui ? Pourquoi a-t-il visé juste depuis le début ?

Je ne suis pas heureuse.
Je me sens différente.
Je ne vis pas comme elles, je préfère courir dans l'oublie de la luxure que d'attendre bêtement un homme à sauver.


Pourquoi elle ne fuiait pas cette conversation ?


- Je ne sais pas ce que tu entendais par...

Isis venait de changer une énième fois de position, elle ne tenait pas à place, s’agiter. C'est bizarre, mais le calme de Seth... et ses manières posées, sereine mystique, la rassurait. Il avait cette aura apaisante. Cette sécurité qu'il lui avait insufflé alors qu'elle était enfermée dans le cagibi du combat blanc. Finalement, elle n'avait pas eu peur seulement quand il n'était pas présent. Son parfum vampirique l'anesthésier en quelque sorte. Et elle l'était assez pour vouloir se livrer, un peu. Elle essayerait.

- Je ne vis pas comme elles...

Des bruits se firent entendre du couloir, des filles qui gloussaient, nouvelle rumeur qui portait atteinte à une personne qu'elle détestait à priori. En tout cas Isis venait de tilter.

- Je ne vis pas comme elles... tu parles des rumeurs de fille facile et garce qui a plusieurs amants qui courent sur moi. Si c'est cela, c'est...

Isis rougit quelque peu. Pas de ce qu'elle allait de dire mais de ne pas savoir comment le dire. Elle voulait le dire de manière élégante, alors elle se retient de sortir une phrase du but en blanc qui n'avait aucun tact.

- Je ne jète pas la pierre à Liam, parce que je fais la même chose. Mais lui ne ment pas.

Elle s'agita de nouveau, et du mal à cacher le rouge de ses joues. La pulsation de son cœur s'accélèrent doucement. De nouveau immobile, elle releva les yeux.

- Je pense qu'on est tous différents mais qu'on tente tous d'entrer dans un moule. Sauf toi. Je trouve que tu excelles dans la différence. Ce n'est pas trop dur à vivre.


Elle avait dit essayer. Elle venait de perdre contre sa propre envie. Les mots ne sortaient pas malgré qu'ils se bousculent derrière les lèvres. Alors elle se cacha vers une généralité dont il devait s’en fiche éperdument.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seth Cullen
Créature Magique
avatar

Nombre de messages : 313
Maison : Serdaigle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 10642
Date d'inscription : 13/02/2008

MessageSujet: Re: Twilight   Dim 3 Mai 2009 - 17:35

Seth éclata de rire en se redressant sur le lit. Il fit attention à ne pas l’effleurer comme il fit attention à chaque fois qu’elle gigota pour changer de position. Il s’assit en tailleur à côté d’elle avec une expression joviale. Sa dernière remarque avait eu le mérite d’être plus vraie que vraie :

- Si tu savais à quel point je suis différent, tu ne serais pas gentiment allongée à côté de moi dans ce lit, termina-t-il tout heureux de la tournure cocasse qu’empruntait la discussion. Mais ce n’est pas la différence, la similitude, s’en tenir au moule ou s’en écarter qui rend heureux, compléta-t-il avec plus de profondeur et de mystère.

« J’étais transparent comme une vitre propre, sans rayure, sans bosse, sans accroc. Dans l’école on aurait su dire si j’appartenais à telle ou telle maison. Je n’étais ni beau ni laid. Ni trop ni pas assez. On me résumait à « l’intouchable Seth Cullen. » Je le suis toujours mais des choses ont changé. Je peux toucher bien que je refuse qu’on s’accorde cette liberté vis-à-vis de moi. L’idée était impensable il y a encore deux ans.

Je me souviens d’un jour où Isis, pour m’interpeler en cours de Runes, avait osé poser son doigt dans mon cou. Tout autour les gens s’étaient gaussés « mais que fait-elle, l’hérétique ? On ne touche pas Seth Cullen » raillaient les yeux qui attendaient de me voir pâlir et sortir pour vomir. Je m’étais contenu.

Ce soir, alors qu'aucune des personnes présentes ce jour-là, je n'aurais pu toucher, je voyais aussi les efforts d’Isis pour ne pas commettre une nouvelle fois cet impair. Devrais-je l’en remercier ? »


Seth tendit sa main vers le visage d’Isis. Son geste était lent comme à chaque fois qu’il se préparait à surmonter son handicape et c’était de plus en plus souvent ces derniers mois. D’un regard concentré, il lui intima de ne pas bouger. Ses doigts glacés s’avancèrent vers sa joue, il l’effleura du bout lisse de son index. Un trait lent et droit qui allait de sa pommette au milieu de sa joue. C'était sa façon de dire merci. Le court trajet achevé, il retira précipitamment sa main comme si l’effort avait été très gros. Il lui sourit comme un enfant sourit quand il a fait ses premiers pas. De la satisfaction se lisait en grand dans ses yeux pâles rayonnant. Elle, elle devait être horrifiée par la froideur de sa main. Il avait l’habitude mais on osait rarement lui en faire la remarque :

- Le bonheur c’est de savoir ce qui est bon pour soi, de tout faire pour l’obtenir quitte à braver ses propres, heu, anomalies. Ca me rend heureux quand j’ai envie de toucher quelqu’un. Deux fois plus quand j’y parviens. Mon anomalie devient alors complètement bénigne comparée à cette petite victoire. S’extraire du moule est une volonté bien trop présomptueuse pour m’attirer,
railla-t-il. J’aimerais beaucoup redevenir transparent comme je l’étais, trouver un moule bien confortable où vivre tranquille avec Eden. Si je suis différent, ce n’est que pour mon envie d’être comme les autres quand tout le monde cherche à se différencier. Mais maintenant, je ne lutte plus. Il y a ce que l’on est, notre vraie nature, et elle est bien plus forte que notre volonté. Il me faudra toujours produire un effort pour toucher quelqu’un mais jamais aucun pour être seulement Seth. Pourtant, le premier me rend heureux, le second me pose beaucoup de souci. Cette lutte intérieure rend très intéressante les petits détails du quotidien. Encore faut-il vraiment connaître ce qui nous rend heureux... Tu as mangé ?



Ravenclaw
17 ans pour toujours - 7ème année
BATTEUR
Japhet - 6ème année - Serdaigle
GARDIENNE
Liam - 7ème année - Serpentard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isis Kitlee
Préfète
avatar

Nombre de messages : 1141
Age : 30
Maison : Poufsouffle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12784
Date d'inscription : 15/02/2006

MessageSujet: Re: Twilight   Lun 4 Mai 2009 - 17:48

Assis côte à côte lui permit d'étendre ses jambes. Elle regarde ses gambettes dénudés pendant qu'il s'égayait. Il devenait vivant. Chose rarissime. Certes, Isis et lui n'était pas souvent ensemble, mais le peu de fois où ils se retrouvaient pour discuter ou dans le même cours, le serdaigle restait impassible, présent tout en étant absent, comme si il était détaché de ce monde. Il était là, en observateur, venu de l'au delà. Des fois, elle plaisantait avec ses copines, en l'appelant l'amant d'Ankou.

L’animal de compagnie d'Ankou serait plus juste si Seth avait le malheur de mourir une seconde fois.


Un frisson indescriptible termina la caresse amicale. Elle tourna lentement sa tête pour poser ses yeux sur son visage opalin. Sa main courageuse était déjà repartit dans son écrin invisible. Elle souriait, sincèrement, un sourire doux, qui n'avait de sens que si il décelait la malice de ses yeux.

Elle se retenait de ne pas l'enlacer dans ses bras. Elle était tendrement touchée. Ce geste était un vrai trésor aux yeux de la demoiselle. Ca lui rappelait le premier baiser de Jonathan, les efforts d'Adel pour lui parler, la bague éphémère d'Egon ou bien encore les câlins réconfortant de Joséphine. Cadeau immatériel qu'elle convoitait à tout instant. Savoir que ses sentiments étaient partagés. Elle concidérait Seth comme un ami, un être sur lequel elle pouvait confiait sa vie. Son frôlement, elle le traduisait par un "je te fais confiance", et dans son esprit, cela équivalait à la réciproque exact de ce quel ressentait.

Une amitié durable.
Elle l'espérait fortement.



Le rire ne résista pas. Finir son joli monologue par cette chute était cocasse. Au moins, elle s'était détendu. Plus de question sur "serais-je un jour capable de me confier".


- Pas encore... j’attends que Zagora revienne, juste pour le faire culpabiliser de me mettre à la diète. J'adore l'embêter, ça me fait passer le temps. D'habitude, je n'ai pas de Seth tactile pour me tenir compagnie.

Elle fit un geste trop brusque en se relevant, et cru qu'elle avait débordé sur l'espace vitale du blondinet. Elle s'excusa aussitôt. Le cours de rune l'avait marqué à vie. Pas pour les reproches qu'on lui avait asséné, juste par le regard du jeune homme. Elle avait eu l'impression de l'avoir blesser, et cela elle se promit de ne plus recommencer.

- Je ne sais pas qui je suis... c'est ça mon anomalie. A moins que ca soit le désir de ne pas le découvrir. Peu importe vu que le résulat et le même, je ne sais pas être heuseuse, alors je fais comme ci. Je t'envie...



Elle ne savait pas pourquoi elle avait dit ça alors qu'elle était à moitié descendue du lit. Elle ne savait jamais, quand, comment, dire ces choses là, elle apprendrait peut être un jour. Mais elle avait trouvé un autre moyen de s'échapper quand Alexandrei entra dans la pièce. Le second pied à peine posé sur le carrelage glacé - mais moins que Seth - elle lui réclama à manger avec un air sournois qui ne plaisait guère à l'infirmier. Alors, elle eut gain de cause, elle pouvait aller jusqu'à la grande salle si elle revenait. Il réitéra bien sur sa menace made in Des Lys.

De nouveau chaussé, elle se précipita de la salle sans Seth qui malheureusement devait passer des examens.


- Il te rejoindra, je ne vais pas l'affamer... et reviens


Ce qu'elle fit de mauvaise grâce quand elle eut fini de diner en compagnie de ses pouffys adorés.


Dernière édition par Isis Kitlee le Jeu 21 Mai 2009 - 13:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seth Cullen
Créature Magique
avatar

Nombre de messages : 313
Maison : Serdaigle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 10642
Date d'inscription : 13/02/2008

MessageSujet: Re: Twilight   Dim 17 Mai 2009 - 13:48

« Isis était sortie depuis maintenant dix minutes. Je m’étais calé sur une chaise en face du bureau de Zagora dont on ne décelait plus le bois tant il y avait de parchemins et de fioles qui le recouvraient. Le médicomage sortit une pile de ces précieux parchemins d’un petit tiroir. Il utilisa une clé et un sortilège pour ce faire. Le tiroir devait renfermer des choses précieuses. Avant qu’Alexandrei ne le referme, j’eus à peine le temps de humer l’effluve âcre d’un produit contenu dans un récipient de bronze. Je ne reconnaissais pas l’odeur. Probablement était-ce une rare potion à ne pas laisser à la portée de n’importe qui.

Le jeune homme ne s’assit pas derrière son bureau. Il tira une chaise afin de s’asseoir en face de moi. Ainsi calé, nous mordions sur l’allée centrale qui séparait l’infirmerie en deux univers : celui du patient qui consistait en de longues rangées de lits, de chaises et de tables de chevet et celui de l’infirmier dont les murs étaient couverts de bibliothèques surchargées de grimoires et d’armoires débordant de pots de terre, de fioles de verre et d’articles de bronze ou d’argent. Au bout de l’allée, côté « infirmier », se trouvait le laboratoire.

Au fond de l’infirmerie, allongés et somnolant, un seul lit était occupé. Un Gryffondor téméraire qui avait essayé de sauter dans le vide laissé par un escalier joueur qui s’était déplacé au dernier moment. L’élève s’était retrouvé pendu à l’escalier puis coincé entre le sol et cet escalier quand la pierre essaya de rejoindre le nouveau palier. Horrible. Il avait été compressé dans cet étau jusqu’à ce qu’un de ses camarades eu la bonne idée d’utiliser un enchantement pour immobiliser l’escalier.

L’infirmerie était donc calme.

- Je ne savais pas que vous étiez un ami d’Isis.
- Peut-être qu’il y a d’autres choses encore que vous ne savez pas,
répondis-je calmement pour ne pas le froisser. Néanmoins je n’avais pas envie de confier ma vie au-delà de ce qu’il pouvait en tirer comme intérêt médical. Il comprit que le filon lui était fermé, esquissa un sourire respectueux avant d’entamer la suite de la discussion que nous avions eu à mon arrivée.
- Votre cœur bat.
- Non, mon cœur a battu. Pour la deuxième fois. Et je ne sais pas comment cela est possible. Et mon corps se réchauffe sensiblement après chaque chamade. Comme je vous l’ai dit, tout le reste est normal... si on peut dire que sentir à tout va ou se déplacer aussi vite que la lumière est normal.


Zagora prit quelques notes sans commenter. Il tendit doucement sa main vers la mienne qui reposait sur mon genou. En moins de deux secondes, je me retrouvais debout à côté de ma chaise. La main de l’infirmier était tendue au-dessus du vite. Le temps qu’il se rende compte que je n’étais pas loin, il fronça les sourcils : il avait oublié. Il s’excusa :

- Seth, je dois vous toucher. Votre pouls, s’il vous plaît.

Pour détourner mon attention mais cela était un subterfuge infantile dans lequel je ne tombai pas, il poursuivit de me parler, me poser des questions. Je le laissai prendre mon pouls inexistant et tâtonner mon bras et mon épaule jusqu’à la jugulaire. J’avais tellement envie de vomir...

- D’après vous qu’est-ce qui a pu changer pour provoquer une telle mutation de votre système ? Votre mode de nutrition ? Y a-t-il quelque chose de spécial ?...

Il me lâcha enfin le bras et je tombai d’épuisement à force de m’être retenu si longtemps. Je sentais partout sur mon bras l’odeur de Zagora et la faim monta d’elle-même. Je dûs la condamner. Zagora le sentit si bien que lorsque j’allai m’allonger sur le lit, il resta assis sur sa chaise.

A sa question plusieurs choses me passent par la tête mais une seule trouve réellement une corrélation plausible. Difficile de la lui livrer. Pourrais-je me mettre en danger en confiant mon secret à cet homme ?

Je me redresse sur le lit :

- Ce qui a changé depuis janvier... c’est... j’ai bu sang humain.


Le cœur de Zagora bombe. Sa pupille se dilate. Je ressens sa peur. Il essaye pourtant de garder son sang froid. Il vaudrait d’ailleurs mieux pour lui.

- Expliquez,
dit-il en reprenant contenance.
- Le Combat Blanc, lui réponds-je froidement.

Je me permets d’occulter l’après.

- Est-ce arrivé après aussi ?

Bon... Je voulais occulter l’après mais ses questions déshabillent tous mes secrets. Dois-je mentir ?

- Oui.

Non, je ne peux pas lui mentir. Je dois savoir. Le visage de Zagora blêmit. Je ne suis plus seulement un vampire ou un loup-garou, il prend enfin conscience que je suis et reste un prédateur.

- Seth, dit-il avec un soupçon mal contenu de déception dans la voix, pourquoi ?
- Isis arrive,
lui dis-je.

Il tourne la tête vers la porte encore close.

- Dans combien de temps ?
- Trois minutes environ... elle est en bas de l’escalier de marbre.


Alexandreï se lève et range ses affaires dans son tiroir secret. Ses pensées sont bourdonnantes et pesantes. Il finit par sourire avec tristesse :

- Rien d’autre à me dire avant qu’elle arrive ? Dois-je m’inquiéter de vous savoir seul avec les élèves ?
- Pas du tout. Personne n’est en danger à Poudlard. En tout cas, pas à cause de moi... Ce... ce ne sont que les... je vous raconterai plus tard.
- Dans quelles circonstances votre cœur s’est-il mis deux fois à battre ?


Je rougis. Le temps presse Isis arrive. Je réponds sans réfléchir :

- Avant mon premier meurtre et avant de faire l’amour avec Eden pour la première fois.

Les yeux du médicomage tiltent. La porte de l’infirmerie s’ouvre. Isis entre. Zagora murmure pour lui :

- Adrénaline.

Je souris à Isis. Derrière elle, Japhet se glisse dans l’embrasure de la porte. Toutes les deux constatent qu’elles arrivent à un moment tendu de la discussion. Jah ne se laisse pas démonter. Elle dépasse Isis et saute sur le lit pour venir me faire un câlin en criant quelle passe juste faire un bisou et qu’elle retourne en salle commune pour les devoirs du soir.

Zagora reste tétanisé sur sa chaise. Forcément, la vie intime d'un vampire, ça doit avoir fait remonté un sacré lots de nouvelles questions. Moi, je me demande ce qu'il entend par "adrénaline."
Malgré les bras et les cheveux de Japhet, je le regarde. J’essaye de savoir si je serai trahi ou soutenu.

Ensuite, petit regard vers Isis et un sourire tendre :

- Bien mangé ?

Japhet se ressaisit - elle se rend enfin compte qu'elle n'est pas seule au monde - et s’assoit convenablement sur le lit, elle salue Isis d’un petit geste de la main :

- C’était bon, hein ?

Et l’atmosphère reprend de sa légèreté... »


Ravenclaw
17 ans pour toujours - 7ème année
BATTEUR
Japhet - 6ème année - Serdaigle
GARDIENNE
Liam - 7ème année - Serpentard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isis Kitlee
Préfète
avatar

Nombre de messages : 1141
Age : 30
Maison : Poufsouffle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12784
Date d'inscription : 15/02/2006

MessageSujet: Re: Twilight   Jeu 21 Mai 2009 - 14:04

Isis hocha la tête. Comme toujours s'était bon, agréable, enthousiasme et bruyant. En tant que préfète Isis dut mettre un terme à la bataille de petit pois avant que sa tourne à la catastrophe... et qui a tourné à la catastrophe quand l'argument, ben c'est Toi, Oh grande Préfète à commencer" est sorti tout droit des plus jeunes. Satanés gosses. Puis il y eu les éternelles questions qui sortaient de leur esprits pas très nets, et enfin les dernières rumeurs mettant en scéne tous les pouffys, et en particulier elle. "c'est vrai que tu sors avec Jupiter ??? Ca serait trop cool. Hein !!! Ben c'est ce qu'on dit. Wart ! Petit veracrasse, viens ici tout de suite, j'ai deux mots à te dire. Quoi que tu vas dire, je suis innocent... et j'ai rien fait que dire la vérité". Sale gosse.


Elle déposa la part de gâteau sur le bureau d'Alexandrei, elle savait qu'il raffolait de cette sucrerie anglaise. D'ailleurs, vu la tête qu'il avait, elle était contente d'y avoir pensé. Il semblait soucieux, intrigué, inquiet. Beaucoup trop.
Depuis qu'Isis le côtoyait, elle savait qu'il était maitre de ses sentiments, presque impossible à déchiffrer. Discret. Il n'était pas du genre à montrer son ressentit. Et pour la première fois, Isis vu qu'Alexandrei perdait peu à peu son sang froid.

Tandis que la pouffys prenait place dans la chaise - le lit étant occupé - l'infirmier détourna le regard de la scène fraternel des Cullen, et reprit la maitrise de ses sentiments.



- Le rôti au gingembre un vrai délice... mais ca ne vaut pas l'agneau sauce menthe, véritable pêché gustatif.

Les deux filles ne se côtoyaient pas vraiment, mais cela ne les empêchèrent pas de papoter de tout et de rien... en particulier de rien, qui constituait au récit épique de la dernière réplique de Peeves contre la Dame Grise qui fut écourté par le Baron Sanglant, et la fuite roccambolesque de l'esprit frappeur du château.

Isis continua à rire dans cette ambiance détendue, enviant la complicité fraternelle des deux autres. Elle aurait aimé ne plus être seul, avoir un membre de sa famille sur lequel se reposer. Ca lui manquait terriblement, même si elle n'en disait mot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seth Cullen
Créature Magique
avatar

Nombre de messages : 313
Maison : Serdaigle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 10642
Date d'inscription : 13/02/2008

MessageSujet: Re: Twilight   Sam 1 Aoû 2009 - 14:04

La nuit était sombre et silencieuse. L’infirmerie était bercée par les ronflements du Gryffondor alité quelques mètres plus loin. Zagora et Japhet avaient quitté la pièce. Le château était à l’orée de son sommeil mais deux voix murmuraient encore. Isis et Seth étaient de nouveau assis l’un à côté de l’autre, sur le lit, adossés à deux gros oreillers.

La discussion qu’il avait eue avec Zagora lui donnait le mauvais pressentiment que beaucoup de choses allaient changer. Cela n’était probablement dû qu’au fait qu’il se rendait enfin compte que sa situation physique et physiologique se modifiait et que cela ne serait sans doute pas sans conséquence.

Parfois, tandis qu’Isis lui parlait, ses pensées était ailleurs. Puis, il revenait doucement dans la discussion, lui souriait et commentait ce qu’il venait d’entendre de courtes répliques passe par tout. Elle allait finir par se rendre compte qu’il n’était pas très présent à la discussion. Il fit alors semblant de bailler, se composant un air ravi d’avoir peut-être enfin retrouvé le sommeil.

- Les médicaments de Zagora ont l’air de fonctionner, mentit-il, tu n’es pas fatiguée toi ?

Il ne savait pas ce qu’il espérait qu’elle allait répondre.
Il comptait bien passer la nuit à côté d’elle pour qu’elle ne s’adonne pas à son pécher favori : l’escapade nocturne.

Il pensa furtivement que son besoin de sensations fortes allait bientôt être contenté, voire dominé, et pas de la façon qu’elle imaginerait aujourd’hui. Si elle ne savait pas quel était le but de sa vie, bientôt, dans à peine trois mois, une rencontre l’amènerait peut-être sur cette voie-là.

« Nous sommes tous en train de nous modifier. Sans le savoir, tous les jours. Contre notre volonté, parce qu’il le faut et que le temps passe. Pour le meilleur et pour le pire. »

- Tu veux que je reste avec toi jusqu’à demain matin ?


Ravenclaw
17 ans pour toujours - 7ème année
BATTEUR
Japhet - 6ème année - Serdaigle
GARDIENNE
Liam - 7ème année - Serpentard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isis Kitlee
Préfète
avatar

Nombre de messages : 1141
Age : 30
Maison : Poufsouffle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12784
Date d'inscription : 15/02/2006

MessageSujet: Re: Twilight   Dim 2 Aoû 2009 - 16:29

- Tu arriveras à me supporter demain matin ?

Elle le regarda en biais, sourire mutin sur les lèvres.

- Parce que je suis imbuvable, je râle tout le temps, sur tout, et faut pas me parler.... à moins que tu poses cette question pour t'évader de ce lieu. Dans ce cas, cours, vol, fuis, je t'envie déjà.

Elle se redressa chopa le coussin derrière son dos puis le plaça devant elle.

- en réalité, mais c'est un secret alors pas un mot, le soir je m'éclipse côté université. L'avantage de connaitre quelque passage secret du château. Mais aujourd'hui je suis privée de ce plaisir. C'est horrible d'avoir un copain qui s'inquiète de ta santé. Pourtant ce n’est pas comme si il savait qu'un des traitements marchait...

Seth délie les langues trop facilement. Délie sa langue trop facilement. Elle ne se confiait pas sur ces sujets, n'en disait mot. Pourtant sans faire le moindre effort, sans forcer les choses, elle lui balançait sa vie comme si elle écrivait dans un journal intime.

Ce soir elle avait dû lui raconter sa journée dans les moindres détails. Allant de sa vision des cours à ses profs et son dégout pour Arckoyd mais aussi le fait que cela soit un bon prof aux dernières blagues où situation incongrue que toute préfète avait du affronter à leur grand désespoir.
Puis, Jonathan, un peu, tellement peu, avec tellement de recul, sans chaleur, pratiquement sur le même ton qu'elle avait raconté l'absence de Joséphine. Jonathan, le premier élan de l'amour la rendait aveugle, mais leur amour était déjà révolu. Le futur lui rendrait la vue. Mais si il le savait déjà.


- Ou, troisième supposition, c'est que tu veux dormir avec moi. Et là, petit Seth, il est hors de question qu'Eden me fasse la peau, je veux mourir vieille, très vieille. Donc, soit tu lui demandes la permission, soit...

Elle bailla bruyamment.

- Soit je vais aller me coucher avant de dire plus de trolleries.

Elle se glissa hors du lit, emporta avec elle l'oreiller puis commença à tirer les rideaux du lit adjacent pour se changer en toute intimité.
Suite à cela, elle se pointa ostensiblement à coté de Seth pour qu'il ne doute pas qu'elle essyait de le prendre en traite.Isis se pencha doucement vers lui, murmura un bonne nuit, en retenant son instinct de lui faire un baiser qu'elle distribuait facilement à la pelle à ses amis.


Dernière édition par Isis Kitlee le Mar 4 Aoû 2009 - 17:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Twilight
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2 -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard - Ecole de Magie :: Château :: L'Infirmerie-
Sauter vers: