Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un mâle... démo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Meghan Cameron
Elève trouvant ses marques
avatar

Nombre de messages : 164
Age : 26
Maison : Gryffondor
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 10886
Date d'inscription : 28/08/2008

MessageSujet: Un mâle... démo   Dim 5 Avr 2009 - 12:16

"L'amour aussi a son automne pour celui qui a oublié le goût de l'autre"
(Marc Levy, Toutes ces choses qu'on ne s'est pas dites)





Les bords de sa conscience vacillèrent doucement. Une vague lumière accueillit son retour dans la réalité. Si on pouvait vraiment parler de réalité.
La mort, lui avait-on un jour raconté, entre autres histoires supposées la rassurer, était un long tunnel de lumière blanche au bout duquel quelqu'un vous attendait. Elle ne devait être qu'à sa bordure, ce qui impliquait un long chemin à parcourir encore. Ses paupières frémirent avant de s'ouvrir à cette lumière et d'y découvrir Shawn. Il ne lui avait pas fallu longtemps pour le suivre. Son dernier souvenir remontait à lui dans ses bras tandis que son coeur se déchirait. Elle ne savait à qui s'adressait ses remerciements mais elle était reconnaissante à quelqu'un, quelque chose, de ne pas lui avoir survécu. Elle n'était pas sûre qu'elle l'aurait supporté. Elle songea à l'épisode à Seagaard... quand elle avait cru voir venir la fin et qu'elle avait songé à leur mythe personnel qui, jamais, ne serait connu des autres. Elle était heureuse de n'avoir pas eu le temps de souffrir, pas le temps d'avoir vraiment eu peur. La mort était venue la cueillir, doucement. Sauf que...

A tout bien réfléchir, son coeur lui brûlait encore.

Alors...


"Shaaawn?"

C'était moins qu'un filet de voix. Elle voulut sourire mais ne trouva pas la force. Un éclair de panique dut traverser son regard. Un doigt se posa sur sa bouche, léger comme un papillon, doux comme une caresse. Elle peinait à le sentir.
Ses yeux tentèrent de croiser les siens mais quelque chose les voilait. Une trace, diffuse, sur sa joue à lui. Ses sens devaient la trahir. Il ne pleurait jamais. Pas lui.
Malgré le doigt, malgré l'interdiction, elle murmura:


"Shawn... tu... tu... vas bien?"

Sa voix se brisa sur les derniers mots. Elle ne réussirait à songer à rien d'autre tant qu'elle n'aurait pas de réponse.
Shawn resta un moment silencieux, presque surpris. Elle-même ne voyait rien d'étonnant dans sa propre attitude.


Tu changeras jamais toi... Je vais bien.

Un tressaillement de sourire agita le coin de ses lèvres. Elle aurait aimé faire tellement mieux.
Son regard, incapable de se fixer, parcourait le jeune homme des pieds à la tête, ou, du moins, du buste à la tête, à la recherche de ce qui confirmerait ses dires. Un trou dans son sweat lui donna envie de pleurer. Elle s'en souvenait de celui-là. Puisant dans des réserves qu'elle ne croyait plus avoir, elle leva la main pour effleurer la peau ainsi dévoilée du bout du doigt. Dans sa gorge, les émotions formaient une boule qui l'empêchaient presque de respirer.
Doucement, encore, comme si il craignait de la briser, il s'empara de sa main.


Tu devrais te reposer.

Sa main était chaude dans la sienne. Et il garda. longtemps. Suffisamment longtemps pour qu'elle se sente réchauffée de l'intérieur. Jusqu'à cet instant, elle n'avait pas saisi combien elle était glacée. Son "comment", son "pourquoi" étaient mort-nés sur ses lèvres.
Un nuage de coton faisait un cocon autour de son esprit. Dans un nouveau murmure, elle demanda, inquiète:


"Tu restes avec moi?"

Sa voix était suppliante, perdue, dépendante. Elle était trop faible pour ne pas aimer ça.

Bien sûr. Je bouge pas de là. Repose-toi maintenant.

Un ultime sourire fleurit surs ses lèvres, toujours aussi faible, toujours aussi sincère, avant qu'elle n'abandonne le combat et se laisse entraîner vers les cauchemars qui lui tendaient les bras.
Wyndham les avait quitté depuis longtemps. Elle ne l'avait même pas remarqué.




Meghan ignorait vaillamment les regards curieux qui s'attardaient un instant sur elle avant de reprendre leur course folle de par et d'autres, dans l'impatience de la Grande Salle. Il fallait dire pour leur défense, qu'il était rare de croiser une Rouge à la sortie de la Salle Commune des Serpentard.
Quelques quolibets fusèrent. Ils auraient pu être pires mais suffirent pour relancer son malaise. Les relations entre les deux maisons avaient connu des hauts et des bas... surtout des bas. Mais la situation actuelle gommait un tant soit peu les frontières. Ce qui n'empêchait pas les rapports d'être loin d'idylliques. Les bonnes habitudes demeuraient. Et puis, ce visage-là, serti de boucles, était plus ou moins connu.


- Siam!

"Kim."

Elle avait eu des tons plus enthousiastes pour s'adresser à son frère. Mais elle ne savait que torp bien ce qui l'attendait.

- Ne me dis pas que l'attends encore?

En plein dans le mille.

"Joachim.."

- Tu es désespérante.

"C'est ma vie."

Le septième année dut se heurter à son regard buté. Ou bien son coeur de grand frère retrouva ses instincts protecteurs.

- Il finissait de mettre un pull quand je suis descendu.

Il prit le sourire qu'elle lui offrit comme une récompense.

- Gaffe à toi, petite soeur.

"Kim... pas toi."

- Tu as le coeur fragile, furent ces derniers mots avant qu'il ne rattrape d'un saut un pote auquel 'il avait un truc trop important à dire".
Ne restait qu'à prendre son mal en patience... à hésiter sur le bon choix de ce qu'elle était en train de faire.

Sa cicatrice au-dessus du coeur se réveillait soudain, tiraillant et brûlant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shawn Evans
Elève trouvant ses marques
avatar

Nombre de messages : 153
Maison : Serpentard
Année : 6ème
Gain de Gallions : 11219
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: Un mâle... démo   Dim 5 Avr 2009 - 22:32

Il s’apprête à remonter les marches du dortoir en l’apercevant. Une sorte de gène le prend lorsqu’il la voit depuis… depuis ce jour là. Il ne sait pas l’expliquer. Mais en la voyant, toutes boucles au vent, portant une main à son cœur, fière malgré les autres qui lui jetaient des regards insistants, courageuses petite lionne en terrain ennemi, pour lui, il ne put se résigner à rebrousser chemin.

Il descend les quelques marches qui les séparent et retient le stupide sourire qui tente d’étirer ses lèvres lorsqu’elle lève les yeux sur lui, avec au fond, cette petite lumière qui à la fois lui fait mal et l’emplit de fierté.
Autour les murmures vont bon train. Ça jase et rejase. La moitié de ceux qui parlent ne savent pas le quart des choses qui se sont produites. Quant à l’autre moitié elle se plait à inventer la plupart des choses qu’elle ignore encore.


« 10 galions qu’il lui roule un patin dans la salle co.
- 5 qu’elle le supplie de ressortir avec lui.
- 10 qu’il se mange une baffe !
- Tenu. »


On note donc que le pourcentage d’emballer Meghan est égal à celui qui annonce le risque de se prendre une beigne. En revanche, il a pas la côte concernant le fait qu’elle vient pour le supplier.

Ça il s’en doute.

Après un regard bien appuyé sur les parieurs qui manifestent soudainement un intérêt particuliers aux bouts de leurs chaussures il s’approche d’elle et lui embrasse le front. C’est ainsi qu’il lui dit bonjour depuis quelques mois. Parce qu’il ne se verrait pas faire la bise à Meghan. Sous la peau caramel le front est brûlant.
Il s’inquiète :


« ça va ? »

Elle a petite mine depuis… ça se comprend. Sous l’ensemble clair, il ne la voit pas mais la devine. La cicatrice qu’il a laissée.

Il sent le regard de Joachim dans sa nuque. On est amis jusqu’à un certain point. Jusqu’à ce qu’on brise une sœur. Il se tourne et affronte son regard.


star


" Je suis incapable de lui faire du mal.
- Volontairement peut-être.
- Comment ça ?
- Si tu laissais plus de distance entre elle et toi… ça ne serait pas arrivé.
- Je ne voulais pas ça…
- Non. C’est moi. Je voulais pas dire ça.
- Je sais. "

star



Il a raison Joachim. Sans lui rien de tout ça ne serait arrivé. Il aurait aimé que son ami lui en veuille, lui reproche. Qu’elle-même le fuit. Mais il n’en était rien. Meghan était là plus souvent que jamais et son frère, loin de le haïr, l’avait même remercié pour l’avoir ramenée saine et sauve.
Et loin d’en être fier, il maudissait cette balle qui aurait du prendre sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meghan Cameron
Elève trouvant ses marques
avatar

Nombre de messages : 164
Age : 26
Maison : Gryffondor
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 10886
Date d'inscription : 28/08/2008

MessageSujet: Re: Un mâle... démo   Mar 7 Avr 2009 - 15:37

A le voir, là, au milieu de ces autres, elle sentit les yeux lui brûler. Encore un de ces effets secondaires. Alors, elle sourit encore et toujours. Sourire, elle sait faire. C'est tellement facile, tellement... normal.
Elle sourit fort et ignore les regards de ceux qui épient en coin, quand bien même ils ne devraient pas.


"Ca va."

C'est vrai que ça va. Mieux. Mieux depuis qu'il est là. C'est comme si sa blessure brûlante se faisait un petit peu oublier. Un peu comme si Shawn était son baume au coeur.

"Et... et toi, ça va?"

La banalité de leur échange devrait en faire fuir plus d'un, tous ceux incapables de voir au-delà des mots. Ce n'est pas le bateau "ça va?" qu'on s'échange le matin au coin d'un couloir avant d'aller affronter les épreuves quotidiennes. Du moins, pour elle, c'est plus que ça. C'est une reconnaissance. Difficile à expliquer, même à elle-même.

Les paris. Elle aurait bien fait gagner quelques gallions au premier de ces joueurs mais... non.


"Tu... viens?"

La pression était trop forte, elle ne parviendrait pas à rester là, comme un aimant qui la repoussait vers un autre pôle. Les regards, les autres, ceux pour qui elle n'était pas la bienvenue. Et puis, elle aussi sentait le regard de son frère. Il y avait des choses qu'elle n'avait pas forcément envie de partager avec sa famille.

Elle serra la main qu'elle aurait aimé lui tendre dans le fin fond de sa poche. Pas question de se rendre ridicule devant tout le monde. Elle serra la main et se contenta de son petit sourire triste en s'efforçant de ne pas le supplier des yeux. Doucement, elle se mit en branle, prête à arpenter un chemin qui la mènerait loin de là. Doucement, elle murmura quelques autres mots:


"Dis, Shawn..."

Le plaisir simple de prononcer son prénom.

"... est-ce que tu as gardé mon pendentif?"

Celui que Meghan avait perdu ce jour-là. Celui-là même auquel elle tenait par-dessus tout parce qu'il le lui avait offert.
Celui-là, encore, qui lui servait de prétexte parce qu'elle ne savait pas comment lui dire qu'elle avait juste eu envie de le voir.
Celui-là, toujours, qui serait peut-être la clef pour lancer la conversation sur []ce jour-là[/b], le sujet qu'ils avaient tout fait pour éviter depuis. Parce que ça faisait trop mal. Parce que, aussi, malgré l'horreur, c'était un beau souvenir. La deuxième partie, du moins, le "après", le quand elle s'était réveillée.
Parce qu'il était resté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shawn Evans
Elève trouvant ses marques
avatar

Nombre de messages : 153
Maison : Serpentard
Année : 6ème
Gain de Gallions : 11219
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: Un mâle... démo   Jeu 23 Avr 2009 - 16:34

Le pendentif.
Au creux de sa main, un petit élancement qui n’a pour écho que la piqûre au cœur qu’il lui refile.
Le mensonge n’est pas loin, elle pourrait l’avoir perdu. Mais mentir à Meghan a toujours été plus dur que mentir aux autres. Ce satané pendentif il l’a gardé. Elle n’a pas l’air de réaliser. Elle va bien, elle sourit, elle aime, elle respire.
Il l’a vu morte.

Il a eu beau retourner les derniers évènements dans sa tête, aucune explication rationnelle ne s’est dévoilée. Il a pris une balle, elle a faillit en mourir.


star


Les yeux clos, ses longs cils bruns caressant ses joues, Meghan dort.
On lui a assuré qu’elle dormait.
Il ne peut s’empêcher de loucher sur sa poitrine pour vérifier qu’elle monte à chacune des inspirations de la jeune femme. Quitte à passer pour un pervers, autant être rassuré. Dans son sommeil, elle pousse un soupir. Il panique. Partir ? Rester ?
Que dira-t-elle en l’apercevant à son réveil ?
Que dira-t-elle si elle ne le voit pas ?
… Et que ferait-il si elle ne se réveillait pas ?
A travers la fine chemise il distingue le haut de la cicatrice. C’est vilain, et c’est sa faute. Leur passé étant ce qu’il est, il sait désormais qu’il a littéralement abîmé son cœur.


star


Il l’attrape par le bras, doucement, un frôlement à peine, parce que depuis, les contacts avec elle sont difficiles. Ils sortent sous les regards et quittent la salle commune pour les couloirs des cachots. L’atmosphère y est fraîche, lourde, pesante de silence. Du sien notamment, puisqu’il ne s’est toujours pas décidé à lui répondre.
Elle lève sur lui ses yeux si pleins de tout. Meghan est un puits d’espoir, de doutes, d’amour, d’hésitation, de question, de regrets, de non dits, et de force insoupçonnée.


« Tu as du le perdre ce jour-là. »

Puis, parce qu’il sait qu’il fait mal, et qu’il a peur qu’elle devine le mensonge sous l’apparente nonchalance.

« Je suis désolé. »

Ses doigts se referment sur l’objet en question, alors que ses mains reposent négligemment dans le fond de ses poches.
Il évite son regard et marche droit devant, sans avoir conscience de l’endroit où il les mène.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meghan Cameron
Elève trouvant ses marques
avatar

Nombre de messages : 164
Age : 26
Maison : Gryffondor
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 10886
Date d'inscription : 28/08/2008

MessageSujet: Re: Un mâle... démo   Mer 29 Avr 2009 - 9:41

"Tu n'y peux rien. C'est pas grave."

Meghan se tut, empêchant les quelques mots de plus d'assurer que c'était de sa faute à elle.
Ca n'était pas grave.
Elle y tenait tellement. Un autre de ces lambeaux du passé que le présent lui arrachait. Un de ces liens qui la rattachaient à lui que la vie coupait un à un. Comme un présage à forme humaine.
Il lui restait encore... plus grand chose. Hormis quelques souvenirs et un poids sur le coeur. L'odeur de son sang. Et des cauchemars qui se répétaient à n'en plus finir.

La solitude qui s'enroulait doucement autour d'eux se mettait à peser son poids. Le doute et les incertitudes en rajoutaient un peu plus. Comme si, avant, tout n'était pas déjà suffisamment compliqué. Il fallait qu'en plus, quelques millimètres de plomb s'immisce entre eux.
Cette foutue balle de plomb (pardon) avait été une rivale beaucoup plus sérieusement que toutes les norvégiennes (famille des blondes à longues jambes, et panoplie regards-lèvres-silhouette à rendre un homme scroutt) réunies. Elle avait failli le lui prendre et:


"Je ne l'aurais pas supporté."

Son inconscient le lui enseignait nuit après nuit. La version la moins pathétique était encore celle où, les yeux pluvieux, elle se dressait droite et fière au-dessus de son cadavre en attendant qu'une balle la fauche. Dans celui-là, au moins, elle ne suppliait pas.
Plongée dans ses pensées, la jeune fille continua d'avancer. On ne faisait que cela, avancer. Même si ce fait même avait parfois des airs de recul. Le rythme de sa réflexion porta son regard sur Shawn et, évidemment, sur le lieu de son miracle. On ne devrait jamais aimer un Dieu. Elle marqua une pause et fixa son coeur que seuls les artefacts moldus avaient réussi à percer. Sa main s'y porta, parfait reflet de son geste de ce jour là. Glissa sous sa chemise pour mettre la peau à jour. Il ne s'y trouvait qu'une légère marque blafarde, pour lui prouver qu'elle n'avait pas rêvé.

Elle bégaya un sourire, soudain consciente de la situation et se recula comme si elle s'était brûlée à sa peau.


"Je ne veux plus que tu meurs."

'Comme si ça changeait quelque chose.'

Comme si elle y pouvait quelque chose.
Ca n'était, de toute façon, qu'une variation autour de son éternel "je t'aime". Peut-être Shawn arriverait-il à avaler cette nuance-là plus facilement.
Qui sait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shawn Evans
Elève trouvant ses marques
avatar

Nombre de messages : 153
Maison : Serpentard
Année : 6ème
Gain de Gallions : 11219
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: Un mâle... démo   Dim 3 Mai 2009 - 19:50

« Arrête. » La coupe-t-il.

Le ton est un peu plus sec qu’il ne le voulait.
A l’intérieur de ses poches, ses poings se sont serrés.


Tu me rends dingue.

Il s’arrête brusquement dans le couloir, en plein milieu. Elle est deux pas devant lui désormais. Il les franchit en une enjambée et se poste devant elle, à quelques centimètres.

« On dirait que c’est un conte de fées pour toi ! »

Ses mains consentent enfin à se détacher de ses poches pour venir saisir la jeune fille par les bras. Lorsqu’il sent la chaleur de sa peau à travers l’étoffe, il prend conscience qu’entre eux, ça fini souvent comme ça.

J’aurai du mourir Meghan. »

Et tu as bien failli y rester.

Il la lâche brusquement, comme s’il s’était brûlé. Honteux d’en venir aux mains, effrayé par ce besoin si impétueux de la blesser par tous les moyens.
Il se retourne et avance à son tour. Plus vite et sans se retourner. Pas avant de l’avoir supplanté de quelques mètres, pas avant d’être certain de ne pas avoir envie de la bousculer.


« Qu’est-ce qui c’est passé Meghan ? »

Il passe une main sur son front, une main qui échoue inévitablement à l’endroit où aurait dû se trouver un cœur inerte. A l’endroit où il a encore mal la nuit, dans certains cauchemars.
Une seconde bouffée de violence l’envahit au regard de ses yeux tendres qu’elle lève sur lui.
Est-ce qu’elle comprend ?
Est-ce qu’elle sait ?
Est-ce qu’elle a conscience que quand il regarde sa cicatrice il se sent coupable ? Est-ce qu’elle sait qu’il revit chaque nuit cette journée ?Qu’il a l’impression d’avoir tenu lui-même l’arme qui a déchiré ses chairs ?

Elle ne sait pas.

Et lui ne comprend pas.
Toujours pas pourquoi cette fichue balle n’est pas resté où elle s’était logé, au sein de son palpitant. Pourquoi elle ne lui a pas épargné le regard de Kim quand il est venu la voir à l’infirmerie. Pourquoi soudainement, s’est elle appesanti dans son cœur à elle.


« Il faut que je comprenne Meghan… On ne peut pas continuer à faire les autruches… A faire comme si tout allait bien, comme si c’était normal ! J’arrive pas à faire semblant. J’arrive pas à me dire qu’on a eu de la chance, c’est pas vrai et tu le sais. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meghan Cameron
Elève trouvant ses marques
avatar

Nombre de messages : 164
Age : 26
Maison : Gryffondor
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 10886
Date d'inscription : 28/08/2008

MessageSujet: Re: Un mâle... démo   Sam 9 Mai 2009 - 12:17

C'était idiot, vraiment, de prendre ses paroles comme un coup de poing au coeur. Mais si c'était idiot, pourquoi, alors, pourquoi ses yeux menaçaient-ils soudain de déborder?
"J'aurais dû mourir."
Ses mots sonnaient comme une accusation.
"Pourquoi tu ne m'as pas laissé mourir?"
Les mots sonnaient comme une aberration.


"Je... j'ai pas fait exprès."

Pour la première fois de sa vie, ses excuses sonnaient vraiment faux. Peut-être, vraiment, ne l'avait-elle pas fait exprès. Pour le savoir, il aurait déjà fallu comprendre. Mais si elle avait compris, alors, ce qui se passait, elle n'aurait pas hésité ne serait-ce que l'espace d'une demi-seconde. Et si c'était à refaire... elle le referait les yeux fermés. Avec ferveur. En y mettant tout son coeur et toute sa foi.
La peau lui brûlait un peu là où il l'avait saisie. Mais c'était le signe qu'ils étaient vivants tous les deux. Alors si la douleur pouvait être belle, elle l'était là, maintenant, assurément.
La peau lui brûlait un peu là où il l'avait saisie. Mais elle se rapprocha quand même, jusqu'à le toucher. Encore. La gêne était là et pourtant, elle savait qu'elle n'y arriverait pas si elle était trop loin de lui. Elle avait toujours eu ce besoin de contact pour arriver à lui parler. Ca ne s'expliquait pas. Comme beaucoup de choses. Alors, elle luttait contre l'antagonisme de la distance nécessaire qu'ils se donnaient et qu'ils prenaient, de la distance qui s'installaient entre eux pour... et ce besoin de lui, de la chaleur de sa peau, de son contact rassurant pour réussir à...

Sa main se contenta d'effleurer son bras et de se poser là, l'air innocent, se faisant oublier pour laisser sortir les mots, entremêlés d'émotions. Les choses n'étaient jamais simples.
Encore une fois, au sein même de sa tête, elle s'excusait. Elle n'y arriverait pas.. Les mots ne sortiraient pas si la distance entre eux n'était pas comblée par un peu de chaleur. Ca n'était pas un quelque chose impersonnel, encore moins un cours magistral expliquant le pourquoi du comment de l'incompréhensible. C'était un quelque chose qui flottait entre eux, qui les concernaient tous les deux, et ça n'était pas en l'abordant froidement qu'ils parviendraient à quoi que ce soit. Elle ne saurait pas rester calme et détendue.
Lui non plus, apparemment.


"Je.. je sais pas."

Comment expliquer l'inexplicable? Comment justifier l'injusifiable?
On ne lui avait jamais appris à faire face à ce genre de situations.
Où était le début? La balle qui l'avait frappé? Ou, beaucoup plus tôt, quand leur histoire avait commencé? Quel était le pivot qui avait fait de ce jour-là ce qu'il était?


"Il... il y avait tous ces gens, partout. Et toi... toi qui devient blême. Et le sang, tout ce sang..."

La vie de Shawn qui s'écoulait à gros bouillons, diluant son propre courage. Sur l'instant, elle avait cru que son propre coeur allait tomber dans les pommes. Les images que lui transmettaient ses yeux étaient absolument incompatibles avec ce qu'elle était, elle. Comme un poison dans son système, un poison en train de brouiller ses pensées, de mettre son système sans dessus dessous.

"Je... j'ai... J'ai cru que tu étais mort."

Ce ton froid, rendu impersonnel par les émotions qui menaçaient d'exploser.

"Alors je pleurais et je te serrais contre moi. J'avais mal."

'Tellement mal.'

Elle ne se rendait même pas compte de la nature des mots qui forçaient le passage.

"J'étais perdue, je ne savais plus quoi faire. C'était comme un pan du monde qui tombait et derrière, je ne voyais rien. Le sang continuait de couler et tu étais blanc, si blanc. J'avais peur. J'arrivais pas à supporter l'idée que... Alors, je pleurais encore et il y avait mes deux mains sur ton coeur. Comme si je pouvais y changer quelque chose. Je priais peut-être. Ou je ... je ne sais pas. J'aurais donné n'importe quoi pour..."

... le sauver.
Le récit s'achevait là. Sur un fourmillement étourdissant qui se généralisait.

Un silence trop lourd à supporter, envahi par les milliers de questions orphelines de réponse. Envahi par tous ses doutes et toutes ses peurs. Celles qui la taraudaient depuis ce matin-là. Celles qui l'empoisonnaient. Celles qu'elle n'osa énoncer qu'en murmure, le regard rivé au sol, contemplant sa honte:


"Tu... tu crois que je... j'ai fait... que c'était de la magie noire?"

Elle avait tellement eu peur, tellement évité d'y penser, par peur de s'avouer un "oui".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shawn Evans
Elève trouvant ses marques
avatar

Nombre de messages : 153
Maison : Serpentard
Année : 6ème
Gain de Gallions : 11219
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: Un mâle... démo   Mar 9 Juin 2009 - 23:42

Au moment le plus inapproprié. A l’instant le plus tragique de la conversation, quand on révèle, quand on lève le voile, ça prend soudainement. Il débarque, il arrache, vous prend les trippes et les retourne. Un rire complètement déplacé, un rire qui fait mal et qui ne devrait pas être. Un rire cassant, aux bords aiguisés qui vous lacèrent le visage au passage et vous laissent un goût d’amertume au bord des lèvres.

Il reste là un instant, secoué par un rire auquel il n’arrive pas à mettre fin et qu’il aimerait pourtant écraser d’un coup de poing rageur.
Un œil à Meghan, elle est toujours là, lèvres entrouvertes à l’observer comme s’il était tombé sur la tête. C’est un peu ça finalement. Depuis le Combat Blanc, depuis ce jour, les migraines n’ont fait que s’intensifier jusqu’à le rendre allergique aux bruits de foule. Alors même s’il n’est pas tombé dessus, ça tourne plus rond la haut.

Une main passée sur son visage achève de lui redonner un semblant de sérieux. Ses yeux sont emplis de larmes qu’il hésite encore à mettre sur le compte du rire nerveux. IL fait deux pas, lui tourne le dos puis revient. S’éloigne encore, ouvre la bouche, la referme et finit par laisser retomber ses bras le long de son corps, impuissants.


« La seule chose qui t’inquiète c’est de savoir si c’est de la magie noire ?? »

L’envie de rire le prend à nouveau, pendant qu’une toute autre sensation lui étreint la gorge et la réduit en aliment pour hippogriffes domestiques.

« Ça pourrait être de la bleue, rouge, verte que ça changerait pas les faits. Tu me tue. »

Chiures de scrouts… pas vraiment approprié non plus. Il a jamais aimé les conventions de toute façon.
S’en suit un bégaiement digne des plus grands moments d’un cours d’astronomie un soir d’orage avec un professeur enroué.


« Bouse Megh… tu débloques complètement. »

Et son sourire.

« J’ai pas la moindre idée de ce que c’était. Magie noire, blanche, abus de bièraubeurre, hallucination collective, délire paranoïaque, distorsion de l’espace temps ou simplement toi. Sauvez les autres c’est vraiment un don mortel… Dans tout les sens du terme. Le seul bémol c’est que ça te coûte beaucoup. »

Il résiste un instant à l’envie de toucher son visage. Meghan a beau être Meghan elle n’en reste pas moins la fille la plus complexe qu’il ait rencontré. Aussi forte que fragile, douce que piquante, entêtée qu’hésitante. Hésitante dans son entêtement.
Elle raisonne à sa façon, s’avance où on l’attend le moins et vous agace plus que quiconque à vouloir à tout prix s’enterrer plus bas que terre en creusant sa propre tombe. Avec les dents si elle le pouvait.

Il la fixe un moment sans plus rien dire, se rappelant les mois passés où il l’aurait volontiers étranglée. Sauf qu’on ne frappe pas les filles. Il parait. Pas même avec une fleur disait sa mère. Ça ne lui serait pas venu à l’esprit de toutes façons. Pauvres fleurs.


« Ça a toujours été compliqué. »


Par « ça » il entend « nous » mais le dire, c’est un peu la prendre dans ses bras. Et ça n’est pas la solution.

« Même ça c’est compliqué. »

Il lève rapidement la main vers son visage, de façon à ne pas lui laisser le temps de réagir. Et peut être aussi pour ne pas penser à la dernière fois où il a fait ça. Il applique un doigt sur le front de la jeune femme et suit la courbure de l’arrête de son nez avant de laisser retomber sa main aussi rapidement que ne l’avait été son envol.

« Viens, j’ai une idée. On va vérifier un truc. »

Sans lui demander son avis, une fois de plus, il s’empare de son bras et la traine dans les couloirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meghan Cameron
Elève trouvant ses marques
avatar

Nombre de messages : 164
Age : 26
Maison : Gryffondor
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 10886
Date d'inscription : 28/08/2008

MessageSujet: Re: Un mâle... démo   Ven 12 Juin 2009 - 16:20

Ses nerfs aussi étaient mis à rude épreuve, songeait Meghan en sentant des échos de râleries résonner sous son crâne. Shawn était là, à côté d'elle, tout de chair, d'os et de mauvaise humeur. la mauvaise humeur en moins, c'était tout ce qu'elle avait osé demander à la vie. Tout ce pour quoi elle s'était battue, si tant est qu'il y avait eu bataille. Plutôt l'impression de n'avoir pas eu le choix. Ca c'était passé et c'était quelque chose de plus fort qu'elle qui en avait été l'instigateur. Il était en vie et elle n'avait jamais rien demandé de plus.

Vivre et laisser vivre sans se plaindre.
La vie est un don des femmes.
La mort est un don de Dieu.
Ce qui sera sera.


Whatever will be will be.
Ces quelques mots, vieux de plusieurs siècles, envahirent soudain sa mémoire comme un ancien refrain retrouvé.
Elle pâlit soudain. Plus encore que lorsque Shawn avait soudain éclaté de se rire qui faisait tellement mal. La dernière chose qu'elle souhaitait était qu'il se moque d'elle. Elle aurait dû savoir que pour lui, c'était un moyen de faire sortir la tension. Mais quand on est à ce point impliquée dans des explications, quand on s'y plonge en y oubliant les prises de secours, on avait tendance à occulter tous les éléments extérieurs.
Elle pâlit. Elle avait enfreint une des lois les plus anciennes. Ne pas intervenir. Laisser la vie dérouler son fil, laisser les Parques tisser, mesurer et couper.

Malgré tout, elle ne put que relever la tête, fière comme rarement à la mention du bémol. C'était bien le moins qu'elle puisse faire.

Quant à ce que ça lui coûtait... Ma foi... Qu'elle ait basculé du mauvais côté en faisant barrage au cours naturel des choses par refus de l'inacceptable... Ca ne rendrait que plus difficile de croiser le regard vert de son reflet dans le miroir. Tout avait un prix. Même se perdre elle-même dans une direction qu'elle avait toujours fui n'était pas trop cher payé.

Bien évidemment, elle se tut.

Le doigt de Shawn vint alors tout changer, comme un pardon muet que, quelqu'un, quelque part, lui accordait. Elle n'osa murmurer ni "merci" ni "pardon". Ca aurait été trop ou trop peu. Et entre eux, il n'y avait jamais vraiment eu de place pour la demi-mesure. Elle détourna seulement la tête quand sa chaleur la quitta, par peur d'en demander encore. Il y avait des limites à ce que sa timide fierté pouvait supporter. Même pour lui. Surtout pour lui.

Cette même fierté qui ne parvint pas à l'empêcher de trembler quand il la prit par le bras. Pas par peur. Juste parce qu'elle n'avait jamais été capable de demeurer insensible à son contact.
Et toujours cette fierté qui se fit oublier quand elle opéra en douceur pour placer sa main à elle dans sa main à lui. Plus pratique pour marcher.


'Evidemment.'

Évidemment.


"Je..."

Ca n'était pas non plus la peur qui la faisait bégayer. Pas vraiment.
Ils avaient obligatoirement vécu pire que ce qui s'annonçait.
C'était juste que les idées de Shawn était toujours géniales. Du génialement inédit au génialement dangereux, en passant par tous les génialement motivant et génialement troublant.
Elle suivit, pourtant, docile. Docile toujours. Elle avait un jour clamé qu'elle le suivrait jusqu'au bout du monde, il y avait longtemps. Aujourd'hui, leur destination était sans aucun doute moins lointaine.

Il n'empêchait...:


"C'est... dangereux?"

Dangereux du point de vue de Meghan ne rimait pas avec dangereux selon Shawn.

"Parce que je..."

.. ne suis pas sûre?
... ne voudrais pas que...?


'Oh, et puis, tant pis.'

Il était là, non? Et s'il ne lui offrait qu'un peu de temps volé, elle le prendrait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un mâle... démo   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un mâle... démo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1 -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard - Ecole de Magie :: Château :: Les Sous-Sols et Cachots-
Sauter vers: