Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Promenade épistolaire [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jacob Orwell
Nouvel élève
avatar

Nombre de messages : 19
Maison : Gryffondor
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 10143
Date d'inscription : 25/03/2009

MessageSujet: Promenade épistolaire [libre]   Lun 30 Mar 2009 - 15:09

HJ: ouvert à qui veut et orientable vers n'importe où, libre quoi Le Théo

« Cher Jacob,

Espèce d’abruti servile ! C’est maintenant ta septième année dans ton école « spécialisée » ! Tu pourras pas me mentir éternellement Orwell et je sais quand tu me mens ! Et assez de tes « à la fin de cette année je serais majeur et je t’expliquerais tout » !

Foutaises mon gros monsieur ! T’as pas encore dix-huit ans à ce que je sache ! Même ton père s’obstine avec ton école spécialisée ! J’ai la haine contre toi pour ça Orwell !

Bon… à part ça… ça va ici ! Mon école pas spécialisée est toujours autant barbante ! Quelle poisse ! Avec Jezz et Isa, on voulait aller foutre un peu le bordel chez les fils à papa de Oxford Street mais ce pouilleux de Jezz s’est dégonflé, il s’est mis à parler de la vidéosurveillance, des flics, blabla et du coup on est resté Au Jonc et le Roseau avec une pinte et ils ont pas arrêter de se lécher le visage toute la soirée. Ils me foutent les glandes des fois je te dis pas. Bref tu me manques ! Mais fais pas ton malin pour autant ! Ça t’empêchera pas de prendre des coups aux prochaines vacances !

Love,
Marlène.


P.S. : J’ai fait des progrès en répét, je te ferais écouter quand tu viendras. »



« Je te termine de lire la lettre de Marlène. J’ai le sourire aux lèvres et hâte de lui répondre. Je la connais depuis qu’on est tout petit et après le décès de ma mère, par rapprochement, je ne sais pas, par vide affectif, on s’est mis ensemble. Ça va faire quatre ans et ça dure. Toute notre vie, Marlène. Elle se veut chanteuse de métal et elle est assez douée, elle a du coffre. Marlène, elle est rousse ; Marlène ce n’est pas un squelette ; Marlène, elle a déjà les bras couvert de tatouages et elle cogne plus fort que moi. Elle n’a pas eu une vie facile avec son père en tôle et sa mère jamais là. Elle fume, boit, rôte et pète sans aucun complexe mais je l’aime.

Jezz et Isa sont deux de nos potes, eux aussi en couple. C’est assez étrange. Ils sont tous moldus et aucun ne sait pour moi. Seul mon père le sait. Mais je me suis promis qu’une fois majeur et que j’aurais fini mes études à Poudlard, je dirais tout à Marlène. Je pense qu’elle comprendra et elle aura juste envie de me cogner parce que je lui ai caché ça toutes ses années alors qu’elle aurait gardé le secret. Je vois la scène d’ici.

Ça fait un petit moment que je suis assis sur la grande pelouse verte du parc de Poudlard. J’aime bien y lire mon courrier. Me sentir seul et libre pour un lien privilégié avec le monde moldu. Pour la réponse par contre c’est une autre histoire. J’ai besoin d’être en salle de travail avec pleins d’élèves bruyant, sous la lumière jaune des bougies, les doigts plein d’encre.

Je m’apprête à rentrer quand un autre élève arrive vers moi, l’air légèrement paniqué ? C’est un sourire ? Un froncement de sourcil ? J’ai toujours eu un peu de mal à savoir ce que les gens me voulaient de loin, ce qui explique mon implication dans moult bagarres suite à une mauvaise réaction.

Restes cool, Orwell. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tuppence Beresford
Elève trouvant ses marques
avatar

Nombre de messages : 156
Age : 26
Maison : Gryffondor
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 11020
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Promenade épistolaire [libre]   Lun 30 Mar 2009 - 21:21

Panique totale. Je grattouillait ma guitare dans le parc, là où l'orée de la forêt rejoint les rives du lac. J'avais descendu Django avec moi pour qu'il puisse se dégourdir les pattes. Quand j'ai commencé à jouer, il sautait partout en poursuivant un pauvre papillon aux ailes multicolores. Ses moustaches frétillaient devant la distraction que lui offrait ce pauvre insecte.

http://www.deezer.com/track/2785733

Prise par la musique, je ne fis plus attention à mon chat. Ce n'était plus un chaton maintenant, il avait vachement grandi depuis le début de l'année. Cependant, c'était quand même pour moi le plus beau chat de l'école.

Mes doigts pinçaient les cordes laissant filer dans l'air cette célèbre chanson des Stones. J'adooooore les Stones. Je suis bien la seule ou presque dans l'école. Dans les dortoirs des 6ème année, les filles n'en connaissent rien. Tout juste si elles ne s'imaginent pas que ce sont mes propres compos que je joue. C'est dingue la différence qui existe avec la vie moldue à Liverpool. Là-bas, si je joue une chanson des Bizzar Sisters, le rapport s'inverse. On s'imagine là que c'est de moi aussi. Je me ferai sans doute un sacré pognon si je déposais leurs compos. Je suis sûre que ça marcherait du tonnerre... Mais je ne suis pas comme ça, du tout même.

A chaque fois que je pense à ça, ça me fait bien délirer. En attendant, j'étais presque arrivée au bout d'Angie...


- Django...

J'appelai mon chat pour qu'il vienne me ronronner dans les pattes. Des fois il se mettait à ronronner et gratter sa tête sur ma main quand je jouais. C'était trop la classe...

- Django!

Sur le coup, je ne me faisais pas trop de souci. Si ça se trouvait, il arriverait fringuant une souris dans la bouche. Mais quelques minutes après, il n'était toujours pas là.

Je me levai et me mis à l'appeler plus fort. Voyant qu'il ne répondait toujours pas, je me levai, mis ma guitare en bandoulière et parcourus un bout de chemin dans le parc jusqu'à la grande pelouse. Pas un arbre à l'horizon, pas l'ombre d'une boule de poils...


Pas loin se trouvait une tête familière de Gryffondor.

- Hey Jacob, t'aurais pas vu passer un chat?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob Orwell
Nouvel élève
avatar

Nombre de messages : 19
Maison : Gryffondor
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 10143
Date d'inscription : 25/03/2009

MessageSujet: Re: Promenade épistolaire [libre]   Lun 30 Mar 2009 - 22:17

« C’était Tuppence, sa guitare dans les mains. Les notes d’Angie montant dans l’air du parc. J’aime bien Tuppence. Elle est moins âgée que moins et maîtrise carrément son instrument. Elle est comme moi, un parent moldu, l’autre sorcier. J’ai un peu discuté avec elle au fil des années et on peut dire qu’on est copain. On ne se voit pas tous les jours mais on est en bonne entente. Elle vient de Liverpool après tout. J’aime bien Liverpool. Moins pourri que l’état d’esprit londonien. On s’est déjà fait quelques virées à Liv’ avec Marlène et la bande et on s’est toujours bien marré. J’ai jamais pensé à voir Tuppence pendant les vacances scolaires mais peut être que c’est pas plus mal. Si on lâche un truc sur Poudlard on est cuit.

Elle aime bien le foot et c’est marrant de voir les sorciers pure souche là regarder jouer sans comprendre l’intérêt d’un jeu où y a ni balais, ni cognards. On a déjà joué ensemble avec d’autres adeptes. On s’était bien marré ce jour là.

Je suis mauvais musicien. Ce n’est pas faute d’avoir essayé avec Marlène et les autres. Mais faut croire que je suis une quille en musique. Pourtant j’adore la musique, je ne peux pas m’en passer ! Mais à Poudlard, l’électricité ça ne marche pas. Alors l’acoustique de Tuppence est salvatrice. »


-Nan je l’ai pas vu. Les Stones hein ? T’as pas un chouya plus enjoué qu’Angie ?


« Taquinerie innocente. »

-Il ne doit pas être allé bien loin ton chat. Django c’est ça ?

« Lui je l’apprécie un poil moins que Tuppence depuis qu’il s’est promené environ quinze mille fois dans mon repas de midi dans la Grande Salle, déposé dix mille fois des « surprises » dans mon sac juste posé à mes pieds, et miaulé sans arrêt après moi pendant au moins 24 heures. Non je n’exagère pas. Sale bête.

Mais ça fait longtemps que je n’avais pas parlé à Tuppence alors si chercher son troll de compagnie permet de discuter un peu pourquoi pas. »


-Peut être près des buissons là-bas, je l’ai déjà vu rôder dans ce coin une fois. Je crois qu’il y a des gnomes de jardins sûrement.

« Tuppence à un look plutôt androgyne que j’aime bien. C’est agréable d’être avec quelqu’un tout en brouillant les pistes sexuées, effaçant ainsi ce jeu malsain quasi permanent de la séduction. C’est reposant. Je me sens en confiance avec Tuppence. Surtout en n’étant pas le plus viril des garçons de Poudlard. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tuppence Beresford
Elève trouvant ses marques
avatar

Nombre de messages : 156
Age : 26
Maison : Gryffondor
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 11020
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: a   Mar 31 Mar 2009 - 21:38

Si bien sûr que j'avais plus enjoué qu'Angie... Voyons voir: Sympathy for the Devil ou Paint it black? Big Grin Evidemment je m'abstins de tout commentaire concernant ce choix de chanson! J'avais d'autres chats à fouetter en ce moment. Pas au sens propre, vous l'aurez compris.

- Ouais, c'est ça, Django.

Je ne pensais pas que Jacob connaissait le nom de mon chat. On s'était toujours vu sans lui. A Liverpool ou à Londres, on était potes en moldus, footeux jusqu'au bout des ongles dans les parcs. A Poudlard, on était potes de maisons, liés par la musique et le secret de notre monde par rapport aus moldus. De plus en plus avec les évènements étranges qui se produisent, ce secret d'existence s'amenuise, et il faut se serrer les coudes pour cacher notre situation aux gens qui nous sont chers. J'ai failli tout déballer avec Virginia, qui se demande pourquoi un hibou lui porte mon courrier. A la limite, pour elle, un pigeon serait plus adapté.


- Alors là je comprends mieux. Il est incapable de résister aux gnomes de jardin.

Par contre je ne dirai pas que c'est mon meilleur ami. On est potes. Notre relation n'est soumise à aucun rapport de domination. On privilégie plutôt le délire sans jamais en avoir fixé le cadre. Il n'y a pas de règles, pas de promesses. Aucun n'attend quelque chose de l'autre.

- Des nouvelles de Marlène?

La réserve de gnomes était en vue. Il ne s'agissait pas d'une réserve à proprement parler. Disons que c'était juste un lieu qu'ils affectionnaient. un lieu à ciel ouvert, dans l'herbe grasse. Cependant, je ne voyais rien de noir et blanc sautiller autour.

- Django!

Un faible miaulement attira mon attention et fit monter une boule d'angoisse à mon estomac. Ce n'était pas le type de miaulement "Où sont mes croquettes?" ou bien "J'ai failli bouffer le rat de Maureen", ou alors... "C'est quand que tu me grattes le ventre?".

Quelques mètres plus loin, mon petit compagnon gisait au sol, salement amoché. Autour de lui dansaient ces sales créatures en crachant du feu et le soufflant sur mon chat. je sortis ma baguette totalement paniquée.

- Immobulus!


Les gnomes se trouvèrent figées autour de mon chat qui souffrait visiblement. Je me hâtait de le rejoindre. Quand je le pris dans mes bras, je vis qu'il souffrait de plusieurs brûlures, mais rien qu'une potion appropriée ne pourrait soigner. Déjà, je sentais son oeil regagner confiance et espoir. Il savait que son calvaire était terminé.

- Depuis quand les gnomes de jardin crachent-ils du feu Jacob?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob Orwell
Nouvel élève
avatar

Nombre de messages : 19
Maison : Gryffondor
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 10143
Date d'inscription : 25/03/2009

MessageSujet: Re: Promenade épistolaire [libre]   Mer 1 Avr 2009 - 12:07

« Bouse…c’est moche…j’veux dire pauvr’ bête ! Je l’aime pas mais c’est moche quand même. Par endroit son poil à entièrement brûlé, laissant paraître une peau rouge et cloquée. Je sors ma baguette de ma manche et prends délicatement Django des mains de Tuppence. Je parle tout en agissant. »

-Tu permets que je le prenne ? Je ne sais pas si je t’en ai déjà parlé mais ma mère est décédée il y a quatre ans. Ça, tu devais le savoir. Elle a été tué sous mes yeux pas des Inféri. Ça a changé ma vie tu peux me croire. Depuis je m’applique surtout dans les sortilèges efficaces contre ces créatures démoniaques. Les sortilèges de feu. Ça va faire quatre ans que je ne fais presque que ça sérieusement. Ce qui explique les nombreux points que j’ai fait perdre à Gryffondor pour devoirs non-rendus. Bref, je me suis brûlé pas mal de fois, et sérieusement.

« Pendant que je racontais ma petite histoire j’observais chacune des brûlures du chat, puis je pointais ma baguette dessus. »

-Biafinum Globalis !

“Un petit rayon de lumière couleur crème jaillit de ma baguette et semble se poser sur les blessures du chat. »

-Voilà ! Ça le soulagera pour l’instant mais il faudra quand même l’emmener à l’infirmerie pour lui appliquer un baume cicatrisant. Celui pour sorciers marche aussi pour les animaux. Pour les poils par contre faudra sûrement attendre qu’ils repoussent tous seuls mais pour ça j’en suis pas sûr. Je n’ai pas autant de fourrure que lui ! Je suis pas magico-véto.

Elle a eu de la chance vraiment. Je ne sais que faire ça correctement, soigner et maîtriser le feu. Ça remet en cause toutes mes années à Poudlard. Mais bon si ça peut aider un Gryffondor de temps en temps je peux en être fier.

-Voyons voir ses gnomes bizarres.

Je regarde les horribles petites créatures immobilisées par le sort de Tuppence, merveilleusement bien exécutés. J’y connais pas grand-chose en gnome mais une chose est sûr c’est qu’il ne souffle pas de feu en temps normal. Pas sans intervention extérieur. Ça ressemble à un sortilège de Soufflebraise.

-Ils ont été ensorcelés par quelqu’un je pense. Tu connaîtrais pas un infâme scroutt à pétard qui s’amuserait à modifier la faune locale ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tuppence Beresford
Elève trouvant ses marques
avatar

Nombre de messages : 156
Age : 26
Maison : Gryffondor
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 11020
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Promenade épistolaire [libre]   Dim 5 Avr 2009 - 18:36

Oups. Contrairement à ce qu'il pensait, je ne savais pas que sa mère était morte, et j'étais à cent lieux de me douter qu'elle avait été tuée par des inferi! Tout à coup, le cas de mon chaton me sembla beaucoup moins grave que ce qu'il semblait au début. Je voulais bien le croire à ce mec quand il me disait que sa vie en avait été changée. Je ne pouvais même pas imaginer ma vie sans l'un de mes parents!

Raaaaaaaaaaaaa! Merlin! Que je me sens stupide dans ce genre de situation! Je ne sais jamais comment réagir, ni même s'il existe une façon de se comporter. Stéréotypé, ça voudrait dire pas sincère, et moi, avec les gens que j'aime bien, je suis toujours sincère. Alors que dire? Que faire?

Embarrassée, je ne pus que lui mettre une main su l'épaule pour lui témoigner toute ma sympathie et reporter rapidement toute mon attention sur le blessé de l'étape.

Django avait toujours les oreilles baissées, mais il souffrait visiblement moins. Impossible de savoir où Jacob avait appris ça, mais il faudrait qu'il me donne le mode d'emploi! Je repris mon petit minou dans les bras en regardant Jacob jouer les aurors amateurs.


- Non, je ne connais pas de gens assez tordu pour ça ici, même parmi les Serpentards, c'est dire...

Petite approche du terrain de jeu de ces mutants. L'herbe était calcinée à l'endroit où ils avaient craché leurs flammes sur Django. Dans leur expression figée se reflétait beaucoup de méchanceté, j'aurais presque dit de sauvagerie. Moi en bestioles et en botanique, je n'y connais pas grand chose. Il n'y a que la défense contre les forces du mal que je maîtrise à peu près, et encore parce que j'ai bossé. Je n'ai jamais eu de facilités pour les études. En DCFM, ce n'est pas pareil, j'avais papa pour m'aider. Et puis, en tant que fille d'auror, c'est la méga tehon si t'es nul.

- On pourrait presque demander à un prof ce qu'il en pense, non?

Au moment où je faillis me pencher pou ramasser une bestiole immobilisée, Django sortit les griffes et se mit à souffler en sa direction. Pas touche. Parfois il savait parfaitement se faire comprendre mon petit compagnon.

- OK mon pote. J'y touche pas.

Peut-être que l'infirmerie pressait plus que le reste. Malgré ça, je devais bien avouer que cette histoire m'intriguait au plus haut point. Mes mèches assymétriques en frisottaient presque autant que les cordes de ma gratte qui dépassaient de leurs chevilles. Une fois la peur pour mon cat passée, le naturel revint vite au galop. Indéniable. Je me connais.

- C'est bizarre quand même! J'ai bien envie de comprendre ce qui sest passé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob Orwell
Nouvel élève
avatar

Nombre de messages : 19
Maison : Gryffondor
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 10143
Date d'inscription : 25/03/2009

MessageSujet: Re: Promenade épistolaire [libre]   Lun 6 Avr 2009 - 11:26

« Tuppence semble gênée un petit moment. J’étais sûr de lui en avoir déjà parlé de ça mais ça devait être à quelqu’un d’autre. Elle pose sa main sur mon épaule un instant. C’est un geste amical. Sans méchanceté ça paraît dérisoire. J’espère que Tuppence, ni personne d’autre n’aient à supporter la mort d’un proche aussi…proche. Même si j’y pense souvent, j’ai fait mon deuil et n’ai pas de problème avec ça. Ça m’a donné un but et une direction morale à tenir pour la vie.»

«-Chiales encore cinq minutes Orwell et je te dérouille !
Évidemment je n’arrive pas à m’arrêter de pleurer et Marlène me donne un coup de poing dans les côtes histoire que je sorte la tête de mes bras croisés, assis à la table en plastique de la cuisine. Ça me couple le souffle et elle m’atteint une seconde fois, à la mâchoire cette fois. Je tombe sur le lino usé. Encore un coup. Je saigne du nez.
-Tu me débectes Orwell. Ça fait trois mois que t’as pas arrêté de te morfondre. C’est bon quoi ! Y a des milliers de mort chaque jour. C’est arrivé à ta mère et c’est horrible. T’as encore ton père…et moi. Alors se lamenter ne sert à rien. Fais ton deuil une fois pour toute.
Marlène n’a jamais été quelqu’un doué d’un tact irréprochable, ni de beaucoup de douceur. Mais elle a trouvé les mots et les gestes qu’il me fallait. Je me suis tout de suite mis en colère quand j’ai senti la tiédeur de mon sang couler sur mon visage et on s’est battu. Sauvagement. Elle a gagné. On dit que se battre avec une fille, ça ne se fait pas. Marlène c’est différent. Si tu ne te bats pas avec elle, à ses yeux, tu restes une lopette, un sous-homme. C’est la loi des crocs et du bâton. Elle me laisse croire qu’on est égaux mais je sais bien qu’elle est une chef de meute dans l’âme. J’étais le membre malade de la Tribu, elle m’a soigné avec des coups de pompes dans le derrière.
J’ai dû aller me faire recoudre l’arcade après ça, elle, elle n’avait que des bleus. Après ça, on s’est mis ensemble, plus simplement comme des amis et je me suis promis de faire tout ce qui était possible pour qu’il n’arrive plus à mes proches ce qui est arrivé à ma mère. Je suis devenu Gryffondor à quatorze ans.»


-Je suis d’accord avec toi. Allons à l’infirmerie pour commencer, puis voir un prof pour lui demander ce qu’il en pense. Je prends ça en plus.


«Je me baisse et saisis un des Gnome cracheur de feu paralysé. Il ressemble à des pommes de terre, on la même texture que les pommes de terre, mais ne sente pas du tout la pomme de terre. Quelle sale bestiole. Je n’arrive pas à ne pas grimacer un peu.»

-Je veux aussi savoir, on peut ne pas laisser ce genre d’horreurs cuire tous les minous qu’ils trouvent.

«Nous prenons la direction de l’infirmerie quand, à quelques mètres, derrière d’autres buissons, une petite trainée de flamme fend l’air.»

-Nom d’un gnome ! Ne me dis pas qu’il y en a encore !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tuppence Beresford
Elève trouvant ses marques
avatar

Nombre de messages : 156
Age : 26
Maison : Gryffondor
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 11020
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Promenade épistolaire [libre]   Sam 11 Avr 2009 - 18:39

Une armée de gnomes surgit de la broussaille en criant et crachant des flammes dans l'air. En quelques secondes nous fûmes encerclés. Django se blottit contre moi, transi de peur.

Autour de nous ces sombres créatures arboraient un air sombre et mauvais. C'est bête à dire, mais ce n'était que la vérité. On aurait dit des magyards miniatures, écailles, griffes et ailes en moins. Oui, non, en fait, ce n'était que des gnomes qui crachaient le feu.


Je brandis ma baguette face à l'un d'entre eux pour essayer de lui lancer un sort et de faire peur aux autres. Mais à peine allais-je utiliser un glacius de base qu'un autre petit être sauta à hauteur et saisit ma baguette. La poisse!

Mais ce n'était pas fini. Cette crétine bestiole me nargua en se baladant
devant moi et en se trémoussant mieux qu'une vahinée. Il se dandinait et souriait de toutes ses dents cariées.


- Rends-moi ça bestiole!

J'essayai un coup de pied, puis un autre, mais ils ne faisaient que fendre l'air. L'animal était trop rapide dans ses mouvements, et moi, entre mon chat et ma guitare sur le dos... j'étais pas dans les meilleures conditions
pour lui régler son compte.

J'avais beau l'abreuver d'insultes, il ne voulait pas obtempérer. Pire: il s'agitait de plus belle en me tirant la langue pendant que les autres se moquaient de moi.

Je gesticulai tant que je pouvais, essayant de faire glisser ma guitare
pour qu'elle se mette bien comme il faut sur mon dos, et je sentis une odeur de brûlé. Horreur! L'un d'entre eux avait brûlé mon instrument! Là, je vis rouge, ils avaient dépassé les bornes.

Un coup d'épaule en l'air et ma gratte glissa le long de mon bras droit. Je pris le manche en main, déposai Django pétrifié au sol, et je me lançai dans le pire carnage de gnomes que Poudlard aurait jamais connu: massacre à la guitare. En fait, c'était un peu comme si je jouais au tennis. Au premier geste, j'en mis trois au sol...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Promenade épistolaire [libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Promenade épistolaire [libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1 -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard - Ecole de Magie :: Autour du château :: Parc du Château et cour de récréation-
Sauter vers: