Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un jour comme les autres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Seth Cullen
Créature Magique
avatar

Nombre de messages : 313
Maison : Serdaigle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 11968
Date d'inscription : 13/02/2008

MessageSujet: Re: Un jour comme les autres   Jeu 21 Aoû 2008 - 11:34

« Le duel avait recommencé sur de meilleures bases. Je gardais Liam à l’œil car il avait fait de l’échange de Vic et Demelza notre duel à l’ombre. Seule les deux joueuses, Japhet et l’arbitre s’en étaient aperçus.

Lancement d’un Alagrante puis Retour de flamme. J’ai à peine le temps d’écarter une blondinette totalement prise dans l’action et qui, après ses ongles, était sur le point de ronger son bras entier. Plus de peur que de mal. Quelqu’un – Shawn, sans doute – a protégé le public.

Ma favorite se met dans une nouvelle impasse mais je n’ai pas de raison d’intervenir. Maintenant le duel est lancé. A côté de moi, la petite blondinette que je viens de lâcher ouvre les yeux, s’examine avec affolement en se demandant comment elle est arrivée à deux mètres de retraite du bord de l’arène sans l’avoir voulu. Elle inspecte précipitamment qu’elle est indemne, lève les yeux vers moi d’un air dubitatif :

- M...merci. Tu as la peau très froide... murmure-t-elle.

Je hausse les sourcils avec un ahurissement feint pour lui indiquer que je ne comprends pas de quoi elle veut parler. Elle rougit subitement et paraît s’en vouloir pour quelque chose. Elle a l’air de réaliser sa méprise et reprend tout de suite :

- Désolée, ça ne peut pas être toi, dit-elle en ponctuant ses excuses d’un rougissement lorsqu’elle se rend compte qu’elle vient peut-être de dire quelque chose qui aurait pu me vexer : « Ca ne peut pas être lui, venait-elle de sous-entendre, puisqu’il est notoire que c’est un handicapé du touché. »

Je lui souris pour adhérer muettement à son assertion. Pourtant, si elle savait ce que ça me coûte de l’avoir « touchée ». Ses yeux s’assombrissent puis elle sourit très vite en s’empressant de détourner la tête. Elle frisonne et retourne au duel.

Le sol se cristallise de glace et un nouvel incident menace le public quand la main d’une statue éclate en bris dangereux. Décidément, ce duel concerne plus que les deux jouteuses. Pas de repos pour les Cullen. »



Il devenait très audacieux de la part de Seth d’intervenir sous le nez de ses camarades. Malgré tout, il ne pouvait se résoudre à risquer de fortuites blessures sur ceux qui n’avaient rien demandé.

Tout se passa très vite pour qui n’était pas vampire dans cette pièce. Les yeux exorbités regardaient la main de pierre exploser au-dessus des têtes de l’audience. Des cris s’élevèrent. Des yeux se fermèrent. Des pas se précipitèrent pour se pousser. Des corps tombèrent sur le sol en glissant sur la glace. Mais, bizarrement, tous les morceaux de pierre n’atteignirent jamais le sol. Il n’y eut pas les multiples bruits de fracas attendus. Seulement quelques sons sourds dont l’origine était intraçable. Comme si quelqu’un avait jeté ces cailloux tranchants dans une besace de tissu. Pour le reste, seuls des petits kystes poussiéreux et sablonneux restèrent suspendus dans les airs, pleuvant sur la tête de Vic.

La salle était transfigurée par son nuage de poussière de roche. La brume se dissipa doucement sur le champ de bataille en pleine accalmie. Beaucoup de monde avait les fesses au sol.

Japhet, la tête enfoncée dans le torse de Liam, se redressa lentement à la recherche de son autre frère. Il n’était plus à la place où elle se souvenait l’avoir vu pour la dernière fois. D’ailleurs, plus grand monde n’était resté à sa place.

Seth se tenait debout près d’eux. Dos à eux. La Serdaigle poussa un petit cri étouffé en l’observant de plus près. Avec désolation et sollicitude, elle murmura le prénom de son frère mais n’ajouta rien d’autre. Il s’était brièvement retourné vers elle, lui avait sourit pour la rassurer, puis avait rangé sa baguette avant de reculer le plus vite possible, mais à une vitesse humaine, contre le mur le plus proche.

Dans le périmètre de sa cousine, il y avait certains cailloux qu’il n’avait pu désintégrer par son sortilège sous peine d’être confondu par les autres en risquant de s’approcher trop prêt de Vicky. La poussière était complètement retombée sur le sol, offrant un nouveau visage au duel.


Ravenclaw
17 ans pour toujours - 7ème année
BATTEUR
Japhet - 6ème année - Serdaigle
GARDIENNE
Liam - 7ème année - Serpentard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Cullen
Elève assidu
avatar

Nombre de messages : 212
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 11856
Date d'inscription : 20/03/2008

MessageSujet: Re: Un jour comme les autres   Jeu 21 Aoû 2008 - 13:11

A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. Mais à vaincre dans l’anonymat le plus complet, ce n’est pas plus fameux.

- « Quel imbécile ! » chuchota Liam déconcerté en regardant le dos ensanglanté de son petit frère. Il ressemblait à un porc épic avec toute cette caillasse plantée dans les homoplates, le crâne et le cou.

Est-ce qu’il était vraiment obligé de faire des choses comme ça ? Pourquoi ne laissait-il pas tout le monde à son propre sort. Ca aurait fait les pieds à plus d’un curieux. La curiosité est un dangereux défaut, le faire apprendre à ses dépends n’est pas une mauvaise méthode. Seth Cullen, mon très cher frère, pensa Liam, vous êtes un imbécile doublé d’un suicidaire à tendance récidiviste.

Le Serpentard lâcha sa sœur maintenant en sûreté et la fit asseoir précautionneusement sur une chaise pour qu’elle ne rejoigne pas le parc des culs-par-terre. Cullen l’aîné ne se satisfaisait pas du rattrapage inopiné de l’incident par son cadet. Les choses ne pouvaient pas se résoudre de façon aussi simples.

Pendant que tout le monde se réveillait, d’un habile et discret coup de baguette qu’il dirigea vers la statue, Liam jeta un informulé qui paracheva le travail de Demelza :

Minima bombarda.

Et la statue de se fendre lentement, menaçant une nouvelle fois de tomber.

Comme même un vampire ne pouvait être à tous les endroits à la fois, il fallait bien créer un autre évènement en un tout autre endroit pour rendre l’épisode plus trépident.

Minima bombarda, répéta Liam en pointant, à l’autre bout de la pièce, derrière Demelza, la grosse bibliothèque dans laquelle était empilée d’innombrables et lourds ouvrages. Le bois du meuble se fendit, craqua, vibra, s’ébranla avant de pencher dangereusement vers l’avant.

Indifférent aux risques qu'il faisait courir, Liam jeta un regard provocateur en direction de Seth : Alors ? De quel côté vas-tu partir en premier ? Famille, populace ou béguin ? Qui vas-tu sacrifier ?

Fort à parier que s’il voulait dissimuler ses blessures dans le dos, il serait terriblement difficile à Seth de quitter le mur où il s’était appuyé pour cacher le sang qui coulait en attendant la régénération de sa peau.


Soudain, la salle s’embrasa de nouveau :

- « Aaargh ! La bibliothèque !! » cria-t-on à bâbord en direction de Demelza et de ceux qui s’en trouvaient proches.
- « Au secours ! La statue » répondait-on à tribord, en pointant du doigt la sculpture manchote qui penchait au-dessus de la tête de Vic.
- « Attention ! Le sol, tu vas tomb... » boum, essayait-on de prévenir ailleurs.

Espérons que Vic sache tirer profit de la situation... ou soit assez furtive pour éviter la statue.

Néanmoins, pour protéger sa cousine – et seulement elle – Liam brandit un bouclier invisible entre elle et la sculpture instable. La seule chose qu’il désirait savoir, quitte à mettre en péril plus de la moitié de l’assistance, était ce que son frère allait choisir de faire. Liam se fichait totalement de l’issue du duel qu'il espérait faire clore par un autre incident s'il le fallait.


Slytherin
7ème année (encore) - 18 ans

ATTRAPEUR
Fratrie: Seth (7ème année), Japhet (6ème année)
Cousine: Victoria (6ème année)

The finest art of contradiction
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoria Swan
Préfète
avatar

Nombre de messages : 102
Age : 26
Maison : Serpentard
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 11627
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Un jour comme les autres   Dim 24 Aoû 2008 - 16:45

C'est pas aujourd'hui que je saurai ce que fait l'Alagrante. La garce a évité son propre sort en se jetant par terre comme une lâche. Pauvre fille... Même pas capable d'affronter la réalité. Moi ça m'amuse.
Mais bizarrement, le sort que je viens de renvoyer ne fait rien du tout et s'éteint sur un bouclier. Je lance un regard à Evans. Sûr que c'est lui qui a protégé le public. Il fait un bon arbitre.
Mais je vais devoir aller à la bibliothèque. Peut-être demain, je verrais. A la place du cours de SACM. Ou alors Botanique. Je sais pas encore.

Je reporte mon attention sur Worpel qui nettoie ses vêtements, comme une fille qu'elle est. Olala, quelle grande catastrophe !! Elle est pleine de poussière !! Ca mérite bien de faire la une de la Gazette ça : "Demelza Worpel couverte de poussière dans un duel. Une tragédie ! ". Tu parles... Qu'est-ce qu'on s'en fout qu'elle ait trois saletés sur ses fringues. Ca va pas la tuer.

La brune me foudroie du regard. Je m'en fous, moi je m'amuse. Pour toute réponse, je lui renvoie un big sourire je-me-fous-de-ta-gueule que je lui ai déjà filé quelques heures plus tôt. Elle s'avance et là, elle met des plombes. Qu'est-ce qu'elle a, elle a déjà plus de sorts en réserves ? C'est dommage, j'en ai plein encore.
Je lève ma baguette pour attaquer, elle est trop lente et j'aime pas ça. Je fais un pas en avant, et là, je comprends rien à ce qu'il se passe. Je la vois plus elle mais je vois le plafond. Et mes fesses me font super mal bordel de bouse de troll !! Sous mon dos, je sens le sol. Là, je comprends que je viens de me casser la gueule et que je suis allongée par terre. Ca devait être une jolie cascade, dommage que j'ai pas vu ça. Personne m'a filmé ? Non ? Et puis je sens que c'est froid. Je fais glisser ma main par terre. De la glace... Joli coup.
Je m'apprête à me relever quand j'entends un craquement et que je vois la statue au-dessus de moi se fendre en petit morceau, pendant qu'un plus gros se rapproche de plus en plus de ma figure.... Là, je vais avoir mal.
Et puis en fait non. D'un seul coup, le bout de pierre qui me menaçait a disparu et je ne reçois sur le visage que quelques grains de poussière, et des petits cailloux sur le sol. Du pipi de chat niveau douleur comparé à ce que j'aurai pu avoir.
Je me redresse en position assise et je sens comme des courants d'air furtifs. Les morceaux de pierre disparaissent au fur et à mesure. Je jette un regard là où Seth devrait se trouvait. Il n'y est plus. Donc, c'est lui qui fait le ménage.
Seth, t'es trop gentil à vouloir sauver tout le monde, ça te perdra....

Et puis il y eut un nouveau craquement et ce qui restait de la statue continua de se briser. Un autre boum derrière moi mais je ne me retourne pas pour voir ce qui se passe. J'ai autre chose à faire. J'ai un autre énorme bloc de pierre qui se dirige droit sur moi.
Je me retourne pas mais j'entends. J'entends que c'est la panique. Je comprends vaguement qu'une bibliothèque a été touchée et s'écroule. Et qu'il y a du monde dans l'arène, parce qu'il y a du monde par terre. Je fixe la pierre qui tombe sur moi en réfléchissant à toute vitesse. Trouvé. Je lève vite ma baguette avant de me faire défigurer.


- Wingardium Leviosa.

Au bout de ma baguette lévite la roche. Je la maintiens au-dessus de ma tête pour l'instant mais mon pied droit prend appui sur le sol et je pousse de toute mes forces. Je glisse, assise sur la glace, jusqu'à ce que mon dos entre en contact avec un pied de table. Ca fait mal mais je m'en fiche. Je suis concentrée sur mon sort. Cette petite glissade improvisée n'avait pour unique but que de m'écarter de la statue martyrisée qui risquait de m'atterrir sur la figure.
Je bouge ma main et le bloc de pierre que je soulève toujours par magie s'élève un peu plus haut et survole l'arène. Je vise et, en visant, je m'aperçois que Worpel est dans le pétrin avec la bibliothèque et les livres qui lui tombent dessus. Moi ? Moi je vais l'achever. Elle va regretter que je l'ai pas démoli devant tout le monde tout à l'heure....
Quand je juge que le morceau de statue est juste au-dessus de la tête de Demelza, j'annule le sort.

La morceau de statue rejoint la loi de la gravité et tombe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shawn Evans
Elève trouvant ses marques
avatar

Nombre de messages : 153
Maison : Serpentard
Année : 6ème
Gain de Gallions : 11657
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: Un jour comme les autres   Dim 24 Aoû 2008 - 19:39

Ça commence à roustir dans les chaudrons. Ça crame, ça pue pour être exact. On part sur un duel entre deux nanas et j'ai l'impression que la moitié de la salle en profite pour régler ses comptes. Y a des tensions au château, c'est le moins qu'on puisse dire.
Ils m'ont perdu au Bombarda maxima.
Le public est ok, tant mieux, ils pourront donc applaudir. Ce qui me gêne c'est que j'ai perdu de vue la plupart des débris qui devaient me retomber sur la caboche. Ma foi... pourquoi pas.
La plupart des gens se relèvent. C'est vraiment un duel à tomber le cul par terre.
Je lève le nez en l'air, curieux, une fine poussière navigue dans les rayons de lumière. Les cailloux sont partis en fumée...

Et puis c'est l'ouverture du bal.

Bibliothèque, Statue et humains semblent ne plus tenir sur leurs pattes.
Alors, là, ouais, j'avoue, ma baguette pendouille...
Je jette un oeil au clan Cullen, ils se sont regroupés et se lancent de curieux regards. M'est avis qu'ils ne sont pas innocents à tous ce tralala.

Le duel prend alors une agréable tournure de règlement de compte à OK Poudlard. Sortez les Winchester ça risque de plomber.


Vic semble prendre conscience de l'épée de Damoclès version granite qui lui pend au-dessus des cheveux et s'en sort à grand renfort de Windgardium Leviosa. Deux chutes poussiéreuses plus tard et elle balance la sauce à Demelza. Un partout balle au centre. L'arbitre baguette (re)levée attend patiemment que la bibliothèque s'écroule... C'est le jeu non ?
Sauf que ce n'est ni un sort de Demelza, ni un de Victoria qui a touché cette bibliothèque...
C'est vraiment le jeu alors ?
Moral, amusement ? Divertissement, bon sens ?
C'est dur...

Le lourd objet vacille encore et encore sous les cris des élèves qui sous l'effet de la panique semblent ne plus se souvenir qu'ils sont sorciers... pratique. Ça doit être ça le sang froid.
Shawn soupire et pointe la bibliothèque, réfléchissant au moyen de conserver un peu d'action dans ce duel, sans pour autant augmenter le pourcentage de perte d'élève de Poudlard.
En théorie on a droit à un pour cent de perte, pas plus. Alors une grosse biblio lancée à cette vitesse... ça va faire péter le score.


« Impédimentia. »

Je me découvre des valeurs morales... comme quoi, on peut s'attendre à tout.

Là, voilà, on retrouve le un pour cent.
La bibliothèque semble être issue d'un film de mauvais goût où l'action la plus dramatique de l'histoire se déroule au ralenti. Ça laisse aux curieux le temps de se dégager (un peu) quant à Demelza, il va falloir jongler avec ça et le rocher de Victoria...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Demelza Worpel
Elève assidu
avatar

Nombre de messages : 232
Age : 26
Maison : Serpentard
Gain de Gallions : 12487
Date d'inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Un jour comme les autres   Dim 19 Oct 2008 - 1:33

    Comme prévu, le sortilège de Demelza atteint le sol, le recouvrant de glace. Victoria semblait n’avoir rien vu venir. Elle parut particulièrement surprise de se retrouver sur le dos, à regarder une statue lui tomber dessus. La 5ème année sourit, c’était une bonne idée finalement. Seulement, son sourire repartit bien vite là d’où il venait. En une fraction de seconde, la statue n’était plus là et une pluie de poussière s’abattit sur Swan. Demelza eut un mouvement de recule devant la surprise qu’elle ressentit. Elle chercha tout d’abord qui pouvait être à l’origine de ce renversement de situation mais ne trouva pas de coupable. Peut-être l’arbitre ou alors un des cousins de Swan. Ce serait certainement plus le genre de Seth mais Demelza ne fit aucune conclusion hâtive.

    La Serpentard, décrochant son regard des Cullen, en revint au duel. Son adversaire n’était plus sur le sol. Ou du moins, n’était plus au même endroit que la dernière fois. Si elle s’était relevée, le bruit d’une nouvelle chute aurait été entendue. Demelza regarda sur le côté et la trouva. Elle était au pied d’une table et tenait sa baguette vers le haut. Après une demi seconde de réaction, la Verte remarqua que Victoria tenait en réalité une statue et qu’elle ne tarderait certainement pas à la lui envoyer en plein visage. Elle n’avait d’ailleurs pas eu le temps de comprendre comment cette statue était arrivée là mais tant pis. Une nouvelle idée de sort serait la bienvenue.

    Par prudence, Demelza, la baguette levée, se recula de quelques pas. Plus la distance entre elle et Victoria serait grande, plus son bout de caillou mettrait du temps à venir et lui laissait donc, un peu de temps pour réfléchir. Le problème, c’est que des sorts, elle en a bien trop en tête. Le tout est de savoir à quel moment il faut en lancer un, choisir le bon et ne pas rater la cible. Pourquoi ne pas lancer un sortilège tout simple afin de bloquer la Verte ? Du moment qu’elle est hors service…

    La Serpentard reculait toujours lentement. Elle sentait que quelque chose de bizarre se tramait dans le public. Elle prit le risque de tourner de nouveau le regard. Certains avec les fesses sur le sol, d’autres se tiraient. Et d’autres encore avaient leurs baguettes en main. Le pire, c’est qu’ils pensaient certainement être discrets.

    La 5ème année se concentra sur son duel et sur Victoria qui désormais, semblait sur le point de lui envoyer la statue. Avant qu’elle ne puisse réagir, Demelza entendit un craquement étrange derrière elle. Prise de panique, elle se retourna vivement. La bibliothèque semblait elle aussi vouloir sa mort. Son adversaire ayant la baguette prise n’avait pas pu lui faire ce coup là. C’était un des cousins. La Verte se reçut un livre sur l’épaule. Ce qui la décida a bouger. Elle détourna sa baguette de Victoria pour la pointer sur la bibliothèque qui déjà, semblait avoir été ralentie. Un bref « Immobilus » suffit à la stopper totalement. Seulement la Serpentard avait négligé un détail. La statue de son adversaire. Elle s’en rendit compte lorsque celle-ci lui fit de l’ombre. Elle leva la tête et fit face au bout de marbre. Celui-ci commença à tomber.

    Tout le reste se passa en une fraction de seconde. Demelza se reçut de nouveau un livre, ce qui la déstabilisa. Des cris choqués parvint à ses oreilles. La statue ne l’avait pas atteinte mais avait atterri sur la bibliothèque, ce qui annula les sorts lancés sur elle. La Verte n’eut pas le temps de se dégager entièrement. La bibliothèque entraînée par la statue lui tomba dessus. Ce fut son bras gauche le plus touché. Il était totalement immobilisé en dessous le meuble. Alors que le froid de la pierre se faisait sentir sur son visage, Demelza ouvrit les yeux et vit quelques jambes s’en aller en courant. Du public en moins. Et peut-être bien un bras en moins.

    Prenant sur elle, la 5ème année tenta de pousser la bibliothèque comme elle le pouvait mais elle savait que son bras n’en ressortirait pas indemne. Le meuble ne bougea pratiquement pas. Demelza décida alors de libérer son bras en tirant dessus. Tant pis si elle se faisait mal. De son pied droite, elle s'appuya sur la bibliothèque et tira. Lorsqu’elle parvint à se dégager, elle ne sentit que la douleur. Peut-être son bras était-il cassé. Elle n’en avait strictement rien à faire. Elle se mit debout. Elle n’avait plus sa baguette. Ses yeux rouges montraient la douleur qu’elle ressentait mais aucune larme ne glisserait sur sa joue. Elle ne voulait pas donner autant de satisfaction à Swan. De plus, le duel n’était pas terminé. Hors de question de finir comme cela. La Verte se baissa et parvint à saisir sa baguette qui était à moitié coincée sous la bibliothèque. Elle se retourna vers son adversaire. Son regard ne montrait plus qu’elle n’appréciait pas Victoria. Il montrait désormais la haine et même le désir de tuer. Certains dans le public furent choqués. Demelza les ignora. D’un geste vif, elle tendit sa baguette. Sans même avoir préalablement réfléchit au sort qu’elle allait envoyer, elle dit :


    - Diffindo !

    Son sort atteignit Victoria, elle en était certaine. De la où elle était, elle pu voir la profonde entaille qu’elle avait fait. Elle ne sourit pas. Elle voulait lui faire du mal. Simplement lui faire du mal. Par n’importe qu’elle moyen. La douleur était tellement forte qu’elle ne sentait presque plus rien en dehors de cela, ce qui la fit chanceler légèrement puis qui lui donna finalement des vertiges et la nausée. Elle baissa la tête quelques secondes, sa main droite sur son bras. Elle serra les dents puis de nouveau, leva sa baguette. Aucune idée ne lui vint. Le début de la fin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seth Cullen
Créature Magique
avatar

Nombre de messages : 313
Maison : Serdaigle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 11968
Date d'inscription : 13/02/2008

MessageSujet: Re: Un jour comme les autres   Dim 9 Nov 2008 - 19:39

Les multiples morceaux de pierre mirent beaucoup de temps à ressortir du dos de Seth. Le rejet ne se fit pas sans douleur.

« Je n’avais plus ressenti la douleur depuis ce funeste soir dans la Forêt Interdite. Vous dire que mon corps qui rejette les fragments de pierre aiguisés donne l’impression d’être picoré par les hippogriffes au bec d’acier ne propose qu’une vague idée de ce que cela me fait. J’ai envie de crier mais je me retiens en me mordant l’intérieur des joues à sang... sang venimeux au goût acre qui m’écœure moi-même. Au bout d’un moment, je ne peux plus m’empêcher de recracher violemment le liquide sur les pavés de pierre. Dans la cohue générale où l’on se presse pour sortir de l’univers cauchemardesque sur lequel les trois Serpentard sont en train de régner, personne ne remarque ce crachat de sang noir. Noir. Mon sang est noir. Pourri.

A l’autre bout de la pièce, je suis impuissant face à la bibliothèque qui tombe. Je maudis Liam. Devant moi, le reste de la statue qui s’apprête à tomber sur Vic me parait plus abordable. D’un sortilège aussi discret que les autres, j’enchante le morceau de pierre. Il garde sa forme et son physique mais perd huit dixième de son poids originel, ce qui, malheureusement, ne le rend pas moins dangereux. Vic le fait léviter en direction de Demelza. Cette fois, j’en ai assez. Le ralentissement de la chute de la bibliothèque m’exaspère plus qu’il me rassure. Tant pis pour mon dos. Je ne peux plus rester en place.

Une formalité avant d’aller vers Demelza...

D’abord, je m’avance à vitesse de vampire en face de Liam. Une droite. Il ne l’a pas volé. C’est la première fois que je le frappe. Mon frère. Pour ne pas lui broyer complètement la mâchoire, j’ai ralenti mon geste au maximum. Pourtant, Liam est propulsé en arrière et s’ébranle contre le mur. Je reste face à lui, les yeux brûlant de colère. Japhet crie. Je la sangle elle aussi du regard. Qu’elle ne vienne pas m’infliger de discours miséricordieux sur la tolérance et l’amour fraternel maintenant ! J’ai envie de tout casser. L’école. Vic. Liam. Moi...

Je le laisse ramasser sa mâchoire pour aller porter secours à Demelza que Victoria essaye d’enterrer vivante sous les vestiges de la statue que j’ai délesté d’un peu de son poids. Elle parvient à se dégager sans que j’aie à intervenir. Chancelante et salement amochée, son visage me peine. Elle ne pleure pas quand tant d’autres l’auraient fait cependant ces larmes qui ne coulent pas sont la goutte d’eau invisible qui font déborder le vase.

Sa baguette tenue avec autant de force qu’un moineau.
Ses yeux remplis d’une lourde haine qui la fera plier si elle ne la jette pas.
Sa bouche propulsant un dernier sortilège.

Le sort part. Moi aussi. J’attrape Demelza dans mes bras. Le sortilège a atteint Vic. Tout se cristallise. Je ne veux pas de sang... je ne peux pas... pas devant moi... Sortir d’ici. Emmener la fille... que tout s’arrête. »



Comment ? Il n'aurait su lui dire. Il ne lui expliquerait jamais comment elle se retrouva sur un lit de l’infirmerie en si peu de temps. Il s’était juste contenté de l’allonger. Sa main froide avait caressé son front sale et égratigné. Il avait forcé son corps à accepter de donner ce geste. Il devait cette tendresse à Demelza pour s’excuser du talent qu’avait sa famille à remuer ciel et terre pour foutre la bouse.

- Excuse-moi, Demelza, murmura-t-il en la regardant droit dans les yeux avant de reculer et de sortir.

Il s’excusait de n’avoir pas pu prévenir... et il ne serait pas non plus là pour guérir. Il la laissa au bon soin du responsable de l’infirmerie auquel il mentit pour expliquer l’incident.

- Je ne sais pas... dit-il en fuyant les questions suivantes.

Il intercepta Japhet au sortir de la salle presque désertée. Un regard et elle comprit :

- Elle va bien, dit-elle en parlant de Victoria, ne t’inquiète pas... Shawn s’en occupe.

Seth acquiesça. Il resta encore devant sa petite sœur, hésitant, sans oser poser l’autre question. Une fois encore, Japhet comprit et répondit à la question cachée :

- Liam aussi va bien... il dit qu’une cicatrice va le rendre sexy auprès des filles... alors, oui, il va bien. Laisse-nous, on va s'en occuper. Ca m'embêterait que tu croques Vicky !


Ravenclaw
17 ans pour toujours - 7ème année
BATTEUR
Japhet - 6ème année - Serdaigle
GARDIENNE
Liam - 7ème année - Serpentard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shawn Evans
Elève trouvant ses marques
avatar

Nombre de messages : 153
Maison : Serpentard
Année : 6ème
Gain de Gallions : 11657
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: Un jour comme les autres   Mer 12 Nov 2008 - 19:06

La prochaine fois qu’il me prend l’envie d’arbitrer un duel où l’un des participants fait partie, de prés ou de loin, de la famille Cullen, coupez-moi un bras.
Ou même les deux.

Après les coups en douce, le jeté de meubles, la météorologie et le lavage de linge en famille, ça arrive à dériver encore. Ouais, c’est possible.
Après les bibliothèques et statues, les Cullen en viennent aux mains sur le banc de touche. Carrément dépassé, j’assiste au match qui se déroule dans les tribunes et regarde le cadet étaler l’aîné.

C’est qu’il a une sacré force le Bleu !

Pour peu on verrait sortir les molaires ! Demelza quant à elle, taille –et c’est pas peu dire- dans le vif. C’est quand je vois le sang que je comprend vraiment. C’est pas un petit duel de bouse. C’est la guerre. Tout semble en suspend. Je referme ma prise sur ma baguette et me tourne vers Demelza pour l’empêcher d’achever Victoria au sol. Sauf que Demelza n’est plus là.
Une palanquée de jurons balancés dans mon dos me ramène à Victoria.
Pire qu’un mec.
Même les molosses dans les films à deux balles ont plus de retenue qu’elle.
Y a même des insultes que je connais pas dans le lot. C’est pour dire.

Elle a encore la force de brailler ?

Y a du sang partout. Je me précipite à ses côtés pour constater les dégâts. Plus je les constate et moins j’ai envie de sourire. C’est la première fois que je me force pour garder mon sourire moqueur.
Et elle jure, elle tonne, elle insulte, elle maudit, elle s’arrête pas.


« Bouse Vic ! Tu peux pas chialer que ça paraisse normal !!!??? »

Elle a l’épaule fendue…

« Bouge-pas, faut arrêter ça »

Limite coupée en deux… Bon j’exagère un peu.

« Ferme-là Swan » Je lui balance mon sourire en coin. J’ai pas envie qu’elle la ferme, mais elle comprendra. « Je m’entends plus penser avec tes jurons. »

Je lève ma baguette et la pointe sur son épaule. Pas le moment de tenter un informulé pour faire le malin. L’épaule de Vicky frôle le débit d’un tuyau d’arrosage alors on va à l’efficace là.

« Episkey ! »

Le geyser s’arrête, Vicky est blême. Ça doit faire mal. Mais pas de larmes, rien. Quelques jurons encore. Je vais probablement en prendre un ou deux dans la tronche. Je crois que si elle le fait pas je vais m’inquièter. Je lui tends la perche, les battes et tout ce qu’il faut.

« Comment tu te sens ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoria Swan
Préfète
avatar

Nombre de messages : 102
Age : 26
Maison : Serpentard
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 11627
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Un jour comme les autres   Mer 12 Nov 2008 - 21:32

- Nom de Dieu de puta... de bord... de mer... de saloper... d'enc... !
Je vais lui défoncer sa gueule à cette pu... !


Le défilé des insultes premières catégories par Victoria Swan vient d'être ouvert. Mesdames et messieurs, veuillez vous asseoir et vous taire pour ne pas en perdre une miette.

Si je hurle aussi fort, c'est parce que ça fait mal. Sans rire.
J'ai l'habitude des coups, des blessures et du sang. Mon livret scolaire en témoigne. Pourtant, quand on me frappe (et que ça me fait mal), je bronche jamais. Je veux pas donner ce plaisir à mon adversaire, je préfère qu'il crève sans savoir qu'il a pu m'atteindre.
Mais là, bouse de gnome, ce que ça fait mal !

J'ai les larmes au bord des yeux mais je les retiens. Je n'ai pas regardé la blessure, et je ne préfère pas le faire. J'ai déjà la nausée, la seule chose qui m'empêche de m'évanouir c'est le flot incessant de jurons que vomissent mes lèvres.
Je me souviens plus exactement de tout ce que j'ai dit, mais je sais que j'ai employé une bonne paire d'injures moldues. Elles sont plus blessantes et expriment mieux le fond de ma pensée. Par-ci par-là, vous avez peut-être réussi à capter des 'raclure de chiottes', 'pisse à la r... ', 'cervelle de hibou lobotomisée', 'enc... par le Diable' ou autres 'éclater la tronche avec une ceinture'. C'est rempli de joyeusetés et elles sont toutes dédiées à Worpel.

J'ai à peine eu le temps de voir Seth cogner Liam. J'ai halluciné. Seth l'avait jamais frappé... Liam a recraché le sang que quand mon cousin vampire est parti. Pareil, ça je l'ai entraperçu entre deux élancements cuisants vers mon épaule gauche, quelque part par là.
C'est chaud, à cause du sang. J'ai chaud. Des énormes gouttes de sueur me perlent sur le front et, dans ma vue brouillée, je vois Evans qui se penche sur moi.

Shawn me parle mais je l'écoute pas. Je préfère me concentrer sur mes paroles totalement grossières, sinon je vais tourner de l'oeil.


- Je vais lui faire bouffer sa baguette par le nez, à cette salo... !
Qu'elle aille se faire mettre par une bande de trolls !


Et j'en passe.

D'un seul coup, la rivière chaude sur mon épaule s'arrête. J'ai moins chaud.
Je m'arrête de crier. Evans me demande comme je vais. Je m'en fous de comment je vais.
Je tourne la tête vers Liam pour voir comment lui il va. Il a toujours l'air un peu sonné mais ça a l'air d'aller. Il surveille Evans, pour voir où ses mains se baladent, et quand je relève la tête, il arbore une expression insolente, genre 'quoi, mon frère m'a frappé en public? m'en tape, même pas mal'. Et puis, il l'avait dit lui-même, ça lui ferait une cicatrice sexy. C'est ça, ouais. Moi je le prendrais mal, si un de mes cousins levait la main sur moi. Ils ont pas intérêt d'ailleurs.

Je me souviens de la présence d'Evans à quelques centimètres de moi. Je le repousse avec le peu de forces qu'il me reste.


- Fous-moi la paix !

J'aime pas être en position de faiblesse ni me faire plaindre. Je me relève, enfin j'essaye. Je vais pas bien loin...
Mes bras me portent pas plus de deux secondes et je m'écroule le cul par terre.
Worpel va me le payer. Je le jure, sa mère la reconnaîtra pas à la fin de l'année.

Je me risque à jeter un coup d'oeil à ma blessure. C'est pas très beau... Au même moment, la porte s'ouvre et se ferme et j'entends un petit cri de Japhet qui se précipite vers moi et qui se met à me harceler de questions.


- C'est bon Jah, je suis pas morte. Occupe-toi de Liam.

J'aurais pas dû dire ça... Japhet se met à m'enguirlander, les duels blablabla, t'es folle, blablabla, démolit la salle, blablabla, toujours la même chose... Blablabla.
Je ne l'écoute plus. Je ne l'écoute plus mais je ne l'interromps pas parce que je sais qu'elle s'inquiète, et que c'est pour ça qu'elle m'engueule.
Moi je jette un coup d'oeil à Liam. Il dit rien parce qu'il est un peu dans les choux mais je suis sûre qu'il l'a mauvaise. J'aimerais bien qu'on en cause mais y a Shawn.

Shawn qui est de nouveau penché sur moi-qu'est-ce-que-tu-fous. J'avais même pas grillé, mais il continue de me soigner l'épaule. C'est sympa. Je retiens ça dans un coin de ma tête, si un jour je dois lui faire une misère. Il y échappera grâce à ça.
Ma blessure est refermée maintenant. Faudra que j'aille faire un tour à l'infirmerie. Pas maintenant, faut que je trouve une excuse d'abord. J'ai du sang plein les fringues. Heureusement que Seth est pas là... Sûrement pour ça qu'il a filé aussi vite. Sûrement lui qui a emmené cette pét... de Worpel.
Je m'énerve toute seule et je repoussa Evans encore.


- C'est bon, je suis soignée là ! Profites-en pas pour mater !

Je fais une nouvelle tentative pour me lever. Je chancèle un peu, mais finalement j'arrive à tenir sur mes quilles. Je dois être pâle comme un mort.
Shawn se lève à son tour et, après avoir vérifié que je tenais debout, s'en va. Ca doit pas l'intéresser plus que ça, nos histoires de famille...
Liam se lève aussi. Il tient debout, comme moi. Japhet se tourne vers lui et le gifle. Je comprends pas pourquoi mais la réponse vient vite.


- Tu veux tous nous perdre ? Alors arrête ! C'est toi le plus vieux, tu devrais calmer le jeu... Vic, t'es pas mieux.

Et elle s'en va. La gifle, c'était à cause de Seth. Les tensions dans le clan Cullen étaient de plus en plus palpables, et ça s'était bien ressenti pendant ce duel. Jah n'aime pas. Moi non plus.

Je me retourne vers Liam et je souris. Ca ressemble plus à une grimace parce que j'ai encore mal, mais l'intention y est.


- C'était un beau spectacle au moins ? Que je sois pas ballafrée pour rien.

Liam me rend un sourire égal et complice.

- « Tu étais géniale.... on est ex aequo en cicatrice maintenant... Il faudra que je me rattrape. »
- Il t'a pas loupé...

Je ne souris plus parce que ce sujet là n'a rien de drôle. Je mate Liam pour savoir ce qu'il ressent. Il ne répond pas pendant un long moment.

- « Ca passera... ça nous passera. »
- Y a intérêt. Sinon je me ligue avec Jah et on vous ignore jusqu'à ce que vous soyez réconciliés.

Mon sourire est revenu. Je blague pour dédramatiser. Je m'inquiète pas, ils finiront bien par se réconcilier. C'est obligé, je m'imagine pas le clan Cullen brouillé pendant trop longtemps. Parce que, même si c'est entre Seth et Liam, ça nous concerne tous.
Je donne une petite bourrade dans l'épaule de Liam et je jure. Quelque chose comme 'cul de Porlock!'. Lui il se moque. Je retrouve bien là mon cousin.


- « Viens, on s'en va. Et arrête de jurer, bonhomme. Tu vas me rendre sourd... en chemin, tu vas me raconter comment tu en es arrivée là. »

Les deux éclopés que nous sommes quittent fièrement la salle dévastée, en la laissant telle quelle. On part pour la salle commune et en chemin, comme il me l'a demandé, je lui raconte d'où vient ce duel.

La prochaine fois, pas de duel. Je ferai ce que j'aurai dû faire dès le départ. J'écraserai son joli minois sur les dalles du château jusqu'à ce qu'elle soit défigurée. Je le jure.



Baguette

End
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un jour comme les autres   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un jour comme les autres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2 -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard - Ecole de Magie :: Château :: Les Couloirs et les Escaliers-
Sauter vers: