Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dellamorte Dellamore (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Seth Cullen
Créature Magique
avatar

Nombre de messages : 313
Maison : Serdaigle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 11905
Date d'inscription : 13/02/2008

MessageSujet: Dellamorte Dellamore (terminé)   Dim 4 Mai 2008 - 13:55

free music


« Il fait exceptionnellement chaud. Je ne me souviens pas avoir jamais eu aussi chaud. Je déteste la chaleur. Elle me rend malade. Tout me rend malade depuis quelques jours. Le monde que je vois est déformé. Je ne sais plus me fier à ce que je vois car rien ne correspond plus à ce que je peux comprendre.

Les statues dans les couloirs me parlent et me murmurent des phrases que je me rends compte trop tard avoir rêvées. De voix harmonieuses, elles chantent parfois:
"Viens, Seth, rejoins-nous. Vois-nous comme personne ne sait nous voir. Dans le noir, nous ne te serons que plus belles. Maintenant, tu es le maître."

Leurs yeux créoles me suivent tandis que je m’enfuis en courant. Je cours à allure normale autrement je m’évanouie. Je n’ai plus de force pour me porter. Mes jambes flagellent. Je transpire. Depuis quand n’avais-je plus transpiré ? Pourquoi je transpire ?

Où suis-je ? Le plafond, je ne le reconnais pas. Je suis tombé, je crois. C’est le plafond au-dessus de moi et la pierre froide en dessous de moi. Ma tête saigne, je le sais. Je reconnais l’odeur de mon sang. Pourquoi ma tête saigne-t-elle ? J’ai dû tomber très fort. Oui. Mais ma tête se referme. La blessure picote et disparaît. Je le sens. Je ne m’en préoccupe plus. Je lève ma main devant mes yeux. Elle est blanche comme les nuages, dure comme le marbre. Ma peau brille étrangement. Aussi étrangement qu’il fait chaud aujourd’hui. Il fait chaud cette nuit. C’est la nuit car, par la croisée, je vois les étoiles qui pilonnent les nues de leurs crêtes miroitantes.

J’apporte le creux de ma main moite contre mes lèvres. Je tire ma langue, l’applique sur ma ligne de vie qui ne dit rien que des mensonges. Et je goutte. Je veux savoir si je suis salé comme les autres. Des fois, quand j’embrasse Eden, sa lèvre supérieure est saumâtre. Puis, elle soupire comme un coquillage musical qui me joue la mer. La bouche d’Eden, c’est l’océan qui coule contre moi et me charrie dans des houles qui m’avalent et me font sortir de ma tête. Mais sur ma main... le goût qui persiste sur ma langue... je ne le connais pas. Sur, d’abord, un arrière goût d’aigreur. Puis amer et parfumé, comme si je buvais un produit cosmétique. Et enfin, sucré... comme le sang d’Eden.

Je ne sais pas où je l’ai laissé tout à l’heure. Avec Liam, Noah, Japhet, Clarence et les autres. Je voulais juste me dégourdir les pattes.


- Je reviens, lui ai-je promis. Je mentais. Avais-je déjà conscience que je lui mentais ? Je ne sais plus vraiment. Je crois que j’ai peur maintenant. Je ne me souviens pas lui avoir dit au revoir... je ne pensais pas avoir à le faire pour de vrai, pas aujourd’hui en tout cas, pas le jour de mon anniversaire. Alors, je crois que j’ai peur de m’être fait avoir par le temps. J’avais encore beaucoup de choses à lui dire que je n’ai pas pu. Et, maintenant, je regrette car j’ai tellement chaud et tellement mal que je ne sais pas si je pourrais un jour le faire. Comment pourrais-je redescendre toutes les marches pour retourner près d’eux ? Mes jambes ne veulent plus rien savoir du reste de moi. Je suis condamné à regarder le plafond jusqu’à temps qu’on me trouve.

Il y a des yeux gris chimériques qui clignent dans l’obscure. Je ne sais pas si c’est bien moi qu’ils regardent. Je n’en suis pas sûr. Je leur demande ce qu’ils me veulent mais ma voix reste muette. Les yeux tombent sur moi. Leurs cils entrent dans mon derme. Ca pique. Leur globe hideux reste coincé sur ma peau ferme. Mon bras est recouvert de lipomes bouillonnants qui vont exploser. J’ai si chaud. Ma peau boue.

Mon corps cénotaphe. Mon âme blessée est ailleurs. Aurais-je toujours une âme quand je serais un buveur de sang ? La chaleur m’étouffe, m’engouffre. Elle me fait souffrir. Je ne sais penser à rien d’autre que je vais mourir évaporé. De la buée. Pourtant, je ne comprends pas : ma peau reste froide. Depuis hier, elle s’est durcie comme un glaçon bleui.

Les yeux globuleux ont disparu. Les statues du couloir chantent des louanges dans un verbiage que je ne comprends pas. Tout devient noir... j’ai fermé les yeux. J’attends qu’on me trouve. Liam, aide-moi. Mets Eden en lieu sûr.

Je n’arrive pas à penser à autre chose qu’à Eden. Parce que je suis désolé. A un moment, j’ai cru que je pouvais combattre, revenir en arrière et tout effacer. Les questions se bousculent. Lui ai-je donné de faux espoirs ? Suis-je si original que je suis en train de mourir deux fois ?

Irons-nous encore au Clocher ? Si je deviens une goutte d’eau ou de la condensation, j’irais par les airs. Je serais l’air. Je soulèverais ses cheveux pour l’embêter et entendre son rire. Je l’envolerais très loin où on ne nous retrouvera pas. Elle ne manquerait de rien car je serais toujours-là. Partout, jusqu’à dans ses poumons. Je serais enfin le virus et j’irais dans son sang. Je le ferais battre très fort pour couler jusqu’à son cœur. Acheminé jusque là, je lui dirais secrètement ce que je voulais lui dire et que je n’ai pas pu. Je repartirais, expulsé par ses narines, retombant sur ses lèvres, échouant en particules innombrables qui la feront vivre.

Je ne serai jamais un tueur. »



Seth était allongé depuis... il ne savait pas. Liam le lui dirait lorsqu’il le trouverait.

Le Serdaigle avait quitté la fête qu’un petit comité d’amis proches avait organisée pour lui. Bien sûr, il n’avait rien pu manger ou boire. Tout l’écoeurait. La nourriture n’avait que le goût de la terre. Noah l’avait fauché du regard avant qu’il sorte mais il ne l’avait pas retenu. Quand il avait passé la porte de la salle de classe où ils s’étaient rassemblés, Seth était certain d’avoir vu le Poufsouffle se diriger avec empressement vers Liam. Etaient-ils à sa recherche ?

Il ne voulait pas qu’on le vît ainsi. Surtout pas Eden. Tous ceux qui étaient au courant avaient résolu et jugé que quoi qu’il arrive et que quelque soit le moment où cela arriverait, Eden ne devait pas se trouver dans les parages.

Enfin, il sentit des mains le soulever. Son odorat ne sentait plus rien mais il reconnut les bras de son frère.

Quand Seth ouvrit les yeux pour la dernière fois, il était dans la forêt, debout contre un arbre, quelque chose l’entravait et l’empêchait de se laisser tomber en avant.


Ravenclaw
17 ans pour toujours - 7ème année
BATTEUR
Japhet - 6ème année - Serdaigle
GARDIENNE
Liam - 7ème année - Serpentard


Dernière édition par Seth Cullen le Mar 13 Mai 2008 - 19:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Cullen
Elève assidu
avatar

Nombre de messages : 212
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 11793
Date d'inscription : 20/03/2008

MessageSujet: Re: Dellamorte Dellamore (terminé)   Dim 4 Mai 2008 - 14:55

- « C’est bien serré... ? » demanda Liam à Noah qui se tenait à ses côtés.

Le Serpentard n’osait pas s’éloigner de son petit frère. Tout le subjuguait. Il avait rêvé de cet instant plusieurs nuits sans croire que ça arriverait un jour.

Nous avons beau essayer de tout prévoir, il reste imprévisible le sentiment acerbe d’être si laid et si ignoble qu’on doive ligoter son frère pour se protéger du mal qu’on lui a fait.
Ignoble le sentiment de perdre une partie de soi.
Et impitoyable, aussi, la sensation qui fore nos entrailles quand nous sentons la pourriture de la mort s’insinuer dans l’adoré tissu cutané qu’on presse contre ses doigts crochés.
Intolérable l’éruption incandescente des maux refoulés qu’on croyait dominés à force d’y avoir trop songé. On ne domine rien quand on subit la mort.

Dans ses bras, Liam tenait Seth dont la tête dodelinait contre son cou. Avec pour auxiliaire un Noah morose qui gardait son calme pour trois, il avait attaché son frère contre un arbre de la Forêt interdite. Les liens étaient si serrés sur la peau blanchâtre du sixième année, qu’ils la creusaient en diverses petites ridules le long de ses bras et de son cou.

Sa peau était glacée et marmoréenne. Ses iris étaient devenues deux obsidiennes noires et rouges, sans le moindre reflet lumineux ; symptôme - d’après leurs lectures et recherches - qui les laissait penser qu’ils allaient avoir à faire à un vampire assoiffé.

Ils attendaient. Un signe, quelque chose qui leur dise quoi accomplir.

Transporter Seth à travers l’école avait demandé le concours magique du garçon venu du futur. Il les avait désillusionné, acte prodigieux que Liam ne savait pas réaliser.

Japhet, Clarence et Victoria étaient restés au château pour tenir compagnie à Eden qu’ils avaient caché dans un cachot. Liam ressentait une animosité épidermique pour la Gryffondor en laquelle il n’avait pas la moindre confiance. Par orgueil, le Serpentard pensait que personne n’aimerait son frère plus que lui. Personne ne méritait d’être touché par lui si ce n’était un Cullen. Personne ne pourrait jamais pourvoir à l’étrange dessein de Seth.

Pourtant, Liam fut le premier à exiger de Clarence et Japhet qu’ils la dissimulent et la mettent en sûreté tant que Noah et lui ne seraient pas rentés.

Ils attendaient tous. Quelque part.

Noah insista plusieurs fois auprès de Liam pour qu’il s’écarte de son frère. Il jugeait qu’il était imprudent de lui tendre le cou. Le Serpentard n’écoutait pas. Son attention était tournée vers la poitrine de Seth où le cœur avait cessé de battre depuis maintenant dix minutes et sans doute pour toujours. Les convulsions morbides étaient passées. Les cris de douleur s’étaient éteints. La nuit était brûlante et calme.

Il attendait.


Slytherin
7ème année (encore) - 18 ans

ATTRAPEUR
Fratrie: Seth (7ème année), Japhet (6ème année)
Cousine: Victoria (6ème année)

The finest art of contradiction
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noah de Lansley
Personnage du futur
avatar

Nombre de messages : 166
Maison : Poufsouffle
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 11929
Date d'inscription : 01/01/2008

MessageSujet: Re: Dellamorte Dellamore (terminé)   Dim 4 Mai 2008 - 16:12

Je m’assis sur un rocher qui affleurait du sol terreux de la forêt. Les voir l’un contre l’autre était devenu si pénible que j’abaissai les yeux quand je sentais ceux de Liam me chercher. Il y avait aussi la forte présomption que je me laisserais attendrir par l’aîné, me retrouvant incapable de résister contre son chagrin s’il me demandait de laisser Seth le mordre.

Chacun avait sa raison d’être. J’étais le gardien. Il ne fallait en aucun cas que Liam se laisse séduire par la vie de vampire. Je ne serai pas toujours là pour l’en empêcher mais le climax de la douleur échaude les esprits et donne souvent à penser de travers quand on ne sait plus quoi faire. Liam ne pouvait pas se permettre de ne plus savoir quoi faire. Je me portais garant pour que son futur sanguinaire ne soit jamais qu’un souvenir dans ma tête.

Le temps passait et Seth ne se réveillait pas.

- Liam... dis-je tout bas en regardant mes pieds jouer avec une botte de terre. Que fait-on s’il a soif?

Nous avions parlés de toutes les entraves, nous nous étions prémunis contre quasiment toutes les tentations à commencer par mettre Eden à l’abri, nous avions retiré et caché la baguette de Seth mais jamais nous avions abordé le côté pratique de la nutrition du jeune vampire que je ne parvenais plus à nommer comme tel. Le mot vampire était devenu un gros mot.

- Tu veux que j’aille... heu... chercher une bête?

C’était moi qui me sentais bête. Je m’imaginais bien chasser le daim à minuit dans la Forêt Interdite. Les suggestions gastronomiques pour un buveur de sang n’étaient pas dans mes spécialités. Egon, mon parrain, mon maître d’arme, m’avait cependant raconté qu’Amys s’était sevrée du sang humain en ne buvant que du sang de bœuf.

Où que je vais trouver un bœuf à cette heure-ci?

Soudain, je réalisai que j’aurais dû lui en parler. A Egon. Je doutais qu’il eût pu y faire quelque chose... mais il m’aurait rassuré. Et mon père? Peut-être que Sacha aurait eu une idée. Ses pouvoirs auraient pu retenir un vamp... une telle créature avec plus de facilité que la baguettes de Liam et la mienne.

Je levai la tête vers Liam avec distraction.
Un bruit provenant de la cabane d’Hagrid nous alerta tous les deux. A travers les fourrées, nous ne discernions que les contours noirauds de la rustique bâtisse.

Nous nous mîmes en garde. Liam me rejoignit d’un bond.
Nos poings tremblaient, tenant nos armes devant nous.

Un malheur n’arrivant jamais seul, pire que la silhouette qui s’avançait vers nous, attaché à l’arbre, Seth se réveillait. Son teint était gris pâle, adoptant les couleurs de la lune remplie à plus d’un quart.

- On a un problème, Liam... dis-je sans quitter du regard la silhouette qui s’approchait de nous, Seth ouvre les yeux.

Deux pupilles noires aux reflets rouges qui transperçaient la nuit.
La silhouette fut devant nous avant que j’aie pu réagir.

- Qui c’est? Beuglai-je.


Hufflepuff
16 ans - 6ème année
"Arrivé depuis septembre,
vous me connaissez sous le patronyme: Caleb Sutham"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Casey Call
Adulte
avatar

Nombre de messages : 202
Age : 28
Maison : Serpentard
Année : Diplômé
Gain de Gallions : 12868
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: Dellamorte Dellamore (terminé)   Dim 4 Mai 2008 - 18:37

" Tais-toi Poufsouffle ! Tu vas rameuter tous les centaures du coin." répondit Casey abruptement, mais calmement, sans même daigner regarder la personne à qui il s'adressait.

Le jeune homme traversait habilement l'épaisse forêt. Sa baguette pendait nonchalamment le long de son bras et sa démarche était relativement assurée, pour un lieu apriori interdit à tous les élèves.

Quelques minutes auparavant, le Serpentard était assis sur le rebord de son lit, à se tenir le ventre des maux qui l'avaient pris soudainement. Aussi rapide que la douleur était apparue, elle s'était paisiblement évanouie, laissant au garçon une impression presque tout aussi étrange que celle qu'il avait ressentie après la dernière épreuve du Labyrinthe des Cancres. En lui, une intime conviction était née de nulle part, et des voix intérieures s'étaient misent à lui murmurer qu'il était temps pour lui de comprendre les étendus de leurs pouvoirs.

Sans pour autant comprendre ce qui lui arrivait vraiment, Casey s'était levé de son lit. Il prit le soin de récupérer sa baguette posée sur sa table de nuit, et quitta son dortoir, mû par ces voix, qui, elles, savaient parfaitement où aller.

Son itinéraire se dessinait au fur et à mesure des directions qu'il prenait en suivant les indications qu'il recevait des voix de cet étrange sortilège, reçu dans le Labyrinthe. Puis, tout devint clair pour lui. La forêt interdite. Près de ce gros chêne, non loin de la cabane d'Hagrid.

Il n'avait pas cherché à se faire discret, car il savait que c'était eux qu'il devait rencontrer. Il reconnut presque immédiatement l'un de ses congénères de maison, mais ne sut pas l'identifier. Quant à l'autre, qui le menaçait de sa baguette, il ne pouvait être, pour Casey, qu'un Poufsouffle pour crier aussi fort en ces lieux si sombres et silencieux. Les voix se mirent alors à chanter à nouveau en chœur. Elles lui diffusèrent un message emplit de mises en garde, d'attentions à conserver. Il y avait quelque chose d'étrange chez ce jeune jaune, que même la puissance du sortilège, véritable entité encrée en Casey, ne parvenait à saisir. Les voix continuèrent ensuite leurs sereines mélodies. Elles lui disaient à présent qu'il ne devait pas s'attarder sur ces deux jeunes hommes. Que son but était juste dernière eux.

C'est lorsqu'il fixa l'arbre, que ses yeux purent s'habituer à l'obscurité étouffante. Il aperçut alors la silhouette d'un jeune garçon, que les voix appelèrent Seth. Un sourire incontrôlé se marqua sur le visage de Casey et celui-ci s'avança de quelques pas pour se tenir droit face à la lignée de défenseurs.

C'est un vampire ! lui soufflèrent les voix conseillèrent.

"Oui, j'ai cru comprendre." répondit inconsciemment Casey en voyant l'état de profonde souffrance du garçon, perceptible dans ses yeux.

Ensuite, il décrocha lentement son regard de Seth et retourna aux deux jeunes garçons devant lui.

" Je crois que ce jeune homme meurt de soif ?!" leur dit-il toujours avec la même placidité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Cullen
Elève assidu
avatar

Nombre de messages : 212
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 11793
Date d'inscription : 20/03/2008

MessageSujet: Re: Dellamorte Dellamore (terminé)   Lun 5 Mai 2008 - 1:55

- « C’est une soirée privée », ironisa Liam en abaissant sa baguette après qu’il découvrit Casey. Il réajusta sa position pour gêner la vue du nouveau venu sur l’horizon nocturne où la peau lunaire de Seth réfléchissait le peu de lumière des environs.

Ce n’était pas réellement le soir où il fallait chercher des poux à Cullen. Juste un détail, son petit frère était trépassé... enfin, environ. Dans le genre « les nouvelles du jour », on pouvait mieux faire. La désinvolture de Casey l’agaça.

Au demeurant, il n’aurait pu expliquer la raison pour laquelle il se sentait en sécurité voire éclatant de plus de puissance aux côté de Noah. Derrière son visage angélique aux yeux sombres, le Poufsouffle le plus mal réparti qu’il connaisse, avait dans sa baguette des tours qui le rendaient délétère.

Liam était très mauvais médiateur toutefois il prit sur lui de garder son sang froid pour maintenir le contrôle de la situation. En d’autres situations, il se serait contenté - comme trop souvent - d’une bonne droite. Rien que ça. La magie avait très peu de place dans ses atermoiements. Il se servait plus volontiers de ses poings que de sa baguette quand Seth était menacé.

- « Si t’as ton carton d’invitation, tu restes. Sinon, je te suggère gentiment de retourner astiquer la baguette de Morphée. © »

Ici, il n’y avait pas de doute sur la volonté de Liam de voir Casey déguerpir pourtant le Serpentard s’approcha de son camarade de dortoir.

Ils avaient beau partager la même chambre depuis sept années, cela ne les avait pas rendu plus complices. En cours, Casey était souvent aux abonnés absents. Liam l’était dans son dortoir. Ils s’ignoraient avec élégance et hardiesse, versant dans le « bonjour, bonsoir » plutôt que dans le « alors, quoi de neuf ? » hypocrite. Ils se fichaient de la vie de l’un et de l’autre et ne se connaissaient que lointainement malgré la proximité. Cela s’appelait l’indifférence.

- « Mais comme j’y pense, tu peux aussi lui servir de premier repas... on se posait justement la question. »

Derrière lui, Liam sentait Seth qui bougeait et essayait de se défaire de ses liens.

Liam ne voulait d'abord qu’effrayer l’imperturbable Casey. A la fois, dans ses plus noires réflexions, le Serpentard se rendait compte qu’il était près à lui servir Casey sur un plateau d’argent si tant est que Seth se repaisse et apaise sa soif. Le problème du souper serait ainsi réglé.


© Eden Sanders, technicienne conseil en anatomie des figures mythologiques


Slytherin
7ème année (encore) - 18 ans

ATTRAPEUR
Fratrie: Seth (7ème année), Japhet (6ème année)
Cousine: Victoria (6ème année)

The finest art of contradiction
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noah de Lansley
Personnage du futur
avatar

Nombre de messages : 166
Maison : Poufsouffle
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 11929
Date d'inscription : 01/01/2008

MessageSujet: Re: Dellamorte Dellamore (terminé)   Lun 5 Mai 2008 - 16:43

Hou, que les Serpentard du passé sont de pieux vindicatifs. Leur religion? La provocation. La sagesse vient avec le temps. Dans le futur, je nous pense moins bêtes et méchants. Parce que ce Serpentard qui débarque, il m’a l’air très bête. Il n’a pas réalisé qu’on avait insonorisé l’endroit, de même que nous avions évité d’allumer nos baguettes pour ne pas servir de phare aux navigateurs parasites.

Je beugle donc si je veux. Toujours est-il que les parasites ne demandent pas la permission de s’inviter dans les situations déjà moisies. Nous pourrons toujours nous vanner à prendre toutes les précautions du monde, dès que ça va mal, ça va mal.

Liam monta au créneau le premier. Il expliqua d’abord à l’intrus comment cette soirée n’était pas le sienne. Je ne dis rien. L’imita en abaissant ma baguette car ce n’était pas comme si j’en avais à tout prix besoin.

Puis, changement de tactique de mon compagnon. Il s’avança vers Casey, s’essayant à l’intimidation en lui proposant éventuellement de rester dîner. Le dîner étant du Serpentard fouineur.

Ca dégénérait. Dans la tête de Liam, j’entendais le petit démon étouffer le petit ange. S’il le fallait, pour faire d’une pierre deux coups, il était prêt à donner Casey à son frère. Je ne pouvais pas laisser faire ça non plus. D’abord, je redoutais beaucoup de finir comme mon père, en prison. Coincé dans cette époque. Ensuite, je n’étais pas un sadique.

- Liam, du calme, lui imposai-je de ma voix calme.

Je le rejoignis de deux pas en avant pour consolider le mur que nous dressions entre Casey et Seth.

Comment pouvait-il garder un tel calme ou une telle indifférence à la rencontre d’un vampire? Que venait-il faire dans les parages?

En sondant son esprit, je fus rejeté par une force étrange. Des voix... une chose me repoussa, m’interdisant l’accès à sa conscience. Je fronçai les sourcils avec suspicion et renforçai mon attention sur le moindre mouvement que le Serpentard pouvait exécuter afin de le précéder ou de le contrer en prévision d’un hypothétique acte imbécile de sa part. Comme par exemple me parler une seconde sur son ton princier.

Je t’en mettrais, moi, du monsieur le Prince.

Je me calmai aussi. Ici, j’étais à Poufsouffle.
Sourire complaisant et voix de ténor. Par gasconnade, j’allai jusqu’à ranger ma baguette avec détachement pour lui montrer combien il m’indifférait.

- Je ne suis pas pour l’incruste aux soirées privées. Ca a le don de m’énerver. On prévoit pour trois et on se retrouve vite à dix. Cependant, je crois qu’on ne peut pas le laisser rentrer au château non plus. Dilemme, dis-je tranquillement à Liam en ne regardant que Casey.

Casey ne le saurait que lorsqu’il essayerait de faire un pas mais je venais de commander aux herbes et racines sous nos pieds d’enlacer ses chevilles. Ce garçon était habité par quelque chose - je ne savais quoi - alors plutôt qu’un sortilège dont j’ignorais l’efficacité sur lui, je favorisai la magie Verte.

Derrière nous, un claquement. Un bruit sec. Quelque chose qui éclatait. Un lien qui se rompait.

Je me retournai avec horreur. Murmure en passant devant Liam.

- Bouse, Seth... attends... non!

Paroles vaines. Je le savais.


Hufflepuff
16 ans - 6ème année
"Arrivé depuis septembre,
vous me connaissez sous le patronyme: Caleb Sutham"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Casey Call
Adulte
avatar

Nombre de messages : 202
Age : 28
Maison : Serpentard
Année : Diplômé
Gain de Gallions : 12868
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: Dellamorte Dellamore (terminé)   Lun 5 Mai 2008 - 22:48

" Ca tombe parfaitement bien. J'adore les soirées privées ! leur dit-il en insistant bien sur le dernier mot et en mimant des guillemets avec ses doigts. Celle-ci à l'air un peu particulière, mais bon, je l'imagine déjà très … intéressante !"

Un simple hochement d'épaule et une moue presque enfantine fut la seule autre réponse que Casey apporta à Liam pour son invitation gastronomique.

L'intervention de Caleb fut tout simplement mise de côté par le Serpentard qui tenta tout de même un rapide regard vers lui. Puis, sans aucune raison apparente, alors que la tension entre les jeunes hommes était devenue palpable, son esprit s'alarma. Les voix n'étaient plus mélodieuses, mais tonitruantes, chaotiques même, obligeant Casey à froncer compulsivement pour distinguer quelques vaines informations. Les mises en garde et avertissements redoublèrent jusqu'à ce que le Poufsouffle cesse sa technique de Legilimancie avancée. Les voix se calmèrent alors aussitôt et tous les voyants revirent au vert. Doucement, elles purent reprendre leurs romances qui berçaient le Serpentard dans sa sérénité.

Ensuite, lorsqu'un bruit de craquements se fit entendre et que le Poufsouffle se retourna pour en analyser sa source, Casey comprit. Seth était en train de se défaire de ses liens et à tout moment, il pouvait sauter à la gorge de l'un d'entre eux.

Tout naturellement, le Serpentard esquissa un pas en arrière face à une menace véritable et encore jamais rencontrée. Son mouvement fut alors interrompu dans sa course par les racines qui enserraient ses pieds. Le Septième année se retrouva rapidement sur son séant, avec, très certainement, une expression de profonde incompréhension sur le visage.

Son esprit, aidé par l'entité qui le possédait, trouva rapidement la cause de cette chute. En une fraction de seconde, sa façon décontractée de tenir sa baguette se transforma grâce à un rapide mouvement circulaire du poignet, qui coupa net les racines manipulées par la Magie de Caleb.

Comme si cela était devenu une habitude, les voix entrèrent grandissantes à nouveau en jeu.

N'aies aucune appréhension Casey Call. Tu ne risques absolument rien du moment que nous t'accompagnons. Quoiqu'il puisse t'arriver, la finalité n'en sera qu'identique.

C'est le moment, pour toi, de comprendre enfin.
dirent-elles à l'unisson.

Sans véritablement être persuasives, le lien étrange qui s'était instauré entre-elles et le jeune homme poussait ses faits et gestes au-delà de ce que sa conscience propre lui dictait, bien que celle-ci, ne répétait sans cesse de ne pas leur faire entièrement confiance. Au final, il accomplissait toujours ce qu'elles lui conseillaient de faire, et, pour le moment, il ne dérogea pas à cette constatation.

Pendant que Seth terminait progressivement de briser les derniers liens qui le maintenaient, Casey en profita pour se relever brusquement. Puis, contre toute attente, il resta stoïque face à la situation avec une passivité déconcertante. Une partie de son esprit, lui faisait redouter le pire. L'autre, asservie aux voix, lui conseillait de ne pas bouger et de regarder, avec intérêt, ce qui allait se dérouler devant lui, pour qu'il puisse comprendre ce que l'entité voulait tant lui prouver.

Durant ce court laps de temps, Casey était passé successivement de l'appréhension au doute, puis finit avec une insondable confiance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seth Cullen
Créature Magique
avatar

Nombre de messages : 313
Maison : Serdaigle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 11905
Date d'inscription : 13/02/2008

MessageSujet: Re: Dellamorte Dellamore (terminé)   Mar 6 Mai 2008 - 19:09

« Double. Il y a deux personnes qui se bousculent en moi.

Les yeux du premier sont ouverts. Ils les regardent.
Mes pupilles me brûlent. Que font-ils ? Les trois garçons m’ignorent et continuent de discuter comme si je n’étais rien. Peut-être ne suis-je rien... je ne reconnais pas ce que je vois ni ce que je suis, bien que je sache qui est chacune de ces trois personnes.

Les yeux du second sont fermés. Ils se révoltent contre leur aveuglement.
La peau de mes yeux est-elle collée ? Pourquoi mes yeux me font-ils si mal ? Comment les ouvrir ? Je ne vois rien mais je les entends. Trois voix distinctes parlent entre elles d’une soirée où je suppose que je me trouve.

Les odeurs autour de moi sont alambiquées mais séduisantes. Elles me séduisent et stimulent une sensation aussi exécrable qu’attrayante à ressentir. Cela commence sous la langue, se propage le long de mon œsophage, ripe avec effervescence dans les circonvolutions de mes veinules, que je me sens pratiquement capable de dénombrer, pour finir dans le mitan de mon abdomen en une explosion frustrante, proche de l’orgasme inassouvi.

Je dois réparer cette incomplétude.

Ma nouvelle condition me dicte qu’il n’y a qu’une façon de le faire. Boire. Il faut que je boive sinon cette détestable sensation ne me quittera pas. Je me sens comme si... je n’avais jamais mangé depuis que je suis né. Cette sensation m’éventre. Elle calcine et colmate ma gorge comme si l’air n’était que de la cendre. Mes yeux pleurent des braisent. Ils sont ouverts et fermés. Je ne comprends pas ce que je vois. Ma peau est en fusion. Je suis le froid mais je ressens le feu dans toutes mes particules. J’ai mal. Ca me fait mal. Je veux que cela parte de moi... et je ne le veux pas.

Je me désavoue d’une pensée à l’autre. Les deux personnes qui se bousculent en moi éructent des exhortations morbides que je n’ose pas parler. Ces deux personnes veulent s’écraser l’une et l’autre. Elles se disputent violemment mais tombent d’accord sur une seule chose: où que je sois, je ne peux pas rester attaché. Je suis attaché et mon corps ne le supporte pas.

J’écarte les bras avec la certitude que je briserais ces liens avec facilité. J’ignore l’appel incrédule de Noah mais je l'entends. Mes oreilles plongent dans le tambourinement de son coeur. Je lui fais peur. Je ne ressens rien d’autre à son sujet qu’une immense désolation. Mon frère est là. Je ne lui accorde rien, ni un sourire, ni un regard. Mon cœur est froid, silencieux. Il n’a plus de sentiments pour venir le réchauffer.

Le dernier lien craque. Je suis libre. »



Enfin libéré de ses entraves, Seth tituba mais se redressa aussi vite. Il n’avait rien perdu de sa dextérité mais le moindre geste avait soudain une élégance et une fluidité surnaturelle. Dans sa tête, c’était le chaos. Néanmoins, son corps avait une maîtrise quasi parfaite de ses membres et de ses gestes et sa voix... n’était plus sa voix. Elle avait mué et d’aucuns rossignols n’auraient voulu chanter encore après l’avoir écoutée. Mais le Serdaigle n’en avait pas conscience.

- Bonsoir... sourit-il en approchant de Noah, adoptant un regard charmeur qui n’était pas de lui. J’aime beaucoup qu’on se soucie de mes repas.

En un clin d’œil, Seth se retrouva à côté de Casey. Ses yeux se posèrent instantanément sur lui en même temps qu’un léger rictus releva la commissure réjouie de ses lèvres.

Il ne le toucha pas. Toucher Casey le répugnait.

Le premier habitant de son esprit - celui qui avait les yeux ouverts - redoutait toujours autant le contact, cependant avec plus de violence qu’autrefois. Quand il n’était qu’un garçon. Il se rendit compte que cette époque lui semblait lointaine quand véritablement elle ne le séparait d’avant que d’une poignée d’heures.

Toucher Casey le répugnait mais son odeur l’enivrait. Sa chair surtout, car le reste était somme toute assez ordinaire... à part le léger fumet de Sisymbre. Seth ferma ses yeux et se pencha sur lui. Il colla son nez à quelques millimètres de sa tempe et son geste fut court mais invisible à l’œil nu. L’excitation qui l’émoustillait se traduisit par l’exaltation de tous les pores de sa peau.

Tandis qu’il tourna autour du Serpentard pour profiter de la fraîcheur de sa chair, Seth réfléchissait. Il était bien embarrassé par cette répugnance qui n’avait d’égale que sa féroce attirance.

- Casey de Serpentard, susurra Seth de nouveau collé à la tempe du Serpentard. Si je pouvais seulement... Il se coupa. Tu sens bon.

La suite fut trop rapide. Un instant, Seth avait disparu. Il n’était plus à côté de Casey. Un autre instant, un bruit de feuillage fit se tourner les têtes dans le vide. Deux brises plus loin, Seth était de nouveau devant Casey, il lui souriait au ralenti, se délectait déjà du sang qui coulait... car, oui, enfin, quand Seth ne bougea plus, on pouvait voir le bras de Casey transpercé de part en part par une longue et fine branche de bois.

Avec la même sinistre élégance, Seth tira sur le bâton qu’il venait de planter dans le jeune homme. La force de l’acte étala la proie sur le sol comme un jouet cassé.

Sans même les regarder, il leva sa main vers Liam, qu’il ne considérait plus comme son frère, et Noah.

- Caleb, Liam... un pas de plus et... il ne termina pas sa phrase. Je ne le tuerai pas. Il faut seulement que ça parte de moi... ça me brûle tellement et Casey sent si bon...

Seth se pencha sur le corps de Casey, levant sans ménagement son bras par l’entremise du pieu implanté. Il sourit avec causticité au septième année allongé devant lui et enroula sa voix mélodieuse autour de ses tympans.

- C’est bien, murmura-t-il au garçon, il ne faut pas avoir peur. Tu n’auras pas mal très longtemps.

Tenant toujours le pieu, Seth se courba un peu plus et se mit à boire le sang qui gouttait le long du bâton jusqu’à sa bouche entrouverte. Il eut du mal à se rassasier... mais but longtemps en tenant les deux autres à l'écart.

Puis, la tentation fut plus forte que sa répulsion. Le goutte à goutte n'allait pas assez vite, ce n'était pas assez copieux. Il planta profondément le bâton qui transperçait l'avant-bras de Casey dans la terre. Ainsi cloué au sol, il ne pourrait plus bouger son membre.

Avec lenteur, Seth approcha ses lèvres du poignet de sa proie. Il mordit vivement. Il aspira tant qu'il pouvait, assoiffé, avide. Il tira de Casey l'hémoglobine qui lui rendit ses couleurs. Le sang coulait dans sa gorge... le Serpentard devait ressentir la froideur autour de la morsure. Le fluide paralysant que les crocs du vampire diffusait en lui.

Quand il eut bu assez, Seth se détestait mais la douleur l’avait quitté. Ses prunelles avaient une couleur étrange, peut-être miel, peut-être cyan.

Il s’assit désoeuvré en face de ses deux compagnons.

- Caleb, tu dois le soigner.




Ravenclaw
17 ans pour toujours - 7ème année
BATTEUR
Japhet - 6ème année - Serdaigle
GARDIENNE
Liam - 7ème année - Serpentard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Casey Call
Adulte
avatar

Nombre de messages : 202
Age : 28
Maison : Serpentard
Année : Diplômé
Gain de Gallions : 12868
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: Dellamorte Dellamore (terminé)   Mar 6 Mai 2008 - 22:16

Casey était à présent allongé sur le dos. La destiné providence avait même pris le soin de faire en sorte que sa tête chute sur un large coussin de mousse. A son niveau, les senteurs de la forêt étaient démultipliées. Il pouvait sentir l'odeur acre de l'humus, l'odeur de quelques plantes chlorophylliennes disparates et l'odeur d'une fine flagrance d'humidité latente…

Doucement, sa vue se troubla. Au loin, les formes étaient devenues grossières. Il n'arrivait plus à les distinguer. Elles étaient tout et rien à la fois.

Il bougea lentement sa tête, comme si ce geste allait pouvoir aider son organisme à faire à nouveau le point. Vaine action confuse.

Il avait d'ores et déjà oublié où il était. Il n'entendait plus. Il ne voyait plus. Rien. Aucune douleur. Son esprit vagabondait parmi des pensées incohérentes. L'éventualité d'être mort lui traversa même un instant l'esprit. Casey Call était dans un état de sérénité plus grand que jamais.

Puis, une douce chaleur se diffusa le long de son bras. C'est lorsqu'il put la ressentir, qu'il réalisa que du sang s'échappait de son corps. La source alimentait un ruisseau abondant d'hémoglobines. Retrouvant le peu de conscience qui lui restait, Casey attrapa l'extrémité du pieu et le tira, à deux reprises vers le haut. La blessure était béante, comme si un vif d'or l'avait traversé sans précaution… Casey se rendit compte de la gravité de la situation lorsqu'il put apercevoir, avec inquiétude, le sol boueux au travers son bras. Son poignet sanguinolent portait les profondes marques des mâchoires du Serdaigle.

Le constat fit naitre une vive douleur. Elle le saisissait pour lui rappeler qu'il était toujours en vie.

La souffrance lancinante fit se distordre son visage et lui bloqua la respiration, l'empêchant de produire le moindre son.

Son regard, fixé sur ses blessures, s'écarquilla lorsqu'une faible lueur bleutée commença à apparaitre sur chacune d'entre-elles.

Les voix qui s'étaient faites discrètes jusqu'à ce moment, se réjouirent de pouvoir lui jouer une nouvelle mélopée.

Le Poufsouffle ne pourra rien pour toi, Casey Call. Il ne doit pas t'approcher. Comme nous te l''avions dit, tu ne risques rien. Et nous allons maintenant te le prouver.

Les lueurs s'étalèrent ensuite de part en part des blessures pour former une sorte de cataplasme magique. Leur intensité croissait puis décroissait lentement sur une cadence régulière.

Casey eut alors l'impression de porter à son bras des êtres vivants qui pulsaient au rythme de sa respiration.

La douleur avait disparue mystérieusement, laissant au Serpentard un arrière gout d'incrédulité. Il serra puis relâcha successivement son poing pour vérifier la présence d'une éventuelle douleur résiduelle. Rien.

Du revers de son autre main, il essuya les gouttes de sueur qui perlèrent encore sur son front. Les lueurs continuèrent leur activité. Il prit ensuite appui pour se redresser et s'asseoir. Sa respiration était courte et saccadée. Ce que cette entité était en train de lui faire l'épuisait.

Il regarda une nouvelle fois les lueurs. Déjà, quelques fourmillements se faisaient ressentir. Cette forme de magie, quelle qu'elle soit, était en train de réparer les dégâts. Il releva la tête vers les trois autres élèves et il ne put s'empêcher de réprimer un petit rire qui augmentait en puissance plus il tentait de le réprimer.

Quelques larmes dévalèrent sur ses joues. Son rire se répercutait dans la forêt, le sortilège d'insonorisation ayant dû s'amenuiser avec le temps. Plus loin, une nuée de corbeaux s'envola à la recherche d'un endroit plus paisible.

Il se réfréna rapidement lorsqu'il eut de plus en plus de difficultés à maintenir ses yeux ouverts.

Il est à présent le temps de te reposer. Nous nous occupons du reste. Tu peux t'assoupir en paix. Nous sommes avec toi. lui susurrèrent les voix peu avant qu'il ne perde connaissance et retombe allongé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noah de Lansley
Personnage du futur
avatar

Nombre de messages : 166
Maison : Poufsouffle
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 11929
Date d'inscription : 01/01/2008

MessageSujet: Re: Dellamorte Dellamore (terminé)   Sam 10 Mai 2008 - 11:11

Je réagissais trop tard. Il était trop rapide. Sans rien faire, Seth nous avait tenu à distance. Une bras levé avec grâce et autorité fut le plus fabuleux obstacle qu'il m'ait été proposé à oser franchir et dans ma grande lâcheté - ou par précaution, car je n'appréciais pas assez Call pour me faire croquer à sa place par un buveur de sang - j'acceptai d'être servile.

Qu'aurions-nous pu y faire de toute façon? En trois mouvements et trois secondes, Seth avait allongé Call pour s'en faire une brochette. En trois secondes, moi, je n'avais eu que le temps d'avoir peur.

Quand il but, je restai à quelques pas de Seth et de Call en regardant le terrible spectacle. Terrible et si fascinant. Le Serdaigle dégageait quelque chose que je n'aurais pas su définir. Il appliquait sur moi un charme qui enfonçait mes pieds dans le sol, me soumettait à son bon vouloir, me promettait les plus sauvages délices, si je restais à ma place. Je ne pouvais plus que faire deux choses: le regarder et le trouver beau.

Avais-je jamais vu un tel être? Même dans l'acte le plus violent, il gardait à proportions extrêmes la grâce d'un ange tombé du ciel. Son regard sombre et la texture lumineuse de sa peau qui scintillait sous les rayons lunaires, lui conféraient quelque chose d'irréel. Et je parvins difficilement à rayer de mon esprit que ce garçon était dangereux. Il n'était plus le doux Seth... il se laissait conquérir par sa soif et, bien que nous soyons trois contre lui, aucun n'aurait pu lui tenir tête. Je le savais. Méfiance. Prudence. Il nous aurait broyé comme des poupées... sous la tutelle de son regard, je me sentais marionnette. Pire... une marionnette heureuse de l'être.

Lorsqu'il quitta le bras ensanglanté de Casey, le charme qu'il usait sur nous se dissipa. Ses yeux avaient changé de couleur. Ils étaient maintenant clairs et profonds. Doux comme deux pierres précieux qu'une partie de moi aurait voulu arracher pour les garder toujours. Je secouai la tête pour chasser les résidus de sa domination.

Je ne m'attendais pas à sa requête.

- Le soigner? Répétai-je étourdi en regardant Liam qui se tenait à mes côtés, puis Seth, recroquevillé dans sa stupeur angélique d'avoir accompli tant de barbarie.

Je ne voulais pas le soigner. C'est horrible à dire mais je voulais que Casey se vide de son sang, qu'il disparaisse, qu'on aille l'enterrer et que cela nous fasse un souci de moins. J'approchai cependant de lui quand quelque chose d'extraordinaire se produisit. La peau du Serpentard crépita et se guérie toute seule. La peau se régénéra d'elle-même. Mauvais présage. Bientôt, je ne vis plus la merveille de cette action inexplicable mais la menace d'avoir quelqu'un au sein de l'école qui soit au courant pour Seth et qui se balade librement, guérissant de ses plaies comme un miraculé.

Le silence nous laissa tous cois.
Nous n'y comprenions rien...

- Je le ramène au château, dis-je aux deux frères en soulevant le Casey par magie.

Je les regardai. Triste. Incertain. Tout cela était déjà écrit. Nous savions que ça allait arriver. Dur à digérer. Mais nous le savions. Cela ne rendait pas les choses plus faciles.

A présent la peur ne devait plus jamais me paralyser.
Pour moi. Pour Seth. Pour Liam. Pour les futurs sorciers massacrés à Pré-au-Lard.

- Seth, commençai-je avant de disparaître. Puisqu'il n'y a pas de vampire pour t'éduquer à ta soif, je le ferai. Tu peux me réduire en poussière en un craquement de doigt et deux claquements de mâchoire mais il va falloir apprendre à te contrôler même si ça ne t'enchante pas. Tout Poudlard ne régénère pas. Tue-moi et je serai ton dernier geste. Je t'en fais la promesse. D'une façon ou d'une autre. Si tu ne comptes pas me tuer, alors écoute-moi. Demain soir, retrouvons-nous ici. Nous irons chasser. Nous devons trouver une manière de te nourrir autrement... si des chasseurs de tête ou des sorciers sont au courant pour toi, tu devras survivre en renégat. A 17 ans, on mérite mieux. Je suis désolé... désolé pour toi, Seth.

Puis, je me tournai vers Liam. Un sourire confiant. Seth ne le mordrait pas. Je le savais. Je l'avais "vu" dans les regards qu'il ne lui adressait pas. Dans la démesure qu'il mettait à ignorer son frère bien aimé. N'est-il pas dit que par le sang des Cullen: "Les Cullen souffrent par trois"? Si c'était le cas, alors par trois aussi, ils se protégeaient les uns des autres. Hein?

- Liam... je protège ton frère, si tu protèges Eden.

Je les quittai.(avec ce gros baltringue de Casey ^^...


Hufflepuff
16 ans - 6ème année
"Arrivé depuis septembre,
vous me connaissez sous le patronyme: Caleb Sutham"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Cullen
Elève assidu
avatar

Nombre de messages : 212
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 11793
Date d'inscription : 20/03/2008

MessageSujet: Re: Dellamorte Dellamore (terminé)   Sam 10 Mai 2008 - 18:33

Une certitude terrifiante forait sa cervelle comme un ver pugnace se nourrissant de la pourriture : j’ai détruit mon frère. C’est moi qui l’ai tué.

Quand Noah partit avec le corps de Casey, Liam resta face au monstre dont il se sentait pygmalion. C’était son frère. Il avait été son frère. A présent, qu’était-il ? Qu’allait-il devenir ? La prochaine pleine lune serait-elle aussi difficile à vivre qu’une simple nuit d’anniversaire ? Liam restait debout sans oser bouger. Il n’avait pas ressenti de peur, ni de dégoût. Il n’y avait eu que le sentiment de culpabilité qui prit soudain mille gallions d’or de plus dans la panse de son cœur.

Il tomba sur ses genoux. Les deux frères étaient à cinq mètres l’un de l’autre, différents l’un de l’autre comme jamais il ne l’avait été auparavant.

- « Seth... je suis désolé. Je t’aime, mon frère. »

Toute sa force se répandit sur le sol de la forêt et ensemença les railleries de la nature. La nature lui riait au nez. Le vent faible l’insultait en silence. Les fourmis, les scarabées, les vers de terre, les libellules s’esclaffaient en bourdonnements assourdissant. Tout bougeait pour lui rappeler son erreur mortelle. Tout s’extasiait de folie, sauf Seth qui restait droit, assis et pâle. Indifférent à lui comme lui l'était du reste du monde.

Sa nuit pitoyable se soldait par la protection d'une Gryffondor qu'il maudissait plus que tout.


Slytherin
7ème année (encore) - 18 ans

ATTRAPEUR
Fratrie: Seth (7ème année), Japhet (6ème année)
Cousine: Victoria (6ème année)

The finest art of contradiction
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seth Cullen
Créature Magique
avatar

Nombre de messages : 313
Maison : Serdaigle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 11905
Date d'inscription : 13/02/2008

MessageSujet: Re: Dellamorte Dellamore (terminé)   Mar 13 Mai 2008 - 19:14

« Je le regardai comme un étranger. Assis face à moi dans l’humus frais à l’odeur terreuse, il représentait un danger que je ne voulais pas affronter.

Lui en voulais-je d’être un vampire ? Non. Ainsi, soit-il.
Lui en voulais-je d’être mort ? Non. Je ne me sentais pas mort.
Lui en voulais-je de quelque chose ? Non. Il était mon frère et je l’aimais comme tel.

Pour toujours, il serait pour moi un battement sur trois de mon cœur inexistant que je croyais entendre parfois, comme si mon corps se souvenait qu’il avait été un jour rythmé par son tam-tam.

Pourtant...


- Liam, arrête de me faire pitié et dégage. Pars, sinon je n’hésiterai pas une seconde. Si pour sauver ma sœur, je dois te rendre à la poussière, je le ferai. Je ne veux plus te voir, plus te parler, plus te sentir. Tu n’es plus rien pour moi. Dé-gage.

Je me levai pour lui retirer toute option du langage ou la moindre opportunité de tordre ma détermination. Il n’avait jamais fait acte de faiblesse devant quiconque. Liam était le beau, le fort, le désinvolte Cullen qui ne plie les genoux devant personne. Pourquoi le ferait-il devant moi. Je voulais qu’il reste fort et debout, qu’il nourrisse plus de haine que d’amour à mon encontre, moins de dépit que d’indifférence, afin qu’il se tienne écarté de la tentation.

Une fois debout, je lui accordai un dernier regard où je mis tout le dégoût que je pouvais puiser dans mon imagination. Il ne devait jamais douter que je le méprisais. Il ne devait pas croire qu’un jour je puisse le mordre pour rester avec moi pour toujours.

J’aurais tant aimé ce toujours-ci... je l’aurais tellement voulu... mais. »



Seth disparut avec la brise suivante, laissant derrière-lui son frère avachi sous les décombres de sa culpabilité.

Le lendemain soir, il viendrait au même endroit, comme convenu, afin de rencontrer le Poufsouffle pour apprendre à chasser. Il aura ignoré Liam toute la journée. Raisonné par Noah, il aura évité Eden. Il se sera fait croire que c’était le mieux pour tous. Il aura décidé que dès l’été, il partirait d’Angleterre. Il se sera transformé en loup pour la première fois devant les yeux terrifiés de Noah... et, contrairement aux loups-garous que l’on connaît, l’hybride qu'il était saurait domestiquer sa transformation. Il allait l’apprendre car jamais, jamais, jamais, Seth Cullen ne serait un tueur.

† fin †


Ravenclaw
17 ans pour toujours - 7ème année
BATTEUR
Japhet - 6ème année - Serdaigle
GARDIENNE
Liam - 7ème année - Serpentard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dellamorte Dellamore (terminé)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dellamorte Dellamore (terminé)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1 -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard - Ecole de Magie :: Autour du château :: Forêt Interdite et Lac Noir-
Sauter vers: