Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Est-ce toi ? [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Purdey LaRoche Elda
Adulte
avatar

Nombre de messages : 1021
Age : 25
Maison : Ancienne Serpentard
Année : 1ère année [Moon Shadow]
Gain de Gallions : 12808
Date d'inscription : 24/01/2006

MessageSujet: Est-ce toi ? [PV]   Jeu 1 Mai 2008 - 19:34


*Quelques mots, sur un parchemin. Insignifiant pour certain mais déterminant pour Purdey. Le hibou venait de partir. Elle était restée là, plantée devant la grande fenêtre de la volière. Il faisait beau. Elle espérait que tous soient dehors aujourd'hui.

La potion de révélation été enfin prête. Avec Alice, elles avaient dû cacher le chaudron dans une pièce du cachot et ensorceler cette pièce pour que personne n'y entre. Fabriquer cette potion défiait en quelques sortes le ministère. Et étant donné qu'il y avait deux trolls qui suivaient au doigt et à l’oeil les lois du monde magique, elles avaient dû redoubler de vigilance. La septième année ne comptait plus le nombre de fois où elle a du faire diversion. Entre Rogue et les deux autres, sans parler des élèves trop curieux pour leur age ... Elle s'était permise d'utiliser sa baguette contre les élèves mais les professeurs et les agents, ça restait encore difficile.
Mais aujourd'hui la potion était prête. Il n'y avait plus aucune trace de ce filtre. Sauf dans le corps de Mark et dans la poche de Purdey. La Serpentard lui a fait boire ce matin même le filtre qu'elle a versé dans son verre entre deux mots doux.

C'est drôle comme l'art de la manipulation devient un jeu d'enfant au fils des jours.

Elle remonta le Grand escalier, pensant à Mark.

Après ça il va me haïr, mais je n'ai pas le choix.

Elle était au troisième étage maintenant. Mais il lui manquait quelque chose. Quelqu'un plutôt. Son regard parcourut l'ensemble de du couloir. Un sourire se posa sur ses lèvres. Elle venait de trouver. Une gamine, de Serpentard, encore mieux. Certainement une première année. Elle arriva devant elle. Purdey était plus grande que la gamine, qui en plus était assise, en train de jouer avec ses baveboules.*


"Tu veux gagner 5 Galions ?"

*La gamine leva les yeux. Elle fit signe de tête que oui.*

"Il faut que tu te postes devant l'infirmerie. Dès que tu verras un garçon, un grand avec les cheveux plutôt longs et bruns, tu iras prévenir Mark Resnald. Et tu lui diras que je suis à l'infirmerie, que j'ai fait une chute de mon balai."

*La gamine acquiesça. Purdey se dirigeait vers l'infirmerie. La gamine semblait attendre quelque chose. Quoi ?
Purdey se retourna.*


"T'auras tes Galions demain."

*Elle ne semblait pas convaincue, mais la septième année ne voulait pas que la gamine entre dans l'infirmerie juste après que Mark soit arrivé. Tous ses plans tomberaient à l'eau.
Elle poussa les portes de l'infirmerie, mais lança une avant-garde à la gamine juste avant.*


"Si tu ne fais pas ce que je t'ai dit, crois-moi tu finiras l'année avec des pustules verts qui feront fuir tout le monde."

*Les portes se refermaient derrière elle. Elle fit un rapide tour pour vérifier que personne n'était là, surtout pas Zagora. Lui non plus ne devait pas se trouver ici. Une fois rassurée qu'il n'y avait personne, elle tira les rideaux du dernier lit au fond à gauche. Elle se tenait debout à côté du lit, et sortit le reste de la potion de révélation. Un morceau de parchemin dans sa main droite.

Si la révélation que j'attends est positive je devrai ressentir la même chose que Mark ...

Elle soupira puis bu le reste de la fiole. Le goût n'était pas au rendez-vous. Mais en même temps il était rare que les potions aient un bon goût. La porte s'ouvrit. Purdey se retourna brusquement, se préparant à faire face à Zagora.*


"Julian."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodshed.forum-actif.net/index.htm
Julian Falcon
Adulte
avatar

Nombre de messages : 483
Age : 31
Maison : Serpentard
Année : 7eme année
Gain de Gallions : 12837
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: Est-ce toi ? [PV]   Ven 9 Mai 2008 - 18:07

Londres… Julian venait de se réveiller... Une grasse matinée en quelque sorte, un jour où il n’avait pas vraiment envie de passer son temps à traîner dans les rues à la recherche d’un indice sur Antarès. Tout le ramenait à Londres, au fil de ses recherches et de ses pérégrinations. Londres, la ville qui empestait le souffre des démons et l’appel à la magie… Et Poudlard.

Ce matin, il décide de respirer un air extérieur, différent de celui de sa chambre actuelle... cette fois-çi, la fille avait bien veillé à ne pas laisser une de ses affaires derrière elle… Quoi que, elle a laissé ce flacon… Huile solaire... Finalement elle a bien laissé quelque chose derrière elle…

Il s’approche de la fenêtre. Puis se recule soudainement, attiré par le mouvement d’une aile devant lui. Un Hibou qui s’approche et il aperçoit la lettre… Qui pouvait bien savoir qu’il se trouvait ici ?

Il regarde… Purdey...

Il sourit.

Elle ne devait pas même pas savoir qu’il faisait le tour du monde à la recherche d’Antarès, alors au final, elle ne s’étonnera pas s’il la rejoint tout de suite…

Le message ayant encore une trace dans son esprit, bien après qu’il l’ait lu et relu une seconde fois, il se met en chemin. Destination Poudlard et une amie qui a besoin d’aide…

Il n’a pas pris le temps de répondre au message, il sait qu’il sera plus utile qu’elle le voit rapidement. Le plus rapidement possible au vu de son message…

Poudlard l’accueille à bras ouvert comme cette école l’a toujours fait. Il court ensuite vers l’infirmerie et se dépêche de gravir les marches, Purdey ne doit pas être bien loin.

Il ouvre la porte, là voilà…

« Julian. »

« Purdey. »


Ils se regardent dans le blanc des yeux, ça faisait longtemps qu’ils ne s’étaient plus retrouvés. Le temps leur manque, et elle a besoin d’aide…

« Je suis là… De quoi as-tu besoin, pourquoi as-tu demandé mon aide… »

L’esprit inquiet, il s’imagine presque le pire… Qui devras t-il… tuer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Korinodarkwings.skyblog.com
Purdey LaRoche Elda
Adulte
avatar

Nombre de messages : 1021
Age : 25
Maison : Ancienne Serpentard
Année : 1ère année [Moon Shadow]
Gain de Gallions : 12808
Date d'inscription : 24/01/2006

MessageSujet: Re: Est-ce toi ? [PV]   Ven 9 Mai 2008 - 22:47

*Tuer ? Non.
Blesser ? Oui.

Son regard levé vers lui. Il avait fait vite. Ça faisait presque un an qu'elle ne l'avait pas vu. C'était étrange comme retrouvailles. Il allait s'en mordre les doigts après, en repartant, mais peut importe elle ne pouvait plus faire demi-tour.
Un sourire, fin, malicieux, cachant une idée bien définie, se dessina sur son visage.
Son regard en disait long, mais pas assez pour comprendre. Elle leva le menton, et prit de l'assurance.*


"J'ai besoin de toi pour faire souffrir quelqu'un."

*Elle ne le quitta pas des yeux. Non il ne tuera pas. C'était amusant de voir à quel point il avait été facile de faire venir Julian ici. Au fond elle aurait pu choisir son cousin, mais ça aurait été différent. La rapidité de sa venue l'avait tout de même épaté.

La gamine du couloir devait être en train de courir dans les escaliers, les couloirs, à essayer de trouver Mark. Son coeur fut comme étouffé en y pensant. Les dés étaient jetés, tout ne tenait plus qu'à une poignée de minutes.*


"Mark Resnald. Je veux le faire souffrir. Il te déteste, et de te voir avec moi lui ferait énormément mal. Surtout que tu n'es plus censé être ici. Pour lui tu es du passé, et de revenir là, subitement lui fera un choc."

*La raison était donnée. Elle le regarda, essayant de lui faire comprendre où elle voulait en venir, ce qu'elle attendait de lui. S'il était venu ici aussi vite il accepterait ce qu'elle lui proposait.
Son regard ayant prit le soin d'avoir celui de Julian à ses trousses divagua sur les lits de l'infirmerie. Tous vides. Personne.

Comprendras-t-il ?

Elle se rapproche de lui, le frôle, ne bouge plus.

Mark, comment réagiras-tu ?

Elle s'était freinée par la simple image du préfet dans sa tête. Elle ne voulait pas, mais elle n'avait pas le choix. Elle était à Poudlard mais pourtant son esprit était ailleurs, à des miles d'ici, en train de maudire son père, Lilith. Lilith ... la cause de tout, la cause de rien dans le tout, la cause de sa présence ici, de son futur, de son passé. La cause de son existence, de ce qu'elle en est. Sa cause.

Elle retira son regard des yeux de Julian. Regarda droit devant elle, en l'occurrence le corps de celui-ci. Ces derniers mots, elle n'avait pas eu le courage de les dire yeux dans les yeux.*


"Mark ne va pas tarder à arriver ..."

*Si avec ça il ne comprenait pas.

Je ne peux pas dire ça directement.

Elle ne pouvait pas, même si les apparences auraient pu lui mettre ces mots à la bouche comme on met des chaussettes, elle ne pouvait pas.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodshed.forum-actif.net/index.htm
Julian Falcon
Adulte
avatar

Nombre de messages : 483
Age : 31
Maison : Serpentard
Année : 7eme année
Gain de Gallions : 12837
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: Est-ce toi ? [PV]   Mar 13 Mai 2008 - 13:05

Mature Content (valable uniquement pour ce post là.)

« Allons donc… Faire souffrir quelqu’un… Tu dis ça comme si c’était dans mes habitudes depuis toujours, et donc bon, de qui s’agit-il ? Quelqu’un qui t’a fait du mal ? Et est ce une souffrance plutôt physique ou psychologique ? »

Il écoute attentivement Purdey, il sait que si elle l’a fait venir ici, ce n’était pas pour parler du passé, il devait bien y avoir quelque chose… Quelque chose de grave…

« Mark, oui… Un petit gringalet qui voulait devenir quelqu’un, sans jamais avoir réussi… Je m’en rappelle certes… Mais il ne m’a pas vraiment fait grand mal… Il était même amusant par certains cotés… »

Mais elle le stoppe dans ses paroles, s’approche de lui et le colle. Elle fixe les lits… Aurait-elle une idée... Ce n’est pas dans ses habitudes de se mettre au lit sur un ordre… mais l’infirmière Purdey ayant été très claire sur le sujet, il ne pouvait plus refuser...

Faire un pas vers le lit, se coller à elle, passer une main dans ses cheveux, il ne savait pas comment elle réagirais à tout ça… Apres tout, c’était elle qui l’avait emmené ici… A elle, d’être bien sur de ce qu’elle voulait…

« Mark ne tardera pas à arriver… Et il sera surpris crois moi… »

Rapidement, il enlève ses vêtements, le haut tombe rapidement, le bas aussi, la ceinture jaillit jusqu’au fond de la pièce… Ses muscles saillants, abîmés seulement par les ongles des femmes, se serre au corps de Purdey, et rapidement, il met son amie à nue… C’est étrange comme faire ça, ne le gène pas outre mesure… Purdey est une amie qui lui est très chère, mais il ne prend pas la peine de l’avertir de ce qu’il s’apprête à faire….

Ca…

Le bas tombe, il ne lui reste plus rien. Mais sans s’attarder plus encore sur sa pudeur, il décide de cacher celle si, bien au fond d’un lit, sous les draps blancs, attendant d’être bientôt sali et humide…

Ils s’allongent, alors que s’apprête à débarquer celui qu’elle attend…

Mark… Tu vas avoir une sacrée surprise… Et sans plus attendre, il embrasse Purdey à pleine bouche…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Korinodarkwings.skyblog.com
Mark Resnald
Elève modèle
avatar

Nombre de messages : 634
Age : 31
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 11597
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Re: Est-ce toi ? [PV]   Mer 14 Mai 2008 - 21:11

Mature content. Mark est pas mal déchaîné et ça se comprend. C'est limite s'il ne tue pas le fautif de sa baguette. Le Egon





All These Things I Hate ...




Je me sens nauséeux ... Et toujours cette sale impression qui m'oppresse ... Comme si, comme si elle se faisait un malin plaisir à s'insinuer partout ...

Ca me torture, ça me détruit. Ca me mine, et cela fait bien quelques temps que je n'ai pas dormi réellement. Toujours ce pressentiment, comme si j'allais être détruit par quelqu'un. Ce quelqu'un étant le plus cher à mes yeux. Mais je dois divaguer, c'est la fatigue. C'est comme ça, quand je commence à ne plus trouver le sommeil, je dis généralement n'importe quoi. Et là, c'est le cas.
Les yeux grands ouverts, je contemple le plafond. Intéressante vision qui ne m'empêche aucunement de penser à "ça". Je divague, du moins peut-être. Mais mes craintes seront fondées ... Et ce, dans quelques temps.
Le Destin est en marche, il doit se gausser de me voir ainsi, à moitié conscient depuis quelques nuitées. Après tout, je ne suis qu'un Pion sur un Echiquier, qu'un Démiurge aime à déplacer à sa convenance quand il vient à s'ennuyer. Mais je ne vais pas rester ainsi, je vais devoir prendre l'air mais rien n'y fait.

Je n'en ai aucune envie.

D'un bond, je me lève. Je fais attention à mon félin noirâtre couché à mes côtés. Au moins l'un des deux qui a sombré dans le sommeil du Juste grâce à Morphée. Moi non. Je m'habille vite fait, je ne cherche pas à me mettre en valeur, ce n'est même pas la peine d'y songer. J'opte toujours pour le noir. Je m'octroie un arrêt par la Grande Salle, prendre un rapide petit en-cas qui va encore me rendre plus émétique que je ne le suis déjà. Je m'assois à ma place avec mes collègues, ces derniers me prêtent attention l'espace d'un instant mais se répandent rapidement en commérages ...
Mon regard fait le tour de la table, il manque une chevelure rousse : Purdey LaRoche Elda. Elle m'aurait prévenue non ? Apparemment non. Je finis de boire mon jus de citrouille à peine attablé, et cette-fois j'opte pour le changement d'idées. Le terrain de Quidditch ? Non merci, je n'y songe même pas. La Bibliothèque tiens, où j'ai l'habitude d'aller pour évacuer mes tensions. Je m'y rends de ma démarche lente en soupirant légèrement à la montée des marches.
Je ne vois personne susceptible de m'intéresser, tant mieux je me mets à une table seul. J'ai déniché un vieux Grimoire sur les Potions, et un violent haut-le-coeur me saisit ... Je le fais passer en inspirant et expirant fortement. Le regard rivé sur l'ouvrage en question, je ne vois pas défiler le Temps.

C'est un plus.

Alors que je relève la tête de ma lecture, et ce pour m'étirer, j'avise à mes côtés une jeune demoiselle paraissant essoufflée par une course effrenée. Je l'interroge du regard, elle ne répond rien, reprendre son souffle prédomine pour répondre à son Préfet ... Oui, car elle est de chez Serpentard la petite Miss. Fronçant les sourcils, impatient, je lui fais comprendre que si elle ne retrouve pas sa langue très bientôt, je la chasse sans ménagements ...
Enfin, elle la retrouve, mais c'est pour m'annoncer une mauvaise nouvelle. A propos de Purdey, qu'elle se serait blessée ... en faisant une chute de son balai. Intrigué, je le suis, car je n'ai pas l'air d'y croire. Mais la première année avait tant de conviction dans ses propos, que je ne pus me résoudre qu'à filer. Le mauvais pressentiment pesant sur mes épaules fatiguées.
La petite s'est éclipsée, repartie certainement dans son monde d'insouciance, alors que sans même le savoir, elle est une adjuvante dans les engrenages du Destin. Et qu'elle aura brisé le plus beau des Sentiments et créée un autre, bien plus affreux ...

Je monte les marches quatre à quatre, je ne suis plus loin désormais. L'Infirmerie c'est mon but à atteindre ...

Je ne prends même pas la peine de m'annoncer, Mark Resnald Préfet des Serpentard et j'en passe, m'en contrefiche. Y'a bien plus important. Je pénètre dans la pièce en ouvrant la porte à la volée et je ne peux m'empêcher de m'inquiéter ...


- Purd' ! Purd' ! C'est pas trop grave au ... Le "moins" s'est étranglé dans ma bouche à ce moment-là.

Je reçois de plein fouet ce que je pressentais et que je ne voulais pas visualiser ... Non, je dois cauchemarder éveillé, c'est un mauvais rêve. Rien de plus, rien n'est arrivé, Merlin a dû me jetter un mauvais sort. Je suis puni pour mes actes, c'est ça ?
La scène, je ne peux la regarder, elle me dégoûte. Ma "petite amie" dans les bras de l'autre, celui dont j'aimerais qu'il endure 1000 morts et qu'il fasse un séjour prolongé dans les Six Enfers ... Qu'il y crève. Je tombe sur ce baiser, sur leurs corps dénudés sur leur ...
Ce mot me révolte ... Ca se brise à l'intérieur. A l'extérieur, j'essaye de rester de marbre, mais c'est impossible. Elle me trompe avec "lui" ...
Je dois avoir l'air con à rester hagard devant cette charmatne saynète alors que ma copine effectue une danse sensuelle dont je suis le seul instiguateur jusqu'à présent.

Ca fait mal, ça tue. Tu n'as pas été sincère avec moi pendant cette année où nous avons été ensemble. Tous ces mots que tu me murmurais à l'oreille n'étaient que des fabulations ? Des stratagèmes pour que je m'attache à toi de plus en plus ... J'ai été bien Troll d'y croire.
Je me résigne à faire un pas, vers ce "couple" qui me donne envie de vomir. Elle, lui. Eux. Non l'équation est fausse. Je vais la rééquilibrer à ma façon.
Rapide, je fonds sur ce lit témoin de leurs sordides et primaires envies, une mine de dégoût affichée sur mon visage fatigué, mon regard lui est perçant et indéchiffrable.

Elle, je la refuse désormais dès qu'elle s'approchera de moi, lui je lui fais la peau.

Je ne prends pas la peine de hurler ma Colère, elle est perceptible dans mes tremblements incontrôlés. Si l'on me demande un jour si j'ai vécu, je dirais que "oui", car là j'ai souffert. Indubitablement ... La Trahison, ça le gouût de ses lèvres sur les siennes et non plus sur les miennes.
De son corps lové contre le sien, de ses mains sur son corps. De son souffle brûlant sur sa peau si blanche ... Mais comme convenu je réequilibre l'équation, je vire sans ménagements l'ordure de sa place et le saisit par le cou. Pas un regard pour "elle", elle ne mérite même pas une parole.


- Ordure ... Me mis-je à persifler entre mes dents. Tu sais quoi ? Non, rien. Je le relâche un court instant, sourire aux lèvres.

Il doit penser être à l'abri de ma folie furieuse. Non, il va en payer les conséquences. Je lui fais rencontrer mon poing sur sa joue de séducteur de seconde zone. Si je l'avais en joue avec ma baguette, je l'avadakédavérise sur le champ. Là, la méthode Moldue ça défrustre. Tant que j'ai sa sale ganache à rouer de coups, tout va pour le mieux.
Je dois avoir les mains bleuies à force de m'acharner sur sa personne, lui broyer les doigts, les poignets. Qu'est-ce que j'en sais ? Je frappe ce qu'il me passe sous la main ... Jusqu'à voir un liquide carmin sur mes jointures blanchies par la Haine. Je les sens se tordre sous mes gants, et lui aussi par la même occasion. Merlin que je le hais.
Purdey ? C'est pareil. Du moins je ne puis plus raisonner correctement. C'est ainsi. Sous la Colère, on est pas rationnel et c'est mon cas. Loevi pourra témoigner d'ailleurs. Cet intrus qui a osé la souiller, je lui fais ravaler ses actes. Coups par coups ... Je le hais, je l'ai déjà dit.
Au bout de mes limites, je le lâche enfin.

Qu'elle souffre de voir son "nouvel amant" ainsi. Moi je me retire.

Je passe la porte, je devrais rester pour me faire soigner, je ne peux rester dans la même pièce qu'eux. Je lance un regard noir à celle que j'ai aimé, un furieux à celui dont je viens de refaire le portrait. Et moi je me casse.




Traduc'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=d2Gce9-uQDQ&mode=related&search=
Purdey LaRoche Elda
Adulte
avatar

Nombre de messages : 1021
Age : 25
Maison : Ancienne Serpentard
Année : 1ère année [Moon Shadow]
Gain de Gallions : 12808
Date d'inscription : 24/01/2006

MessageSujet: Re: Est-ce toi ? [PV]   Dim 18 Mai 2008 - 0:12

*Il l'embrasse, il est contre elle, comme ils ne l'ont jamais été. Son coeur bat, fort, vite, comme jamais. Une porte s'ouvre, une voix. SA voix. Son coeur risque de lâcher tellement il bat fort. Pourquoi ?
Elle a peur du résultat.
Lui, Mark Resnald, se trouve devant le lit, elle ne le voit pas. Elle ne voit que Julian, mais elle sent sa présence.
Son coeur, ses entrailles, ça lui fait mal. Un silence pèse dans l'infirmerie. Purdey est incapable de dire quoi que ce soit. Elle aurait pu hurler dans toute l’infirmerie. Tout se bouscule dans sa tête, elle n'arrive plus à penser, à agir, elle est incapable de faire quoi que ce soit.

Il souffre ... Moi aussi ...

Elle venait de rouvrit ses yeux. Juste au moment où Mark attrapa Julian par le cou. Jamais elle ne l'avait vu comme ça. Elle était mal. Pourquoi faisait-il ça ?

La révélation ... C'est lui ...

Lui : Mark Resnald. Lui que Lilith avait choisit pour elle. Un sourire apparut sur son visage. Ça faisait tâche dans ce décor envahit par la haine et la violence. Mais elle savait maintenant.
Julian se faisait démolir le visage, et elle restait là, sans rien faire. Mark ne la regardait pas, elle était profondément blessée.

Elle se glissa du lit, retrouva ses affaires, les remit.
Mark passa devant elle en coup de vent. Une boule lui remonta dans la gorge.

Julian ...

Elle se tourna et se précipita vers lui. Ramassant ses affaires et les colla contre lui pour qu'il les prenne. Elle chercha du regard quelque chose pour ses blessures. Rien. Sauf un tissu déchiré qui traînait sur le lit d'à côté. Elle le prit et le posa sur les plaies du visage de Julian. Il était complètement défiguré.*


"Je ne pensais pas qu'il irait jusque là. Je suis désolée ..."

*Jamais elle n'avait dit ses mots, mais là elle se sentait coupable de l'état dans lequel il était. Elle l'avait fait venir pour faire du mal à Mark. Elle s'était servit de lui.
Elle se pinça la lèvre inférieure, avant de le laisser et de se diriger vers la sortie de l'infirmerie. Elle ne donna aucune explication à Julian.

Elle courrait dans le couloir. Mark était là. Elle s'arrêta.*


"Mark !"

*Elle courut de nouveau jusqu'à lui. Elle hésita à le toucher, puis lui attrapa le bras au risque de se faire violement envoyer contre le mur.*

"Mark ... Attends. Je ... Il faut que je te parle. Tu me tuera après si tu veux, ou tu feras ce que tu veux, mais je dois te parler."

*Elle fixait le dos de sa tête. Ses cheveux bruns. Elle avait certainement atteint les limites du préfet. Mais avait-elle eu vraiment le choix ? En l’espace de quelques secondes, deux personnes avaient été blessées par sa faute. L’un physiquement, l’autre psychologiquement. Les blessures physiques guérissaient facilement, tandis que les blessures psychologiques, celles du cœur en particulier, l’étaient moins.

Je haie cette situation.

Tu n’as pourtant pas eu le choix.
Si, j’aurais pu ne rien faire.
Pour risquer pire ?
Rien n’est pire que ça.
Ça te passera. Tu ne lui resteras jamais fidèle de toutes façons.
Dégage Tzvetan ! J’ai pas besoin de toi dans ma tête, j’ai assez de mal à m’occuper des mes problèmes alors si en plus tu en rajoutes ...
*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodshed.forum-actif.net/index.htm
Mark Resnald
Elève modèle
avatar

Nombre de messages : 634
Age : 31
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 11597
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Re: Est-ce toi ? [PV]   Lun 19 Mai 2008 - 10:20

La seule envie qui m'étreint désormais, c'est de me retrancher dans la Salle Commune, devant la cheminée. A regarder les dernières flammes du foyer ...

Je marche d'un pas rapide, je n'entends rien. Je ne capte rien. C'est trop douloureux, ça pèse. Ca tue. Pourquoi moi ? Pourquoi pas, m'aurait-on répondu ... Alors que je continue ma traversée au pas de course, j'entends sa voix. Son injonction, celle de m'arrêter. Mon prénom, prononcé par ses lèvres, ça me fait me stopper. Invariablement ...
Je suis bien troll de m'être fait avoir si facilement. Non, trop con d'être encore amoureux sans doute. Ca doit être ça. Je frissonne quand elle frôle mon bras, je ne me retourne pas encore. Je ne lui fais pas cette grâce. Non, je ne la dégage pas violemment, juste sèchement. Mais cette caresse volontaire me met encore dans tout mes états. Elle ne voit pas le visage serein, le regard doré sans animosité, je tente de rester calme après mon étalage de Colère sur l'ex-Préfet. Il l'a salement mérité.
Je me pensais indemne de cette rixe inter-Serpentard, mais ce ne fut pas le cas. Je sens une raideur dans ma mâchoire, et des mains qui me font douloureusement souffrir. Et quand j'inspire, ça me fait mal. Sûrement des côtes qui sont passées à trépas.

M'en fiche, lui il a eu pire.

Me retourner, je le dois. Je le fais. Non sans la regarder, mes prunelles ambrées sont concentrées sur mes mains, où mes gants sont toujours présents. Je les retire et passe en inspection. L'autre a dû me péter mes métacarpes. So cool, y'a pas à dire. Ca me rappelle étrangement ma première "altercation" avec Call, sauf que ce dernier s'était mis en tête de jouer les apprentis infirmiers ... Contre toute attente, je n'ai pas perdu l'usage de ma main. Là, la douleur cuisante passera, c'est une question de temps.
Comme celle du Coeur ? Non, elle, elle prendra plus de temps. Le Bonheur est ainsi fait, vous peinez à le trouver et dès que vous pensez l'avoir acquis, on vous le retire d'un claquement de doigts. J'aurais aimé rester à ses côtés, comme je l'avais pensé. Mais elle a choisi cet "Autre" que je déteste. Pourquoi Falcon ? J'aimerais bien le savoir, le séducteur de bas ètages qui avec ses conseils, Merlin je ne les ai jamais suivis, n'arrive qu'à remporter les catins de l'Allée des Embrumes. Ces dernières croient en son baratin, mais je me refuse à croire que Purdey s'y soit laissée prendre.
Apparemment je suis devant le fait absolu et irrévocable. J'ai bien vu ce que je devais voir. Dans mes méditations intérieures, je l'ai presque oubliée ... Mais des questions me taraudent l'Esprit : si par malheur je ne l'avais pas assez aimée ? Si je n'étais pas sincère quand je le lui disais ?

Si. Je l'étais ... Elle, non visiblement.

Enfin mon regard topaze accroche le sien émeraude. Je peux y lire du remords, de la peine et même de la honte. A mon égard ? Visiblement. Pour ma part, je garde mon masque calme et neutre. Mes iris se parent d'une tendresse que je ne voulais plus percevoir pour elle, mais je n'y peux rien. Il me vient en mémoire un poème d'un Moldu.
Poème que je connais par coeur, pour l'avoir tant lu et relu dans la grande Bibliothèque familiale. Je me rapproche d'elle, elle doit croire que j'ai envie de la gifler pour son geste. Oui, j'en ai envie mais pas comme ça. Je m'en suis pris une fois à sa personne et je le regrette toujours amèrement. Là, je passe ma main mate dépourvue de cuir, sur sa peau. Elle est si douce, si chaude ... Elle contraste avec mes doigts glacés, j'aime à la parcourir. Mon pouce se fraye un chemin jusqu'aux lèvres que je dessine en souriant posément. Je me retire de ce contact, que je trouve déplacé pour reprendre mon attitude d'antan.
Je la regarde de côté et je referme mon visage auparavant démonstratif d'expressions, mais je murmure dans l'air ambiant ce Poème. Si élégant et si apte à parler de ma condition.

Celle d'Amoureux bien trop épris de sa Belle qui n'a eu que le malheur de se blottir dans les bras d'un Autre. Un Autre, détesté par ma personne. M'en fous, je reprécise.


Je suis le Ténébreux, - le Veuf, - l'Inconsolé,
Le Prince d'Aquitaine à la Tour abolie :
Ma seule Etoile est morte, - et mon luth constellé
Porte le Soleil noir de la Mélancolie.

Dans la nuit du Tombeau, Toi qui m'as consolé,
Rends-moi le Pausilippe et la mer d'Italie,
La fleur qui plaisait tant à mon coeur désolé,
Et la treille où le Pampre à la Rose s'allie.

Suis-je Amour ou Phébus ?... Lusignan ou Biron ?
Mon front est rouge encor du baiser de la Reine ;
J'ai rêvé dans la Grotte où nage la sirène...

Et j'ai deux fois vainqueur traversé l'Achéron :
Modulant tour à tour sur la lyre d'Orphée
Les soupirs de la Sainte et les cris de la Fée.




"El Desdichado". Ma voix a failli se perdre durant les strophes récitées, mais rien. J'ai gardé mon visage de marbre. J'en viens à me rappeler des bons moments passés avec elle, quand elle est tombée sur moi, par le plus grand des hasards. J'étais le plus heureux à ce moment là. Ensuite quand je fus tributaire du rôle principal de sa pièce, là encore je pouvais rester avec elle. Passer des moments, la voir c'est tout ce dont j'avais besoin. Et le déclencheur, le soir du Bal, où elle m'a dit qu'elle m'aimait ...
J'étais sans conteste le Serpentard le plus heureux du monde. Je suis encore assailli par mes doutes, pour elle je serais aller jusqu'à me noyer dans les Enfers, juste pour elle. Elle ne l'a pas compris. Après ma magnifique tirade, elle me coupe dans mes songes en voulant m'expliquer. Expliquer quoi ? Ca va, je ne suis pas encore débile. J'ai bien vu ce que je devais voir.
Mon regard se réanime et je la fixe en remettant mes gants, puis ... La tuer ? Elle le mérite c'est certain, mais non. Je parle calmement sans hausser la voix, du moins j'essaye ...


- Il me semble que j'ai vu ce que je devais voir. Et ça mettra pas mal de temps à sortir de ma tête ... Mais je ne vais pas rester camper sur mes positions.

Regard plus perçant, approche plus subtile. Je la fixe de toute ma hauteur. Je ne souris pas, mais mes yeux si.

- Parle LaRoche Elda. Je t'écoute et seulement après j'aviserais.

Le coeur en berne, j'attends ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=d2Gce9-uQDQ&mode=related&search=
Purdey LaRoche Elda
Adulte
avatar

Nombre de messages : 1021
Age : 25
Maison : Ancienne Serpentard
Année : 1ère année [Moon Shadow]
Gain de Gallions : 12808
Date d'inscription : 24/01/2006

MessageSujet: Re: Est-ce toi ? [PV]   Lun 19 Mai 2008 - 22:35

*Julian ressentait les blessures sur son corps, c’était indéniable, il avait dérouillé même, mais faire arriver quelqu’un à cet état de fureur, sachant que c’était causé par la haine et la souffrance, alors cela n’avait pas de prix… Mark Resnald souffrait autant physiquement que moralement, alors que lui, sous les traces de sang séché, il souriait et s’en amusait… Il en avait vu d’autres, il avait du, plus encaisser dans sa jeunesse, que ce que Mark avait pu vivre dans le début de sa vie. Il fallait maintenant laisser Purdey avoir une discussion avec Mark. Il avait rempli son rôle et n’avait plus sa place ici. Il espérait que Mark se retienne et ne tente pas de frapper Purdey, dans le cas où cela arriverait, et où Purdey ne le lui aurait pas dit, il resterait encore à Londres pendant deux ou trois jours, à surveiller… Et s’il la frappait, il ne lui resterait plus rien qui puisse l’aider ni à marcher, ni à bouger n’importe lequel de ses membres… Il les regarde une fois encore, se demandant ce que peux bien vouloir Purdey à cet idiot… Mais si elle ne lui a pas dit tout de suite, alors qu’il venait à peine d’arriver, c’est qu’elle ne le lui dira probablement jamais. Il emmène avec lui un onguent que Purdey lui a donné et qui va le remettre d’aplombs en quelques secondes. C’est bien la magie, on souffre, mais on se soigne mieux… Et puis une fois guéri, on retourne chercher la bagarre… Il va sûrement passer voir une de ses conquêtes en ville, ce serait décourageant qu’il doive se passer l’onguent lui-même… Il quitte la pièce, en partie... satisfait.*

star star star


*Il la dégagea sèchement. Elle ne dit rien, ne bougea plus. Il se retourna. D'affronter son regard est dur, jamais elle n'a eut la pensée qu'un jour elle hésiterait à le regarder. Leurs regards se croisaient enfin, elle voulut fuir ce qu'elle voyait. Il la haïssait, à quoi bon rester là. Rien ne changera. Tout a déjà changé.
Son regard émeraude glissa sur le corps du préfet jusqu'à ses mains, il retira ses gants de cuir. La seule fois qu'il les avait retiré en sa présence c'était lors d'un cours de divination, ils sortaient d'une dispute.

Pourquoi retirait-il ses gants là ? Elle le savait qu'il les gardait toujours. Lors de leur dernière dispute il avait levé la main sur elle. Sa main se levait, aujourd'hui aussi. Il allait la frapper. Elle ferma les yeux, craignant de recevoir la plus grande gifle de toute sa vie. Au lieu de ça, sa main se posa délicatement sur sa joue. Elle frissonna. Le contact de ses mains était rare. Trop rare. Elle aurait voulu toucher plus souvent ses doigts, y sentir la chaleur, la peur, la tristesse, la joie, le mécontentement, l'amour ...
Le cuir ne transmettait pas tout cela. Ses yeux restèrent clos. Les doigts du préfet caressaient sa peau, elle voulait plus que tout que ce qu'il s'était passé avant n'eut pas lieu. Elle voulait se jeter sur son torse, l'enlacer. Le sentir, le toucher, ... être avec lui. Ses doigts sont froids mais elle s'en fiche, elle les sent. Son pouce est au bord de ses lèvres. Elle ne bouge toujours pas. C'est si étrange la situation dans laquelle ils sont. Il vient de la trouver avec un autre et la touche encore. Peut-être la dernière fois ? Cette pensée l'effraye, tout autant que la main de Mark qui se retire. Elle rouvre ses yeux, ils brillent, elle commence à voir flou. Il veut remettre ses gants. Elle l'en empêche en posant ses doigts fins sur ses mains. Elle n'insiste pas, mais garde ses mains sur les gants en cuir.*


"Si tu les remets ça aggravera tes blessures ..."

*Un murmure, non un souffle de sa part. Elle ne comprit pas tout. Quelques mots seulement, mais qui n'avaient aucune signification une fois assemblée.

Il la laisse parler. Elle en est heureuse. Mais elle le redoute, que la fin soit différente.
Doit-elle tout lui dire ?

Je lui ai tout caché, jusqu'à aujourd'hui...

Elle n'avait donc pas le choix. La vérité était bien plus dure à dire que le mensonge. Elle inspira, retirant ses doigts des mains de Mark. Elle quitta ses yeux par la même occasion.*


"L'an dernier, au bal de fin d'année j'allais t'en parler, vers la fin de la soirée. Mais je n’ai pas pu. Je n'avais pas assez d'informations..."

*Elle leva lentement ses yeux vers lui, jusqu'à trouver son regard doré.*

"Je suis sous l'emprise d'une malédiction. Celle de Lilith. Une sorcière qui achète le destin des enfants en offrant aux parents leur souhait le plus cher. Ma mère a vendu le destin de ma soeur Honey, aujourd’hui décédée. Mon père a vendu le mien. Mon père, en l'échange de mon destin est ... devenu une vedette du Quidditch.
Je ne décide rien de mon avenir, je dois le trouver. Je dois tout trouver, avec pour seule aide, la présence de mon arrière arrière arrière grand père en moi. Grâce au médaillon que je porte autour de mon cou, je peux d'une part vivre avec la protection des pouvoirs de Tzvetan. J'ai du apprendre à maîtriser ces pouvoirs. Je peux tuer quelqu'un par la simple colère. Mais ... tout ça, c'était simple, comparé à devoir trouver l'homme que Lilith m'a choisit. Honey n'a pas choisit le bon. Résultat, elle est morte. Je devais te tester, savoir si en me voyant avec un autre te faisait mal. Je devais le ressentir également. J'ai préparé une potion. Tu en as bu ce matin, j'en ai également bu. Et quand tu es entré dans l'infirmerie, que tu nous as vu ... J'ai ressenti la même chose que toi."


*Elle fit une pause, reprit son souffle. Il ne lui restait que quelques mots, avant qu'il ne fasse d'elle ce qu'il voulait. Elle se pinça la lèvre inférieur.*

"C'est toi, Mark Resnald, que Lilith a choisit pour moi."

* C'est toi que j'ai choisit aussi ... *


Spoiler:
 


Dernière édition par Purdey LaRoche Elda le Mar 3 Juin 2008 - 21:29, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodshed.forum-actif.net/index.htm
Mark Resnald
Elève modèle
avatar

Nombre de messages : 634
Age : 31
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 11597
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Re: Est-ce toi ? [PV]   Mer 21 Mai 2008 - 15:46

D'un oeil avisé, je vois l'autre Troll sortir de l'infirmerie ...

L'envie de le cogner me prend encore. Je lutte pour ne pas l'assouvir, faire rencontrer le sol et sa tête en un fracas mémorable. Ce type m'écoeure, ex-Serpentard, ex-Préfet et Capitaine et toujours autant abhorré par moi-même. Là c'est sûr, après ce qu'il a fait je ne vais pas le serrer dans mes bras comme un camarade potentiel.
Non, moi si je le serre dans mes bras, c'est pour lui broyer les os. Pas plus pas moins. Donc, je le suis du regard, mes jambes et mes poings bouillonnent encore de le dérouiller jusqu'à satiété. Mais pas un soupir je me contiens. J'ai mieux à faire.
Le Souaffle est dans le camp de Purdey, je lui ai laissé l'opportunité de s'exprimer. Après comme je l'ai dit j'aviserais. Elle venait de me stipuler qu'en remettant mes gants, mes blessures de guerre allaient s'aggraver. Qu'est-ce que ça peut lui faire ?

Rien probablement. Mais je les retire encore une fois, remettant mes gants dans ma poche et laissant mes mates à l'air libre, mains auparavant touchées par la septième année dont j'ai refusé le contact.

Le contact c'est moi qui lui offre et non le contraire pour l'instant. C'est moi qui mène le Jeu dès à présent et je ne reviendrais pas sur mon rôle. Elle me reparle du Bal de l'an dernier, et qu'elle m'aurait "tout dit", si elle avait été plus renseignée. Je lui décoche un regard interrogateur, en totale incompréhension mais je ne l'interromps pas.
Trop curieux de savoir la suite et que son explication tienne la route. Car me connaissance, je ne suis pas prêt à pardonner dans la seconde. Il me faudra du temps. Je l'ai bien dit, ça ne guérit pas si facilement, ce serait trop aisé sinon. Elle me regarde, pensant que je la soutiens de mes iris dorées, je la contemple c'est tout. Et je l'incite à poursuivre sur sa lancée, ce qu'elle fait.
Elle me délivre enfin ce qu'elle avait de plus précieux en elle, son mystère, cet immense secret qui pèse sur sa famille Bulgare. Silencieux, je reste cependant bouche bée en apprenant "tout". Je ne sais pas si je vais la plaindre, c'est évident ses parents sont fourbes. Elle et sa grande soeur de les avoir vendues à une folle en échange d'un Destin parfait. Pour ma part, je n'ai peut-être pas d'aïeul cohabitant avec ma personne par l'intermédiaire d'un médaillon, mais je suis tout autant mal loti au rayon famille et secrets bien gardés.
Les BloodDust c'est pareil. On sait que je suis le descendant, après les histoires qui remontent, ça on en sait rien du tout. Je patauge d'ailleurs .... J'en avais parlé à Mc Ewan lors de ... Réprimant un frisson suite à cette journée, je ne réponds pas encore à ma rouquine.

Je suis estomaqué.

Par contre je fronce les sourcils à la fin de son aveu. Elle a préparé en cachette une potion me l'a faite boire pour ensuite tester mes réactions potentielles face l'épisode "charmeur de bouse" ?. Elle le confirme par ses dires. Je me masse les tempes et ferme mes yeux dorés, m'isolant un court moment de la Réalité qu'elle vient de me jetter de plein fouet à la figure ... Je récapitule durement dans ma tête qui a engrangé trop d'informations coups sur coups.
Famille LaRoche Elda = maudite. Parents très méchants car ont pas hésité à vendre leurs gosses à une folle furieuse qui les gâterait en échange de trivialités. Mark Resnald, beau petit Troll dans l'affaire parce qu'il s'est fait avoir bien trop facilement. Oui, là je ne suis qu'un Pion véritablement. Par contre là je n'ai qu'une question qui me vient ...


- Cette femme existe réellement ? Enfin je veux dire c'est ... Je ne connais d'elle que la symbolisation chrétienne que les Moldues possèdent. A savoir qu'elle fut la première femme d'Adam et qui s'est refusée à quelques ... Hm, elle réfutait l'autorité de son mari Adam. Mais de là à vendre des Destins ...

Je la crois attention. Mais je suis sidéré c'est tout. Mais bientôt l'incompréhension se dissipe pour faire place à l'énervement. La Trahison dont je fus l'objet, ce sentiment de n'avoir rien su jusqu'à aujourd'hui. Elle avait ses raisons, j'en suis confiant. Mais me faire confiance en me dévoilant ceci, c'était trop pour elle.
J'en peux plus, j'explose.


- Attends. Tu m'as fait ingérer une Potion à mon insu préparée par tes blanches mains, tout ceci dans le dessein de savoir si c'est moi ou pas celui qu'une femme t'a choisi ? Et tu as mis en place ce plan avec ce ... pour que tu voies ma déception, ma colère, à te savoir avec lui ? Que je sois malheureux ... Je suis fou amoureux de toi Purdey LaRoche Elda. Et ce depuis la première fois où j'ai posé mon regard sur toi.

Je la regarde, c'est vrai la première fois où je l'ai vue, j'en suis tombé amoureux à un point inconcevable. Même si elle ne me souriait pas directement, j'étais heureux. Car je voyais un sourire illuminer le visage de la plus jolie des filles à mes yeux. Même si je lui étais indifférent, je croisais les doigts pour qu'un jour elle me remarque enfin. Moi Mark Resnald, Serpentard discret et silencieux mais dont le regard s'illumine dès que je vois apparaître une crinière enflammée.
Mon regard devient mélancolique, elle me dit que Lilith m'a choisi pour elle. Et qu'en est-il de Purdey ? C'est pareil, je présume. Mais la douleur reste cuisante dans la poitrine. Un mince sourire vient se dessiner sur mes lèvres fines endommagées par la rixe occasionnée quelques instants plus tôt. J'aimerais la serrer dans mes bras, l'embrasser, la chérir, lui dire combien je suis fou d'elle.
Mais pour l'instant rien ne vient. C'est bloqué, je dois digérer ce qu'il s'est passé. Prendre du temps, du recul ... Un peu.


- M'aimes tu LaRoche Elda ? Ma question doit lui paraître suspecte, mais au moins elle est franche et sans fioritures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=d2Gce9-uQDQ&mode=related&search=
Purdey LaRoche Elda
Adulte
avatar

Nombre de messages : 1021
Age : 25
Maison : Ancienne Serpentard
Année : 1ère année [Moon Shadow]
Gain de Gallions : 12808
Date d'inscription : 24/01/2006

MessageSujet: Re: Est-ce toi ? [PV]   Mer 4 Juin 2008 - 21:35

*La sensation d’être libérée, d’un soulagement, d’avoir enfin dévoilé un secret qu’elle tenait en elle depuis bien longtemps. Le doute complétait ce soulagement. Comment prendrait-il cette nouvelle ? Toutes ces informations. Lorsque Purdey les avait apprises, certes pas toutes en même temps, mais elle avait eu du mal à tout comprendre et admettre.
Elle commençait à redouter sa réaction.
Elle le fixa, il portait sa main sur sa tempe et fermait les yeux. Elle en profita pour inspirer fortement.

Elle s’attendait qu’il lui pose des questions. Elle répondrait. De toute façon dans l’histoire c’était elle qui devait fournir des réponses et non l’inverse. Mais sa question irrita la jeune femme. Elle avait l’impression que ses mots avaient résonné dans sa tête comme un mensonge, un alibi peut-être pour qu’il ne lui en veuille pas trop.
Elle serra sa main droite, essaya de se calmer. Mais le ton arrogant sorti de sa bouche sans qu’elle ne pu faire grand-chose.*


"Elle existe. Je ne connais pas son histoire, je ne me suis pas franchement attardée dessus. Mais je sais qu’elle s’amuse joyeusement avec le destin des sorciers, dont le mien. Mais après tout j’ai peut-être inventé tout ça. C’et vrai, j’ai l’esprit assez tordu pour m’inventer une mort possible."

*Sa colère explosa plus fort que celle de Purdey. Elle l’observa parler. Son regard vert était devenu sombre. Si elle, était une fine manipulatrice, lui, était un sombre scroutt. Elle croisa les bras.
Elle avait l’esprit qui brûlait de colère. Les mots sortaient de sa bouche sans vraiment qu’elle s’en rende compte sur le coup.*


"Tu aurais préféré voir mon cadav..."

*Elle venait de fixer ses pupilles dans le regard doré du préfet. Ses lèvres étaient pincées. Elle ne bougeait plus.
A chaque fois. A chaque fois qu’il le lui rappelait : qu’il l’aimait depuis sa première année, elle se sentait mal. Il avait le don de la faire culpabiliser. Ou alors il avait le don de trouver les mots qui blessaient pour obtenir ce qu’il voulait des gens.
C’était donc de sa faute, à elle, si pendant cinq ans il la regardait amoureusement sans rien faire ? C’était sa faute si elle avait eu d’autres histoires. C’était sa faute.
Non, c’était trop simple.
Et elle ne l’accepterait pas aussi facilement.
C’était à lui de faire en sorte qu’elle le remarque plus tôt. Mais l’un comme l’autre ne semblait pas vouloir être en tort. Lui voulait la faire culpabiliser pour ces cinq années, et elle, avait joué avec ses sentiments. Lequel des deux avaient raison ?

Elle n’état pas décidé à reparler. Elle se sentait blessée, il ne la croyait pas. Au fond d’elle, elle n’acceptait pas ça.
Ces mots, les derniers qu’il venait de prononcer. Cette tournure de sa phrase. Les mots qu’il venait d’utiliser. Elle ne décrocha pas son regard du sien. Elle pouvait décomposer sa phrase, en repérer chaque mot et leur signification.
Il doutait de ses sentiments en lui posant cette question. Il mettait un fossé entre eux en l’appelant par son nom. Il attendait une réponse claire en franche de sa part.
Elle hésitait, pourtant ses sentiments étaient clairs. Elle doutait d’elle, même si ce qu’elle éprouvait pour lui n’avait pas changé.
Elle n’aimait pas ce genre de question. C’était comme un ultimatum. Comme un balancement qui définie tout le reste.

A plusieurs reprises elle avait essayé de lui répondre, mais ces mots étaient coincés dans sa gorge. Elle n’aimait pas qu’on lui force la main pour ce genre de choses. Elle avait pris l’habitude de dire ce genre de mots sans qu’on le lui demande.

Je dois lui dire. Mais bouse ! Pourquoi que je n’y arrive pas ?!

Les minutes passaient, s’écoulaient, Mark devait de plus en plus s’imaginer qu’elle allait ne rien lui dire ou alors qu’elle n’éprouvait plus rien pour lui. Or c’était tout sauf vrai. Elle quitta ses yeux, les ferma, soupira avant de replonger ses yeux dans les siens. Ainsi il verrait qu’elle était sincère.*


"Je t’aime Resnald."


Dernière édition par Purdey LaRoche Elda le Mar 24 Juin 2008 - 14:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodshed.forum-actif.net/index.htm
Mark Resnald
Elève modèle
avatar

Nombre de messages : 634
Age : 31
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 11597
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Re: Est-ce toi ? [PV]   Lun 16 Juin 2008 - 14:06

Je digère peu à peu les Vérités énoncées par Purdey.

Lilith, Destin, parents indignes et ignobles, soeur morte. Cadavre ? Je me rembrunis prestement. Trop rapidement, et je ne dis rien de bien avenant. Elle doit se foutre de moi ? Assurément. Si je voulais voir son cadavre ? Elle la mérite sa baffe. Je me contiens pour ne pas la lui mettre, tellement la fureur que j'engrage me fait me consumer de plus en plus.
Zen Mark, comme quand Loevi te pousse à bout. Reste stoïque et accuse encore. Tu te jetteras sur tes camarades quand tout n'ira plus, c'est ce que je me dis. Des proies, bah Loevi c'est la mieux. Bla bla bla, elle existe, vu le ton tranchant avec lequel elle vient de me le prouver, il en faut des minutes pour me remettre d'aplomb et ne pas lui hurler dessus.
Chut, je vrille mon regard doré dans le sien, et je lâche avec contenance, si je le peux. Un ton amer au bord de mes lèvres mates ...


- Oui, je me doute. Et non, je n'aurais pas voulu voir ton cadavre. Fis-je sur un trémolo grave, commençant à perdre de ma superbe.

Je lui ressors le couplet qui la blesse à chaque fois, j'y prends plaisir semble-t-il. C'est le cas, croyez le ou non. Le fait qu'elle ne m'ait jamais réellement remarqué, l'Ignorance dont je fus l'objet, j'aime à voir dans ses prunelles émeraudes, la peine que cela peut lui provoquer. Et la Culpabilité.
Mais je ne m'arrêterais pas là. Je lui ai posé la question, dont j'attends une réponse honnête. Elle met du temps à y donner la république. Je prends ça pour un "non". Anxieux, j'attends la délibération ultime. Savoir si oui ou non, je ne fus qu'un pauvre con dans l'Histoire Purdey LaRoche Elda - Mark Resnald.
Elle soupire, la belle affaire. Ses jaspes vertes fotn écho aux miennes suppliantes de réponses. Elle vient enfin.

Je t'aime Resnald.

Je les ai attendus ces mots, mais je ne souris pas. Je ne démontre pas d'affection à leur encontre. Je suis glacé, je pensais le Bonheur que j'éprouverais en entendant ces paroles. Non, rien n'y fait, je n'oublie pas la Trahison. Je suis rancunier et alors ?
Je vais jouer au Jeu du Talion, comme on l'appelle.


* Oeil pour oeil, dent pour dent comme on dit. * Le sourire aux lèvres, je le pense et je le mettrais en pratique.

Je connais une fille dont j'ai pris le Coeur mais qui me craint indubitablement. Worpel, elle ne me fera plus confiance mais j'userais de palabres axées sur ses désirs pour l'avoir sous ma coupe. Demelza Worpel, en petite amie ? Why not, le tout c'est de l'approcher. Mais je verrais, j'ai le temps.
Alors devant Purdey je joue le profil de l'Amoureux transi, le regard pétillant et le coeur au bord des lèvres, alors que je n'en pense pas moins. Que je lui rendre la monnaie de son Gallion coûte que coûte.
Est-ce que je me sentirais mieux après ?

Non, je ne pense pas. Mais mon Honneur serait vengé mais je serais dévoré par la Culpabilité.

Je l'aime trop. Trop. Ca me cisaille de devoir la faire souffrir, ça m'entaille de réagir ainsi, mais ma qualité reste le mensonge à outrance et je suis bon Comédien. Alors je joue.


- Je les attendais ces mots Purdey tu sais. Lui dis-je tendrement avant de la serrer dans mes bras ... comme avant.

De respirer le parfum de sa crinière rousse, de sa peau pâle et de me ruer dans le creux de son cou pour y fermer mon regard doré rempli d'intentions mauvaises à son encontre. Je joue double jeu, et ça va me retomber dessus ...
Je la serre étroitement, contre moi comme si c'était la dernière fois, avant la Tempête. Comme si c'était la dernière fois avant que je ne la perde ...
Définitivement. Mais je réfléchis encore, c'est ce qui me perd. L'Amour aussi.
Et bouse.


- Laisse moi un peu de temps. Fis-je dans le creux de son cou avant de me relever et de me retrouver face à elle.

Je défaille, je ne veux pas. Je DOIS lui en vouloir, je n'y arrive pas.
Je dois la détester, je l'aime d'autant plus.
Et j'agis comment moi ?
Comme un débile de Serpentard fou amoureux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=d2Gce9-uQDQ&mode=related&search=
Purdey LaRoche Elda
Adulte
avatar

Nombre de messages : 1021
Age : 25
Maison : Ancienne Serpentard
Année : 1ère année [Moon Shadow]
Gain de Gallions : 12808
Date d'inscription : 24/01/2006

MessageSujet: Re: Est-ce toi ? [PV]   Mar 24 Juin 2008 - 15:02

*Elle s'était retrouvée dans ses bras. Venait-il de tout lui pardonner ? Elle en doutait, ce n'était pas dans les habitudes du préfet.
Mais il était si bon d'être dans ses bras. Elle s'y sentait bien. Sa présence lui faisait tomber ce masque d'arrogance et d'agressivité qu’elle tenait avec les autres. Il l'apaisait.
Elle voulait que le temps s'arrête, qu'ils restent comme ça, tous les deux.
Pourtant elle le sentait, les choses n'allaient pas tourner comme ça. Mais cet espoir qu'elle avait, cet espoir qui n'allait servir à rien, elle luttait pour le faire vivre encore un peu.

Il avait attendu ses mots. Elle voulait lui faire des reproches, mais il logea son visage dans son cou. Il avait gagné. Encore une fois. Il la connaissait trop bien, il connaissait ses points faibles, il savait tout d'elle. Tout sauf ce qu'elle avait prit tant de soin de lui cacher.

Je le déteste, il sait comment agir avec moi.

Pourtant tout son corps et son cœur l'aimait. Elle ne dit rien, ne bougea pas. Elle était droite, les bras le long du corps. Elle craignait de bouger et qu'il se recule. Pourtant elle mourrait d'envie de passer ses mains dans son dos, ainsi que dans ses cheveux, de le toucher, des ses mains...
Le souffle du préfet caressa sa peau. Elle frémit. Il lui souffla des mots, dans le creux de son cou.

Un frisson parcourut son dos. Ses mots elle les avait redoutés. Elle aurait voulu qu'ils ne sortent jamais de ses lèvres. Il se redressa, réimposa un écart entre eux.
Elle le regardait, dans les yeux. Ils brillaient. Son regard émeraude pétillait de tristesse. De regret aussi, mais ça elle ne se l'avouera jamais.
Ses lèvres se pincèrent.
Les mots n'arrivaient plus à sortir.*


"J'imagine que je n'ai pas le choix..."

*Non, elle ne l'avait pas.
Mais le temps, pour lui ça signifiait combien de jours ? De semaines ? De mois ? Des années ?
Elle avait peur. Peur qu'il ne revienne jamais, peur que tout s'arrête là. Ses mains étaient devenues moites. De son pouce elle toucha une de ses bagues. Son regard se posa dessus. C'était celle que Mark lui avait offert à la Saint Valentin.
Elle étouffa un sanglot. Elle se refusait de s'effondrer devant lui. Elle ne voulait pas.

L'envie irrésistible de se jeter dans ses bras, d'y verser toutes les larmes de son corps, de lui parler, ... elle repoussa toutes ses envies. Elle le regarda, une dernière fois. S'il n'était pas si stupide que ça, il décèlerait peut-être une pointe de regret dans ses yeux. Le verrait-il seulement ?
Elle tourna les talons.
Julian était-il parti ? Elle n'en savait rien, mais s'il était toujours là, il trouverait bien le moyen de retourner d'où il venait. Elle passa donc devant l'infirmerie sans y entrer.
Une larme coula sur sa joue, suivit d'une autre et elle s'effondra une fois sûre d'être hors de vue de Mark.

Qu'est ce que je viens de faire ?

Elle le savait si bien pourtant, mais c'était ce que cela allait engendrer qu'elle ignorait.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodshed.forum-actif.net/index.htm
Mark Resnald
Elève modèle
avatar

Nombre de messages : 634
Age : 31
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 11597
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Re: Est-ce toi ? [PV]   Mer 25 Juin 2008 - 21:01

Everything




Find me here
And speak to me
I want to feel you
I need to hear you
You are the light
That's leading me to the place
Where I find peace again



Elle est tout ce que j'ai toujours voulu. Au plus profond de moi-même. Je l'aime et l'admire depuis mon entrée à Poudlard ma belle Bulgare. Mon si joli Trésor ... Je l'ai dans mes bras, j'aimerais la garder. Je le voudrais. Mais je ne le peux. Alors je rumine ma Jalousie et mon vil dessein de la faire souffrir.
Comment vais-je m'y prendre ? Le plus salement du monde. Comme un goujat que je suis en fin de compte. Je respire son odeur, elle m'apaise. Elle me fait trouver la Paix quand je suis en proie à mes plus noirs démons. C'est elle dont j'ai besoin. D'une injonction quotidienne de Purdey LaRoche Elda. Mais j'ai stoppé mes doses visiblement.
Je ne lui pardonne pas. Pas pour le moment. Je tente. J'essaye oui. Mais je suis rancunier et le Pardon n'est pas mon meilleur ami. Mais je tente, une fois. Mon étreinte lui donne espoir. Je ne l'aurais pas touchée sinon. Sûrement pas. Je m'y accomode. Je délaisse l'odeur de Falcon pour respirer celle de ma petite amie.

Purdey. J'aimerais lui dire que je regrette d'avoir agi violemment envers l'ex-Préfet. Mais rien à fiche, il le méritait.



You are the strength
That keeps me walking
You are the hope
That keeps me trusting
You are the light to my soul
You are my purpose
You're everything



Elle est mon essence, ma merveille qui me fait avancer. Mais je la relâche indubitablement. En lui disant que non, j'ai besoin de réfléchir pour lui octroyer la Rédemption. Je suis long à la détente et alors ? Mark Resnald est ainsi. Une dernière caresse sur la joue, un tendre baiser sur ses lèvres. Juste y goûter encore une fois tant j'aime son Parfum.
Je l'aime et j'aimerais le lui dire. Mais ça se bloque dans ma gorge et je ne peux lâcher qu'un grognement étouffé d'impuissant chronique. La retenir ? J'aimerais là encore. Mais j'en deviens trop faible pour le faire. Alors qu'est-ce que je fais ? Je ne fais rien. C'est plus simple. Son regard perlé de regret me transperce le Coeur, m'arrache les entrailles et me vide de toute substance ...
C'est trop dur de croiser ses prunelles émeraudes ravagées par la repentance. Je reste pourtant à la regarder et je sais qu'elle est sincère envers moi. Elle n'aurait pas ce regard sinon. Il me chiffonne. J'en suis tout retourné.




You calm the storms
And you give me rest
You hold me in your hands
You won't let me fall
You still my heart
When you take my breath away
Would you take me in take me deeper now




Son geste, le fait de toucher l'une des bagues me glace. Celle de la parure de la Saint Valentin. La première passée ensemble qui signifie tant pour nous deux. Elle a gagné, j'en suis effondré. Mon regard doré ne démontre plus la mesquinerie dont j'ai fait preuve à son égard quelques instants plus tôt, mais la Peine, la Tristesse que je suis parvenu si facilement à lui infliger.
Douloureusement, sciemment. Même avec une certaine délectation notoire. Et bouse, que je me hais. Everything, elle est "tout". Tout ce dont je rêve et dont je me bats pour la rendre heureuse. Et là qu'as tu fais bouse de Troll ? Le Malheur, c'est tout ce que tu sais apporter dans ton sillage. Leroy ne dort plus, et Purdey ne va pas tarder à suivre le même chemin.
Tout ceci par ma faute, mon unique faute. Mais pourquoi a-t-elle agi comme elle l'a fait ? Pas le choix sans doute. Mais Falcon était le meilleur choix pour me faire sortir de mes gonds et de me voir exploser durement. Pourquoi ?
On souffre tout les deux. Comme un couple uni dans les batailles et les moments heureux.
Là c'est les pleurs en perspective.

Est-ce que je pleure ? Il se pourrait que des larmes amères perlent sur mes joues mates ...

Elle m'a regardé une dernière fois et s'en est retournée. J'aimerais poser ma main gantée sur son épaule et lui témoigner tout mon Amour par un baiser passionné et des mots tendres. Mais la seule chose que je parviens à élaborer dans ma sale caboche, c'est d'avancer la main vers elle mais sans la toucher.
Je m'en broierais presque les métacarpes à serrer le poing aussi fort que je suis en train de le faire, tout ça parce que je suis trop lâche pour lui avouer que malgré tout je l'aime. A un point si inconcevable que moi-même je ne le comprends pas, je ne le pige pas. Ca me laisse con.


* Purd' je t'aime comme un fou. Ah ! Il est beau l'Héritier BloodDust, Préfet et Capitaine, Attrapeur des Serpentards à ne pas lever le petit doigt alors que sa petite amie disparaît de sa vue ...

Je n'y peux rien. Je lui ai dit que je prenais mon temps. Et je le prendrais mais pas trop longtemps. Sûrement pas.
Alors moi aussi je m'éclipe, je tourne les talons direction la Salle Commune pour me plonger dans sa rassurante Obscurité et y craquer comme je ne l'ai jamais fait.




And how can I stand here with you
And not be moved by you
Would you tell me how could it be
Any better than this
And how can I stand here with you
And not be moved by you
Would you tell me how could it be
Any better any better than this
And how can I stand here with you
And not be moved by you
Would you tell me how could it be
Any better than this
Would you tell me how could it be
Any better than this ...





¤ To Be Continued ... ¤
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=d2Gce9-uQDQ&mode=related&search=
 
Est-ce toi ? [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1 -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard - Ecole de Magie :: Château :: L'Infirmerie-
Sauter vers: