Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chaque jour de plus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Seth Cullen
Créature Magique
avatar

Nombre de messages : 313
Maison : Serdaigle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 11455
Date d'inscription : 13/02/2008

MessageSujet: Re: Chaque jour de plus   Sam 15 Mar 2008 - 12:02

Visiblement le cerveau d’Eden commençait à s’éveiller aux différents mystères qui avaient turlupinés Seth ces deux dernières années. De toutes les questions qu’il s’était posées, celle-ci fut souvent remise sur table bien qu’elle ne lui sembla jamais constructrice. Pourquoi le vampire, qui brillait normalement par son manque d’attache et sa dénégation du monde humain et de l’émotivité, avait eu envie de le sauver ? La femme vampire n’était pas sans savoir ce qu’elle risquait en buvant le sang altéré d’un être mordu par un loup-garou. Seth n’avait jamais rien conclu d’autre que ce qu’il partagea à Eden.

- On s’est déjà posé la question et c’est incompréhensible... on dirait que le vampire avait envie de... de se suicider. Peut-être qu’elle en avait assez de son immortalité. Pourquoi combattait-elle ce loup-garou dans la forêt ? D’habitude, ces deux ennemis mortels s’évitent... quand je les regardais se battre, avant qu’ils ne me repèrent, il m’a semblé que loup-garou avait l'avantage. Dès mon apparition, le vampire a agi différemment.

Seth commença à ranger les assiettes, couverts et la nourriture qui restait. Son regard erratique allait entre différentes pensées et souvenirs. Deux ans qu’il cherchait des réponses et plus rien de nouveau ne venait. Depuis que son père avait exécuté le mage noir qui lui préparait une potion mensuelle pour ralentir le processus de transformation, Seth avait perdu sa plus grande source d’informations.

- J’ai supposé beaucoup de choses, reprit-il. Elle voulait l’affrontement avec le loup-garou mais mon arrivée impromptue a changé ses plans. Elle ne devait pas avoir envie que l’autre bête me transforme en loup à mon tour. Cela ne faisait qu’un cabot de plus alors qu’elle se battait pour mourir mais avec l’appréciable projet d’en finir quand même avec lui. Faire d’une pierre deux coups de baguette en somme.

Le Serdaigle se releva et saisit sa cape qu’il alla poser derechef sur les épaules d’Eden tout en continuant de rassembler leurs affaires. La nuit les chassait, rapprochant l’heure du couvre-feu et de la vigilance d’un Rusard sycophante qui menaçait de ses heures de colle les samedis matins paisibles.

- Je ne crois pas qu’elle voulait me sauver, fit-il à Eden en l’écartant doucement de son drap afin de le replier. Je crois qu’elle voulait me laisser pour mort avec la certitude que je ne me transformerais pas en loup-garou. Je crois qu’elle est morte et qu’il n’était pas dans ses projets de concevoir un hybride. Je suis sûr qu’elle ne savait pas ce qu’il arriverait mais elle m’avait demandé ce que je voulais... si je voulais devenir lycanthrope. J’ai dit non.

Le rangement étant terminé, les deux jeunes amis s’en allèrent par le parc rejoindre l’enceinte du château tout en continuant de converser.

- Elle a peut-être essayé sans trop y croire... ce qui comptait était de ne pas laisser un loup-garou de plus sans rien faire pour l’empêcher... Elle ne devait pas se douter que je survivrai à mes morsures... avec Liam et Japhet, nous sommes secrètement allés consulter un obscur mage noir qui s’appelle Ebert... ce sorcier m’a raconté presque tout ce que je dois savoir sur le vampirisme et la lycanthropie. En échange de pouvoir m’étudier, il me préparait une potion pour ralentir le processus de transformation afin que je puisse finir mes études. J’en avais envie. Plus que tout, je voulais prolonger l’illusion d’une vie égale à celle des autres. Selon Ebert, le vampire n’a pas pu terminer son travail. Pour être certaine que je fusse mort elle aurait du me couper la tête. Pour être certaine que je fusse un vampire, elle aurait dû attendre mon réveil pour donner son prénom et savoir à qui je devais mon éternité. C’est un rituel obligatoire chez les vampires. Mais... il est probable que son intoxication l’a tué avant de pouvoir m’achever.

Arrivés dans la cour qui menait au hall, Seth s’arrêta et se tourna vers Eden:

- Garde ma robe, tu me la rendras demain, comme ça, je suis certain que je te reverrai, sourit-il. Nous continuerons cette conversation... vendredi prochain... comme ça, encore, je suis certain que je te reverrai.

Une dernière fois, Seth leva sa main vers le visage d’Eden. Il approcha ses doigts de ses cheveux mais les trémulations de son estomac l’empêchèrent de renouveler le contact. Lui dire bonne nuit en lui vomissant dessus n’était pas une jolie façon de conclure ce vendredi soir. Et tout le monde penserait comme lui.

- Il ne faut pas tenter le diable, confessa-t-il à regret en baissant sa main, songeant bien que le diable c’était peut-être lui, le toucher, ce n’est définitivement pas mon truc.


Ravenclaw
17 ans pour toujours - 7ème année
BATTEUR
Japhet - 6ème année - Serdaigle
GARDIENNE
Liam - 7ème année - Serpentard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden Sanders
Préfète
avatar

Nombre de messages : 460
Age : 34
Maison : Gryffondor
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 11462
Date d'inscription : 22/02/2008

MessageSujet: Re: Chaque jour de plus   Dim 16 Mar 2008 - 22:21

Vêtue à nouveau de la cape qui avait provoqué une bien étrange situation, Eden se réchauffa peu à peu. Elle écoutait Seth, et sans savoir réellement pourquoi, elle se sentait encore plus proche de lui. Elle était loin d’avoir vécu ce que lui avait traversé depuis cette fameuse nuit. Mais elle se sentait proche de lui.

Il lui avait confié quelque chose qu’il partageait auparavant avec sa famille seulement. Certes les circonstances l’avaient fortement poussé à le faire, on ne pouvait pas dire que ce soit une furieuse envie de se confier à elle qui eut provoqué ses dires.
Cependant c’était fait.

Alors qu’elle marchait à ses côtés elle se demandait si réellement Seth accepterait de la voir, ou si leur relation en pâtirait. Elle savait pertinemment qu’elle ne dirait rien. Bien que son propre secret n’ait pas les mêmes conséquences sur sa vie, elle pouvait aisément se mettre à la place du jeune garçon et ne le trahirait pas.
Elle comprendrait qu’il préfère prendre ses distances par rapport à elle… Mais elle espérait secrètement qu’ils continueraient à se retrouver les vendredis soirs. Parce que quoi qu’ils se disent, quoi qu’ils y vivent, ces moments restaient particuliers. Elle aimait chacun d’eux. Celui de ce soir avait été fort. Elle ne parvenait pas à dire si ça plus grande peur avait été de finir au fond du lac en se rappelant le regard dur de Seth, ou si c’était la crainte de perdre son amitié qui l’avait emporté.

Amitié.

Ça y est, elle l’avait lâché ce mot barbare. Celui là même qui la faisait trembler depuis si longtemps. Qu’elle se refusait à prononcer, auquel elle s’interdisait même de penser.
Un ami c’était quoi ? Une personne à laquelle on s’attachait plus encore chaque jour et que l’on finissait par perdre dans la douleur la peine et bien souvent la rancœur.
Elle finirait par perdre Seth. D’une manière ou d’une autre. Elle en était consciente. Pourtant pour la première fois de sa vie, elle acceptait de vivre ce qu’il y aurait avant la perte. Pourquoi ? Parce qu’elle réalisait qu’elle avait peut être plus à perdre en refusant cette amitié qu’en la vivant. Etrange.

Finalement la petite échelle acceptée sur un rempart avait était laissée dans le massif de fleurs au pied du château, assortie d’un petit mot « Tu connais le chemin. ».

Elle en était même venue à attendre de lui qu’il franchisse les remparts tous les vendredis soirs, et si par hasard il était en retard, elle se surprenait à être déçue de peur qu’il ne vienne pas. Bien sûr, elle aurait préféré se jeter au fond du lac en s’attachant elle-même la pierre au cou, plutôt que de lui avouer, mais c’était un bon début d’accepter de le ressentir.

Son petit cœur solitaire comprenait peu à peu que l’homme n’est pas fait pour être seul, bien qu’il ait beaucoup de mal à vivre avec les autres.
Certains disent que l’homme est un porc épic. (Un porc épique aussi remarque.)
Pour dormir ces petites bêtes ont besoin de partager leur chaleur pour s’endormir. Ils se collent donc l’un à l’autre pour passer la nuit. Il arrive quelque fois que l’un se blesse aux épines de l’autre. Et pourtant, chaque nuit, ils se rapprochent un peu plus, préférant la souffrance à la solitude.

Parvenus dans la dernière cour avant le grand Hall, il lui proposa de garder sa robe. Elle lui répondit d’un sourire.
Peut être que vendredi prochain, elle l’oublierait… pour être sure de le revoir.

En réponse à son sourire ? Ou juste pour se montrer qu’il pouvait ? Par envie ?
Elle n’en avait aucune idée. Toujours est-il qu’il fit ce geste.

A nouveau sa main s’élevait vers ses cheveux. Eden la suivit des yeux, sans bouger, le souffle court. Seth avait l’air de souffrir de son propre geste, inutile d’en rajouter en bougeant ou lui soufflant dessus comme un bœuf.
Alors que les mèches soyeuses n’étaient plus qu’à quelques centimètres de ses doigts, il arrêta son geste.

Eden lui adressa une petite moue faussement déçue, assortie d’un joli clin d’œil. Peu importe qu’il ne soit pas allé au bout de son geste. Ce qui comptait, c’est qu’à deux reprises ce soir, il est eu envie de le faire.


- C’est pas grave, il ne faut pas abuser des bonnes choses. Merci pour ta robe. Je vais rentrer maintenant.


Elle franchi les quelques marches qui les séparaient de la grande porte. Elle était plus grande que lui pour une fois, perdue dans la robe qui à la taille de Seth la faisait paraître minuscule. Eden se retourna une dernière fois et dans un sourire des plus sincères lui murmura :

- « Définitivement », c’est comme « jamais », c’est comme « toujours »… ce sont des mots non convenables dans la bouche d’un jeune sorcier. On ne dit pas, « je t’aimerai toujours », on n’affirme pas, « je ne t’oublierai jamais », et surtout on ne prétend pas « Je ne peux définitivement pas te toucher. »


Un dernier regard malicieux, et la petite demoiselle dans sa trop grande robe franchi la porte.


Le diable ? Elle vous aurait répondu que non seulement elle l’aurait tenté, mais en plus, elle l’aurait convaincu.




[Fin]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Chaque jour de plus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2 -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard - Ecole de Magie :: Autour du château :: Parc du Château et cour de récréation-
Sauter vers: