Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 All you need is love

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Althea Belrin
Personnage Inactif
avatar

Nombre de messages : 858
Age : 26
Maison : Gryffondor
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 12679
Date d'inscription : 26/11/2006

MessageSujet: All you need is love   Dim 2 Mar 2008 - 14:33

Situation :
Lieu : cour de récréation, légèrement à l'écart du passage des élèves sans être caché
Date : Cela fait presque une semaine qu'Althéa et Mélusine sont rentrées à Poudlard
Heure : 10 heure du matin, entre deux cours
Suite de ce sujet : ici


Image hébergée par servimg.com



Dès son retour au château, Althéa avait discrètement pris contact avec Malika pour savoir où en était leur filtre d'amour. Elles n'avaient malheureusement pas pu le mettre en place avant à cause de son renvoie. Elles avaient discuté un moment ensemble (que c'était bon de se retrouver !) et avait décidé de le mettre en oeuvre le plus vite possible pour deux raisons.
De un : leur potion serait plus l'efficace. De deux, Mélu' n'avait pas vraiment pas la tête à l'amour ces jours-ci et il fallait que cela change.
En effet, même de retour à Poudlard, les contacts avec leur professeur de vol restaient impossibles. Oui, elle était une des seules à savoir que son amie entretenait une liaison avec lui... Mais motus et bouche cousue, jamais la BRIME ne devait l'apprendre. Althéa gardait donc cette motivation pour elle seule. Et de toute manière, rigoler un peu était déjà une très bonne excuse pour cette blague...
Maintenant, si quelqu'un osait comparer leur filtre à ce qui c'était passé à la saint valentin, ils avaient tout faux ! Celui-ci serait spéciale... Les deux personnes touchées par le filtre ne pourraient pas résister à l'attrait qui s'exerceraient sur eux. Mais la plus grande différence était que Malika et Althéa pouvait choisir les deux personnes qui "s'aimeraient". Il suffirait de les faire boire le filtre puis de les mettre en présence de l'un et l'autre...

Le matin même donc, Althéa s'était occupée de verser dans le jus de citrouille (beurk !) de Mélusine un demi verre de filtre d'amour puis, aussi discrètement, elle était allée s'occuper de la boisson de Mark.
Miracle miraculeux (>.<), elle avait réussi sa mission sans faire de trollerie !
Malika s'était ensuite occupée d'amener Mélusine à travers les couloirs jusque dans la cours. Quand à Althéa, elle avait du faire de même avec Mark ce qui n'avait pas été une mince affaire. Elle avait fini par lui agiter la baguette sous le nez (que c'était bon de l'avoir de nouveau !) en lui criant que s'il ne la suivait pas, il allait manquer le plus grand moment de sa vie ! Elle n'était pas sûre qu'il l'ait crut mais sûrement par curiosité, il la suivit sans plus poser de problème.

Et voilà que dans la cour se trouvaient enfin Malika accompagnée de Mélusine et Althéa en compagnie de Mark qui se faisaient face. Les regards des deux piégés se croisèrent et se fut le coup de foudre... Il ne restait plus qu'à assister à l'orage !


Si j'ai fait une quelconque erreur avec la chronologie ou quoique ce soit d'autre, dîtes le moi et je corrigerai !


Dernière édition par Althea Belrin le Sam 8 Mar 2008 - 21:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine McEwan
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1651
Age : 33
Maison : Ancienne Gryffondor
Gain de Gallions : 13067
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: All you need is love   Mar 4 Mar 2008 - 10:48

Moi, j'ai juste une question: le filtre, il est dosé comment ("un peu", "beaucoup", "passionnément" ou "à la folie")? Histoire de savoir.

Rien à priori ne paraissait distinguer ce matin-là de tous les autres matins -du moins depuis qu'Althéa et elle avaient été réintégrées (Merlin merci)-. En résumé, Mélusine, ancienne ex-Gryffondor, goûtait aux joies de son jus-de-citrouille-kumquat-papaye-verte-orange matinal au milieu de ses rouge-et-or bien-aimés (et non loin de ses bleu-et-bronze bien-aimés, de ses jaune-et-noir bien-aimés et de ses vert-et-argent pas bien-aimés).

Une kissouille sur la joue signée Althéa. Un autre verre de jus de citrouille pur. Althéa qui lui filait du jus de citrouille, ça aurait dû lui mettre le doxy à l'oreille si, à ce moment-là, son regard ne s'était malencontreusement posé sur la table des professeurs. Sur une paire de pupilles noires qui avaient fini de se noyer dans leur café, pour être précise.
Juste un instant.
Elle s'accorda une seconde d'éternité avant de détourner le regard. Elle ne savait pas si l'amour frôlait la haine mais, dans son coeur, Eros et Thanatos se livraient bataille. James contre la B.R.I.M.E. . Elle leur ferait payer chaque minute qu'ils lui volaient. Qu'ils leur volaient. En attendant cet heureux jours, elle but son surplus de jus de citrouille avec plaisir. C'était dingue, même d'ici elle sentait
son odeur. Boum. Boum. Boum-boum-boum. Le myocarde qui donne le rythme et double la cadence. Dernière gorgée. Un vertige. Elle voulut se retourner. Juste voler de quoi être capable de supporter sa journée -à tous les coups, ils se tapaient Rogue en première heure (mais si, bien sûr qu'elle était heureuse d'être de retour au château, mais fallait pas non plus lui demander de sauter de joie à la vue d'un scalp huileux).

Son amie disparue, une autre jeune fille au comportement tout aussi étrange se mit en devoir de la traîner elle-ne-savait-où, gazouillant elle-ne-savait-quoi à propos de elle-n'en-avait-rien-à-secouer. Mais, parce que prendre racine dans la Grande Salle n'était pas dans ses projets à plus ou moins grande échelle, elle la suivit docilement, compulsant mentalement son emploi du temps pour visualiser quand aurait lieu le prochain cours de vol. Le temps d'arriver dans la cour, Zyn connaissait le nombre exact d'heures, de minutes et de secondes qui la séparait de cet heureux moment. Avoir passé près de deux mois binômée avec Althéa (trinômée, si on comptait le petit schtroumph) qu'elle sentit presque sa présence. Songeant qu'elle aurait peut-être dû écouter ce que disait Malika (faisait-elle partie de la L.I.B.E.R.T.E.? Elle ne savait même plus), Zyn esquissa une moue d'excuse indiquant qu'elle ignorait pourquoi elles se trouvaient là. Jusqu'à ce qu'elle se rende compte qu'elles n'étaient pas seules. Une autre paire de pieds tenaient compagnie à ceux d'Althy. Pieds accompagnés de jambes. Jambes qui étaient accrochées à un torse. Torse sur lequel pendouillait un insigne de préfet. Et une cravate verte-et-argent. Berk. Le temps qu'elle se rende compte de ce qu'elle voyait, le regard de Mélusine était remonté jusqu'au cou. Lui-même surmonté d'une tête. Avec deux yeux en plein milieu.


'Resnald.'

Magnifiques yeux au demeurant.

'Ennemi. Ennemi. Ennemi.'

Rougissement. Bafouillement.

"Maaark... ?"

'Mark?'

Encore vaguement consciente qu'elle le détestait (deux heures auparavant), qu'il était Serpentard, qu'elle était Gryffondor et que quelque chose d'anormal, d'absolument indécent était en train de la perturber, Mélusine tourna les talons.

'Courage! Fuyons!'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com/
Mark Resnald
Elève modèle
avatar

Nombre de messages : 634
Age : 32
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12410
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Re: All you need is love   Mar 4 Mar 2008 - 14:00

Il l'avait senti qu'il aurait dû rester bien au chaud, lové dans ses couvertures de Serpentard ...

Et non ! Ca n'aurait pas été drôle en fin de compte. Bon il faisait maintenant une semaine qu'une certaine rouquine, ah non deux, avaient été réintégrées dans l'enceinte de Poudlard au plus grand dam d'un certain Préfet des Verts et Argent, qui se rappelait d'un certain TP avec Monsieur des Lys qui avait mal tourné.
En compagnie de qui ? De Mc Ewan, la Rougeâtre : Capitaine des Gadflies et ennemie du Capitaine des Green Evil par corrolaire. Mais il semblerait qu'un certain coup de pouce ait voulu changer la donne .... Si au moins Mark l'avait su, oui, il ne se serait pas montré dans la Grande Salle.
Assis à la table de ses comparses, en compagnie de sa petite amie, il se mettait à converser quand il vit arriver une tête qui ne lui était pas inconnue ... Althéa Belrin ? Que venait-elle faire à sa Table avec un grand sourire qui ne disait rien qui vaille au sixième année, mais qui ne fit aucune réflexion. Se tournant vers Purdey, parce que la Miss Althéa ne l'intéressait pas plus que cela, il reprenait sa si affriolante discussion.
Discussion sur quoi ? Si oui ou non, la jeune rouquine est une vile tentatrice dans tout ses vêtements. N'importe quoi, et cela se passe de commentaires ... Souriant et affable avec elle, il ne se doutait pas de ce qui allait lui pendre au nez.

Verre de jus de citrouille porté à ses lèvres mates, regard en coin en direction de la table des Rouges et Or. Personne d'intéressant, même pas son Pink Man.

Délaissant Purdey au profit d'Althéa ? D'Althéa ? Mais elle en pincait pour lui ou quoi ? Tout deux dans le Grand Hall à se regarder en chiens de faïence, la jeune femme par un procédé des plus infâmes lui fit comprendre qu'il devait la suivre, sinon il s'en repentirait. Ca se voyait qu'elle ne connaissait pas l'Héritier BloodDust elle ... Bougonnant, ronchonnant et pestant, Mark dut se taire quand il vit arriver pointé, sur son visage la baguette de la Gryffondor et un ton ferme qui s'échappait de ses lèvres.
Le regard doré s'étrécit furieusement, à coup sûr c'était un coup monté, mais que pouvait-il y faire ? Haussant les épaules en direction de sa petite amie, il ne peut que se faire entraîner par Belrin, totalement perdu et désabusé face à la situation.
Mains gantées dans les poches de son pantalon de Serpentard, et cravate portée en ceinture, et chemise légèrement ouverte, le Serpent déambulait derrière la Lionne, tout en maugréant des paroles indéchiffrables. Que Miss Belrin ferait mieux de ne pas entendre ... Le regard doré s'empressa d'embrasser les lieux et le cerveau d'enregistrer l'endroit ...
Bouse ! Ca sentait mauvais, et pour une fois ce n'était pas Testarotho le chat de Mark. Il l'était passé où lui d'ailleurs ? Sûrement à traîner avec Muguet ou Miss Teigne ... Bref, c'était pas cool ...


* Hein ? Le Parc .... Ouh Althéa, tu vas me le payer, ton coup fourré, triple buse !*

Pas le temps de penser des jurons et une vengeance salés, que déjà Mark voyait quelque chose de bizarre, comme un plan fait à l'avance ... Et ça lui retombait sur le chaudron encore une fois. Tiens ? Malika Stevens ? Elle n'était pas dans des bouquins elle ? Apparemment non. Et pire encore, elle avait traîné la Mélusine Mc Ewan avec elle.
Le regard du jeune homme se fit inquisiteur sur les deux entremetteuses, mais croisant le regard noisette de sa rivale, il ne put qu'afficher un sourire étrangement gêné ... et stupide de surcroît. L'effet du filtre commençait à faire rendre un Mark Resnald fou amoureux d'une Mélusine M M M Mc Ewan ...
Oups. Attendez, on rembobine là ... Elle l'a appelé Mark ? Alors qu'il s'était fait baffer et traiter de tout les noms durant leur seule cohabitation ? Space .....
Et ce rougissement, le Préfet n'était pas dupe. Ouille .... Pour sa part, le regard doré se posa entièrement sur la Capitaine, et un large sourire étira ses lèvres mates, de toute manière c'était foutu ...

Et mais elle se barre ? Oh !


- Mélusine ! Hé ! Une main gantée de cuir noir vint saisir une de celles appartenant à sa Spicy Pumpkin. Se retrouvant derrière elle, le torse contre son dos, il put sentir à loisir le délicat parfum qui émanait de sa chevelure de feu ...

Elle est si belle. Trop belle. Et le coeur qui n'a de cesse de cogner encore plus fort à chaque effleurements d'avec la crinière de flammes de Mc Ewan.

Une supplique de la part du jeune homme, (les autres elles doivent bien se marrer), contre le cou blanc de sa comparse envers qui il commence à avoir un drôle de Sentiment ...


- Reste Mélusine. S'il te plaît ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/watch?v=d2Gce9-uQDQ&mode=related&search=
Mélusine McEwan
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1651
Age : 33
Maison : Ancienne Gryffondor
Gain de Gallions : 13067
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: All you need is love   Mer 5 Mar 2008 - 15:35

Bon. Vendu. C'est "à la folie". Evil

Mélusine.
Elle avait tellement l'habitude des
Mélu, Zyn et autres McEwan qu'elle en avait presque oublié le goût de son prénom. Prononcé par une voix grave, il en était presque plus beau. Unique.
Deux mains qui s'attrapent, qui se serrent, qui se raccrochent.


'J'aurais préféré mains nues. C'est plus ****' <= auto-censure

Ah non. Pas ça! Qu'elle perde la tête. Passe encore. Mais que sa tête perde le Nord et là, c'était la fin des citrouilles.
Et en plus, elle se retrouvait tout contre lui. Magnifique. Horrible. Troublant. Gênant.
Il était si près qu'elle sentait son odeur. Elle ne le voyait pas mais elle le
sentait. C'était dans des moments comme celui-là où on prenait conscience que la vue était un sens vraiment secondaire. Même si c'était indécent de se sentir aussi bien juste parce qu'il lui effleurait le dos. Tout comme c'était indécent d'entendre son coeur s'accélérer juste parce qu'il avait prononcé son prénom. Parce qu'elle n'était plus une McEwan mais juste Mélusine. Elle. Juste elle.
Mais ce fut le s'il-te-plait qui acheva de la troubler.
S'il. Te. Plaît. Pourquoi elle se rendait soudain compte de l'implication de ces simples trois petits mots. S'il te plaît, c'était une vraie prière. Trois mots qu'on prononçait trop souvent à la légère.
S'il lui plaisait? Embarassed

Non. Non. Non. Certainement pas.
Oui. Un peu.
Tout en songeant à la bouse dans laquelle elle se foutait (toute seule en plus), la jeune rousse se retourna doucement, prenant bien garde à s'écarter de Mark. Déjà qu'elle était en train de virer complètement hystérique, elle répondait plus d'elle si elle devait encore le toucher. Si elle voulait se maîtriser, elle avait besoin d'espace. Et, incontestablement, elle devait se maîtriser. Par Merlin, les Gryffondor et les Serpentard se DETESTAIENT par principe. Détester, ça voulait dire avoir envie de duels, de baffes, de fritages et d'insultes. Pas d'étreintes et de mots doux.

Bouse. Bouse. Et re-bouse. Et crottes de doxys confites. Sépulcre. Sac à méduse. Têtes de scroutts empaillées. Et la liste était encore longue.

Toujours est-il qu'elle se retourna. Qu'elle s'éloigna. Qu'elle le regarda. Décidément, ça devenait une maladie. Qu'elle rougit. C'était plus une maladie. C'était une malédiction.
Un magnifique sfumato* brouillait son champ de vision. Par contraste, Mark en paraissait presque plus réel. Le monde était Mark et mark était le monde.
Bref, elle le regarda. Droit dans les yeux. Encore. Ses beaux yeux verts et dorés. Les symptômes s'aggravaient. Ses yeux. Sa peau. Sa bouche. Il était absolument... adorrible.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com/
Mark Resnald
Elève modèle
avatar

Nombre de messages : 634
Age : 32
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12410
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Re: All you need is love   Jeu 6 Mar 2008 - 13:47

Le jeune homme revenait sur ses pensées d'auparavant ... Non, en effet, il aime à être ici à la contempler.

Généralement l'on peut trouver une guerre ancestrale entre Rouges et Verts. Mark Resnald fait partie de ceux qui justement entretiennent cette distorsion inter-Maisonnées. Mais être proche de "sa" Gryffondor préférée, il n'a de cesse d'y penser et y repenser encore.
Il aimerait la toucher à s'y brûler, se perdre éhontément dans sa crinière rousse et n'avoir qu'à sombrer dans le regard bleuté de la Capitaine. Mais il semblerait que sa Raison domine et qu'un mal de crâne vient à le posséder. Raison ou Coeur ? Le match n'est que nul, car il sait que quelque chose flanche et qu'il y a un énorme Sombral sous la butée. Comprendre ici : qu'il y a anguille sous roche. Et une grosse anguille même.
Mais il ne peut aller contre le fait de serrer Mélusine contre lui ... comme possédé par quelque chose d'inavouable et qui l'entraîne mystérieusement dans la Bouse la plus profonde ... Que faire ? Le corps n'écoute déjà plus les ordres du cerveau. Le cerveau est noyé dans une béatitude abstraite rien qu'en regardant la jeune femme. Plus âgée de lui d'une seule année, mais ça personnellement il s'en fiche royalement.
Or un pincement des lèvres mates et un hochement de tête signifiant une bataille intérieure tout en regardant droit devant lui, une certaine personne ...

Comment réagir à cela ? Il n'a aucun manuel et n'arrive pas à affirmer ce qu'il se trame dans son encéphale grise.

Alors quoi ? Fuir comme un lâche qu'il est en fin de compte ? Non, car la présence de Mc Ewan lui était vitale et s'en allait ainsi risquait de le priver de son essence. Invariablement et sans qu'il ne se l'explique : elle lui manque déjà. Toujours en train de se secouer les méninges pour trouver une solution à cet épineux problème, il reste statiquement ...pensif.
Et Mélusine, elle en pense quoi elle ? A voir son regard amoureux; elle doit être de l'avis de ne plus le quitter. Et grosse bouse de compétition. Se secouer en pensant à une chose qui le dégoûterait bien ? Style une Loevi Leroy. Non, ça ne marchait strictement pas. Alors quoi ? Il n'y avait qu'Elle et encore Elle. Même face à Elle, il ne pouvait détacher son regard doré pour scruter les alentours du Parc.
Qu'on vienne le libérer de l'emprise de cette Diablesse.

Quoique non ... Et pourquoi ne pas se laisser tenter justement ?


* Non Mark analyse la situation. Toi t'es un Serpentard et elle une Gryffondor. Donc par analogie vous pouvez pas vous piffrer, c'est dans vos gènes. Alors pourquoi, mais pourquoi j'en deviens obsédé par elle ? A vouloir ne serait-ce qu'un baiser ou sentir l'odeur de sa peau contre la mienne .... Tu deviens fou, que je m'extirpe quand j'en ai encore le temps ... Mais mes pieds refusent de me porter autre part. Nom de ... !*

La plus longue pensée du Préfet et assurément la plus chaotique. Légèrement schizophrène sur les bords, faudrait qu'il se mette d'accord entre l'Esprit et le Corps, ça aiderait un peu ... Mister Capitaine des Green Evil avait loupé une chose très importante et qui serait indispensable pour sa survie future : s'éloigner le plus vite de sa dulcinée Rougeâtre, sous peine d'être brûlé.
Mais le sixième année en question, aime justement aller au delà des convenances. Mélusine est plus importante que tout, en ce moment précis.
Un pas. Un sourire. Un deuxième pas. Un frôlement encore une fois. Enlever l'un de ses gants afin de toucher cette peau si blanche qui commence à trop l'attirer, oh qu'il aimerait y apposer ses lèvres. Une pluie de tendres baisers sur la fine nuque, frissons garantis du jeune homme qui gardait pour lui cette vision. Vision qu'il aimerait rendre réaliste ...
Il se rappelait de la sensation de brûlure de la main de Mélusine sur sa peau lors de deux baffes bien senties. Là, il aimerait qu'elle apaise ceci ....

Mais comment ? Il avait bien une petite idée. Et pas une des plus catholiques ...


* Non, non, regarde ailleurs Zyn. Il se pourrait que le Serpent que je suis enserre dans ses anneaux la Lionne que tu es, pour ne plus la relâcher .... *

Cette fois-ci, mains gantées et rangées dans les poches. Pas d'autres sorties intempestives. Surtout pas. Alors rougissant comme un jeune Prince devant sa Damoiselle qu'il aurait aimé enlever à un vilain Dragon pour l'occire, il ne posa qu'une seule question. L'Assurance était partie avec la Raison ... Et loin qui plus est.

- Serais-tu tentée ma foi, de marcher un peu avec moi ?

Pas très doué avec les jeunes femmes, sauf avec Purdey, me demandez pas comment moi-même je sais pas, Mister Resnald n'en menait pas large. Mais une chose est sûre, si elle refusait, il en serait mortifié ...
Ouais trop mortifié, il ne faut pas refuser aux jeunes Christian qui se consument d'Amour pour leur Roxanne à eux ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/watch?v=d2Gce9-uQDQ&mode=related&search=
Mélusine McEwan
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1651
Age : 33
Maison : Ancienne Gryffondor
Gain de Gallions : 13067
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: All you need is love   Ven 7 Mar 2008 - 11:29

.

Ses yeux. Sa peau. Sa bouche.
Pensées proprement scandaleuses quand on s'appelait Mélusine Mouna Maëwen Myrzam McEwan.
Ses doigts sur sa peau.
Elle qui avait mis une éternité à assumer ce genre d'images fantasmatiques vis-à-vis de James.


'James? Du pipi de scroutt.'

Elle ne tiendrait pas aussi longtemps face à l'adorrible Mark. non. Pas Mark. Même si elle ne pouvait plus l'appeler Resnald, elle ne pouvait se satisfaire de Mark. Tout le monde l'appelait Mark. Et elle appelait jamais les gens comme tout le monde. Règle d'or numéro un. Sans compter que c'était sans doute comme ça que le nommait sa "cousine". Rien que de penser à elle... A elle et lui...
Mélusine aurait ri au nez du premier imbécile venu affirmant qu'elle serait un jour jalouse de PLRH. Comme quoi, tout pouvait arriver. N'empêche... Elle avait pas intérêt à s'en approcher de son homme aux yeux dorés, celle-là. Elle en ferait de la pâtée pour troll. Voilà. Le Mowana

Mélu Mac entendit soudain un rire derrière elle. Bref instant de répit, ultime sursaut avant la mise à mort pour la capitaine des Gadflies qui redevint, pour une seconde seulement, elle-même (ou presque). Non mais...? Elle était en train de folâtrer sur les chemins du n'importe quoi. Auto-prise en flagrant délit.
Gryffondor. Serpentard. Si elle était incapable d'avoir une pensée cohérente, elle devait au moins faire honneur à son blason. Trouver la force de résister. Lister les raisons qui l'empêcheraient de faire ce à quoi elle se savait prête à succomber. Rouge. Vert. Ok. Mais au-delà? La jeune fille avait beau mettre ses deux neurones à contribution, elle ne retrouvait aucune des raisons qui faisaient qu'elle l'avait haï. Et c'était extrêmement perturbant. Imaginez Jezabel qui découvre un matin qu'elle est un garçon. Et bien, c'était pareil en pire.
Enfin, ses deux neurones se connectèrent et la lumière fut. Il était en sixième année et, donc, n'avait sans doute pas encore atteint ses dix-sept ans. Ahah! Elle serait bonne pour le détournement de mineurs. Excellente raison pour ne pas céder. Excellente. Excellente.

Le jeune homme fit un pas. Elle le regarda. Par réflexe. Il sourit. Elle sut alors qu'elle était perdue. Définitivement. Elle aurait beau prier le Mage Perditus* de toutes ses forces, sa raison pourrait bien hurler à la mort, son coeur ne renoncerait pas. Et son coeur était peut-être encore plus têtu et tenace que sa propre tête.

Bon, maintenant que c'était clair, comment accélérer les choses? un petit discours? "blablabla... Serpent Vert... blablabla... Pomme rouge.... blablabla... Tentation...blablabla...". En résumé: "Croque-moi". Rougissement mcewanien. C'était la débandade intérieure.
Oh non, non, non. Le laisser faire. lui laisser prendre les initiatives. Ce serait li le responsable. Ce serait lui qu'elle accuserait, lui à qui elle ferait des reproches, lui qu'elle... bref.

Parce qu'elle reconnaissait les symptômes, ses nerfs passant en alerte rouge. Le sang qui bouillone. Les mains soudain moites. Le coeur qui manque un battement avant de tripler de volume. L'impression de se scrouttifier à chaque seconde. Et une sensation au creux du ventre, telle qu'on hésite entre la douleur et le plaisir.
Une image qui s'impose. Le mythe de la blanche colombe qui veut atteindre le crapaud. Crapaud? Losgann**.


- Serais-tu tentée ma foi, de marcher un peu avec moi ?

Et voilà qu'il se la jouait littéraire. Avec des rimes en plus. Il se prenait pour qui? Monsieur P.C.*** en personne? Non. Un crapaud. C'était plus rigolo à embrasser****. Sauf Desmond*****. Mais Desmond était vraiment moche. Hideux. En vérité, elle trouva ça adorable. Mais penser à n'importe quoi plutôt qu'à ça.

Inconsciente du fait qu'elle avait -de manière détournée, certes, mais quand même- songé au seul mot "embrasser" indirectement lié à Mark Resnald (ce qui revenait, pour toute Mélusine normalement constituée au même qu'associer les mots "vacances" et "Rogue" ou "agréable" et "De Lansley"******... mais ça n'était pas le moment de penser à des choses désagréables), elle hocha doucement la tête. Timidement.


"Oui. Je veux bien."

Rooooh. la honte. Faudrait qu'elle trouve mieux. La banalité tuait l'amour. C'était bien connu.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com/
Mark Resnald
Elève modèle
avatar

Nombre de messages : 634
Age : 32
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12410
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Re: All you need is love   Dim 9 Mar 2008 - 16:46

Il y avait bien Purdey, Casey, Demelza, Raines aussi. Ah oui Raines. Shannnon maintenant ... Et son Pink Man chez les Gryffys, mais jamais il n'aurait pensé qu'il y ait Mélusine parmi cette liste exhaustive. Et de Lansley aussi ... Ahem.

Mais là, d'un coup d'un seul, il avait envoyé valsé la liste nominale pour ne garder que Mélusine la bien nommée. Délicieuse Gryffondor pour laquelle il en vient à se consumer d'Amour. Un Amour déraisonné qui ne connaît aucune limite à son évolution. Et s'il s'avérait que la si belle Mc Ewan ait un Chevalier à son coeur ? Il se dépêcherait de l'occire sur le champ, et enlèverait sa Princesse pour l'emmener sur son fier destrier blanc. Jamais, il ne la laissera à un autre homme que lui. Jaloux dans l'âme le Mark ? Assurément. On ne touche pas impunément à sa Rose rouge.
Pourquoi Rose rouge ? Il serait cliché de dire qu'avec son caractère impétueux la Miss possède des épines. Non, elle est si parfaite qu'il en devient nécessaire de lui faire un discours élégiaque. Pour conter sa Beauté ... Elle est loin l'époque où il la pensait seulement garçon manqué. Alors qu'elle se révèle être de toute magnificence. Aurait-il mal ingéré un produit ? Ou avoir pris certaines substances illicites ? Non, il s'avère être juste noyé dans les affres de l'Amour pour son plus grand (dé)plaisir. Plus de pensées cohérentes, seulement certaines qui en viennent à le rendre malade. Toujours en train de revenir au même point : et si un autre homme l'a touchée ?
Déjà rien que d'y faire allusion, il en parvient à être bouillonnant de colère. Comme si ... comme si Mélusine Mc Ewan lui appartenait toute entière. Mais jamais personne n'appartient réellement à quiconque, ou du moins en partie. Mais cette journée est différente de celles passées. Il se dit qu'une Chance pareille d'être avec Elle, ne se représentera plus et se livrer à Elle, il faut qu'il essaye.
Bien que le Losgann en question n'ait jamais été réellement loquace. Certaines de ses réponses penchent plutôt vers la monosyllabie ...

Mais là c'est réellement différent.

L'envie pressante de la serrer contre lui se faisait sentir. Si proche mais pourtant si éloignée en somme ... Oui, la serrer contre lui pour lui faire comprendre qu'il n'y a qu'Elle qui existe à ses yeux et les autres ne sont que fumées évanescentes et obscures. Alors que la Mc Ewan est sa Lumière. Qu'il est Troll avec ses pensées de Série B Moldues. Mais le résultat est le même, il ne désire qu'Elle et Elle seule. Et bouse ! Triple bouse ! Pourquoi fallait-il que ça tombe sur lui à un moment pareil hein ? Parce que le Préfet niveau relations amoureuses c'est la catastrophe. Il ne sait pas les gérer, c'est un calvaire ...
Alors en face de Mélusine dont il ne cesse de se fondre dans les prunelles bleutées, il en vient à se poser de drôle de questions bien mesquines en fin de compte. Signe nerveux : le mordillement de lèvres discret mais qui pourtant traduit l'Anxiété ... Cela faisait bien longtemps qu'il ne l'avait pas fait. A croire que Mélusine le met dans tout ses états. Mais qui en viennent à se tordre, et si elle refusait sa requête ? Oh comme il ne le souhaite pas. Si tel est le cas, il repartira en sens inverse. A quoi bon rester, s'il est sciemment indésiré ?
Le regard doré s'éclipse légèrement cependant. Il faisait pâle figure à côté d'Elle si rayonnante et lui si sombre, si terni par sa famille BloodDust. Alors un léger sourire vient sur ses lèvres mates. S'il était plus démonstratif, il l'aurait embrassée. Pourquoi pas après tout ? Lentement et pour remerciement de la Belle, il dépose un baiser sur la main blanche de sa comparse. Elle va rougir sûrement ... Et lui, sera admirablement heureux de l'effet qu'il lui fait ... Fourbe Serpentard, on le changera pas. Bref, l'idée de se jeter sur Mélusine se faisait encore bien sentir et d'ici peu, s'il ne succombe pas à cette fichue Conscience tentatrice qui lui somme de succomber justement, il en deviendra fou. A interner à Sainte-Mangouste, le Capitaine des Green Evil ....
Il aurait envie de lui murmurer certaines choses, mais il n'est pas vraiment doué pour affirmer en paroles ce qu'il ressent. Ah si ....


- Merci d'avoir accepté. Tu me combles. Raclement de gorge .... Toussotements ...

Bouton du col de chemise défait. Il commence à faire une chaleur calorifère d'un coup. Ah non, c'est seulement Mark qui craque. Lui jouer de son Stradivarius ? Pourquoi pas. Il ne le montre qu'en de rares occasions. Et là, la personne est si rare qu'il en est indispensable .... Nom d'un Doxy périmé, il est foutu.


- Mélusine, tu sais je ..... ne suis pas doué ...

Stop les paroles. Les actes désormais, il tend son bras vers Mc Ewan pour lui faire comprendre de s'en saisir et qu'il serait son Chevalier à l'armure rutilante. Le jeune homme l'emporte au loin, pour de plus amples conversations.
Un regard doré vers elle, comment le lui dire ? Le lui avouer ? Puis il est réellement perdu. A quoi bon lutter ? Le Serpentard avise un tronc d'arbre, non loin. Une idée qui germe dans son cerveau et le voilà qui s'appuie contre le tronc, Mélusine entre ses jambes, à respirer le doux parfum qui émane d'elle. A l'en rendre drogué par ailleurs.
Soupir, hésitation. Bouse mais le Losgann, il est pas encore Prince Charmant lui. La Princesse de son coeur, ne lui a pas donné un baiser ...

Si seulement.


- On reste ici, ou tu veux bouger un peu ? Si ce n'est pas le cas, je te jouerais de mon instrument de prédilection ... Et tiens, en attendant charme moi encore plus encore que je ne le suis en ta présence ... Murmure si doux dans la crinière de feu de Mc Ewan ...

Bouse, il a perdu la Raison. Mais il est si bon de se laisser tenter .... Non ? Oh que si.





T'as vu ma Z'Horrible ? Je t'ai dédié ce 500ème message. C'est parce que je t'aime ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/watch?v=d2Gce9-uQDQ&mode=related&search=
Mélusine McEwan
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1651
Age : 33
Maison : Ancienne Gryffondor
Gain de Gallions : 13067
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: All you need is love   Mar 11 Mar 2008 - 10:10

Tant qu'elle réussissait à garder un peu de dignité, Mélusine tenterait de rendre son trouble intérieur le moins apparent. Si elle en venait à lâcher prise, elle avait la très nette impression que ses cheveux se mettraient à voler en tout sens, ses yeux à briller et ses tâches de rousseur à clignoter. Elle aurait l'air maligne. Alors... Alors, garder ça en elle au risque de brûler de l'intérieur. Dilemme. Tout laisser exploser avec violence? Ou imploser à petit feu?

Parce que quand elle avait accepté la promenade, c'était avec un plan très précis: se balader à distance respectable l'un de l'autre (distance respectable = environ 2m50) pour éviter... euh... les imprévus prévisibles.

La capitaine des Gadflies avait l'impression étrange de se trouver dans un rêve. Ce genre de rêves où un homme (ou une femme, hein? selon les goûts) constituait à lui seul l'ensemble du décor. Ce genre de rêves où on ne doutait pas. Où on ne doutait plus. Sans un mot, sans presque un regard, on
savait. On savait l'attirance. On savait le trouble. On savait l'autre. Le seul doute demeurait dans l'instant. Dans l'instant où on succomberait. La jeune fille s'était toujours demandée comment on pouvait être habitée par une telle certitude, la certitude absolue d'être aimée, d'âtre désirée juste par un langage invisible qui dépassait le corps et le coeur. Qui touchait à l'esprit. Ou, plus vraisemblablement à l'âme. Elle se demandait comment on pouvait bien rêver de ça alors que dans la vraie vi, on ne savait jamais.
Et elle se souvenait d'un rêve. D'un rêve parmi tant d'autres. Un rêve avec James (et si, maintenant, elle rougissait, c'était d'avoir osé rêver de lui et pas de Mark). Un rêve tout simple. Il était près d'elle. Il y avait cette certitude qui flottait dans l'air. Ils se frôlaient. Une main sur sa hanche. L'autre sur sa nuque. Les siennes sur son dos. L'air qui vibre. La chaleur qui s'insinue. Un bien-être qu'on ne pouvait exprimer en mots. Rien de très crû. Mais infiniment troublant.
Eh bien, cette certitude qui flottait dans l'air, Zyn la ressentait à cet instant.

Aussi, quand le jeune homme s'empara d'une de ses mains pour l'embrasser, cela ne l'étonna pas outre mesure/ Comme si c'était le déroulement logique des choses. Ce qui ne l'empêcha pas de rougir. Et de ciller quand elle croisa son regard. Et de frémir pour faire bonne mesure. Elle ne murmura pas de "Mark" tremblotant et ridicule. Elle ne soupira pas. Elle ancra juste son regard dans le sien. Les yeux étaient le miroir de l'âme parait-il. Et elle cherchait à L'y voir. Lui. Avec elle aussi.

Merci d'avoir accepté. Avoir accepté quoi? Le regard? La caresse? Trois pas. Deux yeux. Une main. Et il était comblé? Zyn réprima une moue sceptique. Si c'était aussi simple de combler un homme, ça se saurait. Ou alors cet homme-là était très différent de la femme qu'elle était. Parce qu'elle, elle voulait plus. D'où la nuance entre vouloir et oser.

En mettant toute sa volonté à profit pour détourner son regard du col entrouvert, Zyn esquissa un petit sourire timide:


"Comme si, moi, j'étais douée... T'as jamais entendu ce qui se dit sur ... sur moi...?"

Mélusine la petite oie blanche qui rougissait au moindre regard et qui fuyait le moindre contact masculin. Comme réputation, on avait fait mieux.
La jeune fille cilla à nouveau quand Mark lui offrit son bras. Parce que c'était vraiment une offre. Donner et accepter de recevoir. Quelqu'un lui avait parlé de ça il y avait longtemps. Alors, délicatement, elle glissa son bras sous le sien, sachant que c'était un pas de plus vers l'aller sans retour. Pas de tremblement de terre. Pas d'éclair. Juste l'apocalypse au sens premier du terme. Le lever du voile. La Révélation.
Elle ne pourrait plus se passer de lui.


'Euh? Kwakwakoman?'

Elle avait du mal à suivre le raisonnement physique qui les avait conduit à cette situation. Lui contre l'arbre. Elle contre lui.
Trouble. Rougeur. Rythme bodhranique.

De si près, elle sentait son odeur. Un mélange qui rappelait à Zyn ses meilleures mixtures. Cannelle. Kalamanzi. Niam. Peut-être que ça allait être elle qui allait le croquer finalement.
Cannelle. Plus envoûtant que tous les filtres d'amour du monde. Surtout quand votre estomac vous servait le plus souvent de GPS*.
Sans vraiment le prévoir mais sans même avoir envie de résister à son impulsion, Mélusine glissa une main dans les cheveux de son Losgann. Sans oser plus. Un sourire mutin qu'elle se demanderait plus tard d'où elle avait bien pu le sortir et:


"Je reste si tu enlèves tes gants."

C'était très étrange de s'entendre murmurer quand on était plutôt habituée aux éclats de voix. En particulier avec Lui.
Elle se souvenait de leur dernière "rencontre" marquante. Les deux baffes. Elle les regrettait au-delà du possible. Un baiser sur chacune de ses deux joues. Doucement. Lentement. Une demande de pardon. Elle chercha son regard. Pour savoir.




Spoiler:
 

Moi, je te dédicace mon 1066ème post. Parce que je t'aime aussi. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com/
Mark Resnald
Elève modèle
avatar

Nombre de messages : 634
Age : 32
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12410
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Re: All you need is love   Lun 17 Mar 2008 - 13:01

Au fur et à mesure du Temps qui s'écoule, il n'avait de cesse d'oubler les "autres". Ceux qui avaient pensé lui faire des promesses alors qu'il n'y en a qu'une seule qui lui importe : c'est celle d'être avec Elle ...

Qu'Elle lui octroie de ses secondes, minutes et heures ... Qu'Elle ne voit que Lui et Lui seul parmi la foule Poudlardienne. Qu'Elle oublie jusqu'à son Jugement premier et sa Raison première, et que ce soit Lui qui le lui apporte avec un baiser ou encore un sourire. Que ce soit son souffle et non celui d'un Autre qu'il vient à rédouter. La Gryffondor doit lui appartenir et le rester, sinon il en devient malade ...
Le Préfet pour une fois va laisser tomber ses barrières et se mettre à nu, du moins moralement. Tenter de lui montrer réellement qui il est et à elle de le prendre comme il est. La 7ème année lui fait ressentir d'étranges tourments, mais dont le seul moyen pour les faire cesser c'est d'y succomber. Il est son Losgann, elle est sa Princesse, tout ce qu'il aimerait c'est qu'elle en vienne à poser ses lèvres sur les siennes ...
Mais pas encore, auparavant il veut la connaître mieux, car la dernière fois où leurs mains se sont croisées c'était pour une bataille : Gryffondor - Serpentard. Mais ici, il n'y a pas de bataille, si ce n'est celle qui emporte le Coeur plus que la Raison.

Depuis le début le Capitaine, c'est qu'il est fichu, foutu, anéanti. Que Mélusine pourra bien lui demander les pires bassesses, il les fera. Pour Elle, juste pour Elle. Mais pourquoi le rend-elle tellement accro ? C'est invraisemblable !

Alors qu'inconsciemment, il le sait qu'il doit la détester, la haïr, lui faire passer des journées atroces. Il est Serpentard, elle est Gryffondor. Ca colle aucunement d'habitude ! Mais il semblerait que certaines personnes aient orchestrés le "liant". Que les deux protagonistes oublient tout de leur condition passée, pour s'attarder sur celle future. Et triple Bouse, celle future.
Il faut savoir que le jeune homme actuellement dans sa seizième année, est généralement titillé plus par ses hormones que par son Inconscient, et savoir la Rouge et Or avec lui, sans pour autant réellement s'emparer d'Elle, ça le frustre. Par Merlin, il en deviendrait réellement tremblant d'Amour ...
D'Amour ? Bouse. Il est certain qu'un regard extérieur qui se pose sur notre "charmant" couple serait amené à se poser de drôles de questions. Notamment les proches de la Gadfly et ceux du Green Evil. Mais personne à l'horizon, si ce n'est eux.
Prostré contre l'arbre salvateur, Mark se sent divinement bien. Et encore plus, quand la jeune rousse lui passe la main dans ses cheveux auburn.

Sourire attendri du Serpentard, habitué aux rictus plutôt qu'aux sourires sincères et d'adoration ...

Qu'avait-elle dit auparavant ? S'il avait déjà entendu des palabres sur Elle ? Des ragots qu'on aurait colporté ? Il n'en a cure. Réponse objective et souriante dans le creux de l'oreille ...


- Et alors Mélusine ? Il en serait de même pour moi. Mais je me fiche de l'avis des autres, tant que je peux faire mon propre avis à ton sujet.

La demoiselle aux inombrables tâches de rousseur, de plus près c'était encore plus mignon, avait l'air de s'imprégner de l'odeur du jeune homme. Et Elle qu'est-ce que sa chevelure ou bien encore sa peau pouvaient retranscrire ? Du Jus de Citrouille, comme par hasard. C'était la signature manifeste du passage de la rouquine. La peau quant à elle respirait la cannelle, comme lui, le chocolat et l'odeur de mandarine.

- T'es à croquer ... Lui rétorqua l'Attrapeur complètement drogué à l'odeur de la peau et de la chevelure si soyeuse de la Belle.

Ouille ça craint, ça craint, ça craint et encore ça craint ! Ca ne fait que de se répéter dans l'Esprit cotonneux du jeune homme. Mais fichtre quel bon moment à passer ensemble. Petit sourire mutin de sa Dame de Coeur ...
Mais regard sombre du jeune Vert et Argent. Elle lui demande d'enlever ses gants ? Même Purdey LaRoche Elda, officiellement petite amie du Serpent, ne l'a jamais vu sans ses gants de cuir. Et encore heureux que Dame Mc Ewan ne lui demande pas d'ôter sa chemise, elle serait bien surprise de trouver un étrange stigmate sur son dos mat.
Comment réagir ? Sur la défensive en le refusant ? Ou accepter et s'expliquer sur les deux significations des tatouages présents sur chacun des poignets fins. Car certains pensent que des Sortilèges auraient mal tourné et que Mark en aurait gardé des séquelles. Non, lui c'est bien pire.

Encore tiraillé décidément. Durant quelques secondes, il fixe la jeune femme droit dans les yeux sans sourire. Soupir car il ne peut rien lui refuser et ça c'est frustrant.


- Je ne les enlèverais pas ... Petit sourire et éclat de malice dans les prunelles dorées avant de murmurer sur les lèvres de la jeune femme ... Ce sera à toi de le faire !

Une petite pichenette gantée sur le nez, avant de se voir offrir deux baisers par sa Mélusine ... Deux baisers sur la joue et en quel Honneur ? Grand sourire, il se souvenait des baffes. Excellente façon de se faire pardonner même s'il aimerait bien plus.
Encore un sourire tendre avant de lui donner ses mains, afin qu'elle puisse retirer les étaux de cuir. Intérieurement, le jeune homme ne le désire pas mais il ne peut aller contre.
C'est foutu, c'est raté, comme une Biéraubeurre éventée ...


- T'es toute pardonnée ma Dame de Coeur. A toi d'agir pour retirer mes ... ahem. Gants.

Il est vrai qu'après la Sensation de presser sa peau contre la sienne se fera plus grande. Les gants étaient prétextes à ne point la toucher. Et si elle les retire, il ne parviendra pas à se contrôler ...

* Hum ... *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/watch?v=d2Gce9-uQDQ&mode=related&search=
Mélusine McEwan
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1651
Age : 33
Maison : Ancienne Gryffondor
Gain de Gallions : 13067
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: All you need is love   Jeu 20 Mar 2008 - 13:02

Mélusine n'était plus aussi naïve qu'on se plaisait à le croire. Aux contacts de James, elle avait appris quelques petits choses sur la vie et ses aléas. Elle n'aurait plus à faire l'affront de son innocence à un autre. Alors, une bouche à deux millimètres d'une autre, elle savait que c'était égal à beaucoup de problèmes incontrôlables. Mais aussi, pourquoi toujours contrôler?
Néanmoins, son premier réflexe, conséquence de près de dix-huit années d'entraînement intensif, fut de s'éloigner du danger sentimental. Son second réflexe, lui, résultat d'un apprentissage plus récent, fut au contraire de chercher le contact et de s'y laisser troubler. Mais l'axe de leur planète respective avait eu le temps de changer d'axe. Autant pour elle.

Elle avait aimé l'entendre envoyer valser les autres, leurs regards, leurs pensées, leur jugement. Parce qu'être libre, c'était être délesté(e) du poids critique que les autres, par leur simple présence, faisait peser sur elle, sur lui. Être encombré(e) par tout cet embrouillamini qu'étaient les avis, c'étaient les plus lourds fers inventés par le genre humain. Lourds. Trop lourds. On les oubliait et ils devenaient plume. Plus d'entraves à Être. A aimer. C'était pour cela qu'elle aimait oublier. Pour ne pas se laisser empoisonnée. Garder ce qu'elle croyait, sentait, comme une part d'elle-même, pure, vierge, que personne n'avait encore violé de son toucher mental.
C'est pour ça, qu'encore une fois, elle sourit. Elle sourit à sa remarque. A ce que tout ce que cela impliquait. S'aimer sans se soucier du regard d'autrui. S'aimer librement.

Puis vint le sujet "gant". La légère déception de son refus fut vite oubliée devant sa proposition. Enfin, sa curiosité allait être assouvie.


'Moui. Bien sûr. Ta curiosité...'

Mais même sa petite voix ne trouva rien à redire au regard qu'elle lui lança. Savant mélange de plaisir non dissimulé, de joie victorieuse, de gêne et de ce que l'on pourrait qualifier de trouble sentimental.
Elle resta là un instant sans savoir quoi dire ni quoi faire, ses prunelles bleues enlignées dans les siennes. C'était ce genre d'instant qu'il fallait goûter songeait-elle. Comme le cadeau à Noël, dont on caresse l'emballage. Doucement. On respire son odeur. On le repose. On le regarde. On frôle un ruban du bout des doigts. On joue avec légèrement. Et quand on l'ouvre, on commence par enlever délicatement un bout de sorcier collant. On maîtrise son impatience. Na pas aller trop vite. Surtout pas. Froissement du papier. Et tout s'accélère. Oui. Non. On n'ose pas. Une dernière barrière visuelle. Et puis... et puis c'est le moment où tout bascule. Celui pour lequel on avait mis en place tout le rituel. L'Instant. L'instant où son regard se pose. On ne sourit pas encore mais n sent le bonheur monter en soi comme une petite bulle, de celles qu'il est difficile de percer.

Alors, comme son cadeau, Mélusine veut prendre le temps. A dire vrai, elle ne s'est jamais mise à la place du présent, mais elle aimerait que ce présent goûte aussi le moment. Alors elle garde ses pupilles droit dans les siennes à lui quand elle saisit sa première main. La droite. Doucement. Délicatement. Elle défait les attaches. Frôle la peau dessous. Rougit. Frémit. A l'idée d'être la première à le faire. Ensuite... ensuite, faire glisser son gant délicatement. En ce moment, elle s'en fout du dragon qu'il a fallu assassiner pour le faire ce gant. Elle a les joues qui brûlent et les yeux qui brillent. Elle aimerait qu'il y voit Mirzam dont elle porte le nom, étoile lointaine qui réchauffe le coeur des voyageurs. Mais leur coeur à eux n'a sans doute jamais battu aussi fort que le sien. C'est impossible. Le rythme du monde serait assourdissant.
C'est chaud une peau humaine. Ca a cette texture unique qu'il est impossible de reproduire. Elle est surprise du contact de cette peau. Plus douce que ce qu'elle imaginait. Parce que, oui, elle l'avait imaginée. Sans se l'avouer. Douce et étrangement vivante. Elle a l'impression de sentir ses veines qui battent en-dessous. Mais pour battre si vite, ce sont sûrement les siennes.

Mélusine ne saura jamais comment elle aura réussi ce tour de force de ne pas ciller une seule fois.
Le gant arrive au bout de son trajet. ET c'est la chute. La peau mise à nu. Sa curiosité s'est envolée en même temps que le bout de cuir. Son regard ne bouge pas. Il vacille juste un instant. L'instant... l'instant est une multitude de petits riens, comme le sable n'est en fait que grains de sable. Des grains d'instant. Un peu, beaucoup, passionnément. Ces petits grains qui font que cinq plus cinq ne font plus qu'un. Dix doigts. Deux mains. Unies. Comme il faut quatre yeux pour faire un regard.
Leurs doigts se sont frôlés doucement. Se questionnent. Se cherchent. Font connaissance. Non, tentent une reconnaissance. Se disent "bonjour, tu m'avais manqué", "enfin, toi". Deviennent muets pour mieux se parler.

Et puis, il y a un quelque chose. Un tremblement. Un doute dans l'air qui lui font baisser le regard. Sur cette main. Il y a besoin de cet instant pour que le regard aussi l'apprivoise. Seulement...
Une forme se dessine à la naissance du poignet. Avec un geste qui vient contredire la douceur précédente, la jeune fille relève la manche rapidement, découvrant un Caducée. Serpent, ailes et croix.
Un instant d'incertitude. Une révolte.
Le temps d'un expire, le second gant a suivi le trajet du premier, tout comme la manche qui fait connaissance du coude.


"Qui t'a fait ça?"

Son regard à nouveau rivé au sien. Le ton était... accusateur... c'étaient eux qu'elle accusait. Parce qu'elle ne pouvait imaginer qu'on puisse s'infliger ça tout seul. A moins d'être maso. Mais pas lui. Pas son Losgann. Sur l'autre poignet, un serpent qui se mord la queue. Serpentard. mais en ce moment, Mélu Mac n'en a cure.
Ca lui démangeait de la baguette de faire payer cet affront. Marqué à jamais. Le rôle de la princesse farouche, très peu pour elle. Elle préférait de loin celui de la reine guerrière.
Seulement, tout ce qu'elle ressentait en ce moment, en dehors d'une haine aussi brûlante que son amour, les deux soeurs unies à jamais par leur amplitude, c'est une impuissance monumentale. Alors, du bout des doigts, elle frôle les dessins. Elle a presque l'impression de les voir s'animer sous la peau, le brûler de l'intérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com/
Mark Resnald
Elève modèle
avatar

Nombre de messages : 634
Age : 32
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12410
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Re: All you need is love   Mar 8 Avr 2008 - 20:14

Un instant comme celui-ci, jamais il n'en a réellement connu ...

Un instant où tout est Trouble, où tout est Incertitude ... Mais une certitude le gagne pourtant : il l'aime. Il en est fou. Il ne sait pas vraiment le pourquoi du comment, mais c'est ainsi. Comme savoir que 2 et 2 font 4. Ici c'est pareil : c'est Mélusine et lui sinon rien.
Il a oublié de sa mémoire sa rouquine pour prendre celle actuelle aux yeux si bleus et si brillants. Elle lui fait penser à une étoile scintillante et miroitante ... D'ailleurs n'en porte-t-elle pas le nom ? Victime d'un mauvais sort il se plait à être la Marionnette du fâcheux Destin qui en tire les ficelles. Destin qui l'a mise sur sa route et il l'en remercie.
Mélusine, elle n'est hors-norme elle aussi. Mark connait l'aversion qu'elle possède pour les Serpents et leurs caractéristiques. D'ailleurs le meilleur ennemi de la Belle c'est de Lansley ... Mais ici elle a troqué ses griffes de Lionne féroce pour des caresses si douces que oui, il faut le reconnaître, il en est troublé. L'envie de lier leurs souffles le gagne encore si ce n'est plus à chaque frôlement de son corps contre le sien ...
Cruelle Tentation, y succomber ? Il le faudra bien et c'est inéluctable ...

Elle le fait sourire. Lui qui ne sourit que rarement ou bien quand il prépare des ignominies en douce. Pour l'instant il se fiche des autres : leur instant il n'est qu'à eux et eux seuls. Les autres ne sont que figurants dans la saynète orchestrée.

Les gants ... Enfin, le stress le gagne. Comment prendrait-elle ce qu'il cache le plus ? C'est bien pour cela qu'il n'a jamais montré ce qu'on lui a fait. Il ne préfère pas, et ça donne du Mystère à l'Héritier BloodDust. Elle seule sera témoin de ce qu'il occulte le plus. Ses stigmates colorées, ses tatouages, ses affreux signes qu'il appartient de trop près à la dynastie BloodDust et donc qu'il ne sera jamais libre ... Jamais libre comme "elle". Comme Mc Ewan, qu'elle lui montre un peu de sa Liberté, qu'elle la lui fasse goûter ... Qu'elle lui redonne le goût, il l'avait autrefois mais il l'a perdu ...
Alors il l'attend d'Elle qu'elle l'aiguille sur son chemin de briques jaunes mais ce ne sera pas facile. Mais qu'elle prenne patience. Et le dur moment de Vérité arriva, là où il laisse tomber ses barrières. Elle effleure les gants de cuir, c'est supplice. Mais quel charmant Bourreau en somme ...
Mélusine, se met à lui retirer le droit, Mark en frissonne lamentablement tout en fermant ses prunelles dorées pour en savourer le fugace instant. Mais le Préfet est mis à nu par cet acte, il aimerait les cacher mais trop tard, la Gryffondor dévoile le poignet gauche ...
Le regard bleu ancré dans le doré jusqu'à présent se détourne vers la découverte obtenue : le Caduée et l'Orobouros ... Moment où le Serpent se tait, scrute les moindres détails de sa Belle avant qu'elle ne pose la question fatidique qui le glace sur place.

Qui a bien pu lui faire ça ? Affaire de Famille.

Que répondre ? Se cacher ? Ne pas lui dire ? Ne rien dire ? Rester silencieux sur ceci ? S'il le fait, elle ne lui pardonnera pas. Sûrement pas. Autant prendre son mal en patience comme on dit et le lui avouer malgré tout ... Il ressent les brûlures occasionées par la Rouge, comme si chacun des tatouages tendaient à s'animer et à vouloir sortir de la peau. Le sixième année serre les dents, c'est cuisant mais c'est ainsi.
On l'a tatoué à Vie. Le regard doré la fixe comme s'il voyait en Mélusine, une Sainte qui parviendrait à penser ses blessures. Mais c'est utopique, purement utopique ...
Alors il faut causer, mentir ? L'habitude ? Non pas à Elle !


- C'est histoire de famille ... Mon oncle Patrick Leroy, papa de Loevi donc.

Il s'attendait à ce que la Zyn avadakédavérise le tonton Leroy vu son air déterminé. Une question, une seule après qu'elle avait vu les affreusetés dessinées.
Il la pose dans le creux du cou, vulnérable.


- Me fuiras-tu en les ayant vus ? Mélusine ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/watch?v=d2Gce9-uQDQ&mode=related&search=
Mélusine McEwan
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1651
Age : 33
Maison : Ancienne Gryffondor
Gain de Gallions : 13067
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: All you need is love   Jeu 15 Mai 2008 - 10:12

'Ton souffle dans mon cou vient dissiper l'amertume...'

Impressionnant comme les paroles qu'un autre pouvaient se révéler vraies.
Son souffle. Dans son cou. Mélusine s'y perdit un instant. Comme si la chaleur de son haleine venait réchauffer chacun de ses pores. Pores. Ports. Ports qui s'ouvrent pour capter son essence. Au maximum. C'est dingue comme le corps réagit à la moindre sollicitation. Même son coeur avait un temps de retard. La jeune fille fermé les yeux, inclina la tête. Direction Losgann. Terminus sa bouche. Enfin.

Sa propre main serrée sur le poignet de Mark la ramena à la réalité. Juste à temps. ou à peine trop tôt. Tête ou coeur, choisissez la version.

Refusant le trouble qui montait quatre à quatre les degrés du mélusinomètre émotionnel, Zyn cligna des yeux. Une fois. Sa bouche était vraiment... Deux fois. Son expression était vraiment... Trois fois. Mark Resnald était vraiment...


"Resnald... je crois bien que tu essaies de me distraire..."

Un demi-sourire dans la voix qui ne parvenait pas vraiment à dissimuler combien il avait été près de réussir. L'humanité n'aurait jamais dû légaliser le port de lèvres aussi tentantes au milieu d'un visage si avenant, le tout juché sur un corps aussi... Bref. Où en était-elle? Ah oui, la bouche de Losgann comme arme de distraction massive.

La jeune fille se secoua vaguement la tête, bien décidée à chasser le trouble qui s'y était installé. Ca. N'était. Pas. Le. Moment.
Ses pouces écrasaient les deux tatouages sur chacun des poignets de Mark, comme si, en les forçant à rentrer dans son épiderme, elle parviendrait à les effacer. Peine perdue. Elle le savait bien.
Ses yeux bleus fluctuaient entre l'Orobouros, la Caducée et les propres yeux de Mark, comme si elle cherchait à y déceler une vérité qu'il lui aurait cachée. Mais aussi, pour essayer de transmettre ce qu'elle ne parvenait pas à dire. C'étaient ses premiers tests de langage visuel. Verdict: elle était pas très douée.


"Je ne fuirai pas."

Envie de rappeler qu'elle était à Gryffondor. Mais non. Parce que, bien sûr qu'elle avait déjà fui dans sa vie. Elle n'était pas aussi courageuse qu'on aurait bien voulu le penser. Mais même ça était sans importance. Non, si elle ne mentionna pas Godric, c'était parce qu'elle voulait oublier que lui et elle ne venaient pas du même monde. Que lui et elle étaient censés s'opposer, se déchirer au lieu de...

"Je te laisserai pas tout seul face à ça. On est deux."

La suite, elle n'oserait pas la dire. Pas encore. "On est deux. On affronte les choses à deux. Envers et contre tout. Envers et contre tous."

"Par contre, je veux savoir. Tout."

'Et je te vengerais.''

Elle devait lui faire mal à le serrer ainsi. Elle en prit soudain conscience. Elle avait quitté les rives de la douceur pour celles de la colère. Elle faisait fausse route.
Elle rougit, baissa la tête.
Ca n'était pas son truc de faire des excuses. Elle n'avait jamais aimé ça.
Et pourtant.


"Je suis désolée."

Lentement, elle leva les poignets de Losgann vers elle. les embrassa doucement. A tour de rôle. Avant de relever le regard vers lui. Doucement. Hésitante.

Oh que j'ai honte.
Je t'aime. Tu me pardonnes?
Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com/
Mark Resnald
Elève modèle
avatar

Nombre de messages : 634
Age : 32
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12410
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Re: All you need is love   Mar 20 Mai 2008 - 9:56

Allez là aussi, je prends le parti d'écrire au "je" Le Enki. Mais moi aussi je t'aime et toi t'embouse de Lansley. Tout rentre dans l'ordre Le Mowana



C'est pire que ce que j'avais imaginé. Comment avec cette fille qui pourtant m'a baffé lors d'un TP avec des Lys puisse me faire autant d'effets. Et pas l'effet inverse, celui d'être dégoûté ou quoi que ce soit.

Non, celui d'en être accro comme une drogue qui s'infilterait dans chacune de mes veines, par l'intermédiaire de son souffle, de ses paroles, de son essence. Je me sens bien avec Mélusine Mc Ewan. La rouquine originale aux noms d'étoiles. Je sais qu'elle embouse les Verts, les méprise autant qu'eux parviennent à la maudire. La grande Mélusine anti-Verdâtres, qui s'amourache de l'un d'entre eux. Moi en l'occurence.
Ce n'est pas pour me déplaire, comme je l'ai dit. Nullement même. Miss Mc Ewan me retourne complètement, elle sait et dit ne pas avoir de pouvoir de séduction. Mais si, elle possède celui d'être naturelle et sincère ... Ses yeux bleus si intenses viennent à regarder mes pupilles dorées. Qu'est-ce que je parviens à lui retranscrire par ce regard ? Que je l'aime ? Et que je ne peux me résoudre à la quitter ? Oui, ça doit être ça. Seule Mélusine en vient à lire en moi comme dans un Grimoire ouvert.
C'est peut-être aussi ça, el fait qu'on soit ennemis héréditaires et que l'on se retrouve propulsés sur jour au lendemain, amants maudits.
J'ai le coeur qui rate ses battements à chaque fois qu'elle me fixe intensément, comme si j'étais le seul homme sur terre. Ca flatte mais ça perturbe en même temps ...

Je souris, charmé. Mais sa douce voix me refait revenir à la Réalité. Là encore je ne peux m'empêcher de lui décocher un sourire : la distraire. Ca c'est encourageant.

Eclair de malice dans mon regard doré, je remonte mes lèvres le long de son cou, toujours en souriant contre sa peau. Et j'arrive à lui susurrer dans le creux de l'oreille, non sans mal. Oui, j'avoue je craque.


- C'est avec plaisir ma rousse préférée certifiée Mc Ewan, que je te sors des sentiers battus ... Lui confessais-je en riant d'un rire clair et franc. Première fois qu'elle doit l'entendre d'ailleurs.

A la place, la Miss devait voir la mine toujours taciturne que j'arbore, le sourire made in Serpentard, à savoir celui de la Satisfaction d'avoir réalisé un coup fourré. Là pour l'instant je grimace, Miss Spicy Pumpkin tente par un moyen que je qualifierais de douloureux de faire rentrer mes tatouages déjà bien ancrés dans ma peau mate. Ils y sont déjà, ils y restent jusqu'à ce que je trépasse. Elle a vu ceux que je cache toujours mais je frémis à l'idée qu'elle sache que j'en ai un plus imposant ...
Je sais qu'elle veut me découvrir entièrement, surtout cette journée. Qu'elle sache tout de moi et que je sache tout d'elle. Les moindres recoins de son Passé, même de son Présent et son Futur, je veux que ce soit moi et nul autre. L'autre je l'occis. Elle scrute encore et toujours mon regard, je lui souris tendrement.
Elle ne fuit pas en courant, en effet. Je la serre un peu plus fort. Pas à lui broyer le squelette. Mais je la serre car, oui, je suis faible et jai besoin d'elle.

Ca s'entrechoque les pensées dans mon cerveau, est-ce que je lui dis ce que je ressens ? Ou j'attends comme un lâche ? Ou je fuis ? Tiens bonne idée. Non ça rentre en contradiction avec ce que j'ai pensé quelques minutes auparavant. Je ne peux m'y résoudre, je suis bien là. Avec Elle.


- Je vois que tu ne fuis pas. Mais c'est douloureux de sentir tes mains sur mes poignets, j'aimerais être débarassé de ces stigmates qui me marquent comme du bétail, j'aimerais que ce soit toi qui me les efface Mélusine. Mais ça ne se peut. Nouveau sourire, triste cette fois-ci.

Je reprends cette lueur amusée dans mon regard topaze quand elle me stipule qu'on est "deux" désormais. Un couple ? Ca m'amuse moi. Moi l'archétype du Vert et elle la stéréotypée Rouge. Mais ça m'enchante, alors béatement comme si on m'avait offert le plus beau présent du monde, je souris.
Amoureusement, je souris. J'ai encore le coeur qui fait des siennes, en la sachant si proche. Je la désire, elle doit s'en douter. Mais je ne veux pas la faire fuir, bien qu'elle m'ait certifié le contraire.


- On est deux. Ca me rassure et j'aime te l'entendre dire. J'en suis heureux ... Il fallait bien un nuage pour assombrir ce ciel parfait, le fait qu'elle veuille tout savoir sur la provenance de mes tatouages ... Moi même je ne le sais pas réellement. Tout ce que j'ai pu entendre, c'est que le descendant originel des BloodDust possède ceci. Après ça reste du domaine du flou. Je te l'ai dit, je sais ou plutôt je pressens toujours que Patrick a des intentions mauvaises. Mais après je ne sais pas. Mes tatouages, je me rappelle m'être réveillé avec eux et depuis c'est ainsi. J'ai hurlé aussi, tentant de retirer la peau marquée. Par moments, ils me brûlent même celui que je possède dans le ...

Moment d'Hésitation ...

- ... dos. Après Miss, je n'ai pas d'autres informations et quand j'essaye d'en glâner, on m'en empêche. Du coup je ne sais rien d'autre. Je finis ma tirade en la fixant dans les yeux. Cette dernière s'excuse ? Pas de mal. Chose surprenante, elle en vient à embrasser mes poignets ... Je me mords la lèvre pour ne pas succomber.

Trop tard. J'attends qu'elle eut finit, et je tourne sa tête remplie de petites tâches de son, vers la mienne mate. Nos regards se croisent. Je clos le mien et j'avance ma tête. Mes lèvres se posent une première fois sur les siennes, timides ... hésitantes.



Hm, je me souviens plus de ce qu'on avait dit pour le baiser ... Je suis confus x_x. Si ça ne te convient pas, j'édite hein. Pas de soucis Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/watch?v=d2Gce9-uQDQ&mode=related&search=
Mélusine McEwan
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1651
Age : 33
Maison : Ancienne Gryffondor
Gain de Gallions : 13067
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: All you need is love   Sam 24 Mai 2008 - 12:18

Avez-vous déjà remarqué combien c'est beau quelqu'un qui rit? Presque autant que quelqu'un qui dort. Parce que le rire, le rire sincère, comme le sommeil, fait apparaître celui ou celle que vous êtes réellement. Sans masque. Il y a quelque chose fragile, d'infime qui nous fait apparaître tellement vulnérables. Plus jeunes. Plus purs. Plus vrais.
Moi, j'aime voir les gens rire.
C'est laisser s'envoler toutes les tensions. Comme avec les larmes. Sauf qu'un rire est purement altruiste. Il n'est le fruit d'aucune attente. Il ne demande rien. Il est.

Alors, plus tard, quand on me demandera comment j'en suis venue à aimer mon ennemi numéro trois, je saurais. Je suis tombée amoureuse dans un éclat de rire.
Je me suis laissée troubler dans un souffle. J'ai vacillé sous une caresse. Mais j'ai aimé devant un éclat de joie.
Je l'haine. Je l'haime. Je l'aime. Deux petites lettres qui séparent tout un monde. Mais comme le génie frôle la folie, la haine et l'amour sont les jumelles qui se frôlent en se tournant le dos. Aime. M. M comme Mark. M comme Mélusine. Même le destin était déjà au courant.

Il me semble qu'on a tous besoin de croire au destin. Que c'est le destin qui nous fait aimer, qui nous fait haïr. Parce que sinon, la vie est trop folle. D'un autre côté, j'aime cette idée que c'est à moi de décider. Ce que je fais, ce sont mes choix. Les gens que j'aime, je l'ai choisi. Tout comme j'ai choisi mes ennemis. Je n'aime pas tant l'idée que quelqu'un décide à ma place, que ce soit Merlin, Morgane ou Ceridwen. Ma vie n'appartient qu'à moi et c'est à moi de décider quel chemin emprunter. Je me plante parfois souvent. Mais j'ai au moins la certitude que c'est moi qui décide.
Sauf que je n'ai pas décidé d'aimer mon Losgann. Je ne comprends pas. mais au fond, cette fois-ci, je n'ai pas envie de comprendre. J'ai juste envie de me laisser emporter. On verra bien où cela nous mènera.


Alors, je ris en l'entendant rire. Je ris pour cacher mon trouble. Je sais bien qu'on peut tout lire de moi en regardant mon visage. D'habitude, je n'aime pas ça. Ca n'est pas tant que je voudrais être une dissimulatrice en chef. Non, je préfère la vérité. Mais, de temps à autre, il pourrait être utile de savoir se cacher. Pas là.
Je veux qu'il sache alors je ne fais aucun effort (inutile de toute façon) pour essayer de me voiler la face. C'est drôle, cette expression. Se voiler la face. En général, on parle de soi, comme un bandeau qu'on mettrait sur ses yeux pour ne plusvoir le monde. Mais le contraire est aussi vrai. Si on se voile la face, on se cache aussi.

Je cogite. Comme d'habitude. Il parait que je suis folle. Je m'en fous. Moi, ça me plaît d'être comme ça.


'McEwan, tu racontes n'importe quoi. Kick tes neurones (les deux qui te restent), le monde s'en portera pas plus mal.'

Charmante petite voix.
Je lui râle toujours dessus, mais au fond, ça me manquerait si elle n'était plus là.

Il aimerait que je lui enlève ses tatouages. Au moins autant que moi.


"Je veux bien essayer quand même."

Là, c'est un prétexte futile pour passer plus de temps avec lui à l'avenir. Parce que je ne compte pas essayer tout de suite. On prendra rendez-vous. Plus tard. Pour le moment, il y a plus important. Plus intéressant.
Apprendre. Se connaître. Aimer. Tout en simplicité.
Ses tatouages. Once again.


"Tu avais quel âge?"

Il en parle presque comme s'il était enfant quand on lui avait fait... ça.
On ne pouvait pas infliger ce genre de truc à un même.
Ca, ça me révolte.
Il doit le voir.

Et...
Non seulement il est marqué à vie sur les poignets... mais aussi dans le dos. Ca me fait mal de savoir ça. Parce que malgré les airs que je me donne, malgré ce que je dis, au fond, je sais que je n'y peux rien. Et ça m'énerve. Je n'aime pas être impuissante.


"Dans le dos?"

'Dans le dos.'

Je veux le voir.
Maintenant.

...

Plus tard.
Parce que mon regard vient de tomber dans le sien. De la même manière que j'aime à plonger dans les lochs d'Ecosse l'été.
Parce sa bouche s'approche de la mienne, hésitante, douce, attirante.
Parce que les ennuis commencent.
Et parce que c'est la simplicité même.

Je le sens qui hésite.
Moi aussi.
Mais juste un instant.
Je n'ose pas.
Peur de décevoir.
Et puis, comme cela m'arrive rarement, j'en ai assez de lutter. C'est usant. Ca demande tellement d'énergie. Et là, j'avoue que je n'ai plus envie. Ca m'abandonne d'un coup.
Vivre, c'est parfois se laisser aller aussi.
Mes lèvres effleurent les siennes aussi timidement que lui. L'amour, c'est pas mon domaine. Même si avec lui, ça me semble si... non... pas facile. Evident.
Timidement. Parce que nos corps apprennent à se connaître.

Je me recule. Je voudrais être capable, non pas de lire dans les esprits mais de lire dans son coeur. On a toujours tellement besoin de savoir, d'être rassurée.
J'ai envie de plus. Mais je ne sais pas.
J'ai envie de l'embrasser à en perdre haleine.
L'embrasser à en oublier le monde.
L'embrasser à me perdre en lui.

Mais le doute. Toujours le doute.
Je rouvre les yeux. Tends une main vers sa joue. Doucement.
Et puis soudain, encore, j'en ai assez. Pour une fois j'ai envie de prendre ce que je veux avoir. Alors je l'embrasse à pleine bouche en mettant mon coeur dans mes lèvres.


Voilà. J'avais dit que je le ferais. Mais je le referas plus. La première personne, c'est pas pour moi.
I love you Z'horrib.
Il y a sans doute des fautes. Désolée. J'ai pas envie de me relire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com/
Mark Resnald
Elève modèle
avatar

Nombre de messages : 634
Age : 32
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12410
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Re: All you need is love   Mar 3 Juin 2008 - 11:52

Je me livre doucement, comme jamais auparavant. Elle est la témoin d'un rire, d'un baiser, d'une caresse. De mon côté aimant sans retenue. Alors que je cache ce que je suis aux yeux du monde, elle le perçoit dans son regard bleuté ...

Regard à y perdre haleine, une attirance, une envie de se perdre dans ces prunelles aussi vastes et claires que les mers limpides du Monde. Ca m'aspire, ça m'emporte dans un Tourment dont je ne suis rien qu'un Pion laissé au libre vent du Destin. Je ne peux rien contrôler et quand je ne contrôle pas, ça m'agace. Ca m'énerve de ne pas savoir quoi avoir comme réaction à entreprendre suite à "ça". Mais de toute manière, je suis déjà fichu, amoureux et tout cela ...
On est deux, on veut être un. Nous connaître mieux. De passer ennemis héréditaires à amants intimes, il n'y a qu'un pas visiblement et nous l'avons franchi. Sa présence, elle me fait me rendre vivant comme jamais je ne le fus. Sa voix, elle m'enchante. Me fait me montrer tel que je l'étais, il y a bien longtemps ma foi. Tel que Loevi Leroy me connaissait. Un garçon plein de Joie et de sourires, en un mot un être vivant. J'ai toujours cette personnalité enfouie au plus profond de moi malgré que je sois à Serpentard. Mais la froideur du Blason aidant, je suis devenu rigide ... un cachotier hors pair et un menteur de première catégorie. Tout ceci sur les Sentiments ...
Et à Mélusine, ma Mélusine, j'aurais envie de mourir si par malheur je venais à lui susurrer un venin rempli de faussetés. Je me tuerais. La blesser ? Sûrement pas, pas cette rousse au caractère si excentrique que j'aime tant. Et nous rions, comme deux idiots insouciants de la Réalité mais bien conscients de l'Amour qui nous lie.

Son rire fait écho au mien, je l'adore et je n'aimerais pas qu'il disparaisse subitement. Alors égoïstement je l'imprime dans ma mémoire. En me disant que c'est moi, Mark Resnald, qui suis parvenu à faire rire la Mélusine Mc Ewan. L'anti-Serpentard par excellence ...

J'aime tout d'elle et j'ai l'air de connaître ses expressions par coeur. Son visage me les traduit si bien, qu'il me suffit à peine d'un coup d'oeil pour la voir s'animer la Rouge et Or. Et j'aime ça, j'aime savoir que je suis l'instigateur de cette Félicité qui la traverse. Ca me conforte dans mon orgueil de mâle. Oui et alors ? J'aime c'est tout. Je l'aime c'est tout.
Cette phrase je me la répète inlassablement, elle me trotte dans la tête, mais j'en suis friand. Ah mes tatouages, je l'ai dit : affaire de famille. La BloodDust. La famille dont j'aimerais m'éloigner le plus possible mais dont ces liens indélébiles, me rattachent indiscutablement à elle. Ma condition d'Héritier légitime et de mon devoir en tant que tel. Avec ma rousse adorée, j'essaye d'oublier. Mais là aussi, c'est un refrain incessant qui me tue à petit feu. Je fais le fier, je souris, mais mon regard expressif doit me trahir.
Je souffre. Je souffre d'être sous l'emprise d'une famille démoniaque, souffre d'être le jouet d'instances supérieures qui me dévorent à petit feu. Je souffre de ne pas oublier ce que je suis réellement. Et de ne pas parvenir à le faire quand je suis avec elle.

Cette elle, si importante à mes yeux. Je la couve de mon regard doré. Sa présence disparue, ça me tuerait ce genre de choses. Ca me rendrait malade ...

Mes tatouages, encore. Je lui ai fait la supplique de me les faire disparaître, mais je sais pertinemment que cela est impossible. Je me résigne à les emporter avec moi dans la tombe. Essayer de les effacer ? Elle est bien téméraire. Une véritable Gryffondor, je la reconnais bien là.


- Tu as bien l'assurance d'une Lionne pour vouloir tenter une entreprise qui échouera sûrement. Mais ton Courage m'impressionne. Lui rétorquais-je avec sincérité et non avec méchanceté comme je suis coutumier d'habitude.

Elle rembraye sur "eux" encore. Je soupire non contre elle, mais cotnre ces marques qui me pourrissent la Vie. J'avais quel âge ? Bonne question, la piège. Celle de la Loterie Sorcière tiens. J'avoue que je n'en sais rien. Mais depuis tout petit, je sais que je les ai.


- L'âge exact je n'en sais rien. Mais depuis tout petit je les possède. Je dirais depuis ma naissance en fin de compte. Nouveau regard qui m'attarde sur son si beau visage. Je souris à sa question. Oui, Miss dans le dos.

Mais je suis loin du blabla des tatouages. J'ai une autre idée en tête. L'embrasser, goûter ses lèvres. Sentir son souffle se mêler au mien et son coeur palpiter. Savoir que je lui fais cet effet. A savoir la faire rougir et la mettre dans tout ses états. Mais notre échange est hésitant, comme si nous fûmes novices en la matière ... Notre doux baiser se termine, elle se recule. J'ai l'impression de l'avoir froissée, trahie, salie.
Elle n'en voulait pas peut-être ? C'est ce que je viens de me dire, et ça me glace le coeur. Son recul l'atteste. Je le comprends parfaitement. Mon regard doré s'assombrit, j'ai l'impression néfaste d'être un sale gamin qui n'a pas obtenu ce qu'il voulait. D'être capricieux, irritable quand je n'ai rien de ce que je veux atteindre. Je suis comme ça et ça me dégoûte vis-à-vis de Mélusine Mc Ewan, la Dame de mon coeur. Je reste un instant prostré comme ceci, le regard dans le vague, sans fixer aucun point. Juste oublier qu'elle ne m'aime pas en fin de compte.
Mais cette idée noire s'écourte, s'effiloche au fur et à mesure que je la vois se rapprocher de moi. Rétablir le contact rompu. Je souris de toutes mes dents cette fois-ci et mes prunelles d'or pétillent. J'aime.

Elle me caresse la joue. Ca me fait frissonner, j'en redemande mais je ne la force pas. Ce simple contact me frustre ...

Comme si elle était devenue Legilimens subitement, elle suit ma pensée et ses lèvres viennent se coller aux miennes vigoureusement. Je la plaque contre moi, pas fortement mais pour la garder jalousement contre moi durant ce contact qui nous appartient.
Je passe la main dans sa crinière fauve, y entremêlant mes doigts. Je le passe sur sa nuque pour venir quérir encore le souffle de mon étoile. Je ne sais combien cet échange labial a duré, mais j'en redemande encore. A peine nous respirons suite à ce baiser intense, je la recapture encore et encore.
Cette fois-ci mes mains s'aventurent sur sa nuque, ses épaules ... sa peau. Savoir que je fais sauter un bond au coeur de Mélusine M M M Mc Ewan, me ravit tout particulièrement.

Je suis bien Serpentard. Et on ne se refait sûrement pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/watch?v=d2Gce9-uQDQ&mode=related&search=
Mélusine McEwan
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1651
Age : 33
Maison : Ancienne Gryffondor
Gain de Gallions : 13067
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: All you need is love   Mar 17 Juin 2008 - 13:38

Un jour, il n'y a pas si longtemps, j'ai lu une histoire. L'histoire d'un ordre de Chevaliers. Ces "élus" possédaient une magie qu'ils apprenaient à développer lors de leur long apprentissage. Cette magie leur permettait de communiquer d'esprit à esprit quand le commun des mortels ne pouvaient rien percevoir. Elle leur permettait également de protéger les secrets de leur esprit et de leur coeur. Et de les ouvrir à une personne qui leur était chère. J'imagine que ça n'est pas loin de notre Legilimancie.
L'un d'eux, après des années de doute et de solitude, ouvrait son coeur à la femme qu'il aimait. Elle pouvait tout y lire. Ses douleurs, son passé, ses sentiments. Sans qu'aucune barrière ne vienne s'y opposer. Sans qu'aucun mot ne vienne en salir le sens.
J'ai rarement lu quelque d'aussi beau. Mais je ne l'avouerai à personne. Pour rien au monde. J'ai une réputation à tenir.

C'est au-delà du désir de l'autre ou de ce que l'on appelle l'amour. C'est ce que nous cherchons, je crois, dans nos corps-à-corps parfois presque désespérés. On cherche une fusion qu'on ne peut atteindre. Non, c'est encore autre chose, parce qu'une fusion impliquerait qu'on se perde dans l'autre et c'est ce qui me faisait peur. Non. Je ne trouve pas les mots pour l'exprimer. Mais je sais que c'est ce que je cherchais dans les bras de James. Que c'est ce que je cherche, collée contre Losgann. Et que c'est ce qui nous ferait pleurer de rage de ne pouvoir atteindre. Parce que toute la sincérité du monde, tous les mots, tous les regards, tous les baisers, ne parviendront jamais à traduire ce que l'on voudrait vraiment donner. Ce ne sont que des faux-semblants pour se plonger dans l'illusion qu'on aime.

Alors je le serre mon Losgann. Je le serre fort contre moi. Je me serre fort contre lui. Parce que je ne trouve rien d'autre. Je nous serre fort. Comme si on pouvait parvenir à mélanger nos cellules. Je l'étreins avec le désespoir de jamais pouvoir l'atteindre vraiment. On dit qu'on se donne mais on ne donne jamais qu'une partie de soi. Réussir à se donner vraiment. Je crois que c'est aussi beau qu'effrayant. Aucun retour en arrière n'est alors possible. Mais c'est la beauté de ce danger qui m'attire.
Pourtant, j'ai envie d'essayer encore. De me dire que cette fois, c'est possible, si lui et moi on a réussi à dépasser tout le reste. L'espoir fait vivre dit-on. Je crois que rien n'est plus vrai. C'est parce qu'il y a cette petite flamme en nous qu'on n'arrive pas à renoncer. C'est parce que cette petite flamme continue à briller qu'on se dit que c'est encore possible. Et c'est quand on laisse cette petite flamme s'essouffler puis s'éteindre qu'on commence à mourir. Moi, ma flamme, je veux qu'elle soit vive, haute et clair. C'est elle qui me porte. Quitte à ce qu'elle me brûle.

Je le veux. Lui.
Pas comme un caprice d'enfant pour m'en détourner une fois assouvi. Ps pour embouser une autre de mes ennemis, ma chère cousine.


'Quoi que...' Le Mowana

Je le veux. Moi. A moi. Parce qu'il est Mark. Parce que je suis Mélusine. Et que je n'arrive pas à concevoir la vie autrement. Mon maintenant, c'est Mark. Mark Padraig Wyatt Resnald.
J'ai sa bouche. J'ai envie de partager son souffle, d'entendre nos coeurs s'accorder pour jouer un air qui n'appartiendra qu'à nous. The M song.

Je le serre fermement mais ma bouche sur la sienne se fait douce. Puis avide. Puis... je ne sais plus.
Un baiser, c'est le meilleur antidote à la mémoire.
Certains s'en plaignent, mais oublier, parfois, c'est vital. Le bonheur, c'est aussi oublier, remiser au fin fond de notre mémoire ces instants qui nous font mal.

Il me plaque contre lui, je le plaque contre l'arbre.
Non, je ne suis pas violente. Juste passionnée. Nuance.
Mes mains, comme les siennes, goûtent sa peau. Proches. Toujours plus proches. Et mes pensées suivent mes mains. Les précèdent. Peut-être un peu. Se glissent dans son dos. Doucement. Possessives.
Son dos.
Je frémis en songeant qu'elles frôlent, que je frôle son ultime tatouage. Pourtant, je ne sens rien. Rien que la chaleur de sa peau sous mes doigts. Et je fais semblant de croire que c'est ce rien qui me trouble. J'ai toujours été très douée pour me voiler la face.
Je laisse un soupir s'échapper. Je ne sais pas comment le qualifier. A vrai dire, là, je ne pense plus beaucoup. Je n'arrive pas. Mon sang bat trop vite dans mes veines. Et si mon cerveau est en grève, c'est au bénéfice du reste de mon corps. Vous savez, la théorie de l'aveugle qui développe ses autres sens? C'est un peu vrai.
Un soupir donc.
Je me recule légèrement. A contrecoeur. J'espère qu'il le sent.


"Mark..."

Est-on assez proche pour qu'il sache ce que je vais demander?
Je veux croire que oui.
Mais j'en ai peur.
Peur que non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com/
Mark Resnald
Elève modèle
avatar

Nombre de messages : 634
Age : 32
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12410
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Re: All you need is love   Mer 25 Juin 2008 - 13:41

Elle me serre dans ses bras. Elle me fait exister malgré elle.

J'ai le coeur qui palpite, le cerveau en émoi. Le corps au diapason et les lèvres animées. Animées par le désir que j'ai pour elle. Seulement pour elle, que je l'aime et je n'en doute pas ou plus. Qu'importe.
Elle me serre, je la serre. L'échange équivalent. Donnant-donnant comme on dit. Mais son étreinte me fait encore me sentir mal à l'aise ... Comme si je ne parvenais plus à me contrôler. Merlin j'essaye mais ce n'est pas évident et je n'aime pas ça. Oui le contrôle et moi sommes en bons termes, là il me fait faux bond.
A cause de qui ? De Mc Ewan pardi. La seule demoiselle rousse pour qui je ne pensais jamais avoir autant de sentimetns éprouvants. Et bien si, et ça me rogne. Comme la Peste, ça me dévore de l'intérieur, mais je ne le réfute pas. Je n'en ai pas envie.
Par son embrassade, elle me transmet l'Espoir d'être "deux".

Moi le Serpent, aimé par la Lionne. Cela pourrait être une Fable de ce Moldu ... Elle n'en est pas une.

Je souris, je lui souris. Je nous souris, à notre petit monde que l'on vient de construire. A notre petit Eden rien qu'à nous et dont personne ne pourra s'approcher sous peine de représailles. J'aime lui sourire et la voir sourire, c'est ma plus belle réussite. Et de savoir que le rouge qui lui est monté aux joues, c'est grâce à moi-même. Et je ne m'en prive pas.
Même mes jours mates et glacées commencent à s'empourprer à son contact. Oui, elle me rend vivant, mais moi ça me tue. Ca me tue d'être dépendant d'elle, cette journée, sa présence, son odeur. Mélusine Mc Ewan et sa bizarrerie, sa franchise à mon égard. Ses petites mimiques qui me font encore sourire et même rire. Merlin que je la hais et que je suis fou d'elle en même temps.
La Haine c'est pour le fait qu'elle me retourne dans mes Sentiments, dans mes principes et toutes les barrières que j'ai édifié depuis trop longtemps.
L'Amour pour elle. Je me dis que j'aime une autre rousse, même Maison que moi ... Mais elle n'est rien comparé à Mc Ewan.

Non rien, une pâle copie froissée.

Encore un baiser. Nous souffles liés, elle se fait douce, je me fais violent. Passioné et non timoré. Possédé par l'Envie que je veux encore plus la connaître. Elle me rend ma Passion. Nous sommes deux à agir de concert et mon sourire lui certifie que j'aime cela à en être drogué.
Oui totalement drogué et fier de l'être. Je frissonne en même temps que je me consume, elle me touche. Elle parcourt mon dos, là où se trouve mon tatouage ... Là où se terre ma Honte. Je me mords la lèvre et je ferme les yeux. J'inspire doucement, c'est toujours ainsi que je procède quand je commence à perdre mes moyens ...
Et là je peux le dire : je les perds et pas qu'un peu. Elle se recule, ma si jolie rousse me boude. Je plante mes iris dorées dans les siennes si bleues que je m'y perds et dont je ne veux sûrement point être sevré ...
Mon prénom. Ses lèvres l'ont prononcé et moi ? Je réagis comme un amoureux l'aurait fait. Ca émoustille mes sens, fait battre mon muscle cardiaque à cent à l'heure. Je fais exprès de faire poser sa fine mains à l'emplacement de mes battements cardiaques.

Oui, pour qu'elle sente l'effet qu'elle me fait et qu'elle en soit fière.

Je comprends ce qu'elle veut que je fasse. Alors lentement, je déboutonne ma chemise pour qu'elle puisse voir ce que je cache à tous. Même Purdey n'en connait pas la forme, ni les couleurs.
Seulement Mc Ewan contemplera ce que j'occulte sans vergogne à tout le monde. Et le mieux c'est que j'en ai rien à faire. Elle peut aussi voir mon pendentif, mon Serpent qui entoure une malachite. Et je la serre encore, contre moi.
Ressentir sa chaleur alors qu'une petite brise se lève, faisant onduler sa crinière de flammes pour mon plus grand bonheur. Et moi ce sont mes cheveux auburn qui ne tardent pas à s'indiscipliner ... Rageant, mais ça me faire rire comme un scroutt.
N'importe quoi je vous dis.


- Voilà Mélusine. Tu es la seule à le regarder, bon je te l'accorde il y a bien Loevi mais ce n'est pas pareil. Sûrement pas. J'acquiesce mes dires par un sourire avant de capturer la bouche si tentante de Mc Ewan et de la lier à la mienne.

Je prends ses mains pour qu'elle les pose à l'endroit de ma marque. Je sursaute légèrement mais cela en vaut la peine.
Tellement.






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/watch?v=d2Gce9-uQDQ&mode=related&search=
Mélusine McEwan
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1651
Age : 33
Maison : Ancienne Gryffondor
Gain de Gallions : 13067
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: All you need is love   Mar 8 Juil 2008 - 13:23

Alors que je prononce son nom, nos regards se croisent à nouveau. Aimantés.
Si ses yeux voulaient bien se taire. J'aurais pu retrouver un semblant de calme. Avant qu'il ne soit trop tard. Je ne me cherche pas d'excuse, pas vraiment. C'est juste que plus tard, je ne cesserais de m'interroger sur le comment on sera parvenus à ce point de non-retour.
Mais ses yeux ne se taisent pas. Merlin est un homme inventif. Malin. Le monde devait être trop calme, chacun dans son coin, les mains sagement posées sur les genoux croisés. Alors, il a mis un peu de piquant. Il nous a offert des yeux. Des yeux et leur langage. Il faut bien reconnaître que si, à la place, on avait hérité de citrouilles, la vie nous apparaîtrait sous un jour différent. Et on saurait véritablement ce que signifierait "avoir la tête lourde".
Mais ses yeux ne se taisent pas et j'aime ce qu'ils me disent.

Mes idées dérivent parce que j'éprouve autant de peur que de plaisir. Le yeux de mon Losgann me parlent et je bascule peu à peu vers un autre genre de folie. Ils me murmurent ce que ses lèvres n'ont pas encore osé me dire. Le message est le même que celui que les prunelles de James m'offraient quand nous étions seuls.

C'est étrange.... Je ne croyais pas en l'amour et je me trompais. Je croyais queça n'était pas pour moi et je me trompais. Je croyais qu'on n'aimait qu'une seule fois et je me suis encore trompée.
Ma vie est une erreur.
Je ne peux pasnier avoir aimé James. Seulement, c'est Mark Resnald que j'aime maintenant. C'est tellement différent. Je lui avais demandé du temps, de m'attendre, d'être patient. A James. Alors que là, je prends tout ce qu'on me donne et j'en veux encore plus. Mark.

Alors je prends sa main qui prend la mienne. Je prends son coeur qu'l semble m'offrir. Ca pulse sous les doigts. Même nos rythmes sont en phase. Tout s'accorde. Tout concorde. On avance.
Avant je me targuais d'être capable d'agacer les gens et d'accélérer par là-même leur rythme cardiaque. Aujourd'hui, je suis ... non pas fière... touchée de savoir que le coeur de Losgann bat pour moi. Que se passerait-il si j'enlevais ma main? Son coeur s'arrêterait-il, privé de sa substance? Si je me détournais? Si je l'ignorais?

Mais je ne suis pas cruelle. Quoi que certains puissent en penser. A quoi ça sert d'aimer si c'est pour faire souffrir?
Alors, je lui souris. Pour qu'il sache que sa chanson me plaît.
Je lui proposerais bien d'écouter la mienne... Mais ma pudeur m'en empêche. Je l'avais oublié celle-là. C'est bête à dire mais l'accès au poumon gauche d'une fille passe par d'autres genres de reliefs. Même si je suis plutôt petit plateau arride que collines valonnées.

Me sortant de mon dilemne, c'est lui qui prend l'initiative. Il se détache un bref instant. Et je m'efforce de ne pas rougir devant son geste. Sa peau m'apparaît, dévoilée à chacun de ses gestes. Et je m'efforce de ne pas trembler, de garder le contrôle. Moi qui n'ai jamais su.
Son tatouage est immense. Il joue sur la peau de son dos. Ca m'horrifie autant que cela me fascine. Il y a quelque chose d'hypnotique dans ce dessin. Quelque chose qui enlève la laideur du geste. Marqué à vie.
Ma main glisse sur cette peau, apprécie les nuances.

C'est plus qu'un simple désir. Aujourd'hui, je sais faire la différence. L'envie est là, qui me brûle les entrailles. Mais au-dessus, mon coeur brûle encore plus fort. Je pose ma bouche contre la sienne à vouloir me fondre en lui.
Puis, je relève le regard. J'ai l'impression que ce moment s'articule en trois temps: paroles-regard-baiser. Dans une spirale allant chaque fois crescendo.


"Je suis..."

Quoi?
Qu'est-ce que je peux bien dire?
Les mots sont imparfaits à traduire notre essence. Je l'ai toujours pensé. Nous en sommes la preuve vivante.
Mais il me semble que je ne peux pas y échapper...


"Plus que touchée... Je sais pas comment te dire mais..."

Qu'est-ce que je disais?
Le langage dénature tout.


"Ca me ... Je ne..."

Je ne sais pas quoi lui offrir. Une relation est un échange. Quelque chose à double-sens. On donne. On reçoit. On prend.

"Je voudrais que..."

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com/
Mark Resnald
Elève modèle
avatar

Nombre de messages : 634
Age : 32
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12410
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Re: All you need is love   Jeu 14 Aoû 2008 - 20:56

Elle est mon Étoile. Ma Lumière dans ma Vie brumeuse et ténébreuse. Ma seule ancre quand j'en viens à dériver.

Je me dis cela malgré que nous ne soyons pas ensemble ... officiellement. Nos deux Maisons qui d'ordinaire se font la Guerre, se retrouvent à se côtoyer. Si proches nous sommes, et je ne voudrais jamais que cela se stoppe. Mc Ewan la Rouge avec qui je n'ai partagé que des gifles pour ensuite l'embrasser.
C'est fantasque me direz-vous ?
Non. C'est parce que j'en suis amoureux. Pas d'une image ou d'un Blason mais d'une jeune fille à la chevelure rousse flamboyante. Je l'adore, j'en suis dépendant. De tout. C'est fou comme on en est drogué quand on a goûté. Et je l'ai goûtée. Que m'a t'elle donné comme drogue pour être ainsi accroc à elle ? Rien si ce n'est un peu d'elle.
De comment elle est. Sa personnalité, ses traits de caractère qui me la font adorer ...

Oui mais jusqu'à quel point ? Mourir pour elle ? Me ruiner la Santé ou tout simplement renier ce que suis ?

Elle me demande, j'exécute. C'est un échange, une envie commune de comprendre qui est celui ou celle qui nous fait avancer ... sans nous arrêter. Je l'ai trouvée. C'est elle. Évidemment, je n'oublie pas Purdey LaRoche Elda, ma petite amie officielle. Mais Mélusine a le goût de l'Interdit, de la Tentation.
Et le meilleur moyen de résister à la Tentation c'est d'y succomber. J'obtempère. Que puis-je faire d'autre après tout ? Rien. Suivre le courant. J'aime ça, sinon je ne serais pas ici, avec Elle. Je serais reparti me terrer dans ma Salle Commune. Mais désormais, elle connaît les aspérités de mon Passé, mais je continue à rester là malgré mes premières réticences. Je suis à l'aise avec elle ...
Alors sans sourciller elle peut voir mon tatouage dorsal, je m'attends à des réflexions sommaires ... mais ... Dos tourné à elle, je ferme mes jaspes dorées sous les caresses de sa peau sur la mienne. Ses effleurements en viennent à me brûler, à me tenter d'autant plus. Je bande mes muscles sous la pression qu'elle m'offre, ses simples doigts me rendent fou.
Pourquoi ? Je suis friand d'Elle et de tout ce qu'elle peut m'offrir. Alors des caresses, vous pensez ... J'en redemanderais presque.

C'est ce que je fais en tournant ma tête de trois-quart vers elle, avec un sourire timide, enfantin et ... fou d'Elle.

Retourné totalement vers elle, elle m'embrasse encore à vouloir nous mélanger. Nous entrelacer d'autant plus. Nous aimer encore plus fort ? Ca doit être cela. Je l'écoute me parler. Silencieux devant ma Muse à laquelle je décoche un sourire encourageant et confiant ...
Que tente-t-elle de me dire ? J'essaye de me comprendre, mais le langage féminin, ce n'est pas là où j'excelle. Au lieu d'attendre, j'agis.
Je l'embrasse en y mettant mon cœur au bord de mes lèvres mates. En y mettant tout ce que je peux ressentir pour Elle et dont je ne peux l'exprimer en paroles. C'est dur pour moi, je n'y arrive pas. Alors je préfère lui démontrer par un échange labial plutôt que par des mots qui tarderaient à venir s'échouer sur mes lèvres.
Elle voudrait quoi ? Qu'on en reste là ? Hein ?


- Quoi ? Qu'est-ce que tu voudrais ? "Qu'on aille plus loin ?" Bravo ça se demande ça ! Encore heureux que je ne l'ai pas dit.

Herm. Une embrasse énorme pour celle que je porte en mon Cœur plus que de Raison. Timidement j'avance une main vers le réceptacle de ses Sentiments, savoir si leur battements feraient écho.


- Je peux ? Je le demande le plus naturellement du monde, et je lui fais comprendre par un regard doux, que si elle refuse ...
... je ne m'en formaliserais pas.
Surtout pas. Car je suis bien avec Elle, et je n'ai pas de meilleur refuge que celui de ses bras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/watch?v=d2Gce9-uQDQ&mode=related&search=
Mélusine McEwan
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1651
Age : 33
Maison : Ancienne Gryffondor
Gain de Gallions : 13067
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: All you need is love   Mer 20 Aoû 2008 - 11:24

Ce que je veux?
Tout.
Je n'ai jamais sur faire dans la demi-mesure.
Le juste milieu, c'est la doctrine Poufsouffle. L'entre-deux, c'est bon pour les Serdaigle (meuh si, j'aime beaucoup les Serdaigle. A Serdaigle, y a Oma et Luna et Seth et Sothis et plein de gens très bien. Et si vous voulez savoir, j'aime beaucoup les Pouffys aussi.).
Mais nous, à Gryffondor, on est plutôt pour les extrêmes. Surtout moi. C'est pareil pour ces Serpentard que je déteste. C'est pour ça qu'on se hait. Parce que, peut-être, on se ressemble trop. On a des idéaux, des objectifs et on s'y accroche comme un botruc à son arbre. On s'y accroche même si on se rend compte qu'on a (peut-être) tort.

Alors, oui, je veux tout.
Mais je suppose que ça ne se dit pas comme ça. Pudeur, convenances, tabous, etc.
Seulement, j'ai beau critiquer les mots, le langage, ça a du bon parfois. Parce que sans mots, comment exprime-t-on ce que l'on désire vraiment? Par les gestes et les regards?
Mais pour ça, il faut se connaître suffisament.

Avec James, mon James à moi, il ya ce langage des corps qui s'est créé au fur et à mesure des heures qu'on a passées ensemble. Une sorte de code qui fait d'un geste, d'un regard, le signe d'une attente particulière. Qui fait que d'un battement de cil, on se comprend. Pas toujours, bien sûr. Imprfaitement, parfois. Mais il y a ce regard "j'ai besoin de tes bras", cette carese "réconfort", ce se baiser "pause-tendresse", ce soupir "j'en peux plus"... c'est ce genre d'alphabet muet qui donne parfois à un tiers l'impression d'être de trop, ce genre d'alphabet qui fait que même sans se toucher, il y a une sorte de feeling et que n'importe qui d'extérieur le sent.
Mais comme un abécédaire, c'est loin d'être inné. Ca se crée peu à peu, jour après jour, toucher après toucher. Et, en attendant, c'est comme là, avec mon Losgann, où tout est ébauche et interrogation, où on avance à tâtons, les yex clôs. Où on cherche. Où on n'ose pas se dire. Où on n'ose pas se dire ce que l'on veut vraiment, comme si la vérité était trop crue.
Ou peut-être que, simplement, on ne sait pas. Je ne sais pas. Tout va trop vite et tout est trop lent. Encore cette histoire d'extrême et de demi-mesure.

Ici, chaque mot, chaque geste est comme un point de suspension. Et dans tous les langages, je le sais, il y a des problèmes d'intreprétation.

Seulement, maintenant, dans les bras de mon Losgann, je n'ai pas envie de tout gâcher une fois de plus avec mes sempiternels doutes. Il me prend comme je suis. Je le prends comme il est. Avec nos passés et notre histoire respective. Est-ce qu'il y a quelque chose de plus beau? Est-ce que je peux faire moins que lui donner tout ce que j'ai? Est-ce que j'en aurais seulement envie?

Au diable les questions! C'est réfléchir qui nous empoisonne l'existence avec ses "et si...?", "pourquoi je...?" "est-ce qu'il n'aurait mieux pas vallu que...,"... d'un geste de la main, je les envoies valser quelque part ailleurs dans le système solaire, toutes ces questions, et, d'un sourire, je lui dit que oui, il peut.

Le toucher est doux. Etrange mélange de calme et d'électricité. Notre main respective est sur le coeur de l'autre et on peut enfin sentir qu'on vibre sur le même rythme, que notre tambour intérieur batte le même tempo.
A ce stade, on ne sourit même plus, je ne souris même plus. Je le regarde. Comme si le simple fait de plonger dans ses prunelles dorées me permettait de me fondre en lui. Personne n'y a jamais réussi mais j'essaie quand même. Ca me fait penser à cette phrase, ça pourrait presque être mon nouveau crédo: "nulle cause n'est perdue tant qu'il y a un pauvre fou pour y croire"* . J'ai de la folie à revendre et des idéaux étranges? alors, pourquoi pas?

Et puis, soudain, c'est trop. Toute cette énergie accumulée, qui ne demande qu'à être libérée. Parce qu'exploser de l'intérieur, ça fait un fou de moins pour croire à cette cause.
Alors, je me presse contre lui, tord ma main au passage sans même m'en rendre compte et je murmure:


"Losgann..."

J'hésite un instant.
On va enfin voir si on parle la même langue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: All you need is love   

Revenir en haut Aller en bas
 
All you need is love
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1 -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard - Ecole de Magie :: Autour du château :: Parc du Château et cour de récréation-
Sauter vers: