Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le premier jour d'hiver

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jo Campbell
Adulte
avatar

Nombre de messages : 588
Age : 28
Maison : Poufsouffle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 13407
Date d'inscription : 21/04/2006

MessageSujet: Le premier jour d'hiver   Ven 14 Déc 2007 - 0:55

21 décembre


Le ventre Jo n'arrêtait pas de gargouiller. Elle s'était endormie juste après les cours sur son lit dans le dortoir de Poufsouffle. Elle aurait pu aller chiper quelque chose dans les cuisines mais elle n'en avait plus le temps maintenant. Elle avait quelque chose à faire.


"... On peut choisir quelque chose en rapport avec le dessin... par exemple: si notre couple passe l'automne, les deux premiers jours d'hiver nous devrons l'un et l'autre poser pour dessiner l'un et l'autre... nu. Ça, c'est du défi. Cap?"


Ils n'en avaient pas reparlé. Mais elle savait qu'il n'avait pas oublié.

Il était 21h passé. C'était l'heure théorique du couvre feu. Jo savait où le trouver. Elle était certaine qu'il y serait parce que, premièrement, il était trop tôt pour dormir... c'était certainement le meilleur moment de la journée pour préparer ses blagues avec Adrian... parce franchement... Adel ne s'imaginait quand même pas qu'elle ignorait ses petits exploits..., deuxièmement, il n'avait pas oublié leur défit et troisièmement... il n'avait pas oublié... la jeune fille croisa les doigts.

Elle était dans un couloir, son sac contenant ses plumes, fusains et autres sur l'épaule, son grand cahier à dessins sous le bras. Elle marchait assez rapidement. Finalement, elle arriva devant la porte du BDE. Il y avait encore quelque élèves présents à l'intérieur. Elle aperçut Adrian sortir d'une salle contigu. Elle lui fit un signe de la main pour le saluer, s'approcha d'une table basse sur laquelle était posée un plateau avec des pommes dedans et où des élèves jouaient à un jeu de dé sorcier. Elle prit un fruit et fila vers cette salle qui n'était autre que le bureau d'Adel.

Elle était à la fois toute excitée de le voir, et a la fois angoissée par ce qu'ils allaient faire. Ils n'avaient pas encore été aussi loin dans l'exploration de leur intimité. Il y avait eu des baisers fougueux, des mains baladeuses mais ça n'avait pas encore été jusqu'à se retrouver totalement nu face à l'autre.

Elle frappa à la porte pour prévenir de sa présence et sans attendre de réponse entra un sourire radieux sur le visage.


- Hé ! Salut!

Elle posa son sac et son grand cahier à l'entrée de la pièce contre un mur et alla rejoindre son petit ami. Il était assis, elle passa derrière lui et passa ses bras autour de son cou. Elle l'embrassa un peu en dessous de l'oreille et s'écarta légèrement pour pouvoir lui parler en le regardant dans les yeux. Il la faisait vraiment trop craquer!

- Tu as passé une bonne journée?

Puis elle lui chuchota, incapable de tenir plus longtpems...

- Tu sais quel jour on est aujourd'hui?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adel Iscarioth
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 326
Age : 26
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12714
Date d'inscription : 08/12/2006

MessageSujet: Re: Le premier jour d'hiver   Sam 15 Déc 2007 - 23:44

Assis à son bureau, Adel n'avait pas décollé les yeux de son carnet de croquis. Pourtant ses yeux ne voyaient rien. Sa main agissait, mécanique, sur la feuille de parchemin parsemée d'encre noire. Il y gribouillait des formes oblongues qui s'enroulaient entre elles avant de se transformer en carré ou en rosace. Il prolongeait machinalement des centimètres et des centimètres de lignes obliques aux traits renforcés une vingtaine de fois de trop... Il n'était plus à ce qu'il faisait. Il ne l'avait d'ailleurs pas beaucoup été depuis qu'il s'était levé. Ses pupilles voyaient flou les formes aléatoires qu'il crayonnait. Perdu dans ses pensées.

Lorsqu'il entendit frapper et que la porte s'ouvrit, il sursauta, rangea feuille et gribouillage dans le dernier tiroir de son bureau et fit mine de travailler sur un devoir d'histoire. Or, Adel qui travaille sur un devoir d'histoire est un tableau improbable.

Il fut à moitié étonné de voir la tête de Jo passer dans l'entrebâillement avant de se donner totalement l'autorisation d'entrer. Il repoussa le grimoire d'histoire et posa sa plume près de l'encrier pour la suivre des yeux quand elle avançait vers lui.

Bonne journée, demande-t-elle. Oui. Bof. Il arqua la bouche en une moue indifférente et haussa les sourcils pour lui faire comprendre que cela avait été une journée comme les autres. En tous les cas, en son déroulement propre. Une journée comme les autres au bout de laquelle il y aurait une soirée pas comme les autres.

La Poufsouffle était venue chercher chaleur au creux de son cou. Il se tourna pour lui permettre de le regarder dans les yeux. Quant à lui on sentait son œil friser quand il entendit la seconde question. Il sourit frugalement. Il savait maintenant que ce qui l'avait plongé dans cet état de distraction toute la journée n'avait pas été oublié par l'intéressée.

Son sourire s'ouvrit encore un peu plus parce que cela l'amusait. Il hésitait à tourner autour du pot ou à répondre directement. Noyer le poisson? Il fit pivoter sa chaise pour avoir l'espace de faire tomber Joséphine sur ses genoux et l'y asseoir pour l'enlacer. Il plongea sa tête contre son cœur, pour l'entendre battre et être prêt, ainsi réfugié, à faire un caprice ou à se défiler:


- Oui... oui, je sais très bien, dit-il étouffé dans les vêtements de Jo. Le premier jour d'hiver.

Il attendit un peu avant de relever sa tête vers elle:

- Tu es sûre que...?


Slytherin BDE DP
7ème année - 16 ans
Silencieux Observateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jo Campbell
Adulte
avatar

Nombre de messages : 588
Age : 28
Maison : Poufsouffle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 13407
Date d'inscription : 21/04/2006

MessageSujet: Re: Le premier jour d'hiver   Sam 22 Déc 2007 - 20:28

Elle pouvait le serrer dans ses bras comme elle le voulait. Elle pouvait passer ses mains dans ses cheveux courts et poser son menton sur sa tête. Elle aimait lorsqu'ils étaient ainsi. Elle avait l'impression d'être source d'apaisement pour lui et de lui être nécessaire.

Le stresse commença a pointer le bout de son nez. Se souviendra ou se souviendra pas...



Oui... oui, je sais très bien. Le premier jour d'hiver.


Elle se savait pas vraiment comment interpréter ça. Au moins, un poids en moins, il s'en souvenait. Après... le silence qui suivait ces quelque mots respirait la motivation... ou la faisait t-il marcher... Difficile à dire... elle n'était pas encore experte dans l'interprétation du silence d'Adel.

Tu es sûre que...?


Impossible de se taire une seconde de plus. Jo desserra son étreinte et s'écarta. Elle le regarda, les sourcils froncés. Pas en colère, juste inquiète.

- Tu ne veux plus le faire?

Elle baisse les yeux et remet nerveusement une mèche derrière son oreille.

- Si tu ne veux plus, c'est pas grave...

Mentir? Jamais... Et puis la déception ne se voyait absolument pas sur son visage. Elle tourna la tête et scruta la salle quelques instants. Puis elle revint sur lui.

- C'est parce que tu as peur?... Tu sais si c'est ça, moi c'est pareil. J'ai peur mais... j'ai quand même envie de le faire... J'ai envie de faire plein de choses avec toi.

Elle passa ses bras autour de son cou et se pencha vers lui pour l'embrasser. Il était un peu plus intense que d'habitude. Elle en profita pour faire glisser ses mains sur son torse et passer une main sous son pull. Elle voulait le rassurer, lui montrer qu'elle était sincère... elle avait envie de lui montrer plein de choses...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adel Iscarioth
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 326
Age : 26
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12714
Date d'inscription : 08/12/2006

MessageSujet: Re: Le premier jour d'hiver   Mar 25 Déc 2007 - 23:11

- Ce n'est pas la peur... pas seulement, murmura-t-il en la laissant s'insinuer sous son pull entre un soupir et deux baisers.

Leurs lèvres continuaient de s'étreindre et Adel douta que ce fût la façon que Joséphine avait de faire sournoisement pression sur lui. En douceur.

Il cambra doucement le dos pour se redresser sur son siège et avancer son buste vers celui de la Poufsouffle. Sans écourter leur affection, il tendit son bras sur le bureau à la recherche de sa baguette. Il la trouva et, à l'aide d'un sortilège qu'en grand cancre, il s'étonna d'avoir retenu, il ferma à clé la porte de son bureau.

Le petit claquement de la porte qui se fermait signalait implicitement que, quant à lui, il s'ouvrait à une nouvelle intimité. Mais point trop n'en faut et loin d'avoir été réparti à Serpentard pour rien, Joséphine devrait s'attendre à une entourloupe assaisonnée au doux regard azurescent d'Adel. Monsieur se montrait séducteur quand il avait quelque chose à requérir. C'était le cas. Il désirait changer la teneur de leur challenge.

Leur baiser avait cette langueur sucrée des jeunes couples. Des lèvres tantôt passionnées et batailleuses, tantôt mielleuses et chercheuses.

Silencieusement, il imita Joséphine et passa sa main, sous son vêtement afin de faire doucement courir ses doigts le long de son dos. Arrivé entre ses deux omoplates, il s'arrêta subitement, rebroussa chemin et conclut leur baiser par un bécot sur son menton et un sourire malicieux.


- Je veux bien poser nu, si alors que tu me peins, tu l'es autant que moi... et quand on échangera, je resterai aussi nu que l'Umbrès *.

La requête n'était pas perfide. Non. Face à Jo, il était un serpent à temps partiel. Seulement, il trouvait là une parade à sa propre pudeur. A deux, leurs craintes s'annuleraient. C'était ce qu'il pensait mais il était incapable de le partager à la jeune fille son amoureuse. Il ne voulait pas passer pour un lâche.


* équivalent de l'Adam, de Adam et Eve pour les sorciers.


Slytherin BDE DP
7ème année - 16 ans
Silencieux Observateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jo Campbell
Adulte
avatar

Nombre de messages : 588
Age : 28
Maison : Poufsouffle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 13407
Date d'inscription : 21/04/2006

MessageSujet: Re: Le premier jour d'hiver   Dim 30 Déc 2007 - 13:57

Lui et elle ?? Tous les deux nus... ?? Dans la même pièce, l’un en face de l’autre ?

Jo regardait Adel avec des yeux grands comme des soucoupes. Elle ne s’était absolument pas attendu à ça. Qu’il repousse l’échéance, qu’il la fasse tourner en bourique oui... mais ça non. Elle n’y avait pas du tout pensé. Peu à peu des sourcils se froncèrent. Elle se demandait si des fois ce n’était pas une blague, s’il ne la faisait pas marcher. Elle scrutait des yeux, mais il avait l’air aussi sérieux que Isis en train de compter ses paires de chaussettes à la fin de l’année scolaire pour voir s’il n’en manquait pas une.


- T’es sérieux ? Au départ ce n’était convenu comme ça, c’est ...

Jo ne finit pas la fin de sa phrase, elle réfléchissait à toute vitesse... Des questions débiles mais tout de même existensielles lorsqu’on va se montrer nue pour la première fois devant son petit ami, tournoyaient dans sa tête. Est ce qu’elle était présentable ? Epilée, rasée et tout le cirque ? Après s’être rassurée sur ce point là elle se leva des genoux d’Adel et s’appuya debout contre le bureau.

- C’est... pour que tu ais moins peur ? demanda t- elle en hésitant.

Elle ne voyait que ça... elle ne le voyait pas du tout comme un voyeur. Et si elle refusait sa proposition, il ne voudrait sans doute pas poser pour elle. Elle ne pouvait pas dire non. Elle était morte de trouille, déja parce qu’elle pudique et compléxée et ensuite parce qu’elle ne savait pas du tout où tout cela allait les mener. Elle tourna les talons et alla chercher son cahier à dessin à côté de la porte.

- C’est d’accord... mais ça vaut au moins un grand nombre de paquets de chocoballes, dit elle en le pointant du doigt. Et tu te retournes lorsque j’enlève mes vêtements !

Elle voulait sembler un peu dûre... mais c'était plutot pour cacher sa gène à elle. Elle se saisit ensuite de sa baguette magique, écarta le bureau d’Adel et tira vers le centre de la pièce le vieux fauteuil de velours rouge, pour qu'il fasse face au second sofa de cuir vert qui se trouvait contre un des murs. Elle diminua les flammes des torches et des bougies qui éclairaient la pièce pour avoir une lumière plus tamisée. Elle se dirigea dans la direction du Serpentard et se placa derrière lui.

- Ne te retourne pas... Tu peux te déshabiller toi aussi...


Dernière édition par le Dim 13 Jan 2008 - 21:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adel Iscarioth
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 326
Age : 26
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12714
Date d'inscription : 08/12/2006

MessageSujet: Re: Le premier jour d'hiver   Ven 11 Jan 2008 - 2:39

Pour qu'il ait moins peur? lui demandait-elle en pensant naïvement qu'il lui répondrait. Il se tut mais son regard laqué ne fuyait pas celui de Joséphine si bien qu'elle aurait pu croire que cette réponse coite voulait dire exactement ce qu'elle voulait entendre. De toute manière, il ne lui avouerait jamais qu'il avait peur. La première fois qu'il accepterait cette faiblesse devant elle, ils seraient nus, une fois encore, et sur le point de donner d'autres acceptions au terme 'intimité'.

Le décor lui sembla flou tout autour d'elle. Plus grand-chose ne comptait. Il la regarda s'éloigner de lui en le narguant avec les Chocoballes. Son cœur s'était mis à battre dans un vrombissement que sa cage thoracique étouffait d'une longue expiration tandis ses joues rosies le trahissaient.

Il espérait qu'elle ne se jetait pas à l'eau parce qu'elle craignait qu'il la laisse tomber ou qu'il refuse catégoriquement de poser pour elle. Son chantage n'irait jamais aussi loin. Il éprouvait pour elle un respect qui allait au-delà d'un centimètre carré de peau qu'on dévêt pour un jeu stupide. Il ne risquerait rien qui puisse lui faire perdre la seule fille de son entourage – qui ne soit pas une sœur, une mère ou une tante – qui ne le révulsait pas.

Peur? Ses joues marquaient son trouble mais rien en lui ne soulignait sa peur. Néanmoins, il ne parla pas car il était certain que sa voix aurait été enrouée ou tremblante. C'était toujours tellement confortable de se la fermer, songeait-il en la regardant manipuler sa baguette pour tamiser les lumières comme si en imposant un diaphragme plus faible à la pièce cela les habillerait d'ombre mieux qu'un vêtement.

Le silence d'Adel fit échos à la demande de Joséphine.
Toujours le cœur en parfaite synchronie avec le chaos, il se leva, ôta sa robe de sorcier qu'il fit glisser sur le dossier de sa chaise, se détourna de Jo et ouvrit un à un les boutons de sa chemise. Ce geste ne lui avait jamais semblé si compliqué jusqu'à maintenant. Il était tellement transi d'incertitudes qu'il ne pensait pas encore à la nudité de Jo mais bien à la sienne. Son corps sans accoutrement pour le protéger. Le protéger de quoi? Pour l'instant, du ridicule. Certainement.

Il avait mis beaucoup de temps à ôter sa chemise. La même lenteur s'écoula quand il s'agit de sa ceinture. De ses chaussures et du reste. Derrière son dos, il entendit un des vêtements de Joséphine tomber sur le sol. Puis, elle s'était immobilisée. Silence. Ce léger poc d'un habit qui tombe par terre le ramena à la situation. A elle. Nue. Il ne bougeait plus. Cela voulait dire qu'elle avait terminé. Les battements de son cœur s'amplifièrent encore, rompant leur rythme avec le chaos pour devenir le chaos lui-même.

Avalant sa salive, il avait l'impression d'avaler des boulettes de coton trompées dans du whisky Pur Peu. Sa gorge était sèche et enflammée. Il aurait dix fois moins peur de ce qui lui arriverait, une semaine plus tard, quand il se retrouverait dans la salle du conseil face à Bereby Blueberry et sa femme, Geegee Greenapple. Ses bourreaux du Ministère. Même vêtu des oripeaux d'elfes de maison, il se serait senti plus digne.

Lentement, il se tourna.

Il regarda Joséphine. Son visage. Ses yeux n'osèrent jamais descendre plus bas que ses épaules. Ses joues devaient forcément souffrir d'un Maléfice Cuisant car il ne se souvenait pas avoir jamais eu aussi chaud. Etait-ce le premier jour d'hiver? Vraiment?

Tout alla mieux quand il se fut assis dans le fauteuil du bureau. Il garda ses mains jointes sur le devant de son anatomie et posa son dos contre le fond du canapé. Sans rien dire. Mais il montrait qu'il était près à se faire croquer, comme le disait joyeusement Winnie quand elle se moquait de lui.


Slytherin BDE DP
7ème année - 16 ans
Silencieux Observateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jo Campbell
Adulte
avatar

Nombre de messages : 588
Age : 28
Maison : Poufsouffle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 13407
Date d'inscription : 21/04/2006

MessageSujet: Re: Le premier jour d'hiver   Lun 14 Jan 2008 - 0:44

Elle ôta vite ses vêtements pour ne pas se laisser le temps de réfléchir et de revenir sur sa décision. Robe de sorcier, jupe, chemisier... tout... par terre. Elle était trop stressée pour les plier. Elle avait eu du mal à ôter ses boutons. Ses doigts glissaient et tremblaient. Elle s'était même griffée en enlevant ses chaussettes. Lorsqu'elle eut fini, elle n'osa même pas regarder Adel. Elle resta tourné vers le mur et se mit à compter dans sa tête.

« 1+1=2
2+2=4
4+4=8
8+8=16
16+16=32... »


Elle entendit le cliquetis de la ceinture d'Adel, le bruit de vêtements en mouvement... puis plus rien. Jo tourna lentement la tête et regarda du coin de l'oeil. Il ne bougeait plus... Elle se tourna alors vers lui, elle avait du mal à respirer... C'était beaucoup... L'avoir nu devant elle... Elle nu devant devant lui... Tout ça d'un coup... Pour l'instant, elle ne pouvait pas le regarder. Elle le vit se diriger vers le fauteuil et se coucher dedans. Elle voyait juste sa silhouette se déplacer mais ça restait flou.

Elle prit son grand cahier et cacha sa nudité autant qu'elle put avec. Elle prit sa baguette et fit venir la chaise du bureau d'Adel à trois mètres environ du fauteuil. Elle s'assit et posa son cahier debout sur se genoux.


- Tu es prêt...

Sa voix se perdit... Elle ne pouvait pas regarder. Elle n'allait jamais pouvoir se concentrer sur son travail. Son visage ruisselait de sueur, ses mains étaient moites et tremblantes. Elle se cramponnait à son fusain. Si elle essayait de le lever, il s'apercevrait qu'elle tremblait comme une feuille. Elle ne pouvait rien faire, même pas remuer ses yeux dans ses orbites. Elle s'efforça de se secouer.

Elle se força à relever les yeux, lentement. Son épaule, son visage. Il étai rouge, comme elle. Elle croisa son regard un instant, ce qu'elle n'avait pas prévu. Cramponne à son fusain, elle le dirigea vers le papier. Ce n'était pas la bonne technique. Elle fit quelque traits maladroits. Elle se mit à soupirer et passa sa main avec le fusain dans ses cheveux. Puis décidée, elle le regarda attentivement. Ses yeux descendirent le long de son corps...


- Je suis désolée... je suis un peu lente... c'est la première fois que je fais ça... Tu ne veux pas tourner la tête... plus vers moi?

Elle s'était enfin mit dans le bain. Désormais, elle était concentrée ou presque. Elle ne pouvait pas caché complètement qu'elle restait tout de même mal à l'aise et impressionnée...

Un coup de fusain sur le papier... elle commençait enfin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adel Iscarioth
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 326
Age : 26
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12714
Date d'inscription : 08/12/2006

MessageSujet: Re: Le premier jour d'hiver   Lun 14 Jan 2008 - 15:46

Elle lui demandait de tourner la tête vers elle. Il s'exécuta avec tout le sang froid dont il pouvait être capable en pareille situation. A chaque fois qu'elle levait la tête vers lui pour esquisser ensuite sur sa feuille la courbe qu'elle venait de lui soustraire d'un regard, son cœur se remettait à bléser dans sa poitrine comme si on lui sciait le buste en deux. Puis, il se calmait... jusqu'au prochain regard.

Ce petit manège cardiaque dura bien vingt minutes ou peut-être était-ce une éternité.
Ses mains toujours posées au devant de lui, son buste nu tourné vers Joséphine concentrée sur son dessin, sa bouche fermée, attachée à un sourire flottant, le silence qui les enlaçait avec une tendresse crédule. Tout. Tout se décontracta.

Il observa alors Joséphine. Ses joues étaient empourprées mais son attention sur ce qu'elle devait accomplir l'avait remportée sur son appréhension. Comme pour lui. Il posait avec plus de stature. Moins de peur. Bien entendu, il aurait été plus à l'aise avec un bon jean et un t-shirt mais il remarqua qu'il appréciait l'œil que Jo posait sur lui. Aussi, un sourire un peu plus grand et interrogateur s'étira sur son visage quand elle le regardait pour lui voler d'autres courbes et coups de crayon. Il fronça les sourcils en sa direction sans se départir de son sourire.


- Quoi? demanda-t-il en la regardant avec ce même amusement, maintenant, je vois bien que tu mates.

Il rit et quand le rire s'éteignit, il osa enfin.
Sa prunelle turquoise descendit le long du cou de Joséphine, glissa le long de son épaule, caressa son bras nu et l'apparition d'un sein de temps en temps caché par ce bras occupé à dessiner. Il ne ressentit pas d'avidité particulière mais un singulier sentiment de puissance et d'affection qu'il n'eut su expliquer. Il remonta immédiatement ses yeux sur son visage mais il savait qu'il avait été pris. Au lieu de se retrancher dans la mauvaise foi, il haussa ses sourcils comme un enfant pris en faute et lui dit avec un sourire enjôleur:


- Et ben quoi? Je mate aussi.

Un silence.

S'il lui disait maintenant ce qu'il pensait, il était certain que Joséphine ne parviendrait pas à terminer le dessin alors il se tut, gardant sur le visage un intarissable sourire et se promettant de le lui dire quand elle aurait terminé.


Slytherin BDE DP
7ème année - 16 ans
Silencieux Observateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jo Campbell
Adulte
avatar

Nombre de messages : 588
Age : 28
Maison : Poufsouffle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 13407
Date d'inscription : 21/04/2006

MessageSujet: Re: Le premier jour d'hiver   Jeu 17 Jan 2008 - 22:23

Concentrée... elle était concentrée. Enfin pas totalement les dix premières minutes. Elle avait du mal à poser ses yeux sur tout le corps d'Adel. La partie plus au Brésil était pour le moment interdite. Elle ne pouvait rien voir de toute façon puisque le jeune homme avait fait le nécessaire mais c'était par principe. Elle se surprenait même à fixer une partie de son corps sans se demander comment le mettre sur papier. Oui autant avouer... Il y avait matage... mais matage involontaire. Jo s'en rendait compte lorsque, ses yeux devenus secs à force d'être ouverts sans bouger, commençaient à la brûler. Elle tait impressionnée par ce qu'elle voyait.

Mais peu à peu, son esprit fut totalement absorbé par son travail. Ses yeux se baladaient sur ses formes, comme sur un paysage plein de collines. Elle s'était même penchée sur le papier pour y laisser le plus de détails possibles... sans que ça ne devienne lourd. Elle enregistrait ce qu'elle voyait et se hâtait de le reproduire à travers les traits de son fusain.

Elle était tellement concentré qu'à certain moments, elle n'arrivait plus à se souvenir lorsqu'elle avait dessiné telle ou telle partie de son corps. Elle avait oublié avoir travaillé dessus mais en même temps... elle se souvenait très bien avoir regardé cette partie là d'Adel avec attention. D'avoir analysé le moindre centimètre carré de peau, de s'imaginer balader ses doigts dessus.

Au bout de vingt minutes, Jo se redressa sur sa chaise et étira son dos engourdi. Elle bascula sa tête en arrière et soupira. Elle essaya de regarder son dessin autrement, avec plus de recul. Elle passa son index sur le visage d'Adel qu'elle avait essayé de reproduire. Une bouche mystérieuse. Qui se voulait dure. Mais Jo y voyait un sourire près à sortir. Son épaule gauche... sa hanche... Elle vérifiait à chaque fois si cela correspondait avec la réalité.



- Quoi? Maintenant, je vois bien que tu mates.

Jo le regarda avec un sourire amusé, leva les yeux aux ciels et fit un signe de négation de la tête. Elle ne put tout de même s'empêcher de rougir, parce que... elle l'avait fait plus tôt. Elle n'était pas non plus prête à lui sauter dessus mais il ne la laissait pas indifférente. Elle secoua la tête, un geste qui voulait dire : « Tu racontes n'importe quoi! » et reprit son oeuvre.

Elle en était à ses mains. Elle avait effectué un travail préparatoire, elle avait déjà fait des traits fins pour s'en servir comme base. Elle n'arrêtait pas de faire aller et revenir ses yeux, tantôt sur son cahier tantôt sur Adel. Elle surprit un regard; un regard qu'elle ne lui connaissait pas jusque là. Elle leva un sourcil et sentit ses oreilles chauffer. Elle avait presque oublié qu'elle était nue comme ver, tout comme lui.



Et ben quoi? Je mate aussi.


Elle ne savait pas quoi rétorquer à ça... Elle se contenta juste de se cacher le plus possible derrière son cahier pour ne pas qu'il aperçoive ses rougeurs. Au bout de quelques minutes elle réussit à faire sortir quelques mots de sa bouche.

- Euh... je pense en avoir encore pour ... je sais pas... tu veux faire une pause? Te réchauffer un peu? Il fait un peu frais non?

Sans se l'expliquer Jo fut parcouru d'un frisson. Était ce vraiment à cause du froid?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adel Iscarioth
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 326
Age : 26
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12714
Date d'inscription : 08/12/2006

MessageSujet: Re: Le premier jour d'hiver   Sam 19 Jan 2008 - 11:41

Adel secoua la tête pour signifier qu'il n'avait pas froid. Il préférait continuer pour en finir et ne pas faire durer plus longtemps l'étrangeté de cette situation. Ce n'était pas parce qu'il avait admis le fait qu'il pouvait se tenir nu devant Jo sans en mourir qu'il était prêt à fondre en bavardage, les fesses à l'air. Il y avait un gouffre de différence entre poser nu et discuter nu ou faire toute autre chose nu-devant-Joséphine. Pour l'instant, le Serpentard se satisfaisait de la première. Poser.

Par contre, il voyait que Jo frissonnait. Il n'aurait pas su dire si elle avait froid ou si cela était ce genre de frisson qui parcourait l'échine à la recherche d'une vibration inconnue pour disparaître aussitôt, caché sous la chair de poule.


- Rhabille-toi, dit-il, tu vas attraper une angine ou je ne sais quoi.

En prenant soin de ne pas ôter au moins une des mains qui le cachait – ce qui lui donna un instant beaucoup de difficulté et des expressions à la lisière du ridicule tellement il se mettait dans l'embarras pour pas grand-chose – Adel attrapa sa baguette et attira pour Jo, sa chemise d'uniforme avec le blason Serpentard cousu sur la petite poche. Il la fit voler jusqu'à son épaule puis il l'y laissa tomber.

Sur le sofa où il était, il avait déjà repris la pose mais regardait ailleurs, pour donner à Jo l'espace de passer la chemise sans craindre pour un de ses regards.


Slytherin BDE DP
7ème année - 16 ans
Silencieux Observateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jo Campbell
Adulte
avatar

Nombre de messages : 588
Age : 28
Maison : Poufsouffle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 13407
Date d'inscription : 21/04/2006

MessageSujet: Re: Le premier jour d'hiver   Dim 20 Jan 2008 - 23:58

Adel fit voler sa chemise jusque Jo. Elle prit la chemise qu'il avait fait tomber sur son épaule grâce à un sort de lévitation et caressa du bout des doigts son écusson. Elle releva ensuite la tête vers lui et lui sourit pour cette attention.

- C'est gentil, merci.

Ça l'embêtait d'enfiler le vêtement. Elle avait dit qu'elle relevait le défit. Elle 'avait pas envie de déclarer forfait. Et comme elle avait commencé, autant aller jusqu'au bout!

- Mais ça ira... J'en ai pas encore pour des heures de toute façon.

Elle posa la chemise sur ses genoux et ressaisit fermement son fusain. Elle ne le posa pas sur le papier. Elle se contenta de regarder Adel. De le regarder, encore et encore... Elle n'était pas en train de l'étudier afin de le dessiner. Elle était en train de penser à lui, à eux... Plus elle passait de temps avec lui, plus elle se sentait à l'aise. Elle pouvait s'asseoir sur ses genoux ou le serrer dans ses bras et se sentir comme chez elle. Elle regardait ses mains, son torse, ses épaules et son visage en ne pouvant s'empêcher d'avoir l'égoïste sentiment qu'il lui appartenait.

Le simple fait de le voir ou qu'il la touche, lui faisait de drôles de sensations dans son bas ventre. Même si son mutisme la dérangeait quelque fois, elle s'y faisait. Elle se demandait même si cela ne contribuait pas à accentuer son charme. Elle aimait aussi la façon qu'il la regardait. Elle avait l'impression qu'il perçait son âme pourvoir ce qui s'y cachait mais elle ne voyait pas ça comme un viole de pensées. Au contraire, elle aimait ça.


- En revanche... je garde ta chemise, lui dit elle l'air provoquant. Je me disais aussi qu'il me manquait quelque chose dans mes affaires... quelque chose qui vient de toi.

Elle détourna son regard de lui pour retrouver finalement son dessin. Elle se concentrait sur son bras gauche. Elle essayait de le représenter aussi puissant que elle pouvait le voir.

- Tu ne m'as jamais parlé de ta famille... enfin pas plus que je ne pourrais savoir. Enfin je veux dire, je connais Winnie mais j'ignore tout du reste...

Elle n'avait pas levé la tête de son cahier. Elle espérait qu'elle aurait une réponse, mais elle ne voulait pas insister. Peut être qu'il y avait une raison à son silence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adel Iscarioth
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 326
Age : 26
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12714
Date d'inscription : 08/12/2006

MessageSujet: Re: Le premier jour d'hiver   Mar 22 Jan 2008 - 14:24

Durant un moment où tout décida d’un commun accord de se tenir immobile, les flammes des bougies, les atomes chavirés par leur respiration, le temps, Adel, lui, fut pris d’une envie subite de tout bousculer. Chambarder son univers. Faire diversion pour ne pas répondre à la simple question. Qui es-tu Adel? Que vis-tu?

A l’époque du carnet, si la question sur la famille était tombée sur lui et non pas sur Joséphine, il est probable qu’il aurait menti afin de ne pas créer dans le regard de la Poufsouffle ce reflet de compassion qu’il détestait tant. Ca le rendait furieux à chaque fois qu’en échange de confidence, il avait l’impression qu’on pensait: 'pauvre Adel' lorsqu’il confiait qu’il avait perdu son père et sa sœur jumelle.

Alors que tout était calme et que son cœur à l’amertume lancinante bombardait une litanie de battements à faire pâlir les plus grands séismes, Adel observa un long silence, respira doucement en souriant. Car, enfin, quoi? Sa famille ne se résumait pas aux disparus. Tourner les pages. Cette demande de Joséphine qui lui causa d’abord de la détresse à côté de laquelle, elle ne put certainement pas passer, finit d’ouvrir son visage qui se mit à rayonner. Il avait envie de lui répondre. Il voulait qu'elle le connaisse.

Par ailleurs, une fois encore, Adel avait mis un temps infini à parler. Et ça continuait...

Faisant fi de la pose, il en changea. Pour la première fois, il entreprit des mouvements sans créer un bouclier de protection qu’il aurait voulu grand comme Saturne pour être certain qu’on ne vît pas sa nudité complète. Il se cala autrement en interrogeant Jo des yeux pour savoir ce qu’il devait faire. Il se fichait pas mal qu’elle n’ait pas terminé son dessin précédent. Son imaginaire comblerait les ombres qu’il manquait.

Il cessa de bouger et adopta une pose que Joséphine lui avait commandée. Et à cheval entre la fin de ses mouvements et le gèle de sa stature pour qu’elle puisse reprendre son ouvrage, Adel répondit:


- J’ai quelques sœurs... Lana, la plus âgée, m’a donné une nièce, Uma. Ensuite, il y a Ida qui est mécanicienne pour les objets moldus détournés, au Ministère... Elle vit avec ma mère, dans notre maison à Londres, elle est plus fragile, moins indépendante que les autres, je crois qu’elle ne vit pas dans notre monde... Après vient Muse, elle a 20 ans. Muse et moi sommes les seuls de la famille à avoir été à Serpentard, comme notre père. Elle a un caractère en acier trempé. Elle est très belle... elle porte plus que nous autres les origines malgaches de ma mère. Elle a des longs cheveux frisés et je déteste quand elle les lisse. Puis, il y a Win, que tu connais un peu. C’est l’espiègle de la famille. Je la soupçonne d’avoir des petits copains dans mon dos et j’aime pas trop ça, mais je n’irai jamais le lui dire... je pense qu’elle sait que ça m'énerve gentiment sinon elle ne se cacherait pas. Et enfin, la petite dernière que t’as dû voir à Poufsouffle aussi - je ne sais pas si les deux traînent beaucoup ensemble - C’est Maxence, dit 'Max'. C’est un gros bébé. Elle aime écrire, elle est plutôt câline, si elle pouvait embrasser la Terre, elle le ferait. Enfin, c’est un vrai pot de colle, surtout... Et...

Silence. Il sourit et décide de sauter une page.

- Et, ma mère, Ellen... elle nous élève comme elle peut depuis la mort de mon père... j’allais rentrer à Poudlard. Voilà, Joséphine Campbell, c’était la famille Iscarioth du quotidien, je t’épargne les autres femmes Iscarioth - mes tantes, grands-mères, cousines etc. C’est comme un maléfice qui s’est abattu sur notre famille: les Iscarioth ne font plus de garçons.

Adel se tut.
Avait-il jamais parlé aussi longtemps de lui à quelqu’un? Non. Pas à l’école en tout cas.

Il n’avait rien dit sur Mai-Lan. Chaque chose en son temps. Il y a des bobos qui font si mal qu’on ne peut même plus les nommer.

- Euh... Puce? dit-il d’une petite voix censée l’attendrir pour qu’elle répondre 'oui'; et c'était la première fois qu'il utilisait un petit nom, t’as bientôt fini?

Spoiler:
 


Slytherin BDE DP
7ème année - 16 ans
Silencieux Observateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jo Campbell
Adulte
avatar

Nombre de messages : 588
Age : 28
Maison : Poufsouffle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 13407
Date d'inscription : 21/04/2006

MessageSujet: Re: Le premier jour d'hiver   Lun 28 Jan 2008 - 22:10

Que des filles?? Et tout ça comme fille??

Le pauvre! Normal qu'il regarde les filles bizarrement. Jo ne doutait pas qu'elles avaient dû lui en faire voir de toutes les couleurs. Elle devaient sûrement s'amuser à lui mettre des hontes internationales, comme le maquiller, le coiffer ou l'inciter à jouer avec des poupées, le faire tourner en bourrique. Enfin, il y a 1001 façons de s'occuper d'un jeune garçon lorsqu'il est le seul mâle de la famille. Espérons qu'il n'ait pas eu à vivre toutes ces choses affreuses. Il y avait de quoi devenir fou!

Jo tait contente qu'il parle de lui. Jusqu'à présent elle ne savait de lui que ce qu'elle pouvait découvrir par elle même. Il ne parlait jamais de lui... enfin il ne parlait déjà pas beaucoup. D'ailleurs, il venait d'exploser un record. D'après ces souvenirs, elle ne l'avait jamais autant entendu parler.

Il évoqua la mort de son père. Ça elle l'ignorait. Un quart de seconde, elle s'imagina à dix ans sans son père... Elle n'y arrivait pas, elle n'arrivait pas à ressentir ce qu'il avait pu éprouver. Bien sûre elle savait que ça faisait énormément mal de perdre quelqu'un mais elle ne l'avait jamais vécu. Personne dans son entourage proche n'avait perdu la vie. Elle ne dit rien à propos de ça. Elle ne fit pas de remarque, ne posa pas de question, ne chercha pas à en savoir plus. De toute façon, il avait vite détourné le sujet de conversation. Si un jour, il lui venait l'envie d'en parler, il le ferait, et elle, elle l'écouterait. Elle aimer penser aussi que même s'il ne lui avait pas dit grand chose, elle devait compter un peu pour lui. Elle savait que c'était le cas, mais elle ne savait pas dans quelle mesure...

Elle était prise dans ses pensées, dessinant machinalement Adel qui avait prit une autre pose. Elle ne se rendait même pas compte de ce qu'elle faisait. C'est seulement lorsque le jeune homme l'appela par un petit nom qu'elle releva la tête. Elle ne comprit pas tout de suite de sa phrase, bien trop occupée par le début. Puce?

Une rougeur sur chaque pommettes, un petit sourire heureux qu'elle n'arrivait pas à cacher... voilà ce qu'elle lui répondait. Elle n'arriva pas à garder longtemps le contacte visuel. Elle était bientôt troublée par ce qu'elle venait d'entendre. Oui... il tenait à elle... Fusain, traits fins, faire ses bras... ses jambes


- J'ai bientôt fini,dit elle finalement en abandonnant son dessin.

Elle n'arrivait pas à cacher sa soudaine bonne humeur.

Silence. Hésitation... mais finallement :


- J'aime bien lorsque tu m'appelles comme ça...

Elle retourna à son dessin qu'une dizaine de secondes après pour à peu près un quart d'heure.


- J'ai terminé.


Elle posa son cahier sur ses genoux dévoilant ainsi sa poitrine. Elle s'empressa d'enfiler la chemise à l'écusson de Serpentard et de refermer quelques boutons.

- Tu veux voir?

Elle s'était levée de sa chaise. Se dirigea vers le bureau, ne sachant pas quoi faire exactement, le droit de regarder ou non. Ils n'étaient plus l'artiste et le modèle, mais bien de nouveau Adel et Jo.

- Bien que tu sois mon premier modèle nu et que je n'ai jamais été aussi troublée en faisant un dessin, rien encore ne m'avait inspiré comme tu l'as fait...

Elle lui tournait à moitié le dos, les yeux rivés sur son cahier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adel Iscarioth
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 326
Age : 26
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12714
Date d'inscription : 08/12/2006

MessageSujet: Re: Le premier jour d'hiver   Mer 30 Jan 2008 - 16:08

- Bien que tu sois mon premier modèle nu et que je n'ai jamais été aussi troublée en faisant un dessin, rien encore ne m'avait inspiré comme tu l'as fait...

Et bien c’était exactement le genre de phrase à la suite de laquelle Adel préférait se taire plutôt que dire une trollerie. Pourtant, dans sa tête, en l’espace de quelques secondes il y avait eu une profusion d’envies et de phrases qui restèrent claustrées et parquées dans sa timidité.

Il aurait bien répondu avec ces sortes de répliques si jolies dans les livres ou au cinémagic. Mais il n’en connaissait aucune. Il n’en avait retenu aucune. Il sourit pour la remercier et profita qu’elle fût à demi tournée pour passer le drapé du canapé autour de sa taille. Il ressemblait à une statue grecque dont la toge trop grande se serait écroulée autour des hanches... ou plutôt, il ne ressemblait à rien. Mais la version avec la statue grecque lui plaisait mieux.

Maintenant, il ne parvenait pas à quitter Jo des yeux. Tandis qu’elle avait du mal à savoir où poser ses yeux, les siens vrillaient la silhouette et les courbes qu’il devinait en ombres chinoises derrière la chemise blanche.

Il s’approcha d’elle d’un pas ouaté et, en attrapant conjointement sans lui toucher la peau pour autant, les pans ouverts de la chemise qu’il maintint fermés, il l’attira vers lui pour retirer à sa bouche un baiser qui y languissait depuis bien trop longtemps maintenant, trouvait-il.

Lorsque leurs lèvres se détachèrent, il lui murmura qu’il voulait effectivement voir le dessin.

Cela lui faisait presque mal physiquement d’être si près d’elle et si peu vêtus entourés de toute cette pénombre. Sa soif de quelque chose qu’il ne parvenait pas à nommer le faisait souffrir. La sensation qu’on faisait couler de la lave en fusion dans son corps ne cessa que lorsqu’il se décida enfin à s’éloigner d’elle. Il regagna, troublé, le canapé où il avait posé et trouva plus sage de remonter la toge jusqu’à son cou et de ne plus regarder Joséphine. Seulement les dessins.


Slytherin BDE DP
7ème année - 16 ans
Silencieux Observateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jo Campbell
Adulte
avatar

Nombre de messages : 588
Age : 28
Maison : Poufsouffle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 13407
Date d'inscription : 21/04/2006

MessageSujet: Re: Le premier jour d'hiver   Dim 10 Fév 2008 - 14:36

Peut être l'avait il senti trembler? Ses jambes et ses bras faisaient des mouvements qu'elle ne contrôlait pas. Son ventre se tordait dans tous les sens. Une douleur agréable. Une faim qu'elle n'avait jamais ressentit jusqu'alors. Pourtant, elle ne l'avait pas touché. Lorsqu'il fut près d'elle et qu'il lui offrit un baiser auquel elle participa, ses membres furent incapables de bouger ne serait ce que pour effleurer sa peau. Pourtant... elle l'avait lorsqu'elle le dessinait. Impressionnée, prise par une peur jamais égalée, envahi par un désir qu'elle n'avait jamais sentit aussi fort.

Lorsqu'il relâcha la chemise qu'elle portait pour lui dire qu'il désirait voir les dessins, elle devait avoir le teint quelque peu rougit et les yeux humides. Elle le regarda s'éloigner et s'asseoir sur le canapé. Lui ne la regardait plus mais elle continuait à le fixer. Elle ne s'en rendait même pas compte. Elle faisait face à plusieurs évidences auxquelles elle ne s'était pas rendu compte jusque maintenant. En fait... elle le savait peut être bien avant, sans réellement n'avoir jamais mit de mot dessus.

Finalement, elle prit son cahier à dessin, le serra contre elle et rejoignit Adel à pas lent vers le canapé. Elle posa le dessin sur les genoux du jeune homme et s'assit à ses pieds. Les pierres étaient froides, mais elle voulait voir l'expression de son visage lorsqu'il verrait le résultat de son travail. Ses mains étaient posées mi sur ses rotules, mi sur ses cuisses.

Anxieuse de savoir qu'elle sera sa réaction, elle faisait des plis sur le drapé et les serraient entre ses doigts. Elle ne quittait pas ses yeux du regard. Elle embrassa le tissu qu'il avait sur lui au niveau du genou. Quelque chose la gênait dans sa gorge. Elle ne savait si elle serait capable d'émettre un son lorsqu'elle ouvrirait la bouche. Mais, c'est d'une voix rauque qu'elle parvint à parler.


- ça te plaît?




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adel Iscarioth
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 326
Age : 26
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12714
Date d'inscription : 08/12/2006

MessageSujet: Re: Le premier jour d'hiver   Mar 12 Fév 2008 - 17:47

Spoiler:
 

Adel passait et repassait ses yeux clairs à l'émotion indéchiffrable sur les ombres et lumières du fusain. Au bout d’un moment d'inexpression, un coin de sa bouche s’étira. Il sourit. Il leva sur Joséphine une prunelle étouffée d’étonnement de se découvrir ainsi nu. Il avait remarqué qu’il était nu puisqu’il s’était dévêtu lui-même mais il ne s’était pas vu nu. Il ne s’était pas vu nu à travers le regard de la Poufsouffle, son amoureuse.

Un sourire éclatant lui dit, plus que des compliments experts, combien il appréciait son travail. Il reposa précautionneusement le cahier de dessins sur une table à côté d’eux.


- Mon tour, murmura-t-il en se penchant vers elle qu’il avait toujours face à lui, ses deux mains posées sur ses genoux. Il lui prit un baiser alors qu’il fut à nouveau envahi par la lave en fusion. Il se laissa glisser du canapé sur le sol, toujours enrubanné de son drap romain. Même à travers le tissu, le pavement de pierre était glacé. Il grimaça et la dévisagea comme pour lui reprocher non seulement de ne pas l’avoir prévenu mais surtout, et aussi, de rester sur un sol aussi froid au détriment de tout confort.

* Inconsciente! *

C'était de la sollicitude inexprimée, non pas de la colère. Il aurait préféré la réchauffer et être le preux chevalier du feu de bois ou du poêle magique toutefois, il la dévêtit. Inutile de préciser à quel point son sang s’affolait dans ses veines luttant pour le contenir. Tout débordait en lui: effroi, félicité, convoitise. Il dégrafa les trois boutons de la chemise Serpentard qu’elle avait fermée et glissa lentement l’étoffe le long de ses bras pour la lui retirer. Il s’évertuait à garder ses yeux épinglés à ceux de Joséphine pour que rien d’autre que ses mains ne découvre sa peau blanche. A cette occasion, il trouva qu’un effleurement était moins violent qu’un regard.

Arrivant à ses poignets, il la délivra complètement et maladroitement du reste de la chemise mais, dans la continuité du mouvement, il se pencha jusqu’à son cou pour y poser sa joue, faire glisser le long de sa peau son souffle discontinu, son haleine amoureuse, sa bouche entrouverte et un autre baiser. Ensuite, de peur d’affoler Joséphine et parce que lui-même était mort de trouille, il entreprit de reculer. En outre, la lave incandescente lui ravageait les poumons et l’abdomen à tel point qu’il devint encore plus douloureux d’être près d’elle. Adel se redressa et aida la jeune fille, à présent vêtue uniquement du pendentif coquillage qu’il lui avait offert, à s’installer sur le canapé où il était auparavant.

A l’aide de sa baguette, il fit venir son nécessaire à dessin et se mit au travail. Il était allé s’asseoir sur l’autre fauteuil du BDE et dès qu’il se fût immergé dans le portrait, comme par enchantement, la sensation de se faire calciner de l’intérieur le quitta. Il se concentra dans l’esquisse et vola avec avidité le moindre galbe que son œil prélevait du corps et du visage de Joséphine.

A force de la regarder, il observa qu’elle aussi avait commencé à se détendre. Ses muscles étaient reposés, les plis de son front avaient disparu en même temps que son inquiétude, sa main n’était plus crispée, son ventre relâché luisait à la faveur languide des bougies. Le temps filait et Adel dessinait. Imperturbable. Serein. En silence.

Pour jouer le jeu et remercier le courage dont avait fait preuve la Poufsouffle avant lui, il avait retiré sa toge, faisant éclore sa peau qui paraissait d’autant plus mate avec le contraste du tissu ivoirin sur lequel il resta tout de même assis.

Au bout d’un temps qu’il avait cessé de décompter, il finit par sourire et comparer une dernière fois l’esquisse et le modèle. Il serait même plus juste de dire les esquisses mais il n'en montra qu'une à Joséphine, gardant la seconde pour quand il l'aurait colorée. Il s’entoura à la hâte du drap froissé et rejoignit sa copine sur laquelle il posa les pans restant pour la protéger du froid. Lorsqu’il l’avait approché, le sentiment de brûlure l’avait de nouveau contaminé. Il évita d’effleurer, même par mégarde, sa petite amie sous peine de tomber dans les pommes, ce qui n’aurait pas été du meilleur effet pour un garçon.



Pendant qu’elle regardait et commentait, il lui laissa le drap et alla mettre son sous-vêtement avant de revenir vers elle. Il s’était fait une raison sur la souffrance qui le submergeait quand il était en contact physique avec la septième année. Alors, il se faufila derrière elle, manquant de trépasser quand l’intérieur de sa cuisse toucha le dos de la jeune fille qui se rabattait sur son torse. Il laissa Jo s’installer sur lui en faisant de son mieux pour ignorer à quel point ça lui faisait mal de l’avoir contre lui. Sa peau paraissait de feu, ses poumons étaient coupés de leur air car, parfois, il oubliait de respirer tellement il était obnubilé par cette douloureuse sensation.

La tête de Joséphine reposait sur son thorax, sa propre tête reposait sur l’accoudoir du canapé. Il avait tiré le drap sur sa poitrine et l’entourait de ses bras pour conserver la chaleur innée que leur corps produisait – quoiqu’il avait l’intime conviction que le sien produisît bien plus de chaleur que d’ordinaire et réchaufferait sans peine le bureau.

Ils s’endormirent ainsi, sans avoir dîné ou sans en avoir envie, songeant qu’ils se vengeraient sur le petit-déjeuner, sans rendre de compte à leurs amis respectifs, secrètement entrelacés dans le bureau fermé deux fois à clé, sans plus oser bouger, sans que la lave jamais ne s’apaise, sans qu’Adel puisse fermer les paupières plus d'une heure d'affilée, sans que rien n’abîme leur solitude amoureuse.



Hum... Fin.






L'artiste: mylblain sur Deviant Art.


Slytherin BDE DP
7ème année - 16 ans
Silencieux Observateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le premier jour d'hiver   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le premier jour d'hiver
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1 -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard - Ecole de Magie :: Château :: Forum des associations du BDE - Salles disponibles-
Sauter vers: