Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Anatole Rosemont [Directeur de Poudlard - PNJ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anatole Rosemont
Personnage Inactif
avatar

Nombre de messages : 16
Gain de Gallions : 11946
Date d'inscription : 01/08/2007

MessageSujet: Anatole Rosemont [Directeur de Poudlard - PNJ]   Ven 31 Aoû 2007 - 22:55


Thanks to LouLou.






Beaucoup de sentiments ont été occultés par ce digne sorcier d'origine française respecté par tous ses pairs. Il évolue lentement mais surement dans le monde de la magie et on lui prêt une carrière d'enseignement remarquable. Tout d'abord, il enseigna à l'académie de Beauxbâtons, où il dispensa la métamorphose pendant près de 50 ans, puis, à l'institut Durmstrang où il s'intéressa à une magie plus occulte.

A l'âge de 88 ans, il reçoit une missive expresse de son vieil ami Albus Dumbledore qui lui explique que son âge grandissant et les missions qu'il doit réaliser pour le Ministère l'empêchent de poursuivre une tâche qu'il conduit depuis des années et qui lui tient à cœur : La direction de Poudlard.

Anatole qui avait élu domicile en Angleterre depuis quelques années avait rencontré à plusieurs reprises le Professeur Dumbledore pour discuter ensemble de la situation de cette école. Après plusieurs semaines de débats entre les deux hommes, ils se mirent d'accord pour nommer Anatole à la tête de cette institution à la prochaine rentrée.

L'homme ne parle que très peu de sa vie personnelle. Il a consacré une partie de sa vie à transmettre son savoir sans jamais rien demander en retour. Aujourd'hui, même Rita Skeeter ne pourrait extraire à ce personnage des brides de son passé.


Il quitta la France en 1937 pour réaliser une mission qui sera lourde de conséquence sur son devenir. Il communiquera pendant presque 3 années avec la femme de sa vie avant qu'il perde toute trace d'elle.


Lorsqu'en 1940, il revient en France pour retrouver sa bien-aimée Blanche, il est rapidement confronté aux dangers du nazisme.

Devant la petite maison de son amie, son cœur battait à tout rompre. Pendant toutes ces années d'absence il n'avait cessé de penser au moment de leurs retrouvailles. Lorsqu'il s'aperçut que la maison semblait être inhabitée depuis un certain temps, son cœur se mit à battre encore plus fort. Traversant la petite ruelle qui le séparait de sa destination, il courut en direction de la porte d'entrée qui n'émit aucune résistance à s'ouvrir. A l'intérieur, tout n'était que désolation. La table était renversée, des meubles étaient fracassés, du verre jonchait le sol, une épaisse couche de poussière recouvrait les surfaces et toute trace de vie semblait avoir disparue.

Après avoir contemplé la scène avec un regard horrifié, Anatole passa plusieurs heures à chercher des éléments qui auraient pu lui expliquer ce qui s'était passé. Il ne trouva rien et le voisinage semblait avoir mystérieusement oublié l'existence de cette maison et de ce qui avait pu s'y produire.

Après plusieurs tentatives pour la retrouver, il survécut miraculeusement au bombardement de l'auberge Moldue dans laquelle il avait élu domicile. Seule rescapé avec lui, la dernière correspondance qu'il avait reçue de Blanche, qu'il retrouva dans les décombres de la vieille bâtisse.



Cette seule lettre est le vestige de leur relation.


Après avoir traversé des campagnes, des forêts et suivi une multitude de pistes à sa recherche, il accepta l'idée que sa manière de procéder n'était pas la bonne. Devant la faim grandissante et le manque d'argent qui commençait à se faire durement ressentir, Anatole trouva une opportunité auprès de son ancienne école. Il y rencontra le directeur et lui expliqua clairement sa situation. Celui-ci, qui se rappelait des dons du jeune sorcier à la métamorphose, lui proposa un poste à l'essai pendant une durée d'un an.

Nouvellement nommé professeur de métamorphose à l'académie de Beauxbâtons, Anatole Rosemont commença à enseigner ce qu'il savait à ses élèves et parallèlement à mener des enquêtes actives et minutieuses pour retrouver Blanche.


Il passa plusieurs années sans trouver d'éléments satisfaisants. Il évolua au sein de l'académie pour devenir, 25 ans après son arrivée, le directeur de la maison Lumina. Tout ce temps aurait pu venir à bout des volontés d'Anatole à retrouver Blanche, mais cela ne se produisit pas. Ses recherches s'intensifièrent et le résultat le plus significations qu'il obtint, fut un souvenir haché d'un vieil homme. Il était l'un des voisins de Blanche et à l'époque, Anatole n'avait pas pu l'interroger, car lui aussi, semblait avoir disparu sans laisser de trace. Alors qu'Anatole passait une nouvelle fois devant l'ancienne maison de Blanche qui tombait de plus en plus en ruine, il remarqua un filet de fumée sortir de la cheminée d'une autre maison, dans un état à peu près identique.

Anatole s'était rendu dans cette maison baguette au point et avait découvert un vieil homme, parlant à lui-même et qui ne semblait pas remarquer la présence du jeune sorcier qui pointant dans sa direction un objet qui aurait dû lui paraitre étrange. L'homme mettait quelques bûches dans sa cheminée alors que le soleil irradiait la maisonnée de part et d'autre et que la chaleur estivale emplissait le pays. Il était vouté et l'une de ses mains était fermement posée sur le creux de ses reins. Il marchait difficilement et dodelinait de la tête en répétant des paroles incompréhensibles.

Lorsqu'Anatole s'approcha de lui la mine stupéfaite, il fit craquer le parquet en bois de chêne vermoulu, mais le vieil homme n'y prêta aucune attention. Anatole le regarda continuer ses vas-et-viens pour alimenter abondamment la cheminée.



- Monsieur ? finit-il par dire d'une voix hésitante.


Mais le vieil homme continuait inlassablement son rituel.

Anatole s'avança encore de quelques pas dans sa direction sans que cela ne suscite une fois de plus la curiosité du vieil homme et il fit ce qui lui permit de quitter plus tard la France.



- Legilimens


Les souvenirs étaient aussi confus que la santé mentale du vieil homme. Anatole y voyait des visages inconnus et, au fur et à mesure qu'il remontait ces souvenirs, il découvrit une large période d'obscurité, comme si pendant plusieurs années, son hôte avait vécu dans le noir le plus complet. Mais ce n'était pas le cas. Anatole remarqua ici les effets d'un Oubliette rapidement exécuté.

Une fois la zone de noire passée, Anatole se retrouva dans la même maison. Le salon était un peu moins mité et l'homme qui se tenait devant lui était plus jeune que la personne sénile du présent. Il était également accompagné par une femme, relativement rondelette qui était assise près de la cheminée en train de tricoter un pull aux couleurs sombres. L'homme, qui devait être son mari, mit une buche dans le foyer et retourna s'asseoir dans un fauteuil où il alluma une pipe et commença la lecture des gros titres de son journal.



" Ils avancent ! dit l'homme en laissant échapper une volute de fumée bleue.

" Mais qui donc Henry ?" s'étonna la femme en regardant son mari avec de gros yeux. Sa voix était aigüe et ses joues rendues vermeils par la douillette chaleur.

" Mais les Allemands pardi ! Tu verras qu'on va avoir des problèmes avec eux !" fulmina-t-il avec sa pipe qui oscillait dangereusement au coin des lèvres.

"Tu te fais toujours trop de ...


La femme s'interrompit lorsqu'ils entendirent le fracas d'une explosion sourde. L'homme regarda dans la direction du bruit et se leva d'un bond pour aller en direction de la petite fenêtre du salon. Il écarta les fins rideaux en dentelle et regarda vers l'extérieur.


"Qui sont ces gens qui emmènent la voisine ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anatole Rosemont
Personnage Inactif
avatar

Nombre de messages : 16
Gain de Gallions : 11946
Date d'inscription : 01/08/2007

MessageSujet: Re: Anatole Rosemont [Directeur de Poudlard - PNJ]   Ven 31 Aoû 2007 - 22:55

Anatole entendait les battements de son cœur qui frappaient sa poitrine. Il imita Henry et regarda en dehors. A peine avait-il aperçu la silhouette de Blanche qu'elle disparue instantanément en même temps que les deux hommes qui l'encadraient. Un troisième resta un instant en retrait et regardait tout autour de lui quand son regard croisa celui d'Henry.


"Mais qu'est-ce que ... Sauves toi Gisèle !" lanca-t-il en laissant tomber sa pipe.

"Mais pourquoi ? Qu'est-ce qui se passe ?" dit-elle en levant le nez de ses mailles.

"Ne discute pas ! Viens !"


Henry était revenu sur ses pas et s'était saisi de l'avant bras de sa femme. Il l'a tira pour l'aider à se lever et la poussa vers la petite porte qui menait vers le jardin à l'arrière de la maison.

Ils n'eurent pas le temps de faire un pas de plus. La porte de leur maison vola à son tour en éclat.

Lorsqu'il se retourna, Henry vit le visage de l'un des agresseurs de Blanche et il ne put entendre qu'un "Oubliet.." avant que ses souvenirs redeviennent complètement noirs d'encre.


Pour en arriver à ces résultats, Anatole était revenu plusieurs fois chez le vieil homme et il avait dû le soumettre à la Légilimancie à plusieurs reprises pour découvrir ces brides d'informations. Pour le reste, la mémoire du vieil homme semblait être irrémédiablement détruite. Anatole ne savait pas ce que Gisèle était devenue durant toutes ces années ; et il comprenait désormais pourquoi le vieil homme était à présent dans cet état. Anatole s'imagina qu'Henry et Gisèle avaient dû être ensuite enlevés pour éviter que quelqu'un ne puisse comprendre la situation. Il ne comprenait pas non plus comment Henry avait-il fait pour revenir si longtemps après chez lui et Anatole se mit un point d'honorer à le découvrir.

Il s'était pris d'affection pour celui-ci et revenait régulièrement le voir même si Henry ne se préoccupait toujours pas de sa présence.


Par une journée de grande chaleur, Anatole s'était une nouvelle fois rendue chez cette personne qui lui avait apporté un élément important pour la quête de sa vie et il avait découvert à la place de la maison, un monticule de cendres et de briques. Il s'avança d'un pas lent vers la troupe de badauds qui regardait les ruines et une vieille femme lui indiqua que la frénésie du vieil homme à maintenir sa cheminée en marche lui avait coûté la vie. Le feu avait commencé dans le conduit d'évacuation et s'était répandu dans toutes les pièces.


Anatole était rentré à l'Académie et avait pendant plusieurs mois analysé dans sa pensine les souvenirs qu'il avait obtenus d'Henry. Il se concentra avec attention sur les ravisseurs et plus particulièrement sur leur accent. Il était indéniable qu'il avait à faire à des sorciers et la manière avec laquelle le début du sortilège avait été lancé portait une consonance d'un pays de l'est. Lorsqu'il s'arrêta sur leur aspect vestimentaire, il remarqua les fourrures qui ornaient le pourtour de leur cape. Il passa et repassa la fraction de seconde pendant laquelle Blanche disparue avec ses deux assaillants et il se concentra plus particulièrement sur une sorte d'insigne que semblait porter l'un des hommes.


Cette découverte le conduit plusieurs années après en Bulgarie.




En 1987, l'envie du Professeur Rosemont à découvrir d'autres rites que ceux dont il commençait à être habitué en France le fit travailler sur un sujet qu'il ne maîtrisait pas : Les mœurs et coutumes Bulgares, en vue de passer une accréditation magique qui lui aurait permis de rendre des services dans une autre institution que celle de Beauxbâtons où il y travaillait depuis 47 ans.

Au fil de ses lectures sur les modes de vie de ce pays, il en arriva par aborder la célèbre académie de Durmstrang et se pencha sur son histoire. Il y découvrit les principes de sa création ainsi que la définition de ses maisons. L'histoire de la maison Tiwaz était remarquable, mais ce qui intéressa le plus Anatole, s'était son blason. Lorsqu'il l'aperçut sur une gravure d'un vieux grimoire, il savait qu'il l'avait déjà vu auparavant, mais son esprit avait encore du mal à faire les rapprochements nécessaires.

Ce fut pendant une nuit qu'Anatole se réveilla en sueur et que la révélation ne faisait plus aucun doute. Cette tache informe avec ses couleurs mélangées qui étaient présentes dans le souvenir d'Henry correspondait à ce blason. Anatole savait qu'il était sur la bonne voie et une rapide vérification dans sa pensine lui confirma. Les couleurs étaient identiques et les formes beaucoup trop proches pour n'être qu'une simple coïncidence.


Quelques années après, en 1990, le temps pour Anatole de bien maitriser la langue Bulgare et d'obtenir son acréditation définitive, il parvint à convaincre le directeur de l'école étrangère de lui confier un emploi au sein de l'institut Durmstrang. Un rôle important auprès de cette école, celui de conduire et d'enseigner les forces du mal aux élèves.

Tout comme il le faisait à Beauxbâtons, en plus de ses enseignements, Anatole continuait la recherche de Blanche. Mais en 17 ans, les montagnes escarpés et les souvenirs bien gardés des habitants des contrés ne l'ont conduit qu'à des échecs et des fausses pistes.



En 2007, Anatole accepta quelque chose qu'il n'aurait cru jamais possible : Mettre de côté ses recherches actives et quitter les pays où vraisemblablement elle avait été enlevée pour partir en Angleterre conduire la dernière école où il n'avait pas encore travaillé : Poudlard.

Albus était parvenu à le convaincre de laisser ses sentiments personnels de côtés et de lui rendre ce service, non pas pour soulager le professeur Dumbledore dans ses tâches auprès du Ministère comme cela avait été annoncé mais pour mettre à la tête du Poudlard une personne en qui Albus avait une totale confiance.

Le souvenir de cette conversation restera toujours intact dans sa mémoire ; et il respectait intérieurement l'incroyable capacité de ce vieux sage à faire ce qu'il souhaite des sorciers malgré tous les aprioris que ceux-ci peuvent avoir avant de le rencontrer.




"Anatole, je pense être en mesure de pouvoir comprendre ce que tu es en train de m'expliquer, mais ..."

- Albus ! S'il te plait ! Pas avec moi !

Je sais que tu peux comprendre, je n'en ai jamais douté ! Je pense même que tu en comprends plus.
ajouta-t-il d'un air entendu.

"C'est fort aimable à toi de considérer mon intelligence.

Poudlard a besoin d'un nouveau directeur. Après les évènements qui se sont produit ici - mon enlèvement - je ne peux pas rester.

Je me suis rendu compte, malgré tous le savoir que je possède comme tu le fais comprendre, que mes jugements et mes analyses sont altérés par toutes ces années passées à m'occuper de mes professeurs et de mes élèves ; et la présence d'Harry Potter n'arrange rien à cela. Tu sais que sa protection est vitale et ce n'est plus ici que je peux remplir pleinement cette mission."
dit le directeur avec humilité.

- Albus ! C'est très bien que tu puisses te rendre compte de ce genre de situation, c'est même exceptionnel ! - Ne fais pas cette tête je t'en prie ! - Ce que je veux dire c'est que ce n'est pas sur moi qu'il faut compter, je ne suis pas fait pour cela et tu sais très bien pourquoi ! lança-t-il en tapant du poing.

"Non, je ne le sais pas." répondit Dumbledore calmement.

"Je pense au contraire que tu as parfaitement ta place ici. Je rajouterais même que cette place est exclusivement pour toi."

- Qu'est-ce que tu insinues ? Albus ne me dis pas que...

"que l'école n'ouvrira pas ses portes à la rentrée si je ne lui trouve pas un nouveau directeur en qui j'ai confiance." le coupa-t-il avec un hochement de tête.

- C'est du chantage !? Les yeux d'Anatole étaient plongés dans ceux du professeur Dumbledore, comme s'il était en train d'analyser les arrières pensées du vieil homme.

"Absolument pas. Poudlard a besoin d'autres méthodes, d'autres directives, les miennes n'ont pas été à la hauteur de ce que j'espérais."

- Mais qu'espères-tu Albus ? Je n'arriverai pas à faire ce que tu n'as pas su faire ! dit-il avec force.

"Ce que je te demande, c'est justement de ne pas faire ce que j'ai fait." répondit-il toujours avec le même calme.

- Je ... laisse-moi le temps de la réflexion et ne me force pas Albus !

"Je ne te forcerai pas. Nous connaissons déjà ta décision." conclu-t-il avec une moue maligne.


L'échange se termina par une brève poignée de main et Anatole disparut dans le tournoiement de sa cape de sorcier.

Quatre jours plus tard, celui-ci envoyait un hibou au directeur de Poudlard où il acceptait les conditions de l'offre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anatole Rosemont
Personnage Inactif
avatar

Nombre de messages : 16
Gain de Gallions : 11946
Date d'inscription : 01/08/2007

MessageSujet: Re: Anatole Rosemont [Directeur de Poudlard - PNJ]   Ven 31 Aoû 2007 - 22:56






































Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Anatole Rosemont [Directeur de Poudlard - PNJ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Anatole Rosemont [Directeur de Poudlard - PNJ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1 -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard - Ecole de Magie :: Portraits des Personnages-
Sauter vers: