Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Et pourtant les traitresses étaient bien là ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alice Logan
Personnage Inactif
avatar

Nombre de messages : 101
Maison : Serpentard
Année : 4ème année
Gain de Gallions : 12273
Date d'inscription : 10/04/2007

MessageSujet: Et pourtant les traitresses étaient bien là ...   Ven 10 Aoû 2007 - 0:09

Peut-être était-elle devenue folle? Personne ne pouvait le dire. Qui serait venu de toute façon? Il n'y avait personne pour constater l'état de sa petite âme sensible qui criait au désespoir. Pourtant cette petite voie était bien là, hurlant à pleins poumons dans sa tête, n'arrêtant jamais de la torturer. Puis la jeune fille s'écroule, abattue. Personne ne peut l'aider mais elle se dit forte. Elle tient le coup mais les traîtresses étaient là. Le sol est humide sous ses pieds, ses joues ne sont que cascades désordonnées de larmes qui ne veulent pas s'arrêter. Et, bien entendu, il n'y a personne pour les retenir, personne pour la prendre dans ses bras et consoler son coeur brisé. Peut être n'y avait-il aucun remède à sa maladie.

Alice vagabondait dans ce parc si sombre maintenant, il était tard, la lune brillait et les animaux nocturnes se réveillaient, un à un. Eux aussi hurlaient, mais quelque chose de différent. La nuit leur appartenait, les hommes doivent la leur laisser. Ramenant son capuchon sur son visage, la jeune fille se dirige vers un banc, le pas traînant, tirant derrière elle son chagrin et la petite voie en cage qui lutte contre le cadenas avec des coups frénétiques, cherchant enfin à s'envoler, quelque part, mais où? Elle n'avait nul part où aller, dorénavant.

Perdue dans ses pensées complexes elle regarde le château, avec ses lumières réconfortantes qui percent par les fenêtres. Alice est éblouie et se demande comment pourrait-elle faire pour continuer à vivre entoureé de gens aussi chaleureux, après tout ce qu'elle vient d'apprendre et tout ce qui vient de se passer. De ce qui va arriver et de ce qui n'est pas encore sûr. Ses yeux reflètent sa peur, ils sont noirs, mais morts. Inanimés de toute vie, vide. Ne dégageant aucune chaleur, rien, juste de la peur et beaucoup de tristesse. Pourquoi? Elle le sait, mais n'arrive pas à parler ni s'exprimer. De toute façon, il n'y avait personne à qui parler. Personne ne se souciait d'elle comme il l'avait fait. Mais, il n'est plus là.


star Le début de mon intrigue ^^ je tiens à préciser =) star
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charly Rasmuson
Adulte
avatar

Nombre de messages : 62
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12192
Date d'inscription : 07/05/2007

MessageSujet: Re: Et pourtant les traitresses étaient bien là ...   Mar 14 Aoû 2007 - 2:02



Un cliquetis typique.




Puis un autre.


Puis une autre.
Suivi d’une rafale de cliquetis.


-Râaaaaa, s’exaspéra-t-elle.

Pense: Будет реально dung своими выкриками случаев последними... *1*


Elle soupira encore face à la lenteur de cette technologie. Pourtant ça ne faisait que quelque centième de secondes, le temps normal pour que l’appareil capte la lumière jusqu’à effectuer le processus d’impression. Bien entendu, la quantité de captures prises ralentissait le système. Et Charly pestait mentalement, elle soupirait impatiente.

Pense: Идут вперед, взятия полностью ваше время... *2*

Elle continuait à zigzaguer à travers le parc. La lune bien haute veillait sur elle.

Ça y est, l’appareil crachait les premières vues. La jeune photographe en fit un soigneux petit tas sans même jeter un oeil à ce qu’elle avait obtenu. C’était son rituel.
Mais là, elle était déjà partie à la chasse de nouvelles images. Le viseur sur son oeil attentif, et toujours ce même crépitement. Elle aimait la nuit et ses ombres, la lumière rasante de la nature, ou ponctuelle du château, son noir et blanc, les silhouettes obscures de la végétations qui se découpaient sur l'immensité du marine étoilé, et quelques accidents tels qu’une luciole perdue ou une fille solitaire.

Pense: Но будет им ?? *3*


Elle baissa l’appareil littéralement, ébahit. De toutes évidences, il y avait une autre apprentie qui avait rompue le couvre-feu. Mais le parc est si vaste que c’était presque étrange et inquiétant de tomber sur elle. Charly avait du mal à déterminer qui c’était exactement, même sous le clair de lune. Il faut dire que l’ombre de l’arbre la camouflait stricto sensu. Charly, avec son tact naturel lui lança, sans réfléchir :

-T’es dans le champ, tou peux te pouzer z’ileuh te plaît !


Elle replaça alors son oeil derrière le viseur. Ignorant totalement ce qu’elle pouvait avoir déclencher chez une personne à fleur de peau.


C’est vraiment de la bouse ses boîtiers derniers cris... *1*
Vas-y, prend tout ton temps... *2*
Mais qu’est-ce que ?? *3*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Logan
Personnage Inactif
avatar

Nombre de messages : 101
Maison : Serpentard
Année : 4ème année
Gain de Gallions : 12273
Date d'inscription : 10/04/2007

MessageSujet: Re: Et pourtant les traitresses étaient bien là ...   Jeu 16 Aoû 2007 - 1:02

Une personne était là, tout près, oui elle se rapprochait inlassablement du banc où Alice pleurait sur son triste sort, solidement soutenu par son destin. Elle faisait des gestes étranges. Ses bras volaient dans tous les sens, ses genoux étaient à moitié plié et un flash illuminait pendant un court instant le parc de Poudlard, plongé dans cette nuit obscure où le brouillard était épais.
Des photos, voilà ce que faisait cette fille, elle immortalisait un moment sur du papier glace, gardant à jamais le souvenir de cette nuit froide et humide. Pour quelles raisons? Une nuit est une nuit rien de plus, il y en a 365 par ans non, alors pourquoi celle-ci spécialement?

Il est vrai que ce n'était pas le moment idéal de déranger Alice, si fragile dans ces moments là il vaut mieux ne pas l'approcher, ne pas lui parler et encore moins la provoquer. Un incident est si vite arrivé, même dans le monde des sorciers. Pourtant cette fille ne semblait pas respecter le chagrin de la jeune Serpentarde, ou peut être n'avait-elle rien remarqué? Sa tête pivota légèrement vers l'ombre grise qui tenait un appareil à la main. Son regard fusilla l'imposteur, ne cachant pas son mécontentement. Elle n'aimait pas être dérangée.

D'un bon elle se leva, s'approchant à grandes enjambées de l'adolescente et lui arrachât son appareil qu'elle envoya voler quelques mètres plus loin avant de la gifler.
Alice ne pleurait plus, mais les larmes avaient creusé des sillons sur ses joues humides qui ne s'effaceraient que dans les prochaines heures. Elle n'avait plus la force de pleurer comme une petite fille dans son coin, il fallait qu'elle grandisse mais elle se refusait d'avancer. Il lui fallait éclaircir cette histoire avant de continuer son chemin, il lui fallait quelqu'un sur qui rejeter la faute.

C'est alors qu'un éclair la traversa, c'était elle la responsable, cette jeune fille, cette Serpentarde.
Absurde, elle ne le connaissait pas.


    -C'est t'as faute s’ il est mort! Je te déteste, je te déteste, je te déteste !!


Une autre gifle fusa, plus violente mais les larmes ne venaient toujours pas. D'un geste elle s'empara des clichés qui sortaient de la poche de Charly.
Des morceaux de papiers blancs tombaient au sol, les uns après les autres, de gros flocons de neige tombaient sur l'herbe, pourtant l'hiver n'était pas là, suivit malgré elle d'une pluie fine.
Elle s'était pourtant promise de ne plus pleurer, il était mort et plus rien n'avait d'importance, jamais il n'aurait voulu la voir dans cet état. Malgré tous ses efforts rien n'y faisait, il était parti à tout jamais, rien ne le ferait revenir à présent, il était monté au ciel, et lui souriait de là haut, elle en était sur, elle voulait s'en persuader, elle en avait besoin.


    -C'est de ta faute, je le sais ...


Accroupise par terre, la tête entre les mains Alice est désespérée.
Agenouillée devant une autre Serpentarde, elle pleure toutes les larmes de son corps.
Vide, elle l'était à présent, vidée d'amour et d'amitié à tout jamais.

Ne jamais dire jamais ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charly Rasmuson
Adulte
avatar

Nombre de messages : 62
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12192
Date d'inscription : 07/05/2007

MessageSujet: Re: Et pourtant les traitresses étaient bien là ...   Jeu 16 Aoû 2007 - 17:04

La fille solitaire si fragile bougeait. Elle était vivante et c’était un bon point. Peut-être même un peu trop vivante.
La demande de Charly trouva une réponse assez rapidement et de manière plutôt musclée.
Au moment où elle vit miss Logan se lever, elle pensait qu’elle allait gentiment se déplacer, et non pas se jeter en furie sur son appareil photo.

Pense: Мой прибор!!! В росе утра... *1*

Mais avant même qu’elle n’ait eu le temps de conclure sa pensée fulgurante, l’assaut recommença. Elle reçut cette première gifle de manière assez violente. Destabilisée, elle ne comprenait pas.

Pense: Aaah, окончательно объяснение... Но?? *2* Le Nanda

Enfin, presqu’une explication au premier mot de son interlocutrice. Parce que, à la base, avec une explication on comprend. Parce que “expliquer”, c’est démontrer que nos actes ont une raison, et là, non seulement elle agissait, mais pour une raison que Charly ne comprenait pas non-plus. A moins que ça ne vienne du vocabulaire, ou un problème de compréhension de la langue...
Bref... En fait, Charly était une meurtrière, c'est bien connue.


A la seconde menace de contact avec la terrifiante main élancée dans les airs, Charly recula humblement d’un pas. Cette petite feinte porta ses fruits, puisqu'elle n'eut pas à subir des conséquences douloureuses de cette gifle.

Pense: Эта девушка повреждена *3* Le Destiny


- Par la barbe de Raspoutine ! , dit-elle d’un ton mélangeant colère et hallucination totale,
mais... alrêteuh ! Le Baten


Pense: моему toftof... Мало, вы как раз клали к вам в малюсенькое Matriochka. *4* Censuré

Troisième assaut.
D’un regard noir, elle observait ses photos tomber en miette. Elle n’avait pas essayer de l’empêcher de les détruire, d’un sens elle préférait que ce soit ces clichés ratés qui se retrouvent en miette, plutôt que sa tête. Pourtant, un goût d'amertume demeurait...

Peu importait à Charly d’être ignoré, insulté ou insurgé de méfaits. Mais son matériel était coûteux; ses photos, aussi mauvaises soient-elles, étaient tout ce qu’il y a de plus précieux à ses yeux. C’était un instant capté pour l’éternité. C’était sa manière d'arrêter le temps. C’était sa mémoire. C'était sa vision du monde. C'était un peu d'elle.


Alors qu’Alice, petite quatrième année super-fragile, était à terre, en larme. Charly alla cueillir son appareil pour constater les dégâts. Elle le tourna entre ses mains toujours gantées, à première vue, ça semblait aller, mais elle ne préférait pas s’avancer sur ce genre de chose, cette technologie est tellement délicate.

Elle s’approcha de nouveau vers cette harpie du pays des merveilles, toujours prostrée sur elle-même. De toutes évidences, elle allait mal.

- Je préfère ke les chozes zoient claireuh. D’un ton compatissant . Je ne zais même pôs qui est-ze-qui est mort. Touteuh mes conndoléanczes. Mais z’est le destin, ch’ai moi-même des prochhes qui zont morts et il n’y a rien de plus diffizileuh que de traverser ça seul. Le meilleur des remèdes est de commouniqkuer. Elle se redressa un peu, pour prendre un ton et une allure plus prophétique, La vatizcinaztion de l’arouzspizce est vrai, aczepteuh mon égideuh, et tout ira mieux.


Quelle meilleure occasion pour mettre ses plans en oeuvre. Le Juge



Mon appareil !!! Dans la rosée du mati... *1*
Aaah, enfin une explication... Mais ?? *2*
Cette fille est tarée *3*
Mes toftof... Petite, tu viens de te mettre dans la minuscule Matriochka. *4*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Logan
Personnage Inactif
avatar

Nombre de messages : 101
Maison : Serpentard
Année : 4ème année
Gain de Gallions : 12273
Date d'inscription : 10/04/2007

MessageSujet: Re: Et pourtant les traitresses étaient bien là ...   Jeu 16 Aoû 2007 - 20:54

    -Arrêter? Arrêter? Mais arrêter quoi?
    Je le sais, je sais tout, tu l'as tué avoue-le !


Alice était dans un état second, ses mains ne formaient maintenant plus que deux poings serrés, si serrés que l'on pouvait voir se dessiner les tendons sous sa peau blafarde et fine. S'agrippant à des touffes d'herbe elle écoute la Serpentarde lui parler, mais elle ne comprend rien à ses paroles. Néanmoins l'incapacité de s'exprimer de Charly ne l'embêtait pas le moins du monde. Les gens rejettent souvent ceux qui sont différent sans chercher à les connaître. Ne dites pas que cette fille était folle, elle avait tout simplement tiré le mauvais numéro, ce n'était pas de sa faute. Et là, Alice pleurait à ses pieds. Dans une posture plus qu'humiliante, pourtant elle s'en contrefichait et se refusait à penser à quel point elle devait être stupide dans cet accoutrement insensé. Sa tête ne se relève pas, penchée vers le sol, les yeux grands ouverts elle pense, réfléchit ou du moins elle essaye.

    -Pourquoi as-tu fais ça!! Je l'aimais, je l'aimais tant! Et toi tu viens tout gâcher!
    Pourquoi ... ?


Désespérée, elle savait pourtant que Charly n'y était en rien dans la mort de Jérémy. Son âme avait sans doute quitté ce monde toute seule.
Sans doute ...
Alice s'imagine la mort dans ses yeux, reflétant de la peur, refusant de la quitter, s'accrochant à la vie par n'importe quel moyen.
Un cri.

Des larmes.

Puis plus rien.
Le silence, ce silence si agréable et si pesant, étouffant et réconfortant. Ce brouillard voile ses yeux, l'entoure d'un film protecteur, la préservant, l'empêchant de se nuire, l'empêcher de mourir.


-Il est vivant ...

Il est mort, elle le sais très bien, mais la seule alternative est de continuer à l'imaginer vivant, c'est la seule option possible, la seule possibilité. Alice ne veut pas ouvrir les yeux, elle ne veut pas aller de l'avant, elle se refuse de croire à cette mort, elle se refuse de continuer à vivre sans lui.

Inimaginable, oui ça l'était.


    -Il est vivant ... je le sais, j'en suis sûre.


Perdue, toujours dans son état second elle hurle intérieurement, priant pour que quelqu'un partage son fardeau, ce poids bien trop lourd pour son corps si frêle. Pourtant elle ne peut pas demander à quelqu'un de l'aider, personne ne le pouvait, c'était son amour, sa vie, et personne ne pourrait la comprendre de toute façon. Personne ne pouvait l'aimer comme elle l'avait aimé, personne ne pouvait regretter son si joli sourire, parfait, qui étirait ses lèvres lorsqu'elle disait une idiotie, personne pour comprendre l'ampleur de sa douleur qui avait brisé son coeur en morceaux.

Alice était brisée au delà du réparable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charly Rasmuson
Adulte
avatar

Nombre de messages : 62
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12192
Date d'inscription : 07/05/2007

MessageSujet: Re: Et pourtant les traitresses étaient bien là ...   Sam 18 Aoû 2007 - 14:49

Pense: Очаровывать ! *1*

Un étalement parfaitement écoeurant de sa vie privée. Cette pauvre petite a besoin d'aide parce qu'elle est en train de perdre la tête. Elle plaça précautionneusement son appareil dans son sac, après l'avoir soigneusement enrouler de l'écharpe de rayures vertes, alors que la fille continuait de se lamenter.

Le développement tragique de son histoire était très prenant, Charly était une dangereuse criminelle et maintenant sa victime ressuscitait. Pourquoi pas.
Mais cette plainte lascive lassa la jeune fille. Naturellement, elle retira la baguette de son sac au moment où elle y rangeait son photoscope et lui jeta nonchalamment un sort sur la petite.

Pense: -Levicorpus , informulé, elle était devenue très forte dans ce domaine mentale, à défaut de réussir le moindre sort oral qui ratait indubitablement à cause de son accent. Mais modérons, nos propos, certains sorts réussissaient quand même, en formulé. Puis, c'est trop la classe les informulés.

En bref, la petite flottait négligemment la tête en bas, dans l'ombre de la nuit. Espérons que cette petite réaction ait eu l'effet escompté.

Charmant ! *1*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Logan
Personnage Inactif
avatar

Nombre de messages : 101
Maison : Serpentard
Année : 4ème année
Gain de Gallions : 12273
Date d'inscription : 10/04/2007

MessageSujet: Re: Et pourtant les traitresses étaient bien là ...   Dim 19 Aoû 2007 - 13:21

Les minutes passaient, silencieusement sans faire le moindre bruit, sans pouvoir être arrêtées par une quelconque force magique ou humaine, une chose que l'on ne peut pas contrôler, ni toucher du bout des doigts. Car le temps n'a pas de matière, aucune forme, aucun dessin ne peut le représenter.
Une lumière, puis une claque sur son dos, elle se retrouve en l'air, pendue comme un cochon la tête en bas. Sa cape descend vers le sol, inévitablement. On lui avait jeté un sort, un sort qu'elle ne connaissait pas étant trop jeune pour l'avoir appris. Si seulement elle avait été plus grande, elle aurait eu une chance en duel face à Charly qui était en 7ème année. Mais avec trois ans d'écarts, les chances étaient infimes.

Pense:
"Saleté de gravitation!"

Sa cape descendait le long de ses genoux, arrivant à ses cuisses, découvrant une peau blanche et quelques cicatrices qu'elle avait gardé depuis son enfance, lorsqu'elle avait appris à marcher et trébucha sur un caillou. Juste à temps, elle récupère un plis de sa robe pour le tenir le plus haut possible, cachant ses sous vêtements aux yeux de la Serpentarde qui devait se faire un malin plaisir à jouer avec la jeune fille qui pendouillait dans les air, accrochée à une corde invisible.


    -Lâche moi, lâche moi! Fais moi descendre tout de suite vipère!
    D'où est ce que tu as entendu qu'il était autorisé d'attaquer quelqu'un de sa propre maison!
    Traîtresse! Traîtresse à ta maison! Tu ne mérites pas d'être à Serpentard!

    Fais moi descendrrrrrrrrrrrrrrrrree!!


Alice poussait des jurons, c'était la première fois qu'elle se faisait humilier par une autre personne de sa maison. Jamais elle ne l'oublierait, la fierté de la jeune fille en avait pris un coup. Charly avait osé pointer sa baguette sur elle, traîtresse!
Sa baguette tombe au sol, les poches ne pouvant pas être fermées, suivit de près par un bout de papier blanc, lisse, plié en trois dans le sens de la hauteur. La peur étira les traits de la Serpentarde qui ne criait plus, mais hurlait.


    -Ne regarde pas, ça ne te concerne pas!! Fais moi descendre et n'avance pas plus ou je te fais passer un sale car d'heure avec le Professeur Rogue!
    Tu m'as entendue?!


Ses cheveux pendouillaient vers le sol, caressant l'herbe humide. Son collier lui arrivait dans les yeux, ce qui l'a gênait prodigieusement. Sa robe toujours retenue dans son poing était maintenue juste au dessus des genoux, cachant sa culotte rose bonbon avec un nounours dessus.*

Pense:
"La honte si ..."

Ses joues passaient du blanc au rose, puis du rose au rouge. Heureusement pour la jeune fille, la nuit empêchait à Charly de distinguer les couleurs changeantes de son visage. Alice attendait sa délivrance, elle voulait redevenir maître de son corps et pouvoir poser ses deux pieds au sol comme tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charly Rasmuson
Adulte
avatar

Nombre de messages : 62
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12192
Date d'inscription : 07/05/2007

MessageSujet: Re: Et pourtant les traitresses étaient bien là ...   Dim 19 Aoû 2007 - 19:38

Un rire très mal retenu.

Pense : - змеенжш??! Оскорбляют, слишком ранил... Он это малое *1*

- Non ! Pitié ! Pas zça ! Pas le plrofessour Rlogueuh ! supplia-t-elle.

Elle suivit cette réplique tragique d'un siffloti indolent.
Après l'inspection d'un rapide regard des environs, elle poursuivit d'un ton âpre:

- Che ne mérliteuh pas plous que toi d'êtlre à Zerpentard. Pleurnicher zsour zon zortt conclut-elle avec dégoût. Z'est indigne, zc'est infâme, zc'est impropre. Comment peux-tou lrevendiquer les couleurs de Zerpentard après zça.

Ceci-dit, Charly s'installa tranquillement sur le sol. Les jambes étendues, elle s'appuya sur ses mains.

une petite dans une drôle de posture a écrit:
-Fait moi descendrrrrrrrrrrrrrrrrree!!

Pense : - Humpf, не! *2*

Un sourire amusé suffit à traduire sa pensée.
Bien qu'elle soit sous l'emprise du Levicorpus, mademoiselle donnait des ordres revêche. Finalement, cette petite excursion nocturne s'avérait beaucoup plus amusante qu'elle n'avait commencée.

Pense : Accio бумага сложили в 3 в направлении длину. *3*

Toujours un sourire malin au lèvre, en s'éventant du précieux pli, Charly narguait celle-qui-ne-portait-par-grand-chose-sous-sa-robe.
Elle était contente, car cette victime était passée de prostrée à "je sors de mes gonds". C'est cool, car c'était irrémédiable pour Charly, il faut que la colère, la hargne sorte pour qu'elle puisse continuer d'avancer sainement. Malheureusement, Charly l'aidait, tant pis, c'est le coup du sort.


- Ge te prropose ouneuh marrché. L'azceptes-tou ?

- Vipère ??! Quel insulte, trop blessée ... Elle est marrante cette petite *1*
- Humpf, non ! *2*
- Accio papier plié en trois dans le sens de la longueur *3*


Edit moi: désolée j'i moi-même corrigé, et je serai plus vigilente.


Dernière édition par le Dim 19 Aoû 2007 - 22:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Logan
Personnage Inactif
avatar

Nombre de messages : 101
Maison : Serpentard
Année : 4ème année
Gain de Gallions : 12273
Date d'inscription : 10/04/2007

MessageSujet: Re: Et pourtant les traitresses étaient bien là ...   Dim 19 Aoû 2007 - 21:01

Alice se crispa. Charly riait, oui, mais ce n'était pas un rire appréciable, et il sonnait horriblement faux dans la bouche de la Serpentarde qui la vannait, prenant un malin plaisir à jouer avec elle, comme on joue avec une poupée de chiffons. Car c'est ce qu'elle était à présent. Une simple poupée que l'on manipule à ça guise. Alice ne le supportait plus et étira son bras pour essayer d'attraper sa baguette magique tombée au sol, en vain. Elle était beaucoup trop loin et ses doigts n'arrivaient même pas à l'effleurer. Désemparée elle réfléchissait à un moyen de se sortir de cette embrouille. Pourquoi Charly était venus l'insulter aussi? Elle ne pouvait pas repartir en direction du château et la laisser tranquille? Non, bien sur que non, il fallait toujours qu'elle dérange. Il fallait toujours qu'Alice soit dérangée d'une manière ou d'une autre par quelqu'un ou quelque chose d'imprévus. Retenant toujours le pan de sa robe qui menaçait de retomber sur ses épaules, la Serpentarde lança un regard noire en direction de Charly. Ce qui, elle s'en doutait un peu, ne l'effrayait pas outre mesure. Alice bouillonnait intérieurement, mais elle était incapable de bouger ou de faire quoi que se soit dans cette position plus d'embarrassante, pendue dans les airs. Sa lettre était tombée sur le sol, prise d'une peur incontrôlable elle avait hurler, c'était plus fort qu'elle, c'était son passé, c'était tout ce qu'elle avait de plus précieux au monde désormais, elle n'avait pas le droit de poser ses sales pattes dessus.

Pense:
"Franchement on ne pouvait pas faire pire comme situation"

Elle écouta alors Charly lui expliquer sa vision des choses. Alice ne préférait pas répondre à ses provocations, ne voulant pas recevoir des coups ou plus encore, essayant de calmer le jeu. La seule trace visible était une grimace de dégoût qui avait étiré les traits de son visage. Elle la regarda alors s'approcher, tout près, se pencher. La panique envahie le corps de la jeune adolescente, elle avait oser toucher à cette lettre, jamais elle ne le lui pardonnerait. Alice regardait Charly partir à quelques mètres avec la lettre, son coeur se déchira une nouvelle fois. Le trou béant saignait à présent, il lui fallait cette lettre. Un marcher. Quelle sorte de marcher? Sans doute idiot, oui, rien de bien méchant. Mais Alice le savait très bien, on le lui avait asser répété, et qui pouvait mieux le savoir qu'elle? Il ne faut jamais écouter les marchers des Serpentards, ils sont tous faux, tous, sans exception. Regard sceptique. Elle attend la proposition de Charly.
Les nuages n'étaient plus visibles à présent, la nuit avait bien été entamée, il était tard. Très tard. Peut être devait-elle rentrée? Elle aurait aimé, mais cette Serpentarde l'en empêchait. Tant pis, si elle croise un préfet en cours de chemin elle inventera un mensonge, ça elle savait le faire. Serpentard, cette maison était pleine de ressources qu'il fallaient exploiter. Si par chance elle croisait un préfet de Serpentard, ça irait, elle ne sera pas dénoncée. Alice releva la tête vers le haut, le sang commençait à descendre, un marteaux la tapait sur le haut du crane avec des coups répétés. Elle regarda la lune, les étoiles brillaient dans l'immensité du ciel. Si grand, il était difficile d'imaginer à quel point le ciel est vaste. Reprenant son attention sur la Serpentarde, elle frissonne. Un autre frisson. Puis plus rien une nouvelle fois. Il n'y a plus rien appart les maux de tête persistants. Alice décide alors d'en finir au plus vite, elle ne tiendra pas plus longtemps la tête en bas avant que le sang ne forme des caillots dans son cerveau, provoquant une hémorragie cérébrale et sa mort. Alice regardait tour à tour sa lettre et la Serpentarde.


    - Je t'écoute, quel est ton marcher et ses conditions?


Les secondes passaient, interminables. La tension montait, elle ne savait pas ce à quoi la Serpentarde avait pensée. Hésitation. Peur. Angoisse. Tout ça mélanger faisait trembler le corps de l'adolescente. Simple feuille morte au milieux d'une foret luxuriante qui tremble de haut en bas, ou devrais-je dire de bas en haut. Fixant les yeux de Charly, Alice commence à douter. Et si son marcher était impossible à tenir pour la Serpentarde? Si elle lui demandait beaucoup trop?
Attendre, c'était la seule chose qu'elle pouvait faire désormais.
Attendre, encore et toujours, Alice en avait marre de ne pas être maitre de son destin, il fallait toujours que quelqu'un décide à ça place. S'en était vexant, triste, et déplaisant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charly Rasmuson
Adulte
avatar

Nombre de messages : 62
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12192
Date d'inscription : 07/05/2007

MessageSujet: Re: Et pourtant les traitresses étaient bien là ...   Dim 19 Aoû 2007 - 21:39

Pense: легко? Очень слишком легко... Он не даже *1*

Elle pointa sa baguette sur Alice qui fut frapper d'une lumière. cette dernière s'écroula massivement sur la sol. Rien d'alarmant puisqu'elle n'était pas très haute.

- Tou es librreuh.

C'était clair, elle était libérer du sort. Son abdiction fut trop rapide au goût de Charly. Elle n'aimait pas la facilité. Aussi, elle abandonna. Enfin presque...

Charly se releva tranquillement, se retourna prête à prendre le chemin du château. Alors qu'elle avait le dos tourné à Alice, elle glissa la lettre sous sa cape, dans une poche interne et passa son sac en bandoulière, pour enfin s'éloigner doucement d'Alice.



Trop facile? Beaucoup trop facile... C'est même pas drôle. *1*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Logan
Personnage Inactif
avatar

Nombre de messages : 101
Maison : Serpentard
Année : 4ème année
Gain de Gallions : 12273
Date d'inscription : 10/04/2007

MessageSujet: Re: Et pourtant les traitresses étaient bien là ...   Lun 20 Aoû 2007 - 11:23

BOUM !

Alice se retrouve au sol, les jambes et les bras emmêlés dans une sorte de méli mélo indéchiffrable. Charly avait annulé le sort, pourquoi? Il n'y avait aucune raison à cela, Alice ne comprenait vraiment plus rien. Elle lui avait pourtant proposé un marcher non? La jeune fille était sur de ne pas avoir rêver, même si le sang commençait à lui monter à la tête. Tâtant l'herbe de ses deux mains, ses doigts effleurent sa baguette magique à une cinquantaine de centimètre, qu'elle empoigne avec fermeté dans sa main droite. En relevant la tête, elle la regarde s'en aller, emportant sa lettre si précieuse à ses yeux et la rangeant dans une poche intérieur de sa cape noire. En se relevant avec difficulté elle commence à lui courir après, elle voulait la récupérée, coûte que coûte, peut importe ce que la Serpentarde ferait pour la repoussée. Alice s'arrête et pointe sa baguette vers la Serpentarde.


    -Accio lettre !


Un vent invisible souffla sous la robe de la Serpentarde, dévoilant sa poche intérieur. La lettre sortie et vola vers elle sans aucun bruit. Doucement, elle l'attrapa de sa main libre, rangeant sa baguette et son trésor dans une poche. Ramenant sa capuche noire sur sa tête elle avance vers le château à pas pressés, doublant Charly, puis s'arrêtant tout d'un coup. Cette histoire n'allait pas ce terminer de cette façon, non, certainement pas. Alice voulait plus, elle ne pouvait pas pardonner à Charly la honte qu'elle venait de lui faire subir. Rancunière, oui elle était, et encore plus dans cette histoire. Lentement elle se retourna vers la Serpentarde, la toisant du regarde de bas en haut, bien qu'elle soit plus âgée, elle ne se gênait pas pour autant. Il y avait deux mots important dans la vie, deux, pas trois. Le culot et le respect. Et jamais elle ne respecterais cette fille qui venait de l'humilier comme personne ne l'avait fait auparavant. Alice avait du mal à digéré cette défaite et à encaisser le coup.


Tout en avançant un peu plus près de la silhouette noire de la Serpentarde, ses yeux fixaient les siens. Sans les lâcher elle s'arrêta, sans ressortir sa baguette de sa poche pour autant. Elle la regardait, encore et encore, mémorisant chaque traits de cette fille. La gravant dans sa mémoire, se rappelant de chaque détails, chaque cicatrices ou imperfections. Il fallait qu'elle s'en souvienne, il le fallait.
Alice ouvra la bouche, puis la referma, cherchant les mots, les plus appropriés pour la situation. Elle hésitait, pesant le pour et le contre, ne sachant quoi choisir à la fin. Ne pas penser, ne pas y réfléchir, choisir la première option, et surtout, il fallait qu'elle assume ses futurs actions. Sortant alors sa baguette, elle la pointe sur la Serpentarde, un geste inconsidérée qu'elle se força d'exécuter. Elle la provoquait en duel, c'était mal, elle le savait, elle savait tout ça.


    - Viens, ça ne peux pas ce terminer comme ça. Une de nous deux devra aller à l'infirmerie, ne retient pas tes coups. Je ne retiendrais pas les miens, c'est une promesse.


Le visage d'Alice changea d'expression, toute trace de gentillesse avait disparut, ses traits étaient tirés, ses yeux vides. Il fallait que quelqu'un l'arrête. Non. Alice devait elle jusqu'au bout de se duel, même si elle savait très bien que la perdante, ça serait elle. L'issue était connue d'avance, mais elle voulait quand même, elle voulait se tester, et tester cette Serpentarde qui se donnait des airs supérieurs en la manipulant à ça guise. Alice n'est pas un objet, ce n'est ni une arme, ni un instrument.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charly Rasmuson
Adulte
avatar

Nombre de messages : 62
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12192
Date d'inscription : 07/05/2007

MessageSujet: Re: Et pourtant les traitresses étaient bien là ...   Jeu 23 Aoû 2007 - 1:12

Pense: Mouahaha .... гк оле? *1*

Un duel ?! Un vrai duel avec une 4ème année. C'était plutôt un divertissement qu'un affront. Alice l'as toisait avec une suffisance arrogante, que Charly ne put refusé.
Ignorait-elle son talent des informulés? Ne l'avait-elle pas constaté après avoir flotté dans les airs? Que pouvait contenir cette lettre pour que cette fille se jette dans la fosse aux trolls?

C'est précisément à ce moment ci qu'elle regretta de l'avoir libérer aussi vite. Elle aurait du aller au bout des ses ambitions, et lui proposer ce marché. Et bien non, la fille aurait simplement pu partir, au lieu de ça, elle lançait un duel. Fallait-il vraiment l'humilier une seconde fois?

Une profonde respiration lasse résonna. A la porte de Poudlard, bien au delà du couvre feu autorisé, le duel aurait lieu. C'était plutôt excitant car d'ici, il serait très facile d'être inculpée par un prof quelconque, Rusard, ou même le directeur... Ça ne serait pas très beau à quelques jours de la rentrée. Mais c'était irrémédiable, Charly ne put refuser, juste pour le plaisir de remettre cette petite odieuse à sa place.


-Bien, j'actsepteuh.


Il lui suffisait d'une formule et la petite serait inoffensive.
Humm... Non, ce n'était pas au goût de Charly, beaucoup trop rapide. Il fallait d'abord que sa concurrente s'épuise afin d'éviter de telle représailles physiques, pour enfin que sa langue se délie. Sa stratégie, la laisser attaquer et tout simplement parer ses coups.

Pense: легко, Очень слишком легко, Он не даже *2*

Elle mima deux trois étirements, échauffements de la têtes, des poignets, petits sauts sur place pour réveiller tout son corps. Un salut traditionnel. Tout cela avant une petite démonstration à la manière des Ninjas: elle fit tourner sa baguette entre ses doigts tout en s'illustrant dans des positions d'équilibristes. Cette démonstration se conclut sur la position typique des duellistes: de profil, la baguette est dégainée et le bras gauche est relevé derrière.
Après son cinéma, Charly était prête.

Elle prenait ce duel très à la légère, le regard plein de malice, elle gardait pourtant une attitude profondément impressionnante, très sûre d'elle, seul la brise nocturne faisait vibrer ses cheveux.


- Mouahahah, un duel ! - *1*
- Vas-y, lâche toi petite. Ne retiens surtout pas tes coups, j'ai hâte d'estimer ta force. - *2*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Logan
Personnage Inactif
avatar

Nombre de messages : 101
Maison : Serpentard
Année : 4ème année
Gain de Gallions : 12273
Date d'inscription : 10/04/2007

MessageSujet: Re: Et pourtant les traitresses étaient bien là ...   Mar 28 Aoû 2007 - 19:41

Des tremblements agitaient le corps de la jeune fille jusqu'à l'extrémité de sa baguette, un frisson lui parcourra l'échine. Cette Serpentarde lui faisait peur dans un sens. Elle ne savait pas à quoi s'attendre, non, elle n'oserait pas. Charly n'allait pas employer des sorts trop violents tout de même? La blesser oui, sans doute, mais pas la torturer. Il fallait être sur ses gardes, Alice savais qu'elle ne devait plus hésiter, c'est la seule façon de calmer ses tremblements. Elle avait fait un choix, revenir en arrière était impossible, elle devait assumer ses paroles, ses actes et ses gestes. Sinon elle n'était pas digne d'être ce qu'elle était, une Serpentarde. Fermant les yeux elle se calme. Erreur. Il faut qu'elle la regarde, une seconde, juste une seconde suffirait à lui jeter un sort, la désarmer par exemple. Elle s'incline et se remet en position de combat.

    - Bien ... commençons.


D'un geste souple elle fit son premier mouvement, fluide, précis. Agitant sa baguette de bas en haut un sort fusa dans la direction de Charly, en ligne droite, mince fil bleuâtre. Alice ne connaissait pas encore les sorts informulés, elle était trop jeune, ce qui n'était pas le cas de la Serpentarde. Elle devait donc s'efforcer de manipuler sa baguette avec la plus grande dextérité et éviter les coups. C'était le seul moyen de rester entière, ou du moins, de se préserver un peu et ne pas terminer se duel en deux minutes. Ce qui ferait une deuxième humiliation en très peu de temps, et part la même personne.

    - Dentesaugmento !


Alice voulait néanmoins rire, humilier la Serpentarde comme elle l'avait fait. Lui montrer ce qu'Alice avait resentit il y a peu de temps à cause de cette fillle. Lui montrer ce que c'est que d'être manipulée. C'est pourquoi elle avait choisit ce sort. Puis un second lorsqu'elle s'aperçut que la Serpentarde ripostait. Plutôt vite d'ailleurs, elle réagissait au quart de tour.

    -Protego !


C'est à ce moment je crois que j'ai compris que je n'aurais aucune chance de la battre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charly Rasmuson
Adulte
avatar

Nombre de messages : 62
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12192
Date d'inscription : 07/05/2007

MessageSujet: Re: Et pourtant les traitresses étaient bien là ...   Sam 1 Sep 2007 - 23:26

Charly ne manqua pas de remarquer les tremblements prononcer de sa rivale. Avait-elle peur? L'impressionner aussi bien physiquement que mentalement faisait parti intégrante de sa stratégie.


Première attaque: Un Dentesaugmento facilement déjoué par un protego informulé très puissant.

Pense : -Protego
- Oppugno


C'était l'avantage et l'inconvénient d'avoir un accent pourri : il lui pourrissait toutes ses sorts formulés, mais ça lui avait permis de développer un réel talent pour les informulés. Informulés qui sont très utiles pour prendre par surprise son adversaite.

Par deux fois la baguette frappa de manière fulgurante. Le premier sort était défensif pour attaquer directement, sans aucun répit.
Un puissant jet noir généré par la pointe de sa baguette se transforma en plusieurs dizaines d'oiseaux, qui malheureusement s'écrasèrent sur le bouclier magique de la petite verte. Au choc, ils redevinrent cette poussière noire avant de s'évanouir dans la nature.

Le coup fut tel qu'il eut pour effet de faire reculer d'un pas sa duelliste, elle semblait comme transpirante.
Charly avait senti sa force. Cette puissance enivrante et la sensation de nette supériorité qui lui est associée. Un délectable fumet de victoire au moment même où l'on sent l'autre fébrile. Pourtant ce pouvoir est aussi entêtant qu'effrayant. Car on peut perdre le contrôle et aller trop loin. Car on sait qu'après s'être courbé, le roseau se plie alors que l'arbre casse, qu'une telle victoire altère forcement le futur, la future relation avec Alice, les futurs duels et la futur Charly.
Ce n'était pas le premier duel de Charly, mais à chaque fois c'était pareil... Le même manège recommençait: une anticipation une victoire et un peu plus de confiance en soit et d'expérience pour comprendre la nature humaine et toute sa capacité à généré les actes les plus bas pour gagner.

Aujourd'hui elle avait atteint cette bassesse en s'engageant dans un duel sans réel risque, sans réel nécessité, sans réel but. Ce duel n'améliorera pas son niveau, pas plus que son agilité, ou sa vitesse. Mais peut-être qu'il ne sera pas aussi inutile qu'il ne laissait paraître.

-Et bien ? Tou as oun petite prroblème?

La deuxième offensive de Charly ne tarda plus, la baguette se leva, pour s'abattre à nouveau sur Alice.
Pense : Furunculus!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Et pourtant les traitresses étaient bien là ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Et pourtant les traitresses étaient bien là ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1 -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard - Ecole de Magie :: Autour du château :: Parc du Château et cour de récréation-
Sauter vers: