Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Réflexion préoccupante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Casey Call
Adulte
avatar

Nombre de messages : 202
Age : 28
Maison : Serpentard
Année : Diplômé
Gain de Gallions : 12418
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Réflexion préoccupante   Dim 5 Aoû 2007 - 2:58

Le début de la semaine avait été pluvieux, mais cette matinée réservait à Casey un timide soleil qui avait des difficultés à percer l'épaisse couche de nuages qui tapissait le ciel. L'atmosphère, quant à elle, était assez pesante et la respiration devenait rapidement difficile aux moindres mouvements, raison pour laquelle, le jeune Serpentard avait trouvé refuge auprès d'un vieux chêne qui offrait par son dense feuillage, un endroit rafraichissant. Il était allongé et sa tête reposait nonchalamment sur une racine. Ses yeux étaient fermés, mais il était éveillé. Il captait et analysait tous les bruits aux alentours. Le parc semblait plutôt calme hormis quelques piaillements d'oiseaux affamés. Parfois, il entendait à proximité quelques craquements de branches mortes, ce qui l'obligeait à ouvrir un œil pour voir si un élément perturbateur n'était pas en train de s'approcher de lui. Quelques auraient été les raisons de cette personne à venir près de Casey n'auraient été dans un autre but que celui de le déranger. Il était au calme, paisible, trop concentré à ne rien faire pour consacrer une partie de cette journée à quiconque.

Cette attitude était plutôt paradoxale avec le caractère du jeune homme, qui, en temps normal, avait du mal à rester passif et inactif. Le temps y était certainement pour quelque chose, il y planait une ambiance particulière ; d'un hivernal été ou d'un estival hiver.

Casey laissa retomber son attention et laissa son esprit naviguer librement dans les méandres de l'imagination et des souvenirs. Il aperçut quelques visages familiers dont celui de sa mère qui lui souriait. Cette image était plutôt rare, car Casey lui avait mené la vie dure durant son enfance. Cette pensée laissa perplexe le jeune homme et une ride s'était dessiné sur son front. Lui qui avait l'habitude de plaisanter, de rire de tout et surtout de rien, réalisait par moment l'importance de certaine chose, comme celle de la relation qu'il avait eu avec sa mère. Elle avait dû l'élever seul après le décès du père de Casey, elle était loin de tout et le jeune homme semblait réaliser seulement aujourd'hui à quel point il n'avait jamais été reconnaissant envers elle.

Il transforma sa position allongée en tailleur et il était encore plus pensif qu'auparavant. Il avait ouvert les yeux et posé son menton dans le creux de sa main.

Sujet Libre. Dark, Modo, Anciens joueurs comme nouveaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Moon
Personnage Inactif
avatar

Nombre de messages : 55
Maison : Serpentard
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 11922
Date d'inscription : 05/08/2007

MessageSujet: Re: Réflexion préoccupante   Dim 5 Aoû 2007 - 22:40

Le silence était une denrée rare en ces derniers jours passés au sein de l'école de sorcellerie Poudlard. L'approche des vacances semblait redonner à la vie estudiantine un semblant de vie. Ou plus exactement une profusion de cris et de rires proprements déplaisants. Le château vribrait d'une frénésie abrutissante, éreintante. Eleanor n'avait eu de cesse de rechercher un peu de calme au milieu de cette effervescence qui allait croissant.

La pluie qui s'était abattue sur leurs têtes tout au long du début de semaine avait ôté tout espoir à la jeune fille de pouvoir échapper aux murs résonnants du château. Aussi était-elle restée cloîtrée dans le dortoir des Serpentard, seul endroit où elle parvenait encore à trouver quelque quiétude. Les rideaux tirés autour d'elle la gardait éloignée du moindre contact humain.

Puis le temps s'était éclarci, et Eleanor avait jugé qu'il était temps pour elle d'offrir un peu d'air frais à son corps fatigué d'être resté enfermé si longtemps. Ses poumons revigorés lui prouvèrent la justesse de cette décision.

La sérénité du parc semblait l'appeler à déposer l'empreinte de ses pas dans l'herbe humide de rosée. A humer le discret parfum d'une terre gorgée d'eau. Loin de toute agitation, enfin seule avec elle-même, elle se sentait revivre. Elle ferma un instant les yeux, se laissant porter au hasard par le vent léger qui soufflait sur le parc. Un sentiment de liberté comme elle en éprouvait trop rarement.

Rouvrant les yeux sur le monde qui l'entourant, son regard capta la silhouette d'un jeune homme assis sous les branches bienveillantes d'un vieux chêne. Il ne lui fut pas difficile de le reconnaître, à elle qui connaissait chacun des visages peuplant Poudlard. Casey Call. Même Maison. Elle aurait pu passer son chemin, comme elle le faisait d'ordinaire. Elle aurait pu graver cette image dans son esprit, perdue au cœur de toutes celles que ces yeux d'argent avaient bien voulu garder en mémoire, et continuer sa route.

Mais quelque chose l'intrigua. Elle s'arrêta, juste devant lui, et l'observa un moment en silence. Voilà qui n'était pas habituel. Ni pour elle ni pour lui. Pour elle, de s'immobiliser si près de quelqu'un sans raison plus particulière que celle de voir ce garçon au naturel si enjoué rester assis calmement dans l'herbe. Pour lui... de rester perdu dans ses pensées, le menton au creux de sa main, le regard au loin.

Elle aurait pu parler, aussi. Mais elle préférait rester là à le contempler. C'était simple. Silencieux. Paisible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Casey Call
Adulte
avatar

Nombre de messages : 202
Age : 28
Maison : Serpentard
Année : Diplômé
Gain de Gallions : 12418
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: Réflexion préoccupante   Lun 6 Aoû 2007 - 2:30

Casey regardait inlassablement la même brindille d'herbe. De part et d'autre, quelques nuages de vapeur s'élevaient du parc sous l'effet des quelques rayons du soleil qui perçaient çà et là les nuages. Ils se dispersaient de plus en plus dans le ciel et l'été semblait peu à peu reprendre le dessus.

Il était encore plongé dans ses pensées et désormais, il y voyait le visage rouge de colère de sa mère devant un jeune Casey stoïque qui la regardait en la narguant. Le Serpentard sourit légèrement à cette image. A l'aide d'un petit morceau de bois, il grattait, absent, le sol qui était juste devant lui.

La sensation qui l'emplit ensuite fut difficilement saisissable. Il eut l'impression d'une présence, peut-être parce que la brise avait apporté avec elle une nouvelle odeur, rompant les senteurs végétales du moment. Il hésita comme si cette idée ne pouvait être que fantasque avant de tourner la tête pour s'assurer qu'il n'y ait rien derrière lui.

Il resta muet lorsqu'il découvrit la présence de la jeune fille. Elle était debout, semblant attendre de sa part quelque chose qu'il ignorait et Casey ne savait pas depuis combien de temps elle pouvait être là.

Instinctivement, son regard quitta les reflets argent des yeux de la jeune fille pour ceux de son blason. C'était une Serpentard. Ceci n'avait apriori aucune importance aux yeux de Casey qui avait pris l'habitude de traiter tout le monde à la même enseigne. Il avait certes une préférence significative pour les Poufsouffles, dont beaucoup à Poudlard avaient été ses souffre-douleurs, mais il ne les détestait pas pour autant comme d'autres Serpentards se faisaient un point d'honneur à le faire pour tous les élèves n'appartenant pas aux verts et argents.

Ses yeux retournèrent aux siens avant que Casey reprenne sa position d'origine. Il lui tournait le dos et resta plusieurs secondes dans cette position sans rien ajouter d'autre.

- Kestuveu ? lâcha-t-il finalement d'une voix monocorde.

Le visage de la jeune fille lui revint à l'esprit. Il lui semblait l'avoir déjà croisée quelque fois dans les couloirs et dans leur salle commune, mais son identité lui était totalement inconnue. Casey n'avait pas pour habitude de rechercher des contacts au sein de sa maison, au contraire même puisqu'il préférait jeter son dévolu sur les membres des autres maisons, beaucoup plus imprévisibles et intéressants que les conversations que l'on pouvait obtenir avec des Serpentards.

- Le Casey sarcastique, ironique et caustique n'est plus disponible avant la rentrée prochaine ! Merci de laisser votre message à un hibou. ajouta-t-il avec le même ton désinvolte.


Dernière édition par le Mar 7 Aoû 2007 - 1:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Moon
Personnage Inactif
avatar

Nombre de messages : 55
Maison : Serpentard
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 11922
Date d'inscription : 05/08/2007

MessageSujet: Re: Réflexion préoccupante   Lun 6 Aoû 2007 - 22:41

Le silence perdura. Une minute. Deux minutes. Peut-être trois. Avant qu'il ne perçoive enfin sa présence. Hésitant, il se tourna vers elle, offrant à la jeune fille un regard surpris qu'elle ne comprit pas tout à fait. Il resta muet d'étonnement. Pourquoi ? Qu'avait sa seule présence de si étrange pour surprendre ce garçon ? Elle était là - elle avait toujours été là. L'ombre des Serpentard. Peut-être était-ce cela, le plus insolite. L'éternelle ombre prenant soudain corps devant lui, restant là, le regard fixé sur lui.

Regard dérivant sur le blason cousu sur la ténébreuse robe réglementaire, avant de revenir à ses prunelles, et de les quitter. Il lui tournait le dos, ostensiblement. Comme s'il la rejetait. Comme s'il refusait même de simplement reconnaître qu'elle était là. Songeur. Boudeur. Il recherchait la solitude, mais l'inéluctable Destinée en avait décidé tout autrement. Elle avait mis l'éxubérance sur le chemin de l'impassibilité. Prenant la liberté d'apporter quelque changement au caractère du premier.

Une pointe de mauvaise humeur perçait la carapace uniforme de sa voix. La phrase elle-même, contractée, mâchée, indiquait sans erreur la contrariété qu'elle inspirait au Serpentard.


¤ Tu sembles songeur ¤ dit-elle.

Il était singulier de voir un être d'ordinaire si joyeux rester immobile de la sorte, à ressasser de sombres pensées. Elles ne pouvaient être que sombres. Et nombreuses, très certainement. Un gouffre béant de noirceur intérieure qui avait envahi le plus improbable qui soit. C'était toujours ce que l'on croyait. Les forts, les heureux, ne perdaient jamais face aux tourments de l'âme.

La vérité était bien loin de cet idéal. Et Casey lui en apportait la preuve irréfutable. Une, parmi tant d'autres.

Elle aurait aimé comprendre. Comment des individus semblant résister à toutes les tempêtes pouvaient parfois s'effondrer lorsque personne ne les regardait. Comment des êtres si bien entourés, si pétris d'amour et de joie pouvaient se laisser aller à une profonde mélancolie solitaire. Quelques réponses lui avaient été apportées, durant ces années passées à Poudlard, au hasard de quelques rencontres. Jamais aucune d'elle n'avait satisfait Eleanor. Mais elle ne renonçait pas à comprendre un jour.

Casey Call lui apporterait-il une réponse viable ? Jamais elle ne lui poserait la question, non. Elle le pousserait à se confier, si elle y parvenait. S'il se laissait mener sur la rivière des confidences.


¤ Les hiboux sont en grève tout l'été ¤ répondit-elle, pince-sans-rire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Casey Call
Adulte
avatar

Nombre de messages : 202
Age : 28
Maison : Serpentard
Année : Diplômé
Gain de Gallions : 12418
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: Réflexion préoccupante   Mar 7 Aoû 2007 - 2:53

La remarque d'Eleanor décrocha un timide sourire au jeune homme. Il jeta le morceau de bois qu'il tenait dans une forte expiration et tourna la tête pour ne montrer à la jeune fille que son profil.

Alors que d'autres personnes se seraient empressées de fournir au jeune homme une explication de leur présence inopinée ou de continuer leur chemin, Eleanor était restée stoïque. Comme si sa présence aussi près du jeune homme à le regarder était habituelle. Tous les êtres humains possèdent un espace vital dans lequel toutes les intrusions ne sont pas tolérées et aujourd'hui, pour Casey, qui voyait des souvenirs d'un nouvel oeil, cet espace était considérablement agrandi.

Ces premiers mots étaient une sorte de mise en gardant, prévenant l'intrus que le jeune homme n'était pas disposé à converser et pourtant, la présence de la jeune fille n'avait rien de dérangeant. Une sensation inexplicable. Comme le fait qu'il soit persuadé de l'avoir déjà vu dans un contexte totalement insaisissable. S'il revoyait le visage de la jeune fille dans ses souvenirs d'étudiant, il aurait été incapable de dire exactement et dans quelle situation il aurait pu la croiser. Tout à fait comme ce genre de personne que l'on a l'impression de connaître, mais à qui l'on a jamais parlé ... à qui l'on ne s'est jamais intéressé. Une réflexion plutôt dérangeante pour le jeune homme.

Il déglutit difficilement et perdit son regard sur l'horizon. Plusieurs minutes passèrent et celui-ci s'était convaincu que la jeune fille finirait par partir d'elle-même. Mais elle restait près de lui. Un frisson parcouru l'échine du jeune homme qui l'évacua dans un tremblement.

- Tu n'as pas répondu à ma question. fini-t-il par dire en tournant la tête pour planter son regard dans celui de la Serpentard.

Son visage était fermé, vide de toutes expressions. Une neutralité souvent déconcertante pour ses interlocuteurs à qui il ne laissait que très difficilement les possibilités de découvrir ses sentiments ou ses intentions.

- Qu'est-ce que tu veux ? dit-il avec une articulation plus appliquée. Les paupières de ses yeux cérulés se plissèrent légèrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Moon
Personnage Inactif
avatar

Nombre de messages : 55
Maison : Serpentard
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 11922
Date d'inscription : 05/08/2007

MessageSujet: Re: Réflexion préoccupante   Mar 7 Aoû 2007 - 22:33

Un soupir. Lourd et prononcé. Un profil. Fort peu désagréable. Le petit bâton jeté au loin, demi-tourné vers elle, il acceptait enfin sa présence. Non pas celle de l'ombre discrète qui hantait les couloirs du château, mais bien celle de la jeune fille qui ne montrait la pâleur de son teint au soleil que trop rarement. Il l'avait entendue, et avait consenti à le lui montrer. Ils n'étaient plus deux entités séparées plus par une barrière invisible que par la distance ou le temps, ils étaient devenus un ensemble. Deux êtres qui avaient conscience de l'autre et fusionnaient, l'espace de quelques instants, leurs univers intangibles.

Elle ne voyait qu'une part de son visage. Un relief découpé sur le vert scintillant de l'herbe dégouttant de rosée. Y percevait un pauvre sourire, teinté de mélancolie. Etonnant comme ce simple mélange, si paradoxal, pouvait à la fois apaiser une âme et étreindre un cœur. Une autre qu'elle aurait peut-être tendu la main vers lui, pour lui apporter un peu de soutien. Le prendre dans ses bras ou juste l'effleurer. Une autre. Jamais Eleanor n'avait été habituée à ces démonstrations d'affection. Elle les connaissait, depuis peu. Mais se sentait incapable de les reproduire.

Etrangement, le corps immobile du jeune homme, le regard perdu au lointain, semblait l'appeler, éveiller en elle un soupçon d'instinct maternel. Savait-elle seulement ce qu'était cette sensation nuancée qu'elle éprouvait en cet instant ? Elle ne connaissait des sentiments, des émotions, que de vagues images de sourires partagés et d'embrassades de toutes sortes. L'âme, le corps, le cœur, tout réagissait à l'attachement, disait-on.

Savait-il, lui ? Savait-il ce que cela faisait d'aimer, d'être aimé ? Sans nul doute. Un jeune homme tel que lui devait en connaître toutes les formes, toute la force. Il ne devait en ignorer aucun secret.

Il déglutit. La gêne sembla s'emparer de lui en un instant. Quelle pensée avait pu le traverser pour qu'il soit soudain embarrassé ? Elle n'avait rien dit, rien fait. Même le vent avait laissé ses longs cheveux neigeux reposer sans un mouvement le long de son dos. Quelques minutes d'observation. De l'horizon pour l'un, d'un profil pour l'autre. Un frisson. Et de nouveau, le son de sa voix. Et le bleu de ses yeux, rivé dans les siens.

Il n'y avait plus trace ni de sourire, ni de mélancolie. Rien qu'un profond vide à la neutralité désarmante. Rien. Il ne laissait rien deviner derrière ce nouveau masque d'indifférence glacée. Peut-être un miroir de son propre visage, si dépourvu d'émotion...

Une nouvelle fois, sa question. Correctement articulée, cette fois-ci.


¤ Je ne veux rien. ¤

Et c'était la vérité. Elle ne désirait rien. Ou plutôt, elle désirait un rien : le rien d'un calme sans fin, d'un oubli.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Casey Call
Adulte
avatar

Nombre de messages : 202
Age : 28
Maison : Serpentard
Année : Diplômé
Gain de Gallions : 12418
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: Réflexion préoccupante   Mar 7 Aoû 2007 - 23:52

Il suffisait un temps soit peu de connaitre le jeune Serpentard pour pouvoir rapidement imaginer sa réponse.

Il se serait levé, aurait regardé la jeune fille pendant un court instant avant de se saisir de sa baguette et de la pointer droit vers son visage.

- Qu'est-ce que tu veux ? Pourquoi restes-tu derrière moi ? le lui aurait-il répondu d'une voix presque inquisitrice.

Il aurait très certainement attendu sa réponse sans trop l'espérer ni même la désirer. Ensuite, quelques auraient été les explications de la jeune fille, il lui aurait vraisemblablement lancé un sortilège. Peut-être une stupéfixion ou une pétrification en fonction de l'humeur du jeune homme. Il l'aurait ensuite laissée là, adossée contre un arbre et il aurait reprit le fil de ses pensées comme s'il n'avait pas été interrompu.

Mais il ne fit rien de tout cela bien que l'idée lui ait venu à l'esprit une fraction de seconde. Il conserva son air indifférent et tourna une nouvelle fois le dos à Eleanor.

- Tu es déconcertante. souffla-t-il dans un murmure que le vent rendit presque imperceptible.

Frénétiquement, il commençait à arracher quelques touffes d'herbes devant lui. Il avait la tête basse et bien qu'il regardait ses gestes, il n'en avait pas véritablement conscience. Une analyse succincte aurait conclu que le jeune homme gardait son contrôle grâce à ce moyen plutôt que de reproduire sa colère vers la jeune fille. Une sorte de protection.

Mais il y avait rien de tout cela chez Casey. Il n'était pas d'un habituel colérique. Il parvenait la plupart du temps à trouver facilement et instinctivement les solutions à ses problèmes surtout si celles-ci pouvaient participer à sa joie et sa bonne humeur. Il aimait les renversements de situation. Faire d'un problème critique une simple solution.

Il cessa son geste quand ses doigts commencèrent à toucher la terre et qu'il réalisa. Il leva ses mains devant ses yeux et sourit dans un bref soupir.

Il hésita à ajouter une nouvelle remarque en direction de la jeune fille mais ne fit rien. Et à vrai dire, depuis bien longtemps, une période où le jeune homme ne pouvait situer le début, Casey était à court de mots. Comme si son sens de la répartie et de la syntaxe avait été temporairement annihilé.

Il y a des situations qui peuvent se passer de mots. Une phrase qui aurait été dérisoire pour le jeune homme encore quelques minutes auparavant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Moon
Personnage Inactif
avatar

Nombre de messages : 55
Maison : Serpentard
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 11922
Date d'inscription : 05/08/2007

MessageSujet: Re: Réflexion préoccupante   Jeu 9 Aoû 2007 - 20:13

Contrairement aux attentes de la jeune fille, sa réponse ne tira aucune réaction impulsive du Serpentard. S'était-elle seulement attendue à quelque chose ? Elle n'avait jamais fait que dire la vérité. Rien de plus, rien de moins. Aussi étrange soit-elle. Quoi que Casey ait pu faire ou dire suite à ses paroles, cela n'aurait eu aucune importance.

Elle n'obtint en tout et pour tout qu'une courte phrase murmurée dans le vent. A peine si elle l'entendit - mais elle l'entendit. Certaines auraient souri, d'autres se seraient senties vexées. Mais pas elle. Elle ignorait jusqu'à la signification de ces mots.


¤ Je suis moi ¤ dit-elle, tout juste audible elle-même. ¤ Cela te dérange ? ¤

La réponse était oui, sans aucun doute. Il était impossible, impensable qu'elle fut autre. Depuis toujours, ici et ailleurs, mais ici surtout, sa présence n'était pas de celles que l'on souhaitait. Eleanor le savait. Lorsqu'elle ne provoquait pas sur son passage indifférence ou mépris, elle attirait sur elle les regards, réprobateurs ou effrayés. De ceux que l'on réserve à un fou, croyant qu'il ne le voit pas.

Eleanor y était habituée. En quatre années passées dans cette école, il en avait toujours été ainsi. Et il n'en irait jamais autrement. Le Destin avait décidé de faire d'elle une paria, et elle devait subir en silence les conséquences de ce lourd karma. Seule, sans un seul allié. Reniée même par les membres de sa propre Maison.

Elle dérangeait.

L'herbe souffrit des incertitudes de Casey. Arrachée sans pitié, elle laissait échapper dans l'esprit de la jeune fille de longues plaintes douloureuses. Peut-être l'entendit-il, lui aussi, car il s'arrêta soudain et contempla ses mains, perplexe, surpris. Nouveau soupir. Elle commençait à apprécier ses soupirs. A apprécier ce qu'il dévoilait de lui, et qu'elle soupçonnait être un secret jalousement gardé. Apprécier ?

Sans réfléchir à la probable signification d'un tel geste, aussi spontané, Eleanor s'accroupit près de lui, et posa sa fine main sur les siennes. Riva son regard, impassible, profond, au sien. Et resta là, immobile, attendant elle ne savait quoi. N'attendant rien, peut-être. Sûrement.

Elle avait l'étrange sentiment de partager quelque chose dans ce simple contact. Quelque chose qu'elle ne connaissait pas. Ressentait-il la même chose ? Comprenait-il, lui ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Casey Call
Adulte
avatar

Nombre de messages : 202
Age : 28
Maison : Serpentard
Année : Diplômé
Gain de Gallions : 12418
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: Réflexion préoccupante   Jeu 9 Aoû 2007 - 22:18

L'apparition de cette jeune fille, mêlée avec ses souvenirs fraichement remémorés, participaient à plonger Casey dans un état second et incertain. Son inconscient avait absorbé la réponse de la jeune fille pour l'éteindre et ne reproduire chez le jeune homme aucune réaction significative. Quant à son esprit, trompé par des procédés inextricables, il devait non seulement croire que la jeune fille avait disparue aussi soudainement qu'elle était apparue, mais que son interprétation n'avait été que délires de l'âme. Et pourtant, alors que ses yeux étaient toujours rivés sur ses mains et que le temps perdait toutes ses notions, cette présence presque aérienne se manifesta à nouveau et vint, tel un souvenir embrumé, réveiller les abysses du jeune homme.

Son regard se tourna lentement vers elle, avant que le souvenir se matérialise pour entrer en contact avec son être. La sensation fut difficilement saisissable, mais la réaction fut presque instantanée.

Le jeune homme retira rapidement ses mains dans un soubresaut. Une pulsion incontrôlée. Etait-elle ou non désirée ? Casey n'avait pas eu le temps nécessaire pour se poser la question. La réponse venait néanmoins de lui. Au plus profond de lui.

Qu'un souvenir puisse prendre forme peut-être émouvant quand il s'agit de joies ou de bonheurs, mais dans le cas de Casey, l'impression qu'il associait à ce touché était similaire aux sombres fragments de sa vie que le jeune homme parvenait habituellement à fourvoyer dans ses pensées. Mais dans le cas présent, tout reprenait forme en lui, sa réaction était légitime et à la hauteur de ce qu'il pouvait ressentir lorsque sa conscience le triturait sur le caractère qu'il avait pu porter à l'égard de sa mère ou encore sur la difficile et subite disparition de son père.

Ses mains s'entrecroisèrent et virent se réfugier. Hors de portées.

Son regard absent regagna un peu de son intensité. Il y avait quelque chose d'étrange chez cette jeune fille, quelque chose d'insaisissable, de la même manière que la réaction de Casey était inhabituelle. Il regarda encore un moment la jeune fille, les expressions de son visage s'étiraient jusqu'à l'incrédulité pour lui confier quelques paroles confuses.

- Je ... désolé ... il marqua une pause et reprit :

- Qui es-tu et ... Pourquoi ?

Son intérêt pour la jeune fille n'était rien comparé à la pressente question ontologique. Etait-elle consciente de l'état du Serpentard ? Etait-ce elle qui provoquait cela ? Ressentait-elle elle aussi cette magie si confuse qui tournante les sens et les souvenirs ? Tant d'interrogations que le jeune homme ne pouvait les formuler toutes distinctement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Moon
Personnage Inactif
avatar

Nombre de messages : 55
Maison : Serpentard
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 11922
Date d'inscription : 05/08/2007

MessageSujet: Re: Réflexion préoccupante   Ven 10 Aoû 2007 - 20:48

Le chaud contact fut abrégé. Subitement. Dans un sursaut de surprise, Casey s'était dérobé, ramenant ses mains là où elle ne pourrait venir les chercher. Il ne voulait pas d'elle ici, c'était aussi simple que cela. Pourtant...

Pourtant il n'avait pas répondu à sa question, laissant planer l'interrogation comme un doute entre eux. Elle ne savait plus. Son geste, sans cette réponse, devenait énigmatique. Un mystère qui faisait naître un soupçon d'incertitude chez la jeune fille.

Etait-elle soulagée qu'il n'ait rien dit ? Déçue qu'il ait ôté ses mains à son contact ? Elle n'aurait su le dire. Seul ce sentiment d'égarement qui envahissait tout son être tel un poison inexorable la persuadait que cela ne la laissait pas tout à fait indifférente.

Il riva son regard au sien, à nouveau. Incertaine, elle laissa son esprit se perdre dans le bleu de ses yeux, qui la fixaient avec intensité. Le temps, l'espace, s'étaient détournés d'eux, ou n'avait-elle seulement fait que les oublier ? Les rejeter loin de sa conscience ? Une fois de plus, l'envie de le toucher la prit. Etrange désir.

Sa voix la ramena brutalement à la réalité, pour l'égarer dans un autre inextricable labyrinthe de questions. Il... s'excusait ?

Pour la première fois depuis bien longtemps, depuis le jour où elle avait appris qu'elle devrait quitter sa tante pour venir dans cette école où tout lui serait étranger, ses yeux s'écarquillèrent, lentement. Jamais personne ne lui avait dit ces mots. Jamais.

Mais jamais encore elle n'avait provoqué chez un autre tant de confusion. Etait-ce de sa faute ? Ou était-ce juste sa présence inopportune au moment où le jeune homme s'était laissé porter par ses sombres pensées ? Elle l'ignorait. Quelque chose l'empêchait d'y penser.

De simplement réfléchir.

Instinctivement, elle se pencha vers lui et l'entoura de ses bras. Oubliant peut-être qu'il fuyait le moindre contact. Qu'il s'était déjà dérobé à elle. Oubliant de songer que son geste ne serait pas bienvenu.


¤ Je suis l'ombre de Serpentard. La poupée qui marche et parle ¤ lui murmura-t-elle à l'oreille.

Pourquoi ? La question posée se répétait inlassablement dans son esprit. A la recherche d'une vaine réponse.

Cette proximité qu'elle venait de créer entre eux provoquait quelque chose d'étrange en elle. Indéfinissable. Elle ne connaissait les mots pour le décrire. N'aurait même voulu s'y essayer.

Etait-ce là ce que l'on nommait affection ? Consolation ? Elle avait conscience de donner, et de recevoir. Un échange. Qui n'avait rien de commun avec tous ceux qu'elle avait connus jusqu'alors. Chaleur, bien-être. Elle ne les avait jamais éprouvés auparavant, mais il lui sembla instinctivement comprendre qu'il s'agissait de cela.

Elle voulait que cela ne s'arrête jamais.

Alors, comme pour ce geste impulsif dont elle ne saisissait pas l'ampleur, les mots s'égrennèrent dans un demi silence, sans qu'elle n'en comprenne ni l'origine ni la signification.


¤ Ne me rejette pas... ¤
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Casey Call
Adulte
avatar

Nombre de messages : 202
Age : 28
Maison : Serpentard
Année : Diplômé
Gain de Gallions : 12418
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: Réflexion préoccupante   Sam 11 Aoû 2007 - 4:19

La stupéfaction fut la première impression du jeune homme.

En restant assis, il avait comme implicitement accepté qu'elle puisse venir s'asseoir près de lui, mais il ne se serait jamais douté qu'après avoir saisi ses mains, elle aurait renouvelé son geste en se cramponnant à lui. Il était contrit à ne pas bouger, le regard éberlué qui naviguait entre une multitude de choses à l'exception de la jeune fille.

Un court instant, il ne put s'empêcher de croire que tout ceci n'était qu'une illusion, une sorte de rêve profond où l'esprit est incapable de faire la différence entre réalité et imaginaire.

Lentement, il tourna alors la tête de droite à gauche, en évitant soigneusement un regard avec la jeune fille, pour vérifier que d'autres personnes dans le parc voyaient également la même scène que lui. A ce moment-là, il aurait espéré voir un groupe d'élèves, même de Poufsouffle, se moquer de sa condition. Mais ce ne fut pas le cas, le parc était désert et le laissa dans ses questionnements.

Cette jeune fille était surréaliste. Il y avait une concurrente à Loufoka en matière d'étrangeté.

La phrase qu'elle lui murmura à l'oreille lui fit froid dans le dos. Il était décidément dans un songe, il n'y avait pas d'alternative.

Partagé entre plusieurs sentiments, dont celui de rire, Casey ne lui répondit pas immédiatement.

Il cherchait une échappatoire. Plusieurs solutions se présentèrent dans sa tête et commençaient peu à peu à se bousculer.

Si elle n'avait pas ajouté sa dernière phrase, il n'aurait très certainement pas réagit de la même façon. Il était dans l'un de ses jours particuliers où il ne voulait blesser personne, où il ne voulait pas user de ses railleries.

Il mit plusieurs longues minutes à lui répondre. Une sorte de concession à sa manière pour lui offrir ce qu'il pouvait.

- Fais le avant moi si tu ne veux pas que je le fasse. Lâche moi. S'il te plait.

Il ne s'était pas donné la peine de lui murmurer ces quelques mots, il n'en aurait pas eu le courage et il préférait les prononcer d'une voix claire pour lui exposer sa résignation.


Dernière édition par le Dim 12 Aoû 2007 - 15:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Moon
Personnage Inactif
avatar

Nombre de messages : 55
Maison : Serpentard
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 11922
Date d'inscription : 05/08/2007

MessageSujet: Re: Réflexion préoccupante   Dim 12 Aoû 2007 - 11:15

Quelques secondes. Quelques minutes. Ce fut tout ce qu'il lui offrit. Un infime instant d'irréalité, où rien ne ressemblait plus à rien. Une courte éternité, où plus rien ne semblait hors d'atteinte. Il ne lui rendit pas son étreinte. N'esquissa pas même un geste. Se contentant de rester là, immobile au creux de ses bras.

Avant de briser l'illusoire tableau d'une étreinte inattendue.


Lâche-moi

Deux mots, pour toute une histoire. Lâche-moi. Libère-moi. Eloigne-toi, et puisses-tu ne jamais plus t'approcher. Ces mots, elle les connaissait.

Elle prit soudain conscience. De ses paroles. De ses gestes. De ce corps pressé contre le sien. De tout ce qu'elle avait fait, qui lui ressemblait si peu. Ce n'était pas elle... Ils étaient trop proches ; une limite franchie, un espace violé. Deux êtres qui jamais ne s'étaient côtoyés ne pouvaient se montrer si désinvoltes, familiers. Cela allait à l'encontre de la simple bienséance. Pouvait-elle donc renier si aisément les immuables recommandations de sa tante ? Si justes, si vraies ?

Lentement, elle desserra son étreinte. Graduellement, s'écarta, peu à peu. Recréant le vide qui les avait séparés. Qui devait les séparer. Bientôt ses mains s'éloignèrent, effleurant les épaules dans leur mouvement. Regagnèrent une sage place sur ses propres genoux. Ses yeux inexpressifs rivés aux siens, elle cherchait à comprendre, sans chercher.

La situation lui échappait. Son corps, ses paroles elles-mêmes, semblaient animés d'une volonté qui leur était propre, étrangère à la sienne. Une volonté dont la logique lui était insaisissable. Il n'avait suffi de rien. D'un seul instant d'égarement, d'une unique seconde d'inattention, et tout cela avait pu se produire. Comment était-ce possible ? Comment une sorcière, d'ordinaire si maîtresse d'elle-même, avait-elle pu perdre contrôle sur ses actes ?

Les choses n'auraient jamais dû se passer ainsi. Pour commencer, s'arrêter près de lui avait été une erreur. Très vite suivie par d'autres. Comme des morceaux de sucre posés les uns près des autres entraînent leurs voisins dans leur chute, chaque faux pas avait déclenché le suivant. Casey Call n'avait en rien aidé à stopper cela. Il ne s'était pas montré à la hauteur de son blason.

Gênée - ressentait-elle seulement la gêne ? - elle se releva, épousseta légèrement ses habits, et amorça un semblant de révérence.


¤ Je te prie de m'excuser ¤ dit-elle d'une voix claire. ¤ Je crois que c'est ce que je dois dire. ¤

Avait-elle conscience de l'avoir mis dans l'embarras ? Avait-elle conscience de quoi que ce soit ? Elle ne faisait à présent qu'appliquer les préceptes inculqués par sa tante. Attendit patiemment une réponse, qui indiquerait la suite. Etre excusée ou congédiée sans ménagement, cela ne lui importait guère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Casey Call
Adulte
avatar

Nombre de messages : 202
Age : 28
Maison : Serpentard
Année : Diplômé
Gain de Gallions : 12418
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: Réflexion préoccupante   Mar 14 Aoû 2007 - 2:42

Avant même de le faire, Casey était conscient, que son geste n'était pas galant. Mais il était un garçon qui savait ce qu'il voulait et qui n'aimait pas céder à la facilité. Qui plus est, il était aujourd'hui dans un état d'esprit qui lui était totalement inconnu, une sorte de prise de conscience de son immaturité concernant des éléments tragiques de sa vie.

Il devait se l'avouer, les premiers échanges qu'il eut avec la jeune fille étaient étranges, mais contenaient un certain bien-être avec un intérêt certain pour le jeune homme. C'est lorsqu'elle avait commencé à se rapprocher de lui, que ses impressions s'étaient inversées. Outre l'incrédulité qui l'avait parcourue sur le moment, il y avait dans les troubles du Serpentard une certaine peur, une certaine appréhension face à une personne qui ne réagissait pas de la même manière que les autres.

En temps normal et lorsque l'on avait une intelligence suffisante, le jeune homme pouvait se montrer attachant même dans ses frasques. Tout ceci n'était qu'un jeu. Un simple jeu basé sur les mots et sur les attitudes. Contrairement à certains de ses compères de maison, Casey n'était pas sournois. Il affichait simplement un air narquois alors que d'autre refoulait des sentiments de haine. Attachant, mais pas au point de susciter de tels contacts. A cet instant, le jeune homme voulait savoir. Savoir ce qui avait pu motiver cette jeune fille à agir de la sorte. Etait-ce parce qu'elle ne connaissait rien du caractère habituel du jeune homme ? Etait-elle elle aussi dans une période de troubles qui altère ses sens et ses agissements ?

Il ne voulait pas lire la gêne dans son regard. Il ne voulait pas de ses excuses.

- Ce qu'il faut dire n'a pas d'importance. dit-il d'une voix calme.

Il se recula légèrement et s'appuya un peu plus contre le tronc de l'arbre. Il ferma les yeux quelques instants.

Le soleil perçait à nouveau l'épaisse couche de nuages. Ses rayons étaient salvateurs et revigorants pour lui.

- Je ne t'ai pas dit de partir. Tu peux rester si tu veux. dit-il en ouvrant les yeux.

Une sorte d'invitation implicite. Non pas pour rattraper ou compenser quoi que ce soit, mais pour le moment, c'était tout ce que le jeune homme pouvait proposer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Moon
Personnage Inactif
avatar

Nombre de messages : 55
Maison : Serpentard
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 11922
Date d'inscription : 05/08/2007

MessageSujet: Re: Réflexion préoccupante   Lun 27 Aoû 2007 - 22:41

De nouvelles paroles prononcées. Loin de tout ce qu'elle aurait pu imaginer. L'insouciance, l'aisance de Casey étaient à l'égal de ces quelques mots qu'il lui adressait. Un mystèe troublant pour une jeune fille que l'émotion avait désertée. Autrefois. Cet étrange garçon éveillait en elle des réactions insoupçonnées. Etait-il réel ? Cette heure était-elle réelle ? Ce qu'elle ressentait... était-il réel ?

Il n'y avait plus ni doute, ni certitude. Rien qu'un néant. Bercé de questions sans réponse, de réponses sans question. Elle ne cherchait plus à comprendre. L'avait-elle cherché ? Les yeux de Casey se dérobèrent à son regard, dissimulés sous ses paupières closes. Comme un fin rempart dressé entre leurs deux consciences. Infranchissable, fragile à la fois.

"
Tu peux rester"

Le cœur d'Eleanor manqua un battement. Oui, le cœur resté longtemps insensible de la poupée de Serpentard venait de marquer un bref instant de stupéfaction. D'émotion. Elle le regarda, confusémentmal à l'aise de constater que ses prunelles bleues s'étaient de nouveau posées sur elle. Inconsciemment, elle détourna la tête. Avant de reporter son attention sur lui. Ne jamais détourner le regard, baisser la tête, ciller. En aucun cas.

Mais...

Mais il lui avait dit de rester. Par ces paroles, il acceptait sa présence. Avec une sincérité qu'elle n'avait jamais connue à personne, dans de telles circonstances. Pourquoi ? N'était-elle pas Eleanor Moon, celle que l'on n'approchait que contraint et forcé ? N'était-elle pas fuie, méprisée ? Alors... pourquoi ?

Se rappelant ses bonnes manières, elle esquissa une gracieuse révérence, se fendant d'un "
Merci" soufflé comme une légère bise. Ne rien révéler des troubles qui l'agitaient. Devait-elle saisir l'occasion ? Partager quelques instants avec ce jeune homme qui provoquaient tant de choses nouvelles en elles ? Ou rejoindre son éternelle errance solitaire entre les murs froids du château ?

Avec des gestes lents et précautionneux, elle rassembla ses jupes, s'assit dans l'herbe, face à lui. L'on eut pu croire une élégante marquise profitant de la fraîcheur d'une ombre providentielle, par un chaud après-midi d'été. Le tissu ébène contrastait avec son teint, sa chevelure et ses yeux ; elle semblait fragile et éphémère, tel le papillon quittant sa chrysalide.

Il n'y avait aucune hésitation dans ses mouvements, ses attitudes. Elle avait très vite retrouvé son naturel, envolé pour seulement une infime fraction de seconde. Elle ne savait pas ce qui la poussait à agir ainsi. Mais, loin de l'effrayer, ces instants peu ordinaires attisaient sa curiosité. Au risque d'y perdre un peu de son honneur, ou de s'y perdre elle-même, elle suivrait cet étonnant sentier où il voudra bien la mener.

Elle avait nombre de questions à lui poser. Nombre de réponses à lui faire avouer. Mais comment faire ? Ils ne s'étaient jamais parlé avant ce jour. Il refuserait sans doute de répondre à une demande directe ; qu'elle-même se refusait à lui soumettre.

Alors, le port altier par habitude, le regard perdu au cœur de ce vert décor qui les entourait, elle laissa sa voix effleurer de nouveau l'air vibrant.


¤ Viens-tu souvent ici ? ¤

Une phrase banale, dont elle connaissait déjà la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Réflexion préoccupante   

Revenir en haut Aller en bas
 
Réflexion préoccupante
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1 -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard - Ecole de Magie :: Autour du château :: Parc du Château et cour de récréation-
Sauter vers: