Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mélusine Mouna Maëwen Myrzam McEwan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mélusine McEwan
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1650
Age : 32
Maison : Ancienne Gryffondor
Gain de Gallions : 11890
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Mélusine Mouna Maëwen Myrzam McEwan   Ven 9 Mar 2007 - 9:56

Mélusine Mouna Maëwen Myrzam McEwan






Dernière édition par Mélusine McEwan le Dim 28 Fév 2010 - 20:03, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com/
Mélusine McEwan
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1650
Age : 32
Maison : Ancienne Gryffondor
Gain de Gallions : 11890
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Mélusine Mouna Maëwen Myrzam McEwan   Ven 22 Juin 2007 - 15:23

La Mélusine sauce McEwan




star Commencez par mélanger à proportions égales le mauvais caractère, l'entêtement, la crédulité et la joie de vivre, la solidarité et la loyauté. Kif-kif l'hypogriffe entre l'amour de la nourriture et la passion du Quidditch.

star Ajoutez un caractère fantasque et loufoque. un grain de folie. Un fond d'ironie et un soupçon d'autodérision. Un peu de soupe-au-lait. un poil d'humour. une pointe de nostaligie pour deux de jalousie. Un rire d'enfant.

star Touillez le tout jusqu'à obtenir un mélange homogène. Saupoudrez de poudre de Perlimpimpin. Ajoutez deux grammes de patience. pas plus, tout serait à refaire. Ajoutez également une once de courage pour faire bonne mesure. Délayez avec du jus de citrouille.

star Parrallèlement, amenez le sang à ébullition et maintenez-le à température constante. Versez un zeste de méfiance. Ne lésinez pas sur les préjugés.

star Préparez la sauce McEwan: dans un chaudron taille 1, comptez quelques larmes, une amnésie partielle et deux ou trois souvenirs. Si nécessaire, allez gratter les fonds de tirroir. De l'impétuosité. Des paradoxes par dizaine. la folie de grandeurs. De l'immaturité.

star Versez le tout dans une grande carcasse toute maigre. passez à la douche écossaise. Laissez mijoter pendant dix-sept ans.



star Suggestion de présentation: la Mélusine sauce McEwan se présente généralement agrémentée d'une crinière de boucles rousses, d'un visage en pointe, d'une bouche gourmande, d'une paire d'yeux bleus. Tamisez également quelques tâches de rousseur.


L'ABUS DE ZYN EST DANGEREUX À LA SANTÉ.
A CONSOMMER AVEC MODÉRATION
.


Dernière édition par Mélusine McEwan le Dim 28 Fév 2010 - 20:04, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com/
Mélusine McEwan
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1650
Age : 32
Maison : Ancienne Gryffondor
Gain de Gallions : 11890
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Mélusine Mouna Maëwen Myrzam McEwan   Ven 22 Juin 2007 - 15:50

Quelqu'un m'a dit...


"Enclanchement du décodeur mcewanien, déverrouillage des tétrapistons, fistibulation des hornouayes de pratinbande.Tu peux répéter ce que tu viens de dire stp Zyn? J'avais pas sorti mon traducteur..."(Maude Anderson)

"Tu possèdes la magie en toi…Tu fais de la magie chaque jour de ta courte vie…Les moldus n’ont même pas à espérer d’en faire un jour…Et toi tu t’en lasses. Hurmf…Je te trouves tordue parfois moi. Sans vouloir te vexer bien entendu. Après croire à ses choses là, ben…"(Destiny Blood)


"Hey Zyn... c'est vrai ? Tu as été sélectionnée dans l'équipe de Gryffondor?
Espèce de cachottière tu nous avais rien dit... pff"(
Lizzie Al Mayer)


"Félicitations Zyn, c'est vraiment génial... on viendra t'applaudir sur les gradins alors t'as intérêt à assurer !!!" (
Eldrile Aerilirien)

"On aura enfin une preuve de tes idées saugrenues!"(Maude Anderson)

"Mais Zynette, comment ... pourquoi ... Décidément, tu te prend pour une métamorphomage ?"(Xaël McEwan)

"Un jour tu vas t'étaler par terre! Fait attention Mélusine ou tu vas tomber. Tu as mangé du lion tout à l'heure? C'est quoi qui te rends d'aussi bonne humeur?"(Jo Campbell)

"Souhaiter simplement le bonheur à votre âge est une preuve de grande lucidité sur la vie. Parfois, il faut savoir laisser son passé aux vestiaires pour avancer. Je suis passé par là.
Je suppose que faire partie de l'équipe de Godric aujourd'hui vous rend heureuse et fière.
Mais si vous dites que ce dont vous m'avez parlé étaient vos rêves, cela veut-il dire que vous ne revez plus? Je ne le crois pas. Vous êtes jeune, vous êtes pleine de vie et de sourires... quand vous ne faites pas la tête à cause de moiVous devez continuer à rêver. Les rêves constituent aussi une partie de bonheur, un refuge dans lequel on s'abrite pour surmonter les mauvais moments."(
James Liam Alhambra)

"Je... Ce... n'était pas méchant. C'est juste que... Vous êtes. Je suis un troll. Je suis désolé. Je suis plus doué sur un balai que pour vous dire simplement que vous êtes jolie quand vous rougissez."(James Liam Alhambra)

"Jolie comme vous êtes vous ne devez pas avoir besoin d'un chien pour vous tenir compagnie. Les garçons de Poudlard doivent se bousculer au portillon."(James Liam Alhambra)

"Personnellement, je ferais n'importe quoi pour ne pas être au château. Chaque nuit que j'y passe est un lourd et sempiternel fardeau. Avec toi ou un gnome, c'est du pareil au même. Ce n'est qu'un peu de compagnie. Excepté que tu articules mieux que cette bête et a bien plus d'esprit."(Sacha De Lansley, charmant)

"Peut-être que dans ta caboche il y a plus d'activité que je ne pensais..."(Sacha De Lansley, flatteur)

"Bon a plus d'autre choix que ça prenne ta couleur de peau quand tu regardes les garçons Mc Ewan." ( Mark Resnald, troll sur pattes)

"Mc Ewan. Jamais je n'eus plus belle giffle que celle-ci." ( Mark Resnald)

"Tu es très mignonne." (Elliot O'Malley)

"Vas pour la Serdaigle mais en dehors de toutes considérations d'aventura anti-héroïque, j'aimerais bien que tu m'invites au cinéma pour voir ce Billy Elliot dont tu me parles... quelque chose me dit que j'aimerais pas l'idée qu'on me surnomme Billy même après avoir vu ce film, mais par contre j'aurais été heureux d'avoir découvert le cinématographe avec toi."
"Je sais pas si tu te poses la question ou pas mais, là, ouais, je te drague." (
Elliot O'Malley Embarassed )

"Voilà, Miss vous êtes d'une beauté à couper le souffle ...Par contre pour intensifier l'image que tu es supérieure aux autres Mélusine, parle et regarde les autres comme s'ils étaient de la bouse .... C'est ce qui marche le plus souvent." ( Selene Sweevil)


Dernière édition par Mélusine McEwan le Lun 1 Mar 2010 - 9:01, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com/
Mélusine McEwan
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1650
Age : 32
Maison : Ancienne Gryffondor
Gain de Gallions : 11890
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Mélusine Mouna Maëwen Myrzam McEwan   Ven 22 Juin 2007 - 15:50

Ma famille



grand format


Ma MÈRE


LUKOS

Quand la nuit tombe, que naissent les chimères,
Des images oubliées viennent hanter mon esprit...

Mille fois j'ai maudit, maudit son nom à lui
Qui t'a brisé le coeur et m'a laissé sans père.
Plus encore je maudis celui qui t'a mordue
Empoisonné les veines sans espoir de salut.
Pour moi rien n'est plus ppur que ce sang dit souillé
J'agonirai d'injures celui qui l'a goûté.

Onze ans c'est bien trop jeune pour perdre son innocence,
Voir se fermer l'avenir et s'éteindre l'enfance.

La mienne je l'ai perdue par une nuit sans étoile;
A six ans et demi, j'ai déchiré le voile,
Je t'ai désobéi, failli à ma promesse
J'voulais la vérité malgré toute ta tendresse.
J'avais besoin d'savoir, de voir par moi-même
C'que tu m'as avoué, après l'premier "je t'aime".
Tu m'l'as jamais caché, toujours été honnête,
Mais comme d'habitude, j'n'en ai fait qu'à ma tête.


Populace endormie, pas un bruit, pas un cri
Seuls les hurlements de tous les lycanthropes
Lorsque la pleine lune éclaire les chrysopes.
Silencieuse comme une ombre, pas à pas t'ai suivie
Jusqu' à cette petite grotte qui à chauqe lunaison
De tes métamorphoses protège les environs.

Deux-trois coups de baguette, l'entrée était scellée
Juste un infime espace pour mon regard glisser.

Aux premières douleurs, tu relèves la tête:
Souffrance des souffrances, tu sais quelle silhouette
Observe ton malheur, regarde couler tes larmes
Et la voix trop changeante, tu as juste murmuré:
"Puce, va-t'en d'ici, j't'en prie vois pas ça..."
Incapable de parler, mon ptit coeur s'afaissa.
La pluie coule de mes yeux, et mes joues sont baignées.
L'insouciance et le rire seront mes seules armes
Pour affronter ce monde où tout a basculé
Par manque de pudeur, excès d'curiosité...


Ces images me hantent, me hanteront toujours.
Je donnerai des milliers, milliers d'patacitrouilles
Et pour que sur tes joues un rire te chatouille,
Pour que tu en guérisses avant ton dernier jour.

On vante le courage de nous les Gryffondor;
Mais pourtant chez nul autre je n'ai vu tant d'bravoure
Tu résistes et te bats, pas à pas, jour à jour,
De l'amour dans ton coeur et dans l'regard de l'or...

Il y a tant à écrire pour faire ton éloge
Mais toi tu n'en veux pas, à cette règle j'n'déroge.
Pas de panégyrique, de discours éloquent...
Juste te dire qu'toujours, je t'aimerai Maman...

Ca dit tout, je crois.
Ma famille se résume essentiellement à ma mère. Gwen McEwan. Elle est tout pour moi. Son nom même sonne à mes oreilles comme celui d'un de ces elfes des légendes moldues.
On dit que je lui ressemble et c'est le plus beau compliment que l'on puisse me faire. Même silhouette longiligne d'éternel adolescent, même visage pointu, même crinière de boucles -ses mêches d'un noir lumineux encore épargnées par le poivre et sel de la vie-, même regard en amande. A mes yeux, c'est la plus belle femme du monde, même si l'abîme de ses prunelles vertes est trop souvent teinté du gris de l'amertume.

Elle n'avait que vingt ans quand elle s'est retrouvée enceinte de moi. C'est jeune pour hériter d'une telle charge. Ma mère m'a toujours caché le nom de mon père -que s'est-il passé entre eux pour qu'une telle douleur subsiste dans son regard?-, mais, même pour ça, je ne peux lui en vouloir... Elle a tout sacrifié pour moi. Sa jeunesse.

Et sa place dans mon coeur ets tellement grande, que loin d'elle, au début, j'avais l'impression d'étouffer. Mon premier jour à Poudlard -le 1er septembre 1991- a été la pire journée de ma vie. Je devais me séparer de celle qui avait été la partie constituante de ma vie, celle qui était mon univers, ma bouée de sauvetage les jours de déprime, mon rayon de soleil qui éclairait mes journées, celle qui m'écoutait, soignait les petits bobos d'un coup de baguette magique et d'un bisou-guérit-tout...





Mon PÈRE
........................... cet inconnu


Je ne sais rien de lui, hormis qu'il était à Poudlard en même temps que ma mère.
J'en veux à cet homme qui la fait pleurer et qui trace des rides sur ses hautes pomettes. Je me suis souvent demandée qui il est. Qui il était. Et pourquoi il a quitté ma mère. est-il mort? Ou vit-il quelque part sans se soucier de celle qui l'a aimé? Sans se soucier de sa fille.? De moi?
A-t'il trahi notre cause? Non. Non, m'a dit Maman, quand à neuf ans, j'ai rêvé que....


Mélusine McEwan (extrait du carnet des rêves) a écrit:

Rien.
Tout est noir.
Rien que la terre et le ciel.
Noirs la terre d'obsidienne et le ciel de plomb.
Rien que la terre, le ciel et le vent. le vent qui hrule et qui bouscule la frêle silhouette d'une petite fille. Frêle silhouette tremblotnte à la chevelure de feu. Elle.
Ses yeux sont grands ouverts, pupilles immenses où se reflètent les dizaines d'éclairs qui déchirent le ciel. Des éclairs sans tonnerre, menaces muettes d'un orage qui n'arrive pas, Avada Kedavra suspendus à jamais dans le temps.
Dans cet univers du vide où se déchaînent les éléments, un homme apparait. Ni grand. Ni petit. Ni mince, ni gros... Quelconque... D'un âge incertain. Mais Mélusine sait. Elle voit ses yeux, les siens propres sur le visage de cet homme, visage vide de tout autre appendice que ces deux grands miradors, volés à sa ffille.
Petite Zyn a peur. Elle sait que c'est son père. Elle le sent. Mais il n'y a rien de réconfortant à cette idée. Elle sait qu'il a tué tout le monde. Qu'il a tué sa mère...
Maman...
Et dans son champs de vision brouillé par les larmees, elle le voit qui lève sa baguette...

Ma mère était à mon chevet avant même que j'ai ouvert les yeux.
Non, mon père n'était pas un Mangemort. Et la lueur d'amour et de fierté qu'il y avait dans ses yeux, pendant cet infime instant où elle me parla de lui, acheva de me convaincre.
Mon père était à Poudlard il y a une vingtine d'années et il n'est pas un mage noir. Voilà tout ce que je sais de lui....

Et dans le regard de chaque homme, je cherche le quelque chose qui me dira que c'est lui. Tous les hommes y sont passés: les profs, les commerçants, et même les simples passants. Mon top 3? A vrai dire, ma préférence va sans hésitation à:
1. Eltanin O'Connell, batteur des Ballycastle Bats
2. Mr Bott fils (de chez Fleury et Bott... ma mère aime tellement les livres...)
3. Le professeur Lupin, un de mes professeurs préférés
Un peu de rêve n'a jamais fait de mal à personne. Du moment que ce n'est pas Lockhart ou Alhambra... (sur ce point, un coup d'oeil à ma peau pâle et à mes cheveux roux avhève de me rassurer)...

Mon père est et restera un inconnu....




Et j'en oubliai presque ce cher....


XAËL MCEWAN


Mon cousin préféré... Il faut aussi dire que c'est le seul... (le seul vrai en tout cas...) Ce n'est même pas mon cousin direct... Mais étant tous les deux enfants uniques et vivant à vingt mètres l'un de l'autre, nous avons passé toute notre enfance dans une ambiance plus que fraternelle.
Ce sont en fait ma mère et son père qui sont cousins. Mais nous sommes, Xaël et moi, la seule jeune famille chez les McEwan... Et c'est très bien comme ça...

Nous avons passé nos dix premières années à courir et crapahuter dans les colllines écossaises, lui le petit ange blond, moi le diable roux... Je crois que ma mère comptait un peu sur lui pour m'assagir... Je crois aussi que c'est moi qui ai finalement mis un peu de piquant dans son caractère....


Dernière édition par Mélusine McEwan le Lun 1 Mar 2010 - 9:02, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com/
Mélusine McEwan
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1650
Age : 32
Maison : Ancienne Gryffondor
Gain de Gallions : 11890
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Mélusine Mouna Maëwen Myrzam McEwan   Ven 22 Juin 2007 - 15:51

Ma famille (suite)
Désirés et indésirables...



Alexander Cohen
Mon Lex-à-moi-rien-qu'à-moi-mon-frère-de-tout-sauf-de-sang



    Toune d'été
    Version modifiée de la chanson Toune d'automne, des Cowboys fringants
    Pour Mélusine McEwan de la part d'Alex Cohen

    Comment ça va ma p'tite sœur ?
    Viens que j'te serre dans mes bras
    Pis, as-tu r'trouvé l'bonheur
    Dans ton trip in Australia ?
    Dans l'bout' c't'année y s'est pas passé grand'chose...
    C't'un peu morose...

    J'espère au moins qu'c't'ait l'fun là-bas
    Chus fier que tu m'aies pas ramené
    Un beau-frère de l'Alhambra
    Ça m'aurait un peu ébranlé
    Jure-moi donc que c'fois là tu restes à' maison... pour de bon

    Anyway chus content que tu r'viennes
    T'arrives en même temps qu'l'été
    Tsé qu'ça m'a fait ben d'la peine
    De t'voir partir ma beauté...

    Icitte y'a papa qui se r'met de sa p'tite opération
    T'aurais dû l'voir, y feakait, Fallait l'traiter aux p'tits oignons
    Et ta mère s'est inquiétée toute l'année
    À cause de toé...

    De mon bord j'ai décidé
    D'arrêter de végéter
    J'recommence à étudier
    On verra c'que ça va donner
    Mais tu m'connais chus pas motivé plus qui faut
    C'est pas nouveau...

    Anyway chus content que tu r'viennes
    T'arrives en même temps qu'l'été
    Tsé qu'ça m'a fait ben d'la peine
    De t'voir partir ma beauté...

    J'ai vu Jo le mois passé
    Ç'avait pas trop l'air de filer
    Y m'a dit qu't'avais pas appelé
    Depuis sa fête en décembre, hé !
    Si tu l'aimes p'us faudrait peut-être pas l'niaiser
    C't'un bon buddy

    Et puis toé ma p'tite soeur
    Es-tu toujours aussi perdue?
    C'est ti encore la grande noirceur?
    Ou ben si t'as r'pris le dessus?
    Tsé qu'la vie est parsemée de p'tites misères
    Faut pas t'en faire...

    Anyway chu content que tu r'viennes
    T'arrives en même temps qu'l'été
    Tsé qu'ça m'a fait ben d'la peine
    De t'voir partir ma beauté...

    Anyway chu content que tu r'viennes
    T'arrives en même temps qu'l'été


Tout a commencé l'été de nos quatre ans. Des vacances à Brighton. Dans le plus pur chic. Deux enfants uniques en quête d'un camarade de jeu. Et ça, y a pas à dire, Lex et moi, on s'était bien trouvé. Impossible de nous séparer pendant les quinze jours suivants. Tant et si bien que ce qui devait arriver arriva et ma mère rencontra son père.
Je sais ce que vous allez dire. Mais non. Pas de coup de foudre. Juste une discussion plaisante devant un jus de citrouille pendant qu'Alex et moi faisions des châteaux de sable (sans magie, c'est pas si évident. On a tendance à oublier ça quand on grandit).
La dernière semaine toucha à sa fin sans incident notable (si on oublie que j'ai balancé -allez savoir comment- une meduse sur le dos nu de Lex). Retour à la normale. Mon Lex est parti dans une école moldue. Je suis rentrée à Edimbourg avec ma mère qui jugeait, allez savoir pourquoi, qu'il était préférable de ne pas confronter cespauvres moldus à mon imagination intempestive.

On s'est revu à Noël. Grâce à nos parents qui avaient eu le bon sens de s'échanger nos adresses. Ca a été le début d'une belle période. Du haut de nos désormais cinq ans, on ne se rendait pas compte de grand chose. Mais on passait de plus en plus de temps ensemble. Ma mère et Mark Cohen aussi. On n'allait pas s'en plaindre. On passait tout notre temps libre soit chez l'un soit chez l'autre. Echangeant rires et cachotteries. Nos parents étaient amis. la vie était belle. Point barre.

Il a fallu attendre le printemps 1997 pour que quelque chose dans l'air commence à changer. Mais à sept ans, on n'est pas beaucoup plus observateur qu'à cinq. C'était plus Mark ou ma mère qui nous encourageait à nous voir plus souvent et ça nous allait très bien comme ça. Il n'empêche que, quand, en février 98, nos deux parents ont annoncé qu'on allait habiter ensemble, Lex et moi, on a pris ça avec le sourire sans vraiment se poser de question. Cool, et alors. Nos parents étaient heureux, nous aussi. Hasta la vista! Et hop, emménagement chez les Cohen.
Un an et demi plus tard, ils se séparèrent. Sans larmes. Maman et moi avons retrouvé Edimbourg. Alex et moi n'en parlions guère.

Et puis... et puis nos onze ans arrivèrent. Notre lettre de Poudlard aussi. Poudlard. Tous les deux. En même temps! Et le 1er septembre le confirma. Nous étions inséparables. Même le Choixpeau ne s'y était pas trompé. Gryffondor. Together. Envers et contre tout.





Les soeurs LaRoche-Elda


Il y a des découvertes dont on se passerait bien.
Fort heureusement, il aura fallu attendre ma septième année pour savoir que nous avons un ancêtre commun (très très lointain, je tiens à le préciser), je ne l'aurais pas supporté.... Pendant sept ans... dans les couloirs... L'horreur.
Non merci.
Qui a dit qu'on ne choisissait pas sa famille?


Dernière édition par Mélusine McEwan le Lun 1 Mar 2010 - 9:03, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com/
Mélusine McEwan
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1650
Age : 32
Maison : Ancienne Gryffondor
Gain de Gallions : 11890
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Mélusine Mouna Maëwen Myrzam McEwan   Ven 22 Juin 2007 - 15:51

Poudlard



Le 1er septembre 1990 fut une des dates les plus importantes de ma vie.


Il y a un avant et un après. Comme si ma vie avait été coupée en deux. Je crois que ça a été la journée la plus difficile de ma courte vie car je me sentais déchirée entre deux sentiments: entre l'attrait de la nouveauté, la curiosité et l'excitation de mon entrée officielle dans le monde de la Magie -et peut-être aussi la fierté d'appartenir effectivement à cet univers, de m'afficher comme telle- d'un côté, et de l'autre, la déchirure de la séparation, la douleur de quitter ce qui avait été ma vie entière pendant mes onze premières années. Je veux bien sûr parler de ma mère. Je crois que je n'avais jamais autant pleurer que ce jour-là.

Evidement, mon cousin Xaël était déjà élève à Poudlard, ce qui allégeait légèrement le poids de ma blessure. Voir sa silhouette se dessiner sur le quai 9 3/4 ce matin-là, était presque comme l'apparition d'un rayon de soleil après une semaine d'orage.

Le trajet dans le Poudlard Express a été des plus agréables, et a surtout eu le mérite de faire dévier mon coeur de la route de douleur sur laquelle il s'était engagé. De ce que je me souviens, j'ai passé le trajet Londres-Pré-au-Lard à harceler Xaël de questions sur Poudlard. Fraternellement, il avait renoncé à une discussion entre amis pour réconforter la petite fille que j'étais.





Est ensuite venu le moment que tout première année appréhende: la Cérémonie de la Répartition. Et comme tous les futurs élèves autour de moi, je jetais de furtifs coups d'oeil anxieux au morceau d'étoffe rapprécié. Serdaigle? Poufssouffle? Gryffondor? Serpentard...? Je priais tous les noms des grands Mages de ma connaissance pour ne pas atterir chez ces derniers. Je crois que j'en serais morte de honte sur place -ce qui aurait été dommage, le banquet avait l'air succulent-. Je n'avais aucun espoir quant à la maison des Lions. je ne m'étais jamais considérée comme quelqu'un de courageux, juste un peu...farfelue. Je n'avais également aucune prétention pour Serdaigle. Je ne suis pas une fan des livres comme ma mère et mon cerveau a une taille tout àfait raisonnable. Je pensais donc être envoyée, en toute honnêteté, à Poufsouffle. A mes yeux, aucune des trois maisons n'étaient meilleure qu'une autre et mon cousin n'avait que du bien à dire des Blaireaux, alors, pourquoi rêver de quelque chose d'inaccessible... Néanmoins...

@Choixpeau magique a écrit:

Ma chère Mélusine Mouna Maëwen Myrzam, tout d'abord laisse moi reprendre mon souffle Le Enki . Voyons, je vois en toi de nombreuses qualités qui sont propres à Godric, il me semble donc normal de t'envoyer à Gryffondor !






Le premier mois a été extrèmement difficile, entre la journée -ces nouveaux cours, les nouveaux profs, Rogue qui m'effrayait au plus haut point et l'anonymat distant dans lequel tous les premières années se trouvent- et les soirs que je passais à pleurer, longtemps après qu'Hermione, Camille et les autres se soient endormies. J'avais les yeux cernés et le regard d'un renard aux abois.

Mais le temps a passé, la douleur a perdu de son tranchant, les couloirs de leur froideur. Le sourire est revenu sur mes lèvres et j'ai retrouvé ma bonne humeur et mon éxubérance naturelle. Mais surtout, durant ce mois de décembre 1991, j'ai rencontré Nélie VanKaster, Gryffondor de deuxième année, qui m'a prise sous son aile, qui m'a réconfortée le soir... C'est grâce à elle que le tout Poudlard a pu assister à la renaissance de Mélusine Mouna Maëwen Myrzam McEwan.



Et le renard a trouvé ses petits princes....


Dernière édition par Mélusine McEwan le Lun 1 Mar 2010 - 9:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com/
Mélusine McEwan
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1650
Age : 32
Maison : Ancienne Gryffondor
Gain de Gallions : 11890
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Mélusine Mouna Maëwen Myrzam McEwan   Mer 6 Aoû 2008 - 11:36

Drôle de prince que celui-là.

James Liam Alhambra
Mo cridh


hein qu'il est beau?

'Un regard de lui fait chambouler mon coeur.
Comme le jus d'citrouille, il m'apporte la douceur.
Saparole est de miel, son regard chocolat,
Délicieuse brûlure au creux de l'estomac.

Et l'amour avec lui, c'est comme du piment:
Une soif inextinguible qui, par enchantement,
Eruption gustative, donne à la vie c'piquant
Qui ravive le goût et réchauffe le sang...

Ses cheveux sont réglisse, sa bouche est caramel,
Ses baisers un délice et ses larmes hydromel.
Sa peau est gianduja et ses yeux sont d'amande...
Aujourd'hui, je m'l'avoue, c'est sûr, je suis gourmande.

Il y a quelques fois où il est plaisant de se tromper.
James est ma plus belle erreur.
L'amertume remplacée par le miel.


Il faut dire que nore première rencontre officielle ne s'est pas déroulée sous les meilleures auspices. Officielle, parce que, bien sûr, nos regards s'étaient déjà croisés plusieurs fois, iris de papier glacé et pupilles bleues parcourant avidement Le Quidditch pour les Nuls (éd. 2006) et autres Balai Mag. Personne n'ignore qui est James Alhambra, son "regard de braiseé, sa carrière à faire pâlir n'importe quel ambitieux. (à moins d'avoir vécu les dix dernières années dans une grotte au milieu du Pôle Nord ou bien au fond du marécage en compagnie des quelques créatures aquatiques incapables d'articuler le mot "Quidditch"). Ni son parcours jonché de fans énamourées. Rage

Oui, mais moi, j'étais supporter des Harpies.

Notre première scène sur le grand théâtre de la vie était une scène d'adieu. Je n'ai jamais aimé faire comme tout le monde.
Et avant de l'aimer, je l'ai haï plus que De Lansley parce que.. parce que la collision de deux forts caractères se fait rarement sans étincelles. Et parce... ça me paraît tellement bête maintenant... parce que, parce qu'il a fait ce que jamais personne n'avait osé avant lui. Il m'a prise dans ses bras. Il m'a regardée. Vraiment regardée. Et il m'a embrassée.
Pour de faux. J'étais Antistayed. Il était Hémon. Rien que des faux-semblants. Mais j'avais oublié. Et il l'avait fait. Alors qu'il ne m'aimait pas. Alors que je n'étais rien pour lui. Rien qu'un faux-semblants. Un petit rôle pour un prof fraîchement débarqué.
Les rêves sont fragiles. Je n'ai jamais cru au Prince Charmant. Mais je lui en ai voulu. De m'avoir volé mon premier pas dans l'amour. Si j'avais su...
Et je lui en ai voulu quand il a opposé sa colère à mon merci.
Et je lui en ai voulu, quand le lendemain soir, il s'est montré compréhensif et m'a offert une part de rêve. Un secret. Il m'a offert la magie des lucioles. Et parce qu'il a eu, à un moment, ce regard d'enfant, j'ai accepté la main qu'il me tendait.

Il y a eu l'Australie. Gain de la Saint Valentin. Ironique.
Deux jours loin du château, entre la mer et le Quidditch.
Ce sont des beaux souvenirs. Ensoleillés.
On a parlé.

Alors, plus tard, même si devant les autres, je mimais la hargne et la colère (ils n'avaient pas à savoir), dans les moments que nous passions seuls, je lui offert mon amitié, en échange de la sienne. Sans me rendre compte que je guettais son regard sur moi, que je cherchais son approbation. Et que Jonathan cédait lentement sa place.
Pathétique, n'est-ce pas, l'élève qui tombe amoureuse de son prof? Je le pensais aussi. Ca passera. Surtout qu'il m'avait avoué qu'il en aimait une autre. Une inaccessible. Je compatissais. Et pour cause...

Après, tout s'est enchaîné, je ne sais plus comment. Les images se brouillent. Rêves et réalité se confondent. Vouloir fuir et demeurer en place.
Disons que ma mère et moi n'aurons plus jamais la même vision de la cabane hurlante.

Le reste? Bah... le reste, c'est personnel.
Essayez de me demander pour voir.
Evil



Dernière édition par Mélusine McEwan le Lun 1 Mar 2010 - 9:04, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com/
Mélusine McEwan
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1650
Age : 32
Maison : Ancienne Gryffondor
Gain de Gallions : 11890
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Mélusine Mouna Maëwen Myrzam McEwan   Lun 29 Sep 2008 - 17:13

Mes amis



Mon Petit Prince numéro Un
Celle qui est tout, pour toujours et à jamais
....... Ma meilleure amie si vous voulez....

MAUDE ANDERSON

Ma Lullaby


Nous nous sommes croisées pour la première fois un douze août, chez Ollivander's, alors que nous achetions chacune notre première baguette magique. Elle, sans doute trop intimidée pour parler, moi, trop excitée pour me concentrer sur quoi que ce soit.
La deuxième fois que je l'ai croisée, je ne lui ai pas parlé non plus. Je l'ai même à peine remarquée. Circonstances obligent. Le premier septembre 1990 était une date à part pour nous deux....

Non... On a vraiment fait connaissance au milieu des plumes volantes et des Wingardium Leviosa qui fusaient. Cours du Professeur Flitwick bien sûr.
Comme souvent dans les rencontres, on se dit que ça aurait pu se passer avec n'importe qui, n'importe où et n'importe quand. Mais je ne suispas d'accord. L'amitié est comme un arbre: il ne pousse pas partout ni à n'importe quelle saison. Et cette amitié-là ne puvait naître qu'avec Maude Anderson.

J'étais donc assise là, à accomplir quelques ridicules mouvements du poignet, chuchotant du latin avec ferveur, assise à côté d'une jeune fille que je ne connaissais ni de Morgane ni de Merlin. Bref, le cours passionant de base. Puis, à un moment donné, dans un sychronisme parfait, nous avons tourné la tête l'une vers l'autre, nos regards se sont croisés une fraction de seconde.... Puis la chose la plus improbable.... Nous avons éclaté de rire...!
Et c'est comme ça que tout a commencé. En ce cours de sortilèges du 31 octobre, nous avons versé la première mesure d'eau sur cet arbre qui n'était encore qu'une graine et qui nous abrite aujourd'hui toutes les deux.

Que dire des six années qui ont suivi? Comment résumer l'amitié en quelques lignes? Comment contraindre quelque chose qui nous dépasse à se plier dans quelques termes bêtement terre-à-terre....?
Je l'aime pour ce qu'elle est.... Quelle plus belle définition de l'amitié...?


(extrait du cahier des rêves) Mélusine McEwan a écrit:

Dans la petite demeure familiale, Gwen et Mélusine McEwan n'étaient plus les deux seules silhouettes assises à table pour ce petit déjeuner dominical. Ses yeux noisettes encore brumeux de sommeil, sa tête penchée en appui sur sa main, Maude McEwan échangeait unregard amusé avec sa jumelle, McEwan la rousse.
Maude McEwan? Ou bien Mélusine Anderson?
Car la silhouette de M. ANderson était apparue en face de 'leur' mère.
Un cri de mouette... les deux jeunes filles se retrouvaient soudain enfants, se tenant par la main et courant dsur la plage en criant comme des folles... Un cerf-volant ressemblant à s'y méprendre à Albus Dumbledore riait doucement, tandis que les vagues venaient lécher leurs maigres chevilles...



Mon PPPP (Petit Prince un Peu Particulier)

Jonathan Mateo

Sherlock


C'est lui qui m'aura offert la sécurité d'un premier amour.
Parce que je pouvais l'aimer dans mon coin, apprendre à sentir battre mon battre, sachant que la seule personne capable de le briser n'était autre que moi. A me gaver d'espoir, à lire dans un sourire les promesses qu'il ne me dirait jamais. Je savais qu'il ne me ferait jamais de mal. Il a toujours été gentil avec moi même si je doute qu'il ait un jour deviné ce que je ressentais pour lui. Pratique, parfois, de rougir devant n'importe qui.
Puis le vent a soufflé, emporté au loin les dernières étincelles qui ne demandaient, au fond, qu'à s'éteindre.
Il est devenu mon meilleur ami. Doucement. Lentement. Parce que, quand un amour meurt, on n'a plus que deux choix: l'amitié ou la haine. J'ai choisi de l'aimer. Encore. Différement. Je ne choisis pas d'encore rougir.
C'est mon ami, donc. Avec toute la réserve que cela sous-tend parce qu'il est encore un garçon.

Maintenant qu'il n'est plus au château, on s'écrit. C'est plus facile dans un sens. Pour moi, je veux dire. Il n'y a pas ce fouillamini de vieux sentiments et de souvenirs qui vient tout embrouiller.

Mais, les moments passés ensemble sont de bons moments. De beaux moments. Et ça me suffit.



Althea Belrin
Banana



Avec elle, c'est simple! Pas besoin de se parler, on se comprend d'un regard.
Gryffondor, batteuses et rousses, on est sur la même longueur d'onde.
Partenaires à la vie à la mort.
Les trolleries, on les fait ensemble et on partage les punitions.
Même humour, mêmes idéaux.

Je sais même plus comment tout a commencé. Il me semble qu'elle a toujours été là, partante pour tout, ma motivation incarnée...
Avec elle (et Luna), on a délivré Dumbledore. (oui, bon, comme ça, ça paraît un peu... orgueilleux... mais ça n'avait rien d'une partie de plaisir). Ensemble, on mis l'ambiance chez les Gryffys. Ensemble, on a fait la chasse aux cognards. Ensemble, on a fêté les victoires et essuyé les défaites. Ensemble, on lutté contre la BRIME. Ensemble, on a été renvoyées. Ensemble, on a lutté, organisé la résistance et fondé la LIBERTE (Ligue Inter-Blason pour l'Epanouissement et le Respect Total des Elèves). Ensebmble, on a été réintégrées. Et ensemble, on a participé au 'départ anticipé' des BRIMEURs.
Envers et contre tout.




Dernière édition par Mélusine McEwan le Lun 1 Mar 2010 - 9:04, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com/
Mélusine McEwan
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1650
Age : 32
Maison : Ancienne Gryffondor
Gain de Gallions : 11890
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Mélusine Mouna Maëwen Myrzam McEwan   Lun 29 Sep 2008 - 17:16

Luna Lovegood*
Tic-tac


La troisième folle du trio.
Même folie douce, même aptitude à le rêverie. Poudlard sans Luna serait... pas Poudlard. Triste. Froid. On s'amuserait moins.
Elle fait rire les autres ma Luna. Faut dire que les Ronflaks, y a pas grand monde qui y croit. Mais si on croit que ce qu'on voit...

Elle, au moins, elle est partante pour toutes les aventures. Même les plus folles.
Jamais elle ne me regardera avec un air de 'tu dis n'importe quoi'. Et ça, c'est vraiment... inhabituel... plaisant.
On était déjà plutôt copines quand elle nous a demandé à Althéa et moi de l'aider à délivrer Dumbledore. Sans doute parce que les autres ne l'auraient pas prise au sérieux. Dumbledore! Enfermé dans une fiole! Mais peut-être aussi parce qu'elle nous faisait confiance. J'aime cette idée.
En tout cas, une chose est sûre, une action de ce genre, menée à trois, ça crée des liens. On n'est pas inséparable mais on sait qu'on peut compter les unes sur les autres. Qu'on sera là en cas de besoin. Je crois que c'est vraiment ça l'amitié.



Elliot O'Malley
Billy Oma



Disons que sept années à partager cours et TPs, ça finit par créer des liens. Surtout quand la personne est ouverte et souriante et possède un solide sens de l'humour.
Je l'ai longtemps juste considéré comme un bon copain. Toujours cette histoire de rougissement qui m'embouse quand j'approche un gars. Trop gênant pour chercher la cohabitation. Et puis, on n'était pas dans la même maison. Alors, forcément, tout va plus lentement.
On se parlait, comme ça, au détour d'un couloir, au-dessus de mon chaudron qui jetait des drôles de vapeurs. Jusqu'ici, c'est plutôt banal. Tout le monde connait tout le monde à peu près à ce niveau après avoir passé quelques années au château.

Et puis, un matin en début de septième, il était seul à sa table de Serdaigle, Gryffondor manquait d'adeptes gustatifs et j'avais juste envie de lui parler. Ni une ni deux: 'Salut Billy'. Un ou deux grognements plus tard (il paraît qu'il faut dire 'Oma' Le Théo ), quelques sourires et un je-ne-sais quoi dans l'air, le temps qu'une Verte (oui, je sais) nous rejoignent et il nous pondait une idée de fou pour passer le temps.
Je sais pas comment expliquer ce qui s'est passé après. Un jeu de rôle grandeur nature où chacun de nous trois s'est retrouvé brusquement vulnérable. Alors, la présence des deux autres, à nos côtés, est venu créer quelque chose. C'est bête de parler de lien... Mais... mais je crois vraiment que quand on vit quelque chose particulier dans une certaine intensité émotionnelle, bêtement, nos rapports à ces gens se transforment. On peux pas mettre vraiment de mots dessus et Elliot n'est pas subitement devenu un ami intime à qui je confie tous mes secrets. Je suppose que c'est plus subtil.

Peut-être que, tout simplement, je l'aime bien et que je me sens bien avec lui. Même si je rougis toujours.




Eden Sanders
Sandy



Pour ainsi dire, ce sont nos estomacs qui nous ont rapproché. Certains communiquent d'esprit à esprit, nous, ce sont nos sucs gastriques qui sont rentrés en phase...

Bien sûr, fan de chocoat et adepte du Quidditch (Gryffondor de surcroît), Eden Sanders avait déjà toute ma sympathie. Mais ce soir-là...

Morphée et son ami le marchand de sable avaient déjà embarqué Poudlard pour un énième périple au pays des songes. J'y avais fait un bref séjour jusquà ce qu'un gargouillement sonore me rappelle à l'ordre. Mes papilles gustatives ayant toujours eu la priorité sur mes neurones, le temps de papilloner une ou deux fois et j'étais déjà dans la salle commune... juste à temps pour tomber nez-à-nez avec Eden.
Entre affamés gastronomiques, nous nous sommes vite comprises et, en moins de temps qu'il n'en faut à un vieil elfe malade pour transplaner, nous étions installées en compagnie d'une collation tout ce qu'il y avait de plus convenable.

Quelle heure était-ce?

Aujourd'hui, le souvenir de la conversation qui s'ensuivit n'est plus qu'un flou immense. Etait-ce la langueur dûe à la digestion? La semi-obscurité dans laquelle nous étions plongées? Ou bien les barrières dressées face aux autres qui se font plus fragiles une fois le nuit tombée?
Le self-control a cédé sa place au besoin de se confier. Une enfance solitaire. Un père sans visage qui a brièvement croisé la route de nos mères sans jamais vouloir faire un pas sur la notre.
Ca n'était peut-être que des mots... des maux échangés au coin d'un feu vacillant... ls apparences, encore et toujours. Nos vies se faisaient écho à leur manière. Son regard était vif malgré l'heure avancée et son sourire me plaisait.

En une nuit, elle avait gagné, sinon mon amitié, mon respect et ma confiance.
Nous n'avons plus jamais reparlé de ça, ni même évoqué cette soirée, mais c'était là, quelque part en nous, comme quelque chose de précieux et de secret qu'il fallait préserver.

Inconsciemment, je me suis mise à chercher sa compagnie. Petit à petit. Un début d'amitié. Un petit bourgeon. Je regrette de devoir quitter ma maison avant d'avoir vu cette fleur éclatante de maturité.

Fille de Godric, je reste, envers et contre tout, à Poudlard.
Alors, qui sait?

Entraînement des Gad' ° Gryffondor/Serdaigle ° L'après-match ° de Billy à Logan ° La bataille de Poudlard ° A la recherche de la nouvelle star ° La bande de copains



C'est une des grandes lois de l'équilibre naturel: pour chaque blanc, il faut un noir.


Dernière édition par Mélusine McEwan le Lun 1 Mar 2010 - 9:05, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com/
Mélusine McEwan
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1650
Age : 32
Maison : Ancienne Gryffondor
Gain de Gallions : 11890
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Mélusine Mouna Maëwen Myrzam McEwan   Lun 29 Sep 2008 - 17:16

Mes ennemi(e)s


Sacha de Lansley Le McEwan
Monsieur.
Classement MMMMME*: XXXXX


Rien à dire.
Ce serait trop long.

Ca veut dire que j'ai une flemme monumentale. Un jour, peut-être, turlututu..



Charlotte Leonhart
Madame
Classement MMMMME: XXXX


Adversaires de batte. Adversaires tout court. Même poste. Même hargne. Même année.
Mon anti-thèse personnelle.

Je crois qu'on s'est détestée dès le premier regard (à croire qu'on tombe en haine comme on tombe en amour). Le deuxième peut-être. Bref, c'est sans importance.

Je méprisais le quart de l'école. Autant dire que j'étais bien occupée. Trop pour lui accorder vraiment mon attention avant ma sixième année. Evidement, je ne sais pas que c'est précisément cette année-là qu'elle a changé.
Alors, de mon point de vue, c'est surtout le premier match qui a tout déclenché. Notre premier match respectif. Juste l'orage qui a permis au germe d'éclore. Le germe de la discorde.
Match mémorable. Ecrasante défaite pour les Rouges. Impardonnable.

D'adversaire agaçante, Leonhart est devenue ennemie jurée. Belle histoire n'est-il pas?
Et ça ne faisait que commencer. On s'arrête trop souvent au rituel "elles se haïrent et se foudroyèrent du regard jusqu'à ce que le mort les sépare", blablabla. Mais la suite après le mot "fin" est toujours plus palpitante. Un peu d'action au milieu d'une semaine de cours aussi sombre et déprimante que l'estomac d'un veracrasse (vous le saviez, vous, que les veracrasses n'aimaient pas le jus de citrouille? Ceci explique cela. Enfin, au moins le "déprimant"...). Un prétexte pour se friter et vive le défouloir! Ma partie n'est pas toujours équitable mais qu'importe si ça se fight! Dans les couloirs, en cours, en retenue...
A Poudlard, il fait bon d'être daltonien.
Ah! Et j'oubliais presque... J'ai aidé à envoyer son cher-et-tendre à Azkaban. Vous voulez une bonne nouvelle? Ils m'en veulent.
C'est beau, l'amour, hein?




[size=18]Mark Resanld]
A.T.
Classement MMMMME: XXX



A.T., ça veut dire l'Autre Troll. (hein que ça lui va bien?)
Encore une autre histoire un peu compliquée.
Le pays du bonheur, ça doit être d'un ennui comparée à ma vie.
Alors, Resnald. En quelques mots: Vert. Mec. Capitaine. Ca devrait suffir à décrire la situation.

Et ça, c'est de moi:
    "Resnald était un gars.
    Resnald était un Vert.
    Resnald était préfet.
    Resnald était capitaine des Verdâtres.
    Mélusine n'aimait pas Resnald."

Admirable de concision. Ca, c'est du condensé d'informations. Vous trouverez pas mieux ailleurs.

Bon, le souci, c'était que c'était AVANT la potion (maintenant, c'est pire).
Parce que ma charmante amie Althéa a souvent de bonnes idées. Souvent, ça veut dire pas toujours. En fait, je ne lui en connais qu'une seule mauvaise. Le filtre d'amour destiné à Resnald et moi.
Je vous laisse imaginer ce que ça peut donner.
Il n'empêche que l'après était gênant et douloureux et me donnait des envies de serpentaricide. C'est malheureusement pas le genre de souvenirs qu'on peut effacer d'un coup de baguette magique. J'ai pourtant essayé.




Purdey LaRoche Elda
La cousine
Classement MMMMME: XXX



Je vous ai déjà parlé de ma "chère" cousine? Ben, je vais pas recommencer. Evil



Shan Evans
...
Classement MMMMME: XX





Jörgen O'Brian
Le petit fjörd
Classement MMMMME: X



Boulet...



    Classement Mélusine Mouna Maëwen Myrzam McEwan

  • XXXXX = spécimen dangereux mais intéressant
  • XXXX = faire preuve de prudence. Créature fière et susceptible. Distrayant.
  • XXX = contrariété comique
  • XX = amusant
  • X = ennuyeux


La suite ici: http://back-to-hogwarts.forumactif.org/biographies-f42/melusine-mcewan-t47.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com/
Mélusine McEwan
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1650
Age : 32
Maison : Ancienne Gryffondor
Gain de Gallions : 11890
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Mélusine Mouna Maëwen Myrzam McEwan   Jeu 8 Avr 2010 - 9:21

10 moments-clefs



1.Il paraît que c'est aussi ça, grandir...
    Le souvenir gênant de ce moment où tout change.
    Alex et moi étions en 2ème ou 3ème année. C'est le moment où tout a cafouillé, où tout s'est embrouillé. La cause de six longs mois de silence et de manque.
    J'étais soudain trahie par ce corps qui se transformait sans qu'on lui ait rien demandé (surtout pas moi). Les relations perdaient de leur simplicité et de leur limpidité pour devenir alambiquées.

    Si c'était ça, grandir, ça ne m'intéressait pas.

    Tout devenait sous-entendus et envies bizarres. Incontrôlables. Où était passé le bonheur simple de respirer à grands poumons et de décharger le trop-plein dans un éclat de rire?
    Alors, je regardais les autres, me dupant toute seule. Je les regardais du haut de ma forteresse imprenale, de ma place forte d'enfance et je pensais tout bas: "un jour, vous serez tous des adultes et ce sera bien fait pour vous!" (dixit Pierre Richard dans je-sais-plus-quel-film).
    ...
    Jusqu'au jour où j'a chaviré, pour me débattre en eaux troubles, manquant de m'y noyer et de faire couler l'affection de mon presque-frère avec moi.
    Aux 17 ans d'Alexandre, on y a repensé avec un sourire en coin.
    J'avais une pointe d'amertume au coeur. Enfouie. Dissimulée. Invisible.

    °Parce que les dents de sagesse, ça fait mal°


2.Sauver le monde Dumbledore


[color=red]3.James.../color]


4.Rouge et Vert


5.La déclaration


6.La barre est haute


7.Oma


8.Les enfants de la LIBERTE


9.Qui aime bien... ah non, c'est pas ça.


10.Le Combat Blanc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com/
 
Mélusine Mouna Maëwen Myrzam McEwan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1 -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard - Ecole de Magie :: Portraits des Personnages-
Sauter vers: