Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Le Narrateur] Les cicatrices de Callisto

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Narrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 63
Maison : Aucune
Année : Aucune
Gain de Gallions : 12341
Date d'inscription : 17/08/2006

MessageSujet: [Le Narrateur] Les cicatrices de Callisto   Jeu 30 Nov 2006 - 4:07

Réservé Draconia Darkus et Terence Orphens - à commencer quand ils auront le temps; c'est la suite de l'intrigue d'Artémis.

Le but: La Narrateur propose une situation de base autour de laquelle des personnages vont improviser une situation selon les contraintes proposées.

star Contraintes sujet:

Nombre de participants: trois maximum hors modérateurs et dont Draconia et Terence
Maisons des participants: que des couleurs différentes, aucun Serpentard à part Draconia
Sexe des participants: On se le demande bien Le Dumby
Modérateur participant: Baten Kaïtos Céti et/ou Pr. Kite Byron
Lieux possibles: Infirmerie + Passages secrets
Ambiance générale du sujet: Fleur bleue, naaaah !! Je vous taquine. Comédie Dramatique, ça vous irait ?

star Contraintes de jeu:

Les joueurs auront chacun une action, un objectif, un obstacle différent, qui devra dès le premier post démontrer leur choix (cela n'empêche pas d'avoir d'autres actions, action signifiant attitude et/ou façon d'agir)

Draconia:
Action: Montrer de la sincérité
Objectif: (On te le communiquera secrètement par MP, écris nous quand tu es prête)
Obstacle: La fierté

Terence:
Action: Mentir
Objectif: (On te le communiquera par MP, dès que vous serez prêts)
Obstacle: La douleur physique


star Contraintes littéraires:

- Rhéthorique: placer le plus de figures de style possible (anaphore, oxymore, comparaison, métaphore, allitération, assonance etc... bref, un langage imagé)
- Caser des phrases: Caser au moins huit des citations de Mowana
- Personnes à caser pour Draconia: Elinor, Ecko, La mère de Draconia
- Personnes à caser pour Terence: Sacha, June, Abi
(Cela signifie que vous devez citer des anecdotes se rapportant à ces Chouchous et personnages ou alors y faire référence "vocalement")
- Temps de la narration: Narration au présent ou au passé simple
- Taille des posts: 10 lignes minimum

star Situation:

Temps: - mardi 18 décembre, 20h
Passé immédiat (= ce que les personnages ont fait avant le début du sujet):

Terence s'y attendait. Comme chaque année depuis qu'il a 7 ans, les cicatrices qui naissent sur son corps saignent et les nouvelles apparaissent tout au long du mois de décembre. A cause de cette anomalie magique et encore inexpliquée, dès le matin du premier décembre, il n'a pu sortir du lit.

Depuis que la Potion d'Artémis a provoqué la métamorphose quotidienne (garçon le jour, fille la nuit) dont il fait l'objet, il est obligé de dormir dans un dortoir à part. C'est à proximité de l'infirmerie que cet ancien dortoir a été réhabilité pour plus de facilité quant au suivi médicomagique que devait subir le septième année.

Cependant, le mois de décembre est un mois particulier et Terence va et vient entre l'infirmerie et son dortoir depuis maintenant presque trois semaines. A l'abri des regards indiscrets, Baten essaye de promulguer les soins nécessaires au jeune homme. Pomfresh s'en occupait les années précédentes or, devant cet événement médical surprenant, le jeune infirmier se trouve souvent dépourvu.

L'ancienne infirmière a disparue étrangement au mois d'août sans laisser de traces. Baten a peiné à trouver le dossier de Terence dans le rangement de Pompom Pomfresh, les informations quant au soins qu'on lui donnait étaient très minces: éponger le sang qui ne cessait de couler, beaucoup de fruits et de produits sucrés à ingérer, des pansements de feuilles de Sytherlaps sur les nouvelles blessures, souvent plus profondes que les anciennes etc.

Aucune potion ne pouvait calmer la douleur très longtemps ou faire définitivement cicatriser ces blessures arrivées de nulle part. Mis à part les migraines, Baten ne pouvait rien soigner de façon définitive. Il fallait attendre la fin de ce mois douloureux en limitant la douleur.

Le professeur Kite Byron très au fait de ce qu'il se passait (avec son esprit pervers que même que c'est principalement son intrigue tout ce boxon... il a un peu eu de l'aide de Bat... vi et de moi aussi ^^ Mais c'est Egon qu'a tout fait !!!) secondait Baten durant ce mois difficile. Parce qu'il avait mis la potion au programme, sans se renseigner sur la probabilité qu'un seul de ses élèves puissent réunir les trois conditions d'Artémis, il se sentait très fautif (tu parles).

Le Serdaigle n'était pas en reste d'attention puisque chaque soir après les cours, Ecko venait lui lire ses notes qu'elle n'avait jamais mis autant de rigueur à tenir à jour. Elle voulait l'aider pour lui éviter d'avoir trop de retard l'année des BUSE. Il avait eu les visites de quelques uns de ses camarades qui ne comprenaient pas réellement ce qu'il lui arrivait mais qui compatissaient (Poesy, Sakura, Icare, June, Elinor peut-être pas...)

Sans doute que la personne dont la présence lui était la plus importante était Draconia laquelle se débrouillait souvent pas ne pas venir en même temps qu'Ecko. L'inverse était vrai aussi...

Chose surprenante en ce mois de décembre: Terry prenait la place de Terence dans la journée, sans prévenir. Il pouvait passer de l'un à l'autre en moins de deux minutes sans crier gare. Souvent cela suivait l'ouverture ou l'apparition d'une nouvelle cicatrice. Le système avait complètement déraillé mais le soir, il était de nouveau un garçon, chose qui ne lui était pas arrivée depuis trois mois, bientôt quatre.

A partir de ces éléments-là, arrangez vous avez les autres joueurs concernés pour être tous raccord. Arrangez vous entre vous pour être d'accord sur d'autres détails que nous laissons à votre appréciation.


______________________________


En ce mardi 18 décembre, Terence s'était changé quatre fois en Terry et n'était resté fille que l'espace d'une petite heure à chaque fois. Il avait décidé de passer la journée à l'infirmerie pour être proche de Baten afin que ce dernier lui administre un calmant en cas de douleur trop intense. Ecko était passée vers 17 heures pendant qu'il était Terry mais il n'eut aucune autre visite.

Vers 19h30 le responsable de l'infirmerie avait lui aussi quitté son poste pour aller dîner en promettant au jeune homme de revenir voir dans une heure si tout allait bien avant de rentrer chez lui. Il avait donné à Terence une boisson calmante au cas où la sixième cicatrice nouvelle apparaîtrait.

Le château était très calme depuis la disparition du professeur Vector et du professeur Bennett la même nuit. Tout le monde devait impérativement rejoindre sa Salle Commune à 20h30. Draconia avait tout juste trentre minutes avant de devoir retourner dans sa Salle Commune. Elle décida alors de passer voir le Serdaigle.

La septième année, tout comme Ecko, à force de venir le voir régulièrement, avaient pris l'habitude de soigner les blessures et de changer les pansements. D'un coup d'oeil, elle pouvait remarquer que les pansemants venaient d'être changés, que le calmant était toujours sur la table de chevet du petit lit d'infirmerie caché derrière les pendrions blancs des malades.

Cela faisait deux jours qu'elle n'avait pas pu venir le voir. La jeune femme était entrée dans l'infirmerie tandis que Terence s'était endormi. En refermant la porte derrière elle, elle ne s'aperçut pas qu'un étrange brouhaha s'élevait dans les couloirs. Ni l'un, ni l'autre ne le savait encore mais une autre personne venait d'être enlevée.

...

Draconia commencera puisqu'elle a les yeux ouverts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Draconia Darkus
Adulte
avatar

Nombre de messages : 410
Maison : Ancienne élève de Serpentard
Année : 1ère Année - Unicorn Ring
Gain de Gallions : 12723
Date d'inscription : 09/04/2006

MessageSujet: Re: [Le Narrateur] Les cicatrices de Callisto   Mar 12 Déc 2006 - 13:16

L’astre de nuit baignait la pièce d’une lueur paisible. La porte du bureau laissée entrouverte laissait penser à la jeune femme que l’infirmier était absent en raison de l’obscurité qui y régnait. Rien ne venait briser cette atmosphère tranquille, pas même l’avancée de la jeune femme.

Elle se dirigea silencieusement vers le seul lit entouré de rideaux blancs, sans la moindre hésitation. En effet, cela faisait presque trois semaines qu'elle se rendait à l'infirmerie aussi souvent que possible. Elle avait pris l'habitude de venir le soir, après le repas, ou dans la journée, lorsque son emploi du temps le lui permettait. Elle évitait, en revanche, de passer par le troisième étage tout de suite après les cours. Elle n'aimait pas l'idée qu'il passe du temps avec
elle mais elle se contentait d'ignorer ce détail insignifiant, se refusant de faire surgir le monstre aux yeux verts qui sommeillait en elle.

Arrivée au chevet du jeune homme, elle déposa le paquet qu'elle avait apporté avec elle au pied de la table. Elle était quelque peu déçue de le trouver assoupi parce qu'elle n'avait pas pu venir lui rendre visite ces deux derniers jours et parce qu'il lui faudrait retrouver la sécurité de son dortoir dans moins d'une demi heure.

Alors, elle prit place sur le fauteuil installé près du lit. Cela lui donnait une occasion d'observer son visage endormi dont les traits étaient détendus bien que parfois entrecoupés d'un froncement de sourcil ou d'une contorsion de douleur. Le verre encore plein déposé sur la table de chevet lui indiquait qu'il n'avait pas pris son filtre Calmant.

Sa main caressa furtivement son front pour remettre en place quelques mèches de cheveux. Elle n'était même plus étonnée de le voir sous sa forme normale bien que la nuit soit déjà tombée. Il pourrait d'ailleurs se retransformer en Terry à tout moment. Au fond qu'il soit en Terry ou Terence, il restait la même personne qui ne se privait pas de râler régulièrement. Curieusement, elle s'était habituée à passer du temps avec Terry et la première fois qu'elles s'étaient embrassées, et bien, cela n'avait pas été aussi repoussant qu'elle aurait pu se l'imaginer. Mais elle préférait Terence parce que c'était moins troublant psychologiquement.

Elle s'aperçut qu'elle venait de prendre sa main chaude dans la sienne, plus fraîche. Elle ne put s'empêcher de remarquer qu'exactement un mois venait de s'écouler depuis l'épisode du parc mais qu'elle ne s'était toujours pas habituée à certaines démonstrations d'affection. Elle restait toujours un peu surprise voire décontenancée lorsque Terence la prenait dans ses bras. Après tout, on n'avait jamais été très affectif chez elle. Elle n'avait pas été élevée dans une famille où chacun s'étreignait ou s'embrassait pour simplement se dire bonjour, montrer qu'on tenait à l'autre ou juste parce qu'on en avait envie.

Le regard un peu perdu sur le torse du Serdaigle qui se soulevait doucement au rythme de ses ronflements sa respiration, Draconia venait de porter la main qu'elle tenait délicatement contre sa joue. Mais qu'importe, elle la laisserait reprendre sa place initiale au dessus du drap blanc aux premiers signes d'éveil de Terence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terence Orphens
Adulte
avatar

Nombre de messages : 536
Maison : Serdaigle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12759
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: [Le Narrateur] Les cicatrices de Callisto   Mar 12 Déc 2006 - 21:31

Ses sinistres cauchemars plongeaient Terence dans une double douleur. Physiquement, il avait eu du mal à survivre cette journée. En trouvant enfin le sommeil, il s'était demandé si la douleur n'avait pas crû avec les années. Mentalement, subir et ne pas comprendre la raison d'être de ce supplice, achevait de le faire plonger dans une dépression affligeante où la tyrannie des accords dissonants rendait plus chimérique encore sa détermination à reprendre conscience. Ses sommeils étaient des châtiments contre sa raison: "Je voudrais dormir pour toujours… ne jamais savoir pourquoi je dois endurer tout ça…non, je veux me lever, aller faire le cake sur un balai et me quereller avec Draconia… savoir d'où je viens pour faire cesser cette malédiction… vivre normalement… mais si je suis normal… elle m'aimera moins… faudrait-il que je reste entre deux visages toute ma vie…? Oui… non…? Je veux me réveiller. Je veux dormir pour toujours" accords dissonants. Ainsi se perpétuaient ses délires endormis tandis que Draconia entrait dans l'infirmerie sans qu'il ne se rende compte de sa présence.

Des sons détrempés dans la sueur de son front, glissaient sur lui, finissaient dans ses oreilles comme des fourmis prêtes à lui mâcher le cerveau. Trop de bruit était le moindre sons. L'infirmerie lui faisait parvenir des bourdonnements de pas vagues et étouffés… il rêvait à moitié.

Une main sur son front caressait doucement son visage. A moins que cela ne soit un essieu enfoncé dans son crâne et qui voulait le défigurer: "J'ai mal et j'ai chaud. C'est doux et c'est douloureux."

Bientôt la fin du rêve… Terence luttait pour ouvrir les yeux. Il n'y parvint pas tout de suite. Comme il émergeait peu à peu, il reconnut le toucher de cette main: "Draconia... enfin…"

Un sourire timide naquit sur lèvres. Cela faisait deux jours ou plus qu'elle n'était plus venue. Il avait fini par croire qu'elle en avait assez de s'occuper de lui. Et il l'aurait compris. Il n'y avait rien de très plaisant à voir du sang couler toute la journée, à s'occuper de pansements sans avoir rien d'autre à faire pour guérir les blessures.

Etrangement, depuis le début du mois de décembre, Terence n'avait jamais grognassé et ne s'était jamais plaint. Il restait enveloppé dans un silence furibond et refusait de partager ses pensées, ses envies, sa douleur. Il faisait toujours comme si de rien n'était. Selon lui, il le devait pour continuer à supporter les regards de ses visiteurs sur lui.

Il garda les yeux fermés jusqu'à ce qu'il reprenne complètement conscience. Ses rêves saumâtres s'en allaient et, simultanément, la douleur sur son torse revenait. C'était l'un ou c'était l'autre, qu'il dorme ou qu'il soit éveillé, il devait jongler avec ses deux maux.


Dragon… articula-t-il en revenant à lui, sans parvenir à ouvrir les yeux mais en étirant de part et d'autre les commissures de ses lèvres en un faible sourire. Par les chaussettes de Merlin, tu étais passée où… je t'ai attendu hier…



:: Diplômé de Poudlard ::
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Draconia Darkus
Adulte
avatar

Nombre de messages : 410
Maison : Ancienne élève de Serpentard
Année : 1ère Année - Unicorn Ring
Gain de Gallions : 12723
Date d'inscription : 09/04/2006

MessageSujet: Re: [Le Narrateur] Les cicatrices de Callisto   Lun 18 Déc 2006 - 20:59

Draconia était perdue dans le labyrinthe de ses pensées si bien qu'elle sursauta légèrement alors que la voix de Terence parvenait à ses oreilles. Son pouce décrivait de légers mouvements circulaires sur le dessus de la main qu'elle serrait. Mais elle l'abandonna tandis que son regard remontait jusqu'aux yeux clos de Terence après s'être attardé sur ses lèvres timidement souriantes.

- Je suis désolée… murmura-t-elle en affichant un air coupable. Mais j'avais pris un peu de retard dans mon travail et il fallait que je m'avance pour être tranquille pendant les vacances. Et j'ai eu aussi plusieurs hiboux à envoyer… expliqua-t-elle alors qu'elle retirait nonchalamment sa cape.

Elle ne lui dit pas qu'elle avait également aidé Elinor dans un de ses devoirs. Les deux Serpentard se reparlaient, certes, mais de façon timide et Draconia était toujours quelque peu embarrassée de se retrouver en compagnie d'Elinor. Elle n'avait d'ailleurs pas relaté à Terence ce qu'il s'était passé ce fameux soir dans les cachots parce qu'elle s'efforçait de ne pas y songer. Elle évitait toujours soigneusement d'aborder le sujet Elinor devant lui et Terence n'était jamais évoqué devant Elinor. Elle ne lui avait jamais demandé si elle lui avait déjà rendu visite mais quelque chose lui disait que cela ne devait pas être le cas.

Avant de prendre le chemin de l'infirmerie, elle s'était décidée pour une visite de la salle de bain des préfets. Elle n'était pas préfète mais elle avait réussi à se procurer le mot de passe, ce qui lui avait permis de profiter d'une longue immersion dans le bien-être. Si tout le monde semblait guilleret et décontracté à l'approche des fêtes de fin d'année, Draconia, elle, était loin d'être sereine et de partager leur enthousiasme comme chaque année à la même période.

Et ce moment de détente avait empêché la Serpentard de se rendre auprès du Serdaigle, d'humeur exécrable, ce qui aurait sans doute conduit à une dispute stérile. Et aucun d'entre eux n'en avait besoin en ce moment.


- Comment te sens-tu ? Demanda-t-elle en prenant le verre qui contenait la solution calmante. Tu devrais peut-être prendre ton remède.

Le même sentiment de frustration qui la faisait se sentir enserrée dans un réseau mêlé d'impuissance et de colère s'empara d'elle tandis qu'elle s'asseyait sur le rebord du lit. Il n'y avait d'autre qu'elle pouvait faire contre ce mal qui l'éloignait progressivement de Terence si ce n'est changer des pansements ou administrer une potion.

Et cela la faisait se sentir totalement inutile parce que c'était tellement peu, insignifiant, par rapport à ce qu'il devait endurer des jours durant.

Alors, tout ce qu'elle pouvait faire était tendre un mélange médicamenteux censé apaiser pour un temps trop court les douleurs physiques, prête à l'aider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terence Orphens
Adulte
avatar

Nombre de messages : 536
Maison : Serdaigle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12759
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: [Le Narrateur] Les cicatrices de Callisto   Lun 25 Déc 2006 - 20:29

J'ai déjà pris la potion de Baten. Celle-ci sur la table est celle que je dois prendre dans une heure, improvisa-t-il.

Il avait l'impression de ne plus s'appartenir, de n'être plus lui-même à cause de ces potions qu'il devait boire jour après jour. Du temps de Pomfresh, il souffrait plus mais les absorptions étaient moins corrosives. Après chaque liqueur, il avait l'impression que son corps s'envolait, que ses membres se détachaient de lui dans une infernale douleur qui ne cessait qu'avec le sommeil. Drogué, il se sentait. Alors, il dormait contre son gré.

Mais Draconia était là et il n'avait pas envie de retourner au sommeil. Il boirait le remède plus tard.

Il la regarda un court moment comme il avait l'habitude de le faire quand elle ne le voyait pas. Elle venait de s'asseoir près de lui. Il lui fit une place et bougea un peu pour qu'elle se sente confortable. Il ne grimaça pas quand il sentit l'une des plaies de son dos étreindre sa chair comme un cutter écrirait "je te veux, je t'aurai" sur sa peau.

Il écarta le bras qui se trouvait du côté de la jeune fille pour lui montrer qu'il souhaitait l'avoir contre lui, dans ses bras. Y'a pas mal de médicaments contre les blessures, mais une Draconia, pour le moment, c'était tout ce qui lui redonnait du poil d la bête.


Viens, dit-il, ça va, j'ai presque pas mal aujourd'hui…

Sans comprendre pourquoi cette pensée le traversa, Terence se remémora la fois où ils étaient revenus de Pré-au-Lard. Parce que Draconia était ivre, parce qu'il était redevenu Terry et parce qu'il lui aurait été impossible de la porter jusqu'à sa salle commune, Terence l'avait confié à Sacha. A ce moment-là, il était bien loin de connaître le personnage et il s'était toujours demandé si le jeune homme s'était bien comporté avec Draconia.

"Pourquoi, je pense à ça maintenant…?" se demanda-t-il en se calant mieux sur son oreiller.

Peut-être se questionnait-il ainsi parce que depuis qu'il avait appris, (par ce dernier lors d'une visite à l'infirmerie), qu'il voyait souvent Elinor, par recoupement d'anecdotes, Terence avait fini par comprendre qu'Elinor, du temps du Truth and Dare était la seule véritable fille qui aimait les filles. Mais plus que tout, la seule dont le cœur était déjà tourné vers Draconia.

"Il y a tellement de choses que je ne lui ai jamais demandé, que je ne lui ai jamais dites… et comme dit June: "Ne pas extraire les pensées de sa tête par la parole, empêche un bon écoulement de ses idées." " regretta-t-il en camouflant le tout derrière un sourire sincère.

Ces pensées ne lui venaient pas innocemment. A subir le martyr des cicatrices, il se demandait si cette fois-ci, il n'y laisserait pas son dernier souffle. Comme tous les condamnés, à l'amorce du dernier pas, on revoyait ses erreurs, ses manques et ses regrets défiler telle une ronde d'enfants: insouciants, moqueurs, ironiques.


Tu as déjà parlé à Sacha…? Demanda-t-il bien qu'il connaissait la réponse.



:: Diplômé de Poudlard ::
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Draconia Darkus
Adulte
avatar

Nombre de messages : 410
Maison : Ancienne élève de Serpentard
Année : 1ère Année - Unicorn Ring
Gain de Gallions : 12723
Date d'inscription : 09/04/2006

MessageSujet: Re: [Le Narrateur] Les cicatrices de Callisto   Mar 2 Jan 2007 - 1:38

- Si tu le dis… murmura une Draconia à la mine légèrement dubitative.

Elle n'insista cependant pas et se contenta de retirer ses chaussures une fois que le verre eut repris sa place sur la table de chevet. Sans un mot, elle s'allongea à ses cotés en prenant soin de ne pas se presser trop fermement contre son corps. Elle ne voulait pas être celle qui serait à l'origine de la déformation de ses traits par la douleur. Et même si elle ne lui connaissait qu'un visage souriant, et même si elle ne l'entendait pas se plaindre, et même s'il ne lui confiait rien de ce qu'il ressentait, le mal qui le rongeait n'en restait pas moins présent.

Compassion… C'était peut-être ce qui l'enveloppait. Cette attitude qui vous pousse à être sensible à la souffrance de quelqu'un. À souffrir avec. Il s'agissait en tout cas d'un sentiment différent de celui de la pitié.

Elle n'avait jamais été véritablement sensible à la douleur d'autrui. Mais elle l'avait toujours vécue dans une relative indifférence. Ses quelques semaines passées à l'hôpital en avaient été la preuve. Tout ce qu'elle avait ressenti en voyant ces petits morveux lui demander du jus de citrouille pour ensuite tout renverser était une envie irrépressible de les enfermer dans un tiroir.

Le bras de Draconia avait trouvé la taille de Terence et s'amusait pensivement avec un pan de drap lorsqu'il lui demanda si elle avait déjà parlé à Sacha.


- Sacha qui ?
demanda-t-elle tout aussi distraitement d'un ton qui pouvait laisser supposer que cette question ne l'intéressait pas particulièrement.

Elle passa tout de même en revue tous les Sacha qu'ils pourraient connaître tous les deux et à moins qu'il ne connaisse le garçon d'écurie employé chez ses grands parents, il n'en restait plus qu'un.

De Lansley.

Le grand dégaineur. Celui qui dégainait plus vite que son ombre et qui remballait tout aussi rapidement.


*Pourquoi il me demande ça ?*


- Si tu parles de Sacha de Lansley, alors je te dirais que oui, je lui ai déjà parlé. Si par parler, tu entends avoir une conversation avec lui, je te dirais que non. Il est dans ma maison, il nous arrive de nous croiser mais hormis le saluer, je ne vois pas ce que j'aurais à lui dire, répondit-elle d'une voix ennuyée.

- Pourquoi cette question ? Il a découvert que tu lui avais envoyé une boule de gomme géante sur la tête et il est venu te provoquer en duel ? Tu m'as l'air pourtant entier, railla-t-elle. Il se pourrait qu'il ait demandé à Elinor de l'aider à se venger de l'affront que tu lui as fait subir…

Une pensée la traversa alors aussi subitement qu'elle se redressa sur le lit. Elle baissa les yeux vers Terence et le regarda fixement.

- Et toi ? Tu lui as déjà parlé ? Il est venu te rendre visite peut être ? interrogea-t-elle suspicieusement en plissant les yeux.

Elle ne serait pas très contente d'apprendre que ce serpent visqueux était venu à l'infirmerie. En particulier s'il avait rencontré Terry. Merlin seul savait que Terence était incapable de se comporter décemment lorsqu'il était en fille. Elle n'avait pas oublié la fois où il s'était badigeonné de guigne, sans la moindre pudeur, sous ses pauvres yeux et peut être même devant ceux de Byron…

Et puis, si on en croyait les rumeurs, parler n'était pas vraiment ce que l'on faisait lorsque l'on se retrouvait seul en sa compagnie. Non pas qu'elle aille un jour s'assurer de la véracité de ces propos.

Elle se releva doucement pour se tenir face à Terence et posa ses mains sur ses hanches, curieuse de la réponse qu'il allait lui apporter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terence Orphens
Adulte
avatar

Nombre de messages : 536
Maison : Serdaigle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12759
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: [Le Narrateur] Les cicatrices de Callisto   Mer 3 Jan 2007 - 19:30


Une semaine plus tôt. Infirmerie.
Sous les traits féminins de Terry, Terence était allongé dans son lit. La troisième cicatrice venait d'apparaître et la matinée n'avait pas été de tous repos ni pour lui, ni pour Baten qui dut fermer et insonoriser l'infirmerie pendant trois heures.

Lorsqu'il ouvrit les yeux vers quinze heures, deux silhouettes discutaient à quelques mètres de lui, derrière les rideaux qui cachaient son îlot aux blessures. L'une des silhouettes, crayonnées sur le buvard de sa vision encore floue, dessinait les traits accorts du jeune infirmer, Baten. L'autre individu n'était autre que Sacha de Lansley.

Terry entrebâilla les rideaux pour récolter de leur gestuelle des indices quant à l'objet de leur discussion. Leurs murmures étouffés par leurs mains laissait croire que le sujet était grave. Puis, Baten avant de sortir délivra une fiole à Sacha qui la mis dans sa poche avant de prendre le même chemin que lui.

C'est au moment exact où Sacha allait sortir et passer le pas de la porte que Terry choisit de casser la figure. Tâchant de se rattraper maladroitement aux rideaux, sa pression et le poids de sa préhension n'eurent pour effet que d'emporter la toile avec lui. Résultat: un tas de rideaux avec une Terry en-dessous.

Il entendit les pas de Sacha faire demi-tour en sa direction. Dans toute l'infirmerie, l'origine du capharnaüm ne devait pas être laborieuse à localiser: suiviez les balises, direction le monceau d'étoffes mouvantes, crachant des jurons de tous les diables. Terry sentit une main lui tâter la tête et il put retrouver son endroit de son envers lorsque cette main l'agrippa pour le sortir de sa prison de coton.


Tu joues à quoi, toute seule?

Je ne joue pas, j'ai été déséquilibrée.

"Il faudra que j'apprenne à mentir mieux que ça, quand même..."

Ah oui? Feignant de chercher quelque chose ou quelqu'un autour d'eux, je ne vois personne qui aurait pu te pousser. Déséquilibrée pour quoi? Dans le meilleur des cas, tu me diras un mensonge pour me cacher que tu espionnais et ce mensonge me fera sourire. Dans le pire des cas, tu me diras que tu ne vois pas de quoi je parle et je m'en sentirai vexé. Alors, pour te provoquer un peu, je serai obligé de soulever le drap qui te cache encore pour vérifier que tu ne t'es pas blessé… histoire de ne pas aller dire à Baten que sa grande estropiée a tenté une cascade après tous les efforts produits pour la guérir.

Tu me touches et tu seras incapable de te servir à nouveau de ton engin.

Sacha sourit, se releva puis se retourna, laissant le temps à Terry de se relever à son tour afin de retrouner sur son lit. Ayant pour seuls vêtements, des bandages, et pour seule arme de défense son gobelet à potion, il sentait qu'il ne faisait pas le poids. La phrase suivante le rassura, un peu.

Retourne dans ton lit.

Terry s'était exécutée en moins de deux et il/elle avait remonté le drap jusqu'à ses yeux pour ne rien laisser voir de son anatomie.

"Draconia m'a bien fait la leçon…"

Tu peux partir…

Non, je reste, fit-il avec obligeance. Tu es la fille qui m'a confié sa copine une fois… vous rentriez de Pré-au-Lard.

Sacha s'assit sur une chaise qu'il fit voler jusqu'à lui.

S'ensuivit une assez longue discussion durant laquelle Terry s'assura par des questions timides qu'il n'était rien arrivé à Draconia après ça. Il ne tira du sybarite qu'une explication absconse dont Terry garda pour lui les expertises. Ils se rendirent compte qu'ils avaient aussi Elinor en commun dans le nombre de leurs connaissances et Sacha sembla n'avoir d'estime ou de respect que pour cette seule personne. Puis, une chose inattendue se produisit et Terry passa à Terence sous les yeux médusés de Sacha qui se fondit en questions. Le Serdaigle dut se résoudre à raconter son histoire, mais d'impatience, Sacha usa de la légilimancie pour obtenir les réponses à ses questions. Après deux heures de discussions les effets de la potion se firent sentir, et tandis qu'il redevint Terry, le Serdaigle piqua du nez et s'endormit. Les dernières paroles qu'il entendit du jeune homme furent: "… et c'est pour cela que je t'envie. Mais pour Draconia…"

Quand il se réveilla en fin de journée, Baten n'était pas revenu mais ses bandages avaient été changés, les rideaux et la tringle remis en place.




Non, je ne le connais pas… fit Terence à Draconia en tournant sa tête vers le plafond, les yeux plongés dans un abîme de silence. Tu feras quoi pour les fêtes? Enchaîna-t-il pour n'avoir pas à expliquer sa longue réflexion.

Son visage revint sur elle, plus souriant. Il porta sa main à sa joue, légèrement, pour la frôler du bout des doigts, avant de poursuivre le geste par une caresse de l'index qu'il fit se promener jusqu'à son menton. La douceur de la peau de Draconia l'intriguait. Mais plus encore, il était intrigué par la sensation que produisait maintenant un simple effleurement du bout des doigts. Il ramena sa main derrière sa tête pour se soulever un peu et être face à elle. Au passage, il regarda laconiquement sa paume, comme s'il venait de capturer un frisson, une plume.
C'est un regard vague et distrait, à moitié encore dans sa dernière pensée, qu'il lui adressa quand il demanda:


Tu resterais ici? Pour Noël?…


Déjà plus présent à sa question, la fixant gentiment:


Je veux dire, avec moi.



:: Diplômé de Poudlard ::
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Draconia Darkus
Adulte
avatar

Nombre de messages : 410
Maison : Ancienne élève de Serpentard
Année : 1ère Année - Unicorn Ring
Gain de Gallions : 12723
Date d'inscription : 09/04/2006

MessageSujet: Re: [Le Narrateur] Les cicatrices de Callisto   Mar 9 Jan 2007 - 22:19

- C'est pas comme si j'avais vraiment le choix… marmonna Draconia d'un air grognon en regardant ses pieds.

Ce n'était pas tout à fait vrai. Elle avait reçu un hibou la conviant à passer les fêtes de Noël du côté des Alpes françaises. Elle s'était aussitôt empressée de refuser cette invitation parce qu'elle n'avait aucune envie de rester pendant deux semaines en compagnie du fiancé de sa mère et de ses parents. Elle ne comprenait d'ailleurs pas ce qu'elle pouvait lui trouver parce qu'il était on ne peut plus niais et doté d'un sens de l'humour plus que douteux.


*Faut pas pousser Dumby dans les orties*

Elle aurait très bien pu se rendre au manoir dans le Somerset, comme elle l'avait toujours fait, si ses grands parents n'avaient pas, eux aussi, consenti à faire un tour au pays des grenouilles poisseuses qui mangeaient des escargots au petit déjeuner. Elle avait pu lire leur déception dans l'hibou qu'ils lui avaient envoyée mais ils avaient fini par accepter son choix.

- J'ai écrit à mes grands parents pour leur dire que je comptais rester ici. Ils auraient voulu m'avoir avec eux. Après tout, c'est ma dernière année ici et ils auraient aimé un grand Noël en famille. Ils s'attendent à ce que dès la rentrée prochaine je sois trop occupée pour passer deux semaines avec eux mais je leur ai promis que je passerai les voir dès que je le pourrai,
fit-elle plus douce en relevant les yeux vers lui. Alors, oui, je reste au château pour les vacances.

Il n'avait pas besoin de savoir qu'elle serait tout de même restée parce que contrairement aux années précédentes, elle avait une bonne raison de préférer Poudlard. Cette raison se limitant à un seul mot : Râleur. Mais elle ne voulait pas passer pour une de ces adolescentes se languissant d'amour dès qu'elles se voyaient séparées de "l'amour de leur vie" pendant plus de dix minutes.


- Ah, j'allais oublier ! dit-elle après un moment de silence en lui adressant un rapide sourire.

Elle s'agenouilla près de la table de chevet contre laquelle elle avait déposé un paquet en arrivant et fouilla à l'intérieur. Elle en ressortit une petite boite carrée en carton léger ainsi qu'une bouteille en verre contenant un liquide d'un rouge foncé.


- Avant de venir, je suis passée par les cuisines parce que je n'avais pas eu le temps de descendre dans la Grande Salle. D'ailleurs, je ne savais pas que tu t'amusais à tricoter des chaussettes et des écharpes pour les elfes... A moins que ça ne soit l'œuvre de Miss-Je-Sais-Tout ? En tout cas, il y en avait un qui portait l'ensemble le plus euh… spécial que je n'ai jamais vu. Expliqua-t-elle d'un air amusé. Et je me rends compte que je suis la seule à qui tu refuses de coudre quoi que ce soit… termina-t-elle en lui adressant une petite moue boudeuse avant d'ouvrir la boite.

Elle en sortit une assiette sur laquelle reposait une énorme part de gâteau aux cerises. Elle s'était souvenue que lors de leur virée à Londres, il avait choisi un cocktail à la cerise. Alors, elle avait demandé à un elfe de lui préparer un dessert à base de ce fruit. Ce dernier l'avait regardée avec un sourire radieux et avait agité ses longues oreilles couvertes de plusieurs paires de chaussettes dépareillées en lui assurant qu'elle n'aurait pas à attendre longtemps.


- Baten m'a dit qu'il fallait que tu manges sucré. J'ai pensé que ça te ferait plaisir… Expliqua-t-elle en un haussement d'épaules qui se voulait indifférent tout en s'asseyant sur le bord du lit.

Le ton s'était pourtant fait plus timide, presque gêné et ses joues avaient pris une légère teinte rosée parce qu'elle n'avait pas l'habitude de porter ce genre d'attention à autrui et qu'elle ne savait jamais comment il allait réagir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Narrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 63
Maison : Aucune
Année : Aucune
Gain de Gallions : 12341
Date d'inscription : 17/08/2006

MessageSujet: Re: [Le Narrateur] Les cicatrices de Callisto   Sam 13 Jan 2007 - 20:05

Evènement:

Un bruit sourd retentit au dehors. Une très forte détonation s'était faite entendre. Des élèves couraient et criaient. Des toussotements, les rires, une folie étrange s'était emparée du quatrième étage.

Le professeur Byron entra a vive allure dans l'infirmerie, s'appliqua plus que de raison à refermer la porte derrière lui puis il se dirigea vers les deux jeunes gens:

- Draconia, Terence... il faut vous en aller d'ici quelques heures.

A Draconia, d'un air impassible auquel il n'osa pas lier clairement les sous-entendus qui l'affectaient:

- Passez par le laboratoire de Baten, il y a un passage secret derrière le poële... puis-je vous faire confiance, Draconia...?

Cette question n'était pas pour mettre en doute les capacités de la jeune fille. Cependant, de source sûre, il était remonté jusqu'aux oreilles du jeune professeur, que Draconia était nommée Princess of Dark par certain. A lire sur les lèvres, on pouvait "entendre" très loin le moindre secret.

* Aurait-elle un lien avec eux? Ce n'est pas le moment de penser à ça... *

Il se promit de mettre Terence au courant de ses soupçons aussitôt que ses blessures se refermeraient. Il serait déjà très douloureux pour lui de devoir déambuler dans les passages secrets. Ajouter une souffrance morale, un doute de plus à sa situation actuelle n'était pas envisageable pour Kite.

Il se tut et n'osa pas regarder trop longtemps Draconia dans les yeux.

Au lieu de cela, Kite passa sa baguette au-dessus des têtes des deux élèves.

- Ce n'est rien. Un traceur pour vous repérer si vous vous perdriez dans les décombres. Je pourrai vous retrouver facilement si dans deux heures vous ne m'avez pas envoyé un hibou pour me dire que vous êtes en sûreté. Par ce passage secret vous devriez parvenir au Grand hall et sortir si la voie se libère.

Byron n'expliqua pas ce qui se passait dehors. Il jugeait qu'une rétention d'information valait mieux. Comment aurait-il pu expliquer en quelques mots qu'une épidémie allait se propager sous peu dans l'école. Terence en serait affecté. Pas Draconia. Pourquoi cela? Draconia savait très bien d'où provenait cette épidémie et Kite comptait sur ce qu'il voyait de l'attachement des deux élèves pour que la Serpentard protège celui qu'elle aime.

* ... Et qu'à Artémis ne s'ajoute pas une autre malchance. *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terence Orphens
Adulte
avatar

Nombre de messages : 536
Maison : Serdaigle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12759
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: [Le Narrateur] Les cicatrices de Callisto   Ven 19 Jan 2007 - 18:50

Rassuré, amusé, content que Draconia n'a pas prévu de rentrer chez elle. Il aurait préféré croire qu'elle restait un peu aussi pour lui. Mais le simple fait de savoir qu'il ne passerait pas les fêtes tout seul lui procura un sincère sentiment de félicité. Des fluides étranges qui se diffusent dans le thorax et qui réchauffent au point de faire s'évaporer les doutes moisissures de l'âme.

Malgré tout cela, le Serdaigle ne se permit d'afficher que très peu de contentement. Il tendit sa main vers la sienne pour y déposer une caresse souple du bout de l'index et un sourire à peine épinglé à la commissure de ses lèvres. Même ses yeux trahissaient trop peu encore ce qui l'animait réellement.

Un coup de cutter dans le cœur. Terence ferma les paupières le temps d'engloutir la douleur dans le fond de son silence pour ne rien laisser paraître: "Ah? Tranquille… tout va bien. Je commence à reconnaître l'ineffable souffrance du temps de Pomfresh… sans la potion… Nom d'une goule unijambiste! (création) je ne la regrette pas celle-là! Dès que Dragon a le dos tourné, je bois la potion…"

Tandis qu'elle venait de se tourner pour saisir un sac de provision, il tendit sa main avec difficulté afin de prendre la potion posée sur la table de chevet; mais Draconia se retourna trop vite et il rangea vite son bras, écoutant deux fois plus attentivement.

Elle voulait qu'il lui confectionne quelque chose. Il avait déjà commencé. Il y a longtemps maintenant mais ce n'était pas prêt. Il le lui dit à sa manière, dissimulé derrière un léger sourire:


Réclame pas sinon t'auras rien…
Je ne suis plus motivé par la couture,
confia-t-il dans son mensonge le plus éhonté.

Ca lui faisait quelque chose de lui mentir.
Il ne savait pas pourquoi il faisait ça.
Pour se rassurer, il se dit qu'ainsi la surprise serait plus grande.


Elle avait apporté de quoi se rassasier mais ni l'un ni l'autre ne pu profiter de ce repas car leur professeur de Potions entra en trombe les forçant à s'en aller de l'infirmerie. Les bruits dans les couloirs n'étaient plus aussi vagues que les quelques minutes précédentes: on aurait dit qu'une bombabouse géante avait explosé dans l'escalier.

Terence jeta un regard à Draconia pour la sonder. Il sentait quelque chose d'étrange entre Byron et elle: des discours muets qu'ils ne pouvaient déchiffrer. Il laissa de côté cette pensée ne sachant pas qu'elle vaudrait à ses yeux son pesant de gallions. Il se leva sans étourdissement. Ses yeux ne quittaient pas la table de chevet avec la potion posée dessus. Kite les ensorcela afin de pouvoir les localiser s'ils se perdaient dans l'enchevêtrement des passages secrets. Il avait beau n'être point en forme, qu'une petite aventure dans les écoinçons oubliés du château l'enchantait. Cela faisait plus de trois semaines qu'il ne lui était rien arrivé d'étrange (à considérer que l'apparition de sept marques ensanglantées et creusées dans sa chair n'est pas un fait étrange), il commençait à s'ennuyait…

"Justement je me demandais ce que faisait ma copine la malchance…"

Dans la petite cohue provoquée par cette irruption, Terence mis une chemise sur son dos et chercha sa baguette des yeux:


Ma baguette… je pars pas sans baguette…


Autour d'eux pas de baguette en vue. Des bruits de pas s'approchaient derrière la porte. La seule question que se posait Terence était celle-ci: "Pourquoi, nous, nous devons nous enfuir? Et les autres dehors? Que font-ils?"

Voyant que Byron n'était pas dans une humeur propre à ouvrir un dialogue explicatif, Terence sacrifia la recherche de sa baguette et les réponses qu'il aurait aimé obtenir, afin de quitter l'infirmerie le plus vite possible. Il pris la main de Draconia et son sac (avec la nourriture, faut pas déconner), puis se dirigea bonnant malant vers le laboratoire: "Je marcherais jamais plus de vingt mètres comme ça" se dit-il en passant sa main sur ses côtes.



:: Diplômé de Poudlard ::
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Draconia Darkus
Adulte
avatar

Nombre de messages : 410
Maison : Ancienne élève de Serpentard
Année : 1ère Année - Unicorn Ring
Gain de Gallions : 12723
Date d'inscription : 09/04/2006

MessageSujet: Re: [Le Narrateur] Les cicatrices de Callisto   Dim 28 Jan 2007 - 14:44

Les torches disposées régulièrement contre les parois humides du tunnel diffusaient une lumière vacillante et rendaient les ombres dansantes encore plus inquiétantes. Le passage du bureau de Baten venait à peine de se refermer derrière eux et cela donnait à la Serpentard une impression de déjà vu.

De l'agitation de derrière les portes de l'infirmerie, ils étaient passés au silence seulement entrecoupé par les gouttes d'eau s'écrasant sur le sol de pierre. L'intervention de Byron avait laissé un arrière goût amer dans la bouche de Draconia. Il s'était permis de sous entendre qu'elle n'était pas capable d'aider Terence à sortir d'ici, ce qui avait fait grincer des dents la Serpentard. Mais Draconia s'était abstenue de tout commentaire parce qu'elle ne désirait pas que son carnet de retenues s'en retrouve davantage allongé. Elle s'était juste contentée d'opiner sèchement de la tête avant de rassembler ses affaires.

Il pouvait parler, ce prof à deux noises, il n'avait même pas été capable d'empêcher cette malédiction de s'abattre sur Terence. Draconia était d'ailleurs intimement convaincue qu'il prenait un plaisir malsain à voir souffrir le seul élève qui portait un tant soit peu d'intérêt à son cours ! Après tout, il ne semblait même pas se soucier de rechercher un remède, il suffisait de jeter un coup d'œil au visage pâle de Terence pour s'apercevoir - ou se confirmer dans le cas de la Serpentard – que Byron n'était qu'un incompétent doublé d'un pervers.

Il était quand même payé par la communauté pour fabriquer des potions non d'une bouse !

Elle en vint même à se demander s'il n'avait pas quelque chose à voir avec ce qu'il se tramait au dehors. Il n'avait pas semblé enclin à apporter le moindre éclaircissement et son comportement avait été on ne peut plus suspect. Tout ce qu'il avait fait avait été de leur jeter un sortilège – sans les consulter avant – et de leur indiquer un vieux passage. La moindre des choses aurait été de formuler l'incantation à voix haute parce qu'au fond, rien ne leur indiquait qu'il s'agissait véritablement d'un traceur et elle n'était même pas sûre que ce passage conduisait effectivement à la Grande Salle.

Et pour combler le tout, il voulait qu'ils lui envoient un hibou ! Comme s'ils allaient monter jusque dans la volière pour lui dire que tout allait bien, à supposer que le sortilège qu'il leur avait jeté n'avait pas eu raison d'eux !

Bien sûr, elle ne formula aucune de ses craintes à Terence parce qu'il allait encore lui dire qu'elle n'était qu'un Dragon Parano.


*Mais quand même…*

Instinctivement, elle resserra son étreinte sur la taille du jeune homme en lui adressant un regard inquiet. Ils avaient presque autant de chance d'atteindre la Grande Salle que Rogue de se laver les cheveux…

- Est-ce que ça va ? lui souffla-t-elle en remettant en place la bandoulière sur son épaule. Avant de sortir par le passage, elle s'était servie sur les étagères de Baten pour lui emprunter quelques potions Pain-Killer et plusieurs compresses ou autres bandes au cas où les cicatrices de Terence se remettraient à saigner.

- Tu as encore cette carte qui te montre tous les passages de Poudlard ? Parce que j'aimerais autant qu'on ne passe pas par la Grande Salle. Je ne sais pas ce qui se passe mais si on doit fuir, autant éviter toute la cacophonie de dehors. Lui confia-t-elle d'une voix qui ne voulait trahir toute l'angoisse qu'elle pouvait ressentir en cet instant pour elle, pour lui, pour eux…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Le Narrateur] Les cicatrices de Callisto
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1 -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard - Ecole de Magie :: Château :: L'Infirmerie-
Sauter vers: