Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Questionnement sur un aspect des relations humaines.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Icare Di Fanterio
Personnage Inactif
avatar

Nombre de messages : 322
Maison : Serpentard
Année : 3ème année
Gain de Gallions : 12867
Date d'inscription : 20/01/2006

MessageSujet: Questionnement sur un aspect des relations humaines.   Jeu 8 Juin 2006 - 16:59

Aujourd’hui, j’ai réfléchi à quelque chose…

Question :
Pourquoi est-il plus facile de s’abandonner à quelqu’un qu’on ne connaît que depuis peu (premier baisé-première nuit avec des « inconnues ») plutôt qu’avec des personnes dignes de confiances qu’on connaît depuis longtemps ?

* Origine de la question *: Dans mon entourage, des personnes ont fait des « bêtises » avec d’autres personnes qu’ils ne connaissent que depuis une semaine. ( voyage linguistique en groupe, sortie en boîte, etc…)

- Réponse personnelle :


1) La légèreté du présent


Les personnes qu’on ne connaît que depuis peu n’ont aucune emprise dans notre vie, ils ne représentent pas grands choses pour nous, ils ne sont que la graine de folie du présent. On pense toujours qu’il faut avancer dans la vie, découvrir des nouvelles choses, faire des folies pour apprécier la vie. Ce qui nous entraîne à nous attacher amoureusement à la première personne qui correspond à nos critères. L’admiration joue un rôle important ici… Car il est facile d’admirer une semaine, il est très dure d’admirer 10 ans. Ainsi les personnes du présent, qui n’ont aucune attache avec nos souvenirs, notre passé, sont une promesse d’avenir, de bonheur hypothétique qui stimule notre amour. On pense que même si cette personne n’est pas celle qu’il nous faut, ça ne sera pas important, puisqu’elle n’a pas de poids sur notre vie. On serais donc prêt à donner notre plus beau cadeau ( la première nuit/premier baisé) à presque n’importe qui… Puisqu’en une seul semaine, on ne connaît pas la personne en face de nous… Même en 25 ans, il y a toujours des choses qu’on ne comprends pas chez l’autre…Le fait de ne presque pas connaître la personne en face apporte un élément de mystère qui, en plus, joue en sa faveur…

2) Le poids du passé.


En opposition, les personnes qu’on connaît depuis longtemps porte en eux la marque de la monotonie de la vie. Ils sont là, ils sont toujours là, pas de nouveauté, pas d’excentricité, ils sont ce qu’on sait qu’ils sont. Plus de mystère, moins d’admiration. En quoi se résume donc leur rôles ? le pilier, la base. Ils sont notre support, notre liens vers nos racines, notre passé. Ils nous connaissent, nous comprennent, Ils sont donc là pour nous réconforter, nous soutenir. Ils sont nos confidents, nos amis… Baser une relation sur un poids du passé est très dure pour l’être humain en générale car l’être humain vit sur son future. Il vit parce qu’il a des projets, un avenir, un espoir, toujours regardant vers l’avant. Pourquoi l’amour devrait-il le faire reculer ? lui faire regarder en arrière ? non, l’avenir se doit d’être lui aussi porteur de l’homme dans sa vie. L’amour ne se trouve pas dans le passé mais dans le future !

3) Conséquence :

L’amitié : bon pour les vielles connaissances,
L’amour : réservé au nouveau.
Malheur attends celui qui aime dans l’attente.


Vos Avis: dites moi votre avis après ce post!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ernest Dudikoff
Adulte
avatar

Nombre de messages : 618
Age : 30
Maison : Serpentard
Année : 6ème
Gain de Gallions : 12692
Date d'inscription : 18/03/2006

MessageSujet: Re: Questionnement sur un aspect des relations humaines.   Jeu 8 Juin 2006 - 17:42

Icare, respect, une fois encore.

Je pense que tu as raison pour le comportement de la plupart des gens. En plus, ça a mis en perspective mon propre problème qui est l'inverse: me faire une meilleure amie de la personne que j'aime. Mon grand problème social est la peur de la personne inconnue et d'une paranoïa légère. J'apprends à connaître la personne qui m'intèresse et en général, cela rends mon amour envers elle plus fort que tout. Normalement, j'aurais pas dévoilé ça sur un forum mais je suis absolument dans ce cas en ce moment et ma perte récente de meilleure amie signifie aussi la séparation avec la personne que j'aime. C'est pour ça que j'ai envie de répondre, c'est peut être une sorte d'exorcisation. A moins que je m'emmerde tout simplement.

Cette amitié forte cachant un amour sincère a tenue, j'ai entendu trop d'histoire de meilleurs amis qui se transformait en couple. La plupart des cas ont avorté et amour comme amitié on disparut. Fin du lien entre deux êtres humains. Me dévoiler aurait causé la fin de tout, et ça je ne le voulais pas.

Au fond peut être qu'il vaut mieux foncé, tenter sa chance dès le début, se ramasser ou réussir que de devenir le meilleur ami de tout le monde et d'être sociable en un sens mais tout seul au final.

Pour répondre à la question, je pense vraiment qu'il y a deux catégories de gens: ceux qui n'ont pas peur et qui foncent et ceux qui ont peur, de l'inconnu ou qui préfère la solitude plutôt qu'a une vie sociale et amoureuse "normale".
Le problème des premiers est que leur amour est faible, basé généralement sur l'aspect physique ou un aspect unique de la personnalité de l'autre; si on gratte un peu plus on pourra découvrir des aspects moins plaisants. C'est humain, personne n'est parfait. On se rendra compte assez vite si ca marche ou si ca ne marche pas.
Pour les seconds, c'est différent. Au début l'amour n'existe pas réellement. La première vision de la fille que j'aime était limite cauchemardesque ( lunettes épaisses, ne dit pas un mot à table en engloutissant à une vitesse incroyable une pizza du resto U avec des crevettes dessus, traits peu gracieux). Pourtant au fur et à mesure, on s'attache à la personne et on commence à devenir son ami. Après quatres mois on devient son confident. Mais c'est déjà trop tard, il n' y a pas de chemin de retour, fait c'est fait. Pourtant l'amour pour la personne est devenue vraiment fort et on passe sa vie à ce posé des questions sur je lui dis/ je lui dis pas. On se torture. En gros, comme tu le dis Icare, Malheur à celui qui aime dans l'attente.

Dans mon cas personnel j'ai envie de dire que c'est faux! que l'on peut aimer dans le passé mais experience vécue, ca sera un amour certes mais un amour à sens unique, presque malsain, donc en restant objectif, Icare a raison il faut vivre dans le présent, voir l'avenir.
(Bon c'est un peu brouillon ce que j'ai écrit et pas organisé, désolé)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire Hopkins
Personnage Inactif
avatar

Nombre de messages : 337
Maison : Serpentard
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 12663
Date d'inscription : 29/03/2006

MessageSujet: Re: Questionnement sur un aspect des relations humaines.   Jeu 8 Juin 2006 - 18:04

Allons y gaiement, je suis d'accord, même avec petites exceptions.

I) Les nouveaux venus

Oui, on s'attache à se qui arrive devant nous et qui, "à première vue", correspond à nos critères. C'est d'ailleurs pour cela que les relations entre deux personnes ne durent pas toujours très longtemps.
Quand deux personnes ce rencontrent, si physiquement ( sa compte aussi et en majeur partie pour certains ) et moralement ils se plaisent, alors oui, tout se passera très vite…Après quelques temps, ils se rendent comptent de leurs différence, c'est pourquoi, sa ne dure pas longtemps. Bien sur, il y a des exceptions bien que rares : si deux personnes se rencontrent et se plaisent, elle pourront rester indéfiniment ( ou presque ) ensembles, mais il faut vraiment que ces deux personnes soient liées.

II) Les personnes de longues dates

Peu à dire se eux, rien de plus que ce que tu as déjà dis : ils sont nos bases et nos repères. Ils sont là parce que nous les avons choisis et eu aussi parce qu 'ils nous ont choisis. Mutuellement, on sait alors que l'on aura toujours quelqu'un de présent pur nous comprendre, qui serait capable de nous rendre la mémoire avec des choses que l'aurait oubliées.
("Tu te souviens pas, la dernière fois que tu as tenté ta chance avec un gars dans son genre, sa a mal finis..")
Et, c'est vrais, que généralement, on ne place pas nos relations de leurs côté.."Moi ? Sortir avec le veux nicolas, mon ami de toujours ? Ok il est mignon mais c'est Nicolas quoi.." Trop vieux donc périmé. IL suffit que vous connaissez quelqu'un depuis longtemps et sa ne marche plus, pour la simple raisons que vus vous dîtes que si il vous plaisait vraiment vous seriez déjà sorti avec.

III) les exceptions

C'est bien là le plus dur de l'affaire selon moi.
Exemple: On rencontre une personne qui nous plais directement et à qui ont plais également. Problème : trop jeune ou avec pas assez d'expérience, on laisse passer ce qui aurait pu être un magnifique histoire de 1 ou 2 mois. On se rend alors compte que quoi qu'il arrive, on verra toujours cette personne parce qu'on y est liée par une autre. On s'oublie, se vois peu, oubliant les premières impressions.
ALors, un jour de grande solitude on recroise cette personne qui nous avait tellement intéressé auparavant, c'est alors un nouveau départ.
Vous regardez en arrière et vous voyez que le temps à défilez très vite…voici déjà 4 ans que vous vous êtes rencontrés, étant tout de même restés 2 ans amis, malgré votre envie d'aller de l'avant. Vous vous rendez compte qu'il faut se dépêcher et concluez. Vous êtes enfin avec cette personne. Où est le problème alors ?
Je me demande bien pourquoi on arrive encore à s'attacher à cette personne qui en est une de longue date. Comment un vielle ami peut vous intéresser à nouveau ? Parce que c'est une exception, c'est tout...et sa ne s'explique pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Icare Di Fanterio
Personnage Inactif
avatar

Nombre de messages : 322
Maison : Serpentard
Année : 3ème année
Gain de Gallions : 12867
Date d'inscription : 20/01/2006

MessageSujet: Re: Questionnement sur un aspect des relations humaines.   Jeu 8 Juin 2006 - 18:15

Ernest => mon post avait presque une tournure de plainte, un constat d'une vérité qui me déplait... Je suis le meilleure ami d'une fille que je connais depuis 8 ans... 8 ans que je l'aime, je sais qu'elle m'a aimé aussi ... mais je n'ai pas le charme de la nouveauté à présent… Elle s’est donné à d’autres, pour des raisons de philosophie épicurienne, et je me torture de ne pas avoir était plus directe …
( j’ai attendu 3 ans pour la première demande , puis encore 3 autres années pour la 2eme demande… Elle m’a fait une demande que j’ai refusé : et j’ai refusé car je l’aimais.. je l’a connais par cœur, et je sais pourquoi elle m’avait demandé… elle était triste, désemparée , et avait besoin plus de compassion, de compréhension, d’attention affectueuse que d’amour à ce moment… Je vous déconseille à tous de vivre cela… Sacrifier son amour pour le bien de la personne qu’on aime nous rends d’autant plus amoureux et plein de regrets… )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Egon Sutham
Adulte
avatar

Nombre de messages : 378
Age : 29
Maison : Ancien élèves de Gryffondor
Gain de Gallions : 12895
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Questionnement sur un aspect des relations humaines.   Jeu 8 Juin 2006 - 22:44

Avec Deneb nous aimerions réagir à tout cela car notre relation est dans le mille de cette discussion. (Par notre réponse on répondra peut-être même à certains curieux qui se posent des questions, qui nous en posent et à qui nous n'avons pas réellement répondu)
Nous allons nous concerter et écrire une pensée sur cela en prenant nos exemples.

Il y a beaucoup d'amour et de questions sur ce forum... Le Enki


Edit: 9 juin

Deneb et Egon

Nous serons un peu hors sujet mais nous avions envie de réagir Le Théo



Arrow Egon et moi nous avons une relation assez atypique. Beaucoup de monde nous interroge à ce sujet et on ne parvient jamais à trouver de réponse satisfaisante à part "Bah c'est comme ça!"

La chronologie de notre relation se résumerait ainsi:
Passé > Amitié, puis passion > Présent > Amour, puis Ames Sœurs > Futur > Mort

Nous nous connaissons depuis plusieurs années et nous avons eu un coup de foudre amical. Je retrouvais en lui les valeurs masculines que je recherchais, lui il trouvait en moi une sorte de fille/pote qu'il pouvait respecter sans avoir couché avec Le Baten. C'est allé progessivement sans que jamais ne se pose la question "homme/femme amitié possible ?"
Nous faisions les 400 coups (et on continue sauf que maintenant c'est les 4000 coups Le Enki ), nous avons établis nos codes, notre quotidien amical à mesure que le temps passait.

Déjà les gens autour de nous souhaitaient comprendre pourquoi nous ne sortions pas ensemble: "Bah oui, un garçon et une fille qui s'entendent aussi bien, ça devrait faire crac crac des enfant et vivre une vie de couple bien posée, ils s'amuseraient" pensaient les gens.

Le danger de sortir avec un ami:
Nous comme des cons on a essayé. Ca bloquait. On avait l'impression de jouer au papa et à la maman. C'était affreux car j'avais perdu mon pote Egon, il était devenu comme tous mes copains: un mec.

Pour moi non plus ce n'était pas simple, car ce que cette conne n'imaginait pas, c'était que je l'aimais depuis le premier jour où je l'ai vue. Je n'avais jamais eu l'idée de profiter de la situation et de faire tourner notre relation de façon plus intime car je voyais que ça ne lui passait pas par la tête.

Nous avons "essayé" cela a été un fiasco. J'étais devenu son ami, son meilleur ami. Etre ensemble d'une autre façon annulait tout le reste vécu. Je voulais faire semblant de ne pas comprendre ce que je savais d'elle. Elle voulait faire comme si elle avait à me conquérir encore alors qu'elle m'avait déjà depuis un bon moment. On jouait la nouveauté, alors qu'il n'y avait rien de nouveau sauf que le chemin menant à son lit m'était ouvert.

Nous avons rompu près deux semines catastrophiques qui nous en ont parues mille.
Nous ne nous sommes plus parlé car j'avais vu de lui une partie de sa vie que jusqu'ici il me racontait, que moi-même je lui racontais mais qui ne nous était pas destinée: l'intimité amoureuse. Beurk ! J'avais l'impression de sortir avec mon frère. Et moi j'avais l'impression que ma femme idéale était devenue commune.

Le hic était que je restais amoureux d'elle encore. Je n'arrivais pas à effacer l'espoir que cela fonctionne entre nous. Je pensais qu'elle avait besoin de temps, je me suis convaincu que nous n'étions pas prêt. Mais ma demoiselle sortit avec d'autres. Ses relations étaient stables (un an elle jette, un an, elle jette, un an, elle jette.)
Donc je voyais passer chaque année un garçon différent comme une nouvelle résolution du premier janvier qui ne pouvait plus tenir au premier janvier de l'année suivante. Moi, comment dire…? J'avais de nouvelles résolutions tous les soirs… jamais la même. Le Enki Ca me permettait d'oublier un peu et d'avoir des confessions à faire à Deneb.


Ca c'est le passé.

Ca n'a pas duré car l'amour on a beau le cacher il finit par vous exploser à la tête le moment où vous vous y attendez le moins. Nous nous sommes disputés très violemment car la situation n'était plus possible pour lui. On habite ensemble alors cela ne rendait pas la cohabitation très facile.

Amour: comment il a fallu laisser faire mais à notre façon

Mais Deneb et Egon, c'est fusionnel. C'est impossible de les séparer. Nous ne sommes que deux moitiés d'un seul être et nous avons du mal à vivre sans l'autre moitié. Sans elle je n'ai qu'une jambe, je ne peux pas avancer.
Sans lui, je n'ai qu'un oeil, ma vision est erronée.

Nous nous sommes naturellement réconciliés après 7 mois de silence et de fausse indifférence. Au grand soulgement de tout le monde d'ailleurs car l'ambiance était pourrie à cause de nous.

Je savais qu'elle provoquait des blessures à l'âme, on m'avait prévenu. Je me suis rendu compte qu'elle était le poison et l'antidote à la fois. Elle me tuait si je l'aimais. Mes sentimenst se sont transformés avec le temps en respect et patience, en générosité infinie. Elle est mon tout.


Il est mon tout. Mes "garçons à l'année" ont beau passer toujours et encore, mon seul refuge c'est lui. Mais je n'y arrive pas, je n'arrive pas à l'aimer d'amour. Il ne m'aime plus d'amour non plus.

Nous avons transformé notre relation en terrain de jeu. On s'est fait à l'idée que ça ne fonctionnerait jamais en tant que couple pour une raison qu'on ignore. Je pense que la raison est simple: je l'aime, il m'aime mais nous ne nous désirons pas (pour lui "plus".)

Ame soeur

Alors que les autres autour restent persuadés qu'on termina nos jours ensemble et qu'on perd notre temps à chercher l'amour ailleurs alors qu'il est là face à nous, nous crachons dessus. Nous savons que cela est faux. Egon est dans moi, je le porte chaque jour.

Tous les jours sont nouveaux et nous réactualisons sans arrêt notre relation, jamais de monotonie. Deneb est Moi. Elle termine mes phrases, précède mes mouvements. Elle est la continuité de ce que je suis. Nous l'avons compris dans des choses quotidiennes idiotes. Des jumeaux, nous sommes. Quand nous préparons un coup fourré nous n'avons pas besoin de nous expliquer des heures. Elle commence, je termine. Pas besoin de mots. D'un regard elle sait me rassurer, me reprocher, me montrer qu'elle a compris. J'évite ainsi de lui expliquer le plus noir de ma vie et de mes pensées. Elle est témoin de mes pires instincts, de mes vices les plus obscurs, je n'ai aucune crainte de les lui montrer, elle m'aime toujours malgré ça. Elle pourra porter un sac de pomme de terres pour aller au bal de cendrillon, je la trouverai toujours aussi belle. Elle est mon double.

On se fout de tout et de tout le monde. Avant même de se connaître vraiment, nous avions décidé d'être amis. Je me suis donné à elle sans réserve. En retour, elle a ouvert sa vie. Elle arrive mieux que moi à garder encore ses mystères. Je les respecte et les lui laisse même si cela m'assissine de ne pas tout savoir.
On se compléte, on se protége, on se soutient.

Nous sommes devenus l'autre et le futur nous le connaissons. Nous nous y préparons.

Cette façon d'être fusionnels nous écarte de certaines réalitsé du couple. Si elle est mon modèle, je dois trouver une femme qui la surpasse. Pas facile. Pas facile non plus pour mes petites amies de comprendre qu'elles n'ont rien à craindre de Deneb, elle n'est pas mon amour, elle est mon souffle. La place est donc libre, se battre contre ce que représente Deneb pour moi, c'est m'empêcher de respirer. La place est libre, donc à quoi bon se battre?


Egon est l'abris de mon cœur, le garde du corps de ma morale. Il me sauve de mes paradoxes et joue avec ma vie sans remettre en question ce que je suis. Il me respecte comme femme, fille, personne. Je n'ai plus de sexe pour lui depuis que nous nous sommes réconciliés. Quand il me pésente à ses amis, je suis "son pote Lara."

Mes copains ne comprennent pas cela non plus. Leur jalousie est légitime. Ils savent que si Egon est mon autre moi, en me prenant dans leur vie, ils prennent aussi Egon. Pas si cool que ça pour eux de coucher avec l'ombre d'Egon. Le Sacha

Alors le futur pour des amis quand l'amour s'en mêle ?

Ce qui est le plus important pour nous c'est l'autre. Si l'autre est nous-même, c'est donc nous-mêmes qui prime. Vision bien égoïste mais bien humaine.
Nous ferons tous notre possible pour que l'autre trouve son Amour. Quand nous sentirons qu'Il est là, l'un ou l'autre se retirera pour laisser place au nouveau.
C'est le sacrifice à faire pour être heureux. Laisser tomber le passé.

Et surtout ne pas le laisser revenir gâcher le présent, les possibilités du futur.

C'est un bel indice d'être deux pour découvrir cela. Le Enki Tant qu'il est à mes côtés, je sais que je n'ai pas trouvé l'amour.

Notre question est: "Sommes-nous si pressés de le trouver cet Amour quand nous savons qu'il sonnera le glas de notre amitié ?" No

Car maintenant nous sommes a peu près certains que Egon et Deneb n'existent qu'en attendant celui et celle qui prendront leur place. Si nous sommes si fusionnels que cela, nous finirons par nous retrouver dans quelque chose de moins exclusif.

Excusez-nous cette longue histoire mais on pensait qu'elle pouvait servir d'exemple pour montrer que la façon dont on agence nos cœurs ne dépend pas du temps mais de la puissance de ce que nous y mettons (dans nos coeurs). S'abandonner complètement à quelqu'un est tès difficile mais c'est la base d'une vraie relation. L'Abandon de toute connaissance, tout schéma passé ou postulat sur l'amour.

Je ne considère pas Egon comme un élémnt du passé mais nous avons un passé commun. Au contraire, je nous projète un avenir, même s'il est funeste.

Le nouveau est une fausseté. Rien n'est nouveau. La peau est nouvelle, le baiser est nouveau mais la pensée reste la même. Nous évoluons mais nous ne changeons pas.

Notre définition de l'amour à Egon et moi est celle-ci:

star L'amour est un sentiment inconditionnel. On aime l'autre exactement pour ce qu’il est, sans aucune tentative de manipulation ou de chantage, sans lui dire : « je t’aimerais un peu plus si… » ou bien : « si tu fais ou ne fais pas cela, je ne t’aime plus »
star L'amour se fout du temps. Passé, présent, futur, l'amour se conjugue à tous les temps, tous les modes.
star L'amour est libre et ne se juge pas.

Il a de multiples facettes, à nous de n'être pas aveugle et de reconnaître le visage qu'il emprunte lorsqu'il nous approche. On ne peut le modeler à ce qu'on attend, c'est lui qui nous modèle et le mieux c'est de le laisser faire ce qu'il veut. C'est lui l'artiste, nous ne sommes que les matériaux.

Et il faut laisser faire l'artiste sans tenter de comprendre l'œuvre. Elle nous inspire toujours à tous des choses différentes.


Dead like me.
Tout sera bien, qui finira.


Dernière édition par le Ven 9 Juin 2006 - 16:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poesy Magic
Elève modèle
avatar

Nombre de messages : 568
Age : 26
Maison : Gryffondor
Année : 3ème année
Gain de Gallions : 12893
Date d'inscription : 12/01/2006

MessageSujet: Re: Questionnement sur un aspect des relations humaines.   Mar 13 Juin 2006 - 2:24

Il est vrai qu'il est plus facile de s'abandonner à un parfait inconnu, d’offrir sa première nuit ou son premier baiser à n’importe quelle personne qu’on ne connaît que depuis quelques temps. Mais en même temps il est facile de se dévoiler entièrement aux personnes qu’on connais « bien »- on ne connais jamais vraiment une personne…surtout quand elle vous rejette sans raison, qu’elle vous abandonne et qu’elle fou toute votre vie en l’air juste parce qu’elle en est absente -.
En fait je pense qu’on préfère, la plupart du temps, tout révéler de nous à un inconnu qu’on ne reverra certainement jamais, on dévoile les non-dits et puis après on passe…on oubli. Mais en même temps, quand on tisse des liens avec des personnes et que ses liens se renforcent, on veut que cette personne sache tout de nous comme on voudrait tout savoir de la personne. Ué je sais tout ce que je dit est contradictoire ^^
De plus, il y a des personnes qui vivent hantés par les fantômes de leur passé, des personnes qui se raccrochent aux souvenirs et qui espèrent retourner en arrière pour changer certaines choses qu’ils regrettent d’avoir commises où qu’ils auraient voulu commettre -une simple chose qui aurait pu tout changer-.

[Bon c’est pas fameux mais c’est déjà ça…Et pis il se fait tard j’vais aller dormir moi ! finirais demain ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://grainedemoutarde.skyblog.com
Baten Kaïtos Céti
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 193
Age : 34
Maison : Aucune
Gain de Gallions : 12466
Date d'inscription : 04/06/2006

MessageSujet: Re: Questionnement sur un aspect des relations humaines.   Mar 13 Juin 2006 - 11:56

Qui a remis le texte retiré de Deneb et Egon?!
Je pensais qu'il devait disparaître Le Baten
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://destination-magie.forumpro.fr
 
Questionnement sur un aspect des relations humaines.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1 -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard - Ecole de Magie :: Le royaume du flood et du hors jeu :: Total Hors Jeu-
Sauter vers: